Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 3 juin 2014 (n°6 - 16H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 3 juin 2014 (n°6 - 16H00)

Euro zone Inflation Slows, UK Construction PMI Falls

European equity markets are still at six-year highs, however price action on the whole is weaker following poorer than expected inflation data from the euro zone. Data out Tuesday showed euro zone inflation slowed to 0.5% in May, placing further pressure on the ECB to assuage fears over deflation. Most in the market expected the annual consumer price index to remain steady at 0.7%, however, the deterioration sparks wider fears about the euro zone economy’s battle with disinflationary pressures, though after Monday’s decline in German inflation a further weakening in the euro zone inflation report didn’t come as a complete surprise.

In response, the euro fell to a day-low immediately, however it has since recovered, thanks to a batch of euro zone jobs data which shows the unemployment rate was slightly better, dipping to 11.7% in April – that was driven by advances in Spain mostly, although Italian jobs data was still gloomy with the rate staying stubbornly high.

In the UK, growth in the construction sector unexpectedly slowed to a seventh-month low in May. Construction PMI fell to 60.0 in May from April's 60.8, which itself had eased from 62.5 in March – the reading is below expectations, however it is still in a growth zone so markets are not too worried about this drop just yet.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



L’exercice d’équilibriste de Super Mario

Note de recherche sur la BCE, rédigée par Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque, dans le cadre de la réunion qui se tiendra ce jeudi 5 juin.

En raison des anticipations du marché et de la baisse prévisible des perspectives d’inflation pour 2014 de 1% à 0.7% - 0.8%, Mario Draghi va être contraint d’agir lors de la réunion de la BCE du 5 juin.

Il est confronté à un exercice d’équilibriste des plus périlleux. Il ne peut pas se permettre de ne rien faire car il risquerait de causer un affolement des marchés au moment le moins opportun, juste avant l’été lorsque les volumes sont réduits, mais il doit aussi canaliser les attentes d’action des investisseurs qui entretiennent en grande partie la survalorisation actuelle des indices boursiers.

Deux scénarios sont possibles. Le premier scénario, qui est le plus probable, est celui de l’annonce de mesures symboliques, en l’occurrence une baisse du taux de refinancement et un taux de dépôt négatif, ce qui pourrait apaiser temporairement les investisseurs avant la période creuse des vacances. Dans cette optique, lors de sa conférence de presse, Mario Draghi devrait laisser la porte ouverte à un programme plus étoffé en cas de nécessité.

Le deuxième scénario serait celui du « package », c’est-à-dire des mesures symboliques accompagnées d’une troisième LTRO et / ou de la fin de la stérilisation du programme SMP. Ce « package » pourrait avoir des conséquences contraires à celles escomptées car, au lieu de rassurer, cela signifierait que la situation dans la zone euro est plus grave que prévu. Autre inconvénient, la BCE réduirait substantiellement sa marge de manoeuvre possible en une seule fois car la seule option restante sur la table serait un QE à l’européenne.

Dans tous les cas de figure, il y a de fortes chances que la décision et les commentaires de Mario Draghi soient mal interprétés, d’où la nécessité de protéger ses positions éventuelles avec des Calls ou des Puts. En raison des anticipations du marché et de la baisse prévisible des perspectives d’inflation pour 2014 de 1% à 0.7% - 0.8%, Mario Draghi va être contraint d’agir lors de la réunion de la BCE du 5 juin.

Saxo Banque (France)



Indian Markets Continue to Climb, European Government Bond Yields at Lowest Since Napoleonic Wars

Equity markets in Europe have eased Tuesday morning, pausing for breath following recent strength which has seen major benchmarks trading at six-year highs. Price action so far suggests traders are expressing a degree of hesitation ahead of inflation data for the euro zone after German consumer prices missed expectations on Monday.

However, the expectation is that further decline in inflation may signal a stimulus response by the European Central Bank at Thursday’s policy meeting. Overnight, Asian equity markets traded broadly higher, sentiment being helped by data which showed that Chinese PMIs from HSBC Holdings and Markit Economics stood at 49.4 in May, up from 48.1 in April.

Although this outcome missed expectations, the reading does show an improvement in the survey as it edges closer to expansion territory near the 50 mark. Japanese equities extended their rally, helped by continued weakness in the yen. Elsewhere, the Australian dollar is up against the US dollar but the S&P/ASX 200 stock index lost 0.7% after the Reserve Bank of Australia left interest rates at 2.5% for the ninth month in a row and backed away from attempting to talk down the Aussie as some traders expected it might.

Over in India, the Sensex index is up 0.6% and on course for another record close as investors continue to celebrate the election win by the Bharatiya Janata Party and its leader Narendra Modi and after the Reserve Bank of India also maintained monetary policy. The attention this week will remain on central banks with the Bank of England and the ECB meeting on Thursday – the spotlight is on the latter. ECB head Draghi said last month he’s “comfortable” to act in June to expand the central bank’s easing policy, with markets waiting to see what form such an expansion will take.

The threat of deflation warrants action by the ECB – indeed, European government bond yields are at their lowest since the Napoleonic Wars, signalling that investors want more action from the ECB. Inflation data from the euro zone will therefore be very much in focus today, as well as a measure of unemployment in the euro area which is likely to show the jobless rate stood at 11.8 percent in April, unchanged from the previous month. Later in the session, we have US factory orders which are expected to show an increase of 0.5% in April, as well as the Non-Farm Payroll report, which is out on Friday. Last month’s non-farm payroll figures exceeded expectations by a wide margin, with the 288,000 figure far above the 215-220k predicted.’

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



UBS daily roundup - Demonstrating the dangers of trusting data

Paul Donovan daily briefing.

• This US ISM yesterday gave a wonderful (if unintentional) demonstration of the dangers of putting too much emphasis on single data points – coming out with three variations of their manufacturing confidence data in a single morning.

• The final reading of the US manufacturing sentiment was basically consensus, and I the number can be trusted indicates reasonable expansion. The Euro area sentiment data was less positive, although also less divergent than expected.

• German disinflation in the consumer price measure was enough to make all but certain the idea that the ECB will ease at this week's meeting. The release of Euro flash consumer price inflation today is unlikely to add too much one way or the other.

• Chinese sentiment data was nicely confusing overnight – the service sector performing more strongly, but the Markit manufacturing estimate being revised lower. The Reserve Bank of Australia (which has a vested interest in Chinese data) was perhaps relatively optimistic on growth, however.




Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed this morning despite firmer markets across Asia on the back of a sharply improving Chinese purchasing manager index providing further evidence that the worst might be behind the Chinese economy.
While all eyes are remaining on the upcoming ECB meeting on Thursday, this morning’s focus will be on Euro-zone employment and inflation data.
There is little change expected what the job situation across Europe is concerned with the overall employment rate remaining at elevated levels, confirming that the economic recovery continues to proceed at a very moderate pace at best.
Consumer price data are likely to confirm that the Euro-zone continues to be in an environment of very low inflation only strengthening the case that the ECB will take decisive measures later this week to counteract this for some very worrying trend.
Sentiment for stocks remains positive although many traders are likely to remain on the side-lines until the ECB meeting is out of the way.
Day traders continue to prefer to take advantage of any intra-day sell-offs by buying dips speculating that we will continue to have range-bound markets with overall very little direction.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Les indices temporisent avant la réunion de la BCE

Marchés Actions : Sur les marchés actions, les investisseurs ont montré peu d’appétit pour le risque lors de la séance d’hier. Si les jours précédents on a pu observer des faibles volumes d’échanges et de faibles valeurs de volatilité, la tendance s’est encore confirmée hier, alors que les investisseurs portent leur attention sur les annonces macroéconomiques qui verront le jour jeudi et vendredi.

En effet, le CAC 40 a navigué très proche de l’équilibre et clôture finalement sur les 4 515,89 points, soit un repli symbolique de -0,08%. L’indice français s’est notamment vu porter par Airbus Group (ex-EADS) qui a gagné 1,29 % à 53,29 euros, suite à la confirmation de nouveaux contrats avec Delta Airlines, Air Newzeland et Air Lease. En revanche, l’indice parisien a été pénalisé par Alcatel-Lucent qui a subi la plus forte baisse du jour de -2,94% à 2,903 euros. Par ailleurs, BNP Paribas continue sa chute et perd encore 0,56 %, à 51,08 euros, après avoir cédé 2,43 % vendredi. Cela se produit à la suite de la publication des sanctions prévues contre la banque française par l’autorité de régulation bancaire de l’Etat de New York qui York réclame le licenciement de plusieurs responsables, en plus du paiement éventuel de plus de 10 milliards de dollars.

Outre-Rhin, une logique similaire se produit et les investisseurs préfèrent temporiser. Le Dax finit donc très proche de l’équilibre, avec une progression de +0,07% à 9 950,12 points. Cela se produit malgré la publication du taux d’inflation du mois de mai qui a dévoilé que les prix à la consommation ont reculé de 0,1 % en Allemagne. Ailleurs en Europe, le FTSE gagne 0,29 % et l’Euro Stoxx 50 des principales valeurs de la zone euro prend 0,10 %.

A Wall Street, les investisseurs restent également prudents avant la publication des données sur le marché de l’emploi de vendredi. Par ailleurs, les chiffres publiés hier n’ont pas été des plus encourageants. Les dépenses de construction ont progressé de 0,2 % en avril pour atteindre 953,5 milliards de dollars, un niveau inédit depuis mars 2009, mais la croissance reste décevante vis-à-vis des estimations qui prévoyaient un progrès de 0,8%. L’indice PMI manufacturier a également déçu est passe de 54,9 en avril à 53,2 en mai. Cependant, l’optimisme des investisseurs et les perspectives d’un rebond de croissance au deuxième trimestre permettent au Dow Jones de progresser de 0,16% à 16.744Pts (un nouveau record absolu de clôture et en séance à 16.757) et au S&P500 de gagner +0,07% (nouveau record absolu à 1.925Pts).

Aujourd’hui, l’attention des investisseurs se tournera vers l’estimation préliminaire de l’inflation en zone euro en mai, qui sera dévoilée à 11 heures. Le consensus table sur une légère baisse de 0,1 point, à 0,6 % en rythme annualisé, après le rebond de 0,2 point enregistré en avril.

D’après les dernières informations, le CAC 40 perdrait 0,1% à l’ouverture, le FTSE jusqu'à 0,2% et le Dax débuterait pratiquement inchangé.

Forex : Sur le marché des devises, la monnaie unique se redresse ce matin après avoir perdu du terrain hier plombée par des mauvais chiffres en provenance de l’Allemagne et plus généralement de la zone euro. La première puissance économique européenne a en effet publié son plus faible niveau d’inflation en quatre ans au cours du mois dernier alors que le PMI manufacturier de la zone euro a été revu en baisse sur la même période pour atteindre un plus bas de six mois. Dans ce contexte, les marchés suivront de près la publication aujourd’hui des prix en zone euro pour le mois de mai en attendant la décision jeudi sur les taux directeurs de la Banque centrale européenne. Ce matin la monnaie unique se négocie proche de la barre des 1,36 dollar face au billet. La tendance est similaire pour l’euro face à la livre sterling qui se négocie à 0,8120 pence.

Le billet vert de son côté parvient à se maintenir dans l’ensemble face à ses principales contreparties, bénéficiant de chiffres encourageants outre-Atlantique à l’image de l’activité manufacturière qui est ressortie en hausse à 55,4 le mois dernier. Les marchés suivront également cette semaine le très attendu rapport officiel mensuel sur l’emploi et le chômage aux Etats-Unis. Des indicateurs qui pourraient confirmer les bonnes statistiques américaines publiées ces derniers jours. La devise britannique se traite face au billet vert pour 1,6744 dollar. Enfin, la devise nippone se négocie face à l’euro et au dollar américain respectivement pour 139,18 yens et 102,33 yens.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux barils de référence évoluent en territoire positif ce matin, le WTI progressant de 0,15% à 102,62$ et le Brent de 0,10% à 108,94$. Le WTI oscille entre gains et pertes suite aux spéculations sur une diminution des stocks chez le plus gros consommateur de pétrole au monde, à savoir les Etats-Unis. Rappelons que les stocks restent proches de leur niveau record. L’approvisionnement à Cushing, le plus grand centre de stockage de pétrole américain, a chuté à 21,7 millions de barils il y a deux semaines selon l’Energy Information Administration. C’est le niveau le plus bas depuis Novembre 2008. Plus globalement à l’échelle nationale, les stocks de brut ont diminué pour atteindre 392 millions de barils la semaine dernière selon un sondage Bloomberg, après avoir culminés à 399,4 millions de barils deux semaines auparavant, le plus haut niveau depuis la publication des données hebdomadaires en 1982. Les stocks d’essence devraient également avoir augmentés la semaine dernière, selon le même sondage. Le pic de la saison de conduite aux Etats-Unis commence généralement à partir du Memorial Day, le 26 Mai dernier, jusqu’à début Septembre. Du côté des usines en Chine, un indicateur de fabrication est sorti à 49,4 en Mai contre 48,1 en Avril, néanmoins il reste en dessous des estimations qui tablaient sur 49,7. Rappelons que la Chine compte pour environ 11% de la consommation mondiale de pétrole, derrière les Etats-Unis qui culminent à 21% de la consommation selon les dernières prévisions de l’Agence Internationale de Pétrole.

Le terminal d’exportation d’Hariga en Libye devrait rouvrir dans les deux prochains jours alors que des manifestations avaient empêché les chargements selon la National Oil Corp. Le nouveau premier ministre libyen Ahmed Maiteg a tenu sa première réunion gouvernementale à Tripoli hier, s’engageant à lutter contre le terrorisme et à rétablir la sécurité. La Libye est devenue le plus petit producteur de l’organisation de 12 membres des pays exportateurs de pétrole l’année dernière suite au début des perturbations.

Sur le front des métaux précieux, c’est une journée dans le vert qui commence. Le métal jaune grappille 0,16% à 1 245,97$, tout comme l’argent qui engrange 0,47% à 18,85$. L’or évolue à son plus bas niveau depuis quatre mois alors que les signes d’améliorations de l’état de l’économie américaine continuent. Cet actif refuge retourne à son plus bas niveau depuis le 3 Février dernier alors que le S&P500 évolue proche de son niveau record, et que le dollar a grimpé à son plus haut niveau en deux mois face à la majorité de ses devises de contreparties. Le platine et le palladium progressent respectivement de 0,07% et 0,18% à 1 436,50$ et 833,80$.

Saxo Banque (France)


30 mai 2014

Les marchés avancent prudemment en attendant la BCE

La newsletter hebdomadaire Saxo Banque.

Marchés actions :

Sur les marchés actions, la semaine a été marquée par les records de plusieurs indices, alors que les volumes d’échange ont été fortement étriqués et que les investisseurs sont dans l’expectative des annonces importantes qui seront publiées la semaine prochaine.

En Europe, l’activité de la semaine a débuté par la prise de connaissance de l’activité électorale du weekend. Comme les estimations l’avaient prédit, le scrutin a été marqué par des résultats favorables aux eurosceptiques. Ce phénomène s’est notamment vu en France, avec le Front National qui enverra le plus grand nombre de représentants à Strasbourg. Ces résultats ont une importance majeure puisque, d’après le traité de Lisbonne, le futur président de la Commission devrait faire partie du bloc ayant remporté ces élections. Par ailleurs les nouveaux parlementaires communautaires devront décider sur les nouvelles orientations de la région et l’éventualité d’une mutualisation des dettes, mais aussi d’une possible reconsidération des taux accordés aux pays en difficultés économiques par la Troïka. Les analystes avait initialement prévu des conséquences négatives pour les marchés. Nonobstant, le tremblement de terre tellement redouté n’a finalement pas eu lieu. Bien au contraire, les places boursières européennes se sont fortement appréciées après l’annonce des résultats. Le CAC40 et le DAX allemand en ont même profité pour atteindre leur plus haut sommet de l’année. En effet, malgré le progrès retentissant des partis eurosceptiques, les partis pro-européens gardent une large majorité de représentants à Strasbourg, avec environ 70% des sièges attribués. Par ailleurs, il faut noter que le terme « eurosceptique » est très large : le mouvement est composé d’une ample gamme de partis politiques et de visions de l’Europe qui ne sont pas forcément compatibles. Ainsi, il semble peu probable qu’ils puissent former un groupe homogène au sein du parlement et qu’une cohésion suffisante puisse être établie pour perturber l’équilibre de l’Union européenne. En outre, les institutions mise en place par les Traités de Maastricht, de Rome et de Lisbonne favorisent largement les partis pro-construction européenne, de sorte que l’influence des partis « anti-européens » reste limitée.

Toujours sur le plan électoral, les marchés ont vu d’un bon œil la victoire du milliardaire pro-européen Porochenko à l’élection présidentielle de l’Ukraine. Porochenko, qui a fait fortune dans l’industrie agro-alimentaire après l’effondrement du bloc communiste, a été reconnu pour son engagement vis-à-vis des manifestants de Maïdan et de son engagement pro-européen. Au cours de la semaine on a pu observer de vives tensions et mêmes des affrontements armés entre les groupes refusant de reconnaitre l’autorité de Kiev et l’armée ukrainienne qui essaye de regagner le contrôle du territoire. Néanmoins, l’armée semble prendre le dessus et le résultat de l’élection vient redonner espoir à une économie affaiblie, mais ne met pas une fin aux tensions.

C’est dans ce contexte que les places boursières européennes ont affiché des gains significatifs. Le CAC 40, a inscrit son plus haut annuel après 5 séances de progression d’affilée et s’approche progressivement de son plus haut, obtenu il y a déjà plus de 5 ans. En Allemagne, le DAX de Francfort a atteint un nouveau record à 9940,82 points, valeur qui correspond à son zénith historique. Avec cette progression, le DAX se valorise de +4,07% depuis le début de l’année et se rapproche de la barre psychologique des 10 000 points.

Cependant, il faut nuancer cette croissance et noter qu’elle se produit sur un fond de très faibles volumes d’échanges. En effet, cette semaine restera marquée comme la plus creuse de l’année en termes de volumes négociés. Il faut voir derrière cette tendance un attentisme de la part des investisseurs européens vis-à-vis de la décision politique monétaire de la Banque Centrale Européenne qui aura lieu le 5 juin prochain. Effectivement, Mario Draghi, président de la banque centrale, a déclaré que la BCE devait être "particulièrement attentive" au risque d'enracinement d'une spirale des prix négative dans la zone euro. A cela il a rajouté que pour couper court à un tassement des anticipations d'inflation, des mesures de poids seraient prises. Ce discours semble porter les marchés à la hausse de façon presque « mécanique », malgré les faibles volumes échangés.

Ainsi, sur la semaine, le CAC 40 gagne 0,22%, le FTSE progresse de 0,59% et le DAX bondit de 1,77% avant la clôture de la dernière séance.

Outre-Atlantique, les records ont également été à l’ordre du jour. En particulier, le Standard & Poor’s 500, indice de référence pour les gérants de fonds, a inscrit un nouveau record historique à 1920 points et progresse de 1,69% sur la semaine, avant l’ouverture de vendredi. Le Dow Jones gagne 1% sur la semaine, alors que le Nasdaq grimpe de 1,48% en attendant la dernière séance.

Cela se produit à la suite de résultats macroéconomiques encourageants. Effectivement, les investisseurs ont pris connaissance du chiffre des ventes de logements neufs qui a dépassé les attentes du marché au mois d'avril. Par ailleurs, les commandes de biens durables ont progressé contrairement à ce qu’on spéculait, tandis que les prix des maisons ont augmenté significativement et que la confiance des ménages a renoué avec un niveau sans précédent depuis 2008.

Cependant, toutes les données n’ont pas été à la hauteur des expectatives. Particulièrement, la deuxième estimation du PIB du département du Commerce qui a dévoilé une contraction de 1% entre janvier et mars. D’après les économistes, ce résultat est à mettre en relation avec le vortex polaire qui a frappé la première économie mondiale au début de l’année, en paralysant une partie significative de son activité. Cependant, les investisseurs se sont montrés optimistes et ont décidé de minimiser cette valeur négative, en pariant sur un rebond de la croissance au deuxième semestre. Néanmoins, le PIB étasunien s’éloigne des perspectives de croissance de 3% qui avaient été publiées en début d’année. Avec un acquis d’à peine 0,9%, ce sera très difficile d’atteindre une croissance correspondant au consensus. Il faudra donc revoir à la baisse les prévisions de croissance annuelles pour la principale puissance économique ou bien attendre une réponse des autorités avec une réévaluation du calendrier de durcissement de la politique monétaire.

Enfin, sur les marchés asiatiques, les investisseurs ont appris que les profits des entreprises industrielles chinoises ont augmenté de 9,6% en avril et sur un an. De janvier à avril, la croissance s’élève à 10%. Par ailleurs, le retour à une stabilité relative en Thaïlande a permis aux investisseurs de regagner en confiance. C’est ainsi que la bourse de Tokyo continue sa progression positive et gagne 1,18% sur la semaine et clôture son premier mois de 2014 dans le vert, avec une progression mensuelle de 2,19%. Ces données font écho à la publication d’un rapport gouvernemental montrant une accélération de l’inflation en Avril, à son plus haut niveau depuis deux décennies. Ceci pourrait ainsi balayer les hypothèses d’une nouvelle action de la BoJ qui viserait à stimuler l’économie nippone.

Forex :

Du côté des devises, la paire phare du Forex l’EUR/USD, accuse le coup dans l’attente de la prochaine réunion de la Banque Centrale Européenne. La monnaie unique est restée sous pression cette semaine, proche d’enchainer une quatrième semaine consécutive en territoire négatif. En effet, le discours « dovish » de la BCE pénalise l’euro depuis quelques semaines. Rappelons que la BCE pourrait assouplir sa politique monétaire via une baisse de ses taux directeurs dès le mois prochain pour réduire les taux réels et donc intrinsèquement soutenir le crédit à l’économie. Les investisseurs ont déjà le regard rivé vers la semaine prochaine avec la réunion de la BCE qui pourrait confirmer le canal baissier de la monnaie unique.

Vendredi dernier, l’euro a poursuivi sa baisse suite à la publication de l’indice IFO allemand en dessous du consensus. Cette baisse de la confiance des investisseurs allemands dans la première puissance économique européenne au mois de Mai n’a pas aidé les investisseurs à soutenir la monnaie unique. Cette nouvelle vient appuyer et conforter l’avis des investisseurs sur une possible action la semaine prochaine de la BCE. Le weekend dernier a été marqué par les élections européennes qui ont mis en lumière une montée des europhobes, ce qui a quelque peu pesé sur la devise européenne à la sortie du weekend. De son côté, le billet vert a été porté par de bons chiffres macroéconomiques vendredi dernier, notamment dans le secteur de l’immobilier.

Lundi dernier, les bourses américaines et londoniennes étaient fermées, limitant grandement les volumes d’échanges sur le marché des devises, ce qui peut expliquer le léger rebond effectué par l’euro contre le dollar. De plus, après le mouvement baisser assez fort de l’euro suite à la publication de l’indicateur allemand IFO en fin de semaine dernière, une correction purement technique était à attendre, bien que la tendance reste baissière. En dépit de ce rebond, la tendance baissière est resté donc marquée cette semaine, notamment avec la publication de nouveaux indicateurs sur le sol américain tel que les commandes de biens durables qui ont poursuivi leur progression pour le troisième mois consécutif de 0,8% en avril, alors que les analystes attendaient ce chiffre dans le rouge. L’indice de confiance des consommateurs américains a gagné 1,3 point à 83, un résultat au-dessus du consensus établi. A noter également les propos de Mario Draghi en début de semaine qui ont pu conforter les investisseurs sur une intervention de la BCE dès la semaine prochaine. Techniquement, la paire EURUSD a cassé à la baisse sa moyenne mobile à 200 jours et évolue au contact des 1,3600.

Le regain d’aversion au risque a pénalisé l’euro et le dollar face à la devise nippone cette semaine, nous rapprochant d’un gain hebdomadaire du yen face à ses consœurs américaine et européenne. En début de semaine, les spéculations sur la mise en place le mois prochain de mesures de soutien à l’économie avaient redonné un peu d’appétit au risque aux investisseurs provoquant le recul des valeurs refuges comme le yen face à la majorité de ses devises de contreparties. Les devises plus rémunératrices, telles que le dollar australien et le dollar néo-zélandais, ont également profité de cette tendance, le marché anticipant ainsi le potentiel rallye des cambistes sur ces dernières à court terme. Néanmoins, en fin de semaine, le Japon a publié un rapport gouvernemental montrant que l’inflation s’est accélérée en Avril à son plus haut niveau en près de deux décennies. Ce rapport confirme et conforte la BoJ dans sa décision de ne pas fournir de nouveau coup de pouce à l’économie nippone. On commence à s'apercevoir que les entreprises japonaises n’ont pas utilisé la hausse de la TVA pour augmenter leurs prix à grande échelle. Ainsi, les premières études montrent que seul 60% de cette hausse est soutenue par le consommateur, soit légèrement en dessous de la règle appliquée généralement par les économistes qui s’attendent aux deux tiers. Le premier ministre Shinzo Abe s’est engagé à obtenir une inflation plus élevée.

Outre-Atlantique, nous noterons la belle performance du peso mexicain face au dollar américain, porté notamment par les spéculations laissant suggérer que les Banques centrales des pays d’Amérique Latine et d’Amérique Centrale risquent de maintenir de façon pérenne leurs actions monétaires en vue de soutenir la demande pour les actifs issus de ces deux zones géographiques. Ainsi, la parité USDMXN a atteint son plus bas niveau en sept mois hier à 12,83 pesos.

Nous retiendrons également la poursuite de la tendance baissière du rouble russe face à la majorité de ses devises de contrepartie, dans un contexte très incertain quant au devenir de l’économie russe à court terme. En outre, malgré la situation ukrainienne qui s’est apaisée ces derniers jours, la plupart des analystes craignent fortement les conséquences de possibles nouvelles sanctions internationales à l’encontre de la Russie, pouvant ainsi peser sur l’économie du pays.

Matières premières :

Au niveau du pétrole, la semaine avait bien commencé grâce à certaines publications macro-économiques aux Etats-Unis bien meilleures que prévues, signe d’une certaine vigueur au niveau de la tenue de la reprise économique du pays premier consommateur d’or noir au monde. Les opérateurs ont donc été globalement orientés à la hausse, ayant même failli porter le prix du baril de WTI à 105 dollars le baril, niveau de résistance majeur pour le contrat Future à échéance Juillet. Mais cette tendance n’a pas duré et a commencé à s’inverser fortement mercredi dernier, dans l’attente de la publication des stocks de brut américains. En outre, les investisseurs ont préféré se désengager avant le chiffre alors que les stocks restaient proches de leurs niveaux record, ce qui a eu pour conséquence une pression baissière sur les cours. Parallèlement à cela, le billet vert s’est renforcé cette semaine face à la monnaie unique, pesant ainsi d’autant plus sur les cours de l’or noir, libellés en dollar. Le Brent, de son côté, subissait aussi cette tendance, mais dans une moindre mesure en raison de la situation en Ukraine, de plus en plus tendue, qui laissait entrevoir quelques craintes quant à une guerre civile prochaine, ce qui pousserait les différentes contreparties engagées à augmenter drastiquement leur consommation de pétrole.

Ainsi, sur l’ensemble de la semaine, le contrat à terme WTI livraison Juillet abandonnait 0,96%, et s’établit aux encablures des 103 dollars le baril. Le contrat Future Brent de même échéance lâche pour le moment 0,44%, à 109,92 dollars le baril.

Les métaux précieux ont de leur côté été largement pénalisés par l’optimiste des investisseurs cette semaine qui ont préféré des valeurs plus risquées. Les derniers indicateurs américains sont ressortis dans le vert rassurant les marchés sur la santé économique du pays. Pour rappel, Les commandes de biens durables ont enregistré une hausse contre toute attente sur le mois d’avril, l’indice Case-Shiller du prix des maisons a progressé de 0,8% et la confiance des consommateurs du Conference Board atteint 83 contre 81,7 le mois précédent. Le secteur des services aux Etats-Unis s’affiche également en hausse sur le mois de mai avec l’indice PMI flash de Markit qui passe de 55 sur avril à 58,4 ce mois-ci. Un niveau que l’on n’avait pas vu depuis mars 2012.

Du côté de la zone euro, les propos du président de la BCE en début de semaine ont également contribué à renforcer ce sentiment de confiance sur les marchés. Lors de son discours Mario Draghi a réaffirmé que l’institution était dans la capacité de mettre en place toute mesure nécessaire face au niveau de l’inflation en zone euro. L’once d’or se négocie en fin de semaine aux alentours de 1 253,70 dollars et l’once d’argent s’affiche sur la barre des 19 dollars.

Saxo Banque (France)

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Provence Technologies acquiert le groupe Synprosis 03/06/2014
- De Pardieu Brocas Maffei conseille les repreneurs du groupe Ascométal 03/06/2014
- Ackerman reprend Les Celliers du Prieuré-Valentin Fleur 03/06/2014
- Villeneuve Pet Food repris par l’industriel allemand Deuerer 03/06/2014
- Astorg Partners et Montagu Private Equity annoncent le projet d’acquisition de Sebia auprès de Cinven 02/06/2014
- SLP lève 700,000 € auprès du fonds ATALAYA et de Logoden Participations 02/06/2014
- Muquans lève 1,7 M€ auprès d’IRDInov, AQUITI Gestion et ACE Management, avec l’appui d’Aquitaine Développement Innovation 02/06/2014
- Initiative & Finance entre au capital d’Akanea Développement 02/06/2014
- Infinit lève 1,3 M€ auprès d’Alven Capital et de 360 Capital Partners 02/06/2014
- Inserm Transfert Initiative et Versant Ventures investissent 12 M$ dans AAVLife 02/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

19 mai 2014

Au cours des trois derniers mois, les ventes du commerce de détail incluant les ventes par internet, fléchissent en volume

Commerce de détail Avril 2014 : en dépit d’un net rebond des achats de produits alimentaires en avril, fléchissement des ventes du commerce de détail au cours des trois derniers mois ; érosion des produits industriels en glissement trimestriel ; recul des ventes à distance (ventes internet incluses) sur les trois derniers mois.

A compter de cette publication la Banque de France intègre les ventes sur internet dans la mesure du commerce de détail (données établies avec le concours de la Fédération de la Vente à Distance-FEVAD).

Banque de France
Téléchargez la publication ici :

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 3 Juin 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs