Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 25 juin 2014 (#11 - 17H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 25 juin 2014 (#11 - 17H00)
17H00

Brief PIB USA - Oxford Economics

Produit intérieur brut US (1er trimestre 2014 - 3e estimation)
« La contraction de 2,9% au premier trimestre fait mal aux Etats-Unis, et impactera les perspectives à court terme même si la première économie mondiale a de la croissance devant elle. Cette révision à la baisse est en grande partie due à des dépenses plus faibles dans les services et à une contribution négative du commerce extérieur due notamment à la faiblesse des exportations. Pour le reste de l’année 2014, les données récentes indiquent un rebond soutenu au T2 grâce au renforcement de l’emploi, à une confiance forte, et au soutien de la Fed.»

Texte original :

Gross Domestic Product (2014Q1 – 3rd estimate) - Data insight - Oxford Economics

The bite from a 2.9% contraction hurts… Although the mark will remain long after the pain is gone, the US economy should still be fit to play in the next round. Most of the downward revision came from weaker spending on services and a larger drag from trade. Looking ahead, recent data point to a Q2 rebound supported by strengthening employment, rising confidence, less inventory decumulation, and a supportive Fed.

Impact & outlook

Did the economy experience the sharpest contraction since the Great Recession? Yes. Are we heading back into a recession? No. While the 2.9% contraction in Q1 GDP is chilling, it doesn’t change our view about the state of the economy. The US economy now appears on track for a solid Q2 rebound, and a gradual acceleration in the second half of the year. Notwithstanding, average growth under 0.5% in 2014H1 will leave a mark on average growth in 2014 – so that reaching 2% will now be a feat.

The 2.9% contraction in GDP resulted from a miserable 0.1% advance in final sales and a 1.7 percentage point drag from inventories.

The main downward revision to activity came from lower consumer spending on services with the previously estimated advance of 4.3% being revised to only a 1.5% gain. Indeed, the BEA incorporated newly available data from the Census’ quarterly services survey which indicated a much smaller contribution to growth for the sector from 1.9 percentage points to 0.7 percentage points. The advance in durables was revised down while nondurables were shown to have contracted 0.3%.

Housing activity remained weak, but the first quarter contraction was revised from -5.1% to -4.2%. More importantly though, there are some indications that the sector is slowly rebounding with new home sales bouncing back in May. While we see housing activity as one of the main domestic risks, we continue to view improving fundamentals and underlying demand as supportive of a gradual rebound in 2014.

The decline in capex was also revised from -1.6% to -1.2% as a smaller decline in business equipment spending and stronger gain in intellectual property more than offset modestly weaker structure spending. Looking ahead, recent business surveys as well as May data for core shipments point toward a rebound in Q2. Government spending was unchanged overall with federal spending posting a small gain and state and local outlays falling.

Meanwhile, net foreign trade imposed a 1.5 percentage point drag on growth (up from a 1.0 percentage point drag) as exports were seen falling a massive 8.9% while the import advance was revised up. Looking ahead, we expect less of a drag from trade as strengthening foreign demand supports export growth.

Oxford Economics expects the economy to rebound in Q2 supported by an improving labor market, rising income, stronger private sector confidence, less inventory decumulation, and still loose monetary policy. Overall, we expect wage growth to gradually pick up in the coming months, and provide support to the wider economy, including housing activity. The economy should advance around 1.6% in 2014, before rebounding to around 3.2% in 2015.

By Gregory Daco, Lead US Economist
www.oxfordeconomics.com

-------------------------------------------------------

16H15

Disappointing US data further impact weak financial markets

Disappointing first quarter revisions to US growth slapped sentiment Wednesday afternoon, weighing on financial markets already fearful of a prolonged crisis in Iraq as violence escalates.

US GDP showed worse than expected figures, contracting 2.9% at annual pace, which is worse than the 1% contraction in the second estimate. That’s the worst quarter for the US since the first three months of 2009 after the financial crisis of 2008.

Much is attributed to the severe weather conditions in the US together with general loss of momentum in most indicators during the period. Traders are expecting a rebound in the US for the second quarter, sparked by improving jobs market – the positive for markets after this GDP release is that it pushes the Federal Reserve further away from raising interest rates early next year.

Traders are now of the view that possibly rate hikes are off the cards until end of 2015 at least. All major benchmarks in Europe declined with the Stoxx Europe 600 index falling by 0.7%. The FTSE100 index and DAX30 also posted modest losses for the session – Asian markets fell overnight on the back of weakness in on Wall Street on Tuesday.

It may be that ahead of the end of the second quarter and an escalation in violence in Iraq where militants are tightening their grip on major parts in Iraq. Militants are gaining strength through a Sunni uprising against the Shiite-led government.

Conversely, there was a bit of rebound for Dubai’s General Index today after tumbling 13% in the previous three days with many citing a correction induced by geopolitical tensions in Iraq. It’s not only Iraq though with Ukraine/Russia crisis still chipping away at market sentiment.

Ukrainian President Petro Poroshenko called for immediate talks with Russia, Germany and France after pro-Russian rebels shot down a government helicopter. The US is already preparing tougher sanctions on Russia in an attempt to push for further destabilisation of the situation while German chancellor Angela Merkel said that threat of economic sanctions on Russia will be on the table at the EU summit.

US stocks kicked off the session lower on the downbeat GDP figures, Iraqi violence and the general decline across global equities. That came despite durable goods orders data from the US climbing in May, showing increase corporate investment.

Bookings for non-military capital goods excluding aircraft rose 0.7% after a 1.1% drop in April – a better than forecast outcome. Other data from the US wasn’t so positive with a MBA mortgage applications dropping 1% in the week to June 20.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

14H30

US MBA Text: Refis -1.0%; Mkt Composite Also -1.0% June 20 Wk

The following is the Mortgage Bankers Association summary of its weekly survey of mortgage applications, published Wednesday:

Mortgage applications decreased 1.0 percent from one week earlier, according to data from the Mortgage Bankers Association's (MBA) Weekly Mortgage Applications Survey for the week ending June 20, 2014.

The Market Composite Index, a measure of mortgage loan application volume, decreased 1.0 percent on a seasonally adjusted basis from one week earlier to the lowest level since April 2014. On an unadjusted basis, the Index decreased 2 percent compared with the previous week. The Refinance Index decreased 1 percent from the previous week to the lowest level since May 2014. The seasonally adjusted Purchase Index decreased 1 percent from one week earlier to the lowest level since May 2014. The unadjusted Purchase Index decreased 2 percent compared with the previous week and was 18 percent lower than the same week one year ago.

The refinance share of mortgage activity remained unchanged at 52 percent of total applications from the previous week. The adjustable-rate mortgage (ARM) share of activity remained unchanged at 8 percent of total applications. The average contract interest rate for 30-year fixed-rate mortgages with conforming loan balances ($417,0 00 or less) decreased to 4.33 percent from 4.36 percent, with points decreasing to 0.18 from 0. 24 (including the origination fee) for 80 percent loan-to-value ratio (LTV) loans. The effective rate decreased from last week.

The average contract interest rate forrate mortgages with jumbo loan balances (greater than $41 7,000) decreased to 4.28 percent from 4.32 percent, with points increasing to 0.12 from 0.09 (including the origination fee) for 80 percent LTV loans. The effective rate decreased from last week.

The average contract interest rate for 30-year fixed-rate mortgages backed by the FHA decreased to 4.03 percent from 4.07 percent, with points increasing to -0.38 from -0.39 (including th e o rigination fee) for 80 percent LTV loans. The effective rate decreased from last week.

The average contract interest rate for 15-year fixed-rate mortgages decreased to 3.47 percent from 3.50 percent, with points increasing to 0.19 from 0.16 ( including the origination fee) for 80 percent LTV loans. The effective rate decreased from last week. The average contract interest rate for 5/1 ARMs increased to 3.23 percent from 3.20 percent, with points remaining unchanged from 0.27 (including the origination fee) for 80 percent LTV loans. The effective rate increased from last week.

MNI Washington Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

13H30

China PBOC Surveys See Big Drop In Banker Confidence In Econ

The confidence of Chinese bankers in the domestic economy fell sharply in the second quarter, though they don't expect monetary policy to change accordingly, the latest quarterly surveys from the People's Bank of China suggested.

Entrepreneurs also lost confidence in the economy during the current quarter, while the surveys saw more households complaining about rising prices.

An index measuring bankers' confidence in the economy tumbled 13.9 percentage points to 53.7% in the second quarter, while bankers also reported falling loan demand. The findings of the banker survey were echoed in an accompanying survey of entrepreneurs.

Despite their increasingly dark outlook, bankers don't expect a major shift in monetary policy in the coming quarter, with 70% saying that the current stance is appropriate, little changed from the previous survey's 72%.

The proportion of households which think inflation will be basically unchanged in the next quarter increased, the PBOC survey indicated.

The property market downturn has also affected households' outlook. The survey showed 63% of households think current property prices were "high and unacceptable", down from 64.3% in the first quarter, while the proportion of households which expect property prices to fall increased in the second quarter survey, rising to 15.1% from 10.2%.

A PBOC source was quoted by the official China Securities Journal Wednesday saying that the current "prudent" monetary policy is not too loose and not too tight. "Not too loose, and leverage doesn't increase, not too tight, and it doesn't slam on the economic brakes," he said.

MNI Beijing Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

12H00

Analysis: France Business Confidence Continues To Decline

France's manufacturing sentiment fell unexpectedly for the second consecutive month in June as business executives were markedly less optimistic about the production outlook.

The national statistics institute Insee said Thursday that its manufacturing sentiment index slipped to 98 in June from 99 in May. The June level was below the median estimate of 99 among economists surveyed by MNI.

Business confidence stalled in service industries, with Insee's services sentiment indicator coming in unchanged in at 90 in June - unchanged from May but down from a revised 91 April. Insee's overall gauge for the country's economic outlook slipped to 92 from 94, Insee said.

The data released was delayed by a technical issue within the agency, Insee said.

Earlier this week, Markit Economics's initial assessment for June activity in France showed deterioration in Europe's second largest economy for the second consecutive month.

The flash composite reading for France tumbled to a six-month-low of 48.0, Markit said, from a reading of 49.3 in May. The headline figures for manufacturing (47.8 from 49.6) and services (48.2 from 49.0) touched six and four month lows respectively.

"There remained little sign of any turnaround in the performance of France's economy at the end of Q2, with output falling for a second successive month and at a faster rate. The data are consistent with another disappointing GDP outturn for Q2 following stagnation in the first quarter," said Markit senior economist Paul Smith.

Late Tuesday, France's official statistics office has kept its second quarter growth forecast for Europe's second-largest economy unchanged amid tepid household consumption and low investment levels.

In its regular quarterly outlook report, published Tuesday in Paris, Insee, the national statistics institute, also kept its full-year GDP forecast unchanged at 0.7% and expects to see growth of 0.3% in each quarter of the second half of the year - the same pace of expansion the agency sees for the broader Eurozone. The country's jobless rate, Insee said, will also likely increase between now and the end of the year to 10.2%.

"In France, as in the Eurozone, the upturn in activity is however likely to be modest as certain lingering factors continue to limit its extent," the report said. "Households' purchasing power is indeed increasing too modestly to drive a significant acceleration in households' consumption and to prevent a continuing slide in investment in new housing. Faced with demand that is still not taking off, and with margin rates that are improving but still low, companies are not inclined to invest."

MNI London Bureau
www.mni-news.com

-------------------------------------------------------

11H45

Market call Saxo Banque

Le marché parisien reste étroitement corrélé aux indices américains qui sont en phase de consolidation depuis quelques séances. Le mouvement baissier se poursuit sur le CAC 40, essentiellement lié au repositionnement des investisseurs avant juillet. Les plus prudents cherchent à prendre leurs bénéfices craignant un été ombrageux, les autres vont certainement profiter de la baisse pour entrer acheteur sur un marché qui conserve un potentiel non négligeable à la hausse.

Sur la séance à venir, on surveillera surtout le niveau des 4475 points qui pourrait ouvrir la porte aux 4430 points. Les chiffres économiques attendus aujourd’hui du côté américain, notamment les commandes industrielles et le PIB annualisé, devraient contribuer à l’essor des positions vendeuses sur le marché.

On notera également que l’effet Draghi ne semble plus fonctionner. Les investisseurs se posent de plus en plus des questions sur l’efficacité à venir des mesures de politique monétaire annoncées au début du mois. La magie n’aura duré qu’un temps !

Pas de catastrophe en perspective pour les marchés boursiers ces deux prochains mois mais les perturbations s’accumulent. Entre l’Irak, la dégringolade de la Bourse de Dubaï et les indicateurs allemands qui soulèvent des doutes sur la pérennité de la reprise en zone euro, les motifs d’inquiétudes sont nombreux. Mais pas encore de réelle correction en perspective.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

11H30

Prévisions INSEE juin 2014 : Le retour incertain de la croissance

Analyse de Philippe Crevel.

Un taux de croissance revu à la baisse, quel impact pour les finances publiques ?
Le Gouvernement avait retenu un taux de croissance de 0,9 % pour 2014 ; or selon les dernières prévisions de l'INSEE, la croissance ne devrait pas dépasser 0,7 en 2014. Cette moindre croissance devrait générer une dérive modérée du déficit d'environ 2 milliards d'euros. Le taux de 0,7 % est a priori crédible même si de nombreux instituts penchent pour une croissance tournant entre 0,5 à 0,6 %.

Le chômage, une légère accalmie attendue fin 2014
Selon l'INSEE, l’emploi dans les secteurs marchands non agricoles a reculé au premier trimestre 2014 avec une destruction de 22 000 postes. L'INSEE ne prévoit pas d'amélioration sensible du marché de l'emploi marchand du fait de la faible croissance. En revanche, l'institut croit aux effets des emplois aidés qui devraient aboutir à une croissance de l'emploi total. Ainsi, en 2014, l’emploi non marchand serait en hausse. Au premier semestre, avec 22 000 postes comme au second avec une progression attendue de 38 000 postes, l’emploi total progresserait donc de 54 000 postes en 2014, après avoir crû de 55 000 en 2013.

Cette progression de l'emploi n'empêchera pas une hausse du chômage du fait de l'augmentation de la population active. Au premier trimestre 2014, le taux de chômage s’est stabilisé à 10.1 % de la population active en France en moyenne (9.7 % en France métropolitaine). Au deuxième trimestre, le taux de chômage augmenterait à nouveau légèrement avec 10.2 % (9.8 % en France métropolitaine). L'INSEE table simplement sur une stabilisation au cours du second semestre.

L'inflation, calme plat sur les prix, quelle conséquence pour le livret A ?
Pour l'INSEE, il n'y a pas de hausse à attendre de l'inflation qui devrait rester inférieure à 1 % si le Gouvernement appliquait la formule à la baisse du taux de rendement du Livret A. Mais, il ne devrait pas suivre sur ce terrain les recommandations du Gouverneurs de la Banque de France. Le glissement annuel des prix à la consommation devrait être, en 2014, de +0.7 %. L'INSEE table sur une légère remontée de l'inflation à la fin de l'année.

Bonne nouvelle, le pouvoir d'achat en hausse
Toujours, selon l'organisme statistique, le salaire moyen par tête aurait augmenté au premier trimestre 2014 de 0.6 %. Mauvaise nouvelle en revanche, le salaire moyen par tête ne connaîtrait qu'une faible hausse de (+0.3 %) au deuxième trimestre. En moyenne, en 2014, les salaires réels accéléreraient légèrement avec une hausse de +1.0 % après une hausse de +0.8 % en 2013. Bonne nouvelle, après un recul en 2012 de 0.9 % lié à l’augmentation des impôts, le pouvoir d’achat des ménages s’est stabilisé en 2013, grâce au recul de l’inflation (+0.6 % après +1.4 % en 2012). En 2014, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages est prévu en hausse de 0.7 % du fait d'un ralentissement de l’augmentation des impôts et des cotisations (avec +2.5 % après +4.2 % en 2013). En revanche, le gel des prestations sociales se ferait sentir.

La consommation sur un rythme de sénateurs
Pour la consommation, l'INSEE table sur une toute petite hausse de 0,3 %, comme en 2013.

Le yoyo de l'épargne continue
Le taux d'épargne joue au yoyo avec une hausse de 1,4 point au premier trimestre. Le taux passant à 16,1%, soit le plus haut niveau depuis le printemps 2011. Néanmoins, l'INSEE penche pour une baisse du taux d’épargne sur le reste de l’année 2014, s’établissant à 14.7 % au quatrième trimestre, soit le même niveau qu’un an auparavant. En moyenne annuelle, il progresserait de 0.3 point à 15,4 %.

Le début de la rigueur pour les dépenses publiques
La rigueur au niveau des dépenses publiques commencerait à se faire ressentir. En effet, la consommation publique progresserait de 0,3 % par trimestre d’ici fin 2014 avec une hausse en moyenne sur l’année qui serait de 1.6 % contre 1,89 %,en 2013. L'’investissement public en ferait les frais avec un recul en première partie de l'année accentuée par le cycle électoral municipal. Il se stabiliserait d’ici fin 2014.

L'investissement toujours en panne
Au premier trimestre 2014, les ménages sont prudents en matière d'investissement. L'investissement dans les logements neufs a continué de baisser pour le neuvième trimestre consécutif (-2.6 % après -2.2 %). Compte tenu de l’acquis au premier trimestre 2014, la baisse de l’investissement des ménages s’accentuerait en 2014 (-6.7 % après -3.1 % en 2013), le plus fort repli depuis 2009.
L’investissement des entreprises est à nouveau orienté à la baisse avec une chute de 0,5 % au premier trimestre 2014. D’ici la fin de l'année 2014, l’investissement des entreprises devrait selon l'INSEE augmenter à un rythme modéré (+0.2 % en moyenne par trimestre).
Les prévisions de juin 2014 de l'INSEE corrigent à la marge les prévisions du Gouvernement. Même si l'Institut attend une amélioration très légère de la conjoncture économique, de nombreux indicateurs demeurent dans le rouge. Il faut souligner que la panne de l'investissement constitue un élément inquiétant pour le futur de l'économie française. L'INSEE considère néanmoins que le crédit d'impôt compétitivité devrait améliorer la compétitivité des entreprises d'ici la fin de l'année.

Philippe Crevel
www.philippecrevel.fr

-------------------------------------------------------

11H15

Geopolitical tensions affect market dynamics

Equity markets in Europe post modest losses Wednesday morning, tracking falls in Asia and on Wall Street overnight as traders take cash off the table amid growing unease with the violence in Iraq.

This is the fourth day of losses for European stocks and comes after declines in Asian markets overnight and a weak session in the US where the S&P 500 slipped 0.6%– its biggest fall in two weeks.

On Tuesday, Syrian warplanes struck targets in western Iraq, killing at least 50 people. This rattled sentiment across global markets overnight, driving up oil prices. It's also being reported that insurgents are firming their hold on parts of Iraq, raising worries about their grip on the country.

Brent crude remains at elevated levels not seen since around September 2013 – Brent was last seen around $114.25 while Nymex was at around $106.72.

The Stoxx Europe 600 Index dropped 0.6% while London’s FTSE 100 was off 0.5% and Frankfurt’s DAX down by 0.7%. Standard & Poor’s 500 Index futures retreated less than 0.1% while the MSCI Asia Pacific Index fell 0.4%.

At the same time, Ukraine tensions are back at the forefront following reports that the US is preparing fresh sanctions on Russia aimed at specific areas of the Russian economy including energy and technology – the US is looking to add more pressure on Russia to further destabilise the situation there.

Outside of equities, the FX market was subdued with the US dollar largely unchanged in directionless trade amid the geopolitical instability and weaker stock market performance.The dollar declined to Y101.90 from Y101.96 while the euro was steady at $1.3608 against the USD and was at Y138.67 against the yen.

The UK pound is lower at $1.6952, under the $1.70 mark after its recent rally against the dollar cools following more dovish comments from governor of the Bank of England, Mark Carney who leaves the market second-guessing the timing of the first rate increase.

Overnight in Asia, the geopolitical fears hit anxious traders causing stocks to fall with the Shanghai Composite down 0.6% while the Hang Seng off by 0.2%.Tokyo’s Nikkei 225 down 0.7% as invested digested Tuesday’s announcement of structural reforms from Prime Minister Shinzo Abe.

Looking ahead, we have the third reading of US GDP data for the first quarter which is forecast to show the world’s largest economy shrank 1.8% during the period – this figure would be revised lower from its second reading of 1% after the severe winter in the US. Together with GDP figures, we also have durable goods orders to watch out for.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H00

Good Morning Finyear Readers!

European equities are trading lower this morning as further escalation in Iraq is taking its toll on stock markets around the world.

Plenty of uncertainty what Iraq is concerned and the possibility that this conflict spreads across the entire region and possibly even threatens oil supplies has led to traders currently preferring a risk-off approach and consequently shying away from stocks.

Furthermore with major central bank meetings out of the way and neither the Fed nor the ECB likely to take any further action in the near future economic data is taking a bit of a backseat at the moment.

There is some worry between investors that the EU might decide to soften the stability pact. Although nothing has been decided yet, any softening could quickly undermine investor’s confidence again and make any future measure to combat a crisis also less credible.

Overall short-term sentiment especially for European shares is neutral to slightly negative with traders looking to sell rallies in the indices for now. However long-term investors are still comfortable with current levels and valuations and looking out to take advantage of cheaper prices to add to their existing positions.

Much of the near term direction will depend on events unfolding in Iraq and if the Iraqi government succeeds in securing enough support to stem the advances of the insurgents.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

10H15

UBS daily roundup - Viva, Las Vegas

Paul Donovan daily briefing.

• Prime Minister Abe of Japan has announced his plan to resolve a quarter century of economic sclerosis: Casinos. There are other policy initiatives but they are mostly delayed. Casinos are fast tracked. Perhaps this is a cunning plan to wrest wealth from the older generation?

• The trend of stronger US data is somewhat reversed today with the release of revised GDP for the first quarter. Using the fiction of annualisation, we expect a -2% reading. Blame the Europeans, as weaker exports are part of the revisions.

• The Fed's Williams was sounding typically dovish yesterday in suggesting it would be two years before the US was back to normal (in our view it is close to trend growth and the natural rate of unemployment already). The Fed's Dudley reiterated that he saw rate hikes mid 2015.

• German consumer confidence is due in the wake of softer corporate sentiment data. Italian retail sales are a painful reminder of the domestic demand problems of that economy. The UK CBI distributive trade survey should signal consumer strength.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

9H30

Les tensions géopolitiques maintiennent les marchés sous pression

Marchés Actions : Sur les marchés actions, la séance d’hier a été marquée par la dichotomie observée entre l’économie européenne et celle des Etats-Unis. D’un côté, le Vieux Continent peine à retrouver une reprise économique, alors que l’économie américaine affiche un redressement encourageant pour les investisseurs. C’est tout du moins ce que semblent indiquer les annonces d’hier. En Allemagne, le sentiment des entreprises allemandes s'est dégradé, en laissant entrevoir une préoccupation du milieu des affaires liée au contexte géopolitique mondiale et à la faible croissance économique européenne. L'indice du climat des affaires IFO, est ressorti à 109,7 en juin contre 110,4 en mai. Cela vient souligner le ralentissement de la première économie d’Europe, ce qui pourrait pénaliser l’ensemble de la zone euro. En France, un rapport de l’INSEE a dévoilé que le PIB français ne devrait progresser que de 0,7% cette année, contrairement aux projections de 1% diffusées par le gouvernement.

De l’autre côté de l’Atlantique, la confiance des consommateurs étasuniens s’est améliorée en juin, l’indice établi par le Conference Board ayant augmenté de 3 points, à 85,2. Cela constitue son meilleur niveau en plus de 6 ans. Par ailleurs, les ventes de logements neufs ont progressé de 18,6 % le mois dernier, une valeur qui n’avait pas été observée depuis janvier 1992 et qui confirme la reprise de l’économie étasunienne.

Entre ces deux réalités, les places européennes ont clôturé la séance en ordre dispersé. Le CAC 40 est resté proche de l’équilibre avec une hausse symbolique de 0,06 % à 4 518,34 points. A Francfort, le DAX a pris 0,17 % à 9 938,08, alors qu’à Londres, le FTSE a cédé 0,20 % à 6 787,07 points.

Aux Etats-Unis, les investisseurs ont accordé plus d’attention à la crise en Irak qu’aux annonces encourageantes pour leur économie. En effet, l'offensive de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) et de ses alliés sunnites dans le Nord et l'Ouest de l’Irak a permis aux Kurdes, qui rêvent d'indépendance depuis des années, de redessiner à leur guise les limites de la région. Ils ont pris possession de Kirkouk et de ses gisements pétroliers ainsi que d’autres régions stratégiques, ce qui permettrait d’assurer la viabilité d’un Etat souverain. En quelques jours, leur territoire a gagné pas moins de 40%. Ainsi, l'indice Dow Jones a ainsi abandonné 0,7% à 16.818,13. Le Standard & Poor’s 500 a perdu 12,63 points, soit 0,64%, à 1 949,98 après être monté à un record en « intraday » de 1 968,17. Quant au Nasdaq Composite, il a reculé de 18,32 points à 4.350,36, soit une perte de 0,42%.

Avec ce précédent, les bourses européennes sont attendues à la baisse aujourd’hui. D’après les dernières indications disponibles, le CAC 40 pourrait perdre jusqu'à 0,7% à l'ouverture, le Dax à Francfort pourrait abandonner 0,5% et le FTSE londonien reculerait de 0,6% à l’ouverture.

Forex : Sur le marché des changes, la monnaie unique continue d’évoluer aux encablures des 1,3605 face au billet vert qui, de son côté pâtit des dernières annonces de la Fed. Pourtant, contrairement à la zone euro qui a révélé des PMI et un IFO en dessous des attentes, les Etats-Unis ne cessent d’afficher des indicateurs encourageants. Au cours de la séance de mardi, le moral des ménages américains s’est établi à son plus haut niveau depuis janvier 2008 pour le mois de juin. Le marché immobilier fait également bonne figure avec des ventes de maisons neuves qui ont progressé de 18,6% sur le mois de mai. Ces données viennent accompagner les récentes statistiques américaines globalement positives : l’indice PMI est également à son plus haut depuis 2007 et l’indice des prix à la consommation fait de un nouveau record depuis février 2013.

Dans ce contexte, on pourrait s’attendre à ce que le dollar prenne largement le pas sur sa consœur européenne qui, à terme, devrait perdre de sa valeur avec les nouvelles mesures de la BCE. Or les marchés font face à une volatilité très faible sur les dernières séances ; les indicateurs sont de plus en plus négligés au profit des annonces des principales banques centrales. Les cambistes gardent donc à l’esprit le discours de Madame Yellen plutôt que ces résultats encourageants pour le moment.

On constate néanmoins que le cross EUR/USD reste principalement orienté à la baisse à moyen terme. La paire évolue dans un range de plus en plus restreint et peine à casser le niveau des 1,36200 sur les derniers exercices.

Au chapitre des paires en yens, l’euro et le dollar cède un peu de terrain face à la devise nippone. Le billet vert valait 101,91 yens ce matin contre 101,98 yens la veille. Après avoir entrepris une forte hausse vers sa résistance des 102,22 yens la veille, le cross USD/JPY s’est à nouveau effondré sur son support des 101,63 yens. La paire se stabilise ce matin dans l’attente des nouvelles publications de la journée. Nous attendons notamment les commandes de biens durables pour mai ainsi que la troisième estimation du PIB américain.

En parallèle, La parité EUR/JPY récupère ce mercredi matin une partie des pertes enregistrées la veille aux encablures des 138,780 yens après avoir touché un plus bas de 138,547 yens dans la nuit. Le cross continue d’osciller entre son support des 138,50 yens et sa résistance des 139,00 yens depuis le début de la semaine, et pour le moment, aucun catalyseur n’arrive à donner une tendance ferme à la parité.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux pétroles de référence évoluent en ordre dispersé ce matin. Le WTI engrange 0,61% à 106,68$ tandis que le Brent recule de 0,20% à 114,23$. Le WTI progresse pour la première fois en trois jours suite aux signes de l’administration américaine qui pourrait assouplir les conditions et restrictions d’exportation du WTI. Cette décision est envisagée car la production et les stocks de pétrole aux Etats-Unis restent proches de leurs plus hauts niveaux depuis les années 1980 grâce aux nouvelles technologies et techniques de forage. Il y a deux semaines, la production a atteint un niveau record à 8,5 millions de barils par jour, soit le plus élevé depuis Octobre 1986. De plus l’industrie pétrolière fait pression sur le président Barack Obama pour mettre fin à près de 41 ans d’interdiction de la majorité des exportations de pétrole.

Du côté de l’Irak, les premiers conseillers militaires américains ont commencé à évaluer l’ampleur et la complexité du conflit. Un petit contingent des forces américaines a débuté sa mission qui consiste à récolter des renseignements, ainsi que d’établir un centre des opérations à Bagdad, alors qu’aucune menace ne pèse sur la région Sud à l’heure actuelle. Rappelons que, selon les estimations, la région Sud du pays permet la production d’environ 75% du pétrole du pays.

Au niveau des métaux précieux, c’est une journée en territoire négatif qui commence. Le métal jaune perd 0,31% à 1 314,21$, tout comme l’argent qui cède 0,34% à 20,85$. L’or subit une pression baissière alors qu’il s’échange à son plus haut niveau depuis deux mois, ce qui décourage l’achat physique du métal jaune et pourrait encourager une série de vente et de prise de bénéfice. De plus, aux Etats-Unis les ventes de logements neufs ont augmenté, tout comme la confiance des consommateurs qui s’est améliorée, ce qui atteste une nouvelle fois de la solidité de la reprise économique américaine.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

Calendrier économique :

FY Daily Briefings - 25 juin 2014 (#11 - 17H00)
-------------------------------------------------------

20 juin 2014

La zone euro se remet de la crise

Global Network News - Juin 2014 - Natixis AM.

Depuis 2009, les 18 pays de la zone euro mettent tout en oeuvre pour sortir de la crise de la dette souveraine qui a plongé l’union monétaire dans une récession inédite et a menacé sa survie. La reprise semble enfin se consolider.

Les données économiques présagent une faible croissance pour cette année et la prochaine. Les coûts d’emprunt des pays ont baissé, même pour les plus endettés d’entre eux. Le Portugal a récemment annoncé qu’il n’aurait pas besoin de recourir à un second plan de sauvetage, et la Grèce a fait son retour sur le marché obligataire pour la première fois depuis quatre ans. Mais la région a encore beaucoup d’obstacles à surmonter, notamment les craintes déflationnistes croissantes, l’atonie de la croissance et le niveau inquiétant du chômage.

Quatre experts de Natixis Global Asset Management nous donnent leur avis sur le futur de l’euro, les craintes déflationnistes, le risque géopolitique lié à la Russie et les opportunités d’investissement susceptibles de se présenter dans la région.

Bruno Crastes Directeur général H2O Asset Management :

« L'euro n'est pas mort, vive l'euro ! », déclare Bruno Crastes. L'euro a finalement réchappé à la mort que beaucoup redoutaient et que certains espéraient. Bruno Crastes pense aujourd'hui que les forces de divergence nées de la crise ont laissé place à une dynamique de convergence qui commence tout juste à produire ses effets.

« Chaque phase a ses propres logiques auto-entretenues. Le cercle vertueux de réduction des primes de risque et de résorption des déséquilibres extérieurs en place depuis 2012 ouvre la voie à une vague de convergence économique qui devrait déterminer le futur visage de la zone euro. » Une nouvelle ère de croissance s'ouvre ainsi, tirée par les pays « périphériques », parmi lesquels la Grèce, le Portugal, l'Espagne, l'Irlande et l'Italie.

Avec le ralentissement économique de la Chine et la dégradation des perspectives de croissance des pays émergents, l’Allemagne pourrait bien voir dans la reprise des pays périphériques un facteur de croissance opportun. « Ce ne serait qu’une récompense méritée pour un pays qui aura finalement maintenu la maison euro en acceptant de mettre sa crédibilité au service d’une plus grande solidarité au sein de l’union monétaire », explique Bruno Crastes.

Les sceptiques objecteront que la situation économique reste extrêmement difficile pour la plupart des pays périphériques. Toutefois, Bruno Crastes la voit comme un héritage du passé. « Pour ceux qui s’intéressent à l’avenir, les conditions d’une reprise durable dans le cadre de l’union monétaire sont bel et bien en place : une compétitivité en constante amélioration et un fort potentiel de demande intérieure », explique Crastes.

Certes, ces pays sortent tout juste d’une double récession (2009-2012), un événement rare dans l’histoire économique moderne. Mais Bruno Crastes cite l’exemple des États-Unis après les récessions de 1980 et 1982, et indique que les forces de reprise cyclique peuvent redoubler après une telle crise. « Paradoxalement, c’est exactement quand la situation économique est promise à des jours meilleurs que la prudence à l’égard des perspectives économiques est la plus grande. »

Comme les épisodes d’ajustement l’ont montré dans le passé, les efforts mis en oeuvre pour rendre l’offre plus efficace peuvent avoir un impact durablement positif sur le potentiel de croissance des pays à moyen et long terme. « Les réformes sur l’offre mises en place aux États-Unis et au Royaume-Uni au cours de la première partie des années 80 ont sorti ces pays de la stagflation des années 70 et ouvert une ère de prospérité et de baisse du chômage », explique Bruno Crastes. Selon Bruno Crastes, le bienfait le plus notable de la reprise actuelle dans les pays les plus touchés par la crise de la zone euro réside dans le fait qu’elle donne un sens aux efforts fournis et qu’elle crédibilise et soutient la stratégie mise en oeuvre. « Il n’est pas étonnant que les Allemands, les Finlandais et les Slovaques aient été les plus exigeants au coeur de la crise. Dans leur histoire récente, ces pays avaient déjà dû consentir aux efforts initialement requis des pays en crise. C’est sur la base de leur propre expérience qu’ils ont exigé des réformes structurelles comme condition préalable à une plus grande solidarité européenne », explique Bruno Crastes.

Philippe Waechter Chef économiste Natixis Asset Management :

La situation collective de l’Europe a changé en bien, selon Philippe Waechter, qui rappelle que l’on n’entend plus parler du risque d’éclatement de la zone euro.

« Le risque systémique observé en Europe en 2011 et 2012 avec la crise de la dette souveraine s'est considérablement réduit grâce à Mario Draghi, président de la Banque européenne, et à toutes les réformes institutionnelles qui ont été menées. Mais il ne faut pas pour autant s'attendre rapidement à une trajectoire de croissance bien équilibrée. Il reste des signes de fragilité susceptibles de semer le trouble dans la zone euro », affirme Philippe Waechter.

Pour commencer, la reprise reste faible en Europe, comme en témoigne la croissance du PIB au premier trimestre 2014. « Les chiffres de croissance sont restés nuls en France et négatifs en Italie, aux Pays-Bas, en Finlande et au Portugal. Les investissements européens ont tellement baissé par rapport au niveau d’avant-crise que les gains de productivité futurs seront inévitablement bas. Avant la crise, la croissance se chiffrait à 2 % en moyenne, alors qu’aujourd’hui une croissance de 2 % est plus un objectif de haut de cycle. Cela risque de fragiliser le marché du travail dans les années à venir. »

La difficulté supplémentaire est que l'Europe a souffert dernièrement d'une dévaluation interne par le biais d'une baisse des coûts pour accroître sa compétitivité. Dans un contexte de faible demande interne, certains pays de la zone euro ont donc misé sur le développement de leurs exportations pour améliorer la situation. « Mais avec le cours élevé de l'euro, le plus gros de la compétitivité disparaît sur le marché mondial, explique Philippe Waechter. Cela renforce la concurrence entre les pays de la zone euro renforçant alors le risque de déflation. Au bout du compte, des réformes structurelles devront être menées pour accroître la productivité et la rentabilité, mais cela prendra du temps. Ce qui signifie qu’à court terme, la dynamique économique restera faible. »

Outre ces questions de perspectives économiques, il reste le problème de la viabilité de la dette européenne, constate Philippe Waechter. « Au cours des derniers mois, les importantes entrées de capitaux ont entraîné une baisse des taux d'intérêt en Espagne, en Italie et dans d'autres pays périphériques. Mais pour la plupart d'entre eux (en particulier l'Espagne), aucune trajectoire viable ne se dessine ».

Il va également falloir surveiller le nombre de sièges parlementaires gagnés par des candidats anti-européens lors des prochaines élections européennes, car cela a généralement un impact négatif sur les marchés. « À l'issue de ces élections, quel type de pouvoir aura le Parlement européen ? Et quels effets aura le scrutin sur les gouvernements à travers l'Europe ? », se demande Philippe Waechter.

Laura Sarlo CFA, Analyste dette souveraine senior Loomis, Sayles & Company :

Est-ce trop tôt pour se réjouir de la situation économique de la zone euro ? Selon Laura Sarlo, la reprise économique de l’Europe est faible et inégale, et les marchés attendent de voir si la Banque centrale européenne (BCE) prendra des mesures supplémentaires pour lutter contre le risque de déflation dans la zone euro.

« Avec les importantes capacités excédentaires sur les marchés du travail et de produits, et le processus continu de désendettement engagé par les institutions financières, les entreprises, les ménages et les gouvernements, la zone euro devrait enregistrer une croissance lente dans les années à venir, avec une légère pression à la hausse sur les prix. L'économie reste donc sensible aux risques de chocs et de déflation en cas d'affaiblissement de la reprise mondiale. »

Laura Sarlo estime que pour empêcher que ces scénarios négatifs se réalisent, la BCE ne tardera pas à réagir et qu’elle prendra rapidement des mesures agressives. « Si la dynamique du crédit périphérique continue de montrer des signes d’amélioration, nous craignons que la BCE laisse passer sa chance. Les points d’inflexion du crédit sont généralement en décalage de trois à six mois par rapport à la reprise de l’activité. Comme le PIB de la zone euro est revenu en territoire positif au troisième trimestre 2013, le point d’inflexion du crédit ne devrait plus être très loin. Les données des enquêtes auprès des banques espagnoles et italiennes vont dans ce sens », indique Laura Sarlo.

Selon les enquêtes sur la distribution du crédit menées auprès de la Banque d’Italie et de la Banque d’Espagne (au 27 mars 2014), les banques italiennes et espagnoles rechignent de moins en moins à prêter, et la demande de prêts des ménages et des entreprises ne baisse pas aussi vite qu’elle a pu le faire dans le passé. De plus, le rebond des obligations d’État périphériques a laissé place à des rendements inférieurs aux taux auxquels les banques peuvent émettre des prêts, ce qui favorise une reprise des prêts en 2014, à l’heure où se terminent l’examen de la qualité des actifs et les tests de résistance de la BCE. Selon Laura Sarlo, cette modeste amélioration de la dynamique du crédit représente un Catch-22 pour la BCE. « Un retour à la normale des conditions de prêts aux pays périphériques ne fera pas disparaître l’écart de production qui subsiste en Europe. En revanche, l’amélioration de la dynamique du crédit risque de compromettre les chances d’intervention de la BCE. »

La vigueur de l’euro maintient l’inflation au plus bas
La vigueur de l’euro est tenue comme principale responsable de la désinflation en Europe. Laura Sarlo explique que les exportations nettes ont joué un rôle essentiel dans la reprise économique naissante de la zone euro et qu’en 2013, la vigueur de l’euro semble avoir annulé la performance des exportations, y compris pour l’Allemagne.

Les décideurs politiques comme Mario Draghi, président de la BCE, ont eu beau essayé de dévaluer la monnaie, leurs efforts n’ont jusqu’alors pas eu les effets escomptés. Avec des prix à la consommation en hausse de seulement 0,7 % en avril, bien en-deçà de l’objectif de 2 % fixé par la BCE, Laura Sarlo anticipe de nouvelles mesures d’assouplissement monétaire dans les mois à venir. La BCE est attendue au tournant lors de sa réunion du 5 juin prochain.
Les commentaires ci-dessus sont tirés du livre blanc de Laura Sarlo Deflated expectations: euro area price stability & the ECB.

Matthew Eagan CFA, Gérant Taux Loomis, Sayles & Company :

Matthew Eagan estime que de nombreuses réformes sont encore nécessaires avant de pouvoir parler de la « fin » de la crise de la zone euro. Cela étant dit, le plus fort de la crise, incluant le risque de chute du système bancaire, est derrière nous.

« Le système bancaire va mieux grâce aux mesures mises en oeuvre ces dernières années par la Banque centrale européenne et par d’autres gouvernements. L'économie européenne reprend également des forces, mais pas suffisamment », affirme Matthew Eagan.

Matthew Eagan souligne que la région a cruellement besoin d’un regain de croissance. Pour stimuler l’activité économique, il estime que la BCE devra renforcer sa politique d’assouplissement monétaire et aller plus loin dans ses rachats d’actifs.

« Face à une Fed qui devance le marché international en termes de resserrement monétaire et à une Banque d'Angleterre qui envisage de durcir sa politique en 2014, la BCE devrait au contraire prôner davantage d'assouplissement. Et je pense que c'est de bon augure pour la zone euro », confie Matthew Eagan.

Matthew Eagan se réjouit également du rétablissement des pays périphériques, comme la Grèce, le Portugal, l’Espagne, l’Irlande et l’Italie. « Le marché obligataire a bénéficié d’un resserrement des spreads. Mais ces pays ont encore beaucoup d’obstacles à surmonter, la croissance étant le premier d’entre eux », explique-t-il. Si les pays périphériques ne trouvent pas la recette de la croissance, le poids des dettes risque d’engendrer des difficultés ultérieures.

Les mesures russes pourraient renforcer l’UE

Matthew Eagan et ses collègues de Loomis Sayles surveillent de près l’évolution géopolitique du conflit russo-ukrainien. « L’attitude agressive de la Russie change clairement les règles du jeu pour l’Europe », explique-t-il. Matthew Eagan estime également que les mesures mises en place par Poutine peuvent renforcer l’unité de l’Union européenne et relancer la croissance. « Pour diffuser sa puissance extérieure, il faut une croissance interne solide », précise Matthew Eagan.

DÉFINITIONS & INFORMATIONS
Le cycle du crédit correspond à un modèle économique cyclique caractérisé par une croissance ou reprise économique quand les taux d’intérêt des emprunteurs ont tendance à augmenter, et par une récession quand ils ont tendance à baisser.
La désinflation est un ralentissement du taux d’inflation des prix, utilisé pour décrire les situations où le taux d’inflation a légèrement baissé à court terme.
La crise de la zone euro est une crise durable qui touche les pays de la zone euro depuis début 2009, quand un groupe de 10 banques d’Europe centrale et orientale ont demandé un plan de sauvetage.
La stagflation caractérise une situation de faible croissance économique et de chômage relativement élevé – une période destagnation – accompagnée par une hausse des prix (inflation).
La réduction de l’assouplissement quantitatif (QE) renvoie au projet du gouvernement américain de diminuer les mesures de relance économique mises en oeuvre depuis décembre 2008. L’assouplissement quantitatif consiste en l’achat par la banque centrale de bons du Trésor et de titres adossés à des créances hypothécaires émis par des agences pour maintenir des taux d’intérêt bas.
CFA et Chartered Financial Analyst sont des marques déposées du CFA Institute.

INFORMATIONS LEGALES
Les analyses et opinions exprimées sont celles des filiales de Natixis Global Asset Management référencées dans ce document à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ce document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des filiales de Natixis Global Asset Management. Des événements imprévus peuvent se produire. Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres Clients Professionnels ou Investisseurs Qualifiés et, lorsque la réglementation locale l’exige, uniquement sur demande écrite de leur part.
ngam.natixis.com

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- AExecutive accompagne le groupe Streiff dans la reprise de la société - Aster Alpes 25/06/2014
- Stéphane Lericq, accompagné des managers et BNP Développment, devient actionnaire majoritaire du Groupe Wings (Sloveg) 24/06/2014
- Fab’entech finalise une levée de fonds de 5 M€ 24/06/2014
- Le groupe Amplitude acquiert la société suisse Ortos 24/06/2014
- Intermediate Capital Group accompagne le MBO de Staci 24/06/2014
- Sarenza s’apprête à lever 74 M€ auprès de HLD et Bpifrance 24/06/2014
- Vaughan Avocats conseille le producteur de caviar HUSO dans sa 2ème levée de fonds d’un montant de 745,000€ 24/06/2014
- Le Groupe Bénéteau accélère son développement en Amérique du Nord avec l’acquisition de RecBoats 24/06/2014
- Axel Springer entre au capital de Qwant 24/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

16 juin 2014

La Banque de France : parution de Conjoncture Commerce de détail de Mai 2014

Au cours des trois derniers mois, les ventes du commerce de détail incluant les ventes par internet, progressent légèrement en volume
- légère progression des ventes du commerce de détail au cours des trois derniers mois ;
- amélioration des ventes de produits industriels en glissement sur trois mois, du fait de la forte contribution de l’électronique grand public ;
- augmentation des ventes à distance (ventes internet incluses) sur les trois derniers mois.
Enquête Mensuelle de Conjoncture Commerce de détail - Banque de France :
www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/conjoncture-commerce-de-detail.html

Banque de France
banque-france.fr


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mercredi 25 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs