Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 20 mai 2014 (n°7 - 17H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 20 mai 2014 (n°7 - 17H00)

Short-term jump by Sterling in the wake of UK CPI numbers, European Markets waver in response to ECB ambiguity

European stock markets surrendered morning gains Tuesday amid nerves over the upcoming EU parliamentary elections and fading hopes that the European Central Bank may not launch a big bazooka stimulus measure next month, but a peashooter. There’s some chatter out there that we are not in for full blown quantitative easing from the ECB but rather rate cuts and perhaps negative deposit rate.

That’s not exactly what the market wants to hear when rhetoric in recent days suggested that the ECB were ready to bring the big guns. It was thought that persistent low-inflation which raised the spectre of disinflation in the euro zone, together with weakening economic data out of the region warranted a stimulus response like no other by the ECB. However, if the ECB fails to meet or exceed market expectations with its upcoming stimulus package, expect to see risk assets under pressure.

Indeed, on Tuesday, riskier euro-zone debt resumed its recent selloff which started last Thursday. The Italian 10-year bonds sank to a five-week low, while Spanish 10-year bonds also sank – as such, yields on both pushed sharply higher. Italy's 10-year yield climbed to 3.23%, a five-week high while Spanish and Portuguese yields also rose slightly. The euro currency is also under pressure, however, if we do not see commitment by the ECB, the euro could resume strength and move back up to around the 1.38 level against the US dollar.

Over in the states, US stock markets have kicked off the session lower following two consecutive days of gains with traders pausing for breath in the absence of economic data to inject some direction in Wall Street. Two Federal Reserve governors are speaking Tuesday; Charles Plosser, the head of the Philadelphia branch of the Fed and William Dudley, the president of the New York Fed – both are on the voting panel of the FOMC. Markets are likely to gauge how close the central bank is to raising interest rates for the first time since the financial crisis – the biggest question on the markets’ lips. Ahead of the Fedspeak, US government bonds are modestly firmer with yield on the 10-year note a basis point lower at 2.53%.

Earlier in the UK sterling edged higher, after consumer price inflation for April came in at 1.8%, slightly above expectations; however, the currency did give up gains soon after to switch hands with the USD at $1.6823. Some were expecting a pickup in CPI due to a jump in air fares, sea fares and motor fuels around Easter. This means that there is little inflation risk on board at the moment, as acknowledged by the Bank of England who can remain focused on the labour market following updated guidance at last week’s Inflation Report.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



European Woes for Vodafone, Clothing Sales Affect M&S Margins

Vodafone shares are under pressure Tuesday after the telecom giant released figures showing a 5.4% drop in earnings of around £12.8billion in its Fiscal Year – a dismal number. Core European markets drove the declines with the company taking an impairment hit of over £6.5billion on businesses in Spain, Portugal, Germany, Czech Republic and Romania. The company’s emerging markets businesses fared a little better however, with revenues from its African, Middle East and Asia-Pacific operations growing at 6.1%, a figure that was still not big enough to offset declines in overall operations, the bulk of which are in Europe.

Vodafone had embarked on an acquisition spree in the past 12 months, snapping up Kabel Deutschland in Germany last year and Ono in Spain earlier this year in efforts to build up its broadband and TV businesses in both countries.

Vodafone’s cash situation is not too bad however, giving management more time to deliver as they implement new initiatives designed to find more growth streams. Indeed, the sale of its stake in Verizon Wireless allowed Vodafone to pay a world record special dividend of $26bn in Q1 and the group is launching "Project Spring", a £19bn two-year investment plan, in an attempt to improve its fibre and mobile networks across Europe.

Meanwhile, Marks & Spencer posted a better than expected full-year profit after a series of poor earnings updates over the past 12 months which have led the market to grow sceptical of CEO Marc Bolland’s turnaround strategy. M&S earnings were again driven by positive food sales but underwhelming clothing sales. Despite the better headline figure of underlying pre-tax profit of £623m in the year to March, compared with £665.2m in the year earlier period (slightly better than analysts' expectations of £615m), underlying earnings still fell 4% on the year earlier. Overall, sales rose 2.7% to £10.3bn; however this is still below the target of between £10.8bn and £11.5bn which was set by Bolland two years ago.

Bolland has pledged to cut capital expenditure to between £500m and £550m and to improve the profitability of the firm’s clothing business, but the market is yet to be convinced, especially after teething problems for the company’s new website cost the company some £150m, which management accept will now affect sales. Bolland said it would take four to six months for its revamped website to “settle in”. If the new multi-channel website does indeed yield strong success and induce a record volume of sales for the business, market participants may show M&S some affection again.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Le taux de croissance de l’Afrique va s'accélérer à 4,8 % en 2014, puis 5 à 6 % en 2015, selon la BAD

(Agence Ecofin) - La Banque africaine de développement (BAD) prévoit dans son rapport sur les Perspectives économiques en Afrique (PEA) publié le 19 mai un taux de croissance de 4,8% pour les économies du continent. Selon ce rapport rendu public lors des Assemblées annuelles de la BAD, la croissance des économies africaines devrait atteindre 5 à 6 % en 2015, soit «des niveaux jamais atteints depuis la crise économique de 2009».

En excluant l'Afrique du Sud, le rythme de croissance, est respectivement de 6,1 % en 2014, et de 6,8 % en 2015. La progression de la croissance économique la plus forte a été enregistrée en Afrique de l'Est et en Afrique de l'Ouest (au-dessus de 6 %). Les pays à faible revenu ont enregistré une croissance de plus de 6 %, et les pays à revenu intermédiaire de la tranche supérieure d'Afrique du Nord et d'Afrique australe une croissance de moins de 3%.

«Les perspectives à moyen terme pour l'ensemble du continent s'améliorent grâce à une certaine stabilisation politique et sociale dans les différents pays mais aussi au redressement de la conjoncture internationale», souligne le rapport. Elaboré par conjointement chaque année par la BAD, le centre de développement de l'OCDE et le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD), le rapport salue, d’autre part, une «croissance économique plus diversifiée, tirée par la demande intérieure, les infrastructures et des échanges de produits manufacturés de plus en plus soutenus à travers le continent».

Les auteurs du rapport estiment, cependant, que «l'Afrique pourrait transformer son économie et réaliser une véritable percée en matière de développement à condition de mieux s'intégrer dans la production mondiale de biens et de services», rappelant que les exportations du continent restent dominées par les matières premières.



Morning Briefing - ETX Capital

A mixed picture emerging for European equity markets this morning, with UK and German markets underperforming indices in France, Italy and Spain. Traders are searching for catalysts for fresh direction following the subdued previous market session.

Of course, geopolitical risks continue to weigh on market sentiment amid hearing news out of Thailand over the declaration of martial law by the Thai army. In Ukraine, tensions may be cooling somewhat after Russia ordered troops back to base in an attempt to de-escalate the situation, but markets are still unconvinced that the situation is improving there.

Asian markets overnight were up a touch while S&P500 futures are currently flat while across other assets, major forex crosses are steady while commodity prices are mixed with gold paring back from recent gains, off around a buck to $1,291 an ounce. In the bond markets, the US 10-year Treasury yield is up 1 basis point to 2.55%, around some 8 basis points higher that the six-month low touched at the end of last week.

The euro is trading around $1.3697, way off its highs of $1.40 reached after the last ECB Meeting. As yet there is no confirmed information as to what form quantitative easing might take if the bank does decide to introduce it.

Over in Asia, the Bank of Japan started a two-day policy meeting in which markets are hoping the BoJ addresses recent strength in the yen, after the central bank’s efforts to weaken the currency over the past year were credited with boosting growth and tackling deflation.

Meanwhile, over in Australia, the country’s dollar is down some 0.5% to around US$0.9284 after the release of meeting minutes from the Reserve Bank of Australia which allowed for the possibility that the economy will grow “below trend” in the coming year, but the central bank reckons low interest rates will be enough to stimulate the economy.

Looking ahead, we have UK producer price and consumer price inflation, however, the focus is shifting to Wednesday’s release of the FOMC April minutes. We also have UK retail sales data due on Wednesday which will be eagerly awaited.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



UBS daily roundup - Martial law and monetary policy

Paul Donovan daily briefing.

• The military in Thailand have declared that they have not held a coup d'état, they have merely imposed martial law without asking anyone (to be fair, part of the country was already under martial law). Currency and equity markets have reacted somewhat negatively.

• Both the Fed speakers yesterday indicated that rates should rise in 2015 (after quantitative policy concludes this October). We have two more Fed speakers scheduled to speak today.

• The UK hits markets with retail, consumer and producer prices, but for policy makers the most pertinent measure right now is probably the release of house price data – given the focus that the Bank of England (and the media) are placing on this topic.

• The Euro area offers little other than a lone ECB speaker, which is not much to distract markets. There was a brief flurry in Australia on a suggestion that the AAA credit rating might be vulnerable, but the credit rating agency backtracked with well accustomed ease.




Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading little changed this morning due to a lack of major news and traders awaiting tomorrow’s release of the FOMC minutes and Fed chief Yellen’s speech in New York.
While the main talking points are still the upcoming election in the Ukraine and potential action being taken by the ECB to fight low inflation during their next meeting in June many traders prefer to sit on the side-line for now until a clear directions starts to develop in the market.
Overall short term sentiment for stocks is neutral to positive, especially after the sharp reversal seen in yesterday’s afternoon trade boosting the confidence of longs and certainly making buying dips the preferred choice for now.
Furthermore similar to yesterday lower than average volume has the potential to exacerbate intra-day moves to both sides.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black



Les marchés attendus en léger repli avant une séance pauvre en annonces

Marchés Actions : Au chapitre des actions, la semaine dernière a été très volatile pour les investisseurs. Après une séance de jeudi marquée par les pertes, Wall Street a débuté la séance de vendredi dans le rouge. La tendance baissière a été observée pendant la plupart de la journée, avant un renversement de situation en fin de séance qui a permis aux principaux indices de finir dans le vert. Ainsi, le Dow Jones a réussi à progresser de 0,27% à 16.491,31 points, mais subit un repli hebdomadaire de -0,56%. Le S&P 500, qui a dépassé les 1.900 points pour la première fois mardi dernier, s’est apprécié de 0,37% à 1.878 points et finit la semaine parfaitement à l'équilibre. Enfin, le Nasdaq a présenté le plus gros gain, en se hissant à 4.090,59 points pour une progression de 0,52%.

Au final, les marchés de Wall Street ont été dopés par JC Penney (+16,5%), Applied Materials et Autodesk (+8,1%), Sandisk (+3%), Intuitive (+2,7%), Regeneron (+2%), et Electronic Arts (+1,9%). En revanche, ils se sont vus plombés par Netapp qui a perdu -3%, Mylan (-21,2%), Tripadvisors (-1,7%) et Yahoo! -1,15%.

Du côté des sociétés, un nouveau chapitre s’ajoute à la tentative de Pfizer de racheter le groupe pharmaceutique britannique Astra Zeneca. Le géant pharmaceutique étasunien serait prêt à payer 55 livres par titre Astra Zeneca, soit 70 milliards de livres (environ 117 milliards de dollars). Cette acquisition, permettrait à Pfizer de déménager son domicile fiscal au Royaume-Uni où l'impôt sur les sociétés est moins élevé qu'aux Etats-Unis. Néanmoins, d’après des sources proches de l’entreprise britannique, cette offre améliorée devrait encore être rejetée. Ainsi, vendredi, les titres d’Astra Zeneca ont cédé 0,3% à 80,28 ; alors que ceux de Pfizer se sont appréciés de 0,21% à 29,12.

A l’agenda, le programme de ce début de semaine est très allégé. En effet, aucune statistique de premier plan n’est annoncée aujourd’hui, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe. Du côté des entreprises, seul le Groupe Flo présentera ses résultats du premier trimestre, après la clôture des marchés.

Ce matin, la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,64%. La progression du yen pénalise les exportations, alors que les investisseurs restent à l’attente de plusieurs annonces macroéconomiques importantes cette semaine, notamment la décision de politique monétaire de la banque du Japon. L'indice Nikkei a perdu 90,15 points à 14.006,44 et le Topix, indice plus large, a cédé 9 points (-0,78%) à 1.150,07.

A quelques minutes avant l’ouverture de la place de marché, le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,27%. La bourse de Paris est ainsi attendue légèrement en baisse, dans une séance calme après la très forte volatilité observée la semaine dernière. En effet, les investisseurs pourraient avoir peu d’appétit pour le risque en attendant les annonces économiques clefs qui devront être publiées en milieu de semaine des deux côtés de l’Atlantique.

Forex : La parité EUR/USD évolue dans le vert ce matin et cote aux alentours des 1.3717$, soit en hausse de 0.13%, après avoir perdu plusieurs figures ces dernières semaines. En effet, la paire phare du forex allait réussir à côtoyer les 1.40$ le 8 Mai 2014, mais n’est finalement pas parvenue, atteignant au plus haut les 1.3994$. La journée devrait être relativement calme et atone dans la mesure où très peu d’annonces macroéconomiques sont attendues. Le reste de la semaine devrait être plus chargé, dans la mesure où les investisseurs attendent la publication mercredi des minutes de la Réserve fédérale américaine, ce qui fait momentanément monter la monnaie unique européenne.

Les paires en yen sont encore orientées à la baisse ce matin après avoir déjà encaissé plusieurs semaines consécutives de baisse. La paire USD/JPY perd depuis l’ouverture de 0.16% et cote aux alentours des 101.33 yens à près de 9h, tout juste à la limite de passer sous les 100 yens, un niveau symbolique pour la paire, alors qu’elle cotait au plus haut de la semaine passée aux encablures des 102.35 yens. Bien qu’il existe un potentiel à la hausse, la zone des 102 yens pourrait être franchie à nouveau à moyen terme, la tendance de la parité à court terme est baissière, et le niveau des 100.15 yens reste à surveiller. De même, la parité EUR/JPY encaisse de nombreuses séances en baisse, elle cote aux encablures des 138.95 yens, soit en baisse de 0.06% depuis l’ouverture alors que la parité se négociait aux alentours des 140.94 yens au plus haut la semaine dernière.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent s’échangent en territoire positif ce matin en progressant respectivement de 0,12% et 0,18% à 102,73$ et 109,57$. Le brut de référence américain s’échange proche de son plus haut niveau au cours des quatre dernières semaines suite aux spéculations sur une diminution de l’approvisionnement à Cushing, le plus grand centre de stockage américain, qui pourrait mettre fin à la progression des stocks à l’échelle nationale. Les stocks à Cushing sont à leur plus bas niveau depuis Décembre 2008 depuis l'ouverture pipeline Keystone XL. Rappelons que les stocks américains d’or noir ont atteint leur plus haut niveau depuis le début des publications hebdomadaires en 1982 par l’Energy Information Administration.

Du côté de la Russie, Vladimir Poutine aurait ordonné le retrait des troupes en « exercice » proche de la frontière russo-ukrainienne dans les régions Rostov, Belgorod et Briansk selon le Kremlin, assouplissant ainsi les tensions à quelques jours de l’élection présidentielle. Néanmoins, aucun retrait des troupes n’a pu être observé par des officiels américain ou par l’Union Européenne. En effet, Moscou avait déjà annoncé le retrait de ses troupes il y a maintenant deux semaines sans qu’aucun mouvement n’ait pu être observé. Alors que Kiev, et les pays Occidentaux ont accusé la Russie de soutenir les troubles orchestrés par les séparatistes pro-russes dans l’Est du pays, Poutine se félicite des contacts établit la semaine dernière entre Kiev et ces mêmes partisans concernant une décentralisation du pouvoir.

Du côté des métaux précieux, la journée commence dans le rouge ce matin. Le métal jaune recule de 0,12% à 1 291,07$ tout comme l’argent qui lâche 0,17% à 19,33$. L’or se maintient sous la barre des 1 300$ alors que la demande physique pour le métal jaune a chuté chez le plus gros consommateur mondial devant l’Inde, à savoir la Chine. L’affaiblissement de l’euro contre le billet vert pénalise également l’or. Le platine cède 0,05% à 1 467,90$ et le palladium grappille 0,01% à 816,00$.

L'équipe Saxo Banque

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Argos Soditic accompagne la reprise de la société italienne BIP 20/05/2014
- Orange signe un accord avec Africell pour la cession de sa participation dans Orange Ouganda 20/05/2014
- Equity finalise l’acquisition de DiliTrust 20/05/2014
- DenyAll met la main sur BeeWare 20/05/2014
- Graines Voltz et Coopérative Agricole de Céréales mettent en commun leurs activités de fournitures horticoles 20/05/2014
- Indice Argos Mid-Market mars 2014 : Nouvelle hausse de l’Indice tirée par les acquéreurs industriels 19/05/2014
- Le bureau de Paris du cabinet Squire Sanders recrute Denis Barat 19/05/2014
- Le Groupe Altitude Infrastructure reprend les activités de France CitéVision et accueille York Asset Management à son capital 19/05/2014
- Transports Griset passe dans le giron du groupe Malherbe 19/05/2014
- Récapitulatif des levées de fonds (depuis le début du mois) 19/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

15 mai 2014 : Enquête mensuelle sur la distribution du crédit - Avril 2014

La Banque de France vous informe de la parution du Stat Info Enquête mensuelle sur la distribution du crédit - Avril 2014

Crédits aux entreprises : au mois d'avril, le solde d'opinion des banques sur la demande de crédits des entreprises redevient légèrement négatif, y compris pour les PME.

Crédits à l'habitat et à la consommation : la proportion des banques signalant une diminution de la demande de crédits à l'habitat est moindre qu'en mars ; une petite minorité de banques fait état d'une baisse de la demande de crédits à la consommation.

Retrouvez sur Webstat Banque de France les séries associées à cette publication

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 20 Mai 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs