Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 19 mai 2014 (n°7 - 16H30)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 19 mai 2014 (n°7 - 16H30)
16H30

Mid-Afternoon Briefing - ETX Capital

A dull session for European equity markets Monday void of any meaningful economic indicators to inject life into markets. Corporate news driving the direction together with cooling China house prices, geopolitical tensions and of course the prospects of easing from the European Central Bank next month.

US markets have just kicked off the week on a soft tone amid a lack of economic data, with major attention now focussed on the release of the minutes of April’s Federal Reserve meeting due on Wednesday. US government bonds have been the big talking point in the market though are presently little changed in New York on Monday.

US Treasuries have defied expectations that they would be shunned in favour of equities this year given their defensive risk-profile.

That has not been the case, with the yield on the 10-year note at 2.52%, which is down from around 3% at the start of January this year. Over in the euro zone, peripheral bond markets have slid, pushing yields higher today. Italy’s 10-year benchmark bond yield climbed 8 basis points to 3.14%. Spain's 10-year yield gained 5 bp to just over 3% and Portugal's by 6 bp to 3.77%.

Most are shrugging this off as not a worrying move which reflects concern about the euro zone but rather that investors are merely taking profits after a strong rally in European bond markets. Borrowing costs in the ‘periphery’ remain at near record lows with further respite expected next month when the ECB plan to inject further stimulus, according to reports.

According to reports, the ECB is preparing to launch a €200B stimulus package - a series of measures believed to include a negative deposit rate and a plan to boost lending to small and medium-sized companies.

This could see the ECB soak up money to offset its holdings of distressed sovereign bonds, which could release about €170B into the banking system.

ECB’s Weidmann who is the chief of the German Bundesbank made his stance clear – for him, it’s about the FX rate, saying that policymakers will watch euro exchange rate closely: Weidmann says that the exchange rate must be watched closely before taking policy decisions. Most in the market believe the ECB will trigger some form of big bazooka package in June with more details likely to be leaked in the weeks heading into the meeting.

Meanwhile, recent developments in Ukraine continue to unsettle markets with price-action curbed Monday on the back of the latest violence in the east of Ukraine which saw pro-Russian rebels and Ukrainian forces clash again before the May 25 elections. Russia has made some moves towards de-escalation, such as ordering troops on military exercises near the Ukrainian border to return to their bases. However, the EU and US are not as yet convinced that Russian intentions are benign, as there remain a large number of pro-Russian rebels in major cities in the east of Ukraine.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

15H00

Afternoon Briefing - ETX Capital

AstraZeneca shares fell over 13% on Monday after the company formally rejected Pfizer's sweetened and increased final offer of £55 per share, saying it still undervalued the company. Pfizer still does not want to go hostile on AZN and would only proceed with the offer with the recommendation of AZN's board, but the UK pharma company reckons the sweeter offer is only a minor improvement from the £50 per share offer. Pfizer’s final bid does present a 45% premium to the share price but AZN still doesn’t see the rationale behind the bid, which it reckons is solely on tax savings for Pfizer.

Although Pfizer has said that this is the final bid, it hasn’t released a statement since AZN rejected the offer and at the same time, AZN don’t know if the deal is dead in the water yet. The offer has attractive points – it’s a healthy premium, which is likely to put pressure on AZN board by shareholders who will want the company to consider the offer. Everybody has a price – AZN do too. Pfizer is actually showing decent character by not going hostile and even though it said its final offer is final, it’s unclear whether this will be the last of the Pfizer/AZN drama.

Meanwhile, Deutsche Bank shares declined sharply after it announced plans to raise €8billion from investors - including the Qatari royal family - to prop up its capital strength. DB is look to raise €6.3bn in a rights issue and a further €1.75bn directly from Paramount Services Holdings, the investment fund of the Qatari royal family who are credible backers in this capital rebuff measure.

The market is punishing DB stock at the moment; capital raising exercises punish shareholders who have to take a cut to returns on their investment, so it’s not an ideal move by banks. However, it was well known that DB was in need of a capital injection. DB is simply too big and inadequate capital would leave the bank in a vulnerable position

Indeed, the additional capital is set to raise the DB’s common equity tier one ratio from 9.5 % to 11.8%, hugely strengthening its core-standing amongst its banking peers. It would take DB out of the poorly capitalised banks into a strong position in the euro zone ahead of the setup of a single regional banking supervision which will be policed by the European Central Bank. On the whole, it’s a sensible move by DB, though at the cost of being scrutinised by the market in the short term.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

12H00

La Lettre économique hebdomadaire de Lorello ecodata par Philippe Crevel, économiste

Le coin des épargnants

Le CAC 40 a terminé à 4 456 points et a perdu 0,46 % en une semaine. Comme la semaine précédente, il n'a pas réussi à tenir la ligne des 4500 points atteinte en début de semaine.
Les investisseurs ont souhaité encaisser leurs bénéfices et ont pris prétexte, pour le faire, de l'annonce de résultats économiques moins bons que prévu.
Néanmoins, le contexte reste favorable aux actions du fait de l'importance des liquidités et du maintien de la politique de faibles taux d'intérêt par les banques centrales. La possibilité de nouvelle baisse des taux par la BCE devrait inciter les investisseurs à s'orienter encore plus fortement vers les actions.

La semaine prochaine, il faudra suivre les résultats du Livret A. Il est à noter que selon les comptes nationaux, le taux d'épargne était de 15,1 % du revenu disponible brut à la fin de l'année 2013 avec une épargne financière de 5,8 %. Le taux d'épargne reste élevé en France grâce au réinvestissement des produits. En revanche, les flux financiers ont tendance à s'étioler.

Le Royaume-Uni trace sa route

Le Royaume-Uni trace sa route avec une croissance de 0,8 % au premier trimestre identique à celle de l'Allemagne à la nuance près que d'un côté il y a un déficit commercial et de l'autre un excédent commercial.
Le taux de chômage est tombé à 6,8 %. Le nombre de chômeurs, au sens du Bureau international du travail (BIT), a baissé de 133 000 au premier trimestre et s'élève à 2,209 millions. Le taux de chômage est revenu à son niveau de début 2009. Ce résultat est obtenu avec un très bon taux d'emploi à 72,7% soit son niveau le plus élevé depuis juillet 2008.
Cette croissance est favorisée par la politique monétaire accommodante de la Banque d'Angleterre (BoE) et par l'application d'un plan fiscal favorable à l'offre.
Londres pratique une communication très dynamique afin d'attirer les investissements d'origine étrangère. Il y a une concurrence entre l'Irlande et le Royaume-Uni. Il est à noter que les mesures annoncées sont parfois plus de l'affichage qu'un véritable avantage pour les entreprises, le facial tend à l'emporter sur la réalité...

Le taux de l'impôt sur les sociétés est passé de 28 % à 21 % et doit être fixé à 20 % en 2015. Le Royaume-Uni aura alors le taux le plus faible de tous les pays du G20, à égalité avec l'Arabie saoudite, la Turquie et la Russie. Le taux de l'Allemagne est de 29 %, celui de la France avant contribution exceptionnelle de 33 % ou celui des États-Unis qui est de 40 %. Mais, en matière d'impôt sur les sociétés, il faut regarder la composition de l'assiette ; or en la matière, le Royaume-Uni est moins avantageux que de nombreux autres pays.

Pour favoriser l'innovation et la recherche développement et attirer les nouveaux secteurs d'activité, le Royaume-Uni a introduit la « patent box » (« boîte à brevet »), permettant d'imposer qu'à 10 % les profits réalisés sur les brevets. La France dispose, en la matière, du crédit d'impôt recherche qui est assez efficace malgré sa légendaire complexité. Avec ce dispositif, Londres veut attirer Google, Apple, l'industrie pharmaceutique. GlaxoSmithKline a ainsi décidé de centraliser toute sa propriété intellectuelle au Royaume-Uni et Pfizer étudie la question.
Par ailleurs, pour attirer les cadres supérieurs et dirigeants, Londres a réduit l'imposition sur les salaires de plus de 180 000 euros. Le taux marginal est passé de 50 % à 45 %. Par ailleurs, après quelques hésitations, le statut des « non-dom », ces étrangers vivant au Royaume-Uni mais fiscalement domiciliés dans un autre pays, a été maintenu.

L'Allemagne accélère mais craint les lendemains qui déchantent

Le taux de croissance de l'économie allemande a été de 0,8 % au premier trimestre, soit le plus fort taux de croissance enregistré depuis trois ans Sur une base annuelle, le taux de croissance dépasse 2,5 %. La croissance a été favorisée par un hiver clément, par la bonne tenue de la consommation et de l'investissement qui ont compensé le recul des exportations. Par ailleurs, les entreprises ont reconstitué leurs stocks, après la contraction marquée à la fin d'année dernière.
Pour le deuxième trimestre, la croissance pourrait s'essouffler du fait des problèmes des Pays-Bas, de la France et de l'Italie. Le ralentissement plus important que prévu de la Chine pourrait peser sur les résultats. L'économe allemande qui dépend des commandes de machines et robots de l'Empire du Milieu.
La crise ukrainienne pourrait également gêner l'Allemagne. L'Ukraine est toujours confrontée à de graves troubles qui paralysent son économie qui dépend de deux pays, la Russie et de l'Allemagne.

L'Allemagne tente, de ce fait, de rapprocher Kiev et les pro-Russes. Elle essaie d'éviter une escalade des sanctions sachant qu'elle en serait la première pénalisée.
Afin de veiller à leurs intérêts, les industriels allemands mais aussi les représentants des pouvoirs publics seront cette semaine très présents au Forum de Saint Pétersbourg qui devrait servir de base à de nombreux contacts informels entre les officiels des deux pays. La France est beaucoup plus discrète.
L'Allemagne ne peut pas se priver des relations avec la Russie. Il ne faut pas oublier que l'Allemagne est le premier partenaire européen de la Russie. La Russie fournit un tiers des importations allemandes de gaz et de pétrole, lesquelles transitent largement par l'Ukraine. En outre l'abandon du nucléaire prévu pour 2022 suppose une sécurisation des sources d'énergie. Avec la France, l'Allemagne est un des pays les plus présents en Russie avec 6 000 entreprises allemandes qui y sont implantées et qui y emploient 300 000 personnes. L'Allemagne serait la principale victime du ralentissement de l'économie russe surtout qu'elle se combinerait avec le ralentissement chinois.

Zone euro, en attendant juin et la BCE

Si l'Allemagne rit pour le moment, c'est la soupe à la grimace en France, en Italie mais surtout aux Pays-Bas, ce dernier pays étant pénalisé par la baisse du prix du gaz. Le Portugal n'arrive pas non plus à sortir réellement de la récession.
Au premier trimestre, la croissance n'a été que de 0,2 % pour la zone euro comme au 4ème trimestre 2013. Aux Pays-Bas, le PIB a reculé de 1,4%, en Italie de 0,1 %et t au Portugal de 0,7%.
Le temps clément aurait dû favoriser la croissance en particulier dans le secteur du BTP. Dans les faits, la reprise reste très modérée dans ce secteur et, en revanche, le secteur énergétique a été pénalisé par de moindres commandes.

La croissance espagnole est une note positive dans ce contexte un peu sombre. Le PIB y a augmenté de 0,4 % au premier trimestre. Cette santé retrouvée de l'Espagne qui s'appuie sur une compétitivité accrue de ses entreprises n'est pas sans poser des problèmes à la France et à l'Italie qui sont nettement en retard dans leur plan d'assainissement. La réduction des déficits publics aussi lente soit elle empêche pour le moment la reprise interne de l'économie française. A la différence de l'Espagne qui réussit à accroitre sa demande externe, les exportations françaises progressent peu et surtout moins vites que les importations.

Avec une inflation qui demeure faible et une croissance qui ne décolle pas, tout le monde attend, au mois de juin, comme le messie le Président de la BCE. Comme cela a été indiqué lors de la dernière réunion de la BCE, le Conseil des Gouverneurs devrait prendre des décisions en fonction des projections d'inflation et de croissance qui seront rendues publiques le 5 juin prochain. La BCE resterait fermement opposée à l'idée d'un programme d'achat à grande échelle de titres de dettes publiques (« quantitative easing »), mais serait en revanche prête pour l'adoption de plusieurs autres mesures, Une baisse du taux refi et taux du prêt marginal, le passage du taux sur la facilité de dépôts en négatif, l'extension de mi-2015 à mi-2016 de la procédure de refinancement à taux fixe avec allocation illimitée, une nouvelle LTRO (opération de refinancement à long terme) à taux fixe, et, enfin, le rachat auprès des banques de portefeuilles de prêts titrisés sont des possibilités. Bien évidemment, la BCE ne les utilisera pas toutes d'un coup. L'option de la baisse du refi et éventuellement du taux de la facilité de dépôt est a priori a plus probable.

Mais que fait donc la France pendant ce temps-là ?

En 2013, les dépenses publiques se sont élevées à 57,2 % du PIB et les prélèvements obligatoires ont atteint un sommet en zone euro avec 44,7 % du PIB. Toujours, en 2013, selon l'INSEE, le déficit public a été de 88,8 milliards d'euros, soit 4,2 % du produit intérieur brut (PIB). Par rapport à 2012, le déficit public a diminué de 12,2 milliards d'euros en raison de l'augmentation des recettes plus rapide que celle des dépenses. Les recettes publiques augmentent de 1,1 point de PIB quand les dépenses ont progressé de 0,5 point. La diminution du déficit public est imputable aux administrations publiques centrales et, dans une moindre mesure, pour les organismes de sécurité sociale. En revanche, il augmente pour les administrations publiques locales.

Une guerre de mouvement fiscal et social est engagée par le Gouvernement depuis la nomination de Manuel Valls comme Premier Ministre. La succession rapide des annonces ne permet pas d'apprécier la trajectoire suivie en matière de réduction de déficits publics d'autant plus qu'elles ont vocation à s'appliquer selon un calendrier de plusieurs années. L'ensemble des mesures d'allègements d'impôts et de charges sociales portent sur plus de 30 milliards d'euros qu'il faut mettre en parallèle avec le plan d'économies de 50 milliards d'euros. Tout ceci s'inscrit, par ailleurs, dans le cadre du respect de l'objectif des 3 % de PIB de déficit en 2015 sachant qu'une croissance plus faible d'un point génère un déficit supplémentaire de 10 milliards d'euros. La mission du Premier Ministre qu'il a bien voulu accepter est de plus en plus impossible à remplir... La France devrait, dans les faits, bénéficier d'un répit dans la réduction de son déficit d'autant plus que la reprise européenne n'est pas au rendez-vous. Le Gouvernement plaidera qu'un plan de rigueur en France qui est la deuxième économie de la zone euro risquerait de peser sur les résultats de cette dernière. Il faudra de toute façon attendre le mois de juin et la composition de la nouvelle composition de la Commission de Bruxelles pour en savoir plus sur la position de l'Europe et des pays membres sur la situation économique et budgétaire française. A priori, compte tenu de la montée des partis anti-européens, une large coalition partis conservateurs, partis libéraux et partis socio-démocrates est envisageable.

A suivre, cette semaine :

Lundi 19 mai 2014
Au Japon, il faudra regarder les résultats de la production et des commandes de machines pour le mois de mars. Un bon résultat est attendu mais qui ne saurait préjuger de l'avenir. Les déboires de Sony démontrent que l'économie japonaise n'est pas sortie de ses problèmes.

Mardi 20 mai 2014
Au Royaume-Uni sera attendu l'indice des prix à la consommation pour le mois d'avril. En mars, l'inflation a été en repli de 0,1 point et avait rejoint son niveau le plus bas depuis octobre 2009. Il est fort probable qu'elle soit dans les mêmes eaux en en avril.

Mercredi 21 mai 2014
Au Japon, il faudra suivre les résultats du commerce international pour le mois d'avril. Il est possible que le déficit commercial diminue en avril, en raison d'une baisse des importations avec le ralentissement de la demande intérieure de la demande intérieure et l'augmentation des exportations. Néanmoins, le déficit resterait autour de 2,5 % du PIB ce qui est un comble pour l'ex-champion des excédents commerciaux...

Jeudi 22 mai 2014
Les grandes banques centrales ont leur réunion respective jeudi sauf en ce qui concerne la BCE.
Au Royaume-Uni, sera officiellement dévoilé le taux de croissance du PIB du 1er trimestre. Dans les faits, il est déjà connu. Il a atteint +0,8% t/t, après +0,7% t/t au T4 2013.
Après les résultats mitigés de la croissance au 1er trimestre, il faudra regarder de près les enquêtes PMI (France, zone euro, Allemagne) de Mai pour apprécier l'activité du deuxième trimestre. Elles pourraient confirmer l'amélioration de la conjoncture. L'indice composite d'activité (à 54 en avril) devrait avoir progressé à nouveau en mai, grâce principalement à une accélération de l'activité dans les services.
En France, il sera très intéressant de lire les enquêtes INSEE sur le climat des affaires de mai. En avril, l'indicateur composite du climat des affaires de l'INSEE traduisait une stagnation pour son septième mois. En mai, une amélioration est attendue.
Aux Etats-Unis, plusieurs indicateurs avancés seront publiés jeudi

Vendredi 23 mai 2014
En Allemagne, il faudra étudier l'indice IFO de mai. A 111,2 en avril, l'indice IFO avait augmenté pour se placer juste en dessous de son dernier pic de juillet 2011. En mai, il devrait avoir baissé, en raison des problèmes ukrainiens et chinois.

La lettre économique est une publication réalisée par Lorello Ecodata, cabinet de conseils en stratégies économiques dirigé par Philippe Crevel et avec le concours d'O2P-Conseil

-------------------------------------------------------

11H45

Morning Briefing - ETX Capital

A soft start for European equity markets after data overnight sparked concerns that China’s slowing property market may sap growth further in the world’s second largest economy. Latest flare-up in tensions between Ukraine and Russia give the market another reason to take some cash off the table.

All major European benchmarks are in the red, pressured by losses in Asian markets overnight with the Shanghai Composite off 1%, while the Hong Kong’s Hang Seng declined over 0.4% amid worries about cooling house price data.

Prices for new homes in China climbed in 44 of 70 cities tracked by the Chinese government last month, compared with 56 cities in March – in total, home prices in Beijing rose just 0.1% from March, the smallest increase since September 2012.

The worry here for market participants is that with the housing market driving the advances in China’s economy over the years, a housing slowdown triggers a wider concern that the economy may now be in full-swing slowdown mode and there seems little resolve by policymakers in the country to act just yet, accepting that weakness is warranted as the government transitions China.

China itself as an economy may be able to handle its slowing growth fundamentals but neighbouring nations certainly are finding it tough. For example, in Australia, miners that export heavily to China led the sell-off which left the S&P/ASX 200 index down 1.3 % and the Aussie dollar off 0.1% to $0.9348 against the USD.

Meanwhile, India’s Sensex index is up 1%, setting another record day of gains while the rupee is at its strongest in 11 months as market participants continue to welcome the election of Narendra Modi as the country’s new PM.

Across other assets, highly-rated sovereign bond yields remain near multi-month lows with UK gilts and German bunds up a touch this Monday morning. Meanwhile, gold prices are up around $4 to $1,297 and the Japanese yen gaining 0.1% against the US dollar to Y101.39. Elsewhere, the euro climbed against most peers, up 0.2% against the greenback.

Geopolitical tensions remain high - clashes in Ukraine’s east continued over the weekend between government forces and pro-Russian rebels, who have declared an independent state. With the Ukrainian presidential election scheduled for May 25, markets are worrying the tensions will rise ahead of the elections as rebels who want to vote in eastern parts of Ukraine say they want to join Russia, which is seen as illegal by Ukraine and Western powers.

Looking ahead to the session, the economic data menu is virtually empty for Monday, which will leave investors focussing on China data and geopolitical tensions for most of the trading session, at least until the US markets open, which could provide some direction. Tuesday sees the UK print producer prices and consumer price inflation data.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

9H45

Good Morning FY Readers!

European markets have started out the new trading week little changed to slightly lower this morning with some weakness coming out of Asia where disappointing Chinese housing data and a strong Japanese Yen have been weighing on markets overnight.

Concerning the situation in the Ukraine, there have been very few new major developments over the weekend with some fighting continuing in some provinces between pro-Russian rebels and Ukrainian government forces ahead of the Ukrainian presidential elections due to take place this Sunday.

Also not necessarily unexpected Deutsche Bank has announced to raise 8 Billion of new capital, while this provides investors with more certainty and strengthens the bank’s finance position at the same time some are worried that the amount being raised might not be enough especially with some fines still might be looming from the bank’s involvement of rigging the currency markets.

Overall there are few data scheduled for release today, with traders continuing to speculate what kind of action the ECB will likely take in June to stem the ascend of the Euro and to combat low inflation. In light of the lack of data and news today trading volume is likely to be on the low side with markets confined to somewhat narrow trading ranges for most of the day.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst
Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

-----------------------------------------------------------------

9H30

UBS daily roundup - Nothing but central bankers. (Fun!)

Paul Donovan daily briefing.

• The data calendar has nothing on it. Instead markets are to be treated to a steady succession of central bankers talking about policy. This is no bad thing, as there is the potential for a wide range of views on policy outcomes.

• A trio of ECB speakers are likely to reinforce the idea of a June easing (Draghi's burlesque press conference established that). The idea of a 10bp or 15bp rate cut is the focus of market attention – the question is what else (if anything) is offered.

• Bank of England Governor Carney has been insisting that the Bank is focused on the housing market and can do something about it – including advising against continuing the government's right to buy/bubble scheme.

• Williams and Fisher of the US Fed are both speaking. As October approaches, and with it the end of quantitative policy tightening, attention must shift to phase two and monetary tightening. There is scope for considerable disagreement over "when?" and "how quickly?".

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

9H15

Les marchés attendus en léger repli avant une séance pauvre en annonces

Marchés Actions : Au chapitre des actions, la semaine dernière a été très volatile pour les investisseurs. Après une séance de jeudi marquée par les pertes, Wall Street a débuté la séance de vendredi dans le rouge. La tendance baissière a été observée pendant la plupart de la journée, avant un renversement de situation en fin de séance qui a permis aux principaux indices de finir dans le vert. Ainsi, le Dow Jones a réussi à progresser de 0,27% à 16.491,31 points, mais subit un repli hebdomadaire de -0,56%. Le S&P 500, qui a dépassé les 1.900 points pour la première fois mardi dernier, s’est apprécié de 0,37% à 1.878 points et finit la semaine parfaitement à l'équilibre. Enfin, le Nasdaq a présenté le plus gros gain, en se hissant à 4.090,59 points pour une progression de 0,52%.

Au final, les marchés de Wall Street ont été dopés par JC Penney (+16,5%), Applied Materials et Autodesk (+8,1%), Sandisk (+3%), Intuitive (+2,7%), Regeneron (+2%), et Electronic Arts (+1,9%). En revanche, ils se sont vus plombés par Netapp qui a perdu -3%, Mylan (-21,2%), Tripadvisors (-1,7%) et Yahoo! -1,15%.

Du côté des sociétés, un nouveau chapitre s’ajoute à la tentative de Pfizer de racheter le groupe pharmaceutique britannique Astra Zeneca. Le géant pharmaceutique étasunien serait prêt à payer 55 livres par titre Astra Zeneca, soit 70 milliards de livres (environ 117 milliards de dollars). Cette acquisition, permettrait à Pfizer de déménager son domicile fiscal au Royaume-Uni où l'impôt sur les sociétés est moins élevé qu'aux Etats-Unis. Néanmoins, d’après des sources proches de l’entreprise britannique, cette offre améliorée devrait encore être rejetée. Ainsi, vendredi, les titres d’Astra Zeneca ont cédé 0,3% à 80,28 ; alors que ceux de Pfizer se sont appréciés de 0,21% à 29,12.

A l’agenda, le programme de ce début de semaine est très allégé. En effet, aucune statistique de premier plan n’est annoncée aujourd’hui, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe. Du côté des entreprises, seul le Groupe Flo présentera ses résultats du premier trimestre, après la clôture des marchés.

Ce matin, la Bourse de Tokyo a fini en baisse de 0,64%. La progression du yen pénalise les exportations, alors que les investisseurs restent à l’attente de plusieurs annonces macroéconomiques importantes cette semaine, notamment la décision de politique monétaire de la banque du Japon. L'indice Nikkei a perdu 90,15 points à 14.006,44 et le Topix, indice plus large, a cédé 9 points (-0,78%) à 1.150,07.

A quelques minutes avant l’ouverture de la place de marché, le contrat à terme sur le CAC 40 perdait 0,27%. La bourse de Paris est ainsi attendue légèrement en baisse, dans une séance calme après la très forte volatilité observée la semaine dernière. En effet, les investisseurs pourraient avoir peu d’appétit pour le risque en attendant les annonces économiques clefs qui devront être publiées en milieu de semaine des deux côtés de l’Atlantique.

Forex : La parité EUR/USD évolue dans le vert ce matin et cote aux alentours des 1.3717$, soit en hausse de 0.13%, après avoir perdu plusieurs figures ces dernières semaines. En effet, la paire phare du forex allait réussir à côtoyer les 1.40$ le 8 Mai 2014, mais n’est finalement pas parvenue, atteignant au plus haut les 1.3994$. La journée devrait être relativement calme et atone dans la mesure où très peu d’annonces macroéconomiques sont attendues. Le reste de la semaine devrait être plus chargé, dans la mesure où les investisseurs attendent la publication mercredi des minutes de la Réserve fédérale américaine, ce qui fait momentanément monter la monnaie unique européenne.

Les paires en yen sont encore orientées à la baisse ce matin après avoir déjà encaissé plusieurs semaines consécutives de baisse. La paire USD/JPY perd depuis l’ouverture de 0.16% et cote aux alentours des 101.33 yens à près de 9h, tout juste à la limite de passer sous les 100 yens, un niveau symbolique pour la paire, alors qu’elle cotait au plus haut de la semaine passée aux encablures des 102.35 yens. Bien qu’il existe un potentiel à la hausse, la zone des 102 yens pourrait être franchie à nouveau à moyen terme, la tendance de la parité à court terme est baissière, et le niveau des 100.15 yens reste à surveiller. De même, la parité EUR/JPY encaisse de nombreuses séances en baisse, elle cote aux encablures des 138.95 yens, soit en baisse de 0.06% depuis l’ouverture alors que la parité se négociait aux alentours des 140.94 yens au plus haut la semaine dernière.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent s’échangent en territoire positif ce matin en progressant respectivement de 0,12% et 0,21% à 102,14$ et 109,98$. Le brut de référence européen progresse profitant des spéculations sur de possibles problèmes d’approvisionnement dus à l’escalade des violences en Libye. Rappelons que la Libye possède les plus grandes réserves de pétrole d’Afrique. Le gouvernement libyen accuse un général de l’armée à la retraite de préparer un coup alors que l’Assemblée générale a été suspendue suite aux affrontements à Tripoli. La production libyenne est descendue à 13% de sa capacité, soit 215 000 barils par jour. Du côté de l’Ukraine, les forces gouvernementales ont combattu les insurgés séparatistes qui se sont proclamés indépendants.

Du côté des métaux précieux, la journée commence dans le vert. Le métal jaune progresse de 0,21% à 1 296,19$. Dans le sillage de l’or, l’argent engrange 0,53% à 19,47$. L’or se maintient en dessous de la barre des 1 300$, les investisseurs se montrant indécis entre d'un côté la santé de l’économie américaine et de l'autre, les tensions en Ukraine. Les forces armées ukrainiennes tentent de maitriser les séparatistes dans la partie Est du pays. Le platine et le palladium progressent respectivement 0,30% et 0,36% à 1 469,38$ et 818,38$. Les investisseurs s’inquiètent de l’approvisionnement en provenance de l’Afrique du Sud pour ces deux métaux précieux. Rappelons que la grève a duré près de 16 semaines, ce qui a paralysé la production du plus gros producteur mondiale de platine et deuxième en production de palladium.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

15 mai 2014

La situation de l’économie française en 2013

Communiqué Afep (Association française des entreprises privées) du Jeudi 15 mai 2014.

L’INSEE a dévoilé ce matin les comptes de la Nation pour l’année 2013, ainsi que les résultats pour le premier trimestre 2014 (1). Le présent flash en résume les principales informations.

1. Une demande intérieure légèrement moins atone qu’en 2012…

Après avoir légèrement progressé en 2012 (+ 0,3 %), le produit intérieur brut (PIB) a également crû de façon modeste en 2013 (+ 0,3 %). Cette évolution s’explique par une contribution positive de la demande intérieure (+ 0,4 %) et du commerce extérieur (+ 0,1 %), alors que celle de la variation de stocks a été négative (- 0,2 %). Suite à son recul historique en 2012, la consommation des ménages a faiblement augmenté en 2013 (+ 0,2 %), alors que les dépenses de consommation des administrations ont progressé plus fortement (+ 2,0 %). En revanche, l’investissement des ménages et des entreprises a reculé l’an passé (- 1,0 %) et son niveau reste inférieur de 5 % à celui de 2007, avant la crise financière. S’agissant du commerce extérieur, la contribution légèrement positive résulte d’une progression plus rapide des exportations par rapport aux importations (+ 2,2 % contre + 1,7 %), les premières étant tirées par une évolution plus dynamique du commerce international, les secondes se redressant grâce au léger rebond de la demande intérieure.

Après son recul en 2012, le pouvoir d’achat du revenu disponible brut des ménages s’est stabilisé en 2013 grâce à la désinflation constatée dans le domaine de l’énergie, des loyers et de certains produits alimentaires. Le revenu des ménages a une fois de plus été soutenu par les prestations sociales en espèces et, dans une moindre mesure, par les revenus d’activité (ralentissement du salaire moyen) et du patrimoine, alors que les impôts courants ont encore pesé sur la situation financière des ménages. Il est à noter que, du point de vue du pouvoir d’achat au niveau individuel (pouvoir d’achat par unité de consommation), un nouveau repli a été observé (- 0,6 %, après - 1,5 % en 2012).

Par ailleurs, l’INSEE annonce un déficit public de 4,2 % du PIB en 2013 (voir flash éco du 31 mars), soit un redressement de 0,6 point de PIB par rapport à 2012, la dette s’établissant à 91,8 % de la richesse nationale. Enfin, la Nation (2) a affiché en 2013 un besoin de financement de près de 42Md€.

2. … des entreprises toujours en difficulté

Parmi les facteurs expliquant la quasi-stagnation de l’économie française l’an dernier, les mauvais résultats des entreprises reflétés par la plupart des indicateurs jouent un rôle important. A 29,7 % (soit - 0,9 point par rapport à 2012), le taux de marge des sociétés non financières (SNF) atteint un nouveau creux inconnu depuis le milieu des années 80. La baisse du ratio tient à une nouvelle baisse de l’excédent brut d’exploitation (- 2,6 %) alors que la valeur ajoutée (+ 0,3 %) a progressé moins vite que la rémunération des salariés des SNF. S’agissant des prélèvements obligatoires, l’INSEE note la progression des impôts sur la production acquittés par les SNF (+ 5,6 %) avec, en particulier, les effets en années pleine du relèvement de 8 % à 20 % du forfait social décidé à compter d’août 2012. L’accélération de l’impôt sur les sociétés est également soulignée (+ 10,1 %, contre + 0,5 % en 2012) en raison de la mise en oeuvre des mesures décidées (notamment la limitation de la déductibilité des charges financières et de l’imputation des déficits, la réforme du cinquième acompte, la nouvelle contribution additionnelle portant sur les montants distribués). Si le solde des revenus financiers des SNF est plus favorable qu’en 2012, leur épargne a reculé à nouveau, tout comme leurs investissements, d’où une baisse du taux d’autofinancement (épargne/investissement).

3. Les premiers résultats pour 2014 : timide « reprise »

Selon l’INSEE, le PIB de la France aurait stagné au premier trimestre (T1) par rapport au trimestre précédent (3), après + 0,2 % au T4 2013. Ce résultat s’expliquerait par une contribution négative de la demande intérieure hors stocks (- 0,4 %) et du commerce extérieur (- 0,2 %), contrebalancée par une variation des stocks positive (+ 0,6 %). Après un T4 2013 relativement dynamique, la consommation des ménages aurait subi le contrecoup de certaines mesures (hausse des taux de TVA, durcissement du malus automobile) ainsi qu’un climat plus doux entraînant une baisse de la consommation d’énergie. De la même façon, après un T4 plutôt favorable, l’investissement serait reparti à la baisse au T1 2014. En matière de commerce extérieur, les importations auraient progressé plus rapidement que les exportations (+ 1,0 % contre + 0,3 %). Au total, l’acquis de croissance pour l’année 2014 est de + 0,3 % (la prévision du programme de stabilité pour l’année est de + 1,0 %).

A l’instar de la plupart des autres pays européens, l’année 2013 aura été seulement « moins mauvaise » que la précédente grâce à une progression, limitée, de la demande intérieure. Toutefois, la croissance économique a été handicapée par l’importance de l’ajustement budgétaire réalisé principalement au travers de hausses de prélèvements (+ 30Md€ prévus initialement en tenant compte de l’ensemble des mesures ayant un impact sur l’année) qui ont pesé sur les entreprises et les ménages. Pour les premières, certains indicateurs semblent plus dégradés encore qu’en 2012, avec un niveau de marge historiquement faible pour les sociétés non financières qui pénalise l’investissement productif. Pour les seconds, le léger rebond du pouvoir d’achat tient avant tout à la désinflation prononcée observée en 2013, plus marquée que la décélération des salaires. Pour l’année en cours, le chiffre du premier trimestre conforte l’idée d’une reprise très progressive au cours de laquelle la croissance atteindra au plus 1 %, soit un taux insuffisant pour faire reculer le chômage. Si les aléas économiques et géopolitiques, qui demeurent nombreux à ce stade, n’emportent pas de conséquences négatives pour l’activité, 2014 pourrait être une année de transition vers une croissance plus forte à compter de 2015-2016. Toute la question est de savoir si cette dernière sera molle (en-dessous du taux de la croissance potentielle, soit environ 1,5 %) ou plus dynamique (2 % ou plus) alors que l’écart de production (« output gap ») demeure élevé. Cela dépendra à la fois de la conjoncture internationale, de l’impact économique de la nouvelle consolidation budgétaire, axée sur des économies en dépenses, et du « pacte de responsabilité et de solidarité », qui doit stimuler l’offre.

(1) Les chiffres présentés dans ce flash tiennent compte du « changement de base » de l’INSEE (voir flash éco du 17 avril).
(2) Au sens de la comptabilité nationale, cinq grands secteurs institutionnels composent l’économie nationale : les sociétés non financières (SNF), les sociétés financières (SF), les administrations publiques (APU), les ménages et les institutions sans but lucratif au service des ménages (ISBLSM).
(3) Attention, il s’agit là de premiers résultats susceptibles d’être révisés par la suite en raison d’opérations de calage entre les comptes trimestriels et les comptes annuels. Celles-ci peuvent avoir pour conséquence de réviser les chiffres présentés de quelques dixièmes. Ainsi, l’INSEE a révisé à la baisse son estimation du quatrième trimestre 2013 (de + 0,3 % à + 0,2 %).

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Jones Day conseille Shiseido sur la cession de ses activités Decléor et Carita à L’Oréal pour 230 M€ 19/05/2014
- Capitole Angels mène une levée de fonds de 300,000€ dans Arborati 19/05/2014
- Babyloan annonce une levée de fonds de 800,000 € auprès de la Caisse des dépôts 16/05/2014
- Novapost annonce une levée de fonds de 17,5 M$ auprès d’Accel Partners 16/05/2014
- Wheretoget lève 2M$ auprès d’Alven Capital 16/05/2014
- Bpifrance accompagne le Groupe Joubert dans le cadre d’une levée de fonds de 12 M€ 16/05/2014
- Ilo Technology boucle un tour de table de 2 M€ auprès de Capital Export 16/05/2014
- Digital Dimension annonce l’acquisition de Rayonnance 16/05/2014
- Orchestra Prémaman acquiert Home Market 16/05/2014
- Soufflet Agriculture met la main sur les Ets Raynot 16/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

La production industrielle en baisse de 0,3% dans la zone euro

Mars 2014 comparé à février 2014.

Baisse de 0,2% dans l’UE28.

En mars 2014 par rapport à février 2014, la production industrielle corrigée des variations saisonnières a reculé de 0,3% dans la zone euro (ZE18) et de 0,2% dans l'UE282, selon les estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne.
En février 2014, la production industrielle avait augmenté respectivement de 0,2% et 0,3%.

EUROSTAT
ec.europa.eu


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Lundi 19 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs