Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Financement des PME : Olivier Goy lance Lendix


Entretien avec Olivier Goy créateur de Lendix.




Olivier Goy
Olivier Goy
Bonjour Olivier Goy, vous êtes le fondateur de 123Venture, leader du capital-investissement avec aujourd'hui plus de 60 000 clients privés et 1,2 milliard d’euros sous gestion. Vous venez de créer Lendix. Parlez-nous de ce projet.

Lendix est une plateforme de prêts dédiée au financement des PME et des TPE. Les épargnants prêtent directement à des entreprises avec des taux d’intérêt fixés en fonction de la qualité de l’emprunteur. Impensable il y a encore quelques années, la finance participative est en train de bouleverser les modèles bancaires habituels.

------------
Votre PME est-elle éligible à un financement ?
Prêtez en direct à des PME (rendements entre 4 et 9%)
------------

Pourquoi lancez-vous Lendix ?

La désintermédiation bancaire est en marche comme on le constate depuis de nombreuses années aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. En France, de nombreuses solutions existent pour les ETI et les grandes entreprises, mais jusqu’à présent les banques représentaient la quasi-totalité des financements pour les TPE/PME. La crise financière récente et le coût accru des fonds propres bancaires encouragent l’émergence de nouvelles voies de financement pour les PME françaises.

Ne s’agit-il pas d’une nième start-up dans le domaine du financement participatif ?

Le timing est le bon. Le décret relatif au financement participatif du 16 septembre 2014 ne permet aux particuliers de prêter aux PME que depuis le 1er octobre 2014. Le champ est vierge et le marché du prêt aux PME gigantesque – on parle de 80 à 100 milliards d’euros par an – il y a largement de la place pour plusieurs acteurs.

Le plus important n’est pas de partir le plus tôt ou seul, mais de présenter un niveau de sérieux irréprochable pour ne pas décevoir les investisseurs particuliers et motiver les investisseurs particuliers et institutionnels.

Le prêt aux PME est une activité simple à comprendre et une nouvelle solution d’épargne pour chacun, à condition de créer une plateforme filtrant efficacement les demandes de financement. Pour cela, la profession devra dans son ensemble faire preuve de beaucoup de pédagogie. Dans ce cas, il est préférable d’être plusieurs pour évangéliser.

Enfin, nous allons beaucoup capitaliser sur les compétences acquises par une équipe depuis 14 ans au sein d’123Venture. Nous disposons d’un niveau de connaissance fine de l’entreprise, d’un réseau de collecte d’épargne établi et, surtout, nous avons l’habitude de traiter dans un cadre réglementaire contraint et changeant.

Quels sont les investisseurs de Lendix ?

La création de Lendix a été rapidement suivie d’une première levée de fonds à hauteur de 7M€ abondée par ses fondateurs mais surtout par le fonds Partech Ventures et Weber Investissements.

Quels sont les statuts de Lendix ?

Lendix est en cours d’agrément en tant qu’Intermédiaire en Financement Participatif (IFP) et Prestataire de Service d’Investissement (PSI). Dès aujourd’hui, investisseurs et entreprises peuvent venir s'inscrire sur www.lendix.com pour être les premiers à profiter des offres de la plateforme, qui sera opérationnelle à la fin de l’année.

Quelles sont vos ambitions à court et moyen terme ?

Les anglais, les américains et allemands ont prouvé l’existence d’un marché profond. En France, nous estimons le marché à environ 80 à 100 milliards d’euros par an pour les PME/TPE.

Pour la première année, nous visons le financement de 400 à 500 entreprises pour des montants compris entre 15.000 euros et 300.000 euros avec des prêts à taux fixe pour des maturités comprises entre 18 et 48 mois. Les entreprises présentées sur la plateforme seront sélectionnées et notées par les équipes d’analystes de Lendix. Elles devront présenter un historique de 2 années minimum. Les particuliers pourront investir à partir de 100 euros.

Quel niveau de rendement pensez-vous offrir aux investisseurs ?

Dans une période de taux extrêmement bas où le livret A rapporte péniblement 1%, les épargnants sont à la recherche de placements présentant des taux plus attractifs, quitte à accepter en contrepartie une prise de risque. Prêter de l’argent à des PME représente une alternative et un complément crédibles aux classiques livrets ou comptes à terme. La promesse de rendement se situe entre 4 et 8%.

Olivier Goy, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

Votre PME est-elle éligible à un financement ?
Prêtez en direct à des PME (rendements entre 4 et 9%)

© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.


Vendredi 7 Novembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News