Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year
Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year
 
 
 
 


              



Fabien Thiéblemont, Eight Advisory


Entretien avec Fabien Thiéblemont, Associé chez EIGHT ADVISORY, en charge de l’offre small & mid caps.



Fabien Thiéblemont
Fabien Thiéblemont
Fabien Thiéblemont bonjour, pourriez-vous nous présenter Eight Advisory ?

Eight Advisory est un cabinet indépendant de conseil financier et opérationnel, créé en 2009 par des anciens associés des big Four, qui accompagne les dirigeants, les investisseurs et les banques dans leurs Transactions, Restructurations et Transformations d’entreprises en France et à l’international. Sept ans après sa création, Eight Advisory compte 250 salariés dont 23 associés et devrait franchir le cap des 54 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2016.

L’activité du cabinet s’articule autour de 6 activités : Transaction services, Restructuration et situations spéciales, Transformation, Evaluation, Support au contentieux et Immobilier & Infrastructures.

L’offre de services d’Eight Advisory s’étoffe afin de répondre au mieux aux différentes problématiques des entreprises. Nous avons ainsi récemment développé une offre small & middle caps, une offre factoring et une offre PSE.

A l’international, nous sommes présents à Londres et membre fondateur d’un réseau de partenaires présents sur les cinq continents.

C’est donc une belle aventure que j’ai rejointe en 2012 en tant que Directeur Transaction Services (TS), promu Associé en charge de l’offre Small & Mid caps en juillet dernier.

Pourquoi avoir décidé de créer une offre en Transaction Services – Small et Mid Caps ?

Dès sa création, Eight Advisory a accompagné des opérations de petite, moyenne et grande envergure. Notre fort développement, ainsi que notre volonté de démontrer aux acteurs small & mid cap le bénéfice d’une grande qualité de service, nous ont conduit à structurer une offre spécifique pour eux, avec une équipe dédiée, dont je m’occupe exclusivement.

Ces entreprises ont des besoins spécifiques auxquelles nous souhaitons apporter la réponse la plus juste.

Nous avons ainsi traité plus de trente dossiers en un an !

Quel est le profil des entreprises que vous accompagnez ?

Nous accompagnons des projets d’acquisition ou de cession concernant des sociétés dont le chiffre d’affaires est en compris entre 10 et 90 millions d’euros.

Les activités des clients qui font appel à nos services sont très variées (fonds d’investissements, ETI, sociétés familiales et créateurs d’entreprises). Notre approche n’est pas liée au secteur mais à la taille des sociétés sur lesquelles nous intervenons. Il est donc très difficile de donner un profil type tant ils sont variés.

Par ailleurs, nous accompagnons aussi bien des sociétés françaises qu’étrangères et un bon tiers des entreprises françaises sur lesquelles nous travaillons détiennent une partie de leurs activités à l’international.

A noter que du côté vendeur, nous travaillons le plus souvent main dans la main avec des banquiers d'affaires sur des opérations de LBO primaires où des entreprises familiales ouvrent alors leur capital pour la première fois.

Côté acquéreur c’est différent. Nous accompagnons essentiellement des fonds d’investissements. L’acquisition de sociétés est le cœur de métier de ces fonds, ce sont eux les principaux animateurs du marché. D’autre part, ce sont des clients aisément identifiables contrairement aux sociétés corporate pour lesquelles le rachat de sociétés est une opération peu fréquente et parfois opportuniste ou relevant de leur stratégie de développement à un moment donné.

Quels sont les besoins des entreprises ?

Nous répondons à des besoins ponctuels de l’entreprise. Nous accompagnons des entreprises qui préparent une cession, un rachat ou une restructuration. Ce sont des opérations exceptionnelles, hors de la gestion courante de l’activité, qui ont un impact conséquent sur la vie d’une société, ses organisations, ses finances et les carrières de ses managers et collaborateurs. En cela, notre métier est en quelque sorte un métier d’urgentiste.

Quoi qu’il en soit, il existe des besoins communs à toutes les entreprises, toutes tailles confondues, tels que la nécessité d’obtenir un EBITDA normalisé ou une dette nette ajustée.

Plus spécifiquement, lorsqu’il s’agit du secteur small & mid caps, les acquéreurs ont besoin de notre part de rapports conclusifs et synthétiques, ciblés sur les problématiques clefs des sociétés. L’objectif est d’aller à l’essentiel et de concentrer les investigations sur les sujets importants du deal. Avoir quelque chose de bien ciblé permet de délivrer une très haute qualité de service tout en étant adapté en termes d’honoraires.

Pour mener ce travail, il est important de pouvoir s’appuyer sur l’expertise d’une équipe dédiée ayant, bien sûr, le goût pour ce type de problématiques mais surtout, disposant d’une capacité d’appréhension globale et détaillée de la vie des entreprises. En effet, les sociétés de petite et moyenne taille requièrent d’avoir la capacité d’aller au fond des sujets, de « gratter » pour trouver l’information nécessaire car celle-ci n’est pas immédiatement disponible dans la plupart des cas.

Enfin, une proximité auprès des clients, une forte implication des personnes les plus expérimentées (donc les associés) et un niveau de conseil au-delà du rapport sont absolument primordiaux et font partie intégrante de l’ADN de Eight Advisory. Mettre cela à disposition de nos clients small & mid caps est, au quotidien, ma principale préoccupation.

Quelles sont les difficultés rencontrées par vos équipes lors d’une due diligence ?

Ces entreprises small & mid caps sont généralement moins bien équipées que les grands groupes en termes d’outils comptables et analytiques. La qualité de l’information financière peut donc en pâtir. Il faut ainsi faire particulièrement attention à la manière dont on nous présente les données, à la magnitude des imperfections, aux zones grises et informations « non disponibles ».

Pouvez-vous être amenés à donner des conseils autres que financier ?

Les clients nous sollicitent beaucoup pour avoir notre opinion sur la gestion des comptes et sur le management. Quand les fonds d’investissements achètent une société, ils achètent également une équipe de management, et c’est particulièrement vrai dans les petites et moyennes entreprises. Nous jouons donc aussi un rôle de conseil à l’égard des acheteurs, basé sur notre perception de l’économie de l’entreprise : la manière dont les comptes sont gérés et l’information traitée, ainsi que sur les interactions que nous avons eues avec les managers au cours de nos missions.

Quel est l’intérêt de réaliser une due diligence poussée, même pour les Small & Mid Caps, alors que cette pratique n’est pas systématique ?

On a tendance à croire que si une société est de petite ou moyenne taille, la due diligence est une simple formalité, une sorte de « case à cocher » en amont d’un deal, voire qu’elle n’est pas un passage absolument nécessaire.

Ce raisonnement est à mon sens erroné. La due diligence doit être réalisée, et de manière approfondie, même pour les petites entreprises. Dans la mesure où elle permet d’identifier les risques et opportunités associés à une transaction, ne pas y recourir ou la faire de manière superficielle, revient souvent à jouer à un jeu dangereux. C’est la meilleure manière de passer à côté de problématiques fondamentales pour l’entreprise et de s'en rendre compte quelques mois ou années plus tard. Eight Advisory a ainsi accompagné un client qui montrait en amont de la mission très confiant sur la due diligence financière de l’entreprise qu’il s’apprêtait à racheter mais avait en revanche des inquiétudes quant à sa gouvernance. Une fois la mission démarrée, c’est exactement l’inverse qui est ressorti. Si nous nous en étions tenus à une due diligence standard destinée uniquement à cocher une case nous ne nous serions pas aperçus qu’ il y avait nombre d’incohérences et de manques, lesquels n’auraient pas permis d’obtenir un confort suffisant sur la génération de cash flow et in fine de mettre en place le financement adapté à l’opération.

Une due diligence poussée est l’une des clés de réussite d’un deal, peu importe la taille de l’entreprise.

Fabien Thiéblemont, merci d'avoir répondu à nos questions et rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de Finyear.

Eight Advisory (www.8advisory.com)


© Copyright Finyear. Propos recueillis par la rédaction de Finyear.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 6 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The FinTecher
- The Blockchainer
- Le Capital Investisseur

Le magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 12 Décembre 2016
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear

Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements



Lettres métiers


Livres Blancs



Blockchain Daily News