Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 27 mai 2014 (n°6 - 16H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 27 mai 2014 (n°6 - 16H00)

Muted Market Reaction to Euro-Elections, US Macroeconomic Figures Released

European stocks added gains Tuesday, moving out of the negative to extend six-year highs as US economic data in the shape of strong durable goods orders offered stronger direction.

The euro remains under pressure at $1.3643, weighed by comments from ECB president Mario Draghi on Monday suggesting that the low-inflation in the euro area is enough to spark stimulus response by the central bank at next month’s policy meeting. Portuguese bonds rallied on the expectation that the ECB is preparing to introduce further stimulus measures, with the country’s 10-year yield falling to 3.62%. Other peripheral bonds also gained, with Spanish and Italian bonds showing a decent performance.

The reaction in European markets to the EU election results has been relatively muted; eurosceptic and anti-austerity parties made significant gains in some countries, such as France and the UK, while pro-EU ruling parties were the main beneficiaries in countries like Germany, Italy and Spain. In the UK, the success of the anti-European Union UK Independence Party weighed on the UK pound which fell to a 17-month against the euro last week. The pound also was weighed by data from the BBA which showed UK mortgage approvals fell 6.4% to 42,173 in April.

In the Ukraine, President-elect Petro Poroshenko has pledged to rein in separatists in the east of the country, a move that may not go down too well with Russia, which has agreed to talks with Ukraine’s President-elect.

Over to US markets, stocks are moving higher Tuesday with durable-goods orders in up 0.8% in April after a revised 3.6% increase in March. US housing data compiled by S&P/Case-Shiller also showed a healthy reading of the US housing market. Eyes now shift to the US consumer confidence report due shortly. Much of the focus this week will be on US Q1 GDP data, due Thursday.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



DeAWM - Point de vue | Résultat des élections

Asoka Wöhrmann, co-CIO de Deutsche Asset & Wealth Management, commente le résultat des élections européennes et son impact sur la stratégie d’investissement.

Le PPE continue à dominer, les eurosceptiques gagnent du terrain
Le groupe politique chrétien-démocrate conservateur Parti Populaire Européen (PPE) reste le groupe le plus fort au Parlement européen nouvellement élu avec 28%* des sièges. Par rapport aux dernières élections, les eurosceptiques ont gagné des sièges, mais leur influence effective finale reste incertaine jusqu'à la conclusion d’un accord de coalition. Le faible taux de participation des électeurs à environ 43%* aurait eu un effet favorable bénéfique à ce résultat.

Focus pays :
Bien que les eurosceptiques aient gagné du terrain dans toute l'Europe, le résultat des élections est particulièrement important pour certains pays car il pourrait avoir des incidences sur les politiques nationales.

- France : le parti eurosceptique Front National est sorti vainqueur des élections avec environ 25%* des voix alors que le parti socialiste du Président Hollande perd beaucoup de terrain en ne recueillant que 14%* des voix.
Risque envisagé : instabilité politique, nouvelles élections

- Royaume-Uni : Le parti eurosceptique UKIP a remporté l'élection européenne (environ 27%*) et gagne des sièges aux élections locales. Des voix s’élèvent au sein du parti conservateur au pouvoir afin de solliciter une coopération plus étroite avec UKIP.
Risque envisagé : Un gouvernement de plus en plus eurosceptique

- Grèce : Le parti eurosceptique de gauche Syriza a remporté l’élection avec près de 26% des voix, alors que le parti socialiste, partenaire des conservateurs au gouvernement n’obtient que 8%* des voix.
Risque envisagé : instabilité politique, nouvelles élections

Des résultats déjà pris en compte et des fondamentaux positifs :
- Comme prévu, les citoyens ont utilisé les élections pour montrer leur mécontentement sur le travail de leurs gouvernements respectifs pendant la crise. Toutefois, ce résultat n'est pas une grande surprise pour les marchés financiers et les fondamentaux restent positifs.
- Nous restons positifs sur l'Europe. Les spreads de la périphérie devraient diminuer et les marchés boursiers récupérer. La création de coalitions d’eurosceptiques et les pays susceptibles d'être touchés par le risque politique doit être surveillé de près.

*) Ces résultats sont préliminaires et basés sur des sondages, les résultats définitifs n’étant pas
encore disponibles. Ces chiffres sont donc susceptibles d’être modifiés.

Deutsche Asset & Wealth Management
Avec 934 milliards d’euros d'actifs sous gestion (au 31 mars 2014), Deutsche Asset & Wealth Management (DeAWM) est l'un des leaders mondiaux de la gestion d’actifs. Deutsche Asset & Wealth Management conseille des clients institutionnels et particuliers afin de préserver et de faire croître leur capital, offrant des solutions d’investissement traditionnelles et alternatives sur toutes les classes d’actifs. Deutsche Asset & Wealth Management propose également des services sur mesure de banque privée et de gestion de fortune aux familles et particuliers aisés.
Deutsche Asset & Wealth Management est la marque de la branche gestion de fortune et gestion d’actifs de la Deutsche Bank.



European Parliament and Ukrainian Elections, DAX Reaches Record High

European stock markets paused for breath Tuesday after climbing to a six-year high in the previous session – UK markets are playing catch-up with European and Asian peers, following the bank holiday weekend.

US markets too were closed Monday for the long weekend – stock futures in the states are currently indicating a slightly higher open ahead of data on US consumer confidence and durable-goods orders due later in the session.

There’s little out on the euro zone economic calendar Tuesday with traders eyeing the US data for fresh direction following a lack of macro indicators since Friday last week in global markets. In Europe, we’ve had an important weekend with European elections, which saw eurosceptic parties in France and the UK making significant gains.

Traders are still absorbing the political news coming out of the euro zone –financial stocks have been supported by Italian Prime Minister Matteo Renzi’s party beating a populist challenger in the European elections. Policymakers from the EU are set to meet today for policy discussions in the wake of gains by protest parties across the Euro-zone.

Attention is also on the European Central Bank, with rising hopes that the central bank is preparing a stimulus package next month. That follows comments by ECB President Mario Draghi on Monday in which he said he sees risk that expectations for ultralow inflation will gain a grip in the euro zone and spur consumers and businesses to delay purchases, which in turn raise the deflationary threat.

His comments were taken as a sign that the ECB is considering a wide variety of options, from interest-rate cuts to new bank loans or broad-based asset purchases. In the meantime, the euro currency is likely to remain under pressure in the run up to the ECB policy meeting early next month.

Geopolitical tensions remain, but are easing somewhat following the elections in Ukraine, which saw victory for Petro Poroshenko. Moscow said it was willing to hold talks with Kiev’s newly elected president, causing hope of progress between both countries which could see a war being avoided.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Good Morning Finyear Readers!

Most European shares are trading little change this morning with the exception of the UK which is trading higher and is doing some catching up after being closed for a bank holiday yesterday.
While things starting to heat up again in the aftermath of the Ukrainian presidential elections with heavy fighting being reported in Donetsk traders are mainly focusing on the upcoming ECB meeting.
Equity markets and the Euro are continuing to price in that the ECB will take major action in the upcoming meeting to counteract low inflation and a surging Euro.
While there is very little date out in Europe things are expected to heat up in the afternoon with US durable and US consumer confidence scheduled for release.
Traders are looking for confirmation that the standstill in economic growth in the first quarter was only temporary and mainly weather related with the US economy being in the process of rebounding sharply in the second quarter.
Overall sentiment remains positive, however traders prefer to buy dips at the moment as much of the recent gains were posted with below average volume leaving markets vulnerable to profit-taking.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black




UBS daily roundup - Draghi reveals all

Paul Donovan daily briefing.

• If one were to rely on the international media for information, the European election results were a stunning surprise. If one relies on reality (as markets sometimes do) they were in line with opinion poll predictions for the most part. Markets have reacted accordingly.

• The risk is not the sudden shock of the European result but the evolution of sentiment by investors outside the Euro. Non-Euro investors have been a source of capital inflows, and political confusion may deter that.

• Draghi of the ECB followed up his burlesque press conference with a full blow strip tease, casting aside every last vestige of hawkishness in a brazenly dovish display. He warned of disinflation (disinflation being the reverse of what is happening in the Euro area today).

• The UK has mortgage application data. The housing market should concern policy makers only as it disrupts financial system or household balance sheets, so this evidence of credit is pertinent. BoE governor Carney is due to speak.




Les marchés attendus en ordre dispersé après les fortes progressions hier

Marchés Actions : Sur les marchés actions, le tremblement de terre tellement redouté après les élections européennes n’a finalement pas eu lieu. Bien au contraire, les places boursières européennes ont signé une séance largement dans le vert. Le CAC40 et le DAX allemand en ont même profité pour atteindre leur plus haut sommet de l’année. Malgré le progrès retentissant des partis eurosceptiques, les partis pro-européens gardent une large majorité de représentants à Strasbourg, avec environ 70% des sièges attribués. Par ailleurs, il faut noter que le terme « eurosceptique » est très large : le mouvement est composé d’une ample gamme de partis politiques et de visions de l’Europe qui ne sont pas forcément compatibles. Ainsi, il semble peu probable qu’ils puissent former un groupe homogène au sein du parlement et qu’une cohésion suffisante puisse être établie pour perturber l’équilibre de l’Union européenne. En effet, les institutions mise en place par les Traités de Maastricht, de Rome et de Lisbonne favorisent largement les partis pro-construction européenne, de sorte que l’influence des partis « anti-européens » reste limitée.

De façon parallèle, les résultats des élections montrent que le mécontentement de la population vis-à-vis de l’Union Européenne reste croissant, notamment en matière de politique économique. Cette prise de conscience augmente l’impatience pour le 5 juin, date de la prochaine décision de politique monétaire de la BCE, qui pourrait ainsi pousser d’avantage l’étendue des réformes prévues. Mario Draghi, président de la banque centrale, a insisté sur le fait que la BCE devait être "particulièrement attentive" au risque d'enracinement d'une spirale des prix négative dans la zone euro. A cela il a rajouté que pour couper court à un tassement des anticipations d'inflation, « davantage d'actions préventives peuvent se justifier ». Ce discours n’est pas passé inaperçu chez les investisseurs et amplifie l’attente pour une politique ferme de relance économique.

Ainsi, le CAC 40 termine à son plus haut niveau du jour et de l’année à 4.526,93 points (+ 0,75 %). En Allemagne, le Dax a signé un record historique en se hissant à 9 893,71 points, le lendemain de la victoire du CDU d’Angela Merkel aux élections européennes. Ailleurs en Europe, les gains ont été également visibles. Mais c’est dans des pays où les partis traditionnels pro-européens l’ont emporté que les places boursières ont le plus progressé. C’est le cas de l’Italie, par exemple. L’indice de référence italient FTSE Mib a grimpé de 3,61 %, après la confirmation de la victoire du parti démocrate de centre-gauche du président du Conseil, Matteo Renzi.

Cette progression reste toutefois à nuancer. En effet, la journée de lundi restera marquée comme la séance la plus creuse de l’année en termes de volumes. Outre-Manche et Outre-Atlantique, les marchés sont restés fermés, en raison du Spring Bank Holiday pour l’Angleterre et du Memorial Day pour les Etats-Unis. Ainsi, les volumes d’échanges ont été particulièrement étriqués, notamment en France où le volume de transactions s’est limité à 1,5 milliard d’euros.

Ce matin, dans le sillage des bourses européennes, la Bourse de Tokyo a fini en légère hausse et obtient une quatrième séance de gains d’affilée. L’indice Nikkei a gagné 0,23%, soit 34,00 points, à 14 636,52. Le Topix, quant à lui, navigue proche de l’équilibre et progresse de 0,42 point (+0,04%) à 1 195,11 points. Il faut noter que la bourse japonaise est toujours en baisse de 10% depuis le début de l’année, après le gain de 57% en 2013. Néanmoins, le Nikkei semble engagé dans une tendance haussière, observée lors des dernières séances; l’indice a même atteint un pic de sept semaines à 14 732,68 points en « intraday ».

Aujourd’hui, les investisseurs devront garder un œil ouvert sur l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages français en mai. Dans l’après-midi, l’attention se portera sur l’Indice PMI Markit instantané des directeurs des achats du secteur non manufacturier aux Etats Unis ainsi que l’Indice de confiance publié par le Conference Board.

D’après les dernières informations disponibles le CAC 40 parisien pourrait perdre jusqu’à 0,4% à l’ouverture, le Dax à Francfort 0,1% tandis que le FTSE de la Bourse de Londres pourrait gagner 0,4%.

Forex : Sur le marché des changes, la devise européenne a légèrement progressé hier face au billet vert, progression surprenante étant donné les résultats aux élections européennes et la poussée importante des partis politiques anti-Europe. Ceci s’explique notamment par la fermeture des places financières de Londres et de New York, ce qui a ainsi limité grandement les volumes sur le marché des changes. De plus, après le mouvement baisser assez fort de l’euro suite à la publication de l’indicateur allemand IFO en fin de semaine dernière, une correction purement technique était à attendre, même si la tendance à plus long terme reste à la baisse au niveau de la monnaie unique, tout du moins jusqu’à la prochaine réunion de la BCE devant avoir lieu la semaine prochaine.

Ainsi, sur l’ensemble de la journée, la parité EURUSD s’adjugeait 0,19%, à 1,3645 dollar à la clôture. Concernant la devise nippone, cette dernière s’est quelque peu dépréciée hier face à la majorité de ses devises de contrepartie, notamment en raison des spéculations quant à la mise en place prochaine de mesures de soutien à l’économie européenne, ce qui pourrait potentiellement intervenir suite à la prochaine réunion de la BCE. Ceci amènerait ainsi un peu d’appétit pour le risque de la part des cambistes, qui s’orienteraient ainsi vers des devises plus rémunératrices, à l’instar de l’euro et au détriment de valeurs refuge telles que le yen japonais. Ainsi, sur l’ensemble de la séance, le cross EURJPY progressait de 0,30%, à 139,08 yens. Même tendance face au dollar américain mais dans une moindre mesure, la paire USDJPY ayant progressé de 0,10%, à 101,92 yens. Dans ce contexte, les autres devises fortement rémunératrices, tels que le dollar australien et le dollar néo-zélandais, ont également profité de cette tendance, le marché anticipant ainsi le potentiel rallye des cambistes sur ces dernières à court terme. Ainsi, sur la séance d’hier, les parités AUDUSD et NZDUSD progressaient respectivement de 0,08%, à 0,9236 dollar et 0,14%, à 0,8561 dollar.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les cours du baril de pétrole repartent à la hausse soutenus par la situation en Ukraine. Les résultats des élections dans le pays laissent craindre de nouvelles tensions dans la zone qui pourraient déboucher sur une guerre civile. En parallèle, les propos du président de la Banque centrale européenne ont également contribué à rassurer les opérateurs. Lors de son discours hier Mario Draghi a en effet réaffirmé que l’institution était dans la capacité de mettre en place toute mesure nécessaire face au niveau de l’inflation en zone euro. Le Brent de la Mer du Nord se négocie proche ce matin des 110,75 dollars et le WTI s’affiche de son côté à 104,43 dollars.

De leur côté, les métaux précieux enregistrent une baisse marquée à la suite du discours de Mario Draghi. Après être resté stable ces derniers jours, l’once d’or lâche du terrain pour se négocier ce matin aux alentours de 1 286,70 dollars. La tendance est similaire pour l’once d’argent qui s’affiche à 19,29 dollars.

Saxo Banque (France)


23 mai 2014

Dettes souveraines : la tension actuelle illustre la nouvelle cartographie des dettes d’Europe du sud

Un nouveau mouvement d’élargissement des spreads s’est manifesté sur les marchés obligataires souverains européens. Les emprunts d’Etat à 10 ans grec et portugais ont subi une hausse respective proche de 60 et 50 points de base depuis une dizaine de jours.

Pour l’équipe de BBVA France, ce mouvement correspond avant tout à une réaction d’aversion à court terme, qui s’est concrétisée par des flux sortants de capitaux sur ces emprunts d’Etat. Pierre-Yves Domeneghetti, Directeur de la salle des marchés de BBVA France, explique que « les banques, qui achètent massivement de la dette souveraine, ont souhaité se protéger contre une situation globale de mark-to-market, lorsque les valeurs boursières technologiques américaines ont fortement corrigé, le 15 mai. In fine, les banques ont choisi de couper leur ‘carry trade’ sur les obligations souveraines périphériques et c’est cet arbitrage qui a causé la hausse des taux longs et l’élargissement des spreads, entre certains taux périphériques et le Bund allemand. »

Pierre-Yves Domeneghetti précise que la récente hausse des taux obligataires ne s’est pas réalisée de façon uniforme : « si le qualificatif ‘périphérique’ est commode pour désigner les emprunts d’Etat réputés les plus risqués, une distinction s’impose car les dettes d’Europe du sud ne représentent plus un ensemble homogène : l’Espagne et l’Italie ont su retrouver les faveurs de la quasi intégralité des institutionnels, quand le Portugal et la Grèce restent des marchés où le plus grand nombre ne s’aventure pas. À 3% à peine, la dette espagnole est actuellement à un niveau historiquement bas. On observe d’ailleurs le retour d’une corrélation positive entre le taux espagnol et le taux allemand, les deux courbes évoluant de plus en plus de concert. C’était le cas avant l’éclatement de la crise en 2008 et l’avènement du risque ‘pays’ » ajoute le directeur de la salle des marchés.

La robustesse du comportement des obligations espagnoles s’explique notamment par la profondeur et la liquidité du marché national en comparaison, par exemple, à celui de la Grèce. « La liquidité du marché obligataire espagnol est un avantage. Cela permet aux différents intervenants institutionnels de s’y positionner sans difficulté, en achetant directement des blocs d’obligations et dans de meilleures dispositions pour gérer activement les papiers. »

Concernant la politique monétaire de la Banque Centrale Européenne, la plupart des intervenants de marché s’attendent à la mise en place de mesures non conventionnelles, a fortiori au regard de la hausse récente de la volatilité sur certaines dettes. « Cette option n’est pas une nécessité absolue. Mario Draghi a fait preuve d’une très grande habileté dans sa communication depuis l’été 2012. La force de son discours et la détermination affichée par la BCE ont suffi à apaiser la crise des dettes souveraines et garantir la pérennité de la zone euro. Le déploiement d’un ‘quantitative easing’ à l’européenne n’est pas indispensable aujourd’hui. Nous sommes encore dans une logique de carry trade sur papiers d’Etat, qui contribue à améliorer la rentabilité des banques : celles-ci se financent auprès de la BCE à un taux quasi nul et s’octroient du rendement en achetant des papiers souverains périphériques à des taux rémunérateurs. Tant qu’il n’y a pas de tension significative sur l’Eonia et tant qu’il y a une pente significative entre les taux de la BCE et les taux souverains périphériques, alors il n’y a pas d’urgence pour que la banque centrale passe à l’acte. Dans ces conditions, l’appétit pour les dettes souveraines restera intact » conclut Pierre-Yves Domeneghetti.

A propos de BBVA :
Fondé en 1857, BBVA est un groupe de services financiers centré sur le client. Acteur de premier plan dans la Péninsule Ibérique, le groupe est la principale institution financière du Mexique et se positionne comme l’un des leaders bancaires en Amérique Latine et dans les Etats de la Sun Belt aux Etats-Unis. Les activités du groupe privilégient les marchés à forte croissance et la mise en place de technologies permettant d’obtenir un avantage compétitif durable. Plaçant la gouvernance au coeur de son modèle, BBVA est l’une des principales institutions de la zone Euro en termes de ROE et de performances. BBVA encourage l'éducation financière et l’intégration, et soutient la recherche scientifique et la culture. Les valeurs du groupe reposent sur le respect de la plus grande intégrité, une vision long-terme et l’application des meilleures pratiques. BBVA est présent dans les principaux indices du développement durable.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- BIO-UV lève 1,5 M€ auprès d’ACE Management 26/05/2014
- Atos annonce le projet d’acquisition de Bull pour 620 M€ 26/05/2014
- Vivendi vend 41,5 millions d’actions Activision Blizzard pour 850 M$ 26/05/2014
- Mérieux Développement mène le financement de série B de la société américaine ImaginAb 26/05/2014
- Geodis cède Ciblex à Eurotranspharma 26/05/2014
- Bird & Bird se renforce en corporate à Paris avec l’arrivée d’Anne-Cécile Hansson Lecoanet en qualité d’associée 26/05/2014
- Les Cercles de la Forme fait l’acquisition de 8 clubs de la marque Vit’Halles 26/05/2014
- Visiativ annonce le succès de son introduction en Bourse 26/05/2014
- Thales négocie le rachat des activités Services de Cybersécurité et Sécurité des Communications d’Alcatel-Lucent 26/05/2014
- Eurosic négocie le rachat de la participation de Realia dans SIIC de Paris 26/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

15 mai 2014

Avril 2014 : Le taux d’inflation annuel de la zone euro en hausse à 0,7%

L'UE en hausse à 0,8%.
Le taux d’inflation annuel de la zone euro s’est établi à 0,7% en avril 2014, contre 0,5% en mars.
Un an auparavant, il était de 1,2%. Le taux d’inflation mensuel a été de 0,2% en avril 2014.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 27 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs