Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 3 septembre 2014 (#5 - 16H30)

Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 3 septembre 2014 (#5 - 16H30)
#5 - 16H30

ECB Lautenschlaeger: Need For Reforms Message Of Draghi Speech

By J. Treeck --Central Bank Action Must Not Remove Incentives For Reform

European Central Bank Executive Board member Sabine Lautenschlaeger said Wednesday that the need for structural reforms was the main message of ECB President Mario Draghi's speech in Jackson Hole on August 22.

"For me, the main message was that the most important instrument to solving the problems we are currently facing are structural reforms," Lautenschlaeger said. "Economic prospects are not determined by the ECB alone but also by national governments."

Speaking just a day before the monthly monetary policy meeting of ECB's Governing Council, Lautenschlaeger noted that she was in the so-called "quiet period" during which policymakers agreed not to make policy-relevant comments.

Nevertheless, she argued that central bank actions must not remove incentives for national governments to push ahead with structural reforms.

Draghi in his speech called for a "greater role" for fiscal policy in supporting economic growth and his remarks have been widely interpreted as shift away from austerity policies aimed at reducing national budget deficits.

"The second message was a hint that if money is to be spent, it should be spend wisely," Lautenschlaeger said. "This is how I would interpret it."

Questioned on her position on eurobonds, Lautenschlaeger said she would not object to such instruments so long as they did not remove "pressures to implement structural reforms."

If it is agreed that structural reforms should have top priority, "then you cannot act differently but to ensure that these incentives - whether it be via eurobonds or central bank actions - are be maintained."

MNI Paris Bureau

#4 - 11H45

UBS daily roundup - Anecdote and markets

Paul Donovan daily briefing.

• The Fed's Beige Book comes out, and the anecdotal evidence of both the labour market and bank credit creation does matter. However, the overall tone of the Beige Book has been "behind the curve" of economic reality in recent publications; the Fed may be underestimating or downplaying the recovery.

• Service sector sentiment litters the Euro area economic calendar, after disappointments in the manufacturing sentiment data. Italy may call for some special attention given the manufacturing weakness there.

• UK service sector sentiment is also due, and while the signals for economic activity have been strong in the recent sentiment data, they have also been slowing. The BRC shop price index confirmed no inflation threat as the Bank of England starts its two day meeting, but inflation is not really the main policy story.

• China's service sector data showed a small improvement. More importantly, the major local banks seem to be expanding their lending activities (we think this is part of a broader trend). In Japan Abe reshuffled his cabinet, with some key appointment changes.


# 3 - 11H00

Asian Indices Rise, Yahoo Shares Continue to Climb Ahead of Alibaba IPO

There were positive results from the Asian session overnight, with the big indices all gaining ground. The Nikkei rose by 0.38% as the markets responded positively to Shinzo Abe’s cabinet reshuffle in an attempt to re-energise his government. Meanwhile, Chinese Indices rose after reports of significant growth in China’s Services PMI, which jumped to 54.1 from the previous level of 50. The Shanghai Composite rose by 1% while the Hang Seng closed up by 2.17%, galvanised after days of trading broadly flat during protests in Hong Kong after Beijing flexed its political muscle in the region.

Markit Services PMI figures out in the Euro zone this morning showed mostly gloomy results, with Germany, France and Italy all reporting figures below expectations. Spain was an exception, with its Services PMI for August at 58.1 instead of the 55.1 expected. However, the PMI Composite for the Euro zone as a whole failed to match the predictions, with the recorded figure at 52.5 instead of the expected 52.8. The DAX and CAC were unfazed by the news, however, with gloomy Euro area macroeconomic numbers now fuelling expectations that ECB President Mario Draghi will institute some sort of quantitative easing measures to combat the ongoing economic decline within the Euro zone. Meanwhile in the UK the FTSE is currently trading up by around 0.5% after a strong services PMI for August; instead of an expected fall to 58.5 from July’s 59.1, August saw a rise to 60.5.

In stocks news, Yahoo shares have continued to rise as investors anticipate a major payday for the firm as a result of the upcoming Alibaba IPO. Yahoo has a stake of more than 20% in Alibaba and has been reported as intending to sell approximately a quarter of its shares in the Chinese e-commerce company during the IPO. Yahoo stock rose by almost 8% in August and was up by nearly 2% in the first day of September trading yesterday in the US.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS

#2 - 9H15

Good Morning Finyear Readers!

European stocks are moving higher this morning on the back of much better than expected economic data out of China and ahead of the eagerly awaited ECB meeting tomorrow.
Despite the situation in Easter Ukraine still not showing any signs of de-escalating and more sanctions are likely to be imposed on Russia by the EU shortly for now strong data out of the US and China and possibly new measures being announced by the ECB to combat low inflation and weak growth as early as tomorrow are driving markets higher.
Still it needs to be seen if recent gains will be sustained and are based on new ‘long-term’ buyers entering the market or if they have merely been the result of short-covering ahead of the ECB meeting.
Technically European markets are currently in neutral territory however in order for them to undergo a clear shift to a more positive sentiment either growth in the Euro-zone would have to show signs of finally staging a substantial rebound or the critical situation in Easter Ukraine has to start to diffuse.
For today markets are expected to mostly remain range-bound with volume on the light to moderate side with many traders preferring to remain on the side-lines for now.
Later tonight focus will shift to the release of the important ‘Beige Book’, any indications that growth in individual Fed districts is about to accelerate further will renew calls for an early hike in interest rates.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

#1 - 9H00

Statu quo sur les marchés avant la BCE jeudi Accéder à la recherche Saxo Banque

Marchés actions
Sur les marchés actions, Wall Street n’a pu dégager de réelle tendance hier en dépit d’indicateurs macroéconomiques américains confirmant la force de la reprise économique. En effet, les investisseurs ont pu assister à un rebond des dépenses de construction en Juillet, à leur plus haut niveau au cours des six dernières années et à la hausse de l’activité du secteur manufacturier le mois dernier. Néanmoins, les valeurs pétrolières ont souffert en raison de la forte baisse du Brent à son plus bas niveau en près de 15 mois. Les investisseurs ont toujours les yeux tournés vers la réunion de la BCE jeudi prochain suivi des chiffres sur l’emploi US vendredi et ils attendent avec impatience le discours de Mario Draghi et une possible annonce de mise en place d’aide à l’économie.

Le Dow Jones et le S&P500 ont ainsi respectivement lâché 0.18% et 0.05% à 17 067.56 points et 2 002.28 points. De son côté le Nasdaq a progressé de 0.39% à 4 598.19 points.

Ce matin, la Bourse de Tokyo a fini en hausse pour la troisième séance d’affilée. En effet, les opérateurs de marché attendent beaucoup du remaniement partiel du gouvernement du Premier ministre Shinzo Abe et notamment de la sortie de la déflation dans laquelle le pays est embourbé. On remarquera néanmoins que le gouvernement conserve les ministres les plus importants. L’indice Nikkei a progressé de 0.38% à 15 728.35 points. De plus, les valeurs exportatrices continuent de profiter de la baisse du Yen face au Dollar qui a touché son plus bas niveau au cours des huit derniers mois avant de se stabiliser.

De leur côté, après avoir terminé proche de la neutralité hier, les principales bourses européennes sont attendues en très légère hausse à l’ouverture. Les investisseurs attendent de nouveaux catalyseurs et restent partagés entre le conflit russo-ukrainien et l’espoir de voir la BCE prendre « enfin » des mesures de soutien à l’économie. Néanmoins, peu de professionnels s’attendent à une décision d’envergure au cours de cette prochaine réunion. Selon les premières indications disponibles, le CAC et le Footsie pourraient grappiller 0.09% tandis que le Dax devrait rester stable à l’ouverture

Sur le marché des changes ce matin, le billet vert continue de se renforcer et progresse face à 15 de ses 16 principales contreparties. L’hypothèse d’une hausse plus rapide que prévue des taux d’intérêt par la Réserve Fédérale est, en effet, portée par l’accélération de la croissance américaine. Les Etats-Unis ont pu également profiter de bons chiffres, avec notamment une amélioration du niveau d’embauche ainsi qu’une hausse des commandes d’usine. Les investisseurs pourront prêter une attention particulière à la publication du Livre Beige de la Fed aujourd’hui, retraçant l’activité économique du pays.

Seule la monnaie unique évolue ce matin en hausse face au dollar américain. La paire phare du marché des changes évolue depuis le début de la semaine autour des $1,3125 et semble évoluer en hausse ce matin, s’échangeant à $1,3139. Dans l’attente de la réunion de la BCE ce jeudi, les cambistes pourront scruter aujourd’hui les chiffres européens, français et allemands des PMI composite et services. Attendus sans changement, ces derniers pourront impacter l’évolution du cours, et confirmer l’appréciation de l’euro observée ce matin. Les spéculations sur l’éventuelle nouvelle impulsion que pourrait lancer la BCE semblent s’intensifier depuis que François Hollande et Mario Draghi, président de la BCE, ont convenu que la déflation et la faible croissance menaçaient de manière directe l’économie de l’Union européenne.

En Asie, la devise nippone continue d’enfoncer son plus bas depuis huit mois face au dollar. Le yen continue en effet de subir la décision de remaniement ministériel orchestré par le premier ministre japonais Shinzo Abe. Il faudra suivre l’évolution de la réunion de la BoJ qui débute aujourd’hui pour une durée de 2 jours. Le cross USDJPY cotait ce matin aux alentours des 105 yens, alors que face à l’euro, la devise japonaise s’échangeait à 137,84 yens.

La Chine, quant à elle, a publié de bonnes nouvelles économiques cette nuit, avec notamment une hausse du PMI chinois, ainsi qu’une amélioration de l’indice HSBC pour les services à 54,1 contre 50 précédemment ; ce dernier a atteint un plus haut de 17 mois (Mars 2013).

Outre-Manche, la devise britannique a su mettre fin à une chute de 115 pips observée hier, et consolide ce matin autour des €1,2538. Il faudra suivre aujourd’hui la publication des indices PMI services et composite en Grande-Bretagne.

Matières premières
Les deux barils les plus échangés ce matin sont en hausse tous les deux de plus de 0.40%. Le WTI cotait $ 93.28 et le Brent $ 100.74.

Le WTI est donc en progression avant la publication des données qui pourraient signaler la vigueur de la demande de carburant aux États-Unis, le plus grand consommateur de pétrole au monde. Cette hausse peut aussi s’expliquer par une énième montée des tensions en Ukraine. Cette nuit une quinzaine de morts côté de l’armée Ukrainienne. En Libye, les bâtiments de la National Oil Corp à Tripoli n'ont pas encore été touchés par les combats entre milices rivales. Il faut noter toutefois que la nation est le plus petit producteur de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole.

Du coté des métaux, l’or a avancé pour la première fois en quatre jours sur des rachats à bon compte suite au fort repli d'hier. Les autres métaux suivent également avec l'argent qui progresse de 0.19% à 19.2$ et le platine qui prend 0.3% à 1411.2$ l'once. Le palladium, le métal précieux qui possède le plus fort beta de marché, s'adjuge 0.49% à 884.9 $ l'once.

Saxo Banque (France)

30 juillet 2014

Les enjeux de la rentrée de septembre 2014

Le mois de septembre 2014 s’annonce chargé sur les questions économiques. Trois sujets majeurs structureront les débats de l’automne : la croissance économique, la préparation du budget 2015 et l’évolution du « policy mix » dans les pays avancés.

Le présent flash fait le point sur ces questions.

1. Vers une légère croissance au deuxième trimestre 2014 ?

Le 14 août prochain, l’INSEE présentera son estimation de la croissance au deuxième trimestre de l’année. Après un premier trimestre atone, le PIB pourrait légèrement augmenter au T2 (+ 0,3 %)(1) grâce à une contribution positive de la demande intérieure hors stocks (+ 0,3 % contre - 0,4 % au T1) et du commerce extérieur (+ 0,1 % contre - 0,2 %).
L’investissement des entreprises non financières demeurerait peu dynamique (+ 0,2 %). Avec un deuxième semestre en ligne avec le T2 (+ 0,3 % au T3 et + 0,3 au T4), la croissance serait, en moyenne annuelle, positive (+ 0,7 %) mais inférieure à celle retenue par le Gouvernement lors des LFR/LFRSS de l’été 2014 (+ 1,0 %). Cette dernière pourrait donc être revue à la baisse, a fortiori si le T2 est inférieur à la prévision. Le chiffre du T2 influera également sur l’hypothèse retenue pour 2015 : à ce stade, un écart d’un demi-point existe entre la prévision gouvernementale (+ 1,7 %) et celle du consensus des économistes de juillet 2014 (+ 1,2 %). En Europe, la prochaine publication trimestrielle permettra de mieux évaluer les dynamiques en cours avec, a priori, une confirmation du léger mieux en zone euro (vers un cinquième trimestre consécutif de hausse du PIB) et en Espagne, de la vigueur au Royaume-Uni et un ralentissement en Allemagne (0 % selon la dernière prévision de la Bundesbank).

2. PLF et PLFSS pour 2015 : des mesures annoncées, une construction à préciser

A l’occasion du débat d’orientation des finances publiques tenu au cours du mois de juillet, le Gouvernement a confirmé son objectif de réaliser 50Md€ d’économies par rapport à l’augmentation tendancielle des dépenses entre 2015 et 2017 (2) (voir flash éco du 23 avril). Pour 2015, les PLF/PLFSS qui seront discutés à l’automne devraient prévoir 21Md€ d’économies, dont la décomposition par sous-secteur (Etat, collectivités locales, sécurité sociale) n’est pas encore arrêtée. Toutefois, il est acquis que les dépenses de l’Etat s’inscriront en baisse nette par rapport à l’année précédente (reconduction du gel du point d’indice de la fonction publique, baisse de 5 % des dépenses de fonctionnement…), prolongeant l’effort réalisé en LFI pour 2014, tout comme les transferts aux collectivités locales. En matière de sécurité sociale, la norme de dépense pour l’assurance maladie (ONDAM) serait abaissée à + 2,1 %, soit une division par deux par rapport à la progression « tendancielle » de ces dépenses. Le gel des prestations (hors « petites » retraites et minima sociaux) de l’automne 2014 produira également son plein effet budgétaire en 2015. Du côté des recettes, le taux de prélèvements obligatoires (PO) baisserait pour la première fois depuis 2009, mais de façon modeste (- 0,3 point de PIB) sous l’effet de différentes mesures de réduction (montée en puissance du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi et première tranche du « pacte de responsabilité et de solidarité » pour les entreprises, allègement des prélèvements fiscaux et sociaux pour les ménages modestes). La principale incertitude concerne les hypothèses qui seront retenues en matière d’élasticité des recettes : dans le programme de stabilité transmis aux partenaires européens en avril dernier, le Gouvernement envisageait une élasticité unitaire des PO au PIB pour les années 2015 à 2017, soit un comportement plus dynamique qu’en 2012 et 2013 (avec, respectivement, 0,2 et 0,9). Concomitamment au PLF, le Gouvernement présentera à l’automne un projet de loi de programmation des finances publiques (PJLPFP) qui détaillera la nouvelle trajectoire de finances publiques pour les années 2014 à 2017 en intégrant le plan d’économies du 16 avril dernier ainsi que le « pacte ».

3. « Policy mix » dans les pays avancés : statu quo budgétaire, divergence monétaire ?

En macroéconomie, le « policy mix » désigne l’orientation de la politique économique, composée de la politique budgétaire et de la politique monétaire. Dans un sondage récent (3), le consensus des économistes a interrogé ses panelistes dans les différents pays avancés sur leur appréciation de la situation présente (« la politique budgétaire/monétaire est… trop restrictive/appropriée/trop stimulante ») et leurs prédictions et souhaits pour les 12 mois à venir (« la politique budgétaire/monétaire sera/devrait être… plus restrictive/inchangée/plus stimulante »).

GRAPHIQUES en fin d'article.
Source : Afep à partir du Consensus forecast de juillet 2014.

Plusieurs résultats sont à noter : tout d’abord, la politique budgétaire telle qu’elle est menée actuelllement serait peu modifiée dans l’année à venir, seuls les panelistes scandinaves prévoyant majoritairement une inflexion (plus stimulante en Norvège, plus restrictive en Suède). Ensuite, la politique monétaire serait moins accomodante aux Etats-Unis (suite et fin du « tapering » de la Fed) et, surtout, au Royaume-Uni (crainte de surchauffe en lien avec l’immobilier), contrairement à la zone euro, où la BCE approfondirait son assouplissement monétaire au-delà des annonces du 6 juin (voir flash éco de cette date). A cet égard, il est tout à fait frappant de constater qu’à la divergence zone euro vs Etats-Unis/Royaume-Uni s’ajoute une divergence intra-union monétaire : en effet, 71 % des répondants en Allemagne estiment que la politique monétaire sera inchangée, contre 50 % en Espagne, 33 % au niveau de l’ensemble de la zone et 25 % en Italie. Le passage du « positif » au « normatif » amplifie les écarts : 76 % des répondants en Allemagne jugent que la politique future de la BCE devrait être plus restrictive, contre 11 % en zone euro et 0 % dans les autres pays (France, Italie, Espagne). Cette divergence interne traduit les écarts de croissance entre les économies, l’inquiétude exprimée outre-Rhin devant être remise dans son contexte, à savoir une croissance du PIB ancrée autour de 2 % - même si le T2 pourrait s’avérer atone - et une poussée des salaires nominaux (les partenaires sociaux ont négocié une hausse des salaires de 3,4 % pour l’année en cours) qui doit contribuer au rééquilibrage de la croissance européenne. A cet égard, il est à noter le soutien explicite apporté récemment par la Bundesbank à ces hausses de rémunérations. Elle traduit également, de façon schématique, la crainte allemande d’une politique monétaire trop « laxiste » qui pénalise les épargnants (retraités du « Nord ») au détriment des agents endettés (Etats et ménages du « Sud »).

En France, la rentrée économique de septembre sera marquée par les deux questions suivantes :
1) quelles perspectives de croissance pour 2014 et 2015 ?
2) comment assumer l’abandon de l’objectif des 3 % de déficit en 2015 tout en gardant une crédibilité suffisante ? Au plan européen, l’équilibre de facto instauré depuis l’après-crise (assouplissement monétaire, durcissement budgétaire) devrait être maintenu dans ses grandes lignes car il offre une flexibilité encadrée à chacun. Le risque est toutefois grand qu’il ne renforce encore un peu la pression sur la politique monétaire, trop souvent vue comme le « levier miracle » qui pourrait à lui seul régler l’ensemble des maux dont souffrent les pays.

(1) Prévision INSEE, note de conjoncture de juin 2014.
(2) Sans aucune mesure, les dépenses publiques augmenteraient (croissance « tendancielle » ou « spontanée ») de 112Md€ entre 2014 et 2017. Le plan d’économies de 50Md€ permettra donc de ramener cette progression à 62Md€ (= 112 – 50).
(3) Voir Consensus forecast en date du 14 juillet 2014.

« Analyse à caractère économique ne constituant pas une prise de position. Liste complète disponible sur www.afep.com »

Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Siparex et Alsace Capital entrent au capital de Norcan 03/09/2014
- Le groupe DODO met la main sur CTM Style 03/09/2014
- Jérôme Burtin rejoint le Groupe Siparex en tant que Directeur Associé de l’activité Midmarket 03/09/2014
- Altran acquiert les activités de services R&D Télécoms en Chine de Beyondsoft 03/09/2014
- Esso S.A.F. annonce un projet d’accord pour la vente de son réseau de stations-service à la société DCC Energy France SAS 03/09/2014
- MinuteBuzz lève 1 M€ auprès de Seventure Partners 02/09/2014
- Le fonds de private equity IK Investment Partners négocie le rachat d’Exxelia 02/09/2014
- Double acquisitions pour Clasquin 02/09/2014
- EY annonce l’acquisition du cabinet 7abc 02/09/2014
- Deloitte France et la société de conseil en ingénierie sociale Axcess annoncent leur rapprochement 02/09/2014
- Morpho réalise l’acquisition de Dictao 02/09/2014
- SIG France rachète Société Distribution Matériaux pour 5 M€ 02/09/2014
- Days of Wonder rejoint le groupe Asmodee 02/09/2014
- GroupM annonce l’acquisition de Keyade 02/09/2014
- Bureau 14 lève 750,000 € auprès de Newfund 02/09/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

29 août 2014

Estimation rapide - août 2014 : le taux d’inflation annuel de la zone euro en baisse à 0,3%

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,3% en août 2014, en baisse par rapport au mois de juillet, où il était de 0,4%, selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 3 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs