Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Finyear Eco | 11 février 2015 (n°5 - 13H30) | Marchés émergents : UBP croit aux obligations d’entreprise ‘investment grade’, libellées en devises fortes


Économie, marchés, actions, devises, matières premières. Le quotidien Finyear offre aux investisseurs et aux conseillers professionnels des commentaires et des chiffres.




Commentaires et chiffres du jour

Finyear Eco | 11 février 2015 (n°5 - 13H30) | Marchés émergents : UBP croit aux obligations d’entreprise ‘investment grade’, libellées en devises fortes
N°5 - 13H30

Marchés émergents : UBP croit aux obligations d’entreprise ‘investment grade’, libellées en devises fortes

Il y a quelques jours, l’UBP réunissait à Paris une vingtaine d’investisseurs institutionnels, pour une présentation des perspectives sur le marché de la dette corporate émergente. A cette occasion, Koon Chow, Stratégiste Macro et Taux, et Denis Girault, Responsable de l'équipe Obligations Marchés émergents de l'UBP, ont livré un panorama des zones d’investissement et des segments obligataires à privilégier dans les mois à venir.

La chute des prix pétroliers et l’inflation relativement basse à l’échelle mondiale – à laquelle participe la situation de surcapacité manufacturière en Chine – change la donne des marchés émergents, qui doivent relever le défi de nouveaux modèles de croissance. « En toute logique, le recul du prix du baril a un impact disparate sur ces économies : les principaux pays producteurs d’or noir, comme le Venezuela, la Russie, le Nigéria ou l’Irak sont pénalisés, puisqu’une baisse du cours du baril de 10 USD détériore leur balance courante d’environ 2 à 4%. A contrario, il existe un effet positif sur la balance courante des pays consommateurs, comme le Chili, la Chine, l’Inde ou les pays du Sud-est asiatique » observe Koon Chow.

Ces conditions justifient une approche plus sélective qu’auparavant des marchés émergents. Pour l’équipe de l’UBP, les perspectives sont très favorables dans les pays qui parviennent à mettre en oeuvre de profondes réformes structurelles. « Nous sommes très positifs sur l’Inde et l’Indonésie, où les perspectives de croissance sont robustes en raison des réformes fiscales et de la nouvelle législation sur l’investissement instaurées dans ces pays ». Malgré l’impact négatif des prix pétroliers, la Colombie bénéficie, elle aussi, des réformes économiques. « Les projets d’investissement public dans le développement des infrastructures sont de nature à soutenir durablement la croissance en Colombie » explique Koon Chow.

En termes de profil d’émetteur, Denis Girault estime que le segment corporate ‘investment grade’, libellé en devise forte, est aujourd’hui le plus attrayant au sein de l’univers obligataire émergent. L’appréciation continue du dollar américain, encouragée par le cycle de normalisation monétaire de la Fed, milite en faveur des dettes en devises fortes, plutôt que celles émises en devises locales. « Les obligations d’entreprise sont à privilégier aux dettes souveraines, car leurs perspectives de rendement ajusté au risque sont meilleures : la qualité de crédit moyenne est plus élevée (BBB contre BBB-), la diversification des émetteurs plus grande et le risque de taux bien moindre. Les investisseurs institutionnels, qui traditionnellement ont plutôt tendance à aborder les marchés obligataires par le prisme souverain, plébiscitent de plus en plus le crédit corporate pour ces vertus ».

L’équipe de l’UBP privilégie les émetteurs ‘investment grade’ par rapport à leurs homologues ‘high yield’. A long terme, les flux d’investissement institutionnels vont continuer à soutenir l’expansion du segment ‘investment grade’, moins volatil que le segment ‘high yield’. « En comparaison avec les marchés développés, les spreads de crédit sont plus attractifs sur l’ ‘investment grade’, offrant un potentiel de valorisation supérieur. Les conditions d’emprunt moins avantageuses dans certains pays émergents (avec la hausse des taux d’intérêt conjuguée à l’affaiblissement des devises locales) vont pénaliser les émetteurs de moindre qualité, conduisant à une plus grande prudence sur le segment du high yield, qui reste cependant une solution de diversification intéressante pour l’investisseur Euro » conclut Denis Girault.

A propos de la gamme UBP – EM Corporate Bond Funds :

Lancé le 01/12/2011, le fonds UBAM FCP – EM Investment Grade Corporate Bond affiche une performance de 26.56% depuis sa création* et de 8.23% en 2014.

Lancé le 22/06/2010, le fonds UBAM – Emerging Market Corporate Bond affiche une performance de 37.14% depuis sa création* et de 6.09% en 2014.

Lancé le 11/02/2013, le fonds UBAM – EM High Yield Short Duration Corporate Bond affiche une performance de 6.16% depuis sa création* et de 2.20% en 2014.

*Performances brutes de frais, au 31/01/2015. Les performances passées ne sont pas un indicateur fiable des performances futures.

A propos du Groupe Union Bancaire Privée (UBP)

L’UBP figure parmi les plus grandes banques privées de Suisse et est l’une des banques les mieux capitalisées, avec un ratio Tier 1 de 29%. La Banque est spécialisée dans la gestion de fortune au service de clients privés et institutionnels. Basée à Genève et présente dans une vingtaine d’implantations dans le monde, l’UBP emploie 1’350 collaborateurs et dispose de CHF 98,7 milliards (EUR 93,5 milliards) d’actifs sous gestion au 31 décembre 2014.
www.ubp.com
L’Union Bancaire Gestion Institutionnelle (France) est agréée et réglementée en France par l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) - N° d'agrément AMF GP98041

Paris, le 9 février 2015


N°4 - 10H45

Euro zone Finance Ministers Due to Meet Today, Apple Becomes First US Company to Top $700 Billion

Asian stock markets turned cautious on Wednesday while the U.S. Dollar crept higher as looming Euro zone meetings to discuss the Greek debt crisis threatened to produce more confusion than clarity. U.S. stocks rose on Tuesday on hopes that Greek debt negotiations could result in a deal that stabilizes Europe, while Apple helped lift both the S&P 500 and Nasdaq as it became the first U.S. company worth more than $700 billion. The Dow closed 139 points higher at 17,868, while the S&P500 rose 21 points to close at 2,058.

The Euro struggled to find any direction amid all the brinkmanship over Greece and last stood at $1.1317. The Dollar edged up 0.1% to 119.57 Yen. As of 05:33 GMT, its intraday high was 119.67 Yen, the Dollar's strongest level since early January. Against the Yen, the Euro touched its highest level in about three weeks at 135.47 Yen. The Euro last traded at 135.34 Yen, up 0.1% on the day. The Australian Dollar inched up 0.1% to $0.7776. Earlier on Wednesday, the Australian Dollar had edged up to $0.7795 after domestic data showed strong consumer confidence and a robust housing market.

U.S. crude futures bounced 40 cents to $50.42 a barrel on news of a smaller-than-expected rise in crude inventories. Brent crude could only gain 6 cents to $56.49, having shed $1.91 on Tuesday.

Pay-TV group Sky has agreed to pay £4.2bn to show 126 live English Premier League matches a season from 2016 to 2019, pressured by fierce rival BT to smash analysts' forecasts and secure the best games. The stock is down 5% in early trade at 907p per share.

David Papier
Market Analyst
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.com


N°3 - 9H45

Peregrine & Black: Mid-Morning Market Comment

Good Morning Finyear Readers!

European equity markets are trading little changed this morning ahead of the crucial European finance minister emergency meeting taking place later today.
While there isn’t much hope that a compromise will be agreed on between the new Greek government and the ‘Troika’ during today’s meeting, there is still some optimism going around that at least further talks will be held in the days ahead.
Also scheduled to take place today is a meeting in Minsk between Russia, Ukraine, Germany and France. With fighting having escalated in a major way during the past few weeks in Easter Ukraine, pretty much making the not long ago agreed cease-fire obsolete it will be essential that some progress will be made especially as the US still hasn’t abandoned potentially supplying Ukraine with weapons which in turn would be a major provocation towards Russia and which would likely intensify the conflict as a whole.
Similar to yesterday there is very little economic data keeping the spotlight firmly on the EU meeting and on Minsk. Overall sentiment remains neutral, with many traders remaining on the side-lines until there is more clarity especially what Greece is concerned.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com


N°2 - 9H00

Les marchés restent bien orientés dans l'espoir d'un accord sur le dossier grec

Marchés actions
Sur les marchés actions, les principales places à travers le monde ont rebondi hier à l’exception du Foostie Britannique qui recule de 0.12% à 6 829.12 points. Les marchés ont oscillé au grés des rumeurs sur la situation en Grèce et donc sur une possible résolution de la crise grecque autour de son endettement. Néanmoins, le ministre fédéral des finances allemand, Wolfgang Schaüble, a démenti un accord sur une restructuration de la dette grecque et confirme la position de l’Allemagne sur ce dossier, à savoir que la Grèce doit se conformer aux engagements pris par le gouvernement précédent. En dépit de ce démenti, les marchés espèrent toujours une résolution rapide de cette crise qui secoue la zone euro, pourtant ni l’Allemagne, ni le nouveau parti au pouvoir, Syriza, ne semblent vouloir faire de compromis. En effet, le parti radical de gauche grec ne peut se permettre de revenir sur sa principale promesse électorale. La Grèce compte notamment refuser de prolonger le programme d’aide sous contrainte de la Troïka, alors qu’il ne reste plus que quelques jours pour l’accepter.

Les marchés ont donc « surfé » sur ce vent d’optimisme pour afficher des performances dans le vert, en dépit d’un nouveau fort recul du baril de pétrole, toujours aussi volatile, qui a cédé près de 4.5% hier. On notera également que les marchés ont semblé faire abstraction de publications macroéconomiques aux Etats-Unis.

Du côté du Vieux Continent, le CAC 40 et le Dax se sont adjugés respectivement 0.96% et 0.85% à 4 695.65 points et 10 753.83 points, tout comme du côté de Wall Street où le Dow Jones a progressé hier soir de 0.79% à 17 868.76 points, le S&P500 de 1.07% à 2 068.59 points et le Nasdaq de 4 787.64 points. On notera que les places américaines effacent le retard accumulé début Janvier et se rapproche rapidement de leurs niveaux records.

Aujourd’hui est une journée charnière, qui faute d’actualité macroéconomique majeure, se tournera vers la réunion d’urgence des ministres des finances de la zone euro. En effet, le nouveau gouvernement grec doit présenter son plan pour tenter de sortir son pays de la crise d’austérité dans lequel il est embourbé. Ce plan aura pour but de remplacer le programme d’aide actuel.

Rappelons qu’aujourd’hui la Bourse de Tokyo était fermée. Selon les dernières indications disponilbes, les places européennes sont attendues à la hausse ce matin avant cette journée qui peut s’annoncer décisive, même si les chances d’un accord semblent, suite à la sortie médiatique du ministre des finances allemands, improbables.

Forex
La monnaie unique européenne recule ce matin de 0.09% et cote à près de 9 heures aux encablures des 1.1309 $. Aujourd’hui, plusieurs statistiques de l’autre côté de l’Atlantique sont attendues et pourraient renforcer le dollar américain. Les cambistes resteront attentifs notamment au discours de Fisher, membre du FOMC, ainsi qu’à la situation mensuelle du Budget américain.

Les investisseurs seront à l’écoute de la réunion de l’Eurogroupe qui se tient aujourd’hui avec les ministres des Finances de la zone euro, ainsi que le sommet européen qui se tiendra jeudi. Les dirigeants grecs tenteront au cours de ces évènements de trouver un compromis avec leurs homologues européens pour éviter tout défaut de paiement et sortie de la Grèce de la zone euro.

Les paires en yen progressent ce matin, la devise nippone étant pénalisée par les mauvais chiffres publiés hier, avec principalement un indice mensuel d’activité industrielle dans le tertiaire en baisse à -0.3% contre 0.1% attendu et 0.2% précédemment. Aujourd’hui est un jour férié au Japon, les échanges devraient être moins importants. Le dollar contre le yen s’échange ce matin à 119.70 yens, soit en hausse de 0.23% depuis l’ouverture. L’euro gagne du terrain face la devise nippone et de son côté s’échange aux alentours des 135.42 yens, soit + 0.19% à près de 9 heures.

Matières premières
Les conséquences d'un pétrole faible font le bonheur des pays consommateurs mais continuent de compliquer la situation des pays producteurs. Cette semaine Standards & Poors a dégradé les perspectives à court terme de l’économie de l’Arabie Saoudite, de Bahreïn et de Oman mais reste stable sur le moyen et long terme. En revanche, elle insiste sur la situation budgétaire solide d'Abou Dhabi mais observe que le sultanat est très exposé à la chute des prix pétroliers. Le Venezuela est quant à lui proche de la cessation de paiement avec une nouvelle dégradation de Moody s de Caa1 à Caa3, ce qui lui vaut d'être désormais classé parmi les pays emprunteurs "à très haut risque".

Le WTI s’échange ce matin à 50,59$ pour l’échéance de mars avec un premier test hier soir des 50 dollars. Un deuxième test des 49,93$ à la baisse pourrait entrainer les cours vers 48,65$ en intraday. Pour le Brent, la tendance baissière d’hier se stabilise autour des 56,84$ sur l’échéance de mars. Le support du jour est à 56,13$.

Du côté des métaux précieux, l’once d’or se stabilise dans un range de 1232-1245 dollars. Les cambistes surveilleront l’issu de la conférence de Minsk sur l’Ukraine pour observer une détente ou au contraire une tension dans ce dossier toujours capable d’avoir un impact immédiat sur le cours de l’or.

Le cuivre est toujours sous pression avec un plus bas niveau autour des 2,5550 la livre de cuivre pénalisé par un regain de craintes concernant la Chine, premier pays consommateur de métal rouge. La hausse des prix à la consommation en Chine, principal indicateur de l'inflation, a fléchi de manière spectaculaire en janvier, à 0,8%, soit son rythme le moins élevé depuis cinq ans.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


N°1 - 8H00

UBS daily roundup - Playing with Greek fire

Paul Donovan daily briefing.

• German Finance Minister Schaeuble was playing with fire ahead of today's emergency Eurogroup meeting, saying "it's over" for Greece if they do not do what he wants. Today's meeting could be considered an emergency meeting on Germany rather than on Greece, as reconciling both sides is critical.

• This may all be political posturing, but the risk is that ordinary citizens take it seriously and react by pulling money from banks (bank runs are what tend to kill monetary unions). It is worth remembering that Greek fire was a real threat, and once ignited it was very hard to extinguish.

• The US Federal Reserve seems to be on a bit of a mission to communicate impending rate increases, with Presidents Williams and Lacker clearly signalling a June hike to markets. Yesterday's data continued to suggest rising wage pressures in the US.

• The data calendar today is pretty quiet. Australian consumer confidence picked up a little ahead of the labour report tomorrow – pertinent as investors try to gauge the extent of the Reserve Bank's likely easing cycle.

www.ubs.com/investmentbank



Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Saint-Gobain cède Meyer Decorative Surfaces aux Etats-Unis et Ashworth au Royaume-Uni 10/02/2015
- Argos Expansion et XPansion organisent la transmission de la société Scopus 10/02/2015
- Finsquare annonce l’entrée à son capital du groupe H2O Participations 10/02/2015
- Unexo et BNP Paribas Développement accompagne la reprise du Groupe Sabe 10/02/2015
- Le groupe Webedia finalise l’acquisition de Gameo Consulting, société éditrice du site millenium.org 10/02/2015
- Mobile Network Group acquiert Appsfire 10/02/2015
- Electro Mobilité Distribution boucle une levée de fonds de 682,000€ 10/02/2015
- TF1 entre au capital de SeFaireAider.com 10/02/2015
- Le cabinet BG2V Avocats annonce l’arrivée de Camille de Verdelhan 10/02/2015
- Dechert (Paris) LLP coopte Isabelle Marguet et Anne-Charlotte Rivière au rang d’associées 10/02/2015

www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre digitale Le Capital Investisseur

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

L'ordonnance du 20 août 2014 (n°2014-947) a introduit deux taux différents, l'un s'appliquant aux créanciers personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels, l'autre "pour tous les autres cas".

Le gouvernement a également instauré un calcul semestriel du taux légal calculé "en fonction du taux directeur de la Banque centrale européenne sur les opérations principales de refinancement et des taux pratiqués par les établissements de crédit et les sociétés de financement".

Comme prévu par l'article 2 de l'ordonnance du 20 août 2014, les deux nouveaux taux ont été fixés par arrêté pour leur entrée en vigueur dès le 1er janvier 2015.

L'arrêté du 23 décembre 2014 publié au JO le 27 décembre 2014 indique ainsi que :
"Pour le premier semestre 2015, le taux de l'intérêt légal est fixé :
1° Pour les créances des personnes physiques n'agissant pas pour des besoins professionnels : à 4,06% ;
2° Pour tous les autres cas : à 0,93%."


Rappelons que :
- En 2014, il était de 0,04%
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 11 Février 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News