Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 22 mai 2014 (n°6 - 15H30)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 22 mai 2014 (n°6 - 15H30)

Rouble Rises as Eastern-European Tensions Ease Slightly, UK GDP Figures Released

European equities still mixed but the risk tone is improving following yesterday’s rally on Wall Street and an upbeat session in Asia after the Chinese manufacturing gauge climbed to a five-month high. Closer to home, geopolitical tensions are easing ahead of the Ukrainian elections on May 25. Ukrainian bonds are moving higher as a result, as is the Russian rouble versus the US dollar.

Russian president Vladimir Putin earlier this week pulled troops back from eastern Ukraine in a move seen as the first meaningful effort by Russia to de-escalate the situation. That was acknowledged by Nato today when they said they have seen limited Russian troop activity which could be an indication of withdrawal of Russian troops. It may be too soon to come to the conclusion that Russia is ending its aggression, but perhaps the superpower is thinking of living up to its international commitments, particularly ahead of Ukrainian elections.

That’s helped European markets stabilise further after the release of respectable PMI surveys from the euro zone which still point to growth and a bump up in Q2 GDP to the tune of around 0.5% growth for the period. US markets kick off the session little changed after Wednesday’s rally which saw the S&P 500 climb 0.8%, after the Federal Reserve said that continued stimulus doesn’t risk triggering a jump in the inflation rate, which they see remaining well below the 2% target.

Economic data out of the US so far shows weekly jobless claims increased by 28,000 to 326,000 in the week ended May 17, a little higher than forecast, but that being said, still not enough to warrant any nerves about the growth in the US labour market, which this year has been the driver of the improving fundamental growth story in America.

The big boost to equities, commodity currencies and industrial metals came after data from China showed the preliminary purchasing managers’ index from HSBC Holdings and Markit Economics increased to 49.7 in May, a five-month high – much better than the 48.3 median estimate by economists. Manufacturing data out of Japan was also positive, kicking up the Nikkei225 index but weighing on the yen – the two have an inverse relationship.

That said, there’s geopolitical risk in Asia with a military coup in Thailand, however, markets are taking it in their stride for now. Much of the focus earlier was on UK economic data in which manufacturing sector activity and output stayed solid in May, according to the Confederation of British Industry. The CBI's latest industrial trends survey of manufacturers shows output volumes are growing at the same rate as the previous two months.

On the downside, Q1 GDP figures from the UK showed the economy grew 0.8%, which was slightly below expectations, but again not enough to warrant any concern that the economy is losing steam, though it may provide another reason for increased resolve from the Bank of England to stay dovish for as long as they possibly can.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Trou noir pour l'économie française

Une analyse de Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque.

Après la croissance nulle du premier trimestre, les nouveaux indicateurs macroéconomiques de ce matin confirment le net décrochage de la France, au niveau mondial mais aussi au sein de l’Union monétaire.

Les PMI ont rechuté en phase de contraction tandis que l’indice du climat des affaires en mai est ressorti stable à 94 points, soit 6 points en-dessous de sa moyenne de long terme. Tout cela conforte l’idée qu’il n’y aura certainement pas d’accélération de la croissance au deuxième trimestre.

L’objectif officiel du gouvernement d’une hausse du PIB de l’ordre de 1% cette année ne sera vraisemblablement atteint que grâce aux effets d’une accélération de l’activité au niveau mondial, celle-ci étant attendue à 3.5%.

La séquence du pacte de responsabilité, qui a pu un temps rassuré les chefs d’entreprise, semble désormais terminée. Tous les moteurs de la croissance sont en panne, en particulier la consommation des ménages qui est pourtant habituellement très résiliente.

Le geste fiscal du gouvernement envers les ménages les moins favorisés risque d’avoir un effet marginal pour relancer la consommation car la crédibilité de la parole politique est entamée. Craignant des hausses d’impôt à venir, les ménages concernés par cette mesure vont plutôt épargner que consommer.

L’économie française entre progressivement en territoire inconnu, avec une difficulté perceptible des pouvoirs publics à relancer l’activité et à restaurer la confiance des agents économiques.

L’erreur originelle de l’actuelle majorité fut de croire, à tort, que le phénomène économique à l’œuvre était avant tout cyclique alors que le pays fait face à la plus grave crise depuis l’après-guerre et entre progressivement dans une phase de stagnation.

La seule mesure réellement susceptible d’avoir un impact de moyen terme sur la croissance, à savoir le pacte de responsabilité, tarde à être mise en application, retardant d’autant l’effet vertueux sur les indicateurs macroéconomiques.

On notera que le pacte de responsabilité est bien-sûr insuffisant en termes de réformes, de nombreux chantiers doivent être abordés, comme la politique du logement, la carte hospitalière, le régime des retraites et de l’assurance chômage, pour envisager de renouer avec une croissance créatrice d’emplois et qui puisse permettre au gouvernement d’atteindre ses objectifs de baisse du chômage.

Saxo Banque (France)



China Manufacturing PMI at a 5-month High, Positive PMI Surveys Across the Euro-zone

Global stock markets are staging a mild rebound following dovish Federal Reserve meeting minutes and better than expected PMI numbers out of China, boosting appetite for risk. Industrial metals and commodity linked currencies are trending higher while safe haven assets like core government bonds are ticking lower.

Wall Street’s rally in the previous session left the S&P500 trading near record highs following the release of Fed meeting minutes showing that the central bank expects inflation to remain well below 2%, with some FOMC members suggesting beefier forward guidance to communicate impeding rate increases next year.

The minutes are being welcomed by market participants as the rate of inflation in the US doesn’t appear to be a worry while the labour market itself continues to improve – indeed, later in the session, we have US jobless claims in which we will get further insight into the health of the American labour market.

Overnight in Asia, data compiled by HSBC shows that purchasing managers’ index for May rose to a five month high of 49.7, better than market expectations and only 0.3 points shy of the 50 mark which signifies expansion – below 50 is contraction. PMIs were driven by a rebound in exports and improvement in new orders. This is a decent showing from China following months of weak macroeconomic data for the world’s second largest economy. Turbulence is still expected for the Chinese economy but today’s data suggests that perhaps the slowdown in China could be reaching a bottom and from here on now, we could see the economy start to build momentum.

Elsewhere in Asia, Tokyo’s Nikkei 225 jumped 2% after data showed manufacturing conditions had stabilised after the April 1 sales tax increase from 5% to 8%.The yen meanwhile decreased as it has an inverse relationship with the Nikkei index. The US dollar is currently trading a little higher while the euro currency is broadly steady following the spate of PMI surveys across the euro zone.

Euro zone PMIs reaffirm the recovery in play in the region with Markit PMI flash surveys in line with estimates at 53.9, staying above the 50 mark and down only a touch from the previous month figure of 54.0 – a welcome result in the eyes of a worried market in which investors are unsure the European Central Bank will meet or exceed expectations next month with stimulus measures.

The services sector is performing better in the euro area, up to 53.5 from 53.1, while manufacturing is faring less well, moving down to 52.5 from 53.4. That being said, the reading is still an increase in the surveys measure of new orders to its highest since May 2011, enjoying its best spell of growth for three years. GDP looks set to rise by 0.5% in Q2 as such – disinflationary pressures persist so the focus is now on the ECB to see how they intend to make use of their war-chest.

Elsewhere, easing tensions surrounding the Ukraine crisis help push down oil prices as Russia attempts to de-escalate the situation by pulling troops back, but that said, there’s a fair bit of hesitation in markets ahead of the May 25 election in Ukraine.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



UBS daily roundup - Let's vote! (or not)

Presented by Paul Donovan.

• European elections get under way today, with results due on Sunday (why rush? This is Europe, after all). The issue for markets is the extent to which results impact national political developments, and the risk to the international image of Europe.

• European PMI sentiment data is expected to be little changed from last month, indicating modest expansion. In the wake of the GDP data for the first quarter, market attention may focus on divergence between France and Germany.

• China's PMI sentiment data improved, triggering waves of euphoria from those investors who have a touching faith in the quality of such data. Orders (home and abroad) picked up, but employment was weak. The employment numbers are likely to be the political focus.

• UK provisional GDP is expected to show 3.1% yoy growth – which is above the UK trend - in the wake of Bank of England minutes that had a distinctly hawkish hint to them. The US offers little new data – the Fed minutes last night were a study in saying nothing eloquently.




Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading higher this morning receiving a welcome boost out of China where a closely watched manufacturing PMI released by HSBC overnight showed a surprisingly strong rise indicating that the Chinese economy either has likely bottomed or is close to bottoming.
Unlike during previous days, today’s economic data calendar has plenty to offer. In Europe PMI data of individual countries and the Euro-zone as a whole will take centre stage this morning with the French PMI so far somewhat disappointing while the German PMIs were mixed, manufacturing missing and services beating expectations.
Weak or disappointing data out of Europe is likely to increase the pressure on the ECB to act during their next meeting in June. Later this afternoon US weekly jobless claims and leading indicators are scheduled to be released with traders looking out for any signs that US economic growth is rebounding strongly after having literately come to a standstill due to extreme bad weather during in first three months of 2014.
Overall while sentiment remains positive in the short-term, traders are still somewhat hesitant when it comes to buying stocks and keep holding them overnight with the Ukrainian presidential election not far off and exchanges in the UK and the US closed for trading on Monday.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Les marchés attendus en hausse rassurés par la FED et le PMI chinois

Marchés Actions : Hier la journée a été marquée par le compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale des Etats Unis qui a rassuré les investisseurs, en s’engageant à continuer de soutenir son économie. D’après le rapport présenté, les investisseurs peuvent espérer un relèvement des taux à court terme, mais aucune modification n’est susceptible d’intervenir dans l’immédiat dans le sens où le réajustement est en phase de « planification prudente ».

Plus tôt, les marchés européens avaient anticipé un discours encourageant sur les « minutes » de la dernière réunion de la Fed, et ont terminé en hausse. En France, l'indice CAC 40 a terminé en hausse de 0,37% à 4.469,03 points. Le Footsie britannique a pris 0,28% et le Dax allemand 0,61%, tandis que l'indice EuroStoxx 50 a fini sur un gain de 0,73% et le FTSEurofirst 300 en progression de 0,57%.

Aux Etats Unis, le rapport de la Fed a porté les marchés et son discours optimiste a su redonner de l’appétit pour le risque aux investisseurs. Le Dow Jones a ainsi terminé au plus haut du jour, en progressant 0,97% à 16.533,06. Le Standard & Poor's 500, indice de référence des gérants de fonds, s'est adjugé 0,81%, 15,20 points, à 1.888,03 et le Nasdaq, à forte pondération technologique, a gagné 0,85%, 34,64 points, à 4.131,53.

Ce matin, les investisseurs ont appris que le secteur manufacturier chinois a enregistré en mai sa meilleure performance en cinq mois. L’indice PMI Manufacturier Chinois HSBC est donc de 49,7 pour le mois de mai, ce qui est au-dessus de la valeur prévue à 48,1. Cependant, sur une perspective plus large, il reste toutefois en contraction.
Ainsi, la journée a débuté dans le vert pour les marchés asiatiques. Notamment, poussé par les prévisions optimistes de la Banque du Japon et par le rapport de la Fed, le Nikkei 225 a atteint les 14.337,79 points, en progressant de 2,11%. La bourse de Tokyo reste toutefois sur un recul de -11,99% si l’on considère sa valeur depuis le 1er janvier. Le Topix, indice japonais plus large, a pris 19,29 points (+1,68%) à 1.169,34 points.

Aujourd’hui, l’agenda laisse entrevoir une séance mouvementée avec la publication de nombreux indices économiques importants. En effet, les investisseurs connaitront l’indice PMI manufacturier dans la zone euro et la statistique des services en mai. L’indicateur composite, qui fait la synthèse entre services et industrie, devrait s’établir à 53,9, contre 54 en avril. Il est attendu à 56 en Allemagne au titre du mois de mai (après 56,1 en avril) mais à seulement 50,5 en France (50,6 en avril). En Angleterre, l’accélération de la croissance du premier trimestre 2014 devrait être confirmée, avec 0,8 %, de progression contre 0,7 % au quatrième trimestre 2013.

De l’autre côté de l’Atlantique, plusieurs indicateurs seront publiés. Outre les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage, qui devraient avoir refranchi le cap des 300.000 la semaine passée, les opérateurs s’intéresseront à l’indice d’activité de la Fed de Chicago pour avril (il est attendu à 0), à l’indicateur préliminaire PMI Markit du secteur manufacturier de mai (anticipé à 55,5, soit + 0,1 point) et à l’indice composite du Conference Board d’avril.

Ce matin, dans le sillon du compte-rendu de la dernière réunion de la Réserve fédérale et de Wall Street, les marchés européens sont attendus à la hausse. D'après les premières indications disponibles, l'indice CAC 40 parisien pourrait gagner jusqu'à 0,2% à l'ouverture, le Dax à Francfort 0,3% et le FTSE à Londres 0,2%. A partir d’aujourd’hui, il faudra suivre de très près les mouvements électoraux européens, à l’heure où les partis eurosceptiques atteignent des nouveaux sommets de popularité, ce qui pourrait nuire à la confiance des investisseurs dans la zone euro.

Forex : La parité EUR/USD évolue dans le rouge ce matin et cote aux alentours des 1.3671$, soit en recul de 0.11% depuis l’ouverture. En effet, sur la journée d’hier, la parité a perdu 0.10% et atteint un plus bas à 1.3635$, niveau qui n’avait pas été touché depuis le mois de Février 2014. Les investisseurs prennent en compte la publication des minutes de la Fed, confirmant la poursuite d’une politique monétaire accommodante de l’autre côté de l’Atlantique, ce qui a renforcé le cours du billet vert. La monnaie unique européenne est mise sous pression dans l’attente de la prochaine réunion de la Banque centrale européenne, durant laquelle ils anticipent une action afin de stimuler l’économie de la zone euro et éviter qu’un euro trop fort influe négativement sur la balance commerciale européenne. Les cambistes attendront cet après-midi la publication des ventes des maisons existantes, un chiffre attendu en hausse par rapport au précédent.

Le cours des paires en yens remontent depuis hier et la tendance continue ce matin encore. La paire USD/JPY gagne depuis l’ouverture 0.23% et cote aux alentours des 101.65 yens à près de 9 heures contre 100.81 yens au plus bas hier, cassant le seuil des 101 yens à la hausse. De même, la parité EUR/JPY cote aux encablures des 139.04 yens, soit en progression de 0.16% depuis l’ouverture alors que la parité se négociait aux alentours des 138.13 yens au plus bas hier.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le pétrole s’affiche en nette hausse. Hier, l’or noir gagnait du terrain suite à la publication des chiffres du Département Américain de l’Energie. Ce rapport a fait état d’une baisse surprise des stocks de brut américain. En effet, ces derniers ont chuté de 7,2 millions de barils. Malgré une production qui continue d’augmenter, la baisse des stocks est de bon augure avant le début de l’été où la consommation est importante en raison de nombreux déplacements. Ce matin, les cours étaient quasiment à l’équilibre suite à la publication du PMI manufacturier chinois, en hausse à 49,7 contre 48,1 précédemment. Ce chiffre est encourageant et laisse à penser que l’économie chinoise est en train de se stabiliser. Enfin, les tensions restent vives en Libye où le risque d’embrasement est de plus en plus à craindre.

Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 103,8 dollars soit un gain supérieur à 1,6% par rapport à la veille. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s’échange, ce matin, contre 110,4 dollars.

Sur le front des métaux précieux, la tendance sur l’or est mouvementée suite à la publication des minutes de la FED. En effet, malgré que la FED affirme qu’elle maintiendra son soutien à l’économie, cette dernière se montre optimiste sur le niveau d’inflation. Le métal jaune étant généralement soutenu par une montée de l’inflation, cette annonce a pesé sur la tendance dans les premières minutes qui ont suivi la publication. L’once d’or se traite autour des 1 294 dollars.

Saxo Banque (France)

Calendrier économique

FY Daily Briefings - 22 mai 2014 (n°6 - 15H30)

19 mai 2014

Le marché mondial peut-il encore progresser ? (Partie 2)

Même si des phases de volatilité ont pu parfois interrompre la tendance à la hausse – comme en mars/avril, les actions mondiales progressent depuis plusieurs années maintenant. De fait, le S&P 500® a progressé pour le cinquième trimestre consécutif, tandis que le MSCI World Index a atteint de nouveaux plafonds au premier trimestre et dépassé son pic d’avant‑récession.

Quatre experts en actions de Natixis Global Asset Management nous parlent des fondamentaux actuels des actions américaines, européennes et mondiales, des signes d’expansion ou de contraction et des segments présentant des opportunités.
Un expert par jour.

2ème expert : Chris Wallis Président et CEO Vaughan Nelson Investment Management

Malgré le plus faible niveau de croissance économique aux États-Unis depuis la Seconde Guerre mondiale, les troubles géopolitiques et les hausses imminentes des taux d’intérêt, le S&P 500 a continué à progresser. Les signes de croissance économique sont suffisamment encourageants pour soutenir le cours des actions en 2014, mais Chris Wallis pense que c’est le marché du crédit qui soutient le marché d’actions – et le crédit prospère.

« C'est une erreur de croire que le marché d'actions progresse parce que la Fed assure le maintien artificiel des taux bas. Les actions progressent parce que les fonds obligataires achètent de la dette et que les entreprises utilisent ces capitaux pour des rachats d'actions. Cela entraîne une hausse du bénéfice par action et dope le cours des actions », explique Chris Wallis.

Quelles en sont les explications ?
Chris Wallis pense que plusieurs années de taux d’intérêt bas ont créé une différence importante entre les rendements dont les fonds de pension ont traditionnellement besoin pour satisfaire leurs objectifs et les rendements offerts par le crédit dans ce contexte de taux d’intérêt bas. Ainsi, les fonds de pension ont investi dans des fonds de crédit à effet de levier – ajoutant des liquidités au bilan des sociétés. Ces liquidités sont ensuite utilisées par les sociétés à des fins d’investissement et de rachats d’actions. « Les rachats d’actions servent à soutenir les niveaux actuels des cours boursiers », indique Chris Wallis. Au final, les fonds de pension pourraient épuiser leurs capitaux ; lorsque cela arrivera, les fonds de crédit à effet de levier seront incapables d’honorer leurs appels de marge et le risque de chute du crédit sera encore plus important.

Plus d’opportunités du côté des moyennes capitalisations

En termes d’investissement, Chris Wallis pense que les opportunités les plus attractives sont à chercher du côté des moyennes capitalisations (actions de moyennes entreprises). « Les moyennes capitalisations sont attractives par rapport aux petites capitalisations, en raison de leur taille, de la solidité de leur bilan, de leur meilleur accès aux marchés de capitaux et de leur plus grande dimension internationale. Elles supportent ainsi mieux les chocs économiques que les petites capitalisations », indique Chris Wallis.

Par rapport aux grandes capitalisations, les moyennes capitalisations affichent souvent une meilleure croissance de leurs bénéfices. Elles ont également tendance à profiter des deux côtés des fusions et acquisitions. « Les moyennes capitalisations sont assez grandes pour réaliser des acquisitions de grande ampleur, mais leur taille en fait également des cibles d’acquisition attrayantes », affirme Chris Wallis. En outre, il pense que les moyennes capitalisations présentent nombre des caractéristiques fonctionnelles des grandes capitalisations, tout en suivant un modèle où les inefficacités sont fréquentes et identifiables.

En résumé, Chris Wallis pense que nous expérimentons actuellement un nouveau boom du crédit. « Nous avons une vision optimiste du marché à moyen terme, mais les gains enregistrés en 2013 ont besoin d’être consolidés à court terme. Ce marché renforce l’importance de la sélection des titres pour les investisseurs », prévient Chris Wallis.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des filiales de Natixis Global Asset Management référencées dans ce document à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ce document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des filiales de Natixis Global Asset Management. Des événements imprévus peuvent se produire. Le présent document est fourni uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres Clients Professionnels ou Investisseurs Qualifiés et, lorsque la réglementation locale l’exige, uniquement sur demande écrite de leur part.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Deux nouvelles recrues chez 123Venture 22/05/2014
- Eurogerm: évolution du capital de la holding majoritaire Mobago 22/05/2014
- Contract Live lève 1M€ auprès de fonds d’investissement et de business angels 21/05/2014
- Havas annonce l’acquisition de l’agence digitale londonienne Work CLub 21/05/2014
- Salvepar lance une augmentation de capital d’environ 150 M€ 21/05/2014
- Isabelle de Cremoux nommée à la Présidence du directoire de Seventure Partners 21/05/2014
- WiN MS boucle un premier tour de table de 800,000€ mené par Generis Capital Partners 21/05/2014
- Lysogene lève 16,5 M€ auprès de Sofinnova Partners, Bpifrance/InnoBio et Novo Seeds 21/05/2014
- K&L Gates annonce l’arrivée de Nicola Di Giovanni 21/05/2014
- Thibault Poutrel empoche 18,4 M€ en vendant des actions Ingenico 21/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

19 mai 2914

La production dans le secteur de la construction en baisse de 0,6% dans la zone euro
Baisse de 0,5% dans l’UE28.

En mars 2014 par rapport à février 2014, la production dans le secteur de la construction, corrigée des variations saisonnières, a diminué de 0,6% dans la zone euro (ZE18) et de 0,5% dans l’UE28, selon les premières estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En février 2014, la production dans le secteur de la construction avait augmenté respectivement de 0,4% et 0,5%.



15 mai 2014

Suisse : Indice des prix à la production et à l’importation en avril 2014

Baisse de l’indice en comparaison mensuelle, renchérissement annuel à -1,2%

En avril 2014, l’indice des prix à la production et à l’importation, établi par l’Office fédéral de la statistique (OFS), a baissé de 0,3% par rapport au mois précédent. Il se situe à présent à 97,5 points (base décembre 2010 = 100). Cette baisse s’explique essentiellement par celle des prix des montres, des machines ainsi que du pétrole et des produits pétroliers. Alors que les prix à la production des produits indigènes ont diminué de 0,2%, les prix à l’importation ont fléchi de 0,5%. En rythme annuel, le niveau des prix de l’offre totale des produits du pays et des produits importés a diminué de 1,2%.

Baisse des prix à la production …
En avril 2014, l'indice des prix à la production a reculé de 0,2% par rapport au mois précédent. Il se situe à 98,4 points (base décembre 2010 = 100). Sur un an, le niveau des prix a baissé de 0,8%. L’indice traduit l’évolution des prix des biens produits en Suisse. Sont considérés, pour les biens écoulés en Suisse, les prix départ-usine et, pour les exportations, les prix à la frontière (« free on board : fob »). Les prix ne comprennent pas les impôts sur la consommation ni la taxe sur la valeur ajoutée.
Par rapport au mois précédent, les prix ont surtout baissé pour les montres, diverses positions de l'industrie des machines et les produits pétroliers. Sont également devenus meilleur marché le traitement et revêtement des métaux et la mécanique générale, les composants et cartes électroniques, les instruments de mesure et de contrôle, les fils et câbles électriques et le matériel d'installation électrique, les meubles ainsi que les instruments et fournitures à usage médical et dentaire. Ont par contre renchéri les porcs de boucherie, les produits à base de viande, les produits laitiers, les sucreries, les équipements d’irradiation médicale, électro-médicaux et thérapeutiques, le gaz et la ferraille.
Pour les arts et métiers et l’industrie, l’indice des prix fait état d’une situation globalement stable par rapport au mois précédent pour le marché indigène et d’une baisse de 0,4% pour les produits exportés. Le niveau des prix pour le marché intérieur a fléchi de 0,5% par rapport à l’année passée, alors que celui des prix à l'exportation a diminué de 1,4%.

… et des prix des produits importés
En avril 2014, l’indice des prix à l’importation a reculé de 0,5% par rapport au mois précédent pour atteindre 95,5 points (base décembre 2010 = 100). Par rapport à l’année précédente, le niveau des prix a baissé de 2,0%. L’indice montre l’évolution des prix à l’importation sans les impôts sur la consommation, la taxe sur la valeur ajoutée et les droits de douane.

Ont diminué par rapport au mois précédent en particulier les prix du pétrole brut, des carburants, du mazout et des autres machines non spécifiques à une branche d'activité. Les prix ont aussi baissé pour le gaz naturel, le cuivre et les produits en cuivre, les composants électroniques, les ordinateurs et équipements périphériques, les équipements de communication et les produits électroniques grand public. Les prix ont aussi fléchi pour les moteurs, génératrices et transformateurs électriques, les fils et câbles électriques et le matériel d'installation électrique ainsi que pour les instruments et fournitures à usage médical et dentaire. Ont renchéri en revanche avant tout les légumes, les pommes de terre, les sucreries, les boissons, l'aluminium et les produits en aluminium, les appareils électroménagers, les machines agricoles et sylvicoles, les machines spécifiques à une autre branche d'activité et les automobiles.

Office fédéral de la statistique - Espace de l'Europe 10 - 2010 Neuchâtel ⁄ Suisse

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Jeudi 22 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs