Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

France | Réforme ferroviaire : une réforme qui concerne notre économie et nos territoires


Le rapport sur l'architecture du futur système ferroviaire français doit être remis aujourd'hui. Les acteurs économiques attendent de cette réforme qu’elle remette le fret ferroviaire dans une perspective de développement durable, de création de richesse et d’emplois au sein de notre économie. Car le fret ferroviaire va mal en France, au point de devenir un handicap logistique pour nos entreprises et nos activités.




Pourtant, malgré la crise, la demande de rail est forte et ne demande qu’à croître. C’est l’offre qui manque, au point que des chargeurs qui ont investi dans le rail sont contraints d’y renoncer. Des installations territoriales sont détruites et, avec elles, autant d’accès à l’Europe ferroviaire susceptibles d’attirer des activités.

Comparée à la vitalité allemande, la faiblesse du rail français est préoccupante. D’autant qu’au fil des alternances, le politique semble n’avoir aucune prise sur le fret ferroviaire.

Il faut reconquérir une offre fret à hauteur de l’enjeu pour notre économie. Les chargeurs attendent la réunification de la gestion opérationnelle et de la stratégie du réseau. Pour eux, elle doit consacrer l’entrée dans un avenir du fret qui se construira avec la diversité des utilisateurs du réseau. Elle doit aller avec le renforcement de l’ancrage territorial et portuaire du réseau et de ses connexions à l’Europe ferroviaire.

Créer des Opérateurs Ferroviaires de Proximité (OFP) pour décentraliser le fret

Les chargeurs sont confrontés à l’excès de centralisation du fret ferroviaire français. Nos activités diversifiées d’aujourd’hui, marchés lourds ou « wagon isolé », nécessitent une adaptabilité, une présence commerciale, un travail logistique de proximité qui n’existent pas ou qui n’existent plus.

D’où l’idée, soutenue par la CGPME, de créer dans les ports et les territoires, des Opérateurs Ferroviaires de Proximité (OFP), de profil PME, indépendants. Ces OFP commencent à apporter au rail la créativité, les initiatives locales, les coopérations interterritoriales qui lui manquent. La décentralisation doit aussi ouvrir la voie à des coopérations locales relatives aux infrastructures et aux installations terminales, les réinsérant dans le développement territorial.

Il faut jouer le pluralisme des opérateurs ferroviaires fret comme une opportunité. Ce pluralisme n’est en aucun cas une menace. Il intensifiera l’utilisation de notre réseau, favorable à son équilibre économique, il sera générateur d’offres nouvelles génératrices de report modal. Il contribuera à valoriser notre façade atlantique et notre position de carrefour ferroviaire européen.

L’enjeu de la réforme dépasse le seul ferroviaire et concerne notre économie, nos territoires, nos ports. L’avenir du transport ferroviaire se construira par le retour à une politique publique forte, mais une politique qui assumera l’initiative privée comme une opportunité pour le rail français et le mettra en position de renouer avec l’innovation, de rétablir son équilibre économique, de contribuer à la création de richesse et d’emplois dans toute notre économie.

Source : CGPME

Jeudi 25 Avril 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News