Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Finance et Génération Y : la fin d’une relation privilégiée ?


Les carrières en finance attirent-elles toujours les professionnels de la Génération Y ? eFinancialCareers.fr constate aujourd’hui que les organismes financiers et bancaires peinent à séduire les candidats issus de la Génération Y. Traditionnellement attirée par le secteur de la finance, cette génération semble connaître une fracture : ses plus jeunes membres n’ont plus le même rapport au travail que leurs aînés, ni les mêmes priorités.




Finance et Génération Y : la fin d’une relation privilégiée ?
La Génération Y : une génération contrastée et complexe…
La Génération Y regroupe les personnes actuellement âgées de 18 à 34 ans, c’est-à-dire aussi bien des étudiants en âge de rentrer sur le marché du travail que des professionnels chevronnés. Traditionnellement, le secteur financier était très apprécié par cette génération : excellente rémunération, bonne réputation en terme de marque employeur et de larges possibilités d’évolution de carrière sont autant d’éléments alors primordiaux pour des employés caractérisés par leur niveau d’exigence et d’estime de soi.

Cependant il y a, entre les premiers professionnels de cette génération et ceux qui arrivent actuellement sur le marché du travail, une différence d’une vingtaine d’années. Les récents arrivants présentent un rapport au travail différent de celui de leurs aînés : ils n’hésitent pas à changer d’emploi dès qu’ils s’y ennuient - d’où leur surnom de « Génération zapping » - et privilégient d’avantage l’autonomie et la flexibilité à la rémunération. Ils attachent également beaucoup d’importance aux relations et à l’aspect social du travail, et considèrent l’équilibre entre vie privée et travail comme prioritaire.

…face à un secteur financier stigmatisé
Autrefois synonyme de réussite professionnelle et d’opportunité, l’image du secteur de la finance a été fortement affectée par la crise de 2008. Du point de vue des rémunérations par exemple, les bonus ont chuté tandis que les augmentations salariales ont été gelées : selon la récente étude eFinancialCareers.fr*, plus de la moitié des professionnels de la finance (53%) ont vu leur bonus 2011 baisser, alors que 55% d’entre eux n’ont pas reçu d’augmentation. Par conséquent, les jeunes diplômés privilégient d’autres facteurs, tels que la culture d’entreprise, le niveau de stabilité et le dynamisme de l’environnement de travail. Ils rejettent par ailleurs l’uniformité des parcours et les emplois peu autonomes très répandus dans le secteur bancaire, et sont d’avantage à la recherche de petites structures financières dans lesquelles ils sentent qu’ils peuvent avoir un impact individuel.

« Les industries de la finance risquent de se retrouver victimes de ce changement de culture du travail de la jeune génération. Elles doivent alors redoubler d’efforts pour fidéliser leurs meilleurs salariés et séduire les jeunes diplômés. Il est primordial de maintenir la porte ouverte aux talents : la technologie pourrait être une clef de la réconciliation des jeunes de la Génération Y avec la finance. En rendant le processus de recrutement plus interactif par exemple, les entreprises de la finance pourraient très rapidement redevenir attractives », commente James Bennett, Directeur Général d’eFinancialCareers.

* Enquête eFinancialCareers.fr menée en avril 2012 auprès de 314 professionnels de la finance basés en France, qui avaient eu connaissance de leur bonus au titre de l’année 2011.

eFinancialCareers.fr

Mardi 12 Juin 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs