Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 4 juin 2014 (n°5 - 16H30)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 4 juin 2014 (n°5 - 16H30)
16H30

Fitch: European Investors Remain Focused on Deflation Risk

Results from Fitch Ratings' 2Q14 European fixed income investor survey show that European investors fear deflation much more than inflation, despite the gradual economic recovery and the substantial global monetary stimulus since the start of the crisis.

Only 4% of those polled view inflation as a high risk, while 11 times as many investors - 44% - say deflation remains a more serious threat. This figure was virtually unchanged from the January survey but more than double the reading in the poll last October when investors had a "Goldilocks" outlook, viewing neither inflation nor deflation as high risk factors.

These investor views on deflation acknowledge the expected move by the ECB on Thursday to cut rates and announce new measures to support credit growth. May inflation data shows eurozone inflation at a lower than expected 0.5%.

Fitch's 2Q14 survey was conducted from 2 April to 16 May. It represents the views of managers of an estimated EUR5.3trn of fixed-income assets.

The full survey, including a video highlights summary, is now available on www.fitchratings.com

-------------------------------------------------------

12H00

European & Asian stock markets pending on ECB meeting, Euro zone growth varies

European stock markets edged lower Wednesday as market participants digested another soft data report from the Euro area ahead of the closely-watched European Central Bank meeting on Thursday.

Negative closes in Wall Street on Tuesday and weak trade in Asian markets overnight added further pressure on price-action this Wednesday morning here in Europe. After Tuesday's weaker-than-expected inflation data, the likelihood that the ECB may loosen policy has increased significantly.

This morning, Euro zone May Services PMI came in at 53.2 versus a preliminary 53.5, moderating on the month and again adding fuel to worries that the disinflationary pressures could be mounting up in the region.

The Spanish services sector posted its seventh straight month of growth but the reading for May was slightly down from the prior month in at 55.7 versus 56.5 recorded in April and below market expectations.

Germany and Italy showed growth but France reported a worrying reading with the indicator slipping to 49.1 in May, the first contraction in three months. A reading below 50 indicates contraction while above 50, signals growth.

When taken with the underwhelming manufacturing PMIs from the euro zone and inflation data, these damper data points may suggest that the ECB will act with a package of stimulus measures.

Up next on the macro menu, we have GDP figures from the euro zone which may likely show the region grew 0.2% in the first quarter of this year. Later out of the US, we have an ADP jobs report which is widely seen as a precursor to the non-farm payrolls due Friday.

Overnight in Asia, markets were trading lower but moves are not significant with markets also looking to central bank decisions out of the ECB and Bank of England on Thursday. Japanese stocks extended gains on the open as a weaker Yen supported the trade. Australia posted a better-than-expected first quarter GDP, driven by strength in the exports and household sector.

In China, the Shanghai Composite Index fell 0.9% after Chinese media reported comments by the vice minister of environmental protection, Li Ganjie, that pollution control measures could affect China's GDP growth. Hong Kong's Hang Seng Index is down 0.5%, tracking losses in the mainland Chinese markets.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

10H00

UBS daily roundup - Let's give service sector sentiment a try

Paul Donovan daily briefing.

• After the ISM's triple play on manufacturing sector sentiment on Monday, today it is the turn of service sector sentiment. For economists, there is a question of whether sentiment indicators today rare really indicating sentiment, or what participants think they ought to feel.

• In the Euro area the consensus is for a modest acceleration of economic activity, although French numbers are expected to signal contraction. Euro area GDP is also due, though not likely to be too interesting.

• The US ISM will doubtless do their best to publish sentiment figures just once today. We are looking for a consensus 55.5, consistent with the ongoing recovery post the weather impacted first quarter. Unit labour costs from the first quarter are also likely to be pushed up by weather effects.

• Australian first quarter GDP was stronger than expected, led by the export of basic resources. This puts the hype about Asian and Chinese demand weakness at the start of this year into context, although Australia has been raising market share in export markets too.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed to slightly lower this morning as ongoing profit-taking and position squaring ahead of tomorrow’s eagerly awaited ECB meeting is putting moderate pressure on stocks.
There are plenty of data out today on both sides of the Atlantic. However although the European figures are important, especially the releases of the services PMIs for individual countries and the Euro-zone as a whole, they might not get quite as much attention as they would get normally due to the central bank meeting tomorrow.
In the US early focus will be on the ADP employment change index providing a bit of a preview on Friday’s US non-farm payroll data. Main focus however will be on the release of the Beige Book this evening with traders looking out for confirmation that the US economy is indeed staging a respectable rebound in the second quarter after negative growth due to mainly bad weather earlier in the year.
What many traders are asking themselves is not only if ECB chief Draghi will deliver tomorrow but also just how much has already been priced into share prices already and finally will these ‘measures’ even work? Depending on the measures announced tomorrow volatility could increase dramatically.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H15

Ouverture en léger recul dans un marché globalement atone avant une fin de semaine chargée

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les principales places boursières ont fini la séance de mardi globalement à la baisse. Dans des volumes d’échanges une fois de plus très étriqués, les principaux indices se sont montrés hésitants avant de finir dans le rouge. Après les valeurs record obtenues lundi, les investisseurs n’ont pas trouvé de nouvelles raisons pour pousser les indices vers des sommets plus hauts.

En effet, en Europe on a pris connaissance d'un nouveau ralentissement de l'inflation dans la zone euro, à 0,5% ce qui est inférieure aux 0,6% du consensus et en retrait de 0,2 point par rapport au mois d’avril. Si cela vient encore préoccuper les économistes sur une spirale désinflationniste en Europe, les résultats publiés en début de semaine devraient renforcer les mesures permettant de faciliter le crédit et relancer la croissance, qui seront annoncées jeudi par la BCE.

Dans ce contexte, le CAC 40 a terminé en recul de 0,27% à 4 503,69 points. Le FTSE a plongé de 0,41% à 6836,30 points et le Dax allemand a cédé 0,31%, mais reste toujours près de son sommet historique à 9 919,74 points.

Outre-Atlantique, les indices de Wall Street ont émulé leurs homologues européens, en reculant dans un contexte de volumes d’échanges peu étoffés. Après les sommets observés à la clôture de lundi, l'indice Dow Jones a reculé de 0,13%, à 16 722,34. Le S&P-500 a perdu moins d’un point, soit 0,04%, à 1 924,24. Enfin, l’indice à forte composante technologique, le Nasdaq Composite, a cédé 3,12 points (-0,07%) à 4.234,08.

Ce matin, la bourse de Tokyo a clôturé la séance sur un gain de 0,22% à 15 067,96 points et le Topix, plus large, a grimpé de 0,44% à 1 233,95 points, ce qui vient confirmer la tendance haussière observée depuis deux semaines sur l’Archipel nippon.

Pour l’agenda du jour, les investisseurs européens se concentreront sur la nouvelle estimation de la croissance du PIB pour le premier trimestre. Une confirmation à 0,2% est anticipée par les économistes. En rythme annualisé, la croissance devrait ressortir à 0,9%, comme lors de la première estimation. Aux Etats Unis, on apprendra en début d’après-midi une première estimation sur les taux d’emploi de la première puissance économique et en fin de journée, on surveillera la publication du Livre beige de la Fed, qui sert de document de travail pour la prochaine réunion de politique monétaire de la Réserve fédérale américaine.

Forex : Sur le marché des changes, la monnaie unique remontait quelque peu hier face au billet vert, dans l’expectative de la réunion de politique monétaire de la BCE prévue ce jeudi. En outre, des annonces mitigées sur le plan macro-économique en zone euro ont été publiées mais n’ont donné aucune direction précise à la devise européenne, la plupart des opérateurs restant très attentistes quant à une éventuelle annonce de la BCE sur les mesures à adopter afin de soutenir l’économie de la zone euro, notamment en jouant sur le levier de l’inflation, très faible à l’heure actuelle. Ainsi, les anticipations vont bon train quant à une possible baisse des taux d’intérêt, mais encore quant au lancement d’un programme de rachat d’actifs similaire à celui qui avait été instauré par la Fed. Cette dernière mesure pourrait donc avoir pour conséquence de rendre l’euro moins rémunérateur et d’en diluer ainsi sa valeur, ce qui rendrait la devise beaucoup moins attrayante aux yeux des cambistes. Ainsi, dans l’attente de cette échéance importante, l’EURUSD progressait hier, s’adjugeant 0,23%, à 1,3626 dollar.

Au Japon, la devise du pays continuait de s’affaiblir hier face au dollar, dans un marché assez optimiste quant à la publication des nouveaux emplois créés pour le mois de Mai, devant être publiée ce vendredi. Ainsi, le Yen, valeur refuge par excellence, a souffert de ces anticipations hier, les cambistes ayant délaissé ponctuellement la devise nippone, au profit du billet vert. Ainsi, sur la journée d’hier, le cross USDJPY progressait de 0,13%, à 102,50 yens. Cette tendance se poursuit aujourd’hui, la paire ayant même atteint un plus haut en un mois, se traitant à l’heure actuelle aux encablures des 102,64 yens. Nous noterons également la progression hier des yields sur les taux à 10 ans américains, ayant ainsi permis au dollar américain de se renforcer face à la majorité de ses devises de contrepartie. Le dollar néo-zélandais a donc souffert hier, poursuivant ainsi sa tendance baissière entamée depuis un mois. La parité NZDUSD abandonnait donc 0,23%, se traitant à 84,29 cents.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux barils de référence évoluent en territoire positif ce matin, le WTI progressant de 0,16% à 102,82$ et le Brent de 0,11% à 108,94$. Le brut de référence américain augmente pour une deuxième journée consécutive suite au rapport de l’industrie montrant que les stocks de brut ont diminué aux Etats-Unis, le plus gros pays consommateur de pétrole au monde. L’American Petroleum Institute a publié hier son rapport hebdomadaire montrant que les stocks ont reculé de 1,4 millions de barils la semaine dernière pendant que l’approvisionnement à Cushing a diminué de 300 000 barils.

Le WTI a progressé de près de 3% le mois dernier, soit la première hausse mensuelle depuis Février, alors que les stocks ont diminué pour la 16ème fois en 17 semaines à Cushing, le plus grand centre de stockage. Cette diminution des stocks est dûe à l’ouverture de la jambe sud du pipeline Keystone XL début Janvier.

Selon la National Oil Corp en Libye, la fin des manifestations devrait permettre la reprise de la production à deux endroits, à savoir à Zelten et Raguba dans la région de Syrte. La production devrait augmenter de 162 000 barils par jour. Rappelons que la Libye est devenue le plus petit producteur de l’organisation de 12 membres des pays exportateurs de pétrole l’année dernière suite au début des perturbations.

Sur le front des métaux précieux, c’est une journée qui commence de manière mitigée. Le métal jaune progresse de 0,07% à 1 245,76$, tout comme l’argent qui grappille 0,09% à 18,83$. L’or reste sous pression avant la réunion de la Banque Centrale européenne qui pourrait annoncer la mise en place de mesure d’aide de soutien à l’économie, mais également un rapport sur l’emploi américain qui pourrait confirmer une fois de plus la reprise économique. Le métal jaune a chuté de 3,3% en Mai, soit la plus forte baisse mensuelle depuis le début de l’année.

Le platine et le palladium reculent respectivement de 0,23% et 0,27% à 1 427,25$ et 835,75$. La grève qui dure depuis 18 semaines en Afrique du Sud pourrait enfin être résolue selon les dernières spéculations.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

2 juin 2014

Bulletin hebdomadaire JP Morgan AM

Des niveaux historiquement faibles pour la volatilité

Si les marchés peuvent paraître volatils quand on observe leur valorisation au jour le jour, les indicateurs de volatilité implicite et de volatilité historique sont récemment tombés à leurs niveaux les plus faibles depuis plusieurs années. Cette constatation ne concerne pas seulement les marchés d’actions : la volatilité d’une large gamme de classes d’actif – obligations et devises – évolue également à des niveaux historiquement bas. D’un point de vue empirique, la volatilité tend à s’agréger en régimes distincts, en ce sens que de fortes fluctuations des cours suivent habituellement d’importants mouvements, et de faibles fluctuations des cours suivent généralement de faibles mouvements. Dans le temps cependant, on constate une tendance à revenir vers une moyenne de long terme, en ligne avec les fluctuations du cycle conjoncturel.

Grâce à l’analyse des données des marchés des options, la volatilité, considérée comme une caractéristique, peut être calculée et isolée pour une large part de la même façon que le rendement et la valorisation. Des instruments de mesure permettant de capturer cet élément de façon régulière ont été mis au point et la volatilité est devenue négociable, comme une classe d’actif à part entière. Nous disposons désormais d’un marché actif des futures sur l’indice VIX (qui capture la volatilité implicite des options sur l’indice S&P 500), d’un indice mesurant la volatilité implicite d’une gamme de contrats d’options sur bons du Trésor américain (US) (l’indice MOVE) et d’une gamme d’indices de la volatilité des devises compilés par JP Morgan à partir de contrats d’options. Tous sont porteurs du même message. L’indice VIX évolue désormais à ses plus bas niveaux depuis février 2007 ; à l’exception d’une courte période début 2013, l’indice MOVE évolue à son niveau le plus faible depuis mai 2007 ; quant à l’indice JPMorgan G7 Currency Volatility, à l’exception d’une brève période en mai/juin 2007, il se situe à son plus faible niveau depuis 1996. Selon Goldman Sachs, la volatilité implicite sur le S&P 500 se situe au dix-huitième percentile de sa moyenne historique ; sur les bons du Trésor américain (US) à 10 ans, elle évolue au quatrième percentile de sa moyenne historique ; et sur les devises du G7, elle côtoie le second percentile de sa moyenne historique.

Pourquoi la volatilité est-elle aussi faible ?

Les mouvements à court terme de la volatilité sont difficiles à prévoir et sont fortement influencés par des chocs spécifiques. Mais des régimes plus persistants sont liés aux conditions économiques sous-jacentes et aux effets des politiques monétaires et du crédit. C’est l’interaction entre les cycles économiques, monétaires et du crédit qui suscitent des régimes de volatilité forte ou faible, et ce sont les changements de rythme et de direction de ces cycles qui en définitive conduisent les transitions entre les régimes.

Le fait que les marchés se trouvent dans des régimes de volatilité faibles ou élevés est fortement influencé par les facteurs suivants :
(1) Le degré de maturité du cycle économique : une progression de la volatilité est typiquement une évolution de fin de cycle lorsque le cycle conjoncturel approche de son pic et que la capacité de production inutilisée est résorbée.
(2) Le niveau de l’incertitude macro-économique : une progression de la volatilité tend à être associée à une montée de l’incertitude économique et politique (comme le reflète la dispersion des prévisions économiques). La baisse de la volatilité est corrélée à une plus grande certitude économique.
(3) Le niveau de tension des marchés financiers : de toute évidence, les périodes de tension financière génèrent de la volatilité sur les prix des actifs au-delà de leurs effets macro-économiques, comme l’ont montré les récents évènements (ex : la crise de la zone euro).
(4) La crédibilité de la politique monétaire : dans l’environnement actuel, les politiques non conventionnelles et les limites du plancher de zéro ont clairement contribué à réduire la volatilité des taux d’intérêt à l’extrémité courte de la courbe depuis que les taux directeurs ont été ramenés à zéro. Mais l’établissement puis le maintien de la crédibilité de la politique monétaire sont déterminants pour étendre ce régime aux maturités plus longues, les dirigeants politiques ayant tenu leurs engagements.

Compte tenu de l’existence de ces facteurs, nous ne devrions peut-être pas être surpris par une volatilité aussi faible. Malgré le fait que cinq années de reprise se soient écoulées depuis la crise financière mondiale, une insuffisante fermeté du marché de l’emploi et des conditions de production subsiste et les pressions inflationnistes demeurent faibles. La dispersion des prévisions de croissance dans la plupart des économies s’est fortement réduite et les niveaux de tension financière ont diminué, parallèlement avec le désendettement opéré et la restauration des ratios de fonds propres. Enfin, les politiques monétaires restent solidement arrimées et la crédibilité des dirigeants politiques demeure élevée. Même si les actions politiques elles-mêmes sont sans précédent et les stratégies de sortie seulement vaguement perçues, il n’existe jusqu’à présent aucun sentiment d’une menace lourde qui pèserait sur la crédibilité politique. Bien qu’une faible volatilité puisse impliquer une confiance en soi croissante chez les investisseurs et conduire à un accroissement de l’appétit pour le risque, il n’y a pas non plus de sentiment selon lequel les conditions contribuant au régime actuel pourraient cesser brutalement.

Qu’est-ce qui pourrait donc mal tourner ?

Le premier risque potentiel est que nous – et d’autres – nous trompions sur l’état d’avancement du cycle et qu’en fait les capacités inutilisées soient bien moins importantes que nous ne le pensons actuellement. Si les risques d’inflation devaient apparaître plus tôt que ce qui est généralement attendu, incitant les dirigeants politiques à des actions de politique monétaire plus précoces et plus agressives, cela se traduirait inévitablement par une plus forte volatilité. Le second risque potentiel est la supposition que la trajectoire de sortie de la politique monétaire sera suffisamment prévisible de telle sorte qu’elle ne conduirait pas à une hausse soutenue de la volatilité des taux d’intérêt. Un faux pas des dirigeants politiques sur le chemin de la normalisation monétaire serait susceptible de menacer la crédibilité, acquise de haute lutte, des politiques monétaires et se traduire par des révisions de prix sur un grand nombre de marchés d’actifs. Ce ne serait pas un moment agréable pour les investisseurs. En supposant que le cycle économique reste modéré, que le niveau de l’incertitude macro-économique reste faible, que les tensions financières demeurent modestes et que la politique monétaire reste crédible, le régime actuel de faible volatilité dans lequel baignent les marchés d’actifs apparaît susceptible de persister. La plupart des particularités qui caractérisent la fin de telles périodes de faible volatilité – endettement excessif, valorisations extrêmes, hausse de l’inflation, etc.. – doivent encore émerger. Il existe clairement des inquiétudes selon lesquelles la persistance d’une faible volatilité renforce à l’excès la confiance en soi des investisseurs mais cette faible volatilité ne devrait pas en elle-même impliquer que nous courrions à notre propre perte.

Réflexions diverses :
- Une évolution intéressante est apparue au Royaume-Uni dans le sillage des élections européennes. Une enquête d’opinion réalisée de longue date par Ipsos-Mori pose à intervalles réguliers la question suivante : “S’il y avait un référendum maintenant sur le point de choisir si la Grande-Bretagne devrait rester ou sortir de l’Union européenne, comment voteriez-vous ?” Celle-ci enregistre depuis 2011 une hausse du nombre des sondés qui préfèreraient que la Grande-Bretagne “reste”. Par contre, depuis 2011, on constate un recul de ceux qui souhaitent “sortir”. Cette tendance apparaît contradictoire avec la montée en puissance de l’UKIP (UK Independence Party), parti déterminé à ce que le Royaume-Uni sorte de l’UE.
- On constate une forte augmentation du nombre des transactions sur les entreprises depuis le début de cette année. Selon l’ISI, on dénombre au total plus de 210 opérations de ce type depuis le début de l’année, totalisant 1 750 milliards USD. Pour remettre ce chiffre en perspective, en rythme annualisé, le montant de ces transactions est supérieur au poids de l’économie allemande et n’est dépassé que par le Japon, la Chine et les Etats-Unis. Ceci pourrait s’expliquer par le faible coût de la dette et l’utilisation des excédents de trésorerie des grandes entreprises plutôt que par une éventuelle sous-évaluation des actions.

Document produit par l’équipe Global Multi Asset Group de J.P. Morgan Asset Management. Édité par David Shairp, Stratégiste.

Ce document est à but informatif uniquement et ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements.
Les informations contenues dans ce document ont été puisées à des sources considérées comme fiables. J.P. Morgan Asset Management ne peut cependant en garantir l’exactitude ou l’exhaustivité. Toutes prévisions ou opinions exprimées nous sont propres à la date d’édition de ce document et sont susceptibles de changer à tout moment sans préavis. Ce document ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements. JPMorgan Asset Management (Europe) S.à.r.l.–Succursale de Paris, au capital social de 10.000.000 euros, inscrite au RCS de Paris n°492 956 693. 05/2014

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Rok Solution réalise une levée de fonds de 1,5 M€ 03/06/2014
- Altarea Cogedim prend une participation majoritaire dans Histoire & Patrimoine 03/06/2014
- Etude White & Case: Defying the Odds: the rise of European private equity 03/06/2014
- Viadeo enregistre son document de base dans le cadre de son projet d’introduction en bourse sur le marché règlementé d’Euronext à Paris 03/06/2014
- Bureau Veritas acquiert l’entreprise américaine DTI DiversiTech Inc. 03/06/2014
- La startup française Capptain passe dans le giron de Microsoft 03/06/2014
- Novacyt boucle le rachat de la société anglaise Lab21 03/06/2014
- Provence Technologies acquiert le groupe Synprosis 03/06/2014
- De Pardieu Brocas Maffei conseille les repreneurs du groupe Ascométal 03/06/2014
- Ackerman reprend Les Celliers du Prieuré-Valentin Fleur 03/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

3 juin 2014

Estimation rapide - mai 2014 : le taux d’inflation annuel de la zone euro en baisse à 0,5%

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,5% en mai 2014, en baisse par rapport au mois d’avril où il était de 0,7%, selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.

EUROSTAT
ec.europa.eu/eurostat


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mercredi 4 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News