Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 15 mai 2014 (édition n°8 - 16H15)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 15 mai 2014 (édition n°8 - 16H15)
16H15

Christopher Dembik, Analyste Financier chez Saxo Banque, vous apporte son éclairage sur le dossier Alstom :

L’invraisemblable décret « Alstom »

On pourrait l’appeler le décret « Alstom » tant il ne fait aucun doute qu’il vise les négociations en cours entre le géant américain GE et le groupe français pour le rachat de sa branche énergie.

La protection des secteurs stratégiques est une réflexion qui devait être indéniablement approfondie. Cependant, le calendrier choisi pour annoncer ce décret surprise tombe au plus mal et a pour effet négatif de renforcer l’image, déjà largement écornée, de la France auprès des investisseurs étrangers.

Implicitement, ces derniers, et notamment GE, comprennent que le gouvernement peut à tout moment mettre son veto à un rapprochement ou à une fusion industrielle.

Il est fort probable que ce décret sera interprété comme une nouvelle manifestation du relent protectionniste français.

Il aurait été plus sage pour le gouvernement de faire une annonce après la conclusion inévitable du rachat d’Alstom par GE, en menant en amont des négociations sur le sujet de la protection des secteurs industriels clés avec les acteurs économiques et des milieux d’affaires, ce qui n’a pas manifestement été fait.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

--------------------------------------------------------

16H00

Afternoon Briefing - ETX Capital

European equity markets stabilised Thursday afternoon, awaiting the ECB’s response to the release of soft economic fundamentals in the euro area.

Earlier in the session, data showed the euro zone's economic recovery stalled in Q1, with a growth of 0.2% during the period –the same as Q4 2013. That’s below economist expectations of a 0.4% gain in GDP. More worryingly, France and Italy contracted and Germany was the only country reporting growth, which was unimpressive versus other developed nations like the UK – Germany’s GDP for the period was 0.8%.

Earlier this week, the German ZEW survey dropped sharply, reflecting concerns of the investor community and German business regarding the situation in Ukraine and the low-inflation in the euro zone. Euro zone industrial production data also this week was much weaker than expected, dashing hopes for a full blown euro zone economic recovery.

These data reports come after the ECB’s May policy meeting in which the central bank held onto its policies but did suggest that it would consider action if warranted. With low-inflation likely to stick around for some time and the euro strength being a major worry, many in the market believe the ECB have reason to act with stimulus next month.

These latest data readings increase the urgency regarding economic growth. It was thought before the ECB met last week that the tentative signs of recovery would encourage the euro zone from holding off on adjusting policies; however, the fact that the euro zone did not grow over the quarter certainly worries the market that this recovery is too frail and vulnerable without the help of central bank largess.

That was evident by the tone of ECB Vice-President Vitor Constancio who today promised the bank would act "swiftly" if needed to tackle the low-level of inflation in the euro zone. Like head Mario Draghi, Constancio said he expects inflation to remain low for a prolonged period of time, but ruled out the risk of downright deflation.

Earlier, harmonized inflation from the euro zone was in line with expectations at 0.2% on the month and 0.7% on the year which may not be enough to worry the ECB yet but it certainly is an indicator the investors that stimulus action is on its way next month. In response, the euro dropped after the remarks, trading at around $1.36, down from $1.3715 late Wednesday.

Attention now turns to the US session with steady but softer stock markets as traders digest the deluge of economic data out so far.

Data already released shows weekly jobless claims fell to the lowest level since May 2007 while consumer price inflation rose 0.3% in April, marking the largest increase since June last year. Elsewhere, the Empire State index shot up to 19.0 in May, its highest level since mid-2010 – the index barely moved in April so traders were hoping for a bounce. Up next, we have the Philly Fed index and the NAHB housing market report.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

12H30

Late Morning Briefing - ETX Capital

Big news out of the UK with Carphone Warehouse and Dixons announcing an all-share merger. The combined entity, titled "Dixons Carphone" will tie-up businesses in a deal worth £3.7billion which will see Dixons shareholders receive 0.155 of a new “Dixons Carphone” share in exchange for each Dixons Share. The merger will result in each of Dixons' and Carphone's shareholders holding exactly 50%.

Both companies reckon the deal would create a leader in European consumer electricals and mobiles with cost savings set to be around at least £80m per year in by 2018 with nearly half of those savings achieved by 2015/2016. Sir Charles Dunstone, chairman of Carphone, will become the chairman of Dixons Carphone while Sebastian James, CEO of Dixons, will become CEO of the new company.

For Carphone, the deal looks very sensible as it safeguards its future in a competitive environment for handset and mobile services which is dominated by mobile/telecom operators. At the same time, it allows Carphone to offer its product range and services to more stores and bigger reach in the UK.

That’s why many are seeing this as defensive by Carphone, due to the threat of mobile operators withdrawing from third party retailers like Carphone and instead setting up their retail stores online and in the High Street. Indeed, Carphone actually has to take a cut of revenues from each customer that signs up with a mobile phone operator. Mobile phone operators are changing their attitude too - Vodafone CEO Vittorio Colao has actually questioned if it’s sensible to share proceeds from selling contracts with third party retailers.

For Dixons, the deal enables it to add a mobile phone retailer to its wider electrical services and grow the business to encapsulate such a thriving market in a time when competition from online electrical retailers is stiff to say the least and Dixons is losing out on big ticket item sales with consumers favouring online purchasing of products over High Street.

The deal is strategically sensible for both parties - the benefits for shareholders and the cost-saving aspect are positive and accretive to full year earnings.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

11H30

Morning Briefing - ETX Capital

European stock markets are up a touch Thursday, shaking off weakness in US and Asian markets overnight with traders focussed on fresh economic data from the euro zone in the shape of a GDP report and harmonised inflation as well as some high profile US economic data reports.

The possibility that the European Central Bank will inject stimulus measures at next month’s policy meeting underpins weakness in the euro currency and some relative strength for major European benchmarks which are currently at multi-year highs. Sterling is steady somewhat after dropping in the previous session following the Bank of England’s Inflation Report in which a dovish bank dashed expectations of a rate increase in 2014.

Meanwhile, gold is down around $3 as the dollar index holds steady at around 80.06. In other commodities, oil Brent crude is down 0.3% while copper is up 0.3% to $6,917 a tonne. US stock futures are steady at the moment, suggesting stocks on Wall Street will open little changed at the moment.

Overnight in the US, stocks retreated while in Asia, Japan’s Nikkei 225 fell despite reporting its best quarterly GDP growth figures in nearly three years as concerns about weak corporate outlooks dominated the mood. Japan’s GDP expanded by 1.5% in Q1 this year – that’s an annualised rate of 5.9% and much better than market expectations. That said, some are dismissing the figures as before the increase in sale tax and at the same time, consumer confidence data from Japan was less than inspiring.

Onto Thursday’s session, we have had French and German GDP figures for the first quarter - GDP in Germany rose 0.8%, twice the pace of the previous quarter and slightly better than the 0.7% forecast by economists. France, the euro area’s second-largest economy, unexpectedly stagnated in the period.

Disappointingly, Italy's economy contracted in Q1, falling 0.1% from the previous three months.

That falls short of economist’s expectations and certainly suggests that the peripheral euro zone remains very much vulnerable during this fragile period for growth. For the ECB, GDP figures so far are fuel to inject further stimulus – Germany cannot be the sole driver of economic growth while other nations stall or contract.

Data today will only serve to remind the ECB that action is needed in order to prevent the economic recovery from derailing. The euro zone wide GDP figure is out shortly together with the harmonized inflation figures – both are very much in focus and will be the used to guess the ECB’s potential move at June’s policy meeting.

Later in the session, the attention will turn to US economic data with weekly jobless claims, consumer price inflation and industrial output reports all due. We also have Empire State manufacturing figures, the Philly Fed index and the NAHB housing report.

Ishaq Siddiqi

ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H00

La France toujours en panne de croissance

Analyse économique de Philippe Crevel.

Après avoir fini avec une petite croissance au quatrième trimestre 2013 (+0,2 %), la France a fait du surplace au premier trimestre avec une croissance nulle. L'INSEE attendait une légère croissance de 0,1 % mais les derniers résultats de la consommation, de la production industrielle ou du chômage ne présageaient rien de bon.

Le bilan du premier trimestre est assez sombre. Les grandes composantes de la croissance ont été aux abonnés absents. Que ce soit l'investissement ou la demande extérieure, la France reste en-deçà de ses partenaires. Le décalage est saisissant avec l'Allemagne pays dans lequel la croissance atteint 0,8 % au premier trimestre contre 0,4 % au dernier trimestre. En rythme annuel, le taux de croissance de l'Allemagne est de 2,5 %.

La croissance ne profite pas non plus de la reprise de l'Europe du Sud. Il apparaît même que les entreprises de l'Europe du Sud gagnent des parts de marché au détriment de la France. Depuis plus de deux ans, la croissance se dérobe avec des résultats en dents de scie.

Consommation en berne
Les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,5 point contre une petite hausse de 0,2 % au 4ème trimestre 2013. Ce recul est en phase avec la diminution du pouvoir d'achat des ménages au dernier trimestre 2013, pouvoir d'achat qui stagne ou recule depuis deux ans.

L'inquiétante poursuite de la baisse de l'investissement
L'investissement a diminué fortement avec un repli de 0,9% contre une baisse de 0,1 % au dernier trimestre 2013. Or, il ne peut y avoir de reprise durable sans une augmentation de l'investissement. L'amplification de la baisse témoigne du manque de confiance des dirigeants d'entreprise.

La France toujours malade de son commerce extérieur
Malgré le repli de la demande intérieure, les importations continuent d'augmenter avec une hausse de 1,0 % après +0,5 %. En revanche, les exportations n'augmentent que de +0,3 % après +1,6 %. Le solde extérieur contribue négativement à l'évolution du PIB de -0,2 point, après +0,3 point le trimestre précédent.

Logiquement, la France devrait bénéficier de la reprise en Europe d'autant plus que son marché intérieur stagne. Il n'en est rien confirmant que le problème de compétitivité mine l'économie.

Les stocks ont empêché une diminution du PIB
La contribution des variations de stocks à l'évolution de l'activité est positive avec +0,6 point après -0,3 point fin 2013 ce qui est assez logique. Après les fêtes de fin d'année, les entreprises reconstituent leurs stocks.

Quelles perspectives pour 2014 ?
La prévision de croissance de 0,9 % pour l'année 2014 ne sera pas aisée à respecter. La croissance devrait se situer entre 0,6 et 0,8 %. Les augmentations des prélèvements obligatoires devraient freiner la croissance durant tout le premier semestre. Les annonces du Gouvernement de Manuel Valls ne se traduiront dans les faits que pour la seconde moitié de l'année. En outre, il ne faut pas négliger qu'il est difficile d'apprécier leur future impact économique étant donné le Gouvernement combine des mesures de rigueur (50 milliards d'euros d'économie) et des mesures de soutien (baisse de l'impôt sur le revenu ou baisse des charges sociales).

Philippe Crevel
Economiste

-------------------------------------------------------

10H15

UBS daily roundup - Growth games

Presented by Paul Donovan

• Euro Bundesbank president Weidmann conceded that there might possibly be a deflation threat in the Euro area. This concession would seem to make a farce the pretence that the ECB waiting for economic forecasts revisions before deciding to ease. They have decided to ease.

• With policy predetermined the Euro area data is not that pertinent in the near term. Nevertheless we do not see a deflation threat in the details of the CPI numbers, though the GDP print probably does not bode well for nominal growth expectations.

• Japan's Q1 GDP was stronger than expected at 1.5% qoq, with around 1% of that due to consumer frantically rushing to buy ahead of the consumption tax increase. The question has always been about the sustainability of that in Q2.

• Fed Chair Yellen is speaking to a small business forum; pertinent because small businesses suffered more than most in the downturn, they are the most important part of the US economy, and their recovery is likely to be strongly influential in determining the pace of policy tightening.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

9H30

Good Morning Finyear Readers!

European shares are trading lower this morning on weaker markets in Asia overnight where a stronger Yen and disappointing corporate earnings overshadowed much better than expected Japanese GDP data. Additionally profit-taking in the US in late trading yesterday evening especially in small caps and tech stocks is somewhat damping the mood for stocks today.
There is plenty of corporate and economic data out in Europe and the US today. GDP figures for individual Euro-zone countries and Euro-zone as a whole and Euro-zone CPI data taking are certainly taking centre stage as they will carry a lot of weight in regards to the ECB possibly lowering rates and implementing measure as early as during their next meeting to reign in the strong Euro and to combat low inflation.
So far GDP numbers released have been a mixed bag with French GDP missing expectations and Germany beating forecasts not necessarily making the job any easier for the ECB. Later in the day traders will keep a close eye on US industrial production data and the Philly Fed index looking for confirmation that the standstill of the US economy in the first quarter was a one off and that after the dismal weather earlier in the year the US economy is in the process of rebounding strongly in the second quarter.
No doubt today’s flood of data will certainly help that at least temporarily the Ukrainian crisis will take a backseat. Overall sentiment remains positive for stocks but traders are starting to get a bit more cautious with many looking to buy dips for now.
Also with the FTSE 100 and Dax close to their all-time highs and no real progress having been made what the situation in Easter Ukraine is concerned during the past few days for many the air appears a bit thin up here at the moment with either at least some de-escalation in Ukraine being needed or news that Europe’s recovery is gaining speed in order for stocks to stage a break-out to the upside.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

--------------------------------------------------------

9H15

Attentisme marqué avant une journée chargée en annonce

Marchés Actions : Hier, les principaux marchés boursiers européens ont fini en ordre dispersé alors que les investisseurs digèrent des données pessimistes sur la production industrielle dans la zone euro.

D’après les données publiées hier, la production industrielle de la zone euro a chuté en Mars, ce qui montre que la reprise économique est pour le moins très inégale et peu constante. D’après Eurostat, la production industrielle européenne a diminué 0,3%, en contraste avec le mois précédent où elle avait progressé de 0,2%.

Ainsi, Londres a clôturé en hausse de 0,08% à 6,878.49 points, stimulé par les données optimistes du chômage et une prévision de croissance de la Banque d'Angleterre. Le DAX a fait du surplace à 9,754.39, alors que le CAC 40 a cédé 0.09%, à 4,501.04 points, mais reste toujours très proche de son zénith. À Madrid, l’indice espagnol a grimpé de 0,25% à 10 465,70 points ; tandis que le FTSEMIB de Milan a encore fini dans le rouge à -0,34% (21 184,60 points).

Aux États-Unis, Wall Street a fini dans le rouge après deux journées record pour le Dow Jones et le S & P 500. Le Dow Jones a perdu 0,61%, soit 101,47 points, à 16.613,97, et le Standard & Poor's 500 a cédé 0,47%, soit 8,92 points, à 1.888,53, alors qu'il avait franchi la veille le seuil symbolique des 1.900 points pour la première fois. Le S&P 500 et le Nasdaq ont été notamment plombés par Bank of America -1,25%, IBM et Visa -1,8%, Tripadvisors -2,2%, Amazon -2,3%, Zion Bank -2,9%, Lennar -3%.

Du côté des sociétés, BNP Paribas continue les négociations avec les autorités américaines d'un litige portant sur des transactions en dollar et potentiellement illégales au regard du droit américain, et qui pourrait coûter à la banque plusieurs milliards de dollars. Sur le marché des Fusions & Acquisitions, le groupe internet américain Yahoo! (-0,67% à 34,17 dollars) a acheté l'application de messagerie mobile éphémère Blink, comparable à la très populaire Snapchat, que Facebook (-1,00% à 59,23 dollars) avait tenté d’acheter l’année dernière.

Enfin, après trois jours d’un agenda plutôt allégé, les investisseurs connaitront aujourd’hui plusieurs résultats d’entreprises et des statistiques économiques. Sur le plan économique, à quelques semaines de la prochaine réunion de la Banque centrale européenne (BCE), les chiffres de l’inflation et de la croissance sont suivis de très près par les investisseurs. Ces deux statistiques seront dévoilées simultanément aujourd’hui à 11h. Le PIB est attendu en hausse de 0,4 % entre janvier et mars. Du côté de l’inflation, les chiffres restent faibles et devraient être pas loin de 0,7%.

Sur le plan des sociétés, les investisseurs connaitront également des données importantes, tout particulièrement dans le secteur des télécommunications. Vivendi dévoilera ses résultats avant l’ouverture de la Bourse, alors que Bouygues le fera après la clôture des marchés. Il faudra garder un œil ouvert sur le rapport de Vivendi sur la cession de SFR à Numéricâble, ainsi que sur les résultats de la filiale Bouygues Telecom.

Forex : Après avoir connu une perte de près de 85 pips mardi suite à la publication décevante de l’indice ZEW, la parité EUR/USD a réussi à reprendre des couleurs hier. En effet, la monnaie unique a connu un regain d’intérêt de la part des investisseurs ce qui lui a permis de repasser au-dessus des 1,37$. Cependant, on note un certain attentisme des cambistes quant à l’issue de la prochaine réunion de la Fed qui se tiendra au mois de juin. Ainsi, pour la journée d’hier, le cross EUR/USD est resté dans un range compris entre 1,3705 et 1,3720$. Actuellement, la parité semble marquer une pause dans son appréciation et vient de repasser en dessous de son actuel point pivot fixé à 1,3713$.

Le billet vert s’est apprécié au détriment de la livre sterling. Ainsi, le cross GBP/USD s’est apprécié de près de 112 pips et s’est traité en dessous de son support 1 fixé à 1,6764$. Le GBP/USD se traite actuellement aux encablures des 1,6765$.

Après son recul d’hier, le dollar est en train de se ressaisir face au yen. Ainsi, l’USD/JPY tend actuellement vers son poit pivot fixé à 101,95 yens. Si le trend haussier se confirme, la parité pourrait rapidement atteindre les 102 yens.

Pour cette journée, les investisseurs prendront connaissance des chiffres de croissance en Zone euro pour le premier trimestre. Dans l’après-midi, une batterie d’annonces économiques concernant les Etats Unis sera publiée. A 14h30 les nouvelles demandes d’allocations au chômage ainsi que l’IPC seront communiqués. A 15h15, nous connaitrons les utilisations des capacités ainsi que la production industrielle US.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, le WTI et le Brent s’échangent en territoire négatif ce matin en cédant respectivement 0,31% et 0,13% à 102,05$ et 110,05$. Le brut de référence américain est tombé de son plus haut niveau au cours des trois dernières semaines suite aux données du gouvernement qui montre que les stocks ont augmenté alors que la production a atteint son plus haut niveau en 28 ans aux Etats-Unis. Les futures ont perdu 0,5% soit la première baisse en quatre jours. Les stocks ont augmenté pour revenir proche de leur niveau record deux semaines auparavant. La production a augmenté de 78 000 barils par jour à 8,428 millions selon l’EIA. Les stocks à Cushing, le plus grand centre de stockage du territoire, ont diminué de 592 000 barils la semaine dernière pour atteindre leurs plus bas niveaux depuis Décembre 2008.

La Russie n’a pas l’intention d’envoyer des troupes en Ukraine, alors que ce pays est sur le point de sombrer dans la guerre civile, ce qui empêche la tenue d’élections légitimes selon le ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov. Les groupes séparatistes pro-russes ont été exclus des pourparlers qui ont commencé hier à Kiev dans le but d’apaiser les tensions avant le vote présidentiel le 25 mai prochain. Moscou précise qu’il serait ridicule de les tenir responsable des conflits au sein de l’Ukraine.

Du côté des métaux précieux, la journée commence dans le rouge, le métal jaune reculant de 0,31% à 1 301,88$. Dans le sillage de l’or, l’argent lâche 0,39% à 19,72$. Le regain de tension en Ukraine avec les conflits armés qui déstabilise l’Est du pays ainsi que le hausse de demande d’or physique en Chine, le plus gros consommateur mondial devant l’Inde, ont été des facteurs haussier pour l’or. Néanmoins, aujourd’hui est une journée chargée d’annonces macroéconomiques américaines, qui pourraient à nouveau orienter l’or à la baisse en cas de meilleurs résultats que les estimations.

Le platine et le palladium abandonnent respectivement 0,50% et 0,51% à 1 474,25$ et 823,50$. Lonmin PLC devrait maintenir ses mines ouvertes pour la deuxième journée consécutive bien que de nombreux travailleurs n’ont pu aller travailler hier. Rappelons que la grève a duré plus de 15 semaines, ce qui a paralysé la production du plus gros producteur mondiale de platine et deuxième en production de palladium.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

Calendrier économique :

FY Daily Briefings - 15 mai 2014 (édition n°8 - 16H15)

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Arkema : CECA s’associe avec Watan Industrial Investment en Arabie saoudite 15/05/2014
- Valexcel conseille la reprise de Karin Models 15/05/2014
- TerrEtude racheté par l’allemand GfK 15/05/2014
- DELSOL Avocats accompagne Réalités dans son introduction en Bourse 15/05/2014
- Leyton met la main sur Audit Chorus Conseil 14/05/2014
- Euro Private Equity annonce l’acquisition de Dahlia Partners 14/05/2014
- EDF achève son retrait du capital d’Oxand 14/05/2014
- Midi Capital participe à l’augmentation de capital de 4 M€ d’Intrasense 14/05/2014
- Naelan repris par son directeur et BNP Paribas Développement 14/05/2014
- Tessi acquiert la société espagnole Graddo 14/05/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

Taux de rémunération des dépôts bancaires - France - Mars 2014

Léger repli des conditions de rémunération des placements bancaires à taux de marché

La rémunération moyenne de l'ensemble des dépôts et placements monétaires est quasi inchangée en mars. Le taux des dépôts à terme inférieur à deux ans baisse de 5 points de base et celui des livrets à taux de marché de 7 points de base.

Consulter ce Stat Info :
https://www.banque-france.fr/economie-et-statistiques/stats-info/detail/taux-de-remuneration-des-depots-bancaires.html

Retrouvez sur Webstat Banque de France les séries associées à cette publication


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement chaque jour (5j/7) le quotidien Finyear.
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise.
Lien direct pour vous abonner : www.finyear.com/abonnement

Lisez gratuitement chaque mois :
- le magazine digital Finyear sur www.finyear.com/magazine
- la lettre digitale "Le Directeur Financier" sur www.finyear.com/ledirecteurfinancier
- la lettre digitale "Le Trésorier" sur www.finyear.com/letresorier
- la lettre digitale "Le Credit Manager" sur www.finyear.com/lecreditmanager
- la lettre digitale "Le Capital Investisseur" sur www.finyear.com/lecapitalinvestisseur
- la lettre digitale "Le Contrôleur de Gestion" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/lecontroleurdegestion
- la lettre digitale "GRC Manager" (PROJET 2014) sur www.finyear.com/grcmanager

Un seul formulaire d'abonnement pour 7 lettres


Jeudi 15 Mai 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News