Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 24 juin 2014 (#6 - 15H15)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 24 juin 2014 (#6 - 15H15)
15H15

Iraq’s crisis s affects the UAE market

The United Arab Emirates’ Dubai market entered a bear market yesterday, dropping 20% from its peak in May as worries about the housing market motivated traders to reduce their holdings. At the same time, growing fears about the wider fallout of the Iraqi violence has added to the sour tone.

On Tuesday, the DFM General Index fell 6.7% which is the most since August last year to stand at 4,009.01 at the close. There is a possibility that traders are liquidating positions as a result of the current situation in Iraq which has eaten at sentiment in the Emirate region.

Today's slump on the Dubai market is the worst since October 2008. Construction and real estate companies have felt the pressure with the largest listed construction company in the UAE and Dubai’s most traded stock, Arabtic Holding, falling almost 10% amid uncertainty about its corporate restructuring following confirmation that the company is reducing staff numbers.

Shares in Arabtic Holding gained since the beginning of 2012 amid a boom in real estate, trade and tourism in the wake of the Arab Spring. That’s now changed with even the United Arab Emirates’ central bank suggesting that, on June 8th, there are signs the property market may be overheating, fuelling stock declines.

Shares in Emaar Properties, the developer of the world’s tallest tower, fell 3.4% - Emaar has the biggest weighting on Dubai’s index. Property developer, Deyaar Development fell around 10%.

Dubai stocks rallied sharply last year as investors fell back in love with equities and showed excitement to news that the Emirates had been upgraded to emerging market status by MSCI. That excitement seems to have changed in the last month as the concerns in the property market and situation in Iraq is appear unlikely to be resolved any time soon.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

11H30

Asian markets on the rise tied to positive US data

Major equity benchmarks however, enjoyed a rebound with bargain hunters looking to snap up cheap prices. The Stoxx Europe 600 Index gained 0.4% while the FTSE 100 in London added 0.3% and the DAX in Frankfurt up 0.2%.

In FX markets, the dollar gains some ground following recent weakness on the back of dovish Fed comments while the euro is steady at the $1.36 mark and UK sterling flat at the $1.70 level.

The Japanese yen nudged higher against the US dollar after possible indications that the Bank of Japan sees no urgent need inject further stimulus. The Nikkei 225 pared session losses to trade a little higher by the start of the European session.

BoJ Governor Haruhiko Kuroda in speech said that the central bank’s mission was to “ensure price stability” irrespective of the level of potential economic expansion. That means he is reluctant to add further stimulus into the economy as he’s suggested before to markets.

Other Asian markets rose overnight; Hong Kong’s Hang Seng Index rose 0.4% while the Shanghai Composite Index added 0.3% and South Korea’s Kospi index climbed 1%.

Much of the strength in Asia was attributed to the better tone out of the US markets on Monday after data showed US existing homes sales climbed 4.9% Markit’s US manufacturing report showed growth up at 57.5 in June from 56.4 in May.

Looking ahead, market participants have all eyes on US economic data with the Conference Board’s consumer confidence report in focus. We also have fresh data from the US housing market to watch for.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H15

Dédramatisons l’épisode BNP Paribas

Une analyse de Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

Longtemps considérée par le gouvernement français comme une punition des autorités américaines, l’amende infligée à BNP Paribas doit être remise dans le contexte américain. A savoir que, depuis la crise des subprimes, Washington a accru sa vigilance et son contrôle des grandes banques internationales qui ont été sauvées de la faillite par les aides étatiques et les dispositifs mis en place par les banques centrales.

Le regain de surveillance est simplement la traduction politique par l’aide gauche du parti démocrate d’un vent de contestation porté par la société civile, à travers notamment le mouvement Occupy Wall Street.

D’autres banques, y compris des banques américaines de premier plan, ont été contraintes de payer des amendes tout aussi sévères que BNP Paribas. La principale différence dans ce dossier est que la banque française devrait être interdite pendant quelques mois de pratiquer des opérations de compensation en dollars.

Il est indéniable que les autorités américaines cherchent ainsi à faire un exemple. Plus l’interdiction sera longue, plus cela avantagera la concurrence. Il n’est pas improbable que BNP Paribas perde ainsi quelques gros clients sans que cela n’affecte substantiellement le chiffre d’affaires de la banque.

Toutefois, au-delà du psychodrame national qui se joue, il est important de souligner que BNP Paribas garde la confiance des investisseurs. Le titre de l’action en bourse a faiblement chuté depuis les premières rumeurs concernant l’amende. C’est certainement le signe que, ce qui se joue actuellement, n’aura qu’un impact marginal à moyen terme sur la solidité de la banque et ses perspectives de croissance.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

10H15

UBS daily roundup - What the Anglo-Saxons do next

Paul Donovan daily briefing.

• German ifo sentiment data is due. While we probably should be excited by the release of German ifo sentiment, it seems hard to muster up too much enthusiasm. Maybe it is sentiment fatigue, maybe it is the fact that Germany is not that important to Euro policy these days.

• UK house price data and mortgage data are due. The mortgage data is important as it indicates the impact monetary policy may have on UK housing. We also have assorted Bank of England speakers before parliament today.

• US consumer sentiment may raise a flicker of interest in financial markets, but it is not a really major event. There is also the release of the Richmond Fed survey on the cards.

• We do have three Fed speakers today – Plosser, Williams and Dudley. They make a reasonably representative showing of Fed opinion, and as the end of quantitative policy approaches in October, the views of FOMC members on monetary tightening assume heightened importance.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed to slightly higher this morning on the back of firmer markets across Asia.

Focus this morning will be on the release of the German IFO index expected to show little change compared to the previous month despite no major progress has been made what the Ukrainian crisis is concerned. However, traders might treat the IFO with some caution as the recent escalation in Iraq and the threat that the conflict might spread across the region in the weeks ahead and the possibly impact on oil supplies isn’t fully reflected yet in today’s figures.

Later in the afternoon attention will turn towards US data with Consumer Confidence and New Home Sales expected to show a slight uptick compared to the previous months confirming that the rebound in economic growth is in progress and firmly established.

Overall short-term sentiment remains neutral to positive, however markets are currently lacking major impulses which would propel them to form the next leg to the upside instead many traders are looking to take advantage of any intra-day weaknesses and lower prices by continuing to buy dips.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-------------------------------------------------------

9H00

Les marchés, toujours hésitants, attendent l'IFO allemand

Marchés Actions : La séance de lundi a été marquée par les indices PMI. Tôt le matin, on avait appris la bonne performance du secteur manufacturier chinois, ce qui laissait espérer des bons résultats pour la journée. Cependant, les investisseurs ont appris que la contraction de l'activité en France, deuxième économie de la zone euro, s’est accélérée. En effet, l'indice PMI manufacturier de juin est ressorti à 47,8 points contre 49,4 points en mai. Pour le deuxième mois d’affilée, il se situe sous les 50 points qui séparent les phases de croissance des phases de contraction. Outre-Rhin, l’activité a été également décevante, avec un indice composite passant de 55,6 en mai à 54,2. Avec ces nouveaux chiffres, le ralentissement de la locomotive économique allemande est de plus en plus perceptible. Sur l’ensemble de la zone euro, l’activité économique est aussi ressortie en contraction, pour le deuxième mois consécutif, témoignant d’un essoufflement de la reprise économique.

Dans ce contexte, le CAC 40 est retombé sous les 4500 points, en « intraday », pour la première fois depuis le 5 juin. Finalement l’indice français accuse une perte de -0,57% à 4 515,57 points. A Londres, le FTSE cède -0,36% à 6 800,56, tandis que le STOXX 50 recule de 0,46% à 3 062,21. Le DAX de Francfort tire le pire des résultats, en repassant sous le cap des 10 000 points, suite à une chute de 0,66% à 9 920,92.
Outre-Atlantique, la situation est sensiblement différente. L’indice PMI manufacturier est ressorti à 57,5 points, au-delà des expectatives des économistes et du précédent de mai qui était de 56,4 points. Par ailleurs, les ventes de logements existants ont bondit de 4,9% sur le dernier mois. Malgré ces résultats forts encourageants pour la première puissance économique mondiale, le risque de ralentissement en zone euro, les tensions géopolitiques, en Russie et en Irak, ainsi que la perspective d’une nouvelle flambée des cours du pétrole ont freiné la progression des indices de Wall Street. Après six séances consécutives dans le vert, le Standard & Poor’s 500 a cédé 0,26 point (0,01%) à 1 962,61 points. De son côté, le Dow Jones a reculé de 9,82 points (0,06%) à 16.937,26 points. Enfin, le Nasdaq Composite est resté à l’équilibre en gagnant symboliquement 0,64 point pour une progression de 0,01% à 4 368,68.

A l’agenda du jour, les investisseurs garderont un œil ouvert sur l’indice IFO du climat des affaires en Allemagne. Plus tard, les regards se tourneront vers les Etats-Unis, avec les ventes de logements neufs pour le mois de mai et l’indice de confiance des consommateurs pour le mois de juin. D’après les prévisions, il devrait conserver une valeur similaire au mois précédent, avec une amélioration symbolique de 0,5 point à 83,5 points.

Forex : Sur le marché des changes, la monnaie unique se stabilise ce mardi matin face au billet vert après avoir cédé la veille. En effet, le cross EUR/USD reprend son souffle au lendemain des publications des PMI en zone euro qui ont été plus que décevants pour la plupart des analystes. Globalement l’activité du secteur privé a ralenti en juin dans la zone euro pour le deuxième mois consécutif. Néanmoins c’est le cas français qui inquiète le plus actuellement les investisseurs européens : l’activité du pays s’est contractée à son rythme le plus marqué depuis quatre mois. Les données positives en provenance de Chine et des Etats-Unis ont soutenu la tendance sur les principales places boursières ; pourtant quelques jours seulement après les annonces de la Banque centrale européenne, l’élan d’optimisme semble se tasser, plombé principalement par des catalyseurs en demi-teinte sur le Vieux Continent.

De ce fait, l’euro a rapidement dégringolé la veille sur un plus bas de 1,35734$, avant de récupérer timidement une partie des pertes enregistrées au cours de la séance. Les cambistes ont procédé à quelques achats à bon compte sur la paire phare du marché des changes. Elle s’établit finalement aux encablures des 1,36040$ ce mardi matin, le dollar restant tout de même fragilisé par les dernières mesures de la Fed.

Du côté des paires en yens, la devise nippone perd de sa valeur face à ses principales contreparties. Faute de catalyseurs en provenance du sol asiatique, tous les regards sont tournés vers les soubresauts américains et européens depuis la semaine précédente. Le cross USD/JPY se négocie à 101,950 yens après avoir entamé un rebond technique. Si le mouvement haussier venait à se confirmer au cours de cette séance, on peut s’attendre à un nouveau test de la résistance des 102,22 yens.

En parallèle, la parité EUR/JPY a cessé d’effectuer des mouvements erratiques et se stabilise sur les 138,750 yens ce matin. La paire après avoir fortement décroché la veille, a récupéré les pertes enregistrées, les cambistes adoptant une position attentiste vis-à-vis du yens avant l’intervention de Shinzo Abe. Le premier ministre japonais doit en effet dévoiler son troisième volet de son programme de réformes économiques ce mardi afin de lutter contre une déflation ancrée depuis 15 ans et de relancer la croissance.

Matières premières : Au chapitre des matières, le Brent chute pour une troisième journée, accompagné par le WTI, suite aux spéculations sur la production irakienne de pétrole. En effet, le conflit se maintient dans la région Nord du pays, alors que selon les estimations la région Sud du pays est responsable de 75% de la production d’or noir du pays. Les rebelles islamistes en Irak ont pris le contrôle de la raffinerie de Baiji dans le nord, et contrôlent désormais le territoire jusqu’à la frontière jordanienne. L’armée irakienne a abandonné leurs positions restantes au nord de Bagdad hier après deux semaines de combats. Néanmoins, ils ne sont pas encore tournés vers le Sud. Sur le territoire américain, les stocks de brut sont attendus à la baisse de 1,4 millions de barils selon des prévisions des analystes, tandis que les stocks d’essence pourraient avoir progressé de 1,5 millions de barils. On attendra aujourd’hui le rapport de l’American Petroleum Institute aujourd’hui avant le rapport du gouvernement demain.

Ce matin, le WTI s’échange aux encablures des 105,84$ soit une perte de 0,31% tandis que le Brent recule légèrement de 0,07% à 114,04$.

Du côté des métaux précieux, c’est une journée mitigée qui commence. Le métal jaune recule de 0,16% à 1 315,38$, tout comme l’argent qui abandonne 0,14% à 20,85$. L’or continue de subir une pression baissière suite à une baisse de la demande d’achat physique d’or, principalement dans les pays émergents asiatiques. Rappelons que l’or s’échange à son plus haut niveau depuis plus de deux mois après avoir enregistré une forte progression la semaine dernière suite au discours de la FED de la présidente de la FED, Janet Yellen, qui a indiqué vouloir maintenir des taux d’intérêts bas pour une longue période.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

19 juin 2014

Inde - le changement, c’est maintenant

Convictions - Mensuel juin 2014 - CPR AM

L’élection de M. Modi à la tête du gouvernement indien est-elle la seule explication du rebond du marché indien ?

La tendance baissière du marché boursier indien s’est inversée dès la fin de l’été 2013, effaçant dès l’automne les effets négatifs de l’annonce d’un changement de politique monétaire américaine. Les investisseurs ont voulu saluer la rapidité de réaction des autorités, visant en particulier à réduire drastiquement le déficit courant, par des mesures de restriction des importations d’or notamment et, plus généralement, de contrôle des sorties de capitaux. L’autre élément rassurant a été apporté par la nouvelle direction de la banque centrale d’Inde. Le gouverneur, M. Rajan, a ainsi clarifié la communication de l’institution et mis en avant la priorité de la lutte contre l’inflation. Pour ce faire, il a relevé de 75 bps son taux de repo depuis septembre 2013 et adopté un objectif d’inflation à terme de 4% ±2 points, accompagné de deux objectifs d’inflation intérimaires, de 8% d’ici mars 2015 et 6% d’ici mars 2016. Le chemin est donc tracé. La réactivité des politiques mises en œuvre s’est traduite par un arrêt de la dépréciation de la devise, qui a repris 15% sur son plus bas du mois d’août 2013, et un regain d’intérêt sur les actifs indiens. La perspective d’un changement de gouvernement, après la campagne électorale conduite par M. Modi, fondée quasi exclusivement sur un programme de réformes économiques, est venue renforcer le sentiment positif sur le pays. L’élection confortable de M. Modi qui dispose d’une très large majorité est une nouveauté dans la vie politique indienne et un gage de capacité à gouverner sans chercher, comme par le passé, des compromis coûteux avec telle ou telle formation politique.

Que va faire M. Modi à très court terme ?

La pression est maintenant forte sur M. Modi. Son premier acte a été la nomination rapide d’un gouvernement resserré de 45 ministres au lieu de 71 dans le précédent, dans le but de simplifier le processus décisionnel. Les premières déclarations du ministre de l’Economie et des Finances sont en faveur de l’assainissement des finances publiques - l’autre déficit préoccupant du pays après le déficit courant - et pour la relance de l’investissement, M. Modi met également l’accent sur un renforcement de sa communication, avec notamment la création d’un site internet immédiatement après sa prise de fonction pour reprendre l’ensemble de ses interventions ! Il dispose d’une majorité absolue à la chambre basse, ce qui devrait lui permettre d’accélérer le processus de décision. Le renouvellement d’une partie des membres de la chambre haute est encore en cours. Même si toutes les lois ne nécessitent pas une adoption par les deux chambres, notamment en matière de finances, la chambre haute, représentant les différents Etats et territoires, a un pouvoir non négligeable. Le premier acte du gouvernement sera la présentation du budget de l’Union en juillet prochain, qui devrait mettre en avant l’objectif de réduction du déficit public et la réforme de la fiscalité. Le programme plus détaillé des réformes devrait être annoncé rapidement. Le gouvernement est très attendu également sur sa gestion des projets d’investissements lourds, pour le moment à l’arrêt, pris dans les méandres de la bureaucratie. Il devrait très rapidement s’attaquer à la simplification des procédures d’acquisition de terrains, investir dans les chemins de fer et le logement social mais surtout s’attaquer au retard considérable sur le marché de l’énergie et relancer l’industrie manufacturière, très faible au regard des concurrents asiatiques.

Les dernières données publiées sont positives mais les lourdeurs et les particularités de l’économie indienne sont toujours là…

Les dernières données publiées sont effectivement plutôt positives, avec notamment un indice PMI manufacturier stabilisé au-dessus de 50 dont les composantes de commandes et commandes à l’exportation accélèrent, une production dans le secteur des infrastructures en nette hausse, des ventes d’automobiles qui progressent de 10% en mai… Reste maintenant à connaître l’importance des pluies de la mousson de cet été. Compte tenu de l’importance du poids de l’agriculture dans le PIB (19%), et du fait que les prix alimentaires représentent plus de 50% de l’indice de prix à la consommation, les performances à venir de l’économie indienne en dépendront fortement. Certes, un vent nouveau semble souffler sur le pays mais la route est encore longue. Les spécificités de la société indienne, les expériences passées, avec notamment des programmes de réformes ambitieux, mais vidés de leur substance au cours du processus législatif, sont nombreuses. L’espoir est né du bilan de M. Modi à la tête de l’Etat du Gujarat pendant 12 ans. Les performances macroéconomiques ont certes été supérieures à la moyenne du pays, mais les inégalités sociales se sont accrues. Les recettes valables sur une petite échelle ne sont pas toujours transposables à l’échelle d’un pays de la taille de l’Inde. Les marchés veulent croire au début d’une nouvelle ère mais il faudra, selon toute vraisemblance, s’armer de patience avant d’en mesurer des résultats tangibles.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Unexo, CM-CIC Investissement et Capitem entrent au capital de Martin Calais 23/06/2014
- Bpifrance et Siparex investissent 10 M€ dans ECM Technologies avec InnovaFonds et Capida 23/06/2014
- Ateme lance son introduction en Bourse sur Euronext Paris 23/06/2014
- Alogolia boucle une levée de fonds de 1,2 M$ menée par Storm Ventures 23/06/2014
- Michel Chabanel succède à Louis Godron à la présidence de l’Association Française des Investisseurs pour la Croissance (AFIC) 23/06/2014
- Coblence & Associés conseille le groupe T’NB sur la cession de l’activité Appliplast à Multifinances 23/06/2014
- Gfi Informatique acquiert ITN et finalise l’acquisition d’Airial 23/06/2014
- Carrefour annonce le projet d’acquisition des activités de DIA en France 23/06/2014
- Apax Partners MidMarket va acquérir SK FireSafety Group 23/06/2014
- Groupe GO Sport négocie le rachat de Twinner France 20/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

16 juin 2014

La Banque de France vous informe de la parution du Stat Info Enquête mensuelle sur la distribution du crédit - mai 2014

Crédits aux entreprises : au mois de mai, le solde d'opinion des banques sur la demande de crédits de l'ensemble des entreprises est stable, légèrement négatif pour les PME.

Crédits à l'habitat et à la consommation : la demande de crédits à l'habitat perçue par les banques augmente quelque peu, tandis que celle relative aux crédits à la consommation est stable.

Consulter ce Stat Info :
www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/enquete-mensuelle-aupres-des-banques-sur-la-distribution-du-credit-en-france.html

Banque de France

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 24 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News