Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 4 septembre 2014 (#10 - 17H45)


Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 4 septembre 2014 (#10 - 17H45)
#10 - 17H45

Schroders | Commentaires sur la réunion de la BCE

Réaction d’Azad Zangana, économiste européen chez Schroders, suite aux dernières annonces de la banque centrale européenne.

ECB adds stimulus, but markets want more

Schroders Azad Zangana, European Economist and Chris Ames, Senior Fixed Income Portfolio Manager comment on today's announcement:

The European Central Bank (ECB) has cut interest rates further in an attempt to boost domestic demand and reduce the risk of deflation in the euro area.

The main policy interest rate has been lowered from 0.15% to 0.05%, while the deposit rate, previously lowered to -0.1%, has also been lowered to -0.2%. In addition, ECB President Mario Draghi announced that the central bank will start to purchase private assets - in particular, asset backed securities (ABS - mainly securitised debt). More details of purchases including size and scope will be revealed at next month’s ECB press conference. At the meeting in June, the ECB had previously announced that it would investigate the feasibility of buying ABS, and so the follow up and announcement of future purchases are not a surprise.

Draghi cited a combination of the worsening of the inflation outlook, the recent downward movements in all indicators of inflation expectations, poor growth in bank lending, and the weak growth data published over the last month as the key reasons for adding further stimulus.

So far, risk assets have responded positively to the news, with European bourses trading higher, government bonds seeing lower yields, and the euro depreciating.

In our view, the cut in interest rates is totally irrelevant. Due to the glut of liquidity in money markets, short-term interest rates have been below the ECB’s main financing rate for some time – meaning that the latest cut will have near zero impact.

The purchase of ABS is designed to transfer the risk of packaged loans from banks to the ECB, which in theory should free up capital for those banks to increase lending to households and corporates. Of course, there is no guarantee those banks will choose to lend more, especially as some are under pressure from a regulatory position to boost their core capital holdings. Moreover, according to JP Morgan, the ABS market in Europe is very small. Europe’s ABS market is worth approximately €1.2 trillion, but excluding non-eurozone issue, the market is just €885 billion. However, as most of the existing stock of ABS is being used as collateral to access various ECB repo operations, the actual available stock in the secondary market is just €251 billion – barely worth 2.6% of GDP. Compared to the size of the Fed’s balance sheet of $4.4 trillion (approximately €5.7 trillion), the ECB’s ABS purchases are unlikely to be large enough to make any real impact on the real economy. From the view of market participants, the ECB is also likely to crowd out long-term buyers of the asset class, which may irreversibly hurt the health of the market in the long-term.

The limitations of the ABS market have naturally pushed investors to conclude that the ECB will eventually be forced to buy other assets, but in particular, sovereign debt, in the same way the Fed and Bank of England were. For now, this is not on the ECB’s agenda, and if the ECB’s staff projections are right in forecasting a recovery in growth and inflation for next year, the ECB may never have to embark down that controversial path. It is worth mentioning that Draghi revealed that while some members of the governing council wanted more stimulus than was announced, a minority voted against the action that was eventually settled on. This suggests that there is still lots of resistance to QE, but also that other more aggressive options are available to use. Given the reaction in markets, investors are clearly betting on even more stimulus coming soon.


#9 - 15H45

UBP / La BCE : Mention Très Bien dès la rentrée !

Mesures d’urgence face à la détérioration de l’activité et de l’effondrement des anticipations d’inflation, les baisses de taux décidées aujourd’hui (pas à l’unanimité) devraient appuyer sur la baisse de l’euro et rassurer les marchés financiers sur la détermination de la BCE. A défaut de faire repartir le crédit tout de suite, les banques vont se refinancer à coût quasi nul et tous les opérateurs vont être noyés sous la liquidité : une bonne occasion pour les marchés actions de rebondir, et les taux obligataires de baisser encore alors que tous étaient empêtrés avec les mauvais chiffres économiques et un front géopolitique toujours inquiétant.

Le calendrier s’accélère et les montants potentiels pourraient bien surprendre: les TLTRO arriveront ces prochaines semaines et le programme d’achat d’ABS va être annoncé en détail en octobre. De plus, la BCE va relancer un programme d’achat de « covered bonds » des banques le mois prochain. Tout cela devrait doper le bilan de la BCE et milite pour une injection de liquidités qui pourrait bien approcher les 1000 milliards d’euros supplémentaires dans le système une fois tous les soutiens en place. La porte reste ouverte sur un QE étendu aux obligations gouvernementales en cas de besoin.

"Il ne reste plus qu’assouplir la politique budgétaire ou de proposer un plan de relance budgétaire de la demande domestique au niveau européen, et la zone euro disposerait enfin de la politique économique la plus agressive de toutes les zones géographiques", souligne Patrice Gautry, Chef économiste d'Union Bancaire Privée


#8 - 14H45

Analysis: Eurozone Draws Closer to Fiscal Loosening

By Matthew Saltmarsh and Simon Marks.

France, Italy Expected to Win More Time to Consolidate.

The summer of gloomy economic data in Europe is adding to the growing sense that France and Italy will be granted more time to reduce their budget gaps, that further targeted tax cuts - most likely aimed at companies - will be enacted across the region and that more EU investment-led stimulus schemes will be promoted.

Until recently, fiscal austerity was the bloc's primary, non-monetary response to the crisis - the argument being that growth can only be re-launched by balancing budgets and lowering debt levels. But with the advent of a new Commission and political change filtering through Paris and Rome, the debate on loosening the euro's fiscal reins is set to intensify into the autumn, centered primarily around the time that will be given to Paris and Rome to adjust their deficits, senior Eurozone officials said.

The most important element of the debate will revolve around how much leeway Germany will allow its two largest Eurozone partners. And the answer, according to officials, will probably boil down to how much France and Italy commit to opening up their product, labour and service markets.

"We had a similar (economic) situation in 2008 at the start of the crisis when the heads of state agreed to push consolidation out by a year or two given the prevailing economic downturn," one Eurozone government official told MNI, speaking on condition of anonymity. "I suspect we'll see the same again. Italy and France will push for something soon. Spain would be happy with that. But Germany will want something in return."

Another senior official added: "There's something hanging in the air, but before any (fiscal) decisions are taken, we'll have a serious haggle over structural reform. It will come down to whether to offer more (fiscal) leeway - not a fundamental change to the Stability and Growth Pact"

Berlin, on the other hand, will come under pressure to loosen its fiscal stance as well as take a less stringent approach to its neighbours. Germany reported Monday a robust budget surplus figure of E16.1 billion for the first six months of the year.

On the fiscal side, the debate over France and Italy is likely to come to a head at a leaders' summit on European growth planned for October. With activity remaining flat, and with France and Italy's new administrations making common cause against further short-term deficit reduction, it is becoming more likely that their arguments will prevail.

Before that, a broader debate on whether fiscal expansion can be enacted without counterbalancing spending measures is taking place. "We can expect a technical discussion on growth. There are some who think tax cuts are the way forward and others that think more should be done on the expenditure side" a third European official said. "The question is what you can do in a high-debt environment."

That discussion will resume at an informal meeting of finance ministers in Milan next week, which will debate revenue-neutral fiscal measures, especially reducing the tax wedge - the difference between labour costs to the employer and the net take home pay of the employee. A preliminary discussion on this has already taken place in the Eurogroup at the start of the summer.

In a July research note, JP Morgan analyst Marco Protopapa found that nonfinancial corporates in France and Italy bear a higher burden than the rest of the euro area and reducing tax levies would improve corporate profit margins and reduce the competitiveness gap. Those kind of views are gaining traction in Brussels and some euro area capitals.

Some fiscal steps have already been outlined in Italy and France. In January, Paris announced that it would cut payroll taxes by E30 billion. Two months later, Matteo Renzi's new Italian government announced income tax cuts worth E10 billion for salaries below E1,500 per month. Other countries including Spain are considering similar measures.

Importantly, though, the tax proposals flagged so far would in theory be balanced with public-spending cuts. Italy says it will reduce spending by an extra E7 billion this year and save a further E2.2 billion thanks to lower debt yields.

Those measures have been criticised by some, including the Italian employers' federation, which feels that it won't impact consumption, focusing on low incomes. Many EU officials agree, worrying that any tax gifts to consumers will be saved rather than spent.

It is not just governments that have been shifting their view on the fiscal stance. In Jackson Hole at the end of last month, Mario Draghi, president of the European Central Bank, called for a "more growth-friendly composition of fiscal policies." He suggested that the region should consider public investments and tax cuts to complement the ECB's stimulus.

The Eurozone growth outlook is now sufficiently poor - "We're entering a proto-Japanese scenario, we're getting there," one of the senior EU officials said - that a range of levers are being considered.

Apart from loosening the fiscal reins, the other potential driver would come via investment, using EU funds (probably primarily via the EIB), and fresh proposals in that area are expected from the new European Commission even though the incoming president, Jean-Claude Juncker of Luxembourg, has yet to make his key appointments.

Many in Brussels and beyond, though, have grown cynical of demand-driven initiatives that involve recycling old money from existing budget lines and where leakage has been high. And they note that there is reluctance from the EIB to take on more risk for fear of losing its AAA rating.

The other lever - and, again, it is longer term - involves ideas to expand credit for and lending to SMEs, in a large part by opening the door to more securitization. That issue too will be discussed in Milan.

Meantime, a number of officials are looking enviously at the giant US mortgage guarantee institutions Freddie Mac and Fannie Mae, which provide a secondary market in home mortgages, purchasing mortgages from originators and securitizing them.

The Europeans wonder how the EU might be able to replicate the institutions' success in revitalizing US consumption, noting, for example, that in the euro area there has been little if any pass-through from the collapse in 10-year yields to consumers with medium and longer term fixed mortgages.

With a plethora of ideas on the table and time limited, policymakers will be hoping that third quarter growth figures do not disappoint. The country most likely to drag the region down is France, analysts say.

"We've thought that France is definitely the weakest link in the euro story," Hetal Mehta, European economist at Legal & General Investment Management, an asset management company with headquarters in London, said in an recent interview. "It's big in size but it lacks the reforms. Hollande's political unpopularity has meant he has been unable to get a lot done."

MNI London Bureau
www.mni-news.com


#7 - 13H45

Shanghai Composite Continues to Rise, Samsung Sees Investor Warmth After Tech

China’s Shanghai Composite Index continued its upward trajectory overnight, closing out the Asian session at 2306.86, an increase of 0.8%. Reports of a change-up in financial regulations helped the China Life Insurance Company, for example, to rise by 3.5%, having a positive knock-on effect on the index as a whole. Meanwhile, the Nikkei found itself unable to hold onto the high levels reached in the previous session, dropping by 0.33% to a level of 15,676.18. The Hang Seng consolidated gains made on Wednesday, closing down by just 0.08%.

In stocks news, General Dynamics stock rose by 1.85% yesterday after the UK branch of the US-based firm won an order to supply the British Army with light tanks, in a deal worth £3.5 billion. UK Prime Minister David Cameron has referred to it as ‘the single biggest contract for armoured fighting vehicles for the British Army since the 1980’s. Moving to focus on tech stocks, Apple stock fell by 4.22% after the Berlin launch event of one of its main rivals, Samsung. The South-Korean based firm announced its new smartphone, as well as a collaboration with Facebook-owned Oculus to create Samsung Gear, which will enable the new Samsung Note to become a 3D virtual reality screen. For its part, Samsung stock was up by 1.77% after the announcements, with Apple investors expecting big things from Apple CEO Tim Cook on September 9th, when Apple is due to make its own announcement in California.

The UK’s FTSE Index is trading roughly level, whilst over in mainland Europe the DAX and CAC are both down, by 0.79% and 0.42 respectively. Later this morning there’ll be the UK’s Interest Rate decision from the Bank of England, as well as the ECB’s Monetary Policy statement this afternoon.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk


#6 - 11H45

Les principaux fonds de pension affichent 15.000 milliards US$ d’actifs

Selon l’étude mondiale P&I / Towers Watson global 300, l’encours total des 300 plus importants fonds de pension au niveau mondial a progressé de plus de 6 % en 2013 (contre environ 10 % en 2012) pour atteindre un nouveau record de 15.000 milliards US$ (contre 14.000 milliards US$ en 2012).

Cette étude mondiale a été réalisée conjointement par Towers Watson et Pensions & Investments, journal américain spécialisé dans la gestion d’actifs pour les fonds de pension. Au niveau régional, l’étude montre que les fonds d’Amérique latine et d’Afrique affichent le plus fort taux de croissance cumulée sur cinq ans (plus de 16 %) en partant toutefois d’un niveau bas, suivis de l’Europe (12 %), de l’Amérique du Nord (environ 6 %) et de l’Asie-Pacifique (environ 5 %). Elle révèle également que les 300 plus grands fonds de pension de la planète représentent désormais quelque 47 % de l’encours des fonds de pension à travers le monde[1].

Lien pour télécharger l’étude

[1] Estimation reposant sur le classement P&I / Towers Watson global 300 et sur l’étude Towers Watson Global Pension Asset Study.


#5 - 10H30

Roumanie : stabilisation de la croissance en 2014 après un fort rebond en 2013 (Coface)

Avec une croissance de son PIB réel de 3,5 % en 2013, la Roumanie a largement dépassé les prévisions de l'assureur-crédit Coface (+ 1,2 %) et a enregistré l’une des plus importantes hausse de PIB au sein de l’Europe, d'après le dernier Panorama de Coface sur la Roumanie, rendu public le 3 septembre.
« Les principaux facteurs de cette croissance ont été les exportations, qui ont enregistré une forte hausse (+13,5 %), tout particulièrement dans les secteurs automobile et agricole », indique l'assureur-crédit dans son Panorama.
Toutefois, estime l'assureur-crédit, en 2014, les performances économiques du pays ne seront pas aussi bonnes car les moteurs de la croissance de 2013 ne sont pas durables. Coface prévoit ainsi que cette année la Roumanie sera l’une des deux seules économies d’Europe centrale et orientale (avec la Lettonie) dont la croissance du PIB n’accélèrera pas.

Lire la suite


#4 - 10H15

Analysis: France Jobless Rate Edges Up To 10.2% in Q2

By Jack Duffy.

France's unemployment rate edged higher in the second quarter as the number of jobless continued to rise amid a lack of growth in the economy.

The jobless rate, according to International Labour Organization standards, rose to 10.2% in Q2 from 10.1% in Q1, including the country's overseas territories. For mainland France, the rate was unchanged at 9.7%, the national statistics institute Insee said Thursday.

Insee said 2.784 million people were unemployed in mainland France in Q2, according to BIT standards, an increase of 10,000 from the Q1 but down 60,000 from a year ago.

Insee said another 1.3 million people who wished to work were not considered unemployed, according to BIT standards, either because they were not immediately available or not actively seeking work. This so-called "halo of unemployment" was up by 60,000 compared with a year ago.

France's jobless rate has been stuck in double digits as the economy registered no growth in either the first or second quarters. After two cabinet reshuffles in six months, President Francois Hollande is pursuing a supply-side program of business tax cuts and public spending reductions to spur growth, but forecasters do not expect significant declines in unemployment anytime soon.

Insee expects the jobless rate to remain at 10.2% for both the third and fourth quarters, while the European Commission, in its spring forecasts, said France's jobless rate would average 10.4% this year and 10.2% in 2015.

MNI Paris Bureau
www.mni-news.com


#3 - 9H45

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed to slightly lower ahead of the eagerly awaited ECB meeting later today.
After having had a rather eventful day yesterday mainly due to headlines surrounding a possible permanent truce in Easter Ukraine initially sparking a relief rally just to be retracted later, today in the run up to the ECB meeting it wouldn’t come as much of a surprise if most traders would sit on the side-lines and markets will have a hard time to find a clear direction.
Somewhat overshadowed by all the attention the ECB is getting today are much better than expected German factory orders released this morning and reports of very strong US car sales with both stirring optimism that growth in the Euro-zone might be on the way up again after a dismal Q2.
What everybody is asking themselves ahead of the ECB meeting today is if ECB chief Draghi can indeed deliver again. Weak economic data over the past few months partially caused by the much bigger than expected fallout from the Ukrainian crisis has increased pressure on Draghi in a major.
But it is not only about if any new measures to combat low inflation and stalling growth will be announced but also if the market can be convinced that they actually will have the desired effect. Not everybody is necessarily convinced that even lower interest rates and/or QE will solve the problems many of the countries in the Euro-zone are currently facing.
But it is not all about the ECB today, later in the US, ADP employment figures will released. Another strong reading is very likely to renew concerns that interest rates might be on the up rather sooner than later. Finally even lurking a bit in the background for now, events unfolding in the Ukraine are still being closely watched by traders.
Should no progress take place what a possible truce is concerned it wouldn’t be much of a surprise if renewed intense fighting would emerge in the days ahead, with a solution out of reach even further.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com


#2 - 9H30

La prudence s'empare des marchés avant la réunion de la BCE

Marchés actions
Les avancées en Ukraine ont permis aux places boursières européennes de se maintenir à la hausse sur la séance d’hier. Kiev a en effet affirmé qu’un cessez-le-feu illimité dans le temps entre la Russie et l’Ukraine se concrétisait. Bien que cette annonce ait été ensuite remise en question elle redonne de l’espoir aux négociations et renforce la confiance des investisseurs. Principal sujet d’inquiétude pour les marchés, le conflit ukrainien a dernièrement freiné significativement les dépenses et les investissements internationaux. Les derniers chiffres publiés hier en zone euro attestent de cela avec une croissance de l’activité qui est tombée à son plus bas de cette année. L’indice composite de Markit chute à 52,5 contre 53,8 en juillet. L’Allemagne, première puissance de l’Europe, montre également des signes de faiblesse avec une croissance qui s’affiche sur son plus bas de 10 mois tandis que la France voit son activité reculer pour le quatrième mois de suite.

Autant d’éléments qui contiennent la hausse des marchés. L’indice parisien clôture au-dessus des 4 400 points à 4 421,87 points après avoir progressé de 0,99%. Le Dax gagne 1,26% tandis que le Footsie et l’eurostoxx 50 terminent respectivement à +0,65% et +1,21%.

Les investisseurs se tournent désormais vers la Banque centrale européenne aujourd’hui avec l’allocution de son président Mario Draghi. Bien qu’aucune nouvelle mesure forte ne soit attendue, les marchés surveilleront de près les propos tenus par le président de la BCE qui pourraient fournir des indications pour les prochains mois.

Outre-Atlantique, les marchés se montrent également prudents malgré des indicateurs économiques encourageant comme les commandes à l’industrie américaine au mois de juillet qui ont progressé de 10,5%. Le Dow Jones avance de +0.06% tandis que le Nasdaq et le S&P 500 reculent respectivement de 0.55% et 0.06%.

Ce matin, la Bourse de Tokyo marque le pas après trois séances de hausse sur fonds de prise de bénéfices. La Banque du Japon ayant laissé inchangé sa politique monétaire accommodante. Le Nikkei recule de 0,33% pour terminer à 15 676,18 points. Le Topix, plus large perd 0,39% à 1 296,39 points.

A quelques minutes de l’ouverture, l’indice parisien s’affiche en légère baisse de 0,27% autour des 4 408 points.

Forex
Sur le marché des Changes, le dollar reste fort, porté par une reprise de l’emploi aux Etats-Unis, relançant les spéculations sur une hausse des taux d’intérêt par la Réserve fédérale. En effet, le rapport du Livre Beige de la FED a mis en valeur une évolution positive de l’activité économique américaine.

Le billet vert est encore annoncé ce matin en hausse contre la plupart de ses contreparties, il faudra cependant faire attention à cette journée riche en annonces. Les cambistes pourront donc suivre la publication de la balance commerciale, mais aussi les chiffres du chômage, et un point sur l’industrie des services avec l’indice PMI.

La monnaie unique évolue à la baisse face à ses principales contreparties en attendant la réunion de la BCE. Face au dollar, l’euro s’échange en légère hausse depuis hier, profitant d’une baisse des tensions en Ukraine, portée par un cessez-le-feu entre l’Ukraine et la Russie. La paire phare du marché du Forex cotait ce matin à $1,3142.

Outre-Manche, la devise britannique est en légère baisse ce matin face à l’euro, à £0,7987 pour un euro, ne parvenant pas à casser la résistance à £0,7990. Il faudra cependant suivre avec attention la publication des taux de la Banque d’Angleterre, attendus sans changements à 13h00.

Face au billet vert, la livre britannique continue de chuter, s’échangeant ce matin aux alentours des $1,6451, après avoir atteint hier un plus bas depuis Février 2014, à $1,6437.

En Asie, La Banque du Japon a maintenu ses mesures de relance inchangées, après deux jours de réunion. La devise nippone évoluait donc en légère baisse ce matin face à ses deux principales contreparties, s’échangeant respectivement à 104,93 yens pour un dollar et à 137,9 yens pour un euro.

L’Aussie, quant à lui, a profité de la publication du déficit commercial australien à 1,27 milliards de dollars, inférieur aux 1,63 milliards attendus. En hausse face au billet vert, il s’échangeait ce matin à 1,0713 dollars australiens.

Matières premières
Le contrat octobre du WTI a perdu jusqu'à 71 centimes à $ 94,83 le baril dans les échanges électroniques du New York Mercantile Exchange. Le contrat avait pourtant grimpé l’avant-veille de 2,9 pour cent à $ 95,54, le plus gros gain depuis Août 2013. Le volume de tous les contrats à terme négociés était d'environ 16 pour cent inférieur à la moyenne de 100 jours. Les prix ont diminué de 3,6 pour cent cette année.

Le contrat Brent pour le même règlement est tombé d’autant, de 73 centimes, ou 0,7 pour cent, à $ 102,04 le baril sur l’ICE basé à Londres. Le brut de référence européen s'échangeait avec une prime de 7,20 $ par rapport au WTI, contre $ 7,23 hier. La conclusion d’un accord de cessez-le-feu entre l’Ukraine et la Russie en est aussi pour quelque chose puisque le risque d’une baisse de l’offre en Europe a diminué. Rappelons que la Russie est l’exportateur numéro un d’énergie dans le monde. La Libye a également accentué cette baisse puisque un accord a aussi été trouvé entre le groupe qui contrôle le plus grand port pétrolier et le gouvernement pour maintenir la production et l’export.

Sur les métaux, le contrat d’or de décembre a grimpé de 0,3 pour cent à $ 1,273.60 l'once sur le Comex à New York. Les placements dans le SPDR Gold Trust, le produit négocié en bourse, ont quant à eux diminués pour une troisième journée hier dans la plus longue série de baisse depuis mai. Le Palladium pour la livraison immédiate a augmenté de 0,4 pour cent à $ 878,20 l'once, après une bonne dégringolade hier à $ 869,75, le plus bas depuis le 21 août. Le métal a reculé d'un sommet de 13 ans de $ 912,26 le 1er septembre sur une moindre préoccupation des approvisionnements en provenance de Russie. L’argent au comptant a augmenté de 0,2 pour cent à $ 19,2266 une once.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr


#1 - 9H00

UBS daily roundup - Monetary policy bonanza

Paul Donovan daily briefing.

• The ECB is not seen announcing quantitative policy today – an open ended commitment to target the quantity of money is not really credible, given the likely challenges to any such policy.

• We see details of the Euro asset backed securities program being announced, along with rhetoric about the willingness to do more in the future. The ECB will want to influence expectations without committing to anything too specific.

• The Bank of England is not likely to make any change in policy today, but with two dissenters at the last meeting the Bank is leading the race to be the next central bank to tighten, assuming no disruption from the Scottish referendum result.

• The Fed's Beige Book was rather uninteresting (that does raise a slight concern that the Fed may be behind the curve). Fed President Fisher, in the midst characteristically hawkish remarks, suggested that the plan for unwinding quantitative policy may be almost in place.

www.ubs.com/investmentbank

29 août 2014

Politique d’offre, politique de demande

Pendant son discours de janvier 2014, le Président de la République a notamment rappelé que « l’offre créée sa demande », ce qui est une référence très claire à la loi des débouchés de l’économiste français du XVIIIème siècle, Jean Baptiste Say. Le Président a donc compris que la croissance n’est pas qu’une question de demande finale qu’il suffirait de stimuler pour retrouver le plein emploi, ou en tous cas pour remporter quelques succès sur le front de l’emploi. L a croissance est une alchimie complexe, qui nécessite à la fois l’offre, la demande et un cadre institutionnel favorable ; elle s’inscrit aussi dans un contexte international parfois très complexe. La nomination du nouveau gouvernement confirme totalement que l’exécutif veut continuer à mettre en place une politique de l’offre à l’intérieur. Cette politique, clairement, est une politique « pro-entreprises », qui favorise ces dernières. Le gouvernement a déjà mis en place un certain nombre de mesures en faveur des entreprises : elles devraient être multipliées dans les mois qui viennent. M. Valls l’a clairement dit dans un discours cette semaine au MEDEF : « le retour de la croissance passera d’abord par le soutien aux entreprises ». On ne peut être plus clair, et, finalement, une telle « conversion » n’a rien à voir avec la couleur politique du gouvernement… Cela constitue bien sûr une bonne nouvelle, qui ne fait que confirmer la ligne suivie.

A l’extérieur de la France, des voix plus nombreuses s’élèvent pour assouplir les objectifs de réduction des déficits publics. En effet, il faut bien rappeler que la récession de 2012-2013 a été créée quasiment de toutes pièces par la mise en place de politiques d’austérité publiques en Italie, en Espagne, en Irlande, au Portugal et bien sûr en Grèce. Mario Draghi, le Président de la BCE, s’est soudainement converti à cette idée : il faut relancer la croissance européenne. Les propos qu’il a tenus pendant le séminaire annuel de Jackson Hole sont très importants, et traduisent un virage majeur. M. Draghi a proposé que les pays européens mettent en place des politiques budgétaires plus favorables et plus coordonnées à la demande. Il soutient, par ailleurs, l’idée d’un programme d’investissement en infrastructures publiques, mené par l’Europe, une baisse des impôts et une hausse des dépenses publiques ciblées suivant les élasticités –PIB des différents états. Jusque très récemment, le discours de la BCE se limitait à des recommandations de réduction des déficits publics et à des réformes de structure pour favoriser la croissance à long terme. La BCE vient apporter de l’eau au moulin des partisans d’un plan de relance européen… ce qui signifie que les objectifs de limitation des déficits à 3 % du PIB devraient être abandonnés, au nom de la lutte contre la déflation.

Ainsi se met en place pour la France le meilleur scénario que l’on pouvait imaginer : une politique d’offre à l’intérieur, et une politique de demande à l’extérieur des frontières. La politique d’offre devrait permettre de rassurer les entrepreneurs, et ainsi de débloquer les investissements. Une politique de demande à l’extérieur permettrait de trouver quelques nouveaux débouchés, rapidement…

Encore faudrait-il que le contexte international ne perturbe pas complètement ce retour très progressif de la croissance. La nouvelle dégradation de la situation en Ukraine peut avoir un impact très négatif sur la croissance européenne, au pire moment. L’état de guerre quasiment ouverte entre l’Ukraine et la Russie, les menaces de nouvelles sanctions évoquées hier, le risque de coupure de gaz cet hiver, et la quasi-certitude d’une forte hausse de son prix, pourraient avoir des conséquences très négatives. Mais, d’une certaine façon, il est presque souhaitable que ce conflit aille le plus vite possible jusqu’à son terme le plus probable, c’est-à-dire la partition de l’Ukraine. La Russie aura son accès direct à la Crimée, et l’Ukraine « de l’Ouest » pourra bénéficier du soutien économique massif de l’Europe…

Eric Galiègue
Valquant Recherche
www.valquant.fr


Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Le groupe STEF annonce l’acquisition de la société hollandaise Speksnijder Transport 03/09/2014
- Le groupe Vygon acquiert la société Medwin 03/09/2014
- Publicis rachète l’agence québécoise Nurun pour 125 M$ 03/09/2014
- Devoteam acquiert gPartner et Progis 03/09/2014
- Pechel entre au capital de Temis 03/09/2014
- LVMH va céder ses parts dans Hermès 03/09/2014
- Father & Sons accueille Azulis Capital et Bpifrance à son capital pour une nouvelle étape de développement 03/09/2014
- Siparex et Alsace Capital entrent au capital de Norcan 03/09/2014
- Le groupe DODO met la main sur CTM Style 03/09/2014
- Jérôme Burtin rejoint le Groupe Siparex en tant que Directeur Associé de l’activité Midmarket 03/09/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

2 septembre 2014

Euro area unemployment rate at 11.5% - EU28 at 10.2%

The euro area (EA18) seasonally-adjusted unemployment rate3 was 11.5% in July 2014, stable compared with June 2014, but down from 11.9% in July 2013.
The EU28 unemployment rate was 10.2% in July 2014, also stable compared with June 2014, but down from 10.9% in July 2013.
These figures are published by Eurostat, the statistical office of the European Union.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


INFORMATIONS LÉGALES

Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

AVERTISSEMENT LÉGAL CONCERNANT LES COMMENTAIRES ET AVIS D'EXPERTS:

Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Jeudi 4 Septembre 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News