Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 26 juin 2014 (#9 - 17H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 26 juin 2014 (#9 - 17H00)
17H00

Focus on US data amid disappointing GDP results & continued violence in Iraq
Global equity markets advanced Thursday in a rebound following a week of losses with traders optimistic that the US economic recovery gained momentum after the bleak first quarter of this year.

Despite the first quarter economic contraction which saw a more disappointing revision than expected, traders are hopeful for a sharp pick-up in activity this spring with a number of facets of the US economy recovering – Wednesday’s durable goods orders for example.

The focus on Thursday is on weekly jobless claims which were little changed – overall, US stock markets were trading broadly flat as were US Treasuries with the yield on the ten-year bond at 2.556%. European stock markets advanced with the Stoxx Europe 600 index up 0.4% and London’s FTSE100 up 0.3%.

At the same time, emerging-market stocks rebounded from a three-week low with the SCI Emerging Markets Index adding 0.5%. The caveat to the poor US GDP data for the first quarter is that the Federal Reserve will now have little choice but to push rate increases forward as the economy continues to heal.

Earlier in the UK, the British pound gained 0.3% to $1.7029 as the Bank of England’s Financial Policy Committee introduced measures to cool the housing market which included the introduction of limits on the proportion of mortgages a bank can lend with large loans relative to mortgage holders’ incomes.

The risk tone across global markets generally seems to have improved although the violence in Iraq remains a source for great concern in markets, keeping up oil prices amid fears of disruption to supply.

In Baghdad, an attack by a suicide bomber in the southern part of the city was followed by a mortar attack that left a dozen dead and nearly 50 wounded, while Iranian drones reportedly provided assistance to the Iraqi government. Brent crude remains near its recent highs of $115 a barrel, currently trading flat $114 – these are levels not seen since September last year.

Looking ahead to Friday’s session, both France and the UK will publish growth figures while Germany will post inflation numbers and the euro zone will report confidence readings.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

16H30

BOE’S new mortgage rules

The Bank of England today imposed tougher conditions for mortgage lending in an attempt to slowdown the acceleration of house prices in the UK. Sterling firmed up above the 1.7 mark against the dollar as governor Mark Carney presented the Financial Stability Report.

In it, the BOE said that although household indebtedness does not pose an immediate threat to stability, “it is prudent to insure against the risk of a market loosening in underwriting standards and a further significant rise in the number of highly indebted households.”

As such, the BOE’s restrictions on large loans (which are not currently binding) seek to prevent lending from taking off as the economy recovers. The BOE itself reckons the latest actions on the economic recovery and housing market are likely to be "minimal" unless house prices and mortgage lending grow much faster than it expects.

Within the measures, two new restrictions have been introduced – the first puts a limit on the proportion of mortgages a bank can lend with large loans relative to mortgagors' incomes – that was recommended by the IMF. The limit was set to restrict lending at income multiples above 4.5 to no more than 15% of a bank's new lending for residential home purchases.

At present, no bank exceeds this limit and the average level of lending above a 4.5 loan-to-income ratio is only around 11%, so it is not binding on any lending. Loans for re-mortgages that do not increase the principal are excluded from the limit, helping people who already own and might have been excluded from good mortgage deals, as are loans for buy-to-let properties.

The BOE added that banks must ensure new borrowers would still be able to afford their loans if interest rates rose by 3 percentage points in the first five years of the mortgage loan – this limit is not too dissimilar to the existing practices of banks.

This latest action by the BOE is being seen in the market as another sign that the central bank is possibly looking to lift rates soon with some expectations as early as this year. Traders in the market have seen the fresh mortgage lending conditions as more lenient than expected, helping UK housebuilder shares advance on the London market as well as Foxtons, the estate agent.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

------------------------------------------------------------------

12H30

UK Treasury Tightens HTB Rules, Excludes High Multiple Loans

Chancellor Fully Supports BOE New Actions.

The UK Treasury announced Thursday that it was tightening the eligibility criteria for its Help To Buy mortgage guarantee scheme, saying no new loans would be accepted is 4.5 times or higher of a borrowers income.

The announcement came on the same day the Bank of England's Financial Policy Committee announced tighter lending criteria for the UK banks.

The full text of HM Treasury's announcement follows:

----------------------------------------------------------------------

The UK government announced that no new loans at or above 4.5 times borrowers' income can be included in the Help to Buy mortgage guarantee scheme, following the introduction of a Loan-To-Income (LTI) limit on mortgage lending by the Bank of England.

This follows the Chancellor of the Exchequer's announcement earlier this month at Mansion House that any mortgage lending limits introduced by the Bank of England would apply to all Help to Buy mortgage guarantee loans. This commitment was welcomed by the Governor of the Bank of England.

As set out in the Financial Policy Committee's Financial Stability Report, published today, mortgage lenders will be prevented from extending more than 15% of new mortgages at LTIs at or greater than 4.5 times.

While the Financial Policy Committee (FPC) is clear that household indebtedness is not an immediate risk to financial stability, and notes that most lenders currently operate within its new LTI limit, it has introduced these new LTI limits to insure against potential risks to financial stability if mortgage lending standards were to loosen markedly in the future.

The new limits on banks' borrowing will apply to every single loan under the Help to Buy mortgage guarantee scheme.

In his Mansion House speech the Chancellor also reiterated that the Bank of England should use its powers to take the action necessary to protect financial stability.

The latest official statistics for the mortgage guarantee scheme demonstrate that the scheme:

is supporting responsible lending: on average households are purchasing houses worth around stg150,000 (well below the UK average price of stg260,000) at an income multiple of 3.1 times salary is not a significant factor driving house price rises:

mortgages supported by the scheme account for just around 1.3% of total mortgage lending is predominately supporting house purchases outside of London and the South East (81%), where house prices are rising at a modest rate

While at present less than 5% of loans under the mortgage guarantee scheme are at loan to income ratios at or above 4.5, the scheme rules will be amended to ensure that no new loans at or above 4.5 times borrowers' income can be included in the Help to Buy mortgage guarantee scheme to provide a further safeguard and ensure that the Help to Buy mortgage guarantee scheme continues supporting responsible lending.

The Chancellor of the Exchequer, George Osborne, said:

I fully support this action by the Bank of England's new Financial Policy Committee to use the new powers we have given them. It will help protect our hard-won economic security by better insuring us against any risks that might emerge in our housing market.

In the years before the Great Recession the failure to do this cost families dear and took our economy to the brink. I gave the Bank of England these new powers because I'm determined that we don't repeat the mistakes of the past. I want to protect those who own homes, protect those who aspire to own a home, and protect the millions who suffer when boom turns to bust. Today's announcement is a welcome sign that the new system we have created is working.

As I announced at the Mansion House earlier this month, I will apply any mortgage limits that the Bank of England imposes to every single loan in the Help to Buy mortgage guarantee scheme. This will ensure that Help to Buy can safely go on helping more families to achieve their aspiration to own their own home.

The Treasury will consult with lenders participating in the mortgage guarantee scheme to determine the best way to bring in this change and minimise the impact on existing mortgage applications within the scheme.

The Chancellor has asked the FPC to review the Help To Buy mortgage guarantee scheme in September to advise him on whether the key parameters of the scheme (the price cap and the fees charged to lenders) remain appropriate.

MNI London Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

11H00

DeAWM - CIO View Juin 2014

Par Asoka Wöhrmann, co-CIO, Deutsche Asset & Wealth Management.

Vous trouverez ci-dessous les observations d’Asoka Wöhrmann, co-CIO de Deutsche Asset & Wealth Management, rassemblées dans la publication de juin du nouveau CIO View.

Ci-dessous et en français les points saillants du rapport :

- Légère baisse des perspectives de croissance économique mondiale pour 2014: de 3,7% à 3,4%
- Légère amélioration de la croissance économique dans la zone euro : +1% (2014)
- Redressement économique des Etats-Unis, suivi de celui du Japon et de celui de la zone euro
- Résultats de croissance disparates des différentes politiques monétaires
- Politique monétaire moins expansionniste aux Etats-Unis, ce qui devrait renforcer le dollar US
- Attentes d’augmentation modérée des rendements des Bund à 10 ans
- Soutien des marchés actions grâce au contexte de taux d’intérêt bas
- Hausse notable des bénéfices des entreprises japonaises et européennes
- Allocation d’actifs de notre modèle de portefeuille équilibré pour les clients basés en Europe, au Proche-Orient et en Afrique : obligataire (42,7%), actions (45,9%), rendement absolu (10%) et matières premières (1,4%)

Également dans les perspectives:

- Focus sur la politique des banques centrales et la fin de la synchronisation
- The big picture : nos prévisions jusqu’à juin 2015
- Eclairages sur les investissements : nos perspectives tactiques et stratégiques des différentes classes d’actifs
- Allocation du portefeuille principal : interview de Stéphane Juno, Chef regional des investissements
- Portefeuille de rendement absolu : interview de Carlo Pirzio-Biroli, Directeur mondial du service capital-investissement

Le CIO View est téléchargeable ci-dessous (PDF 22 pages en anglais) :
http://www.finyear.com/docs/2014_06_DeAWM%20CIO%20View_EMEA.pdf

A propos de Deutsche Asset & Wealth Management
Avec 934 milliards d’euros d'actifs sous gestion (au 31 mars 2014), Deutsche Asset & Wealth Management (DeAWM) est l'un des leaders mondiaux de la gestion d’actifs. Deutsche Asset & Wealth Management conseille des clients institutionnels et particuliers afin de préserver et de faire croître leur capital, offrant des solutions d’investissement traditionnelles et alternatives sur toutes les classes d’actifs. Deutsche Asset & Wealth Management propose également des services sur mesure de banque privée et de gestion de fortune aux familles et particuliers aisés.

-------------------------------------------------------

10H45

Timid European rebound coupled with Asian markets stock increase

European equity markets staged a mild rebound Thursday morning amid gains in Asian and US markets overnight. Traders are now focusing on some key US economic data releases in the form of jobless claims and inflation for further clues over the health of the world’s largest economy.

Major benchmarks in Europe are rebounding from a four-day losing streak with the Stoxx Europe 600 Index up 0.2%, London’s FTSE 100 up 0.1% and Frankfurt’s DAX up 0.2%. Standard & Poor’s 500 Index futures traded broadly flat while the MSCI Asia Pacific Index increased 0.7%.

The risk tone across global markets generally seems to have improved as traders view yesterday’s poor revision to first quarter GDP as a reason for a dovish Federal Reserve who will not raise interest rates any time soon.

At the same time, durable goods orders in the US came in better than expected, lifting hopes that the second quarter saw the economy turn a page. The violence in Iraq remains a source for great concern in markets, keeping up oil prices amid fears of disruption to supply.

In Baghdad, an attack by a suicide bomber in the southern part of the city was followed by a mortar attack that left a dozen dead and nearly 50 wounded, while Iranian drones reportedly provided assistance to the Iraqi government. Brent crude remains near its recent highs of $115 a barrel, currently trading flat $114 – these are levels not seen since September last year.

Over in Asia, stock markets rose amid optimism that the US economy is rebounding from the frozen spell during the winter period. South Korea’s Kospi index gained 0.7% while Australia’s S&P/ASX 200 Index added 1.1%.

Hong Kong’s Hang Seng Index gained 1% while the Shanghai Composite Index advanced 0.6% on the back of successful debuts for a raft of Chinese IPOs which all shot up on first day of trade.

Over in Japan, Tokyo’s Nikkei 225 rose 0.2% while the yen strengthened against the US dollar for the second consecutive session, at Y101.75, compared with Y101.86 late Wednesday in New York. European currencies showed little change Thursday with the euro edging up to $1.3634 from $1.3629 but falling to Y138.71 from Y138.83.

The UK pound is trading flat at $1.6978 ahead of the Bank of England’s publishing of recommendations from the June 17 meeting of its Financial Policy Committee, which may include measures to cool the housing market.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

10H15

France Consumer Confidence Registers Unexpected June Gain

Consumer confidence in France rose more than expected in June to the highest level in three months, the country's statistics agency reported Thursday, even as citizens showed more concerns over the state of the job market.

Insee, France's official statistics agency, said its benchmark gauge of consumer confidence rose to 86 in June from a reading of 85 in May. The June level was one point higher than the median estimate of analysts polled by MNI. The index of major purchase intentions also improved to -24 from -27 in the previous month.

The agency's index of unemployment concerns, however, rose for the fourth consecutive month to 60 - a full five points higher than the March reading and suggestive of a difficult job market in Europe's second-largest economy.

In its regular quarterly outlook, published earlier this week, Insee said it expects to see France's jobless rate, which hit 10.1% in the first three months of the year, to rise to 10.2% in the second quarter and remain at or near that level for the remainder of the year.

MNI London Bureau
www.mni-news.com

--------------------------------------------------------

10H00

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little change to slightly higher this morning receiving a boost from firmer markets overnight in the US and Asia after much worse than expected revisions to US 1Q GDP is generating optimism that rates in the US will be on hold considerably longer than previously expected.

There is very little economic data out in Europe instead focus will be on BOE chief Mark Carney scheduled to give a speech on financial stability this morning.
Most recently, for some the comments made by Mr. Carney concerning interest rates in the months ahead has been somewhat confusing and even contradictory, consequently traders will be listening out for any hints when rates are likely to rise.

While there hasn’t been any major news in the past 24 hours of further advances of the Iraqi insurgents towards Baghdad, renewed talk and threats by the ‘West’ towards Russia about possibly imposing further and harsher sanctions could one again be a drag on markets today.
Short-term sentiment remains overall neutral to negative and therefore unchanged compared to yesterday.
Especially what European shares are concerned very few see any reason to rush back in a major way into stocks at this stage with markets overall lacking impulses in general and plenty of uncertainty remaining regarding the Ukraine and Iraq.

Range-trading for most of the day appears likely, many traders continue to prefer selling rallies although new lows of the day are likely to be taken advantage of by shorts in locking in some profits.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H30

UBS daily roundup - European pseudo leadership

Paul Donovan daily briefing.

• The EU leaders meet today and tomorrow, in search of leadership (or, perhaps, pseudo leadership). The vexed issue of who is to be the next EU Commission President is up for debate. Investors of course are on the edges of their seats, in tense anticipation of the thrilling drama of it all.

• Bank of England governor Carney is scheduled to speak, but markets do not tend to listen to his comments with a great deal of reverence. More important is the Bank of England Financial Stability report, which has the potential to comment on housing.

• The Bank of England's approach to financial stability may be a lead indicator for global monetary policy tightening. In the wake of quantitative policy (globally) central banks may consider financial oversight an equal partner with interest rates in controlling monetary conditions.

• The US offers some relevant data in the wake of a somewhat weaker than expected Q1 GDP (the surprises were healthcare). Personal income and spending includes the PCE deflator – a favoured measure of inflation at the Fed – which we think will show signs of rising.

www.ubs.com/investmentbank

--------------------------------------------------------

9H15

Les indices se reprennent timidement après la déception des chiffres américains hier

Marchés Actions : Si les annonces de mardi avaient laissé percevoir les meilleurs côtés de la reprise économique étasunienne, celles d’hier ont montré que le premier trimestre a été plus décevant que prévu. En effet, une révision de l’évolution du PIB étasunien a démontré que l’activité économique s’est contractée de 2,9% au cours des trois premiers mois de l’année. Par ailleurs, les commandes de biens durables ont subi une baisse de 1% en mai, alors qu’on les attendait à la hausse.

Paradoxalement, les investisseurs de Wall Street ont considéré que ces données appartiennent au passé et se sont tournées vers les bonnes perspectives de croissance pour le deuxième trimestre. Ainsi l'indice Dow Jones a gagné 48,93 points, soit 0,29%, à 16 867,06. Le Standard & Poor’s 500 a progressé de 0,49% à 1 959,46 points, tandis que le Nasdaq Composite a pris 29,40 points à 4 379,76, pour une progression de 0.49%.

Cependant, en Europe les investisseurs ont été moins optimistes. En France, le CAC 40 a chuté de 1,7% en repassant sous la barre des 4500 à 4 470,78, son plus bas niveau depuis plus d’un mois. En Allemagne et en Angleterre, la correction a été moindre, mais le DAX cède quand même 0,71% à 9 876,75 points et le FTSE de Londres recule 0,79% à 6 733,62 points.

Dans ce contexte, les investisseurs attendent un rebond des principales places boursières européennes, avec des indices attendus à la hausse.

Forex : La parité EUR/USD progresse sur la journée d’hier à hauteur de 0.20%, atteignant un plus haut à 1.3651$, contre un plus bas à 1.3600$. En effet, le billet vert pâtit clairement de la publication en baisse du PIB américain. Alors que le consensus attendait un niveau du PIB trimestriel américain en baisse de -1.7% contre -1.0% précédemment, ce dernier a affiché une baisse de 2.9%. Les cambistes privilégient donc la monnaie unique européenne, qui ramène donc la parité sur des niveaux du 9 Juin 2014. La croissance étant l’un des trois piliers de l’économie américaine, les investisseurs doutent des résultats la prochaine réunion de politique monétaire de la Fed qui se tiendra au moins de Juillet et sur le caractère accommodant de celle-ci. Les investisseurs resteront dans l’attente aujourd’hui des demandes d’allocations chômage, un chiffre attendu en légère baisse à 310 000 nouvelles demandes contre 312 000 dernièrement.

Les paires en yens reculent ce matin, en particulier sur la parité USD/JPY. Cette dernière cède 0.13% sur la journée d’hier, atteignant les 101.61 yens au plus bas sur la journée d’hier et ce matin cote aux encablures des 101.75 yens, en baisse de 0.07%. La paire EUR/JPY quant à elle, reste relativement stable depuis le début de la semaine et cote aux encablures des 138.77 yens, soit en baisse de 0.02% depuis l’ouverture ce matin.

L’Aussie (AUDUSD) a débuté la journée à $0.9408, un poil au-dessus du plus haut de la session américaine la veille qui s’était établi à $0.9403, soit également le plus haut de la session de mercredi. L’AUDUSD a effectué un léger retracement correctif à $0.9398 dans la nuit, mais la hausse du dollar australien est essentiellement due à la relative faiblesse du dollar américain suite aux dernières déceptions sur les statistiques outre-Atlantique. Ce matin, la résistance s’établit à $0.9420 et le support à $0.9390 ce qui en fait des niveaux intéressants pour traiter des petits écarts à court terme. A plus long terme, la paire se traite également en canal horizontal à $0.9320 - $0.9440

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux pétroles évoluent à nouveau en ordre dispersé. Le WTI progresse de 0,19% à 106,70$ tandis que le Brent cède 0,09% à 113,90$. Le pétrole américain s’échange proche de son plus haut niveau en trois jours avant des données macroéconomiques qui peuvent montrer un renforcement de l’économie américaine mais les investisseurs seront également attentifs au regain de violence dans le Nord de l’Irak entre l’armée du gouvernement en place et les rebelles islamistes. Le premier ministre irakien Nouri Al-Maliki a rejeté les nombreux appels qui demandent sa démission pour former un nouveau gouvernement pour lutter contre les militants qui cherchent à plonger le pays dans une guerre civile. Une voiture piégée a tué pas moins de sept personnes, tandis que 20 autres sont blessées à Kirkouk, le centre pétrolier de la région Nord du pays. C’est la première attaque depuis que les forces kurdes ont pris le contrôle de la région après la déroute de l’armée irakienne. Le ministre du pétrole en Irak, Abdul Kareem Al-Luaibi, a déclaré que les exportations de brut vont s’accélérer le mois prochain car les combats se maintiennent dans la région Nord du pays, donc sans incidence pour le moment pour la région Sud. Rappelons que la région Sud est responsable de plus de 75% de la production journalière.

Du côté des métaux précieux, c’est une nouvelle journée dans le rouge qui commence. L’or s’échange aux encablures des 1 316,86$ soit un recul de 0,18%, tout comme l’argent, plus large qui cède 0,29% à 20,97$. Suite à des perspectives de croissances américaines décevantes hier, l’or se maintient proche de son plus haut niveau en deux mois. En effet, le PIB est à son plus bas niveau depuis 2009. Néanmoins, un rapport a montré que les usines américaines ont reçu de nombreuses commandes en Mai ce qui prouve que l’économie américaine peut rapidement se remettre de ce chiffre négatif.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

23 juin 2014

Bulletin hebdomadaire (JP Morgan AM) : Quête de rendement dans un contexte de faible volatilité

Sentiment de malaise dans le secteur du haut rendement

Les caractéristiques actuelles du marché des obligations à haut rendement – niveau bas record des rendements, volumes d’émissions importants, demande soutenue liée à la quête de rendement des investisseurs privés – créent un sentiment de malaise. Le resserrement des spreads des obligations privées et la faible volatilité financière rappellent étrangement la situation des marchés juste avant le retournement baissier du dernier cycle du crédit. En outre, avec la baisse des rendements et le resserrement des spreads, le marché devient plus vulnérable à l’excès de confiance des investisseurs et aux prises de risque excessives qui ont marqué la période précédant le dernier retournement de cycle. Serions-nous en train de nous approcher du pic du cycle ?

Il existe bien sûr des similitudes avec 2007. Mais il convient d’emblée de reconnaître qu’il existe aussi des différences. L’activité économique reste modérée dans un contexte marqué par une inflation toujours faible et calme. Malgré une relance monétaire agressive, la demande globale demeure anormalement fragile. L’une des principales différences entre 2007 et aujourd’hui est l’appétit des banques commerciales pour le risque. Il y a sept ans, le secteur bancaire faisait tout son possible pour promouvoir une expansion rapide du crédit et augmenter l’effet de levier de ses bilans afin de dynamiser la performance de ses fonds propres. Mais une modification radicale de la réglementation financière intervenue dans le sillage de la crise a contraint les banques à réduire la taille de leur bilan et à consolider leurs capitaux propres – au détriment de leur rentabilité – avec pour conséquence une dépréciation du secteur. L’un des effets de cette situation a été une rupture de la boucle de rétroaction entre la croissance économique et la croissance du crédit, et donc un ralentissement du cycle du crédit. Même s’il débouche sur une reprise atone, le cycle actuel semble en conséquence beaucoup moins vulnérable à un éventuel choc de désendettement.

Mais la faiblesse de la volatilité – tant au niveau de l’économie que des marchés – incite fortement à s’endetter. Tout comme l’eau finit toujours par s’infiltrer partout, l’endettement finira par retrouver son chemin dans le système financier. Compte tenu de l’état d’esprit conservateur de la plupart des dirigeants d’entreprises et du caractère modéré de la reprise, la volonté de contracter des dettes supplémentaires ne s’est développée que relativement lentement. Parallèlement, les principaux chiffres du crédit commencent à signaler une détérioration modeste – mais incontestable – de la qualité. Dans l’univers des entreprises émettrices à haut rendement, J.P. Morgan Securities constate que les ratios endettement/EBITDA se situent maintenant à leur plus haut niveau des trois dernières années. Le cycle économique murissant, le risque de perte extrême s’atténuant et les taux de financement se situant à de bas niveaux record, J.P. Morgan admet qu’il n’est pas déraisonnable de s’endetter davantage au stade actuel. Mais, l’appétit des entreprises pour le risque n’augmente que de façon marginale.

Normes d’émission

Qu’en est-il des nouvelles normes d’émission des titres à haut rendement ? En novembre dernier, nous nous étions penchés sur trois indicateurs de la qualité des émissions :
• Le produit de l’émission est-il utilisé à des fins conservatrices de refinancement pour étaler les obligations de remboursement dans le temps ou pour dynamiser des opérations d’acquisition ?
• Le solde des émissions penche-t-il en faveur de titres affichant des taux plus faibles ?
• L’augmentation du volume des émissions se fait-elle par le biais d’obligations à option de paiement en obligations et d’autres titres à option de paiement différé en numéraire ?

Les chiffres actuels sont encourageants à cet égard :
(1) En pourcentage des émissions totales depuis le début de l’année, 58 % des émetteurs ont utilisé les produits pour refinancer leur endettement alors que 22 % ont mobilisé des fonds pour financer des acquisitions et des opérations d’acquisition à effet de levier (LBO). Ces chiffres sont parfaitement alignés sur les moyennes des trois dernières années. Les pourcentages comparables des trois années ayant précédé la crise financière de 2008 étaient de 38 % et 45 %, respectivement. Bien que les activités de fusion-acquisition aient repris, les émissions ont des objectifs beaucoup plus conservateurs qu’au cours du cycle précédent.

(2) Depuis le début de l’année, un peu plus de 20 % des émissions ont été lancées par des émetteurs de qualité inférieure (émetteurs notés différemment B ou CCC par des agences on non notés). Si l’on remonte jusqu’à 1995, la moyenne à long terme s’établit à 16,1 %, de sorte que le niveau actuel pourrait justifier que l’on tire le signal d’alarme. Cela étant dit, ce niveau n’est qu’à peine plus élevé que la moyenne des trois dernières années (un peu supérieure à 17 %). En 2007, le pourcentage comparable s’établissait à 36 %.

(3) Enfin, les émissions d’obligations à option de paiement en obligations/à option de paiement différé en numéraire/à possibilité de basculement entre ces deux options représentent un pourcentage relativement modeste (2 %) des émissions totales, conforme à la moyenne des trois dernières années. En 2007, au pic du précédent cycle du crédit, le pourcentage comparable représentait près de 13 % des émissions totales.

Au regard de ces chiffres au moins, les normes d’émission demeurent excellentes. Bien que les émetteurs profitent à n’en pas douter de la demande actuelle de titres à haut rendement, ils n’ont pas encore un comportement typique de fin de cycle.

Persistance probable d’une faible volatilité

En supposant que le cycle économique reste favorable, le niveau des incertitudes macroéconomiques faible, les tensions financières limitées et la politique monétaire crédible, le contexte actuel de faible volatilité devrait perdurer. La plupart des facteurs qui ont mis fin à des périodes de faible volatilité telle que celle que nous connaissons actuellement – endettement excessif, valorisations extrêmes, hausse de l’inflation, etc. – ne sont pas encore apparus. L’endettement cumulé restant bien maîtrisé et le profil des échéances des obligations s’étalant dans le temps, les défauts de paiement demeureront sans doute limités. Dans ce contexte, la quête de rendement devrait selon nous se poursuivre.

Par Jonathan Lowe

Réflexions diverses :

- Un investisseur a observé une combinaison similaire de facteurs présents lors des pics précédents de l’indice S&P 500 durant les quatre dernières décennies. Ces facteurs – indice à son plus haut sur cinq ans, PER extrêmes et sentiment haussier des investisseurs – prévalent à l’évidence à l’heure actuelle. Même si cette situation donne à réfléchir, elle n’est pas nécessairement annonciatrice d’une correction brutale du marché américain, mais signifie probablement qu’une poursuite de la hausse ne pourra être envisagée que lorsque l’on détiendra des preuves montrant que l’économie poursuit sa reprise et que les bénéfices sont à la hauteur des attentes.

- Les spreads obligataires se sont élargis dans les pays périphériques d’Europe au cours des dix derniers jours – les spreads des BTP italiens/bunds allemands s’étant amplifiés de 30 pb. Il est ironique que cette variation ait débuté deux jours à peine après l’annonce par la Banque centrale européenne de son train de mesures d’assouplissement à l’issue de sa réunion du 5 juin. Cet élargissement résulte peut-être de la gestion, par les banques de la zone euro, des bilans de fin de trimestre, laquelle pourrait avoir un effet inverse au début juillet. Il convient toutefois de suivre attentivement la tendance. Cela étant, même si les investisseurs sont déroutés par les multiples du marché des actions, on pourrait s’attendre à ce qu’ils accueillent avec enthousiasme l’accès de faiblesse des obligations des pays périphériques.

Document produit par l’équipe Global Multi Asset Group de J.P. Morgan Asset Management.
Édité par David Shairp, Stratégiste.

Ce document est à but informatif uniquement et ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements.
Les informations contenues dans ce document ont été puisées à des sources considérées comme fiables. J.P. Morgan Asset Management ne peut cependant en garantir l’exactitude ou l’exhaustivité. Toutes prévisions ou opinions exprimées nous sont propres à la date d’édition de ce document et sont susceptibles de changer à tout moment sans préavis. Ce document ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements.
JPMorgan Asset Management (Europe) S.à.r.l.–Succursale de Paris, au capital social de 10.000.000 euros, inscrite au RCS de Paris n°492 956 693. 06/2014

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- CVC Capital Partners entre en négociation exclusive avec 3i et NiXEN en vue de l’acquisition de leur participation dans Vedici 25/06/2014
- Les Argonautes lève 700,000 € et prend une participation majoritaire dans HubData 25/06/2014
- Arkeon Finance pilote la levée de fonds d’Infoclip 25/06/2014
- Le Groupe PGS prend une participation de 20% dans la société espagnol Maderas Jose Saiz 25/06/2014
- FLH Brands acquiert le fabricant de couteaux Aveyronnais La Forge de Laguiole 25/06/2014
- Cegedim reçoit une offre de 385 M€ pour sa division CRM et données stratégiques 25/06/2014
- Deloitte France absorbe Axoa 25/06/2014
- AExecutive accompagne le groupe Streiff dans la reprise de la société Aster Alpes 25/06/2014
- Stéphane Lericq, accompagné des managers et BNP Développment, devient actionnaire majoritaire du Groupe Wings (Sloveg) 24/06/2014
- Fab’entech finalise une levée de fonds de 5 M€ 24/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

17 juin 2014

Premier trimestre 2014 : la croissance annuelle des coûts de la main-d'œuvre s’est ralentie à 0,9% dans la zone euro et à 1,2% dans l’UE28

Les coûts horaires de la main-d’œuvre ont augmenté de 0,9% dans la zone euro (ZE17) et de 1,2% dans l’UE28 au premier trimestre 2014, par rapport au même trimestre de l’année précédente.
Au quatrième trimestre 2013, les coûts horaires de la main d’œuvre avaient progressé de 1,6% dans la zone euro et de 1,4% dans l’UE28.
Ces données sont publiées par Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.

EUROSTAT
http://ec.europa.eu/eurostat


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Jeudi 26 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs