Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 27 juin 2014 (#12 - 17H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 27 juin 2014 (#12 - 17H00)
17H00

Juncker nominated for Commission president

Jean-Claude Juncker, the former Luxembourg prime minister, has been nominated by the EU’s presidents and prime ministers to become the next head of the European Commission over the strong objection of Britain’s David Cameron.

Mr Juncker, who has served nearly 30 years in Luxembourg and European politics, must now be approved by the European parliament, which is scheduled to vote on his nomination in mid-July. His confirmation is all but assured...

Financial Times - Breaking News

-------------------------------------------------------

16H30

Mild gains for European markets & satisfactory UK GDP figures

European stocks added mild gains on Friday following a spate of better than forecast economic data out of Europe, helping to ease nervous markets about the outlook of the euro zone economy. US stock markets were little changed as investors’ awaited fresh data in the form of US consumer confidence which is likely to increase according to economic forecasts by Bloomberg.

An increase in confidence is unlikely to change the Federal Reserve’s thinking regarding interest rate policy which the central bank shows it is in no rush to start adjusting upwards. This week's downward revision to first-quarter US growth and weaker spending figures have confirmed that the markets were unsure if the Fed will tighten policies this year. This now seems even more unlikely. Still, this has pushed US government bond yields closer to their low for the year with the 10-Year at 2.51%.

Back to Europe, major benchmarks added small gains on the back of some improving economic data. Despite poor GDP figures from France in the first quarter, French consumer spending data for May looked stronger, suggesting a rebound in the economy in the second quarter of this year.

Germany's inflation rate climbed from a four year low this month, allaying worries the euro zone’s powerhouse is feeling the threat of disinflation. Italian manufacturers' confidence rose to its best levels in three years with the indicator hitting 100 in June, rising from the 99.8 readings in the two months before.

In the UK, the third release of GDP figures for the first quarter fell short of market expectations but, were in line with the previous reading of 0.8% which, in all fairness, is a strong number and encouraging that the economy maintained its robustness. More encouraging is that business investment was 10.6% higher in the first quarter of this year versus the same period last year. For the European Central Bank, some disheartening data in the shape of the European Commission survey recorded a decline in confidence during June.

The EC’s headline Economic Sentiment Indicator-which measures confidence in a number of business sectors and among consumers, fell to 102.0 from 102.6 in May. That was a surprise to markets as consensus was calling for a rise to 103.0, indicating the ECB’s latest stimulus measures didn’t inspire enough confidence in markets.

Elsewhere, oil prices eased a tad following recent strength with NYMEX crude trading at around the $105 mark while Brent crude on London's ICE Futures exchange was at $113 mark, still elevated, just off its record high of $115. Violence in Iraq has been a big source of concern for oil markets on supply disruption fears but markets are also now of the view that there seems to be greater effort by the Iraqi forces to protect oil pipelines in the south of the country.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

15H30

European IPOs

European IPOs may have reached a peak for this year with the high profile and successful listings of companies earlier this year. As we head into the second half of 2014, the story is changing – it seems investors are growing tired of IPOs in Europe.

Indeed, this month in London, we saw an underwhelming debut for AA shares, the car breakdown service. EasyJet’s sister company, EasyHotel only mustered up half of the overall funding it needed and low-cost Hungarian airline, Wizz Air shelved IPO plans all together. Most recently, Liberty Living in the UK yesterday evening cancelled plans to list on the stock market.

Italian banking giant UniCredit floated its online bank, FinecoBank with an IPO offering at EUR3.70 which is near the bottom of the indicated price range in order to gain demand as the Italian bank is aware of the difficulties IPOs are now facing. FinecoBank had hoped to fetch up to EUR4.4 a share.

The loss of enthusiasm by investors is no surprise after this year; floats by Just Eat and AO World have disappointed markets in their performance – both off around 7% since their debuts.

Investors are seemingly more sceptical of IPOs given the high valuations and the rush by private equity firms to dispose of some companies. It is logical to assume PE firms would not get rid of profitable companies, so IPOs in which PE firms are offloading stakes now warrant a degree of scepticism they didn’t earlier this year.

After all, PE firms need to provide returns to their clients and since the crisis of 2008 many have struggled and have had to keep companies they did not want on their books due to the challenging market conditions. This realisation by investors may be the turning point for the IPO market this year as investors fast become more realistic about new issues.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

14H00

Le contexte géopolitique et l'actualité macroéconomique pèsent sur les indices

Marchés actions :

Sur les marchés actions, la semaine qui s’écoule a été caractérisée par des prises de bénéfices et un recul global des principaux indices boursiers. En France, le CAC 40 frôlait la barre des 4 600 points il y a 15 jours. Cette semaine, il a touché un plus bas de 4 412,18 points et accuse une perte de 2,02% sur l’ensemble de la semaine et avant la fermeture de Vendredi. Une tendance similaire a été observée sur les autres marchés européens. Le DAX de Francfort, qui naviguait au-delà des 10 000 points la semaine précédente, a chuté de 1,71% sur l’ensemble de la semaine et repasse sous le cap des 9 900 points, avant la fin de la dernière séance. Le FTSE londonien cède quant à lui 1,20% sur les 5 dernières séances et recule de 1,05% sur l’ensemble du mois.

Cela se justifie avant tout par une conjoncture qui démontre que l’Europe est encore loin d’achever son redressement économique. En France, les investisseurs ont appris que la contraction de l'activité s’est accélérée. En effet, l'indice PMI manufacturier de juin est ressorti à 47,8 points, contre 49,4 points en mai. Pour le deuxième mois d’affilée, il se situe sous les 50 points qui sépare les phases de croissance des phases de contraction. Un rapport de l’INSEE a par ailleurs dévoilé que le PIB français ne devrait progresser que de 0,7% cette année, contrairement aux projections de 1% diffusées par le gouvernement. Cela se produit à l’heure même que le nombre de chômeurs en France dépasse les 5 millions et vient encore souligner le manque de dynamisme d’une économie qui peine à se relever.

Outre-Rhin, l’activité a été également décevante, avec un indice PMI composite passant de 55,6 en mai à 54,2. Aussi, le sentiment des entreprises s'est dégradé, en laissant entrevoir une préoccupation du milieu des affaires liée au contexte géopolitique mondial et à la faible croissance économique européenne. Ces données mettent en évidence le ralentissement de la locomotive économique allemande, en pénalisant l’ensemble de la zone euro. D’ailleurs, pour le deuxième mois consécutif l’activité économique sur les autres pays de la zone est ressortie en contraction d’après les données de Markit, témoignant d’un essoufflement de la reprise économique. La Confiance des Consommateurs de la zone euro, mesurant le niveau de confiance des consommateurs en l'activité économique, est ainsi passé de -7,10 à -8,0.

Enfin, le Royaume-Uni qui semblait afficher une croissance économique plus solide que les autres pays européens, n’a pas échappé aux annonces économiques décevantes. Effectivement, on a noté une baisse de 0,5% des ventes au détail en mai, tandis que l'inflation est tombée à un plus bas de 4 ans et demi, influencée par la baisse des prix alimentaires. L'inflation annuelle mesurée par les prix de détail a été de 1,5% en mai contre 1,8% en avril, au plus bas depuis octobre 2009.

Cependant, le principal élément qui a déclenché la chute des indices a été la révision de l’évolution du PIB étasunien. D’après les dernières données, celui-ci s’est contracté de 2,9% au cours des trois premiers mois de l’année. Les investisseurs étasuniens s’étaient d’abord montrés peu susceptibles face à cette actualisation, mais de nouvelles données ont modifié la tendance. En effet, la consommation des ménages aux Etats Unis a également déçu les acteurs économiques. Le consensus tablait sur une augmentation de 0,4%, mais le chiffre ressorti était de 0,2%, valeur qui, ajustée de l’inflation, témoigne d’une nouvelle contraction de la consommation. Il s’agit de la deuxième d’affilée, et laisse entrevoir une croissance moins importante que prévue pour le deuxième trimestre, puisque la consommation représente environ 75% du PIB. Par ailleurs, les commandes de biens durables ont subi une baisse de 1% en mai, alors qu’on les attendait à la hausse.

Néanmoins, l’économie étasunienne est loin d’être en situation préoccupante. Malgré tout, la confiance des consommateurs étasuniens s’est améliorée en juin, l’indice établi par le Conference Board ayant augmenté de 3 points, à 85,2. De façon tout aussi encourageante, l’indice PMI manufacturier est ressorti à 57,5 points, au-delà des expectatives des économistes et du précédent de mai qui était de 56,4 points. De plus, les ventes de logements existants ont bondit de 4,9% sur le dernier mois tandis que les ventes de logements neufs ont progressé de 18,6 % le mois dernier, une valeur qui n’avait pas été observée depuis janvier 1992.

Dans ce contexte, les indices de Wall Street ont effectué des progressions hétérogènes cette semaine. Après la suite de sommets historiques obtenus récemment, les investisseurs ont consolidé cette semaine et le Dow Jones cède 0,6% avant l’ouverture de Vendredi. Le Standard & Poor’s a observé un mouvement similaire et abandonne 0,27% sur l’ensemble de la semaine. Enfin, l’indice à forte composante technologique, le Nasdaq Composite, réussit à rester sur un territoire positif, avec une appréciation de 0,25%. Il faut noter que les valeurs présentées ci-dessus sont naturellement susceptibles d’évoluer lors de la dernière séance de la semaine, sous l’influence de l’indice de Confiance de l’Université du Michigan.

Enfin, en Asie, les marchés ont également été touchés par les craintes sur l'état de l'économie américaine après la révision en nette baisse du PIB de la première économie mondiale. Pourtant, les données sur le secteur manufacturier chinois avaient de quoi encourager les investisseurs. En effet, l’indice PMI des directeurs d’achat HSBC pour la Chine a témoigné de la première expansion de l’activité industrielle en six mois. Au Japon, les prix à la consommation ont augmenté de 0,4% par rapport au mois précédent et de 3,7% en base annuelle, selon des données officielles du gouvernement. Cela se justifie en grande partie par l'entrée en vigueur de la hausse de la TVA, au 1er avril dernier. Par ailleurs, le taux de chômage dans l’Archipel a encore reculé de 0,1 point à 3,5% de la population active, soit un repli de 13,3% (-370.000) par rapport à la même date un an auparavant. Malgré ces données, les investisseurs ont préféré consolider leurs gains, en gardant un œil ouvert sur l’activité économique des Etats Unis. Ainsi, sur l'ensemble de la semaine, l'indice Nikkei accuse un repli de 1,66% sur l’ensemble de la semaine.

Forex :

Sur le marché des changes, la paire EUR/USD s’apprête à terminer cette semaine en territoire positif. Pourtant les indicateurs sont bien loin d’être en faveur de la monnaie unique qui profite pour le moment d’un nouvel accès de faiblesse du billet vert. En effet, le dollar continue de pâtir des dernières annonces de la Fed, auxquelles sont venus s’ajouter sur les dernières séances des catalyseurs américains en demi-teinte.

Globalement le marché des devises reste une nouvelle fois atone cette semaine avec de faibles volumes échangés. La volatilité sur la paire phare du Forex n’est pas au rendez-vous, puisque le cross est bloqué dans un range de plus en plus restreint. Après avoir débuté la semaine aux encablures des 1,3579$, la parité s’est renforcée sur les 1,3620$ ce vendredi et ne fait qu’osciller au gré des publications, sans grande conviction toutefois.

Nous retiendrons principalement les PMI européens en début de semaine qui ont été plus que décevants : la France a même révélé une nouvelle phase de contraction à son rythme le plus marqué depuis quatre mois ; ce qui a eu pour effet immédiat de plomber l’euro sur les premiers échanges. Paradoxalement, après que le moral des ménages américains se soit établi à son plus haut niveau depuis janvier 2008, les cambistes ont été plus que surpris de prendre connaissance de la baisse du PIB américain de 2,9% sur le trimestre, contre -1,7% attendu. Les investisseurs n’arrivant plus vraiment à se détacher des mesures et des discours des principales banques centrales, se sont finalement tournés une nouvelle fois vers la devise européenne mercredi, dans la crainte du prochain compte rendu de la Fed.

Pourtant, le mouvement haussier a rapidement été écourté par la reprise des spéculations sur la politique monétaire menée par les Etats-Unis. Après avoir atteint un plus haut hebdomadaire à 1,36502$ mercredi, le cross a finalement cassé son support des 1,3576$ jeudi en allant sur un plus bas de 1,35746$. Ce mouvement de vente en faveur du dollar s’explique en partie par le repli de l’activité américaine qui pourrait à terme pousser une nouvelle fois l’institution a prolongé ses mesures accommodantes. En parallèle le président de la Fed de Saint-Louis, Monsieur James Bullard, a évoqué un possible relèvement des taux dans un futur proche, ce qui devrait à terme rendre le billet vert plus attractif.

Après ce net recul, le cross EUR/USD a néanmoins profité d’un rebond technique: la parité a retracé sa chute de la veille pour venir à nouveau s’établir au-dessus des 1,36200$. Actuellement la paire n’arrive pas à rebondir réellement ; ce sont principalement des séances dictées par les achats à bon compte qui prédominent. Les cambistes pourront néanmoins compter sur un agenda économique chargé pour la séance d’aujourd’hui, puisque nous attendons les indices de confiance dans l’industrie et des ménages dans la zone euro. Après les dernières données mitigées, les investisseurs regarderont attentivement les nouvelles statistiques françaises publiées en cours de séance. Nous surveillerons également l’indice de confiance des consommateurs du Michigan aux Etats-Unis. On peut donc s’attendre à un regain de mouvement sur la parité pour les derniers échanges.

Du côté des paires en yens, la devise nippone progresse face à ses principales contreparties. Les cambistes se sont réfugiés vers les actifs moins risqués cette semaine, et contrairement au dollar et à l’euro, le yen a profité de statistiques positives sur la dernière séance asiatique. En effet, le Japon affiche un chômage record depuis 1997 à 3,5% en mai, et la fin de la déflation commence à se dessiner peu à peu. Les prix commencent à grimper sur le sol japonais, notamment stimulés par la hausse des taxes et la politique d’assouplissement monétaire menée par la BOJ. Ces nouvelles ont de fortes chances de se combiner à une nouvelle aversion pour le risque pour amener le yen sur de nouveaux plus hauts.

Cela se traduit sans surprise par un véritable déclin des paires USD/JPY et EUR/JPY au cours de cette semaine. Le cross USD/JPY après avoir débuté la semaine sur les 102,044 yens, a cassé son support des 101,62 yens pour venir évoluer sur les 101,40 yens ce vendredi matin. La paire a ainsi atteint un plus bas de cinq semaines et pourrait bel et bien se diriger vers les 101,00 yens si les publications américaines de la journée sont à nouveau décevantes. A contrario, la paire peut franchir les 101,75 yens dans la journée si la résistance des 101,52 yens est franchie. En parallèle, le cross EUR/JPY affiche la même tendance que sa consœur : la paire a décroché tout au long de la semaine et se négocie ce matin à 137,99 yens. Le cross a cassé son support des 138,00 yens, on peut donc envisager une baisse des cours en direction des 137,47 yens si aucun indicateur macroéconomique ne vient arbitrer en faveur de l’euro. Si c’était le cas, le cross pourrait revenir sur les 138,65 yens en franchissant le seuil des 138,28 yens.

Matières premières :

Au chapitre des matières premières, cette semaine est marquée par le recul des deux pétroles de référence, principalement dû à la concentration des combats en Irak dans la région Nord du pays ce qui ne devrait pas trop impacter la production irakienne d’or noir. Rappelons que la semaine dernière le Brent avait progressé de 4,4% alors que le WTI avait céder légèrement du terrain.

Du côté de l’Irak, le président des Etats-Unis, Barack Obama, a déclaré en début de semaine que cette situation de crise pouvait s’étendre dans les pays voisins. Les rebelles ont pris possession des postes frontaliers de l’Irak avec la Jordanie et la Syrie. Les rebelles islamistes en Irak ont pris le contrôle de la raffinerie de Baiji dans le nord, et contrôlent désormais le territoire jusqu’à la frontière jordanienne. L’armée irakienne a abandonné ses positions restantes au nord de Bagdad hier après deux semaines de combats. Les premiers conseillers militaires américains ont commencé à évaluer l’ampleur et la complexité du conflit. Un petit contingent des forces américaines a débuté sa mission qui consiste à récolter des renseignements, ainsi que d’établir un centre des opérations à Bagdad.

Le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki a rejeté les nombreux appels qui demandent sa démission pour former un nouveau gouvernement pour lutter contre les militants qui cherchent à plonger le pays dans une guerre civile. Une voiture piégée a tué pas moins de sept personnes, tandis que 20 autres sont blessées à Kirkouk, le centre pétrolier de la région Nord du pays. C’est la première attaque depuis que les forces kurdes ont pris le contrôle de la région après la déroute de l’armée irakienne.

L’Irak a pompé le mois dernier près de 3,3 millions de barils par jour, ce qui en fait le deuxième pays producteur membre de l’OPEP, derrière l’Arabie Saoudite. Le ministre du pétrole en Irak, Abdul Kareem Al-Luaibi, a déclaré que les exportations de brut devraient augmenter le mois prochain car les combats se maintiennent dans la région Nord du pays, donc sans incidence pour le moment pour la région Sud. Rappelons que la région Sud est responsable de plus de 75% de la production journalière.

Du côté des Etats-Unis, les stocks ont progressé de 1,74 millions de barils la semaine dernière pour atteindre 388,1 millions, proche de leurs niveaux record alors qu’ils étaient attendus en baisse par les analystes. Les investisseurs mais surtout les entreprises pétrolières ont très bien accueilli la décision de l’administration américaine qui pourrait assouplir les conditions et restrictions d’exportation du WTI. Cette décision est envisagée car la production et les stocks de pétrole aux Etats-Unis restent proches de leurs plus hauts niveaux depuis les années 1980 grâce aux nouvelles technologies et techniques de forage. Il y a deux semaines, la production a atteint un niveau record à 8,5 millions de barils par jour, soit le plus élevé depuis Octobre 1986. De plus l’industrie pétrolière fait pression sur le président Barack Obama pour mettre fin à près de 41 ans d’interdiction de la majorité des exportations de pétrole.

Du côté des métaux précieux, l’or et l’argent sont proches d’enchainer une quatrième semaine consécutive de hausse. Les investisseurs se sont tournés vers l’or suite aux différentes crises comme le conflit russo-ukrainien et crise irakienne. De plus, devant le manque de volatilité des actions, les investisseurs tendent à se tourner vers des investissements alternatifs comme l’or. L’or a profité du discours de la FED qui a indiqué vouloir maintenir des taux d’intérêts bas pour une longue période. Suite à des perspectives de croissances américaines décevantes mercredi, l’or a continué à s’échanger proche de son plus haut niveau au cours des deux derniers mois cette semaine. En effet, le PIB est à son plus bas niveau depuis 2009. Néanmoins, un rapport a montré que les usines américaines ont reçu de nombreuses commandes en Mai ce qui prouve que l’économie américaine peut rapidement se remettre de ce chiffre négatif. L’or s’échangeant donc à son plus haut niveau en deux mois, les investisseurs dans l’or physique peuvent être découragés et attendre une meilleure opportunité. L’importance de la demande en provenance de la Chine fait encore débat alors que les autorités ont découvert l’existence de prêts à hauteur de 15 milliards de dollar couverts par des opérations d’achat d’or falsifiées. Rappelons que la demande de la Chine est un élément crucial alors que la demande d’or papier se réduit ces dernières années.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

12H45

ECB: E4.48 Bln 3-Year LTRO Funds To Be Repaid July 2

The European Central Bank said Friday that E4.48 billion will be repaid on July 2 by banks that participated in the ECB's two three-year long-term refinancing operations (LTROs).

A total of 5 banks have told their respective national central banks they intend to repay funds from the LTRO allotments.

This week's repayments are the third to be announced in the wake of the ECB's decision to introduce a negative rate for deposits held at the central bank.

Banks have the opportunity to repay additional LTRO funds each week, on a day that coincides with the settlement date of a main refinancing operation. Counterparties must inform their respective national central bank, giving one week's notice of the amount they wish to repay.

The ECB releases details of the repayments on the last business day of each week.

MNI London Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

12H15

Downward Asian stock markets & signs of increase of most European markets

European equity markets were higher Friday, attempting to shrug off the weakness in Asia overnight as investors focus on upcoming economic data in view of the lower than what was expected of US consumer confidence.

The Stoxx Europe 600 Index was broadly flat 341.86 while London’s FTSE 100 is up 0.2% and Frankfurt’s Xetra DAX trades flat. US stock futures retreated with the S&P500 front month futures contract off 0.2% while the MSCI Asia Pacific Index lost 0.3%.

In Europe, markets are watching for economic data before potentially making bold moves - we have growth numbers from the UK, business confidence numbers for Italy and the euro zone as well as Spanish and German inflation data.

Out already, French GDP data showed the economy failed to grow in the first quarter, weighed down by a fall in consumer spending and investment by non-financial companies. That said, consumer spending in France was better than expected - up 1% which is much better than expectations of around 0.4%, thanks mostly to a jump in energy expenditure.

Elsewhere, oil prices eased a tad following recent strength with NYMEX crude trading at $105.59 a barrel, down $0.25. August Brent crude on London's ICE Futures exchange fell $0.17 to $113.04 a barrel.

Violence in Iraq has been a big source of concern for oil markets on supply disruption fears but markets are also now of the view that there seems to be greater effort by the Iraqi forces to protect oil pipelines in the south of the country.

Overnight in Asia, stocks ended the week on a downward note. Hong Kong’s Hang Seng is down 0.3% while the Shanghai Composite has lost 0.4% and Sydney’s S&P/ASX 200 is down 0.3%.

Tokyo’s Nikkei 225 average is down 1.6% after the latest reading on consumer price inflation which was up 3.4% year-on-year in May – the fastest pace since 1982 – rising from 3.2% in the prior month, due to the impact of April’s rise in the national sales tax rate.

At the same time, there was a rebound in Japanese retail sales which grew 4.6% in May from April, a month in which retail sales contracted because of the sales tax increase.

Looking ahead, eyes are likely to be on US data with the University of Michigan index of sentiment which according to Bloomberg might come in at 82, compared with the earlier estimate of 81.2 and a reading of 81.9 in May.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H45

Un vrai problème de croissance ?

Par Eric Galiègue de Valquant.

La publication de la dernière estimation du PIB américain du premier trimestre 2014 est très surprenante.

Alors que, déjà, le passage en territoire négatif (-1 %) avait été considéré comme une surprise, la publication des données définitives surprend encore plus. La baisse de 2,9 % du PIB américain est une mauvaise nouvelle. La question que nous nous posons est simple : le très rude hiver est-il le seul responsable, ou cette impressionnante baisse reflète-t-elle la grande fragilité de la croissance américaine ? Nous pensons effectivement que ce chiffre démontre que la croissance Outre-Atlantique est encore incertaine, quand bien même le marché de l’emploi a montré des signes tangibles d’amélioration. La nouvelle estimation des composantes de la croissance est explicite : la révision en baisse des données est liée à l’affaiblissement des exportations et des dépenses de santé, essentiellement. Gageons que le second trimestre va montrer un rattrapage important du PIB américain, mais il n’est pas certain qu’il puisse compenser la baisse du premier. D’ailleurs, la Fed a revu en baisse récemment son estimation de la croissance des USA pour 2014, comme d’ailleurs l’a fait le FMI.

Du côté européen, les indices « flash » de Markit laissent entrevoir un essoufflement de la reprise européenne. L’indice composite de la zone € est passé de 53,5 en mai, à 52,8 en juin. D’après Markit, la progression du PIB de la zone € pourrait atteindre 0,4 % au second semestre. L’indice pour la France continue à se dégrader : il s’établit à 48, contre 49,3 en juin. L’Allemagne elle-même subit une légère baisse de cet indicateur avancé, qui passe de 55,6 à 54,2. La croissance de la zone € n’est pas vigoureuse : les risques de rechute demeurent importants.

La dégradation de la situation en Irak et la poursuite de la crise ukrainienne font monter le prix du pétrole. C’est un nouveau facteur de risque significatif pour la croissance : la hausse du prix de l’énergie peut fortement peser sur la croissance à court terme. 20 $ le baril équivalent à 1 % du PIB mondial, et tout relèvement de la « facture pétrolière » pour les pays dépendants comme l’Europe et le Japon a un coût marginal très négatif sur la croissance, surtout dans un contexte de stabilité général des prix, pour ne pas dire de déflation.

Entre la chute du PIB américain au premier trimestre, une reprise menacée en zone € et l’impact négatif sur la croissance des tensions actuelles sur le prix du pétrole, la croissance 2014 est bel et bien menacée. Sur les marchés financiers, la tendance baissière des taux des emprunts d’Etat est en ligne avec un contexte macroéconomique qui a tendance à décevoir, globalement. Faut-il s’en inquiéter et modifier, en ce milieu d’année, les allocations en faveur d’actifs non risqués ?

Nous ne le pensons pas. Depuis le début, et c’est la caractéristique de ce cycle, les interrogations sur la réalité de la croissance (en volume et en prix) sont permanentes. Il faut douter de la croissance, mais pas trop. C’est, en quelque sorte, exactement ce qui se produit actuellement. Une telle situation « entre deux eaux » permet, dans la sphère financière, de maximiser le prix des actifs risqués. Dans la sphère réelle, elle donne du temps pour mener des réformes de structure en Europe, et finaliser la triple reconquête américaine (énergétique, immobilière, industrielle). Ces deux combats, de part et d’autre de l’Atlantique, représentent une réponse adaptée au risque déflationniste global.

L’Europe, plus particulièrement, est en première ligne. La BCE déploie et va déployer un arsenal monétaire impressionnant, d’ici à la fin de l’année. L’aménagement des règles du pacte de stabilité et de croissance, dans le cadre du Conseil Européen des 26 et 27 juin, est aussi une bonne nouvelle. Elle permet d’envisager, pour l’année prochaine, une initiative européenne pour la croissance, défendue par la France et l’Italie.

Valquant Recherche
www.valquant.fr

-------------------------------------------------------

11H00

UK Analysis: Q1 GDP Confirmed +0.8%; Business Investment Up

UK Q1 Business Investment Revised to +5.0% q/q from +2.7% q/q.

First quarter econonic growth matched earlier estimates, despite a large upward revision to business investment, according to data released Friday morning.

Gross domestic product expanded by 0.8% over the final three months of 2013, below the median MNI forecast for an upward revision to 0.9% o the quarter. On an annual basis, GDP expanded by a downwardly-revised 3.0%, below the 3.1% predicated by analysts polled by MNI.

Bank of England staff had expected first quarter GDP to be revised up to show a 0.9% expansion, according to minutes of the BOE Monetary Policy Committee meeting.

That leaves on-shore economic output UK economic just 0.6% below the pre-crisis peak touched in the first quarter of 2008. Excluding oil and gas production, the economy has surpassed that apex by 0.3%, according to a National Statistics official.

Business investment jumped by 5.0% in the first quarter, up from a previously reported 2.7%, contributing 0.4 percentage points to total GDP growth.

Looking at the output components of GDP, the service sector performed less well than previously reported, rising by 0.8% in the first quarter, down from 0.9%.

In a separate release on Friday, the Office for National Statistics reported that service activity rose by 0.3% between March and April, for a 3.1% annual rise. In the three months ending in April, services expanded by 0.9% over the previous period.

Fridays data also showed that real disposable income fell by 0.2% in the first quarter, after a 0.7% decline in the final three months of 2013. The household savings ratio rose modestly to 4.9% from 4.8% in the last quarter of 2013.

Revisions to back data confirmed GDP growth over the 2013 calendar year at 1.7%.

Household spending was unrevised at 0.8% in the first quarter, adding 0.5 percentage points to total growth.

London newsroom
www.marketnews.com

-------------------------------------------------------

10H00

Un sombre mois de mai pour l'emploi

Analyse de Philippe CREVEL.

Avec un climat des affaires dégradé, une croissance en berne, les résultats du chômage du mois de mai ne pouvaient pas être bons d'autant plus que l'activité a été hachée par les jours fériés.

En effet, au mois de mai, le nombre de demandeurs d'emploi en catégorie A progresse de 0,7 % et atteint le chiffre record de 3,388 millions soit +24 800.

Au total, le nombre de demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi en catégories A, B, C s'établit à 5 020 200 en France métropolitaine fin mai 2014 (5 320 000 en France y compris Dom)

En rupture par rapport au début de l'année, le nombre de demandeurs d'emploi de moins de 25 ans augmente de 2200. Cette augmentation marque la fin de la montée en puissance des emplois d'avenir.

Le chômage des plus de 50 ans continue sa progression avec une hausse de 0,8 % en mai et de 11,5 % sur un an.

C'est en Corse, en Ile de France et en Aquitaine que le chômage a augmenté le plus, au mois sur un an. Il s'agit de régions qui avaient plutôt bien résisté à la crise qui sont, aujourd'hui, confrontées à la dégradation du marché du travail.

La politique en faveur de l'offre que le Gouvernement de Manuel Valls entend mettre en œuvre n'est pas entrée en vigueur. Il faudra attendre 2015 pour inverser réellement la tendance en matière de taux de marge et de compétitivité des entreprises. Il est donc fort peu probable que la situation de l'emploi s'améliore avant la fin de l'année. L'INSEE a dans ses dernières prévisions souligné qu'au mieux la France pouvait escompter une stabilisation de l'emploi à la fin de l'année.

Philippe Crevel
www.philippecrevel.fr

-------------------------------------------------------

9H45

Eurogroup's Dijsselbloem Wants EC Monetary Affairs Job -Source

Switch May Brings Spain's FinMin closer to Eurogroup Presidency.

Eurogroup's President and Finance Minister of Netherlands, Jeroen Dijsselbloem has expressed interest in becoming the next Commissioner of Economic and Monetary affairs during a meeting with nominee for Commission President Jean-Claude Juncker, a source close to the negotiations told MNI Thursday.

The meeting took place to break the ice between the two officials, as Dijsselbloem a few months ago commented that his predecessor was a heavy smoker and drinker during the long Eurogroup meetings where the bail-out packages of Greece, Portugal and Ireland were decided, remarks for which he has since apologized.

"Juncker listened to Dijsselbloem's request but made no promises as to whether he will be replacing Olli Rehn in the new Commission," the source said.

The same source appeared optimistic that the vote in the European Council to give the former Premier of Luxembourg the mandate to form the new Commission will be 26-2 with Britain and Hungary being the votes against, and that "all the British Prime Minister can do is to cause some more delays in the process."

Furthermore, the same source estimated that an emergency EU Summit will take place July 16-17 to decide on other positions such as the new Eurogroup President and the new European Council President to replace Herman Van Rompuy whose term ends in November.

"It is 'musical chairs' time in the EU. It is all about negotiations and politics. But if Mr Dijsselbloem participates in the new Commission, then his replacement must be decided now and not in 2015," the source said.

Germany's Finance Minister Wolfgang Schaeuble is said to favour Spain's Luis De Guindos for the Eurogroup Presidency as that nation was denied a position in the ECB's Executive Board.

"Spain is a big country and should be getting one of the top posts," the source commented. "There have been talks for months behind closed doors about De Guindos taking over when Dijsselbloem's term ends in mid-2015 but now decisions could be brought forward," the same source commented.

EU leaders are gathered in Belgium to discuss, among other issues, the formation of the new Commission as well as notions by Italy and France to relax the austerity logic imposed to most countries with high debts and deficits the past four years.

MNI Athens Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

9H30

Good Morning Finyear Redears!

European shares are trading little changed this morning being unable to extend their late bounce from yesterday’s session as comments by Fed’s Bullard that rates might rise earlier than expected continue to weigh on markets.

Especially after the sharp downward revision in 1Q US GDP earlier this week many have been caught a bit off guard yesterday by Bullard’s comments concerning early rate rises.

While 1Q GDP has been severely impacted by extreme weather not everybody is convinced that the rebound in growth currently in progress is strong enough to justify a hike in rates for the foreseeable future and that any premature hikes could not only derail the recovery but also consumer confidence might take a major dent in the process of it. Unlike in the US there are plenty of data out this morning in Europe with main focus being on several Euro-zone confidence and sentiment indicators.
Overall a slight improvement is expected, however it is unlikely that the most recent escalation in Iraq has fully filtered through to these figures being released today.

Sentiment remains negative with traders continuing to be cautious and preferring a risk-off attitude. Rallies are likely to continue to be sold while similar to yesterday should stops being hit to the downside some bargain-hunting appears to be likely once the downside momentum starts abating.

Furthermore with the end of the quarter being close it wouldn’t come as too much of a surprise if some additional profit-taking would be taking place.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H15

Les marchés restent fragiles avant de nouveaux chiffres en Europe

Marchés Actions : Sur les marchés actions, le rebond attendu des principaux indices européens n’a finalement pas eu lieu. Au contraire, ils ont accusé un deuxième recul significatif, à l’exception du FTSE qui clôture la séance à l’équilibre. Si les marchés naviguaient proches du point d’ouverture jusqu’à la mi-séance, l’ouverture de Wall Street notablement à la baisse a fini par plomber les indices européens.

Mercredi, les marchés étasuniens s’étaient montrés confiants vis-à-vis de la croissance économique, malgré une croissance négative de -2,9% au premier trimestre. Cependant, l’annonce d’une nouvelle donnée macroéconomique à fait fuir l’optimisme des investisseurs, en trainant les marchés à la baisse. En effet, les investisseurs ont pris connaissance de la consommation des ménages aux Etats Unis et ont encore été déçus. Le consensus tablait sur une augmentation de 0,4%, mais le chiffre ressortait à 0,2%, valeur qui, ajustée de l’inflation, témoigne d’une nouvelle contraction de la consommation. Il s’agit de la deuxième d’affilée ce qui laisse entrevoir une croissance moins importante que prévue pour le deuxième trimestre, puisque la consommation représente environ 75% du PIB.

Avec cette nouvelle donnée, le CAC 40 a touché un plus bas à 4 412,18 points, avant de réduire ses pertes et de clôturer à 4 439,63 points, pour une perte de 0,47%. En Allemagne, les pertes ont été plus importantes, le DAX chutant de 0,64% à 9 804,90 points. Le FTSE de Londres, a réussi à échapper à la donne en gagnant symboliquement 1,5 point et en clôturant à 6 735,12 points (+0,02).

Outre-Atlantique, les indices de Wall Street ont réussi à effacer une partie des pertes accusées en début de séance. Le Dow Jones a cédé 21,38 points, soit 0,13%, à 16 846,13. Le Nasdaq Composite a reculé de -0,02% à 4.379,05, tandis que le Standard & Poor’s 500 a perdu 0,12%, à 1 957,22 points.

Aujourd’hui, la séance sera rythmée par les annonces macroéconomiques. En Europe, on surveillera l’évolution de l’inflation en Allemagne. Une hausse de 0,2% des prix est attendue sur un mois, après un recul de 0,1% le mois précédent, et de 1% sur un an. A 11h, le climat des affaires sera dévoilé par la Commission Européenne, ainsi que le sentiment économique et la confiance des consommateurs dans la zone euro pour juin. Enfin, à 11h30, on prendra connaissance de l’évolution du PIB au Royaume-Uni.

Forex : Sur le marché des devises, le billet vert reprenait des couleurs hier face à la monnaie unique, dans un marché assez agité en raison de nouvelles spéculations quant à la politique monétaire menée par la Fed. En outre, la publication hier d’une contraction de l’économie américaine pour le premier trimestre risque de pousser la Fed à poursuivre quelque peu sa politique monétaire accommodante et ce, durant les prochains mois. Parallèlement à cela, les propos de James Bullard, président de la Fed de Saint-Louis, quant à un possible relèvement des taux d’intérêt américains, a donné également un coup de fouet au dollar hier, les cambistes tendant à se diriger vers les devises les plus rémunératrices, ce qui permettrait de soutenir le dollar si les taux remontaient dans un avenir proche. Toutes ces hypothèses ont donc permis à la parité EURUSD de reculer hier, cette dernière ayant lâché 0,13%, pour venir s’établir aux encablures des 1,3610 dollar à la clôture.

La devise nippone poursuit sa hausse face à ses principales contreparties atteignant un plus haut de cinq semaines face au billet vert à 101,315 yens. Les mauvais chiffres en provenance des Etats-Unis poussent les investisseurs à se tourner vers des actifs jugés moins risqués ce qui profite à la devise nippone sur le marché des changes. Pour rappel, les dépenses de consommation des ménages américains sont ressorties moins fortes qu’attendu alors que le PIB du premier trimestre pour le pays a été revu en nette baisse à -2,9% en rythme annualisé. Dans l’archipel nippon, les prix à la consommation ont progressé quant à eux de 3,4% sur un an au mois de mai. En début de matinée, la devise japonaise se négocie pour 101,33 yens face au billet vert et atteint 138,122 yens contre la monnaie unique.

La livre britannique recule face à l’euro pour venir tester la barre des 0,80 pence mais parvient à se maintenir face au billet vert pour se négocier à 1,7039 dollar. La devise helvétique progresse timidement face au dollar et à l’euro pour se traiter respectivement à 0,8919 franc suisse et 1,2158 franc suisse.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux pétroles de référence reculent à nouveau légèrement ce matin et se dirigent vers la première perte hebdomadaire depuis le début de la crise irakienne. Rappelons que le Brent avait flambé de 4,4% la semaine dernière suite à l’escalade des violences dans la région Nord de l’Irak, mais épargnant la région Sud qui représente, selon les prévisions, environ 75% de la production du pays. L’Irak a pompé le mois dernier près de 3,3 millions de barils par jour, ce qui en fait le deuxième pays producteur membre de l’OPEP, derrière l’Arabie Saoudite. En dépit des craintes que les attaques de propagent dans le Sud du pays, le ministre du pétrole Abdul Kareem Al-Luaibi a indiqué que les exportations devraient augmenter à partir du mois prochain.

Du côté des Etats-Unis, les stocks ont progressé de 1,74 millions de barils la semaine dernière pour atteindre 388,1 millions, proche de leurs niveaux record alors qu’ils étaient attendus en baisse par les analystes.

Le WTI s’échange aux encablures des 105,63$ ce matin soit une perte de 0,20%, tout comme le Brent qui cède 0,12% à 113,07$.

Sur le front des métaux précieux, l’or profite toujours du regain d’aversion au risque des investisseurs. Le contexte géopolitique étouffant en Irak et en Ukraine soutient le métal jaune. A cela s’ajoute des indicateurs macroéconomiques décevants de part et d’autre de l’Atlantique. Hier, l’or a été freiné et a donc une nouvelle fois échoué à franchir sa résistance à 1 330 dollars l’once. L’importance de la demande en provenance de la Chine fait encore débat alors que les autorités ont découvert l’existence de prêts à hauteur de 15 milliards de dollar couverts par des opérations d’achat d’or falsifiées. Rappelons que la demande de la Chine est un élément crucial alors que la demande d’or papier se réduit ces dernières années. Par ailleurs, les propos du Président de la FED de Saint Louis, James Bullard, qui s’est montré favorable à une hausse des taux américains d’ici la fin du 1er trimestre 2015 ont jeté un froid. Cependant, face au recul du dollar et des indices boursiers internationaux, l’or reprenait sa marche en avant pour revenir sur les 1 320 dollars l’once avec une résistance toujours située à 1 330 dollars et un premier support à 1 300 dollars.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

23 juin 2014

Après la « grande récession » et la déflation, la « grande stagnation » représente-t-elle désormais l’enjeu principal ?

Par Philippe ITHURBIDE, Directeur Recherche, Stratégie et Analyse AMUNDI – Paris.

Les risques de déflation menacent les économies développées depuis le début des années 90, et se sont matérialisés dans des pays comme le Japon, les États-Unis ou encore la zone euro, certes à des degrés divers, mais de façon bien réelle. Le Japon en est un des exemples les plus emblématiques.

La zone euro est actuellement la zone où ces risques sont les plus forts, mais la bonne nouvelle, dans un sens, c’est que la BCE a bien pris la mesure de cette situation, évoquant ce sujet à de nombreuses reprises.

La leçon de l’histoire est claire : on ne sort pas naturellement d’une telle situation, et ce n’est pas un hasard si les banquiers centraux ont tour à tour usé des instruments les moins orthodoxes et les plus spectaculaires pour contrer ces tendances. Le Japon a sans doute été trop lent, les États-Unis extrêmement réactifs, et la zone euro moins prompte à identifier ces risques. Au total, les politiques monétaires ont été – et restent encore – très accommodantes.

De l’exubérance irrationnelle à l’excès global de liquidité

Au cours de ces vingt dernières années, on a pu assister à des phases bien distinctes. « L’exubérance irrationnelle » (« irrational exuberance ») est un concept mis en avant en 1996 par Alan Greenspan pour mettre en garde contre une probable surévaluation excessive et anormale du cours des actions. L’éclatement de la bulle technologique a rendu très populaire ce concept… et on peut reprocher à A. Greenspan le fait d’avoir identifié un mal (la formation de bulles) et de ne pas avoir cherché à le circonscrire.

« L’énigme du marché obligataire » (« bond yield conundrum »), un autre concept de Greenspan développé en 2005, avait pour objectif de souligner le faible niveau des taux longs relativement aux taux courts. Plusieurs explications ont alors été avancées pour tenter d’expliquer ce phénomène. Selon les tenants de « l’excès global d’épargne » (concept rendu populaire en 2005 par B. Bernanke sous le nom de Global Saving Glut), il existerait un déséquilibre entre épargne et investissement mondiaux expliquant le bas niveau des taux longs par une baisse de la volatilité des taux d’intérêt, d’où celle de la prime de risque. D’autres travaux soutiennent que la baisse de la volatilité de l’inflation explique bien à elle seule le plus bas niveau des taux longs. D’autres auteurs ont mis en avant le recyclage mondial de l’épargne. Ainsi, l’accumulation de titres en dollar américain par les banques centrales asiatiques, et plus généralement par les non-résidents, serait à l’origine de la disparition de la relation entre taux courts et taux longs. Autrement dit, le déficit d’épargne dans les pays développés aurait été compensé par l’excédent d’épargne et déficits de produits d’investissement dans les pays émergents. Notons au passage que ce recyclage « naturel » a permis un financement sans douleur des déficits, notamment américains, et qu’il n’a pas servi à corriger les comportements menant à ces excès d’endettement. Il a également amplifié des écarts entre les valorisations effectives de certains actifs et leurs fondamentaux réels.

L’excès global de liquidité (« Global liquidity glut »), qui caractérise bien la situation actuelle, découle des politiques monétaires extraordinairement accommodantes, politiques conventionnelles et non conventionnelles. Dire qu’il y a beaucoup de liquidités ne suffit pas, il s’agit de montrer les excès de liquidité : en clair, si l’offre de monnaie s’accroît de façon permanente plus vite que le PIB nominal, on peut conclure à l’excès de liquidité. Il s’avère que c’est clairement le cas au niveau mondial depuis le milieu des années 90, avec des politiques monétaires globalement accommodantes. Cet état de fait est encore plus flagrant dans le cas des États-Unis depuis l’instauration du QE, et depuis près de 3 ans dans le cas de la zone euro. Cette situation se traduit par des taux d’intérêt extrêmement bas, mais aussi par des accroissements importants des agrégats de crédit (avant la crise financière) et des agrégats monétaires (depuis la crise financière). Certes, les politiques menées avaient pour vocation de faciliter le deleveraging des secteurs privé (banques, entreprises et ménages) et public. Afin d’éviter un nouvel effondrement du cours des actifs (actions et immobilier notamment) et provoquer un nouvel effet de richesse négatif pouvant entraîner les économies vers des situations de récession – déflation – dépression, il était devenu nécessaire de mettre en place des mesures fortes, non conventionnelles.

Le point commun à ces quatre situations distinctes (exubérance irrationnelle, énigme obligataire, excès global d’épargne, excès global de liquidité), c’est finalement l’excès de valorisation des actifs financiers, aussi bien des actions que des marchés obligataires.

La question qui se pose désormais est bien de savoir comment doivent réagir les taux longs aux renversements à venir des politiques monétaires (quand ils prendront forme). Il faut s’interroger sur deux points :
1. Peut-il y avoir rapidement des renversements radicaux des politiques monétaires ?
2. Les conditions actuelles plaident-elles pour une remontée des taux longs ?

Ces deux questions trouvent leur réponse dans la croissance économique, et dans la soutenabilité de la reprise. Selon Larry Summers et Paul Krugman notamment, il est possible que l’économie américaine soit désormais entrée dans une phase de croissance durablement faible. Cette inquiétude est par ailleurs partagée par l’ancien président de la Fed, Ben Bernanke. Celui-ci rappelait néanmoins, lors du tout récent forum international d’Amundi (5 juin), « Je ne suis pas sûr de comprendre parfaitement le niveau actuel des taux longs, mais j’en comprends une partie : des économies à faible croissance ne peuvent pas générer des taux longs élevés ».

Des risques de déflation aux craintes de « grande stagnation »

Ce qui intrigue bon nombre d’observateurs, c’est la faiblesse de l’investissement et des gains de productivité malgré la reprise économique. Il semble bien difficile d’en identifier les causes précises, tant elles peuvent être multiples. Certains considèrent que cela est lié à la sévérité de la crise financière et à la faible disponibilité du crédit pour les nouvelles entreprises. D’autres évoquent la faiblesse de la demande interne, d’autres mettent l’accent sur les grandes tendances démographiques. Tout cela alimente les craintes de « grande stagnation » économique (great stagnation), ou « stagnation séculaire » (secular stagnation).

Si une économie n’arrive pas à accroître la quantité de facteurs de production, qu’elle n’investit pas dans l’éducation et qu’elle ne parvient pas à accumuler du capital productif, alors elle ne génèrera pas de croissance, à moins d’avancées technologiques. À long terme, le progrès technique s’avère être le principal déterminant de la croissance. En d’autres termes, toute baisse des capacités d’innovation entraîne inévitablement un déclin de la croissance potentielle.

Gordon (2012) a identifié six « vents de face » venant peser sur la croissance américaine, dont certains sont facilement transposables à bon nombre d’économies avancées (« Is US economic growth over ? Faltering innovation confronts the six headwinds », CEPR Policy Insight, n° 63. (voir également VoxEU.org, 11 septembre 2012)) :
• Le vieillissement de la population se traduit par une baisse du taux d’activité et un déclin des gains de productivité. Les baby-boomers se retirent graduellement de la vie active, les taux de natalité sont souvent trop faibles et l’allongement de l’espérance de vie maintient l’effet dépressif sur l’activité économique.
• La mondialisation exerce une pression à la baisse sur les salaires des pays avancés, conséquence de la concurrence des pays émergents et de la délocalisation industrielle. L’égalisation des prix des facteurs s’opère inévitablement au détriment des pays aux salaires les plus élevés, i.e. les pays avancés.
• Le désendettement du secteur privé et la nécessaire stabilisation de la dette publique vont enfin réduire revenu disponible et dépenses de consommation. Le retour de l’endettement public sur une trajectoire soutenable pèsera également sur le taux de croissance du PIB.
• Le plafonnement du niveau de scolarité a un impact négatif. La hausse continue des coûts de l’enseignement supérieur entraîne une forte hausse de l’endettement des étudiants et a tendance à ne pas inciter les populations à faible revenu à poursuivre leurs études.
• La montée des inégalités prive une majorité de la population des fruits de la croissance. Dans le contexte actuel, rien ne permet de penser que l’élargissement des écarts de revenus va s’interrompre.
• La gestion de la crise environnementale réduira graduellement le budget que les ménages consacrent aux autres postes de dépenses de consommation.

Selon les tenants de cette thèse, la Grande Récession aurait ainsi mis en exergue des changements importants (rendements décroissants pour les facteurs de production, l’éducation et le capital productif, mais aussi innovations technologiques insuffisantes), conduisant à une grande stagnation qui pourrait durer plusieurs décennies. L’idée d’une stagnation durable n’est pas nouvelle, elle a tendance à apparaître chaque fois que l’économie ralentit de façon durable. Elle fut populaire dans les années 1930, par exemple (Alvin Hansen, « Full recovery or stagnation ? » (1938)).

Quoi qu’il en soit, les conséquences d’une « grande stagnation » (ou plus simplement de voir l’économie souffrir de danger de grande stagnation) sont assez claires :
• des taux courts bas,
• des taux longs bas,
• des prix d’actifs élevés.

Paul Krugman, l’un des tenants de la thèse de grande stagnation mentionnait, lors du forum International d’Amundi : « C’est difficile de trouver d’où peut provenir la croissance économique. La période actuelle de faible croissance peut encore durer très longtemps ». « La « nouvelle normalité, c’est une situation de taux bas et de prix d’actifs élevés, et ceux qui croient en une normalisation des taux d’intérêt auront tort, c’est une quasi-certitude ».

Autrement dit, les craintes de voir les taux remonter sont faibles, tandis que les risques des actifs risqués deviennent de plus en plus asymétriques. La BCE a bien pris la mesure des risques de « déflation » et de « grande stagnation ». La BCE annonce de nouvelles mesures pour favoriser le crédit aux entreprises et la croissance économique

Le 5 juin, la BCE a pris la décision d’assouplir une nouvelle fois sa politique monétaire

Plusieurs mesures ont été dévoilées :
• Une baisse du taux repo, qui passe de 0,25 % à 0,15 % ;
• Une baisse du taux de dépôt auprès de la banque centrale, désormais en territoire négatif, à -0,10 % (cela concerne entre 40 et 50 Mds d’euros qui, dans le meilleur des cas, se retrouveraient versés dans l’économie réelle, si les banques décidaient de les mobiliser en faveur de crédits aux entreprises) ;
• La fin de la stérilisation du programme SMP (cela concerne 165 Mds d’euros) ;
• Mise en place des préparatifs pour un programme d’achats d’ABS. On sait combien la BCE est attachée à la revitalisation de ce marché qui, contrairement à son homologue américain a bien traversé la crise financière (taux de défaut de près de 18 % aux États-Unis durant la crise financière contre moins de 2 % en Europe) ;
• Extension de certaines mesures techniques, dont les mesures relatives au collatéral, aux opérations normales de refinancement à une semaine (MRO)… ;
• La mise en place d’un nouveau LTRO ciblé, le T-LTRO (T pour Targeted). Ces opérations ciblées de refinancement à long terme permettront aux banques d’emprunter auprès de la BCE jusqu’à 7 % de l’encours total de leurs prêts au secteur privé non financier de la zone euro (hors mortgages). La BCE conduira deux T-LTRO successifs en 2014, le premier en septembre, et le second en décembre, à un taux de 0,25 %. La BCE les réservera exclusivement aux banques qui prêtent aux entreprises, celles qui justement (en l’occurrence les PME) n’ont pas accès au marché de capitaux et qui dépendent quasi exclusivement des banques. Si ces liquidités ne parviennent pas à ces entreprises, les banques seront sanctionnées dans les deux ans et devront rembourser les montants octroyés. Ce programme n’est pas très éloigné dans l’esprit – et même dans la forme – des programmes anglais (funding for lending) ou hongrois (funding for growth). Le but clairement affiché est de relancer le crédit et la croissance : « Cette fois, nous sommes déterminés à ce que ces sommes ne soient pas utilisées pour acheter des titres souverains », a déclaré avec fermeté Mario Draghi.

Comme le LTRO (qui avait permis de fournir à moyen terme de la liquidité aux banques et d’atténuer considérablement les craintes de faillites bancaires), et comme le programme OMT (jamais mis en place, mais dont la perspective avait éliminé les guerres de dépôts auxquelles se livraient les banques dans certains pays, notamment en Espagne), il y a lieu de penser que ce nouveau programme sera une étape majeure dans la politique de la BCE, autrement dit un game changer. Les marchés ne s’y sont pas trompés saluant ces nouvelles mesures.

On ne peut jamais présager de l’efficacité des mesures adoptées, mais le moins que l’on puisse dire, c’est que le T-LTRO est la mesure appropriée pour réduire la fragmentation du crédit bancaire et relancer le crédit aux PME, et que les expériences récentes menées en la matière ont eu les succès escomptés. Rappelons que le fait de voir l’ensemble du crédit progresser faiblement n’est pas nécessairement représentatif compte tenu du fait que bon nombre de grandes entreprises ont des liquidités, et que d’autres se financent via les marchés financiers et non via les banques (à titre d’exemple, il y a eu plus de 70 nouveaux émetteurs high yield en Europe depuis un peu plus d’un an). Ajoutons enfin que le timing de la BCE est excellent : vouloir orienter les crédits quand les banques ne font pas de crédit n’a pas grand sens. Mais aujourd’hui, compte tenu des meilleures conditions économiques, de l’amélioration des marchés de l’emploi, du pic atteint (ou quasiment atteint) sur les créances douteuses, du cycle très avancé du deleveraging, de la très nette amélioration des conditions de liquidités des banques et des bons niveaux de capitalisation, le T-LTRO pourrait bien représenter le coup de pouce que les économies attendaient.

Allocation d’actifs : croissance à long terme et actifs risqués, l’enjeu principal

Les taux longs américains sont passés de 3 % en début d’année à 2,5 % actuellement – 50pb), tandis que les taux allemands passaient de 1,92 % à 1,35 % (-57pb). Dans cet environnement, les spreads des pays périphériques se sont resserrés de 190pb pour le Portugal, de 74pb pour l’Espagne et de 60pb pour l’Italie et de 25pb pour la France. Ce qui intrigue vraiment, c’est la baisse des taux longs américains et allemands, qui auraient « normalement dû » remonter à la faveur de la croissance, mais aussi dans le cas de l’Allemagne à la faveur de la baisse de l’aversion au risque et des arbitrages vers les pays périphériques. Rien de tout cela. Alors, si cette baisse des taux longs est due à une révision de la croissance à long terme, on devrait s’attendre « normalement » à ce que les marchés d’actions subissent une forte correction. Non seulement ce n’est pas le cas (hormis le Japon et la Russie, les marchés d’actions des grands pays sont tous en territoire positif depuis le début de l’année), mais cela fait plus de 2 ans qu’il n’y a pas eu de correction de plus de 10 % aux États-Unis. Il faut noter que les indicateurs habituels de risque sur les marchés d’actions (hausse de la volatilité, hausse des taux d’intérêt, hausse des spreads de crédit, surinvestissement en actions et sous-investissement en cash…) ne sont pas en zone de danger. Même si les conditions actuelles ne plaident pas pour une immédiate et sévère correction sur les marchés d’actions, sans doute ne faut-il plus être trop gourmand à ce stade.

Au total, nous ne faisons pas de changement majeur dans notre allocation d’actifs, qui reste encore favorable aux actifs risqués… mais elle est tout de même de moins en moins agressive.
Rappelons nos positions :
• Sur les actions, nous continuons de préférer la zone euro et l’Europe aux États-Unis, Japon et aux marchés émergents dans leur ensemble. Au sein de ces derniers, pays du Golfe, Mexique, Indonésie, Pérou et Grèce ont nos faveurs. Nous restons neutres sur Chine, Brésil et Turquie. La Russie, l’Afrique du Sud, la Malaisie , Taiwan ou le Chili font encore l’objet de souspondérations.
• Sur les obligations d’entreprises, il y a bien évidemment de moins en moins de valeur à extraire des spreads qui sans cesse se resserrent, mais le High Yield, les ratings autour des BBB et les financières gardent notre préférence.
• Sur les obligations souveraines, il y a encore du potentiel de resserrement des spreads contre Allemagne, et il est de plus en plus urgent de ne conserver que ce qui est liquide et à solvabilité non contestée. Non pas parce que nous croyons en la résurgence d’une crise bancaire ou de dette souveraine, mais tout simplement parce que seront de plus en plus légitimes les questionnements sur les excès de valorisation. On conserve une duration longue sur les pays du coeur de la zone euro (surtout l’Allemagne).
• En ce qui concerne les cours de change, nous conservons nos positions longues en USD, AUD et GBP, tout cela au détriment du JPY et du RUB notamment… et de l’EUR, mais à un degré moindre. Nous sommes redevenus longs il y a quelques semaines sur quelques grandes devises asiatiques dont la chute nous semblait excessive (INR, IDR, COP et KRW notamment).

TYPE DE PORTEFEUILLE

Portefeuilles d’actions :
• Préférer les actions zone euro
• Neutre à surpondéré en actions US
• Rester surpondéré en actions japonaises
• Bêta du portefeuille réduit
• Sous-pondérer les pays émergents…,
- attendre des points d’entrée plus attractifs
- rester sélectif, choix pays clivant…
• Au sein des pays émergents
- sur-pondéré pays du Golfe, Pérou, Mexique, Indonésie et Grèce
- neutre Chine, Turquie et Brésil
- sous-pondéré Russie, Afrique du Sud,
Malaisie, Taiwan et Chili
• Rester sélectif sur les valeurs financières
• Rester long USD, short JPY et EUR
• Long INR, IDR, COP et KRW

Portefeuilles obligataires :
• Surpondération crédit, plus spécialement high yield Europe
• Rester surpondéré sur le souverain Italie, et plus modérément surpondéré en Espagne
• Rester en dehors des pays à très faibles solvabilité et liquidité
• Duration allongée sur coeur zone euro
• Dettes émergentes : rester sous-pondéré et sélectif, choix pays clivant…
• Rester sélectif sur les valeurs financières
• Rester long USD, GBP, short JPY, EUR
• Devises émergentes : sélectivité accrue.
• Long INR, IDR, COP et KRW

Portefeuilles diversifiés :
• Rester neutre à sous-pondéré en actions US
• Préférer les actions zone euro
• Surpondérer les actions Japon
• Rester sous-pondéré actions émergentes… retour sélectif
• Rester long en crédit et convertibles
• Rester sous-pondéré sur obligations souveraines des pays du noyau dur zone euro
• Rester sous-pondéré en dette émergente
• Conserver la surpondération sur le souverain italien
• Rester long USD, short EUR
• Maintenir une exposition faible au cash
• Long INR, IDR, COP et KRW

Allocation d’actifs : stratégies d’investissement d’Amundi (extrait du bulletin mensuel).

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Sun European Partners va céder DBApparel à HanesBrands 26/06/2014
- Le groupe BWS annonce le rachat de VOIP Telecom 26/06/2014
- Factomos lève un premier tour de 140,000€ pour assurer son développement 26/06/2014
- Patrimoine & Commerce: Crédit Agricole Assurances prend une participation de 20% pour 47,3 M€ 26/06/2014
- XAnge et Midi Capital accompagnent le développement de SequoiaSoft 26/06/2014
- Acticam conseille les actionnaires et dirigeants de Lorflam lors de la cession au groupe Novadev 26/06/2014
- XAnge cède ALittleMarket.com à Etsy 26/06/2014
- Fred & Farid Group entre au capital de GOV 26/06/2014
- Le groupe français de lunettes Face à Face rejoint le groupe danois Prodesign 26/06/2014
- CVC Capital Partners entre en négociation exclusive avec 3i et NiXEN en vue de l’acquisition de leur participation dans Vedici 25/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

17 juin 2014

Premier trimestre 2014 : le taux d’emplois vacants en hausse à 1,7% dans la zone euro, en hausse à 1,6% dans l’UE28

Le taux d’emplois vacants dans la zone euro (ZE18) s’est établi à 1,7% au premier trimestre 2014, en hausse par rapport au taux de 1,6% enregistré tant au trimestre précèdent qu’au premier trimestre 2013, selon les chiffres publiés par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.
Le taux d’emplois vacants dans l’UE28 s’est quant à lui établi à 1,6% au premier trimestre 2014, en augmentation par rapport au taux de 1,5% enregistré au trimestre précédent ainsi qu’au premier trimestre 2013.

EUROSTAT
http://ec.europa.eu/eurostat


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Vendredi 27 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les derniers articles publiés sur Finyear


Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News