Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

FY Daily Briefings - 12 juin 2014 (n°5 - 15H45)


Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.




Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 12 juin 2014 (n°5 - 15H45)
15H45

Eurozone Industrial Production Rises, 4th Consecutive Month of Growth for US Retail

European equities gained some ground by Thursday afternoon while US stock markets kicked off the session a little firmer following some key economic data reports. The Stoxx 600 rallied earlier this week to the highest level since January 2008 – by afternoon Thursday, the index regained its composure to pare session losses and trade higher. US stock markets also inched up a touch following previous session weakness but poor data left investors feeling generally unenthused.

Weekly jobless claims from the US showed the number of Americans filing for unemployment benefits edged higher last week, up to 317,000 from 313,000 in the week prior. The consensus expectation was for a slight decline to 310,000. Despite the slightly dampening news, on the whole the US labour market is still showing encouraging signs of growth. Separately, we have had US retail sales, which were light versus expectations, up 0.3% in May when markets expected a 0.6% gain, suggesting slowing momentum. However, the 0.3% gain does mark the fourth straight month sales have advanced since stalling this past winter.

Earlier in Europe, there was little economic data on the agenda with only a surprisingly positive figure for April’s euro zone industrial production, up by 0.8% - double the forecast and reversing March's 0.4% decline.

Meanwhile, in energy markets, the attention was on the worrying rise in oil prices after Islamist militia advanced in Iraq, seizing the country’s second biggest city, Mosul. ICE Brent July rose as much as $2 to $112.29 a barrel on Thursday morning while the WTI oil price has jumped to a nine-month high of $105.86.

The Islamic State of Iraq and the Levant (known as Isis) is now expanding its offensive into southern Iraq. Although no production or exports have been lost because of the violence, there’s been little effort by Iraqi state and authorities to counter this threat, which has spooked the market.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

-------------------------------------------------------

11H15

European Market Openings Delayed by Problems at Euronext, Iraq Situation Sees Brent Crude Prices Soar

European stock markets traded broadly flat to lower Thursday ahead of key economic data releases which are likely to offer some much needed direction. Major global stock markets fell from six-year highs in the previous session following a downbeat report on the global economy by the World Bank.

Earlier this morning, glitches at Euronext led the exchange operator to release a statement saying that it was experiencing a connectivity issue which delayed the opening of major European markets by half an hour.

The Stoxx 600 rallied earlier this week to the highest level since January 2008, but Thursday’s session is seeing the index trading lower. By contrast, US equity futures are trading up a little higher following downside pressure in the previous session. Across other asset classes, FX markets were mostly steady, except the NZ dollar which has extended its session gain to 1.1% after the Reserve Bank of New Zealand hiked interest rates for the third time this year.

Meanwhile, base metals are higher, as are gold prices, last seen up around a buck to $1,261 per ounce. In oil markets, worrying developments in Iraq, where a jihadist insurgency threatening further destabilisation of the region has pushed up the price of Brent crude by 64 cents to $110.59 a barrel as rising worries about oil supply rattle market sentiment.

On Wednesday, US stocks fell the most in three weeks along with European equities on the back of the World Bank’s downgrade of global economic growth. The Standard & Poor’s 500 Index declined 0.4%. Overnight, Asian equity markets declined, following the lead of US and European markets which fell from record highs overnight. The MSCI Asia Pacific index dropped 0.7%, on track for its first fall in six sessions after finishing Wednesday at its highest peak since June 2008. In Japan, the yen was stronger, weighing on the Nikkei 225 index, which was the greatest underperformer in the region. Data showed Japanese April machinery orders fell, but this was as expected due to April's sales tax hike.

Looking ahead, we have euro zone industrial output data, but much of the focus will be on US economic reports lined up Thursday such as import prices, weekly jobless claims and of course retail sales and business inventories.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS
www.etxcapital.co.uk

--------------------------------------------------------

10H45

UBS daily roundup - The effects of inflation, and the risks of inflation

Paul Donovan daily briefing.

• US retail sales should show strength, though some of this is the result of inflation (gasoline prices). Underlying demand is growth supportive. However data yesterday does suggest further downward revisions to Q1 GDP (because of weaker healthcare spending).

• The situation in Iraq is widely described as civil war. Humanitarian considerations aside, markets will focus on the impact on the oil price (as being the way this transmits to economics). So far the reaction has been muted.

• Oil prices in Euros have obviously risen more than in dollar terms, and this further challenges the idea of a credible deflation threat in the Euro area. The ECB monthly bulletin, however, will doubtless seek to justify recent policy action.

• The IMF yesterday warned about the risks of a property crash in parts of the global economy – it is worth remembering that higher property prices are a threat if they provoke excessive household or bank leverage.

www.ubs.com/investmentbank

-------------------------------------------------------

10H15

Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading little changed this morning failing to rebound from yesterday’s losses with overseas markets following Europe lower overnight on the back of the World Bank’s downward revision of global economic growth yesterday.
No doubt yesterday’s surprisingly sharp downward revision to global growth has soured the mood somewhat leaving market a bit vulnerable after upside momentum already seem to appear to have run out of steam and some technicals having turned to overbought during the past couple of sessions.
After several days of very little new economic data things are finally picking up today with Euro-zone industrial production data and US retail sales figures expected to take centre stage.
On both sides of the Atlantic strong figures will be needed in order for markets to be able to resume their move to the upside and dispel concerns that economies are on the retreat again.
Overall longs are still looking to add to their existing positions but might wait to do so until markets show clearer signs that markets having turned the corner or reached levels where stocks appear a bit cheaper again.
Also although so far very much ignored by markets, the situation in Iraq has worsened dramatically over the past 48 hours with militants not only threatening important refineries but potentially the capital Baghdad itself. In the worst case scenario the entire region could be destabilised for months to come.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black
www.peregrineblack.com

--------------------------------------------------------

9H45

Les indices se replient légèrement après avoir touché des niveaux symboliques

Marchés Actions : Après les sommets atteints récemment, les investisseurs pouvaient s’attendre à une journée de prise de bénéfices. C’est exactement ce qui s’est produit hier, lorsque toutes les principales places boursières ont fini dans le rouge. Au cours des séances précédentes, on a pu observer une montée presque « mécanique » des marchés qui, sur de très faibles valeurs de volatilité et de volumes négociés, se sont envolées vers des records historiques, au détriment des indications macroéconomiques pas nécessairement optimistes. En partie, cette progression a été soutenue par l’intervention de Mario Draghi et les réformes de la BCE. Mais une partie significative de la tendance haussière peut être attribuée à l’optimisme des investisseurs pour une croissance économique importante lors de la deuxième partie de l’année. Cependant, suite aux éléments conjoncturels intervenus depuis le début de l’année, la Banque mondiale a dû revoir à la baisse ses prévisions de croissance, en passant de 3,2% en janvier, à 2,8%. Cette nouvelle information n’a pas été bien accueille par les investisseurs, qui ont préféré réduire leur appétit pour le risque en effectuant une prise de bénéfices sur les séances précédentes.

Ainsi, le CAC 40 clôture dans le rouge, pour la première fois depuis une semaine. L’indice français accuse une perte de -0,87% à 4.555,11 points, notamment plombé par les télécoms. En effet, Bouygues a déclaré ne plus vouloir vendre sa filiale de télécommunications, mettant ainsi fin aux espoirs de consolidation dans le métier et en pénalisant d’autres groupes. Ainsi, Bouygues chute de 6,29% à 32,02 euros, Orange de 3,29% à 12,215 euros et Iliad de 6,81% à 221,05 euros.

Ailleurs en Europe, le Dax 30 de la Bourse de Francfort finit en baisse de 0,79% à 9 949,81 points, après cinq séances de hausse d’affilé. Le FTSE cède –0,50% à 6 838,67 points alors que l’Euro Stoxx 50 recule de -0,75% à 3 289,09.

Outre-Atlantique, l'indice Dow Jones perd 102,04 points (0,60%) à 16.843,88. Le Nasdaq Composite recule 6,07 points à 4.331,93, pour une perte de -0,14%. Enfin, le S&P-500 cède -0,35% à 1.943,89 points. L’indice de référence des gérants de fonds s’est notamment vu pénalisé par la chute de 2% de Bank of America, qui continue ses discussions avec le département américain de la Justice sur les enquêtes visant des produits immobiliers liés au déclenchement de la crise financière.

A l’agenda du jour, l’attention se portera sur la production industrielle en avril de la zone euro. Le consensus prédit une légère accélération de l’activité industrielle à + 0,4 % en avril, contre + 0,2 % en mars. Aux Etats Unis, les investisseurs prendront connaissance des inscriptions hebdomadaire au chômage, de l’évolution des prix du commerce extérieur, les ventes au détail en mai et les stocks des entreprises américaines, qui sont attendus en hausse de 0,4 % en avril.

Du côté des entreprises, il faudra garder un œil ouvert sur Airbus Group qui a dévissé de 3% lors de la séance d’hier, suite à l’annulation d’une commande de 70 A350 par Emirates. Le groupe européen prépare aujourd’hui une « Journée innovation » qui vise l’ouverture de nouveaux contrats, notamment concernant l’A350 et l’A320néo. Enfin, Alstom fait toujours parler de son rachat. En effet, le groupe japonais Hitachi a déclaré discuter d'une possible participation à une offre Siemens-Mitsubishi sur les activités d'énergie du groupe français.

Forex : Sur le marché des devises, l’euro reste fragile face à ses principales contreparties en l’absence d’indicateurs économiques majeurs publiés cette semaine avec des volumes d’échanges faibles. Les investisseurs digèrent les mesures annoncées par la Banque centrale européenne la semaine dernière en attendant de nouvelles publications. Les inquiétudes géopolitiques en Irak après plusieurs victoires des djihadistes dans la région viennent néanmoins maintenir l’euro face au dollar ce matin. Le billet vert de son coté, bénéfice toujours de bons indicateurs économiques dévoilés depuis le début de la semaine. Ainsi la monnaie unique se négocie ce matin proche des 1,3535 dollar face au billet vert. La devise britannique pour sa part s’affiche en hausse face au billet vert après que l’Office National des Statistiques ait fait état d’une baisse du nombre d’inscrits aux allocations chômage sur le mois de mai avec 1 086 000 inscrits contre 1 113 000 inscrits le mois précédent. Le taux de chômage recule de 0,1 point pour désormais s’établir à 3,2% de la population active. La livre sterling renoue avec la barre des 1,68 dollar face au billet vert. Et s’échange pour 0,8054 pence face à l’euro.

Aujourd’hui les investisseurs prendront connaissance des chiffres des ventes au détail aux Etats-Unis. De bons chiffres confirmeraient la reprise économique du pays et pourraient renforcer l’optimisme des investisseurs. Enfin, la devise nippone s’échange face à l’euro et au billet vert respectivement pour 138,12 yens et 102,04 yens en attendant l’issue demain de la réunion monétaire de la Banque du Japon.

Matières premières :

Du côté des matières premières, le pétrole évolue en territoire positif ce matin. Le WTI progresse de 0,16% à 104,67$. Le pétrole de référence américain continue sa progression cette semaine alors que les données du gouvernement montrent une nouvelle diminution des stocks aux Etats-Unis, le plus gros pays consommateur de pétrole devant la Chine. Ces stocks ont diminué de 2,6 millions de barils pour atteindre 386,9 millions la semaine dernière. Les stocks à Cushing, le plus grand centre de stockage américain, ont reculé de 198 000 barils à 21,2 millions. Cette diminution des stocks à Cushing, qui dure depuis le mois de Janvier, est dûe à l’ouverture de la jambe sud du pipeline Keystone XL qui a commencé, à cette époque, à déplacer le pétrole vers les raffineries du golfe. Les stocks d’essence ont augmenté de 1,7 millions de barils pour atteindre 213,5 millions de barils en dépit du début théorique de la saison de conduite aux Etats-Unis qui doit durer jusqu’à la fin du mois d’Août.

Depuis Vienne, l’OPEP, qui fournit environ 40% du pétrole mondiale, a maintenu son quota de production pour la cinquième réunion consécutive. Les 12 pays membres du groupe prévoient une demande de 30,4 millions de barils par jour contre 29,6 millions au cours du mois d’Avril. En Irak, des rebelles d’un groupe d’Al-Qaïda se sont emparés de la ville de Mossoul hier, mettant fin à la réparation du pipeline principale reliant Kirkouk au port méditerranéen de Ceyhan en Turquie. Selon le ministre irakien du pétrole Abdul Kareem Al-Luaibi, le pétrole n’est, à l’heure actuelle, qu’exporter par le sud du pays.

Au chapitre des métaux précieux, c’est une journée proche de la neutralité qui débute. L’or et l’argent ne grappillent que 0,02% et 0,03% à 1 261,30$ et 19,21$. L’or s’échange à son plus haut niveau en près de deux semaines, alors qu’on assiste à une accalmie dans le volume d’échange des actions, ce qui encouragent les investisseurs à se tourner vers des investissements alternatifs. De plus, profitant de la faiblesse des prix, les investisseurs des pays émergents en ont profité pour acheter de l’or physique.

Saxo Banque (France)
www.saxobanque.fr

-------------------------------------------------------

5 juin 2014

Point sur le marché monétaire suite à la réunion de la BCE du 8 mai 2014.

Par Rémi Lelu de Brach, gérant obligataire chez Quilvest Gestion.

Principales mesures

- Baisse des trois principaux taux d’intérêts :
. Rémunération des dépôts : baisse de 10bp à -0.10%
. Taux principal (MRO) : baisse de 10bp à 0.15%
. Facilité de prêt : baisse de 35bp à 0.40%
- Mis en place d’opération de refinancement ciblée (TLTRO) à 4 ans et qui doivent servir à financer les entreprises non financières à un taux de MRO +10bp pour un montant ini-tial de 400 milliards d’euros
- Mise en place régulière jusqu’à fin 2016 de LTRO à 3 mois
- Non stérilisation du programme de SMP
- Etudes préparatoires à un plan éventuel d’achat d’ABS investis sur des entreprises non financières

Prévisions macroéconomiques de la BCE

- Croissance :
. 2014 : 1% (précédente 1.2%)
. 2015 : 1.7% (précédente 1.5%)
. 2016 : 1.8% (précédente 1.8%)
- Inflation :
. 2014 : 0.7% (précédente 1%)
. 2015 : 1.1% (précédente 1.3%)
. 2016 : 1.4% (précédente 1.5%)

Attentes du marché

Rarement une réunion de la BCE aura suscité autant d’attentes de la part des investisseurs. En effet, l’inflation en zone euro est très en dessous du niveau cible de la BCE et continue de baisser. Les marchés s’attendent à des actions concrètes pour éviter que la situation ne s’aggrave.

Depuis quelques mois, la Banque Centrale avait adopté une attitude attentiste se bornant à répéter qu’elle était prête à agir et qu’elle ne voyait pas de risque déflationniste. Petit à petit elle a commencé à affirmer que le niveau du taux de change était une donnée importante pour sa politique monétaire. Ce-pendant, ce discours volontariste non suivi d’actes a fini par lasser les marchés alors que l’inflation poursuivait sa baisse et se situe très nettement en dessous de la cible de 2% (0.5% en juin).

Le marché considérait comme quasiment acquis une baisse de l’ensemble des taux amenant la rémunération des dépôts en territoire négatif. Ensuite, trois actions étaient envisagées. Tout d’abord un programme de quantitative easing à l’américaine incluant l’achat de titres de dettes d’états. Ensuite, un nouveau programme de LTRO (prêt à long terme aux banques à conditions très favorables). Enfin, le marché envisageait que la Banque Centrale Européenne arrête de stériliser les achats de l’OMT.

Conférence de presse

Alors que depuis quelque mois, les réunions de la BCE semblaient un peu monotones avec aucune mesure concrète et beaucoup de communication, la réunion de ce mois-ci a été complètement différente. Tout d’abord la BCE a décidé de baisser l’ensemble de ses taux entrainant le taux de rémunération des dépôts en territoire négatif. Ceci concerne aussi les réserves excédentaires des banques (en pratique l’argent qu’elles laissent inutilisé sur leur compte courant). Il est important de noter que c’est la première Banque Centrale de cette envergure à mettre en place des taux d’intérêts négatifs.

En dehors de la politique monétaire classique, un certain nombre de mesures non conventionnelles vont être mises en place. Plusieurs LTRO à 4 ans vont être proposés aux banques afin qu’elles prêtent aux entreprises non financières. Les banques pourront donc emprunter à MRO + 10bp (soit en ce moment 0.25%) à 4 ans afin de prêter aux PME. Les banques pourront donc emprunter dans la limite de 7% de leurs actifs liés aux prêts aux entreprises. La BCE vérifiera la destination des fonds empruntés (la cible étant de ne pas emprunter plus de trois fois le montant des nouveaux prêts mis en place en faveur des entreprises).

Ensuite, le programme de SMP ne sera plus stérilisé (ce programme représente 170 milliards d’euros). Ceci constitue un changement important dans la philosophie de la BCE qui a toujours tenu à stériliser ses programmes d’achats d’actifs. Elle a cependant précisé que ça n’aurait pas d’impact sur l’OMT (programme de rachat de dette souveraine proposé en 2012 pour éviter l’éclatement de la zone euro).

Enfin, la mesure potentiellement la plus importante consiste en un programme d’achats d’ABS. Elle n’a donné que peu de précision sur ce programme mais annonce réfléchir à acheter au cas par cas des ABS qui seraient titrisés à partir de prêts d’entreprises non financières. Elle n’investira que sur des produits simples (pas de montages complexes comme la titrisation de titrisation), réels (pas de produits dérivés) et transparents (où on peut identifier clairement les actifs titrisés). Le président a par contre annoncé que pour l’instant la BCE n’avait pas décidé de la taille de ce programme mais qu’il n’était pas dans son intention d’acheter massivement ce genre d’actifs. Par ailleurs, il dit que la BCE n’est pas arrivée au bout de sa politique monétaire et qu’ils pourraient éventuellement envisager des achats d’actifs sur une large échelle.
Enfin Mario Draghi a modifié sa forward guidance. Il a précisé que les taux resteraient sur un même niveau pendant une longue période de temps. C’est une façon de préciser que selon lui les taux ne devraient pas descendre plus bas. Il s’est aussi félicité du fait que la décision ait été unanime pour l’ensemble des mesures.

Impact sur le marché

Globalement, l’ensemble des mesures annoncées par la BCE étaient en ligne avec les attentes des investisseurs. Ainsi, l’euro après avoir commencé à décliner est revenu proche de ses niveaux post BCE.
De la même manière, les taux à 10 ans allemands sont restés globalement inchangés.

Notre analyse

A l’instar du marché, la réaction de la BCE a été plutôt en ligne avec nos attentes. Nous anticipions que la BCE évoquerai un programme d’achat d’ABS et ceci nous semble probablement l’annonce la plus importante. En effet, une des principales raisons des difficultés que connaissent les PME actuellement pour se financer vient de la mort du marché de la titrisation. En effet, avant la crise ce marché était très dynamique et permet-tait aux banques de prêter aux entreprises tout en externalisant une partie de leur risque. Le programme de la BCE pourrait donc servir à redynamiser ce marché ce qui changerait la donne pour le financement des PME. Cependant, se marché est actuellement peu liquide et donc on comprend pourquoi la BCE reste prudente et ne s’engage pas sur un quelconque montant.

Concernant le programme de TLTRO à 4 ans ciblés sur les prêts aux entreprises, il n’est pas certain par contre que cela soit efficace. En effet, les banques ont déjà un accès confortable à la liquidité et si elles ne veulent pas prêter aux PME, ce n’est pas parce qu’elles peuvent emprunter moins cher qu’elles le feront.

Enfin, la non-stérilisation du SMP ajoutera environ 170 milliards d’euros dans le marché interbancaire. Si on ajoute les dépôts inutilisés qui seront réinvestis pour fuir les taux négatifs, cela fait environ 300 milliards de plus pour le marché interbancaire. Ceci confirme que les banques n’auront pas forcement besoin du financement supplémentaire des TLTRO.

En conclusion, les actions de la BCE seront probablement efficace pour relancer la confiance en zone euro mais cela va dépendre de son engagement à redynamiser la titrisation et donc du succès de l’éventuel programme de rachats d’ABS.

Il est à noter que malgré une annonce de la quasi-totalité des mesures espérées par le marché, l’impact tant sur les niveaux de taux que sur le change aura été modéré. Ainsi, la Banque Centrale n’avait pas le droit de décevoir, les attentes étant très fortes. Une autre explication de la quasi-déception du marché s’explique par le fait que Mario Draghi a clairement indiqué que cette baisse de 10bps des taux de la BCE les amenait à un niveau plancher, alors que certains espéraient une baisse plus conséquente.

Nous conseillons de rétablir la couverture à taux variable et de désensibiliser les portefeuilles sur l’ensemble de la courbe.

Rémi Lelu de Brach
Gérant Taux
www.quilvest.com

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- OneSixty2 réalise une première levée de fonds auprès d’Extend AM 11/06/2014
- Sébastien Dray promu Directeur associé au sein du cabinet APM 11/06/2014
- Technicolor met la main sur le studio d’effets visuels canadien Mr. X 11/06/2014
- Zodiac Aerospace acquiert Greenpoint Technologies 11/06/2014
- Renault porte sa participation à 100% dans Société des Automobiles Alpine Caterham 11/06/2014
- Axeleo boucle un premier tour de table de 550,000€ auprès de business angels 11/06/2014
- Savoie Angel lève 350,000€ au profit de deux entreprises savoyardes 11/06/2014
- Ardian envisage d’entrer au capital du groupe Bio 7 11/06/2014
- Eurovia met la main sur le canadien Imperial Paving 11/06/2014
- Coller Capital: Baromètre mondial du capital investissement (été 2014) 10/06/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

5 juin 2014

Le PIB de la zone euro en hausse de 0,2% et celui de l’UE28 en hausse de 0,3% +0,9% et +1,4% respectivement par rapport au premier trimestre 2013

Deuxièmes estimations pour le premier trimestre 2014.

Au cours du premier trimestre 2014, le PIB de la zone euro (ZE18), corrigé des variations saisonnières, a progressé de 0,2% et celui de l’UE28 de 0,3% par rapport au trimestre précédent, selon les deuxièmes estimations publiées par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.
Au cours du quatrième trimestre 2013, le PIB avait augmenté de 0,3% dans la zone euro et de 0,4% dans l’UE28.

EUROSTAT
ec.europa.eu


DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur


The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.




The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal



BOURSE : Indices + CAC40 + MP


Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


TAUX D'INTERET LEGAL

Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


TAUX INTERBANCAIRES

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois





Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
+
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France




INDICES OBLIGATAIRES

Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.


Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Disclaimer:
Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres


Jeudi 12 Juin 2014
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News