Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 1er juillet 2014 (#13 - 17H30)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 1er juillet 2014 (#13 - 17H30)

Euro-Zone Unemployment Rate Remains Near Record High, Q3 Trading Opens Strongly

Global equity markets recorded gains on the first trading day of the third quarter and the second half of this year, propelled higher by better than anticipated manufacturing data from China and the UK. All major Europe benchmarks are up over half a percent, with the exception of the DAX in Germany following some weak economic data in the shape of Monday’s poor retail sales and Tuesday’s rise in the German unemployment rate.

US stock markets inched higher to extend previous session gains. It's a shortened week because of the Independence Day holiday in the US but for now traders are awaiting the latest survey of the manufacturing sector from the Institute for Supply Services.

Overnight in Asia, stock markets welcomed data from China which showed an encouraging improvement in manufacturing activity. Both the official and HSBC-compiled PMIs for the manufacturing industry rose above the 50 mark which signifies growth territory. The report propped up commodity-linked assets, particularly mining stocks and also helped commodity linked-currencies such as the Australian and New Zealand dollar as well the South African rand.

Meanwhile, PMI figures released across the Eurozone showed Spain as the standout performer, but with slowing activity across the euro zone's core in countries such as Germany, Austria and the Netherlands. The slowdown here certainly underlines the need for the European Central Bank’s stimulus response which it launched last month – in many ways, the poor data almost justifies it for markets. Other data from the euro zone showed that the jobless rate remains near a record high at 11.6 per cent in May. Looking ahead, the attention is now firmly on the US ISM data for more clues over the state of the US economy.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



BNP's Record Fine

BNP Paribas has finally agreed to a record $9bn settlement with US prosecutors over allegations of sanctions violations – the biggest recorded banking fine in US history.

France’s largest bank will plead guilty to two counts of criminal charges of breaking US sanctions against trade with Sudan, Iran and Cuba. As part of the settlement, US authorities have placed a ban on dollar transfers (otherwise known as dollar clearing) for BNP for one year, which will go into effect at the start of 2015. This is likely to be both costly and problematic as BNP will need to find and pay a third party bank to handle its dollar-based transactions. Furthermore, if BNP can’t do this seamlessly, without hitches, it risks further damaging its reputation.

Meanwhile, BNP have stated that they will look to contain this without affecting any operational or business capabilities – it is after all, one of the biggest investment banks in the world. Despite estimated costs of up to $40million per year for using third-party banks, the six-month period before the ban starts does give BNP ample time to find third-party banks which will help it make any necessary adjustments in terms of technology, resources and infrastructure.

As a result of this fine and adjustment of its business operations, BNP said it would have to take an “exceptional charge" of EUR5.8bn in the second quarter of this year.

In recent years US, UK and European regulators have imposed hefty fines on banks for a variety of misdemeanours. The BNP fine is another warning to banks of the consequences of breaking the rules.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



BNP settlement - Debevoise comment

Frederick T. Davis, a former US federal prosecutor and now of counsel at Debevoise & Plimpton in Paris, commented: “There’s little understating the importance of this deal. It’s been trailed for a few weeks, so the shock factor may have worn off, but it will still have a significant impact both on BNP and other European banks. It certainly reiterates the ‘long arm’ of US prosecutorial and regulatory agencies and their commitment to enforce US sanctions laws, even with respect to conduct that apparently may comply with the laws in Europe or of the country where the bank is incorporated.

“This reach and commitment were not in any serious doubt however, after more than half a dozen settlements with other non-US banks over the last few years. BNP may not be the last. It appears that other non-US banks are currently investigating possible US sanctions violations, and may be in discussions with the U.S. authorities, in which case the BNP settlement will provide useful insight.

“On the question of whether BNP was treated unduly harshly, or was singled out for disproportionate treatment, the 35-page ‘Statement of Facts’ publicly filed yesterday by the Department of Justice and formally signed by a BNP director provides some interesting insight. According to these agreed-upon facts, a number of bankers at BNP commented in internal e-mails on the legal risks incurred by engaging in certain transactions; a compliance director pointed out such risks but was ignored; and perhaps most strikingly, two unidentified outside law firms provided ‘legal opinions’ or memoranda about the legal risks of the transactions. The statement also recites that BNP continued performing certain kinds of transactions even after other non-US banks signed public and formal agreements with US prosecutors and regulators, and in some instances paid substantial fines. It also suggests that BNP was slow to follow through on a commitment to cooperate, which may have allowed the statute of limitations to expire as to some individuals. Based on this record, the outcome is hardly surprising.”




ECB Allots E97.103 Bln In 7-Day Funds

FRANKFURT (MNI) - The European Central Bank on Tuesday allotted E97.1032 billion in its main seven-day refinancing operation at a fixed rate of 0.15%.

The ECB satisfied all of the 124 bids received.

Today's operation resulted in a net drain of E17.9382 billion after the ECB allotted E115.0414 billion in its 7-day MRO last week.




UK Manufacturing PMI Shows Output Strong, Jobs Growth Rapid

UK June Manufacturing PMI 57.5 Vs 57.0 In May.

LONDON (MNI) - UK factories continued their rapid expansion in June, with job creation surging, as a closely watched index hit its second-highest level in 40 months.

The CIPS/Markit June Manufacturing Purchasing Managers Index Rose to 57.5 from 57.0 in May. Job creation hit a 39-month high, led by rising smaller business hiring, suggesting that spare capacity in the sector is burning up at a rapid pace.

The 57.5 reading beat analyst expectations for a 57.0 reading and towers above the 50 level, the so-called "boom/bust" line. The reading is the second-highest in 40 months, coming in just a little lower than the 57.8 outturn seen in November 2013.

Survey compilers Markit said the data suggested the sector is expanding at a quarterly rate of around 1.5% in the second quarter, which is exceptionally rapid by historic standards and would match the rate seen in Q1.

David Noble, Group Chief Executive Officer at CIPS warned that there was some sign of rising price pressures and further evidence that supply in some sectors is struggling to keep up with demand.

"Heightened by shortages in raw materials, delivery times lengthened to the greatest extent in three years, indicating suppliers are grappling with the pace of growth and the demand it has brought," he said.

MNI London Bureau



Eurozone Unemployment Stabilizes In May at 11.6%

April headline figure revised down from 11.7%.

LONDON (MNI) - Eurozone unemployment showed a slight improvement in May, according to currency area jobless figures published Tuesday by Eurostat.

The headline unemployment rate for the 18 countries that use the common currency came in at 11.6%, unchanged from a downwardly revised April reading but 0.1 percentage points below the median forecast of analysts polled by MNI. On an annual basis, the jobless rate is down from the 12.0% tally recorded in May 2013.

Eurostat estimates that 18.552 million people were unemployed in the Eurozone in May, a decrease of 28,000 from April and 636,000 from May 2013.

Earlier Tuesday Germany's Federal Labor Agency said its seasonally adjusted June jobless rate was unchanged at 6.7% from May while unemployment rose, for the second consecutive month, by a more-than-expected 9,000 to 2.916 million. Analysts polled by MNI had forecast a decline of 10,000. April's jobless increase was also revised from +24,000 to +26,000.

"For the few month we expect a calm situation on the labor market," said agency president Frankf Juergen Weise. Following a strong performance in the first half of the year, the outlook for the second half will be somewhat more subdued, he added.

European Union figures for May show a 10.3% reading, down 0.1 percentage points from April and 0.6 percentage points from May 2013.

Around the single currency area, Austria (4.7%); Germany (5.1%) and Malta (5.7%) recorded the lowest unemployment rates in May while Greece (26.8% in March) and Spain (25.1%) continue to print the highest tallies.

Youth unemployment figures, defined as those under 25 years of age seeking work, showed a rate of 23.3% in the Eurozone and 22.2% in the broader European Union, down from 23.9% and 23.6% respectively in May of 2013.

Germany (7.8%); Austria (8.9%) and the Netherlands (10.8%) had the lowest youth jobless rates while Greece (57.7% in March) and Spain (54.0%) recorded the highest.

MNI London Bureau



China's PMI Rises, Sterling Hits 7 Year High Against the Dollar

Equity markets in Europe started the second half of this year on a brighter note, following improving manufacturing data from China which lifted Asian markets overnight. Despite a flat end to US trading in the previous session, the S&P 500 gained 4.7% in the quarter overall (its largest quarterly gain since 1998) on the strength of better housing market data.

US stock futures were higher Tuesday morning with Standard & Poor’s 500 Index up 0.2% while the MSCI Asia Pacific Index rose 0.3% to extend a six-year high. That’s due to the optimistic picture painted by two manufacturing reports out of China - the country’s official manufacturing PMIs rose to 51 in June versus May’s reading of 50.8, while the final reading of PMIs complied by both HSBC and Markit Economics rose to 50.7 in June from 49.4 in May; both indicators are now above the 50 mark which signals expansion. The rebound seen in manufacturing is welcome news following turbulence in the Chinese economy over the past year, with market participants previously unsure if the Chinese government had done enough to steer the economy in the right direction. It now seems as if the government’s stimulus measures are beginning to take effect.

The better Chinese data pushed European markets this morning; the UK’s FTSE100 index was up 0.4% while the DAX in Germany added 0.3% and the Stoxx Europe 600 Index gained 0.3% - the index is up 4.1% for the year. Manufacturing PMI figures out of the Eurozone today were mixed - France reported a reading of 48.2 for June which was better than the 47.8 initial read, but worse than the 49.6 recorded in May. In Italy, PMIs slipped to lowest level in three months at 52.6 in June, down from 53.2 in May, although still in expansion territory above that 50 figure. Encouragingly, Spanish manufacturing activity hit a seven-year high, up to 54.6 in June from 52.9 in May, indicating the recovery there has taken hold. Germany saw slight easing in PMIs, in at 52 in June down from 52.4 in May, in line with the moderation in recent German data such as the fall in retail sales on Monday. As a whole, the Eurozone figure came in 51.8, only slightly down from May’s 51.9.

Overnight in Asia, stock markets rose with the regional indices heading for a six-year high. Japan’s Nikkei 225 rose more than 1.1% after the Bank of Japan’s Tankan survey showed companies raised investment plans even as a sales-tax increase dented sentiment. Hong Kong’s market was closed for a public holiday while the Shanghai Composite was largely flat, but the Australian stock index fell 0.4% after the central bank there kept policies unchanged.

In currency markets, the UK pound remain elevated after reaching a seven-year high of $1.7115 during the US session. The pound is currently at $1.7100 while the euro is down 0.1% at $1.3681. The Japanese yen fell 0.1% against the US dollar while the USD on the whole appeared to be steady. Elsewhere, Brent crude is creeping higher again, currently up 0.2% at $112.52, as worries about supply disruption continue due to continued violence in Iraq.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Fitch constate une reprise progressive de la croissance mondiale, mais celle-ci reste fragile

Fitch: Gradual Recovery in World Growth, But Downside Risks Remain

Fitch Ratings says in its latest Global Economic Outlook (GEO) that global growth will accelerate gradually in 2014 and 2015, but risks are weighted to the downside.

The pick-up this year is driven by a strengthening recovery in major advanced economies (MAE), while growth slows in emerging markets (EMs). The latest forecasts for world GDP growth (weighted at market exchange rates) are 2.7% in 2014 and 3.1% in 2015 and 2016, up from 2.4% in 2013. The 2014 and 2015 forecasts are 0.2pp and 0.1pp lower, respectively, than in the previous, March GEO.

Nevertheless, deflation in the eurozone is a meaningful risk, the Fed's path towards normalising monetary policy could trigger heightened financial market volatility, global trade growth could slow further and higher oil prices could hurt growth in most regions.

Fitch is projecting a bounce-back in the US economy after the revised, unexpected contraction in 1Q14. We forecast real GDP growth of 2% in 2014 (revised down from 2.8% in the March GEO), 3.1% in 2015 (unchanged) and 3% in 2016. Growth in the US is broadly based. Private consumption growth is underpinned by improving household incomes, net wealth and employment; while investment is supported by healthy corporate balance sheets and a recovering housing market. Monetary policy remains highly accommodative and the drag from fiscal consolidation is significantly smaller than it was in 2013.

The recovery remains fragile in the eurozone and recent data is mixed among member states. We project eurozone GDP growth of 1.1% in 2014, followed by 1.5% in 2015 and 1.6% in 2016. Germany and Spain are expected to outpace France and Italy in the next quarters, in contrast to the previous core-periphery dichotomy. Recovery will become more balanced as domestic demand benefits from an easing in the pace of fiscal consolidation, improved confidence and normalisation of financial conditions. But high unemployment will persist and remain above 11% until 2016.

Our base case remains that there will be a period of very low inflation (0.9% in 2014 and 1.3% in 2015 and 1.5% in 2016), significantly below the ECB's target, but a protracted, self-reinforcing deflation will be avoided, owing to rising output, anchored inflation expectations and the ECB's capacity for policy response. Nonetheless, deflation or very low inflation is a meaningful risk that could raise real interest rates and debt burdens, and add to the costs of periphery rebalancing.

Growth in the UK has been buoyant and above medium-term potential, consistent with a closing of the output gap. The composition of growth has become more balanced over recent quarters as business investment has picked up and the initial surge in consumption has moderated. Fitch forecasts UK growth to moderate to 2.5% in 2015 and 2.3% in 2016, from 3% in 2014.

For Japan, we expect growth of 1.6% in 2014, and 1.3% in 2015 and 2016, though the 3pp consumption tax rise that took effect in April adds to uncertainties. Notwithstanding the publication of the latest government documents the potential for 'third arrow' structural reforms to deliver sustainably higher nominal and real GDP growth over the long term remains highly uncertain.

Fitch expects EM growth to slow to 4.3% in 2014 from 4.7% in 2013, before firming to 4.8% in 2015 and 4.9% in 2016. Constraints from infrastructure bottlenecks, business environments and unbalanced growth models have reduced medium-term growth potential in many countries. Other headwinds include volatile funding conditions, weaker non-oil commodity prices, a slowdown in global trade growth and political shocks.

Fitch expects China's GDP growth to moderate to 7.3% in 2014, 7% in 2015 and 6.7% in 2016 amid gradual rebalancing and efforts to contain leverage. In contrast, we forecast growth in India to increase to 5.5% in 2014 and 6.5% in 2015 and 2016, from 4.7% in 2013, owing to a step-up in structural reforms by the new government. Growth in Brazil and Russia will slow further in 2014 to 1.5% and 0.5%, respectively and only improve modestly in 2015 and 2016.

Fitch expects the Fed and Bank of England to start to gradually tighten policy over the next 12 months as their economies strengthen, in line with forward guidance. Normalising monetary conditions after over five years of virtually zero interest rates and unwinding QE-inflated balance sheets is historically unprecedented and may well trigger some increase in financial market volatility from unusually low levels. This will also create a divergent path with the ECB and Bank of Japan, which are still loosening monetary policy and expected to keep interest rates unchanged to at least 2016.

In this GEO's alternative scenario we explore the risk to the global economy from the Ukrainian crisis. The simulation results of a combined financial, trade and energy price shock show that a recession of 3.5% in Russia in 2014 would lead to only 0.2pp-0.3pp lower GDP growth in the eurozone in 2014 and 2015, and less in other MAEs. However, an extreme shock involving a cessation of Russia energy exports would be more damaging.

The GEO is available at fitchratings.com
To complement the release, Fitch has also published a datasheet containing its latest macroeconomic forecasts by country and region, which is available by clicking the link below.

Fitch Ratings Limited



UBS daily roundup - Sentiment, sentiment, everywhere

Paul Donovan daily briefing.

• China's manufacturing sentiment data has prompted joy in the Asian markets. Economists sit dourly on the sidelines, refusing to join the equity conga, and pointing out that the Chinese economy was always going to grow and data like this is hardly new information.

• Japan's Tankan business sentiment survey gave a solid performance on the large business headline numbers (if a little below consensus). Capital spending plans were strong (though the destination of capex is not specified). The small business sector was less robust.

• European manufacturing sector sentiment has been anticipated by flash estimates; the concern of the markets lies with the extent of divergence. UK manufacturing sentiment is also due, with the ONS already saying it will be revising GDP again to reflect less of a recession.

• The US ISM should be strong and relatively steady. At a forecast 55.5 the figures will show recovery from Q1 (inevitably). The issues around healthcare spending are unlikely to impinge on manufacturing sentiment.




Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading slightly higher to little changed this morning on the back of positive data out of China where an important manufacturing PMI not only beat expectations but also posted the highest reading in 2014 so far, generating optimism that the world’s second largest economy has finally turned the corner.

There is plenty of data scheduled for release in Europe and the US today. Manufacturing PMI data for individual Euro-zone countries and the Euro-zone as a whole are expected to show little change compared to the previous month, however the risk to these figures appears to be on the downside especially with the crisis in Ukraine still not anywhere near from being resolved and plenty of uncertainty remaining what the still escalating situation in Iraq is concerned.

German employment data also on the calendar today is likely to be a non-event with the unemployment rate remaining static.

Overall sentiment remains neutral in the short-term with traditionally new money inflows on the beginning of a new quarter lending some support to stocks today.

In order for markets to move back up to their recent highs and to stage their next leg to the upside either more good news in form of solid economic data will be needed confirming that the global economy is accelerating or current prevailing uncertainty related especially to Iraq will have to get less leading investors to prefer a more risk on approach again what stocks are concerned.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black



Les vrais perdants de l'affaire BNP Paribas

Note de Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

BNP Paribas devrait très largement résister à l'amende infligée par les autorités américaines qui, en comparaison avec les actifs gérés par la banque, ne représente qu'un montant très faible.

Il ne faut pas oublier que BNP Paribas possède environ 6 milliards d'euros d'excédents de liquidités. Pour faire face à l'amende, la solution la plus probable sera celle d'au moins une année blanche pour les actionnaires qui ne recevront pas de dividendes. L'hypothèse d'une augmentation de capital, qui diluerait automatiquement la part des principaux actionnaires, en particulier des États français et belges, ne devrait pas être soutenue au plus niveau.

En revanche, ce sont bien ces deux actionnaires qui sont les grands perdants de l'affaire.

L’état belge, qui détient 10% de l'institution bancaire, devrait subir une perte d'environ 600 millions d'euros. Un schéma quasi-similaire apparait pour la France. Ces deux pays, qui font face à un processus d'ajustement budgétaire, ne pourront donc pas compter sur cette manne pour atteindre leurs objectifs de réduction des dépenses. Pour autant, cela ne remet pas en cause la participation des Etats à moyen terme.

Maintenant que les détails de l'amende sont connus, la banque peut renouer avec une certaine visibilité stratégique bien que des problèmes subsistent, notamment des questions en termes de gouvernance qui n'ont pas été résolus. On peut s'attendre, dans les prochains mois, à de nouvelles démissions et à des départs à la retraite afin de purger la direction qui a perdu la confiance d'une partie des employés.

Saxo Banque (France)



Les indices européens ouvrent à l'équilibre après une correction de plusieurs jours

Marchés Actions : En début de mois, le CAC 40 obtenait une série de sommets annuels et les investisseurs spéculaient sur un potentiel dépassement de la barre des 4 600 points. Aujourd’hui, certains spéculent sur une chute en dessous des 4 400 points. En effet, l’indice parisien semble être pris dans une spirale baissière en finissant la quatrième séance d’affilée dans le rouge. Hier, il reculait de 0,32% à 4 422,84 points, son plus bas niveau depuis le 16 avril. Cela fait suite à une dégringolade de 2,05% sur les 5 dernières séances et de 2,90% depuis le 11 juin. Cette fois-ci, l’indice s’est notamment vu plomber par le secteur banquier, avec une perte de -2,83% du Crédit Agricole à 10,30 euros et un recul de -1,87% à 38,225 euros.

En Angleterre, une tendance similaire est observée pour le FTSE. Celui-ci a perdu 1,47% sur l’ensemble du mois et a clôturé la séance à 6 743,94 points, en cédant 0,20%. Le DAX de Francofrt a, quant à lui, réussi à terminer la séance en territoire positive en prenant 0,18% à 9 833,07 points, malgré une perte mensuelle de 1,11%.

Avec l’arrivée de l’été, les volumes échangés devraient rester faibles et on devrait observer des faibles niveaux de croissance, alors que les principales économies mondiales montrent des symptômes de reprise fragile.

Hier, un rapport d’Eurostat a confirmé une inflation de 0,5%, une valeur qui reste très en deçà de l’objectif de 2% de la Banque Centrale Européenne. Effectivement, il faudra attendre 2015 pour voir une inflation au-dessus de la barre des 1%, lorsqu’elle s’établira à 1,2%, d’après les données de la BCE.

Aux États-Unis, l'Indice des Directeurs d'Achat de Chicago (PMI), qui détermine la santé économique du secteur manufacturier dans la région de Chicago, a ralenti en juin en reculant de 2,9 points à 62,6. Par ailleurs, le Rapport de l'Association nationale des Agents immobiliers (NAR) sur les Promesses de Ventes de Logements, mesurant la variation du nombre de logements sur le point d'être vendus , est ressorti à la hausse de 6,1% sur le mois écoulé.

Dans ce contexte, les indices de Wall Street finissent en ordre dispersé. Le Dow Jones a reculé de 0,15%, à 16 826,60, tandis que le Standard & Poor’s 500 a perdu 0,73 point, soit 0,04%, à 1 960,23. Enfin, le Nasdaq continue sa progression et avance 0,23% à 4.408,18.

Ce matin, l’actualité économique sera marquée par les résultats définitifs des enquêtes PMI manufacturiers dans les pays de la zone euro. On anticipe des valeurs supérieures à 50 pour l’Allemagne et l’Italie, mais la France devrait rester sur les 47,8 points. Outre-Atlantique, c’est sur les indices PMI et ISM dans le secteur manufacturier que les investisseurs porteront leur attention. Ils seront publiés respectivement à 15h45 et 16h. Le premier, est attendu à 57,5, alors que le second devrait ressortir à 55,8. Enfin, à 16 heures, on prendra connaissance des dépenses de construction en mai aux Etats-Unis.

Forex : Pour le début de la semaine la monnaie unique européenne a prolongé sa tendance haussière entamée depuis la fin de la semaine dernière. En effet, les cambistes en favorisant l’euro au détriment du dollar, ont conduit la parité EUR/USD à s’échanger au-dessus des 1,3660$. En fin de journée, la parité a tendu vers le seuil symbolique des 1,37$ mais n’a pas réussi à les atteindre. Actuellement, le cross s’échange au-dessus de sa résistance 2 fixée à 1,3733$. Il semble que l’EUR/USD marque une pause dans son appréciation car en fin de journée, la parité est restée dans un range compris entre 1,3694$ et 1,3690$. Si ce repli se confirme l’EUR/USD pourrait venir rapidement casser son actuel pivot fixé à 1,3675$.

Hier, le dollar a connu un regain d’intérêt face au yen. En effet, la parité USD/JPY a réussi atteindre le seuil symbolique des 101,50 yens. Le cross s’adjuge actuellement aux encablures des 101,43 yens. Aujourd’hui, le chiffre sur le chômage ainsi que le PIB sur la zone euro seront communiqués.

Par ailleurs, cette semaine, les investisseurs vont se montrer attentistes aux différentes annonces économiques relatives aux États Unis, notamment celle qui concerne le taux de chômage US.

Matières premières : Le WTI s’est échangé hier à son niveau le plus bas sur les deux dernières semaines en raison des spéculations sur le fait que l'escalade de la violence en Irak ne perturbera pas ou peu, l'approvisionnement du deuxième plus grand producteur de pétrole de l'OPEP. En effet, le sud de l'Irak, qui abrite plus des trois quarts de sa production de brut, continue d'être épargné des militants et continue donc d’approvisionner en or noir. Après avoir longtemps tenu en haleine les investisseurs, le catalyseur haussier des tensions en Iraq commence à s’éroder et semble aussi bien être intégré dans les cours. Ces éléments fondamentaux se retrouvent aussi en termes d’analyse technique, puisque le baril se traite en drapeau depuis une dizaine de séance. Cette figure bien connue des traders montre le signe d’une consolidation entre les niveaux 105 $ et 107.5 $. On n’a pas retrouvé. En Chine, l’indice manufacturier a augmenté en Juin ce qui correspond aux estimations des économistes pour s’établir à 51,0 pour le mois de Juin ce qui reste son plus haut niveau cette année.

Ce matin, les principaux Futures ont peu évolué à New York après une baisse de 0,4 pour cent hier. Le WTI pour livraison Août se négocie à $ 105,61 le baril dans les échanges électroniques sur le New York Mercantile Exchange, en hausse de 24 centimes. Il a chuté de 37 centimes à $ 105,37 hier, le plus bas niveau depuis le 11 Juin. Le volume de tous les contrats à terme négociés était d'environ 30 pour cent inférieur à la moyenne de 100 jours. A plus long termes, la tendance reste haussière puisque les prix ont grimpé de 2,6 pour cent en Juin pour une deuxième hausse mensuelle. De son côté, le Brent de règlement Août a été de 18 cents à $ 112,54 le baril sur le ICE Futures Europe échange basé à Londres. Le brut de référence européen se traite avec à une prime de $ 6,89 par rapport au WTI, contre $ 6,99 hier.

Aujourd’hui, l'American Petroleum Institute a prévu de communiquer les données recueilles sur une base volontaire par les opérateurs de raffineries, les terminaux et les pipelines.

Du côté des métaux précieux, l’or pour livraison immédiate se traite à 1,326.99 $ l'once contre 1,327.33 $ hier. Si l’on constate peu de changement de niveaux par rapport à hier sur le métal jaune, l’argent de son côté progresse de 0.4% à 21.11 $ l’once. L’argent reste le seul gagnant de la matinée puisque le platine et le palladium sont à l’équilibre à respectivement 1482.02$ et 841.63$ l’once.

Saxo Banque (France)



BNP Paribas annonce un accord global avec les autorités des Etats-Unis relatif à la revue de certaines transactions en dollars

BNP Paribas annonce aujourd'hui être parvenue à un règlement global relatif à l'enquête portant sur certaines transactions en dollars concernant des pays soumis aux sanctions des Etats-Unis. Ce règlement inclut des accords avec le US Department of Justice, le US Attorney's Office pour le district sud de New York, le District Attorney's Office du comté de New York, le Conseil des Gouverneurs de la Réserve fédérale américaine (FED), le Département des Services financiers de l'État de New York (DFS) et l'Office of Foreign Assets Control (OFAC) du Département du Trésor américain.

Dans le cadre de cet accord, BNP Paribas SA reconnaît sa responsabilité (« guilty plea ») pour avoir enfreint certaines lois et réglementations des Etats-Unis relatives à des sanctions économiques à l'encontre de certains pays et aux enregistrements des opérations liées. BNP Paribas accepte également de payer un total de 8,97 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros). Compte tenu des sommes déjà provisionnées, ce montant donnera lieu à la comptabilisation d'une charge exceptionnelle de 5,8 milliards d'euros dans les comptes du 2ème trimestre 2014. Par ailleurs, BNP Paribas accepte une suspension temporaire, pour une durée d'un an à compter du 1er janvier 2015, de certaines opérations directes de compensation en dollars US, portant principalement sur le périmètre de l'activité de financement du négoce international de matières premières, pour la partie pétrole et gaz, dans certaines implantations.

BNP Paribas a travaillé avec les autorités des Etats-Unis pour aboutir à cet accord dont le règlement a été coordonné par son autorité de tutelle nationale (l'Autorité de Contrôle Prudentiel et de Résolution - ACPR), en lien avec ses principales autorités de tutelle à l'étranger. BNP Paribas conservera ses licences dans le cadre de ces accords, et n'anticipe aucune incidence sur sa capacité opérationnelle ou commerciale à répondre aux besoins de la quasi-totalité de ses clients. En 2015, les activités du périmètre concerné seront compensées en dollars via une banque tierce et non par l'intermédiaire de la succursale de BNP Paribas à New York. Toutes les mesures nécessaires sont prises pour assurer une transition sans difficulté et éviter tout impact significatif pour les clients concernés. BNP Paribas rappelle qu'une partie de l'activité de compensation en dollars US du Groupe est déjà réalisée via des banques tierces.

BNP Paribas estime que son ratio de fonds propres (CET1) de « Bâle 3 plein » devrait rester de l'ordre de 10% au 30 juin 2014, en ligne avec les objectifs annoncés dans le plan de développement 2014-2016. Cette estimation tient compte notamment d'un résultat net hors exceptionnels solide au 2ème trimestre et, pro rata temporis, de l'intention de la banque d'ajuster le niveau de dividende pour 2014 au niveau de celui de 2013 (1,50 euros par action).

Sans attendre cet accord, la banque a mis au point un ensemble de procédures solides en matière de conformité et de contrôle. Nombre de ces procédures sont déjà en place et fonctionnent efficacement. Elles traduisent une évolution majeure des processus opérationnels du Groupe. En particulier :

• un nouveau département, baptisé « Sécurité Financière Groupe aux Etats-Unis » et faisant partie de la fonction « Conformité Groupe », sera localisé à New York et aura pour mission de veiller à ce que BNP Paribas respecte dans le monde entier les réglementations des Etats-Unis relatives aux sanctions internationales et aux embargos.

• la totalité des flux en dollars du Groupe BNP Paribas sera à terme traitée et contrôlée par la succursale de New York.

A l'issue de la revue interne menée par BNP Paribas, plusieurs cadres et collaborateurs des entités concernées ont été sanctionnés. D'autres ont quitté le Groupe.

Jean-Laurent Bonnafé, Administrateur Directeur général de BNP Paribas, a déclaré : « Nous exprimons nos regrets pour ces erreurs passées qui nous amènent aujourd'hui à cet accord. Certaines défaillances qui ont été identifiées lors de cette enquête sont contraires aux principes éthiques que BNP Paribas a toujours cherché à respecter. Nous avons annoncé aujourd'hui un plan d'envergure pour renforcer nos contrôles et nos processus internes, en étroite coopération avec les autorités américaines et notre régulateur national, pour veiller à ce que nos pratiques soient conformes aux standards élevés en matière de comportement responsable que nous attendons de chacun chez BNP Paribas. »

« Cet accord constitue une étape importante pour nous. Au titre de ses activités courantes, BNP Paribas enregistrera à nouveau des résultats solides ce trimestre et nous tenons à remercier nos clients, nos collaborateurs, nos actionnaires et nos investisseurs pour leur soutien tout au long de cette période difficile. »

« Le Groupe reste mobilisé sur la mise en œuvre de son plan de développement 2014-2016. Nous confirmons notre ambition d'atteindre les objectifs prévus dans ce plan, annoncé en mars 2014. En particulier, les États-Unis demeurent un marché stratégique pour le Groupe et nous comptons continuer à y développer nos activités de banque de détail, d'investment solutions et de banque de financement et d'investissement (BFI) au cours des années à venir. »

« BNP Paribas est une banque qui place les clients au cœur de ses priorités. Nous allons continuer à travailler chaque jour pour mériter la confiance et le respect de tous, au service de nos clients et de l'économie. »

A propos de BNP Paribas
BNP Paribas a une présence dans 75 pays avec plus de 180 000 collaborateurs, dont plus de 140 000 en Europe. Le groupe détient des positions clés dans ses trois grands domaines d'activité : Retail Banking, Investment Solutions et Corporate & Investment Banking. En Europe, le Groupe a quatre marchés domestiques (la Belgique, la France, l'Italie et le Luxembourg) et BNP Paribas Personal Finance est numéro un du crédit aux particuliers. BNP Paribas développe également son modèle intégré de banque de détail dans les pays du bassin méditerranéen, en Turquie, en Europe de l'Est et a un réseau important dans l'Ouest des Etats-Unis. Dans ses activités Corporate & Investment Banking et Investment Solutions, BNP Paribas bénéficie d'un leadership en Europe, d'une forte présence dans les Amériques, ainsi que d'un dispositif solide et en forte croissance en Asie-Pacifique.


30 juin 2014

Bulletin hebdomadaire - JP Morgan AM

- Quelle ampleur pour une possible crise immobilière en Chine ?
- Quels facteurs pourraient accélérer le réajustement des prix et comment celui-ci pourrait-il se dérouler?
- Le risque est-il limité ou mondial ?

L’immobilier chinois occupe à nouveau la une de tous les journaux. Des rapports faisant état de stocks élevés, d’une baisse des prix et d’un effondrement des volumes de transaction ravivent les craintes à l’égard de l’ensemble de l’économie chinoise. Quelle est l’ampleur réelle de la bulle immobilière visible en Chine ? Se dégonflera-t-elle de façon anarchique ? Quelles conséquences sur le sentiment à l’égard d’un risque mondial ? Selon nous, les risques pour la croissance chinoise sont substantiels à moyen terme, mais les décideurs pourraient mieux réussir à organiser un recul maîtrisé et relativement ordonné des prix qu’on ne le pense généralement.

Quelle ampleur pour une possible crise immobilière en Chine ?

Au vu des chiffres réels, le secteur immobilier chinois semble dangereusement effervescent. Il représente 16 % du PIB chinois et les investissements dans la construction d’immobilier résidentiel contribuaient à hauteur de 9,5 % au PIB en 2012. À titre comparatif, le pourcentage le plus élevé des investissements immobiliers résidentiels dans le PIB était de 9,9 % en Thaïlande en 1991, de 8,7 % au Japon en 1973, de 12,5 % en Espagne en 2006 et de 6,9 % en Islande en 2007. Le stock de logements s’étant gonflé rapidement en Chine (illustré par les « villes fantômes » dont on a beaucoup parlé), Nomura estime que la surface habitable par personne pourrait avoir atteint 31 m² en 2013, contre 35 au Japon et 33 au Royaume-Uni en 2009, et s’établir à 41 m² à l’horizon 2017.

En outre, les investissements directs et indirects chinois dans le secteur immobilier représentaient 33 % des actifs immobilisés totaux en 2013. Le produit des ventes de terrains et les recettes fiscales immobilières constituent 39 % des recettes des pouvoirs publics locaux. Selon Nomura, si les véhicules de financement des pouvoirs publics locaux et les recettes liées à l’immobilier étaient supprimés, ces autorités afficheraient un déficit budgétaire de 9 %. Malgré l’offre excédentaire de biens immobiliers, les indicateurs conventionnels de l’accessibilité financière nous montrent que les biens immobiliers sont beaucoup plus chers à Beijing qu’à Londres. Le ratio prix des logements/revenus disponibles des ménages s’établit à 16,7 à Beijing et à 17,3 à Hong Kong, mais à seulement 6,8 à Londres. Ces chiffres concrets montrent tous une chose – la Chine pourrait connaître la plus importante bulle immobilière de son histoire et les prix immobiliers recèlent un potentiel beaucoup plus important de baisse que de hausse à l’avenir. Les conditions monétaires sont un autre facteur important à prendre en compte. Certains feront valoir que la récente baisse des prix immobiliers est due à un durcissement de la politique monétaire. En réalité, la relation entre les conditions monétaires et les prix immobiliers a été très étroitement corrélée au cours de la dernière décennie. Il conviendra donc de suivre de près le rythme et le calendrier de l’assouplissement, ou du durcissement, de la politique monétaire.

Quels facteurs pourraient accélérer le réajustement des prix et comment celui-ci pourrait-il se dérouler ?

Malgré l’importante bulle immobilière en Chine, le processus de dégonflement pourrait selon nous prendre la forme d’une baisse longue et progressive des prix, plutôt que celle d’un effondrement brutal – de façon beaucoup plus similaire à ce qui s’est passé au Japon qu’aux États-Unis. Les principales dynamiques de la demande de biens immobiliers sont la croissance des revenus, l’urbanisation, l’abondance des liquidités et les anticipations relatives aux prix immobiliers. Malgré un ralentissement inévitable du rythme de l’urbanisation, on a du mal à imaginer un arrêt total du processus dans la mesure où 53 % seulement des Chinois vivent dans des zones urbaines, contre 70-80 % de la population dans les pays développés. Avec la poursuite de l’urbanisation de la Chine, les revenus personnels devraient continuer d’augmenter, notamment au vu de la pénurie de main-d’oeuvre que l’on observe déjà dans le pays. Côté offre, on constate une surabondance de biens immobiliers dans le segment moyen-haut de gamme, alors que la forte demande des travailleurs migrants à bas salaires n’est pas satisfaite dans le segment bas de gamme du marché. Ainsi, l’importante inadéquation entre l’offre et la demande persiste aux niveaux de prix actuels.

Le système bancaire chinois dispose de liquidités abondantes. Les actifs liquides totaux inscrits aux bilans des banques (dépôts, prêts à court terme, réserves) s’élèvent à 1 900 milliards de dollars, contre 2 000 milliards de dollars au Japon. Les ménages sont peu endettés. Selon une estimation de Morgan Stanley, les prêts hypothécaires représentent un petit 20 % du revenu disponible des ménages. Culturellement, les Chinois n’aiment tout bonnement pas emprunter et lorsqu’ils le font, ils veulent rembourser leurs dettes au plus vite. La rapide division par deux des prix immobiliers à Wenzhou, ville de 3ème catégorie, s’explique par l’endettement élevé des ménages par rapport aux autres régions chinoises, mais il est simplement impossible d’extrapoler ce qui s’est passé à Wenzhou à l’ensemble des villes de 3ème et de 4ème catégorie.

Quel autre facteur pourrait alors entraîner des ventes forcées de biens immobiliers ? Certains pourraient craindre que la fiscalité immobilière n’entraîne une baisse rapide des prix. Selon nous, la probabilité que cela se produise est pratiquement la même que la probabilité de relèvement du taux d’imposition des plus-values à un niveau supérieur au taux d’imposition du revenu des personnes physiques dans le monde occidental. On peut aussi se demander quels sont les autres choix dont les Chinois disposent pour leurs investissements. Préfèreraient-ils vendre leur maison ou leur appartement pour avoir de la trésorerie ? Le compte de capital chinois étant fermé, la plupart des Chinois préféreront peut-être conserver leurs biens immobiliers, et ce, même si une ouverture progressive de ce compte est prévue.

Le risque est-il limité ou mondial ?

À court terme (même si des chocs du crédit restent possibles), les liquidités pléthoriques du système bancaire chinois devraient être à même d’absorber des chocs dans le secteur immobilier. Les risques seront sans doute plus liés à la confiance et à un ralentissement de la croissance mondiale. Les autorités publiques locales souffriraient beaucoup plus d’un ralentissement du secteur immobilier que les économies et les marchés mondiaux. Selon Nomura, une baisse de 10 % de l’investissement immobilier réduirait la croissance des actifs immobilisés et du PIB chinois de 3,3 % et de 1,6 % respectivement, et ce ralentissement de 1,6 % entraînerait une inflexion d’à peu près 0,6 % de la croissance du PIB mondial. Ceci créerait plus de difficultés pour l’Europe que pour les États-Unis dans la mesure le Vieux Continent exporte beaucoup plus à destination de la Chine. Un autre risque caché pourrait venir des indices des crédits aux entreprises d’Asie hors Japon car une proportion substantielle de ceux-ci est liée à l’activité immobilière chinoise.

Enfin, l’histoire nous montre que lorsque les bulles immobilières se dégonflent, la croissance ou les prix des actifs (ou les deux) subissent un choc. Mais l’ampleur des liquidités chinoises devrait permettre aux décideurs de gérer un repli ordonné et d’éviter un effondrement anarchique des prix susceptible d’entraîner des conséquences imprévisibles sur la valeur des actifs mondiaux. Cela étant, il est probable que la croissance chinoise sera pénalisée pendant toute la durée des ajustements, ce qui prendra un certain temps. On a donc toute raison d’anticiper une baisse significative des actifs directement liés au secteur immobilier chinois.

Réflexions diverses :

- Comme bon nombre de commentateurs l’ont récemment écrit, la situation est très calme. Si calme, en fait, que l’indice S&P500 affiche depuis 51 jours maintenant des variations quotidiennes inférieures à 1 % dans les deux sens. Il faut remonter à 1995 (il y a près de 20 ans) pour trouver la dernière plus longue période marquée par des variations inférieures à 1 %.

- La Coupe du monde de football bat son plein et les coûts estimés de 11 milliards de dollars ont pour la plupart été engagés. Cet investissement pourrait valoir la peine dans la mesure où la FIFA prévoit à elle seule de générer environ 4,65 milliards de dollars de recettes et où le Brésil anticipe la venue de 600 000 touristes sur les sites de la Coupe du monde – dopant ainsi le secteur du tourisme brésilien. La grande équipe de football nationale pourrait aussi apporter un autre soutien économique – la bourse du pays vainqueur ayant statistiquement surperformé de 3,5 % l’économie mondiale dans le mois suivant le tournoi.

- Le ratio de révision des bénéfices des analystes bottom-up (défini comme le ratio des entreprises faisant l’objet d’une révision à la hausse de leur bénéfice par rapport à celles dont les bénéfices font l’objet d’une révision à la baisse) pour l’Europe continentale a progressé à 0,7 en juin, contre 0,5 en mai. Ceci peut ne pas sembler très encourageant, mais c’est pourtant le chiffre le plus élevé depuis presque 2 ans !

Document produit par l’équipe Global Multi Asset Group de J.P. Morgan Asset Management.
Édité par David Shairp, Stratégiste

Ce document est à but informatif uniquement et ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements.
Les informations contenues dans ce document ont été puisées à des sources considérées comme fiables. J.P. Morgan Asset Management ne peut cependant en garantir l’exactitude ou l’exhaustivité. Toutes prévisions ou opinions exprimées nous sont propres à la date d’édition de ce document et sont susceptibles de changer à tout moment sans préavis. Ce document ne constitue pas une recommandation à l’achat ou à la vente d’investissements. JPMorgan Asset Management (Europe) S.à.r.l.–Succursale de Paris, au capital social de 10.000.000 euros, inscrite au RCS de Paris n°492 956 693. 06/2014

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Kalliopé et LMT Avocats sur la réorganisation du capital de la Compagnie de Vichy 01/07/2014
- Innate Pharma réalise une augmentation de capital de 50 M€ auprès d’investisseurs institutionnels 01/07/2014
- Les Crèches de Margot rejoignent Crèche Attitude, avec le soutien de Lamy Lexel 01/07/2014
- Récapitulatif des levées de fonds (19/06 – 27/06) 30/06/2014
- Axel Springer va acquérir une participation majoritaire dans Car&Boat Media pour 72 M€ 30/06/2014
- TeVolution, conseillée par PAX Corporate Finance, lève des fonds auprès d’Aurinvest 30/06/2014
- Duff & Phelps, Shearman & Sterling et Mergermarket publient le premier rapport Global Private Equity Outlook 30/06/2014
- ASK réussit son introduction en Bourse en levant 21,9 M€ 30/06/2014
- TEEO réalise une levée de fonds de 1 M€ auprès de la société JOHES 30/06/2014
- Axess Groupe reprend les activités de Phénix Enginneering et Deal Force 30/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

19 juin 2014

Niveaux des prix à la consommation : les niveaux des prix ont varié en 2013 entre 48% de la moyenne de l’UE28 en Bulgarie et 140% au Danemark

En 2013, les niveaux des prix des services et biens de consommation ont présenté de fortes disparités selon les États membres.
Le Danemark (140% de la moyenne de l’UE28) a affiché le niveau de prix le plus élevé, suivi de la Suède (130%), du Luxembourg et de la Finlande (123% chacun).
Des niveaux de prix de 10% à 20% supérieurs à la moyenne de l’UE28 ont été observés en Irlande (118%), au Royaume-Uni (114%) ainsi qu’aux Pays-Bas (110%), alors qu’en Belgique et en France (109% chacun), en Autriche (107%), en Italie (103%) et en Allemagne (102%) des niveaux de prix jusqu'à 10% au-dessus de la moyenne ont été constatés.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mardi 1 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs