Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 15 septembre 2014 (#12 - 18H00)

Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 15 septembre 2014 (#12 - 18H00)
#12 - 18H00

Global growth continuing at a moderate pace, OECD says

A moderate expansion is underway in most major advanced and emerging economies, but growth remains weak in the euro area, which runs the risk of prolonged stagnation if further steps are not taken to boost demand, according to the OECD’s latest Interim Economic Assessment.

While the global recovery continues at a moderate rate, the outlook is uneven across regions. Growth will be strong enough to push unemployment down further in the United States, the United Kingdom and Canada. In Japan, where unemployment has already declined to low levels, the economy will grow broadly in line with its potential. China is expected to continue an orderly adjustment to still high but more sustainable growth rates. Growth in India is projected to pick up and Brazil will experience a modest rebound from recession.

Presenting the Interim Economic Assessment in Paris, OECD Deputy Secretary-General and Acting Chief Economist Rintaro Tamaki said: “The global economy is expanding unevenly, and at only a moderate rate. Trade growth therefore remains sluggish and labour market conditions in the main advanced economies are improving only gradually, with far too many people still unable to find good jobs worldwide. The continued failure to generate strong, balanced and inclusive growth underlines the urgency of undertaking ambitious reforms.”

The OECD projects that the US will grow by 2.1 per cent this year and by 3.1 per cent in 2015, while the UK is projected to grow at 3.1 per cent in 2014 and 2.8 per cent in 2015. Canadian growth is projected at 2.3 per cent this year and 2.7 per cent in 2015.

Under the continuing influence of monetary stimulation, Japan is projected to grow by 0.9 percent in 2014 and 1.1 percent in 2015.

The euro area is projected to grow at a 0.8 percent rate in 2014 and a 1.1 percent pace in 2015. Growth prospects differ widely among the major euro area economies. Germany is forecast to grow by 1.5 per cent in both 2014 and 2015, France by 0.4 per cent in 2014 and 1 per cent in 2015, while Italy will see a -0.4 per cent drop in 2014 and a gain of just 0.1 per cent in 2015.

Given the low-growth outlook and the risk that demand could be further sapped if inflation remains near zero,or even turns negative, the OECD recommends more monetary support for the euro area. Recent actions by the European Central Bank are welcome, but further measures, including quantitative easing, are warranted. Given the weakness of demand, European countries should also use the full degree of flexibility available within the EU’s fiscal rules.

While emerging economies as a group will continue to grow much faster than the advanced economies, the forecasts are similarly uneven across countries. China is expected to grow by 7.4 per cent in 2014 and 7.3 per cent in 2015. India will grow by 5.7 per cent in 2014 and 5.9 per cent in 2015. Brazil will grow by only 0.3 per cent this year, having fallen into recession in the first half of the year, and 1.4 per cent next.

With countries facing such diverging outlooks, macroeconomic policy needs are becoming increasingly diverse. “The euro area needs more vigorous monetary stimulus, while the US and the UK are rightly winding down their unconventional monetary easing,” Mr Tamaki said. “Japan still needs more quantitative easing to secure a lasting break with deflation, but must make more progress on fiscal consolidation than most other countries.”

For more information visit: www.oecd.org/eco/economicoutlook.htm

#11 - 16H15

France Watch:PM Valls Set To Win Tight Confidence Vote Tuesday

By Jack Duffy.

France's Prime Minister Manuel Valls is set to win a parliamentary confidence vote by a slim margin Tuesday after he tells lawmakers that there is no going back on plans to radically cut government spending and to ease the tax burden on business.

For the second time since being named prime minister five months ago, Valls will present the Socialist government's work programme to parliament and submit it to a confidence vote. He will need an absolute majority of votes in the 577-seat lower chamber to win.

Threatened with a revolt by a left-wing party faction vowing to abstain, Valls still plans to reiterate the government's commitment to cutting taxes on business by E40 billion over the next three years and shaving E50 billion from public spending, a senior party official said.

"We have had to confront a very degraded situation and take certain priority decisions," Bruno Le Roux, head of the Socialist Party group in the National Assembly told Le Figago Monday. "If they want to go back on those decisions, the answer is no."

The government has faced mounting opposition to its business-friendly policy shift as the economy has failed to grow in two consecutive quarters, unemployment has continued to rise and President Francois Hollande's approval rating has fallen to a record low 13%.

Officially, the Socialists have a 289-seat majority in parliament but abstentions by rebel lawmakers have been gradually reduced the room to manoeuvre. Eleven abstained from the first Valls confidence vote in April, while 41 refused to participate in the vote in May to approve the so-called "responsibility pact" tax cuts.

Officials say a rise in left-wing Socialist abstentions to 60 could topple the government, but quickly add that it would be at the cost of their own parliamentary seats. A failure of the government to win Tuesday's confidence vote would trigger snap legislative elections, which the Socialists would almost certainly lose.

"It would be political suicide for the left to push its discontent too far," one party official said.

But a government win by a very narrow margin would also spell trouble ahead for France's effort to deliver the aggressive reforms demanded by its Eurozone partners. The first test will be the 2015 budget, to be unveiled on October 1, and which calls for E21 billion in spending cuts.

"Our baseline scenario remains that PM Valls will manage to get a majority for the Parliament confidence vote," Barclays said in a client note. "But the uncertainty is very large, and we cannot entirely rule out a political crisis that leads to a delay in the approval of reforms."

Hollande will attempt to rally further support for his programmes at his semi-annual press conference at 1700 CET Thursday, an event which can last three hours and at which he typically excels.

Valls speech to parliament is scheduled to begin at 1500 CET Tuesday and the results of the confidence vote should be announced between 1900 and 2000 CET.

MNI Paris Bureau
MNI London Bureau

#10 - 16H00

Ce qu’on peut attendre du discours de politique générale de Manuel Valls…

Par Christopher Dembik, Economiste chez Saxo Banque.

- Des mesures de justice sociale pour apaiser les frondeurs
- La confirmation de l’abandon de l’objectif des 3% de déficit pour 2015
- Une inertie du CAC 40 et du marché de la dette française
- La confirmation du règne des partis

Il est fort improbable qu’on assiste à une mauvaise surprise dans la foulée de la deuxième déclaration de politique générale de Manuel Valls, les politiques de la Vème République n’ont pas, on le sait, pour habitude de se saborder aussi facilement.

Il est important de rappeler que le mouvement des frondeurs, bien qu’ayant une indéniable visibilité médiatique, reste marginal. Il s’agit, dans bien des cas, d’élus de circonscriptions qui sont de véritables déserts industriels et où le FN a de grandes chances de gagner encore du terrain dans les prochaines années. Leur seule carte à jouer vis-à-vis des électeurs est de mettre en avant, en quelque sorte, leur brevet de socialisme.

En l’absence de séisme politique, il faudra donc surtout analyser le discours qui ne devrait pas marquer un tournant politique et économique décisif. L’exercice consistera surtout à effectuer un savant dosage entre l’annonce de mesures sociales, on parlera de « justice sociale », et la réaffirmation de l’engagement de consolidation des finances publiques.

Ce discours confirmera l’abandon de l’objectif des 3% de déficit pour 2015. Ce ne sera en rien un acte fondateur de la législature puisque, déjà, plus personne ne croyait dès le printemps dernier que le gouvernement soit en mesure de l’atteindre dans le temps imparti.

En le repoussant à 2017, l’exécutif prend peu de risques, puisqu’on voit mal comment il pourrait échouer de nouveau avec une telle prolongation, et il retrouvera au passage une marge de manœuvre budgétaire pour envoyer des signaux positifs aux classes les moins favorisées avant les régionales et les cantonales. Ce traditionnel saupoudrage pré-électoral pourrait d’ailleurs apaiser en partie les frondeurs puisque leurs électeurs seront les premiers concernés par les mesures de justice sociale du gouvernement Valls.

Pour rappel, il faudra s’abstenir de voir dans un quelconque frémissement du CAC 40, dans la foulée du discours de politique générale, une réaction aux propos du Premier ministre. Depuis bien longtemps, le CAC 40 et le marché de la dette française n’évoluent plus en fonction des atermoiements de la politique française.

En revanche, on pourra, une nouvelle fois, regretter l’absence de consensus national afin de redresser le pays. Le discours de politique générale montrera la persistance de clivages politiques sur des questions économiques et budgétaires qui devraient, pourtant, réunir au-delà des partis. A cet égard, une citation du Général de Gaulle prononcée lors du Discours de Bayeux du 16 juin 1946 est toujours aussi éclairante : « La rivalité des partis revêt chez nous un caractère fondamental, qui met toujours tout en question et sous lequel s’estompent trop souvent les intérêts supérieurs du pays ».

Saxo Banque (France)

#9 - 15H00

Stage Set For EU Showdown With France Over Deficit

By Simon Marks. Officials Open To Idea Of Another Extension.

France is coming under increasing pressure to convince policymakers in Brussels that it's worthy of yet another extension on meeting its deficit targets.

Eurogroup officials, who spoke both publicly and directly to MNI, have said that France could be granted more time to meet its deficit targets as long as it could prove to the European Commission it was serious about implementing a tough reform agenda.

Avoiding direct criticism of France during their informal meetings on Friday and Saturday in Milan, European finance ministers underlined the importance of the French government convincing its European partners that it is capable of implementing spending cuts and strict reforms in the coming year.

"France will be in the spotlight, and we think there is a risk that the French budget will be deemed not compliant with European rules," Barclays said in a client note on Sunday.

France, however, does not see it that way. Finance Minister Michel Sapin told reporters Friday that the country was embarking on a discussion with its partners in Europe and that it would prove to Brussels that spending cuts and reforms would be enough to put France back on track.

"We are not asking for a suspension or an exception. We are asking for the application of the rules with the use of the flexibility contained within them," he insisted.

"We are at the beginning of a discussion with our partners in Europe and the Commission," he continued, adding that France "would do the necessary work to document" how exactly it planned to implement a total of E21 billion in spending cuts in 2015.

It appeared that France had some support from Eurogroup members, despite its repeated failures to reach its deficit targets.

Luxembourg Finance Minister Pierre Gramegna told MNI last week that Eurozone countries struggling with high debts and deficits, such as France, could be granted an extension on their fiscal targets as long as they respected the rules of the Stability and Growth Pact.

"If for France or any other country there is need for more time, it has to fit into the rules," he said. "[If] there are explanations for more time that can fall within the rules, then fine. If not, then we have a problem."

France has already been given two extensions to comply with the rules and bring its deficit below 3% of GDP by 2015. On Wednesday, Sapin said the country would need until 2017 to meet the target, citing "exceptional" circumstances of weaker-than-expected economic growth and very low inflation.

In Milan, Sapin said France would not seek to be given an "extension" to reduce its deficit, but rather to use the flexibility already written into the rules.

Still, in November, the Commission will have a decision to make: apply a fine of up to 0.2% of GDP against France or grant it yet another extension period.

Whether France will be granted the latter option will depend on how the Commission evaluates the country's draft budget plan, which must be submitted by October 15.

European Central Bank President Mario Draghi, also speaking in Milan, said that adopting growth friendly fiscal and monetary policies could only be effective if countries were serious about structural reforms.

"It's been clear even in today's meeting that the effect of monetary and fiscal policies is much bigger if a proper structural reform ground has been laid out," Draghi said. "So much so that people are speaking of a reform dividend."

Jeroen Dijsselbloem said whatever happens to France would hinge on the structural effort outlined in its budget plan for 2015.

"On the basis of the Commission's assessment we will come back to it specifically. Of course, the French colleague made public a number of figures of the economic situation and the budgetary implications for France and I think we all took note of that," he said at a press conference on Friday.

"I think all of us realized, and I mean all of us in the Eurogroup, that any impulse coming from the monetary side or even fiscal policy will only have a lasting effect if we deal with structural lasting issues," he added, noting that the Commission "will put a very strong emphasis on that when they judge the [budget] plans later this year."

Whatever happens France will hope that growth picks up in the third quarter and president-elect Jean-Claude Junker does not choose to make an example out of Europe's second largest economy.

MNI London Bureau

#8 - 11H00

Brent Crude Falls; Gold Rises, Phones 4 U goes into administration; Dixon Carphone Sees Gains

Disappointing Chinese Industrial Production figures released over the weekend have continued to hit oil prices, with Brent Crude reaching a low of $96.21 per barrel at one point earlier on the ICE Futures Europe exchange. Chinese Industrial Production and Retail Sales Figures failed to meet expectations, coming in at 6.9% and 11.9% respectively instead of the 8.8% and 12.1% expected. Gold, however, has rebounded from its low levels of last week, as the dollars’ continued strength has markets looking towards the Federal Reserves’ Policy Meeting this week, watching for indications regarding the raising of interest rates. The S&P 500 and Dow both closed down on Friday, the former by 0.6% the latter by 0.36%.

In company news, Phones 4U has gone into administration, with EE being the final mobile operator to pull the plug on the firm. The company’s 720 outlets have not opened today and the firm’s website is unavailable, with a message stating that they are offline ‘following the unexpected decision of EE and Vodafone to withdraw supply’. Competitor Dixons Carphone is currently benefiting from the upheaval, with DC.L currently trading up by over 2%.

In Europe, Heineken has rejected a takeover bid by SAB Miller, stating its desire to remain independent. Heineken stock is currently up by around 1,5%, while London-traded stock of SAB Miller seems to be coping well with the rejection, with stock currently up by almost 5.5% amidst ongoing speculation concerning SAB Miller itself as the possible subject of a takeover bid by larger competitor Anheuser Busch InBev.

In the US, Sprint Mobile has proved to be a big winner after Apple’s product launch last week, with its new iPhone for Life plan boosting the firm’s share price by over 20%, closing up on Friday by 6.54%. In other stocks news, Yahoo’s share price closed up by almost 4% on Friday, boosted by this week’s upcoming IPO from Alibaba, a company which Yahoo owns a sizeable percentage of. Yahoo stock is currently up by over 2.5% in pre-market trading.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS

#7 - 10H00

S&P - Prévisions économiques : l'Europe face au risque d'un "Triple-Dip"

Les risques d’une troisième récession depuis 2008 dans la zone euro continuent d’augmenter : mauvaises performances des principales économies de la zone euro au 2nd trimestre, inflation toujours plus faible, indicateurs dans le rouge pour le 3eme trimestre.

Les mesures récentes de la Banque Centrale Européenne reflètent ces craintes. Selon nous, elles posent également les jalons d'un véritable programme d'assouplissement monétaire.

Trois principaux facteurs à la morosité des perspectives économiques en zone euro :

- La progression du commerce mondiale reste modeste. Selon nos estimations le commerce mondial n’augmentera que de 2,5% cette année.
- L'investissent des entreprises européennes ne redémarre pas, excepté légèrement en Allemagne. Les dividendes versés par les entreprises, au plus haut depuis 2011, sont essentiellement le fait de grandes entreprises internationales qui n'investissent pas forcément en Europe, tandis que les PME restent très prudentes.
- L'Italie ne sort pas de récession et alimente le doute quant à la pérennité de la croissance dans la zone euro.

En conséquence, nous révisons nos estimations de croissance à 0% en 2014 :
- les mesures de relance annoncées en mars n'ont pas encore eu l’effet escompte sur l’investissement des entreprises
- les exportations italiennes pâtissent du ralentissement économique chez ses principaux partenaires (Allemagne, France, États-Unis)
- la lenteur dans l'exécution des réformes structurelles pèse sur la confiance des entreprises et des investisseurs

En France, la croissance de décolle pas. La demande intérieure subit le net recul de l'investissement dans l'immobilier résidentiel, avec des mises en chantiers au plus bas depuis 14 ans. En baisse depuis 2008, les marges des entreprises sont aujourd'hui parmi les plus faibles de la zone euro. Les perspectives de dépenses d'investissement à court terme sont donc préoccupantes. De la même façon, la hausse de la pression fiscale pèse lourdement sur la consommation des ménages.

Quelques Signaux encourageants :
- L'économie allemande reste toutefois résiliente. La Russie et l'Ukraine ne représentent que 3,3% et 0,5% des exportations et la croissance du commerce mondial devrait reprendre à la fin 2014 et avoisiner 4,5% fin 2015.
- Pays "périphériques" - La santé financières des entreprises s'améliore visiblement en Irlande, mais également en Espagne et au Portugal. La demande intérieure devrait reprendre dans les 2 ans à venir, étant donné la violence de sa contraction depuis 2008.
- Condition de crédit - Les derniers chiffres de la Banque Centrale Européenne indiquent un assouplissement des conditions de crédit au secteur privé au 2e trimestre. En particulier, pour la première fois depuis 2007, les conditions d'octroi de crédit aux entreprises se desserrent.

Quantitative Easing
- Les récentes annonces de la BCE ont déjà eu un effet sur le cours de l'euro et les marchés anticipent désormais une expansion du bilan de la BCE. Un retour au pic de la mi-2012 (3100 milliards d'euros) signifierait un accroissement du bilan de la BCE de 1000 milliards d'euros. Sur la durée, la corrélation entre les variations de l'euro d'une part, et l'expansion du bilan de la FED par rapport à celui de la BCE est frappante.
- Selon nos premières estimations, les achats d’ABS et de covered bonds par la BCE devraient démarrer sur un rythme mensuel de moins de €10 mds par mois, compte tenu du niveau actuel des émissions sur ces marchés et de la quantité de papier disponible avec des niveaux de notations compatibles avec les exigences de la Banque Centrale.
- Ces estimations renforcent notre hypothèse selon laquelle la BCE va recourir à des mesures non conventuelles supplémentaires (Quantitative easing, ou assouplissement quantitatif) d’ici la fin de l’année afin d’accélérer la croissance de son bilan. De telles mesures pourraient prendre la forme d’achat d’obligations émises par le secteur privé (banques, entreprises) voire même des obligations souveraines sur le marché secondaire.

Pour aller plus loin (PDF 13 pages en anglais)

Standard & Poor’s Ratings Services

#6 - 9H30

Les principales bourses consolident toujours avant une semaine chargée

Marchés actions
Sur les marchés actions, c’est une nouvelle semaine chargée en annonce qui va débuter après une fin morose la semaine dernière. En effet, les principales bourses ont manqué d’entrain faute de données macroéconomiques et d’évènements majeurs et ont clôturé en pertes hebdomadaires. Le S&P500 abandonne ainsi 1.10% à 1 985.54 points, le Nasdaq 0.33% à 4 567.60 points, le Dow Jones 0.87% à 16 987.51 points et le CAC 40 près de 1% à 4 441.7 points. En dépit des incertitudes et des inquiétudes sur la croissance au sein de la zone euro ainsi que du conflit russo-ukrainien qui traine en longueur et avant le référendum en Ecosse, les marchés bénéficient encore des annonces de la BCE et les investisseurs ont les yeux rivés vers la prochaine réunion de la FED mardi et mercredi prochain. Les investisseurs seront particulièrement attentifs au calendrier de remontée des taux, bien qu’aucun changement politique majeur ne soit attendu par les principaux opérateurs de marché.

L’autre évènement majeur cette semaine sera le référendum de l’Ecosse pour son indépendance jeudi prochain alors que le scrutin semble toujours aussi indécis même si le « Non » semble ressortir des derniers sondages. Les nouvelles sanctions à l’encontre de la Russie sont entrées en vigueur vendredi dernier, alors que Moscou a également annoncé de son côté la mise en place de mesures de rétorsion contre l’Europe.

La France devrait également se retrouver au cœur de l’attention des investisseurs avec le vote de confiance au gouvernement mardi ainsi que la décision de l’agence de notation Moody’s vendredi prochain alors que les objectifs de déficit sont repoussés et les prévisions de croissance abaissées.

Les principales bourses européennes sont attendues en légère baisse lundi à l’ouverture en raison de nouveaux indicateurs macroéconomiques chinois qui confirme à nouveau le ralentissement économique de la deuxième puissance économique mondiale. En effet, selon des données publiées samedi dernier, la production industrielle chinoise a augmenté à son rythme le plus faible au cours des six dernières années et la croissance a ralenti dans d’autres secteurs de l’économie. De plus, les investisseurs attendent avec impatience le résultat de la réunion de la FED. D’après les premières indications disponibles, le CAC 40 pourrait céder 0.35%, le Dax 0.5% et le Footsie Britannique 0.3% ce matin à l’ouverture. Rappelons que la Bourse de Tokyo était fermée aujourd’hui à cause d’un jour férié.

Sur le marché des devises, la monnaie unique perdait du terrain face au dollar en ce début de semaine. Le billet vert, porté par la progression des ventes au détail en hausse de 0,6% pour le mois d’aout, ainsi que le bon indice Michigan du sentiment des ménages à 75,6 continue de s’apprécier face à la devise européenne. Dans un contexte assez calme en ce milieu de mois concernant la paire majeure EURUSD, les cambistes attendent la réunion et le discours de la présidente de la Fed, Janet Yellen, mercredi midi. La perspective d’une nouvelle politique monétaire accompagnée par une hausse des taux, après d’excellents indicateurs publiés ces dernières semaines ne laisseront pas les investisseurs attentistes bien longtemps. L’euro s’échange ce matin aux environs de $1,2960 contre $1,2975 vendredi dernier.

Au Royaume-Uni, qui vit peut-être ses dernières heures avec l’Ecosse unie à son royaume, l'incertitude demeure après la publication de sondages contradictoires. A trois jours d’un référendum clé, aucune tendance claire ne semble se dégager. Si trois enquêtes d'opinion diffusées ce week-end ont donné le camp du "No" en tête des intentions de vote, une quatrième a estimé elle que les partisans de l'indépendance étaient majoritaires dans l'électorat. Ce week-end, les deux camps ont mobilisé plusieurs dizaines de milliers de partisans à Edimbourg et à Glasgow. Sur la BBC, le dirigeant du Parti national écossais (SNP) et Premier ministre d'Ecosse, Alex Salmond, s'est dit confiant dans la victoire du "oui" à l'indépendance. Ce lundi matin, la livre s’échange aux environs de $1,6245 et la monnaie unique contre £0,7970.

En Asie, les devises occidentales reculaient face au yen japonais. L’euro baissait face à la monnaie nippone, à 139,02 yens contre 139,18 yens vendredi soir, tout comme le dollar à 107,26 yens contre 107,31 yens vendredi soir.

Du coté des devises mineures, il est à noter que le rouble est tombé à un nouveau plus bas record de 38 roubles pour un dollar. L’inquiétude des investisseurs concernant les nouvelles sanctions économiques à l’égard de la Russie restent plus que jamais d’actualité. Le rouble cédait également 0,6% contre l'euro, s’échangeant aux alentours des 49,22 roubles.

Matières premières
Au chapitre des matières premières, les cours de l’or noir tentent un léger rebond technique ce matin après leur baisse de la semaine dernière. Le pétrole reste en effet chahuté par une économie mondiale en fort ralentissement. L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a revu à la baisse la semaine dernière son estimation de la demande mondiale d’or noir pour cette année et l’année prochaine. Une prévision qui fait suite à celle de l’Opep qui avait également revu à la baisse de 50 000 barils son estimation de la croissance de la demande mondiale. La tendance est donc baissière pour le baril de pétrole malgré des tensions toujours fortes en Irak et en Libye. Les derniers chiffres en provenance de l’Asie devraient également peser sur les cours. La production industrielle en Chine a progressé de 6,9% sur un an soit sa plus faible hausse en rythme annuel depuis décembre 2008. Pour rappel, la production industrielle chinoise augmentait de 9% sur le mois de juillet. Dans ce contexte, le Brent de la Mer du Nord se négocie proche ce matin des 96,40 dollars et le WTI s’affiche de son côté à 91,18 dollars.

Du coté des métaux précieux, les cours rebondissent légèrement ce matin en attendant une semaine riche en annonces avec notamment une nouvelle réunion de la Fed demain et après-demain et le lancement du programme TLTRO de la Banque centrale européenne. L’once d’or se négocie ce matin aux alentours de 1 235,25 dollars. La tendance est similaire pour l’once d’argent qui s’affiche autour des 18,69 dollars.

Saxo Banque (France)

#5 - 9H15

Good Morning Finyear Readers!

European shares are starting the new trading week on a softer note this morning with unexpectedly weak economic data out of China proving to be a drag on stocks.
Furthermore a referendum on Scottish independence taking place this Thursday and which is currently too close is increasingly sowing uncertainty and consequently keeping investors out of stocks.
Overall sentiment remains neutral however with many traders preferring to sit on the side-lines until later in the week after the FOMC meeting and the Scottish referendum.
While there is no change in interest rates expected in the US this week, traders will keep a close eye on the language being used and especially if recent strong economic data have brought forward the timing of the first rise in rates.
Range-trading appears likely at this stage however another strong set of data in the US later today where industrial production data is scheduled to be release could put new additional pressure on stocks for the remainder of the day.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black

#4 - 9H00

UBS daily roundup - US strength, elsewhere not so much

Paul Donovan daily briefing.

• Tartan tracking – Opinion polls over the weekend had one giving a lead to Scotland's independence vote, and three rejecting independence, but there are questions over the likely accuracy of any poll. Scotland's First Minister somewhat downplayed the risk of a further referendum in the event of a "no".

• The US data today should show strength in the Empire State sentiment index, but a somewhat softer industrial production reading. We do not see Wednesdays FOMC changing language, in spite of the better tone to data of late.

• Chinese industrial production numbers hit a five and a half year low, and government construction spending and retail sales were softer than expected. This is raising the possibility of a further stimulus package from the government, potentially including rate cuts.

• With the Euro area experiencing weaker growth recently, we have revised down our Euro area GDP forecast for this year to 0.9%. Within that Spain is expected to do better, but Germany, France and Italy have been revised lower. Debt issues mean that investor attention is likely to focus on the latter two.


#3 - 8H00

Les taux ont-ils touché leur point bas ?

Eric Galiègue - Lettre hebdo du 12 septembre 2014.

Un des phénomènes les plus surprenants de l’été 2014, c’est la poursuite et l’accélération de la baisse des taux, notamment et surtout en Allemagne. Jusqu’où peuvent-ils baisser ? Ont-ils vraiment touché leur plus bas historique fin août 2014 en Allemagne et en France, avec des rémunérations, pour les emprunts d’Etat à 10 ans, de 0,88 % et 1,24 % ? Cette question est cruciale, car nous considérons que le contenu informationnel des obligations est important. Sur cette question majeure nous apportons les quelques éléments de réponse ou de réflexion suivants :
1/ Comme le disait M. Ben Bernanke, un taux d’intérêt peut baisser jusque zéro. Certes, il ne faut pas avoir fait de longues études pour comprendre cette assertion, néanmoins l’année 2014 nous amène à vivre cette réalité. Dans le registre des lapalissades, plus un taux se rapproche de zéro, plus le revenu tiré de l’investissement sans risque est bas, et plus le risque de perte est élevé… En effet, lorsque qu’un taux vaut zéro, il ne peut plus que remonter… et donc générer, non seulement un revenu nul, mais bien une perte pour le détenteur de l’obligation. Voilà, peut-être et à nouveau, une nouvelle expression de la déflation : la perte « garantie » sur un investissement en obligations. D’ailleurs, cette semaine, la Banque du Japon, face à la seconde estimation du PIB du deuxième trimestre 2014, (- 7,1 % au lieu de - 6,8 % en première estimation, une vraie catastrophe pour les « Abenomics ») a, pour la première fois, acheté du papier d’Etat à trois mois à taux négatif. Cela veut dire que la Banque Centrale accepte non seulement de payer pour prêter à l’Etat, mais en plus de subir une perte en capital au moment du remboursement du principal…
2/ Le point bas des taux a peut-être effectivement été touché fin août en Europe. Cela viendrait renforcer le scénario positif d’un retour de la croissance en Europe en 2015, et d’une réduction significative du risque déflationniste. Ce point bas correspondrait aussi, peu ou prou, au point bas de la conjoncture, qui serait touché d’ici à la fin de l’année. Ainsi, si réellement les taux devaient poursuivre leur remontée engagée depuis une dizaine de jours, cela signifierait que le marché croit au succès de l’action conjointe menée entre les autorités monétaires et politiques, nationales et européennes, pour relancer l’économie en 2015…
3/ D’un point de vue cyclique, le point bas des taux interviendrait un peu plus de deux ans après les USA. En effet, Outre Atlantique, le taux des obligations à 10 ans a atteint son plus bas historique, 1,39 %, le 24 juillet 2012 ; depuis, la tendance haussière n’a pas été remise en cause, même par le reflux actuel jusque 2,34 % fin août. Le « retard » de 2 ans de l’Europe vs les USA, serait plus important que dans les cycles antérieurs, mais s’expliquerait par la nature particulière du cycle actuel. La dynamique cyclique transatlantique serait ainsi toujours en œuvre, grâce au pouvoir de traction de la première économie mondiale, associée à la hausse du dollar contre l’euro, (8 % depuis mai), qui facilite la transmission de la croissance à l’Europe…
Nous croyons toujours que nous sortirons de la crise avec et par la hausse des taux. Evidemment, c’est encore une lapalissade, mieux vaut que le point de départ de cette hausse des taux soit le plus bas possible. Ainsi les taux pourront remonter dans un premier temps, sans pouvoir significativement remettre en cause la croissance économique. D’un point de vue stratégique, c’est le scénario favorable que nous proposons encore pour 2015, malgré la dégradation de l’actualité au cours des deux derniers mois. C’est pour cela que nous sommes actuellement prudents d’un point de vue tactique…


#2 - 7H30

France : en attendant Moody’s

Ce 19 septembre, avec la note que devrait donner Moody’s, nous saurons comment nous regarde la « finance sans visage ». Il y a deux ans, fin novembre 2012, 10 mois après S&P (en pleine campagne présidentielle), Moodys’s enlève son AAA à la France pour la noter « Aa1 », avec une perspective négative confirmée depuis. Jusqu’à quand ? A l’époque, Pierre Moscovici, Ministre des Finances, dit : « c’est une sanction de la gestion du passé », ajoutant que la France « est encore très bien notée ». Vrai.

En attendant Moody’s, les marchés n’ont-ils donc rien vu ? Non. Les taux longs français remontent, avec les taux allemands d’ailleurs. La dette française va vers 1,4 % pour des bons du trésor à 10 ans contre 1,3 % le mois dernier. A ce moment, quand les nouvelles du pays n’étaient pas géniales, « on » nous demandait plus du double du « papier » de dette que nous émettions. Ceci va-t-il durer ?

Lire la suite : http://www.betbezeconseil.com/articles/france-en-attendant-moodys/

#1 - 7H00

French Fin Min Seeks FTT Deal Before Year End

By Simon Marks.

French Finance Minister Michel Sapin said Saturday that 11 countries in the euro area would make a decision before the end of the year on which derivatives will suffer financial restraints under a new Financial Transaction Tax (FTT).

Some countries in Europe, including France and Germany, have been pushing to implement the tax on financial transactions from the beginning of 2016 despite staunch opposition from countries such as the United Kingdom, Denmark, Sweden and the Netherlands.

"There is a will to respect the work that was carried forward in the past and to wrap up by the end of the year," Sapin told reporters in Milan at the close of a meeting of EU finance ministers.

While the European Commission's original proposal on taxing financial transactions included provisions for a common tax system on a wide range of financial institutions and transactions, a proposal made under the Greek presidency earlier in the year has been made to narrow the scope to just shares and some derivatives.

Member states in favour of the tax are also discussing the possibility of adjusting the taxable base according to the categories of derivatives. Sapin said on Saturday that France believed derivatives deemed to be the most risky should be made to pay the highest amount of tax.

"For me it is very important to find out which derivatives are the most dangerous. It is those ones that should be taxed," he told reporters, adding that work was being done to make sure that smaller countries in the EU are not made to suffer as a consequence of the tax.

Countries such as the UK are worried that the implementation of the FTT could have spillover effects on its financial sector, which accounts for 10% of GDP. The European Court of Justice earlier this year rejected a complaint from the UK aimed at preventing 11 countries that have so far shown support from implementing the law.

MNI London Bureau

12 septembre 2014

France, l’heure des choix et des annonces

Avec la déclaration de politique générale suivie d’un vote de confiance, le Premier Ministre, Manuel Valls, entend faire prévaloir ses choix tout en rassurant sa majorité. Il devra rassurer l’Europe tout en faisant quelques gestes vis-à-vis des frondeurs.
Des mesures en faveur des Français les plus modestes sont attendues.
L’augmentation des minimas sociaux et la revalorisation des aides au logement pourraient être au programme. Le Premier Ministre devrait, par ailleurs, confirmer des mesures de libéralisation de certaines professions réglementées. Pour tenter de limiter la dérive du déficit public, des hausses d’impôt devraient intervenir, notamment pour financer les mesures concernant les allégements de charges et de l’impôt sur le revenu. Les taxes sur les carburants et sur certains produits devraient être augmentées.
Les marges de manoeuvre du Gouvernement sont faibles voire nulles. En effet, la croissance sera au mieux de 0,5 %, taux qui est la nouvelle prévision officielle. Le budget 2014 avait été élaboré sur la base d’une croissance de 1 %. Or, au regard des rentrées fiscales constatées depuis le début de l’année, il manquera près de 10 milliards d’euros dans les caisses (moins-values et mesures en faveur des contribuables les plus modestes). De ce fait, le déficit qui devait être de 3,8 % (loi de finances rectificative, la loi de finances initiale avait prévu 3,5 %) sera, selon la dernière notification à Bruxelles, de 4,4 %. Cette dérive tue la possibilité de revenir à 3 % en 2015. Désormais, l’atteinte de cet objectif n’est attendue qu’en 2017. La Commission européenne qui est en période de transition a réagi, sans excès, en
réclamant des efforts supplémentaires de la part de la France.
Pour 2015, le Gouvernement prévoit un taux de croissance de 1 % et un déficit public de 4,3 % du PIB. Le taux de croissance prévu est supérieur au taux de croissance potentiel qui se situe autour de 0,5 %. Il faudrait un effet de rattrapage et un affermissement de la croissance en Europe, ce qui est loin d’être gagné.
Dans ces conditions, la dette publique ne sera pas stabilisée. La barre des 100 % du PIB risque d’être atteinte avant 2017. Actuellement, elle représente 95 % du PIB contre 40 % en 1992 et moins de 25 % en 1981.
Extrait de "La lettre économique", publication réalisée par Lorello Ecodata, cabinet de conseils en stratégies économiques dirigé par Philippe Crevel avec le concours d’O2P-­‐Conseil.

Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- L’activité du private equity et du capital investissement (01/09 – 12/09) 12/09/2014
- Récapitulatif des levées de fonds (01/09 – 12/09) 12/09/2014
- AQUA boucle un troisième tour de table de 5,5 M€ pour réaliser des acquisitions 12/09/2014
- Siparex appuie la transmission familiale du groupe Le Temps des Cerises 12/09/2014
- OneAccess annonce l’enregistrement de son document de base dans le cadre de son projet d’introduction en Bourse sur Euronext Paris 12/09/2014
- Grant Thornton s’empare du groupe Tuillet 12/09/2014
- AXA renforce sa présence en Pologne grâce à un partenariat avec mBank 12/09/2014
- Société Nouvelle CAP Management, maison mère de la société GMS, fait l’acquisition de SuppléTEAM 12/09/2014
- Etude KPMG: Financement des entreprises familiales – Les investisseurs privés, clé de leur croissance ? 11/09/2014
- Capitole Angels apporte 174,000 € à Blue Poppies, 1er site de vêtements pour enfants totalement personnalisables 11/09/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Les prix à la consommation sont en hausse de 0,4 % en août 2014 ; ils augmentent de 0,4 % sur un an

Indice des prix à la consommation – Août 2014. Évolution mensuelle : +0,4 % ; variation sur un an : +0,4 %.

L'indice des prix à la consommation (IPC) augmente de 0,4 % en août 2014, après une baisse de 0,3 % en juillet 2014. Corrigé des variations saisonnières, il est en hausse de 0,1 % en août 2014. Sur un an, la croissance de l'IPC s'établit à +0,4 % en août 2014, en léger repli par rapport à juillet 2014 (+0,5 %).

L’augmentation des prix à la consommation en août 2014 résulte principalement de la hausse saisonnière des prix de certains services au cœur des vacances et de celle des produits manufacturés à la sortie des soldes en métropole. L’effet pour cette dernière est amplifié cette année par un décalage de la période de collecte des prix : celle-ci intègre en août moins de jours de soldes que l’an dernier (2 jours en 2014 contre 7 en 2013, sur 20 jours de collecte). Ces hausses de prix sont atténuées par le repli saisonnier des prix de l’alimentation et le recul des prix de l’énergie.

Lire la suite :

La Banque de France vous informe de la parution du Stat Info : Crédits aux particuliers - Juillet 2014

La hausse des crédits aux particuliers se poursuit à un rythme inchangé.

Le taux de croissance annuel de l'encours de crédits aux particuliers reste inchangé en juillet (+3,0 %). Le crédit à l'habitat progresse à un rythme presque inchangé (+2,9 %, après +3,0 % en juin) tandis que l'encours des crédits de trésorerie est quasi stable (+0,1 %, après 0,0 %).

Les taux d'intérêt moyens des crédits nouveaux diminuent pour toutes les catégories de crédits : découverts (7,43 %, après 7,71 %) et crédits à la consommation (5,32 %, après 5,52 %) mais aussi crédits à l'habitat à long terme à taux fixe (2,96 %, après 3,05 %) comme à court terme ou à taux variable (2,67 %, après 2,69 %).

Consulter ce Stat Info

Banque de France

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Lundi 15 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs