Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 17 juin 2014 (n°5 - 17H00)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 17 juin 2014 (n°5 - 17H00)
17H00

UK Inflation Drops, German ZEW Index Falls

Data out on Tuesday offered markets a glimpse of the state of confidence in the German economy as the ZEW index reported a drop despite the European Central Bank cutting interest rates. The ZEW investor expectations came in at 29.8, below forecasts of 35.0 from its May reading of 33.1.

In the UK, inflation dropped further to an annual 1.5% in May, short of market expectations and off from 1.8% in May – this was driven by falls in transport services costs such as air fares as well as the food & non-alcoholic drinks and clothing sectors.

Across FX markets, we have firmer USD, weaker yen and steady sterling which fell after the UK inflation data – traders are now eyeing the Bank of England’s meeting minutes, due Wednesday. Gold meanwhile dropped by nearly 1% to around $1265 per ounce ahead of the Fed’s meeting Wednesday. Gold rose last week on the back of tensions in Iraq as its safe-haven characteristics lured investors to park their cash in the metal instead of riskier assets like equities.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H30

Chinese Indices Fall, All Eyes on the FOMC

European stock markets are staging a mild rebound following recent weakness on the back of the Iraq conflict. Traders are using the recent selloff as an excuse to snap up stocks at lower prices, but worries about the geopolitical tensions continue to weigh on market sentiment. Oil prices have dropped slightly today but are still at risk of further spikes on the uncertainty around the situation in Iraq.

For now traders are focussing on the big risk-event for markets this week; the Federal Reserve’s policy meeting, which kicks off today and concludes tomorrow. The Fed is set to downsize the bond buying programme for a fifth straight month to $35billion – what the market is really looking for are hints and messages from the FOMC regarding upcoming monetary policy and the scope for rate rises next year. The Fed may still keep a dovish stance after the International Monetary Fund yesterday cut its economic growth forecast for the US in 2014, predicting growth of 2% down from an April estimate of 2.8%. The IMF reckons the labour market in the US will not fully recover until 2017, due to the low level of inflation – the Fed itself reckons it will be some time before the jobs market is in a firm growth zone, increasing the likelihood that the bank will maintain its dovish tone.

US markets rose on Monday despite the geopolitical tensions, but in Asia overnight equity markets fell, with China underperforming against peers after data showed foreign direct investment in the Chinese economy unexpectedly declined. The Shanghai Composite Index dropped 0.9% while Hong Kong’s Hang Seng Index fell 0.5%. However, in Japan the Nikkei225 rebounded following the release of blueprints by Prime Minister Abe for his third arrow reforms package –as such, the Yen declined. Other FX pairs are generally stable, while gold prices are trading a little lower following recent strength on seeing investors’ park positions in the metal due to its safe-haven characteristics.

Looking ahead we have inflation and producer prices data out of the UK, which will be in focus ahead of tomorrow’s Bank of England meeting minutes. However, it’s the Fed and its decision on monetary policies tomorrow that everyone’s looking out for.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H15

Good Morning Finyear Readers!

European share are trading higher this morning on the back of mixed markets in Asia and the US and no major further escalation of the situation in Iraq overnight.
While not yet necessarily a new trend, very disappointing foreign investment data out of China is giving reason for concern and might be pointing towards further weakness in the Chinese economy in the months ahead. Besides a full economic data calendar in Europe and the US today, focus will increasingly although probably only temporarily shift away from events unfolding in Iraq and the Ukraine to tomorrow’s FOMC meeting.
Centre stage this morning are likely to take the release of UK inflation data and the German ZEW index. Stronger than expected UK inflation data would certainly bring recent comments by BOE chief Carney back to the forefront that rates will rise earlier than the market currently expects.
Overall sentiment remains neutral in the short-term, while the situation in Iraq is without a doubt a reason for major concern, the rise in oil prices so far has been fairly limited pointing towards optimism that the West and Iran will find a way to prevent the insurgents making further advances and for the conflict to escalate across the Middle East.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

--------------------------------------------------------

10H45

UBS daily roundup - Anglo inflation

Paul Donovan daily briefing.

• Another Bank of England member (the normally dovish Miles) has been giving clear signals of a rate hike this year in the UK. It seems the Bank may be unusually united on this point. UK inflation is due, with the consensus looking for 1.7% yoy.

• US inflation is also due for release – we forecast 0.2% core and 0.3% headline (mom terms). We see rising inflation pressures this year, and it is worth noting that after so long a period of benign inflation when prices do rise, many are likely to gap up 3% to 5%.

• The IMF yesterday cut its US and global growth estimates, though this is simply a process of catching up with the market consensus (it has been lagging the private sector woefully). The IMF has no special insight or accuracy advantage relative to private sector forecasts.

• Risk aversion is still an issue, with attention focusing on Iraq. The Euro area is offering first quarter labour costs, but it is not the aggregate figure that matters so much as the component economies' labour costs (relative changes impact competitiveness).

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

10H30

Début de séance dans le vert avant le ZEW allemand

Marchés Actions : Le contexte géopolitique mondial pèse toujours sur les marchés actions. Dans un contexte marqué par l’incertitude et l’appréhension d’une escalade de la crise en Irak, les principales places de marché européennes ont clôturé la séance dans le rouge. Pour l’instant la situation n’est pas encore irrémédiable, étant donné que la révolte des djihadistes se concentre principalement dans le nord du pays. Le sud du pays, responsable de plus de 80% de l’exportation pétrolière, reste globalement stable. Cependant, une poussée du mouvement armé vers le sud n’est pas exclue. Si cela venait à se produire, les cours du pétrole pourraient voir une hausse de l’ordre de vingt dollars par baril, en pressurisant d’avantage les marchés. En effet, d’autres pays exportateurs susceptibles de prendre le relais dans la production de l’or noir, tels que la Libye ou le Nigéria, présentent régulièrement des problèmes d’approvisionnement. Ainsi, les Etats Unis ont mobilisé un porte-avions et deux navires de guerre dans le golfe Persique et seraient prêts à intervenir dans le cas où la situation deviendrait plus grave.

Par ailleurs, les tensions ont repris en Ukraine où une cinquantaine de soldats ukrainiens sont décédés suite à une attaque des rebelles pro-russes. A cela il faut rajouter que Gazprom a annoncé l’interruption de ses livraisons de gaz à l’Ukraine, un élément qui vient réchauffer d’avantage la poudrière de la frontière russo-ukrainienne.

L’annonce de ses nouvelles a fait fuir l’appétit pour le risque des investisseurs et a confirmé le mouvement de consolidation. Après les récents records catalysés par la Banque Centrale Européenne, les principaux indices européens reprennent une tendance baissière. Dans le cas du CAC 40, il s’agit de la quatrième clôture consécutive en territoire négatif, cette fois-ci sur un recul de -0,73%. Ainsi, l’indice parisien retombe sur les 4 510,05 points, son niveau le plus faible depuis deux semaines. Il a principalement été plombé par Alcatel-Lucent qui chute de 2,23% à 2,806 € et Crédit Agricole qui cède 2,22% à 11,455€. En revanche, la parapétrolière Technip réussit à surnager, en prenant 0,37% à 78,79€.

Ailleurs en Europe, le Dax 30 de la Bourse de Francfort recule de -0,28% à 9 883,98 points, le Footsie londonien cède -0,34% à 6 754,64 points, alors que le Stoxx 50 clôture la séance sur les 3 045,25 points, soit une perte de -0,42%.

A Wall Street, malgré les rumeurs d’un nouvel engagement militaire en Irak, les principaux indices ont fini symboliquement dans le vert. L'indice Dow Jones a obtenu un gain de 5,27 points, soit 0,03%, à 16 781,01 points. L'indice Standard & Poor's 500 a pris 1,62 points, soit 0,08%, à 1 937,78 points et le Nasdaq s'est adjugé 10,45 points, soit 0,24%, à 4 321,11 points. Ces indices ont notamment été portés par la production industrielle qui a rebondi de 0,6% le mois dernier, le taux d’utilisation des capacités progressant pour sa part à 79,1%, contre 78,9 en avril.

A la veille de la décision de la Fed, les investisseurs prendront connaissance des permis de construire aux Etats Unis. Au Royaume-Uni, on apprendra la valeur de l’inflation et l’indice des prix à la production de mai. Enfin, en Allemagne, on attend l’indice ZEW du sentiment économique pour le mois de juin.

Forex : Les prévisions décevantes du FMI portant sur une estimation de la croissance américaine à 2% au lieu des 2,8% prévu, semblent peser sur le moral des investisseurs. D’autre part, on décèle un certain attentisme des investisseurs quant à la décision attendue mercredi de la Fed sur l’éventuel relèvement des taux d’intérêts dans un avenir proche.

Pour le début de la semaine, la monnaie unique a réussi à gagner du terrain face au dollar. En effet deux jours avant le discours de la Fed, les cambistes ont porté le cross EUR/USD au-dessus du seuil symbolique des 1,3570$. Cette nuit, l’EUR/USD a prolongé sa tendance haussière et s’est adjugé à son plus haut 1,3586$. Après avoir franchi ce niveau, la parité s’est dépréciée et s’est dirigée vers son actuel point pivot fixé à 1,3554$. Actuellement, l’EUR/USD semble rester dans un range compris entre 1,3563 et 1,3556$ et s’adjuge à 1,3561$.

Pendant la nuit, le billet vert s’est renforcé face au yen. Les cambistes ont permis à l’USD/JPY de tendre vers sa résistance 1 fixée à 102,04 yens.

Après sa dépréciation de la veille, la livre sterling reprend des couleurs face au billet vert. Le cross GBP/USD a rebondi au niveau des 1,6960$ et vient de casser son point pivot fixé à 1,6983$.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, c’est une journée en territoire négatif qui commence pour les deux pétroles de référence. Le WTI et le Brent cèdent respectivement 0,28% et 0,26% à 106,60$ et 112,65$. Le pétrole de référence américain recule après s’être échangé à son prix le plus haut depuis neuf mois et suite à un indicateur technique montrant une zone de sur-achat. Selon un consensus d’analystes, les stocks de brut sont attendus à la baisse aux US la semaine dernière avant le rapport de l’American Institute aujourd’hui. De son côté le Brent marque le pas après une augmentation de 4,8% la semaine dernière suite à l’escalade des violences en Irak, ce qui pourrait perturber la production et les exportations du deuxième plus gros producteur de pétrole membre de l’OPEP. Le mois dernier, la production irakienne s’élevait à 3,3 millions de barils. Les Etats-Unis pourraient envoyer un nombre limité de forces-spéciales qui aurait pour mission de former plutôt que de combattre selon des responsables américains. Le Pentagone a déjà envoyé un porte-avion dans le Golfe et un autre navire de 550 Marines est attendu. Pour le moment les combats se concentrent dans le nord du pays et ne se sont pas encore propagés dans le Sud. Cette région produirait environ 75% de la production de l’Irak.

C’est également une journée rouge qui commence pour les métaux précieux, le métal jaune abandonnant 0,55% à 1 265,00$, tout comme l’argent qui recule de 0,46% à 19,58$. L’or chute pour une deuxième journée, tombant ainsi de son plus haut niveau en trois semaines, alors que la FED débute une réunion aujourd’hui de deux jours. Les investisseurs se tournent vers la future décision de la FED plutôt que vers les tensions en Ukraine et en Irak.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

13 juin 2014

Situation inquiétante en Irak : ses implications sur le marché pétrolier

La situation a pris un tournant inquiétant en Irak avec la prise de contrôle de la ville de Mossoul par les djihadistes et c’est une mauvaise nouvelle pour la production de pétrole en Irak. Après Mossoul, deuxième ville du pays, et la province de Ninive mardi, les insurgés de l'organisation djihadiste de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) ont pris hier la ville de Tikrit, chef-lieu de la province de Salaheddine, située à 160 km de Bagdad, et avancent désormais vers la capitale, entraînant un exode massif de la population.

L’insécurité est grandissante en Irak depuis un certain temps. Selon les Nations Unies, 8868 personnes ont été tuées dans des attaques en 2013, ce qui en fait l’année la plus violente depuis la fin de la guerre civile en 2008. L’effusion de sang se poursuit en 2014 avec un nombre de morts estimé à 3000 depuis le début de l’année selon l’Iraq Body Count. Le conflit syrien est venu aggraver la situation de sécurité en Irak en aggravant le sectarisme, ce qui a servi de rampe de lancement pour des attaques par des extrémistes d’Al Qaïda.

Les enjeux sont élevés pour le marché pétrolier.

Avec la production libyenne qui n’est pas prête de redémarrer et le retour lent de l’Iran sur le marché, le marché avait misé de gros espoirs sur la progression de la production irakienne. En temps normal, près de 400 000 barils par jour sont produits (dans le nord), ce qui correspond à 10% de la production de pétrole de l'Irak. En 2012, environ 50 millions de barils par mois étaient exportés par le port de Bassora (sud) et 10 à 15 millions par Kirkouk (nord). Mais cette voie d'exportation par le nord a déjà connu un coup d'arrêt en mars dernier. Des insurgés avaient attaqué l'oléoduc reliant la province de Kirkouk au port turc de Ceyhan, qui ne transporte plus depuis aucune goutte de brut, les exportations étant déroutées entièrement par le sud du pays, sans une forte conséquence sur les volumes. D'autant que, toujours dans le nord, mais dans la région autonome du Kurdistan, les autorités kurdes sont en conflit ouvert avec le gouvernement central pour la mainmise des exportations de brut de la province. Et même si jusqu'ici les insurgés n'ont pas annoncé cibler d'autres infrastructures pétrolières, la menace ne peut être totalement écartée, alors que la région de Bassora a subi plusieurs attentats à la bombe l'an dernier. C'est justement une des grandes questions du secteur pétrolier irakien de savoir si des groupes comme l'EIIL vont chercher à étendre leurs attaques à d'autres infrastructures énergétiques.

S'attaquer aux infrastructures, c'est s'attaquer à la seule ressource économique du pays. Le pays a pu renforcer sa production pour compenser (l'arrêt du pipeline Kirkouk-Ceyhan) malgré le contexte intérieur et l'essentiel de la production reste exportée par le sud. Le ministre irakien du pétrole, Abdel Karim al-Luyabi, n'a, lui, voulu montrer aucune inquiétude, affirmant ce mercredi en marge de la réunion de l'OPEP à Vienne, que le pays n'a aucune production dans la région.

Cette incertitude sur l'avenir sécuritaire du pays risque de contrarier les objectifs des autorités irakiennes qui ont annoncé vouloir porter leur production à 9 mbj en 2017. Un objectif qui paraissait jusqu'ici atteignable car, depuis 2011, les exportations de pétrole sont reparties à la hausse, atteignant 80,04 millions de barils en mai, soit une moyenne de 2,58 millions de barils par jour (mbj), selon des chiffres du ministère irakien du pétrole.

En février, le pays avait même produit 3,5 Mb/j, dont 2,8 exportés, un niveau jamais atteint depuis plus de deux décennies.

Sur les marchés, ce regain de violence a commencé à avoir des effets sur les prix, qui sont passés de 108$/b à 111$ en quelques jours pour le Brent. Si la détérioration de la sécurité est trop grande et que la production est sévèrement affectée, les prix pourraient flamber rapidement.

S. Cauvin, Gérant du fonds Turgot Pure Energy
Turgot AM



Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Etude Preqin: Private equity secondaries fundraising surges in 2014 17/06/2014
- Stehlin & associes, Mayer Brown et DLA Piper sur la cession de Children Worldwide Fashion à Dzeta conseil 17/06/2014
- Gide, conseil de ProSiebenSat.1 Media dans le cadre de sa prise de participation dans Deezer 17/06/2014
- Coface lance son introduction en Bourse sur le marché réglementé d’Euronext Paris 17/06/2014
- Biosantech réalise une levées de fonds en crowdfunding via Happy Capital 17/06/2014
- Prestodiag boucle une levée de fonds de 2,2 M€ 17/06/2014
- PAI Partners en négociations exclusives pour le rachat d’une participation de 50% dans Labeyrie Fine Foods 16/06/2014
- Keycoopt boucle un tour de table de 1,4 M€ 16/06/2014
- ASK lance son introduction en Bourse 16/06/2014
- Fichet-Bauche Télésurveillance cédé à Butler Group 16/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

-------------------------------------------------------

11 juin 2014

Avis de parution d'un Stat Info - Dette bancaire et endettement de marché des sociétés non financières - Avril 2014

La Banque de France vous informe de la parution du Stat Info Dette bancaire et endettement de marché des sociétés non financières - Avril 2014

L'endettement des entreprises reste en croissance modérée
La progression de l'endettement des sociétés non financières ressort à +2,5 % sur un an en avril, très proche de la mesure effectuée en mars (+ 2,4 %). A + 0,4% les crédits accordés aux résidents par les banques marquent une légère reprise. Cependant, l'essentiel de la progression de l'endettement continue de provenir des émissions de titres.

Consulter ce Stat Info :
www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/dette-bancaire-et-endettement-de-marche-des-societes-non-financieres.html

Banque de France


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Mardi 17 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs