Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 18 juin 2014 (#6 - 19H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 18 juin 2014 (#6 - 19H00)

US Mortgage Applications Drop, FOMC Economic Projections

European equity markets marched higher Wednesday as market participants continued to snap up battered stocks in the recent selloff. Violence in Iraq still unsettles the market but traders are waiting for the Federal Reserve’s policy decision. U.S. stock markets were little changed, following a three-day gain for the Standard & Poor’s 500 Index.

Though the main focus is on the Fed’s meeting, US mortgage applications hit the tape and showed a drop last week, following a rebound the week before. Applications fell 9.2% week-on-week – this will certainly be factored into the Fed’s thinking as cooling US housing activity over the last year has become an increasing concern for the central bank.

So, consensus expectations are for the Fed to trim its monthly asset purchases by $10bn to a $35bn monthly pace and maintain its current monetary policies, however, the big focus will be on the dots, which refer to the individual predictions by policymakers as to where the central bank's key Fed funds rate will be. Fed officials will release a new set of quarterly predictions for unemployment, inflation, economic growth and the benchmark federal funds rate. In terms of what to look out for, it will be intriguing to see whether Janet Yellen will re-emphasize keeping the main interest rate close to zero for at least a year, considering that inflation is rising toward the Fed’s 2% target and the job market is improving faster than officials expected.

On geopolitical tensions, Yellen may be asked what the spike in oil prices mean for the Fed’s policies, as inflation could be driven higher on the back of rising oil prices. Oil remains pressured by the events in Iraq with Brent crude trading down a few cents to around $113.83 a barrel, remaining below last week’s nine-month intraday high of $114.69. It’s well known that every $10 increase in the price of a barrel of oil ends up cutting global growth by about 0.2 of a percentage point. This is a worrying prospect for global economic growth so it’s likely the Fed will have to respond to questions regarding the geopolitical crisis.

Over in the UK earlier, sterling rallied through the $1.70 mark and towards its recent five-year high after minutes from the Bank of England’s June Monetary Policy Committee meeting – although that rally proved to be short-lived. The minutes revealed that BOE members expect to raise interest rates sooner than previously thought.

BoE governor Mark Carney said last week that a rise “could happen sooner than markets currently expect”, moving expectations for action from spring 2015 towards late 2014. That said, much depends on the outlook for inflation in the UK economy and the BOE are conscious of the importance of increasing rates gradually rather than suddenly.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Bank of England Monetary Policy Committee: Analysis

The Bank of England’s meeting minutes for the May mark a dramatic change in the central bank’s language regarding monetary policies – the BOE unanimously voted to hold policies at current levels, but what is telling about these minutes is that members discussed raising interest rates sooner than previously anticipated. Governor Mark Carney surprised markets by warning last week at the annual Mansion House speech that the first interest rate hike in the UK could happen sooner than expected. He echoed the meeting minutes, teeing the market up for monetary tightening – although the BOE have warned that premature tightening could be detrimental to the UK economy.

Cautious optimism seems to be the current mood at Threadneedle Street, with the central bank simply putting out feelers regarding interest rate rises, but at the same time recognising risks that are associated with premature tightening. However, the general message is encouraging, with the Bank’s preparations for an interest rate increase at some point in the near future acting as another indicator that the UK economy is getting back on its feet.

Either way, with the BoE firing this warning shot with regards to rate rises, the market has no choice but to take this information into account and prepare accordingly.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Nikkei Up Despite Negative Macroeconomic Data, Brent Crude Continues to Trade at High Levels

Equity markets in Europe traded higher for a second consecutive session as market participants continue to hunt for value; continued violence in Iraq is still affecting the markets, though traders are focussed on the Federal Reserve’s policy meeting decision later.

The Fed is set to reduce the bond buying programme by $10 billion to $35 billion and retain interest rates at current levels. The Fed will also release a new set of quarterly forecasts for unemployment, inflation, economic growth and the benchmark federal funds rate – traders will analyse this updated forecast for indications as to when the Fed will raise interest rates. In the UK, we have had minutes from the Bank of England’s May meeting – as indicated by BOE Governor Mark Carney in his Mansion House speech on Thursday, the central bank suggested that rates could be increased earlier than the market expects, teeing the market up for an environment of gradual rate hikes. In the FX space, sterling moved higher following the BOE minutes while euro was largely flat and the USD was steady.

Events in Iraq are being closely followed after Islamist insurgents seize Iraq’s biggest oil refinery with mortars and machine guns, reportedly attacking from two directions. Oil remains pressured by the events, with Brent crude trading down a few cents to around $113.20 a barrel, remaining below last week’s nine-month intraday high of $114.69. Violence in Iraq has largely been confined to the north of the country but markets are worried about possible advances south by insurgents. Additionally, there are worries that the US will expand its military presence in Iraq by sending more troops on ground – already, a US aircraft carrier and five other warships are now stationed in the Persian Gulf.

On Tuesday in the US, the S&P 500 rose 0.2% but those results didn’t have much of a bearing on the Asian session overnight; most markets drifted lower with the exception of the Japanese national index. In Tokyo, the Nikkei 225 advanced on the preliminary blueprint for Japan’s “third arrow” of reforms set out by Prime Minister Abe. Data from Japan showed exports fell for the first time in more than a year last month, while imports declined for the first time since October 2012. Elsewhere, Hong Kong's Hang Seng was flat while the Shanghai Composite fell after data showed property prices cooling on the Chinese mainland. China new home prices data rose 5.6% from a year ago, versus a 6.7$ rise in April.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS



Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading little changed to slightly higher this morning on the back of mixed overseas markets overnight and ahead of the release of the FOMC decision later this evening.
Despite stalling US growth in the first quarter which was mostly weather related the Fed is expected to continue with their’ tapering’.
All in all many traders are expecting tonight’s FOMC meeting to be a non-event which in itself should be positive for the markets as the continuing tapering would clearly show that the Fed has plenty of confidence in the US economy and that economic activity is in the process of staging a considerable rebound in Q2.
There have been some concerns that the Fed might follow the example of BOE chief Mark Carney who a couple of days ago warned that interest rates might rise earlier than markets currently expecting especially after higher than expected CPI data.
However in comparison to the UK economy the US has been lagging somewhat in recent months and a rise in rates before 2015 still seems to be rather unlikely at this stage.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black



UBS daily roundup - Seurat Yellen

Paul Donovan daily briefing.

• The Bank of England minutes are due – and it seems likely that a consensus on tightening is emerging rather than a hawkish split. Markets will focus on 1) timing, 2) speed and 3) triggers for action (obviously – what else would markets be interested in?).

• The Fed meeting should conclude with the normal $10bn reduction in quantitative policy; the market will not care. What does matter is any shift in tone at the press conference (three new members join the FOMC), and the picture painted by the infamous "point" forecasts.

• The Fed press conference may have questions about inflation, as consumer prices have picked up. Interestingly, food prices were a key part of the US inflation rise, and there is a (small) global component to food. This may be a pertinent signal for the Euro area and Asia.

• The minutes of the Bank of Japan meeting where citing export growth as a supporting factor for the economy. It is perhaps somewhat unfortunate timing that the trade data was released on the same day as the minutes, showing slower exports.




Les investisseurs espèrent trouver plus de catalyseurs après le FOMC

Marchés Actions : Les principales places boursières sont repassées en territoire positif, malgré un volume d’échanges étriqué et un contexte géopolitique invitant à la prudence. En France, le Cac 40 a progressé de 0,58% à 4.536,07 points, dans un volume d’échanges limité à 2,7 milliards d’euros, à comparer avec une moyenne 2014 de 3,3 milliards. L’indice parisien s’est vu porter principalement par BNP Paribas et Essilor. L’action de la banque progresse de +1,22% à 52,21 euros en confirmant sa reprise après la chute causée par le procès légal aux Etats Unis. En effet, la banque risque jusqu'à 10 milliards de dollars d'amende pour avoir réalisé des transactions en dollars avec des pays placés sous embargo américain. Quant à Essilor, le géant français des lentilles ophtalmiques finit en tête du Cac 40 en gagnant 2,65% à 79,83 euros. De l’autre côté de la monnaie, Alstom recule de 1,24% à 28,965 euros au lendemain de la présentation d’une offre de rachat commune de Siemens et Mitsubishi Heavy Industries (MHI) jugée décevante par les investisseurs.

Outre-Atlantique, les indices de Wall Street ont profité des annonces économiques pour finir dans le vert, malgré la crise iraquienne. L'indice Dow Jones a fini sur un gain de 27,48 points, soit 0,16%, à 16.808,49. Le S&P-500, a pris 4,21 points, soit +0,22%, pour finir proche de son record, à 1.941,99 points. Enfin, le Nasdaq Composite a grimpé de son côté de 16,12 points (+0,37%) à 4.337,234. Ces résultats ont été catalysés par les prix à la consommation qui ont augmenté de 0,4% en mai, soutenus par la plus forte hausse (+0,5%) des prix alimentaires depuis août 2011, confirmant une remontée progressive des pressions inflationnistes. Il s’agit de résultats encourageants pour la première économie mondiale, étant donné qu’inflation rime souvent avec croissance économique.

Ainsi, cette annonce permet aux investisseurs d’avoir un regard plus serein sur la réunion de la Réserve Fédérale étasunienne. A priori, la Fed annoncera, pour la cinquième fois, une réduction du rythme des achats d’actifs de 10 milliards de dollars, à 35 milliards et pourrait donner des indices sur la remontée des taux directeurs. Par ailleurs, la Fed dévoilera ses nouvelles projections d’inflation et de croissance pour 2015 et 2016. En mars, son estimation médiane pour la croissance à la fin 2016 est passée à 2,25 %, contre 1,75 % en décembre.

Avec ce grand rendez-vous en perspective, les marchés sont attendus à la hausse. A quelques minutes avant l’ouverture, le CAC 40 pourrait ouvrir en hausse de 0,1%, tandis que le Dax et le FTSE seraient en mesure de progresser 0,2%.

Forex : Hier, les cambistes ont suivi avec attention l’indice des prix à la consommation au Etats-Unis qui a affiché une progression de 0,4%, soit son plus haut niveau de progression depuis le mois de février. Cette statistique publiée un jour avant la décision de la Fed, a suscité un regain d’intérêt du dollar de la part des investisseurs.

Ainsi, pour la journée d’hier, la monnaie unique européenne s’est dépréciée face au dollar. En effet, le cross EUR/USD a reculé de près de 50 pips et est repassé en dessous des 1,35$. Depuis la fin de la journée, l’EUR/USD reste dans un cannal horizontal compris entre 1,3538 1,3548$ depuis cette nuit, et 1.3510$ - 1.3585$ depuis plusieurs jours. Actuellement le cross se traite à 1,3543$, soit en dessous de son actuel point pivot fixé à 1,3556$.

Le billet vert s’est également apprécié face au yen. En effet, l’USD/JPY a évolué en territoire positif tout au long de journée d’hier et prolonge actuellement son trend haussier. Le cross tend actuellement vers sa résistance 1 fixée à 102,31 yens et vient de dépasser le seuil symbolique des 102,20 yens.
Après avoir reculé face au franc suisse, le dollar a réussi à reprendre des couleurs. Le cross USD/CHF a rebondi sur le niveau 0,8964 CHF et s’est dirigé vers les 0,9000 CHF.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, les deux pétroles de référence évoluent en ordre dispersé ce matin. Le WTI grappille 0,08% à 106,45$ tandis que le Brent cède 0,28% à 113,13$. Le Brent est tombé d’un plus haut en neuf mois suite aux spéculations sur une non-propagation des violences aux principales zone productrices de pétrole, à savoir la région sud, en Irak. Les militants islamistes ont combattu contre l’armée dans une ville proche de Bagdad, alors que les Etats-Unis envisagent des options pour éviter au deuxième pays producteur de l’OPEP de voir sa production fortement diminuer. Les troupes kurdes ont pris le contrôle d’une zone de production pétrolière près de Kirkouk suite à son abandon par l’armée la semaine dernière. Les investisseurs restent attentifs à l’évolution du conflit mais ne semblent pas vouloir projeter le Brent sur un nouveau plus haut. Rappelons que le Brent a progressé de 4,4% la semaine dernière, soit la plus forte progression depuis Juillet dernier.

Du côté des métaux précieux, c’est une journée rouge qui commence, l’or abandonnant près de 0,24% et s’échange donc proche des 1 267,59$, et l’argent cédant 0,26% à 19,69$. Le métal jaune continue de s’échanger en dessous de son niveau le plus haut en trois semaines avant la fin de la réunion de la FED aujourd’hui.

L'équipe Saxo Banque
Saxo Banque (France)

16 Juin 2014

BCE : le plus intéressant reste à venir !

Par Christian JIMENEZ, Président de Diamant Bleu Gestion, Professeur agrégé d’économie.

Comme à l’été 2012, la BCE a pris la mesure des défis auxquels est confrontée l’union économique : combattre la déflation et faciliter la transmission du crédit à l’économie réelle. Malgré son envergure inédite, l’arsenal annoncé par Mario Draghi devrait, au final, apporter un écot marginal à la stimulation de la croissance.

Mario Draghi a choisi de déployer toute une série de mesures, conventionnelles et non conventionnelles, dont la nature est pour certaines d’entre elles sans précédent en zone Euro : opérations ciblées de refinancement à long terme auprès des banques, taux directeur abaissé à 0.15%, basculement du taux de dépôt en territoire négatif (-0.10%), mise en suspens de la stérilisation des anciens rachats d’obligations (ce qui va apporter près de 200 milliards d’euros de liquidités aux banques concernées) et enfin, dispositions préparatoires à l’achat ciblé d’instruments de titrisation (ABS, Asset Backed Securities). Ce dernier levier est le plus innovant, puisqu’il pourrait permettre à la banque centrale de refinancer directement l’économie en rachetant des actifs de titrisation (titrisation de prêts aux entreprises). Certes, le gisement actuel de titrisations semble insuffisant mais les mesures récemment prises pour inciter les assureurs à investir plus massivement dans les tranches les moins risquées des titrisations devraient aider à dynamiser le marché.

Des dispositions louables… mais un succès incertain

Il est bien difficile à ce stade d’évaluer le succès présumé de l’imposant arsenal déployé par Mario Draghi. La manipulation des taux, ou encore les prêts ciblés à long terme (le fameux T-LTRO, Targeted Long Term Refinancing Operations) octroyés aux banques sous conditions, n’apportent pas de garantie absolue quant au réveil de l’économie européenne. Les établissements bancaires sont en plein cycle d’assainissement structurel de leur bilan pour répondre aux exigences de robustesse imposées par les instances de régulation. A quelques mois de nouveaux stress-tests dans le cadre du fameux « Asset Quality Review », le secteur bancaire reste confronté à deux forces contradictoires, d’un côté l’incitation à prêter davantage aux acteurs de l’économie, de l’autre la nécessité continue de renforcer leurs fonds propres.

La valeur ajoutée du nouveau LTRO est discutable

Certains relativiseront aussi la portée des deux nouvelles opérations de LTRO, puisqu’en réalité la BCE n’apportera pas nécessairement de liquidités fraîches. Le volume de financement proposé aux banques correspond peu ou prou au montant des remboursements des précédents LTRO, acquittés d’ici la fin de l’année. De fait, à l’opposé des autres grandes banques centrales qui ont mis en œuvre des politiques expansionnistes, la BCE opère un « roulement » de ses prêts, mais n’augmente pas son bilan. Deux tranches de prêts de 200 milliards d’euros chacune seront déployées en septembre et décembre prochain, tandis que des opérations de refinancement similaires pourront être répétées chaque trimestre entre mars 2015 et juin 2016. Les prêts aux banques issus des deux premières tranches représenteront, au maximum, 7% du stock de crédits aux entreprises établi dans le bilan des banques en question. Dans le cadre de ces deux opérations, la banque centrale refinancera de fait un volume de prêts existants ce qui n’augmentera pas non plus le bilan des banques.

De leur côté, les opérations trimestrielles seront capées en fonction des flux bruts de nouveaux crédits délivrés par les banques, dont rien ne garantit qu’ils dépasseront les tombées d’anciens crédit. Il aurait mieux valu que la BCE raisonne sur des flux nets, c’est-à-dire sur l’accroissement du bilan des banques. Celles-ci pourront toutefois emprunter jusqu’à trois fois le montant des nouveaux prêts consentis aux entreprises sur le trimestre précédent, cet effet de levier est évidemment le bienvenu. Très technocratique, la méthodologie employée par la BCE risque de s’avérer, au final, improductive.

L’action de la BCE était tout-à-fait nécessaire, mais elle ne suffira pas, à elle seule, à déverrouiller le redémarrage de la croissance. Sa réussite est étroitement conditionnée à un « choc psychologique » chez l’ensemble des agents économiques. Les mesures de la banque centrale sont bel et bien historiques, parce qu’inédites, mais leurs effets ont de grandes chances d’être marginaux et différés.

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Uniconseils entre dans le giron de Mazars 17/06/2014
- Le groupe Nexeo acquiert Finaxium 17/06/2014
- Acticam organise la cession de MT2A 17/06/2014
- Etude Preqin: Private equity secondaries fundraising surges in 2014 17/06/2014
- Stehlin & associes, Mayer Brown et DLA Piper sur la cession de Children Worldwide Fashion à Dzeta conseil 17/06/2014
- Gide, conseil de ProSiebenSat.1 Media dans le cadre de sa prise de participation dans Deezer 17/06/2014
- Coface lance son introduction en Bourse sur le marché réglementé d’Euronext Paris 17/06/2014
- Biosantech réalise une levées de fonds en crowdfunding via Happy Capital 17/06/2014
- Prestodiag boucle une levée de fonds de 2,2 M€ 17/06/2014
- PAI Partners en négociations exclusives pour le rachat d’une participation de 50% dans Labeyrie Fine Foods 16/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

12 juin 2014

Production industrielle - Avril - Eurostat

Avril 2014 comparé à mars 2014 : La production industrielle en hausse de 0,8% dans la zone euro. Hausse de 0,7% dans l’UE28

En avril 2014 par rapport à mars 2014, la production industrielle corrigée des variations saisonnières a progressé de 0,8% dans la zone euro (ZE18) et de 0,7% dans l'UE28, selon les estimations d’Eurostat, l’office statistique de l'Union européenne. En mars 2014, la production industrielle avait reculé respectivement de 0,4% et 0,3%.


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 18 Juin 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs