Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 28 mai 2014 (n°6 - 16H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 28 mai 2014 (n°6 - 16H00)

US Q1 GDP Figures Out Tomorrow, Following Surprisingly Positive Durable Goods Results Yesterday

European stock markets attempted to push up from six-year highs amid expectations of ECB action next week and optimism surrounding the US economy following Tuesday’s strong economic data.

US markets kick off the Wednesday trading session little changed following Tuesday’s session which saw the benchmark S&P 500 closing at an all-time high of 1,911.91, after durable-goods orders unexpectedly rose.

With no major US economic releases scheduled for Wednesday, attention is now drifting to Thursday’s data releases including weekly jobless claims which are likely to show a drop since last week, confirming the strength in the labour market. Pending home sales are likely to have gained in April, showing the housing market recovery is driving the economy there.

The big reading tomorrow however will be the US GDP release for the Q1 which is expected to show a contraction of 0.5% - however, much of the contraction will be attributed to the poor weather conditions. Dennis Lockhart, head of the Atlanta Federal Reserve, expects US economy to rebound strongly this year from the lows of the first quarter.

The better US data and ECB easing expectations have lifted the dollar and weakened the euro of late. European equities are currently trading around their highest level since January 2008 – upside momentum is waning slightly, however the bears haven’t taken control yet, with price-action still broadly flat.

On Tuesday, data from the US injected confidence into markets with a report showing April orders for durable goods rose 0.8% from a year ago and the S&P/Case-Shiller home prices index for March climbed 12.4% from a year ago. Additionally, a report on US consumer confidence also showed a slight increase in May, in line with market expectations.

Data out already Wednesday certainly adds support to that argument; French consumer spending fell month-on-month in April by 0.3%, driven on the poor weather - the reading is much below the market expectations. Meanwhile, data out of Germany show that unemployment has unexpectedly ticked up with the number of people looking for jobs increasing by 24,000 during May, versus economists' expectations of a 15,000 person decline – this is on a seasonally adjusted basis and the unemployment rate remains unchanged at 6.7%.

In the UK, data showed that the pace of growth in the retail sector has slowed in May, easing back from April's significant rise – the CBI’s latest survey of retailers has 38 per cent reporting sales volumes are up on a year ago, while 22 per cent said they were down, giving a balance of +16.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Asian Markets Up on the Strength of Further Record US Highs, Disappointing French and German Macroeconomic Data

European equity markets are on the soft side Wednesday but still trading around six-year highs after a fresh record close on Wall Street.

European equities are currently trading around their highest level since January 2008 – many in the market are pausing for breath given the elevated level that regional benchmarks are trading at.

The S&P500 in the US recorded another record high Tuesday, propelling Asian markets overnight – in China, the Shanghai Composite rose after data showed industrial corporations’ profit rose 10% for the year to April, compared with the same period in 2013. Japanese markets rose too but the most notable gainer in Asia overnight was Thailand’s SET index which is up 1% on hopes that the military coup there can bring greater stability to the country.

On Tuesday, data from the US injected confidence into markets with a report showing April orders for durable goods rose 0.8% from a year ago and the S&P/Case-Shiller home prices index for March climbed 12.4% from a year ago. Additionally, a report on US consumer confidence also showed a slight increase in May, in line with market expectations.

FX markets are steady with the USD doing a tad better than EUR and JPY – the EUR remains under pressure on potential European Central Bank stimulus next week. Among commodities, gold is up a buck to $1,264 an ounce, while Brent oil is up 30 cents to $110.28 a barrel and copper is steady near a three-month high.

Continued central bank activism underpins the mood in global markets with supportive measures by the Federal Reserve in place despite the incremental tapering of asset purchases. Other central banks remain highly accommodative such as the Bank of England and the Bank of Japan – the ECB however has been seen as slow to action, not doing enough to support the euro zone economy.

However, expectations are high that the ECB will launch a stimulus package after hints from Mario Draghi, the ECB president, who warned of risks to the euro zone’s fragile recovery. Data out already today certainly adds support to that statement; French consumer spending fell month-on-month in April by 0.3%, driven by poor weather - the reading was far below the market expectations.

Meanwhile, data out of Germany show that unemployment has unexpectedly ticked up with the number of people looking for jobs increasing by 24,000 during May, versus economists' expectations of a 15,000 person decline – this is on a seasonally adjusted basis and the unemployment rate remains unchanged at 6.7%. Looking ahead, we have euro zone confidence indicators and the UK CBI distributive trades later today.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Le beau coup de poker de Montebourg sur le dossier Alstom

Une analyse de Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque.

Force est de constater que le décret sur le « patriotisme économique » qui vise explicitement les tractations autour d’Alstom a eu les effets escomptés. General Electric est contraint de renforcer son offre, notamment en maintenant l’activité nucléaire d’Alstom en France et en fournissant des garanties sur l’emploi.

C’est donc un beau coup de poker à court terme pour Arnaud Montebourg mais qui pourrait avoir des conséquences néfastes à moyen et long terme, notamment vis-à-vis des investisseurs anglo-saxons qui voient d’un mauvais œil l’intrusion de l’Etat dans les dossiers économiques. Il n’est pas improbable que les investisseurs réfléchissent à deux fois avant de s’intéresser à un joyau industriel français.

En ce qui concerne le dossier Alstom, tout porte à croire que General Electric, fortement engagé, va faire de nouvelles concessions, en particulier en transférant ses activités signalisation à Alstom Transport, ce que nous avions déjà mis en avant depuis quelques semaines.

Face au duo Alstom – GE, Siemens, qui bénéficie du soutien de l’Etat français, ne fait pas le poids. Le montant évoqué de l’offre potentielle – 7 milliards d’euros en numéraire – est bien trop inférieur aux besoins financiers d’Alstom. Au demeurant, comme on le sait, un rapprochement franco-allemand provoquerait des doublons synonymes de destruction d’emplois et pourrait entraîner un veto de la part des autorités de la concurrence au niveau européen.

Il n’est pas improbable, en fait, que l’Etat français joue un double jeu. En poussant Siemens à faire une offre, il oblige ainsi GE, grand favori, à des concessions qui auraient été exclues autrement.

Saxo Banque (France)



UBS daily roundup - Confidence and credit

Paul Donovan daily briefing.

• European leaders had an informal dinner last night. It produced a bill for European taxpayers, which is all it was expected to do. Ahead we have M3 money supply data which will jut underscore the ECB's problems with the money transmission mechanism in the Euro area.

• Euro business and consumer confidence is due (the headlines should be pretty stable to very slightly positive). In the wake of the election results the potential for divergence of sentiment is perhaps going to be the investor focus for the future.

• Newswires are carrying speculative reports that China may selectively ease credit policy, indicating it must be a slow news day. It does not matter if it is true or not – "China" and "easing" in the same paragraph will provoke a market response.

• The US is achieving a Zen like state of tranquillity and not really doing very much new in economic terms. The strength of durable goods data was enough to get a market response yesterday. Lockhart of the Fed gave middle of the road comments on policy overnight.




Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading slightly higher to little changed this morning receiving a boost from firm markets overnight in Asia and the US after the US posted better than expected economic data yesterday. Positive US economic data fed overall optimism and alleviated fears that the slowdown seen in Q1 could possibly have spilled over into Q2.
Today traders are expecting more of the same, with the Ukrainian crisis taking a backseat despite continuing escalation and the number of casualties having increasing sharply over the past 48 hours while the upcoming ECB meeting in June remains the main focus.
German employment data and several Euro-zone confidence figures are scheduled for release this morning with overall little change expected compared to the previous month making their likely impact on the upcoming ECB meeting rather a minor one.
Trading volume might be on the light side again today with many European markets being closed for trading tomorrow.
Overall sentiment remains positive and volatility fairly low. So far any attempts of profit taking have been seen by many as a renewed buying opportunity.
While some might consider the recent move to the upside as somewhat overdone with the market getting ahead of itself and possible ECB action pretty much priced in, fear to miss out on the next leg to the upside is outweighing these concerns so far.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black



Les marchés avancent prudemment après la forte progression de ce début de semaine

Marchés Actions : Mardi, les marchés ont vu une séance de progressions dans le vert et de nouveaux records atteints. L’indice français, le CAC 40, a inscrit son plus haut annuel en finissant sa 5ème séance de progression d’affilée avec un gain de 0,06%. Pendant la première partie de la séance, l’indice naviguait dans le rouge, ce qui était en partie lié à une prise de bénéfices après les séances précédentes. Cependant, la deuxième partie de la journée a été marquée par une forte appréciation, ce qui permet au CAC de finir sur les 4 529,75 points et de se rapprocher de son plus haut à 4 583 points du 2 septembre 2008.

L’indice français a été porté par Alcatel-Lucent qui progresse de 2,23% à 2,976 et Airbus qui finit la séance sur 52,740 pour un gain de 1,91%. Il faut également noter que Accor enregistre sa sixième séance d’affilé dans le vert. Hier, le titre du groupe hôtelier s’est apprécié de 1,27 %, à 37,995 euros, soit un gain cumulé de 8,6 %. Ce résultat est à mettre en relation avec l’annonce par son PDG d’une scission des activités en deux d’ici deux ou trois ans. On observerait ainsi une dichotomie entre l’exploitation des établissements hôteliers et le développement du pôle immobilier.

Malgré cet élan positif, les sociétés liées aux activités énergétiques ont clôturé la séance sur des pertes. EDF a cédé -0,36% à 27,54 suite à des rumeurs d’un placement de titres de la part de l’Etat, qui ont été démenties par la suite. Total a reculé de -0,89% à 52,18 et Technip a été le grand perdant de la séance en finissant à 79,39 pour une perte de -1,03%. Néanmoins, ces pertes n’ont pas pesé suffisamment sur l’indice français qui s’est envolé jusqu’à son plus haut niveau depuis le 2 septembre 2008.

Comme le CAC 40, le DAX de Francfort a profité de la journée d’hier pour atteindre un nouveau record. En clôturant sur les 9940,82 points, l’indice allemand s’est hissé jusqu’à son zénith historique en enregistrant une progression de 0,49%. Avec ce gain, le DAX se valorise de +4,07% depuis le début de l’année et se rapproche de la barre psychologique des 10 000 points.

A Londres, le FTSE a rouvert ses portes après le jour férié de lundi et a émulé les principales bourses européennes en finissant à la hausse. En effet, l’indice anglais termine la séance avec une appréciation de 0,43% à 6 844,94 points.
Il faut noter que ces progressions se produisent dans un contexte de très faibles volumes échangés. Lundi, la faiblesse des volumes avait été justifiée par l’absence de Wall Street et de la City de Londres; mais avec leur réouverture les montants échangés ont à peine augmenté. Il faut voir derrière cette tendance un attentisme de la part des investisseurs européens vis-à-vis de la décision politique monétaire de la Banque Centrale Européenne. Par ailleurs, la grande majorité des entreprises ayant déjà présenté leurs rapports trimestriels, il n’est pas surprenant de voir diminuer les montants échangés sur les marchés actions.

A Wall-Street, ce qui ne diminue pas c’est la progression des indices phares. Le Standard & Poor’s 500, indice de référence pour les gérants de fonds, a inscrit un nouveau record historique à 1912 points, grâce à une appréciation de 0,6%. Le Dow Jones a gagné 0,42% à 16 675,50 points et le Nasdaq bondit de 1,23% pour finir la séance sur les 4 237,07 points. Cela se produit après le weekend de Memorial Day, qui avait été à la cause de la fermeture de Wall Street lundi. Ainsi, les places boursières étasuniennes ont tenu à rattraper leurs consœurs européennes. Par ailleurs, les commandes de biens durables ont progressé contrairement à ce qu’on spéculait, tandis que les prix des maisons ont augmenté significativement et que la confiance des ménages a renoué avec un niveau sans précédent depuis 2008.

Dans ce contexte, les investisseurs ont appris que les profits des entreprises industrielles chinoises ont augmenté de 9,6% en avril et sur un an, contre 10,7% en mars. De janvier à avril, la croissance ressort à 10%, contre 10,1% à fin mars. Cela permet à la bourse de Tokyo de continuer sa progression positive et d’atteindre les 14 670,95 points avec un gain de 0,24% sur la séance. Cette appréciation, couplée aux gains faits par Wall Street hier, devrait amener les bourses européennes à ouvrir légèrement dans le vert mais très proche de l’équilibre. Il ne faut pas oublier que les marchés européens, et notamment le CAC 40, ont observé 5 progressions consécutives et pourraient observer une journée de « prise de bénéfices » à croissance limitée. D'après les premières indications disponibles, l'indice parisien pourrait gagner jusqu'à 0,1% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,1% également et le FTSE à Londres pourrait être stable. Ces valeurs devront évoluer en fonction de la publication du taux de chômage en Allemagne, ainsi que de la confiance des consommateurs en Allemagne et en Europe.

Forex : Sur le front des devises, le dollar continue de se renforcer face à ses principales contreparties en ce début de semaine. La monnaie unique a notamment marqué un nouveau repli mardi, à la suite de nouveaux catalyseurs sur le sol américain et dans l’attente de la prochaine réunion de la BCE qui aura lieu le 5 juin. Nous retiendrons principalement les commandes de biens durables qui ont poursuivi leur progression pour le troisième mois consécutif de 0,8% en avril, alors que les analystes attendaient ce chiffre dans le rouge. L’indice de confiance des consommateurs américains a gagné 1,3 point à 83, un résultat au-dessus du consensus établi.

En parallèle, les cambistes ont suivi avec attention les propos de Mario Draghi lors de son forum à Sintra, qui, a une nouvelle fois insisté sur le risque de déflation en zone euro. Plus l’échéance du compte rendu de l’institution approche, et plus les dirigeants de cette dernière semblent préparer le marché à la mise en place de prochaines mesures de soutien à l’économie.

Dans ce contexte, la monnaie unique a, à nouveau, perdu du terrain mardi, allant même sur un creux de trois mois à 1,3613$ en cours de séance. Ce mercredi matin, la parité EUR/USD se stabilise et tente de reprendre son souffle après plusieurs séances en dents de scie. La paire se négocie aux encablures des 1,3631$ et enregistre un plus haut de 1,36366$ et un plus bas de 1,36253$. Les cambistes suivront aujourd’hui une salve de nouveaux indicateurs sur le Vieux Continent : nous attendons notamment les différents indices de confiance dans l’industrie et des ménages ainsi que les chiffres de l’emploi en France et en Allemagne. Si ces résultats se révèlent positifs, on peut s’attendre à un rebond de l’euro au cours de cette séance, faute d’indicateurs aux Etats-Unis.

Du côté des paires en yens, la monnaie unique continue de reculer face à la devise nippone. La parité évolue ce matin sur les 138,918 yens contre 139,03 yens mardi soir. Le mouvement baissier se poursuit sur la paire qui pourrait bel et bien tester une nouvelle fois le support des 138,13 yens. L’USD/JPY reprend son souffle aujourd’hui après cinq séances consécutives en territoire positif. La paire évolue aux encablures des 101,91 yens ce mercredi matin. Après avoir échoué au franchissement du support des 101,00 yens, la parité a effectué un rebond technique qui l’a ramené sur la zone des 102 yens.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les cours de l’or noir se maintiennent à la hausse soutenus par des indicateurs économiques en provenance des Etats-Unis qui tendent à rassurer les investisseurs. Les commandes de biens durables sont ressorties en hausse contre toute attente sur le mois d’avril, l’indice Case-Shiller du prix des maisons progresse de 0,8% et la confiance des consommateurs du Conference Board ressort à 83 contre 81,7 le mois précédent. On notera également la forte hausse de la croissance du secteur des services aux Etats-Unis sur le mois de mai avec l’indice PMI flash de Markit qui progresse de 55 sur le mois d’avril à 58,4. Un niveau que l’on n’avait pas vu depuis mars 2012. Cette tendance reste également alimenter par des tensions en Ukraine et en Lybie. Ainsi, le Brent de la Mer du Nord se négocie proche ce matin des 110,35 dollars et le WTI s’affiche de son côté à 104,30 dollars.

Ces chiffres économiques satisfaisants poussent les investisseurs à délaisser certaines valeurs refuge notamment les métaux précieux qui se stabilisent ce matin après avoir enregistré une baisse hier. L’once d’or lâche du terrain pour se négocier ce matin aux alentours de 1 264,42 dollars. La tendance est similaire pour l’once d’argent qui s’affiche autour de la barre des 19 dollars.

Saxo Banque (France)


22 mai 2014

Bull(e) market ?

Par Franck Nicolas, Directeur Investissement et solutions clients, Natixis AM.

Les actions américaines dividendes réinvestis enregistrent une hausse de plus de 24% l’an sur 5 ans, soit une progression cumulée de 210% depuis le point bas de mars 2009. Nous n’en sommes pas encore là, mais dans moins d’un an (en avril 2015 exactement), cette envolée deviendrait le troisième plus long bull market de tous les temps.

Mais voilà que le spectre de la bulle internet qui a émaillé la fin des années 1990 refait surface. Les liquidités pléthoriques des géants de la technologie font flamber les prix des starts-up non cotées et les valorisations de certaines valeurs du Nasdaq redeviennent également excessives. Même si une rotation sectorielle en faveur des défensives a lieu, les valorisations des sociétés technologiques demeurent toujours élevées.

Du coup, la capitalisation boursière du marché s’approche dangereusement de ses plus hauts de mars 2001 lorsqu’on l’exprime en pourcentage du PIB (142% à l’heure actuelle). Il est donc légitime de s’interroger sur la pérennité de cette hausse. Naturellement, depuis cette époque, les profits des entreprises américaines sont davantage réalisés à l’étranger et sont donc à dissocier du seul Produit Intérieur US. Mais quand même…

Pour que le rally actuel n’éclate pas sous forme d’un dégonflement de bulle, et que la hausse de la Bourse prenne un caractère tangible dans l’économie réelle, il devient capital que les investissements des entreprises puissent relayer les injections de liquidités de la Fed. Certes les marges des entreprises demeurent élevées, mais les capex sont toujours relativement stagnants en particulier aux USA.

Les chefs d’entreprises rehaussent leurs perspectives
d’investissement, mais nous avons été déçus à plusieurs reprises sur ce plan, les sociétés préférant souvent payer des dividendes élevés ou racheter leurs propres actions. Un élément à surveiller, qui pourrait déclencher une vague d’investissements, est lié à la croissance des ventes qui précède souvent une démarche plus agressive des entreprises.
Cette progression des ventes est-elle prête aujourd’hui ? Certainement si on regarde l’optimisme des agents économiques dont l’endettement a baissé et dont le patrimoine s’est reconstitué grâce aux effets richesse des marchés financiers mais aussi au retournement de l’immobilier.
Bref, il est certainement temps que la demande s’exprime autrement que par une demande de rendement et de placement de la sur-liquidité que la Fed a répandu partout.

Orientations tactiques

Dans une dynamique macroéconomique positive au niveau mondial, nous maintenons notre préférence pour les actions par rapport aux obligations, soumises au risque de remontée prochaine des taux américains. Nous privilégions toujours les actifs développés contre les actifs émergents.

Taux : Les marchés de taux continuent à ignorer les bonnes nouvelles (ISM, emploi, PMI), et sur ces niveaux de valorisation, nous restons sous-exposés en duration sur les emprunts d'Etat US. Sur l'Europe, nous sommes vendeurs de Bund pour financer les positions en dettes périphériques et de crédit.

Actions : L'amélioration de la conjoncture économique en Europe et la possibilité d'une politique monétaire plus accommodante nous conduisent à maintenir notre préférence pour les marchés actions de la zone Euro. Nous restons cependant très attentifs à l'évolution de la situation en Ukraine.

Devises : Tout comme le mois dernier, la parité EUR/USD s’établit sur le niveau de 1.3900$. Nous conservons notre vue baissière sur l’Euro dans l’attente de mesures non-conventionnelles de la part de la BCE.

Matières premières : En avril, si l’or a consolidé autour des 1300$ et le pétrole autour des 108$, les prix du gaz, des céréales et du palladium ont encore été soutenus par les tensions en Ukraine, avec des hausses de respectivement 10%, 3% et 5%. En revanche, la poursuite du ralentissement économique chinois pourrait continuer de peser sur les fondamentaux, notamment des métaux industriels. Nous restons néanmoins positifs sur les métaux précieux.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Brunswick conseille de Demeter Partners dans le cadre du LBO quaternaire de la société Fondasol 27/05/2014
- L’italien Best Union Company reprend IREC 27/05/2014
- NewWind boucle un tour de table de 320,000€ 27/05/2014
- FamiHero lève 3 M€ auprès de Jaïna Capital 27/05/2014
- TVTY boucle un tour de table de 4,5 M$ auprès de Partech Ventures et 360 Capital Partners 27/05/2014
- SOFTEAM Cadextan annonce l’acquisition du groupe Genigraph 27/05/2014
- Midi Capital cède sa participation dans Noval à l’actionnaire principal de Sterela 27/05/2014
- La start-up Wistiki réalise une levée de fonds la valorisant à 1,5 M€ 27/05/2014
- BIO-UV lève 1,5 M€ auprès d’ACE Management 26/05/2014
- Atos annonce le projet d’acquisition de Bull pour 620 M€ 26/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Mars 2014 : Excédent de 17,1 milliards d’euros du commerce international de biens de la zone euro

Excédent de 3,9 milliards d’euros pour l’UE28

D’après les premières estimations pour le mois de mars 2014, la zone euro (ZE18) a enregistré un excédent de 17,1 mrds d'euros de son commerce international de biens avec le reste du monde, contre +21,9 mrds en mars 2013.
Le solde enregistré au mois de février 20142 s'établissait à +14,2 mrds, contre +9,8 mrds en février 2013.
En mars 2014 par rapport à février 2014, les exportations corrigées des variations saisonnières ont baissé de 0,5% et les importations de 0,6%.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 28 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs