Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 28 août 2014 (#10 - 14H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 28 août 2014 (#10 - 14H00)
#10 - 14H00

EU Barnier: Small Banks Will Not Pay For Big Banks In Crisis

By Simon Marks.

Internal Market Commissioner Michel Barnier said Thursday that payments made into Europe's Single Resolution Fund will be progressive, depending on an institution's size and level of risk, while banks deemed to be carrying the most risk will be made to pay an additional fee.

Writing in La Libre Belgique in response to claims made by Philippe Lamberts, a Green Party parliamentarian from Belgium, that smaller banks in the Eurozone would be paying for the risk of larger banks, Barnier said this would simply not be the case.

"It has never been envisaged that small banks will pay for the big banks, or that the safest banks will pay for the riskiest banks," he said, adding that for the majority of smaller banks in Europe contributions to the fund will be limited to "a few thousands euros, or a few tens of thousands of euros at the most."

The Commission is due to publish its legal text on the calculation method used for payments into the E55 billion fund to be built up over the course of eight years in the coming weeks.

The calculation currently being devised takes into consideration both the size of the banks concerned as well as their level of risk. However, Barnier noted that the Commission was currently devising legislation to include special treatment for around half of Europe's banks, which will be classified as "small" and, therefore, not systemic.

According to documents seen by MNI, a so-called "six-bucket system" is being proposed in which banks with base-liabilities excluding own funds and covered deposits below of equal to E50 million would pay an annual rate of just E2,500. The amount gradually increases until banks whose base is equal to E300 million would pay E60,000 into the resolution fund each year.

"The EUR 300 million threshold allows classifying around 50% of total banks as 'small,'" one of the documents says, adding that total assets must not exceed E1 billion in order for a bank to be considered as small.

How much banks pay into the fund will be calculated using a basic risk contribution, or flat rate. An additional risk adjustment is then applied to the basic risk contribution, with the most being paid by institutions deemed to by systemically relevant.

"A bank that has a large cushion of capital stock to take on losses in the case of a crisis will pay less than a bank holding less of its own funds," Barnier said. "A bank relying on a large deposit base will pay less than a bank with fewer deposits," he added.

He also underlined that banks deemed to be the most risky would be made to pay a "risk fee" but that this payment would in no case be used to so that smaller banks ended up paying for bigger banks.

"If a bank is 80 times bigger than another, its basic contribution will be 80 times bigger, and the gap will increase in the case that the risks taken by the bank are high," Barnier said.

The Commission's current line of thought tries to find a compromise between both France and Germany, who are split over whether levies should be calculated on an individual or consolidated basis. Germany, whose banking sector includes many small savings banks, wants a total exemption for small banks on having to pay levies, where as France, whose banking sector is more consolidated, wants a flat rate applied to all contributing banks.

MNI London Bureau

#9 - 13H45

EU Katainen: Dip In August Economic Sentiment 'A Concern'

By Simon Marks.
All Tools Must Be Used To Support Growth.

The European Commissioner for economic and monetary affairs, Jyrki Katainen, said Thursday the August fall in economic confidence in the euro area was a "source of concern" and there was now an urgent need to use all tools available to bring back growth and investment.

"The fall in economic confidence in Europe in August, particularly among industry and consumers, is not a surprise following the disappointing second-quarter growth figures and the geopolitical tensions that have marked this summer," Katainen said in a statement. "It nonetheless is a source of concern: without confidence, we will not see the pick-up in investment we need for a more robust recovery in growth and employment."

The European Commission on Thursday said economic sentiment in the euro area fell to its lowest level in eight months in August, dropping by 1.5 points to 100.6.

Katainen also said the data point only underlined the "urgent need to use all available tools to support growth and promote investment" and that "the momentum of structural reforms must be stepped up, because it is only through reforms that we will achieve a sustainable recovery in growth and job creation."

Incoming Commission president Jean-Claude Juncker has already outlined his plan to devise a E300 billion investment package by February 2015, namely by mobilizing structural funds and loans through the European Investment Bank.

Katainen also said that fiscal policies in Europe need to be geared towards sustained growth, while at the same time ensuring stability. Finance ministers heading to Milan next month for the informal Eurogroup are set to discuss ways in which flexibility can be found in Europe's fiscal rules to help enhance growth.

MNI London Bureau

#8 - 13H30

Le premier couac du gouvernement Valls II : Le retour du débat sur les 35h

Une note de Christopher Dembik, économiste Saxo Banque.

Ces derniers jours ont confirmé sans l’ombre d’un doute le tournant social libéral du quinquennat et la volonté de mise en œuvre d’une politique de l’offre. La déclaration d’amour de Manuel Valls au patronat lors de l’université d’été du MEDEF souligne que l’exécutif a pris conscience de la nécessité de renouer les liens avec les entrepreneurs qui seront les seuls réellement en mesure de relancer la machine économique.

Ça ne passera bien-sûr pas par la consommation, contrairement aux anticipations initiales du gouvernement, tant le manque de confiance est flagrant du côté des consommateurs.

Toutefois, le débat ouvert par le nouveau ministre de l’Économie sur un éventuel assouplissement des 35 heures ne semble pas répondre aux impératifs du moment. Ce débat est un des nombreux serpents de mer de la politique française mais lorsqu’on l’évoque, on oublie un aspect clé du problème, à savoir le fait que la France connait l’une des meilleures productivités horaires au monde, comme l’a souligné encore en 2009 une étude d’UBS.

Pour être compétitif, il ne s’agit pas de travailler plus longtemps mais plus intelligemment. C’est ce que la France réussit à faire.

C’est au demeurant aller à contre-courant des discussions qui ont lieu actuellement à propos de la réduction du temps de travail et de notre modèle de société. Pour en juger, il suffit de s’arrêter sur la théorie de l’économie du partage.

Il y a bien d’autres chantiers à ouvrir avant de s’attaquer aux 35 heures. La mise en œuvre effective et complète du pacte de responsabilité devrait être la priorité du gouvernement Valls II.

Saxo Banque (France)

#7 - 11H30

German Unemployment Rises, Alibaba Reports Tripling in Profits

The Dow closed up slightly at 0.09% while the S&P closed roughly level, consolidating recent gains which saw the S&P 500 breach the long-elusive 2000 mark for the first time. The Asian session was slightly gloomier, with the Hang Seng slipping as investors took advantage of recent rises to sell off stock, whilst the Nikkei was down with a lack of figures to look to – a whole range of Japanese figures are due to be released tonight, which should give a further indication as to how the Japanese economy has reacted in the wake of the recent significant rise in sales tax.

In Europe the DAX is down by around 0.75% after disappointing German unemployment figures released this morning showed a 1k rise in unemployment rather than the 5k decrease expected – a far cry from the 11k decrease clocked in July. The CAC is down by around 0.5%, feeling the roll-on effect from Germany as well as continuing to react to recent political developments; this week saw a cabinet reshuffle, with Economy Minister Arnaud Monteborg resigning partly due to disagreements over austerity measures. Tension in Eastern Europe is also playing its part, as reports (and a photo) of a Russian T-72BM tank sighted in Ukraine seems to provide further evidence of direct Russian involvement in Eastern Ukraine after serving Russian troops were captured in the region earlier this week. The Russian government has previously claimed that Russian tanks in the region were tanks seized from Ukrainian forces by pro-Russian militants. However, there are no reports of the T-72BM ever having been sold to other countries by Russia. The MICEX index is currently down by about 2%

Meanwhile in company news, reports have been released suggesting that Apple is due to release an iWatch together with the latest version of its iPhone on September 9th. Apple shares closed up by 1.23% yesterday as excitement mounts ahead of the expected launch date, which is less than two weeks away. Speaking of mounting excitement, Alibaba has reported a tripling in profits to almost $2 billion for the last quarter, ratcheting up anticipation ahead of the firm’s upcoming IPO on the NYSE, due in September. A stratospheric IPO for Alibaba would mean a major payday for Yahoo, which owns over 20% of the e-commerce company.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS

#6 - 10H45

Le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron se dit prêt à autoriser « les entreprises à déroger » aux 35 heures...

Le nouveau ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, s’est déclaré, dans une interview accordé au Point la veille de sa nomination et publiée aujourd'hui, favorable au fait d’autoriser « les entreprises et les branches à déroger » aux 35 heures, en cas d’accords avec les organisations syndicales.

« C’est déjà possible pour les entreprises en difficulté. Pourquoi ne pas étendre à toutes les entreprises,à conditions qu’il y ait un accord majoritaire avec les salariés ? », a déclaré M. Macron à l’hebdomadaire.

Selon le nouveau ministre de l’Économie, une telle mesure permettrait de « sortir de ce piège où l’accumulation des droits donnés aux travailleurs se transforme en autant de handicaps pour ceux qui ne travaillent pas », une idée qu’il juge cependant « difficile à expliquer et à porter, spécialement quand on est de gauche ».

« La clé de la relance, en France, est de libérer les énergies pour créer de l’activité », assure M. Macron, pour qui la France souffre « de deux problèmes spécifiques et endémiques : notre compétitivité, particulièrement dégradée, et notre déficit budgétaire ».

Afin de freiner l'avalanche de réactions provoquée par cette interview, Matignon a réagi ce matin. Le gouvernement « n'a pas l'intention de revenir sur la durée légale du travail à 35 heures », dont la modification éventuelle « relève de discussions entre partenaires sociaux » que l'exécutif « respectera », a assuré ce matin Matignon à l'AFP...
A suivre donc.

#5 - 10H30

Commerce extérieur : les grands pays importateurs s’essoufflent sauf... l'Allemagne

La baisse des importations, grâce à la contraction des achats d’hydrocarbures et de produits raffinés mais aussi des produits de l’aéronautique, a permis une baisse du déficit commercial de la France au 1er semestre 2014 : avec 246,661 milliards d’euros (FAB-FAB), les importations françaises ont ainsi fléchi de 1,2 % et le déficit a été contenu à 29,2 Mds EUR.

On pourrait se réjouir de cette tendance si elle s’était accompagnée d’une bonne dynamique des exportations, ce qui n’est pas le cas : avec un recul de 0,2 %, elles manquent de dynamisme, c'est le moins que l'on puisse dire*.

Source : LE MOCI
Lire la suite ici

#4 - 10H00

Jackson Hole / Point marchés monétaire (Quilvest Gestion)


Comme chaque année, les marchés financiers ont suivi avec attention le sommet de Jackson Hole où tous les banquiers centraux se sont rassemblés pour partager leur vision de la politique monétaire et éventuellement mettre en place des mesures conjointes.

Nous avons voulu faire un point sur les politiques monétaires actuelles et essayer d’en déduire l’évolution des taux dans les prochains mois.

Point sur la conjoncture en Europe
- Point sur l’inflation
Historiquement, les processus décisionnels de la Banque Centrale Européenne ont été calqués sur ceux de la BundesBank qui était particulièrement sensible à l’inflation. Le principal indicateur suivi par la BCE est donc l’inflation...

Lire la suite dans le PDF de 6 pages en français

#3 - 9H45

Ouverture à l'équilibre avant plusieurs indicateurs majeurs (Saxo Banque)

Marchés actions
Comme attendu, l’indice phare parisien à marquer une pause dans son ascension. En effet, sur fond de prises de bénéfices par les investisseurs et sur des statistiques économiques moins bonnes qu’attendues, le Cac 40 a montré un essoufflement dans son appréciation. Les investisseurs ont notamment pris connaissance du climat des affaires pour la France qui a été publié à 91 points. Enfin comme prévu par les analystes, le nombre de demandeurs d’emploi affiche une augmentation de 26100 personnes supplémentaires, soit une augmentation de 0,8% en un mois. Le Cac 40 a terminé la séance à 4 396 points, soit un mieux de 0,7% par rapport à son cours de la veille.

Pour cette journée, et avant des annonces économiques importantes concernant la zone euro, les bourses européennes devraient ouvrir en baisse.

Du côté des marchés asiatiques, l’indice Nikkei a reculé de 0 ,48% à 15 459,86 points et le Topix de 0,40% à 1 280,74 points. A l’instar des marchés américains et européens, le volume d’échanges a été relativement faible.

Dans un marché relativement calme, les marchés américains ont réussi à terminer la séance en territoire positif. Ainsi, le Dow Jones gagne 0,09% à 17 122,01 points et le S&P 500 s’est adjugé à sa clôture aux encablures des 2 000,12 points. A la fin de la séance, seul le Nasdaq affiche un léger recul de 0,02% à 4 569,62 points. Après les belles envolées enregistrées en début de semaine, les marchés marquent une pause et les volumes d’échanges restent faibles. Pour aujourd’hui, les investisseurs vont se montrer attentistes quant aux résultats très attendus de grandes sociétés.

Sur le marché des devises, l'euro consolide un peu face au dollar, après une forte baisse ces 5 derniers jours. La paire se stabilise autour des $ 1,3210, malgré un indice Gfk du climat des consommateurs allemands en recul de -0,4% au lieu de - 0,1% prévu par les économistes. Ce jeudi, dans la zone euro et en particulier outre-Rhin, il faudra surveiller les taux de chômage et demandes d’emploi pour le mois d’aout, tout comme la publication des prix à la consommation. Le consensus prévoit un recul de 5000 demandes d’emplois en Allemagne pour ce mois-ci contre un recul de 12 000 au mois de juillet. A 10 heures ce jeudi, on attendra aussi les données de l’évolution de la masse monétaire m3.

En début d’après-midi, Washington communiquera la seconde estimation du PIB américain pour le deuxième trimestre, qui devrait être réévalué à 3,9% au lieu des 4% publié lors de la première estimation. Les données concernant les demandes d’emploi pour la semaine dernière, prévus à 300 000 seront aussi communiquées ce jour-ci. On regardera aussi les promesses de ventes immobilières pour le mois de juillet, prévues à 0,5% alors que les données du mois de mai étaient en recul de 1,1%. En Angleterre, on surveillera la publication de l’indice Gfk du climat des consommateurs, prévu en recul de 1%. La livre reste cependant assez stable face à ses concurrentes majeures.

En Asie, les investisseurs observeront les publications des achats de titres par les non-résidents ainsi que les indices PMI manufacturier japonais. Cet indice PMI est prévu en hausse de 0,1%. La devise japonaise reste assez stable depuis le début de semaine face aux monnaies occidentales. L’euro s’échange aux alentours des 137,00 yens tandis que le billet vert s’échange aux environs des 103,80 yens.

Matières premières
Les Futures WTI sont en repli de 0,4% à New York alors que le Brent reste stable à Londres. Selon les données publiées par l’EIA hier, les stocks de pétrole brut ont augmenté au plus grand centre de stockage de pétrole des États-Unis Fournitures à Cushing, en Oklahoma, le point de réception des contrats WTI. La progression s’élève de 508 000 barils à 20,7 millions pour la semaine dernière, soit le plus haut niveau depuis Juillet. De leurs côtés, les stocks d'essence ont diminué de 960.000 barils à 212,3 millions tandis que les carburants distillés, y compris le carburant de chauffage et le diesel, ont augmenté de 1,25 millions de barils à 122,8 millions, par rapport à une estimation que l’on attendait sans changement.

En Libye, la production de brut devrait croître dans les régions de Sharara, Sarir, Waha et Harouge, selon le porte-parole national du pétrole, Mohamed Elharari. Le pays pompe en ce moment 630.000 barils par jour, mais il pourrait augmenter sa production d’1 million de barils par jour d'ici à fin Septembre.

Ainsi, le WTI pour livraison Octobre se voit perdre 36 centimes à $ 93,52 le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, ce qui porte sa baisse annuelle à près de 5%. Le volume de tous les contrats à terme négociés était d'environ 55% supérieur à la moyenne de 100 jours. Le Brent pour le règlement Octobre se négocie à l’équilibre à 102,56 le baril sur l’ICE Futures Europe basé à Londres. Le brut de référence s'échange donc avec à une prime en légère hausse à 9,02 $ par rapport à son homologue américain le WTI.

Les métaux précieux s’orientent tous à la hausse ce matin. L’or se traite à 1288.9$ l’once (+0.46%), mais l’on pourrait s’attendre à ce qu’il vienne buter sur sa résistance de court terme à 1291 $, niveau que le métal jaune a atteint plusieurs fois mercredi. L’argent s’adjuge 0.85% à 19.62$ et le platine progresse de 0.5% à 1423.6$ l’once.

Saxo Banque (France)

#2 - 9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are retreating this morning ahead of a very packed economic data calendar today. During the first half of the day main focus will be on German employment and inflation data with especially a lower than expected inflation reading likely to heat up speculations that the ECB will act rather sooner than later and possibly as early as next week to counteract lower inflation and stalling growth.
Additionally there are several different Euro-zone confidence and sentiment indicators scheduled to be released with results generally expected to show a decline compared to the previous month due to the ongoing crisis in the Ukraine and their negative impact on economic activity.
There is also once again plenty of news out what Easter Ukraine is concerned with the Ukrainian government accusing Russia of directing and instigating a fight back currently taking place by the pro-Russian rebels.
However so far the impact on markets has been very limited with today’s flood of economic data likely to overshadow escalating events in the Ukraine even if only temporarily.
Overall sentiment remains neutral in Europe with many traders sitting on the side-lines for now until the picture is getting clearer especially what the ECB is concerned.
No doubt today’s economic data are crucial and could easily determine the direction of the stock market for the next few days to come.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black

#1 - 9H00

UBS daily roundup - Inflation, deflation (and disinflation, if you are into that sort of thing)

Paul Donovan daily briefing.

• Spain and Germany offer deflation and inflation numbers respectively– highlighting the dilemma faced by the ECB as it struggles to run a dysfunctional monetary union. Note that negative CPI is not competiveness enhancing – it is negative unit labour costs that enhance competitiveness.

• German Finance Minister Schaeuble says ECB President Draghi's Jackson Hole deflation concerns have been "over-interpreted". As we must all hope Draghi did not coordinate his comments with the German finance ministry, "over-interpretation" can only be Schaeuble's interpretation.

• Euro area M3 money supply data is of some interest as a signal of the willingness of banks to lend. Business and consumer confidence is due, and markets are likely to be braced for disappointment following weaker national data yesterday.

• The Americans are revising their Q2 GDP growth figures. We believe inventories will drag down the headline a little to 3.9% (annualised) which is not going to worry the markets. Final demand should be stronger.


Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

Reprise des infos le 1er septembre.

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

27 août 2014

La production dans le secteur de la construction en baisse de 0,7% dans la zone euro

En baisse de 0,3% dans l’UE28. Juin 2014 comparé à mai 2014.

En juin 2014 par rapport à mai 2014, la production dans le secteur de la construction, corrigée des variations saisonnières, a reculé de 0,7% dans la zone euro (ZE18) et de 0,3% dans l’UE28, selon les premières estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne. En mai 2014, la production dans le secteur de la construction avait diminué de 1,4% dans les deux zones.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Jeudi 28 Août 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Blockchain Daily News

Lettres métiers

Livres Blancs