Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 10 septembre 2014 (#15 - 17H00)

Daily Briefings by Finyear. Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 10 septembre 2014 (#15 - 17H00)
#15 - 17H00

EU Comm: Commission To Assess France Budget Actions In Autumn

By Jack Duffy.

The European Commission said Wednesday it would assess in the autumn whether France has taken "effective action" to reduce its budget deficits.

Responding to the announcement by Finance Minister Michel Sapin that France would not meet the 3.0% Maastricht deficit target until 2017, a Commission source said Brussels "will assess in the autumn whether such effective action has been taken for 2014, focusing in particular on whether the required structural adjustment has been achieved."

Sapin struck a defiant tone Wednesday, saying that France would not petition the Commission for a new deficit delay.

"We ask for a collective taking account of an economic reality that concerns us all, which is simply that growth that is too weak and inflation is too low," Sapin told journalists in Paris.

The Commission, in its statement, appeared to be equally unyielding, saying that "while the Commission will - as always - make full use of the flexibility foreseen by the Pact, it is essential that the credibility of our fiscal rules be upheld and thus that the Pact be fully respected."

France must now submit draft budgetary plans to Brussels by October 15, spelling out in detail how it plans to cut E21 billion in public spending next year and E50 billion by the end of 2017. The Commission will follow with its opinions of the budgetary plans of member states by mid-November.

Sapin said France's budget deficit would actually rise this year for the first time in five years, reaching 4.4% of GDP, before declining modestly to 4.3% next year.

France had been expected to reduce its deficit to 3.0% of GDP by 2013, but was accorded a two-year delay by the Commission.

--MNI Paris Bureau
--MNI London Bureau

#14 - 16H30

Independence Worries Continue to Weigh on Markets, Apple Product Launch Due Today

The FTSE is currently down by around 0.2% this morning, as fears continue over the possibility of Scotland voting Yes in next week’s independence referendum. Should Scotland vote to separate itself from the UK, a series of financial issues will have to be faced, including whether Scotland would be allowed to keep the pound and whether some of Scotland’s biggest companies will decide to move operations south of the new border. European markets are also keeping a close eye on the Scottish referendum – the DAX and CAC are both down slightly this morning, 0.06% and 0.16% respectively – with the worry being that a victory for the Yes campaign in the independence referendum could have a rejuvenating effect on other separatist groups within Europe.

The Asian session earlier saw the Nikkei rise on the back of exporter gains, with continued weakness from the Yen leading to the Dollar reaching a 6-year high against the Japanese currency, at 1:106.09. The Nikkei closed up by 0.28% at 15,749.15, its highest level in over 7 months.

In stocks news, Boeing shares closed up by 2.64% yesterday, as news came in of an order of 200 of the US aviation firm’s new 737 Max 200 aircraft, in a deal worth over $20 billion. The new aircraft - believed to reduce fuel costs by nearly 20% - will start rolling off the production line in 2019.

Meanwhile, Apple’s share price closed down by 0.62% in Monday’s trading, dipping in the run-up to Apple’s product launch later today. Apple stock has had a bumpy ride over the past few days, with Samsung’s recent release of its new generation of tech devices (including a phone with a curved screen and a new 3D Virtual Reality Headset) putting pressure on Apple. So far investors seem underwhelmed by reports that Apple will be unveiling two new iPhones and a Smart Watch. It remains to be seen whether Apple can come up with innovations which will leave Samsung scrambling to catch up, rather than the other way around.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS

#13 - 15H00

Extracts of President Van Rompuy's speech in Lisbon: "A consistent strategy for jobs and growth in Europe"

"The most acute phase of the debt crisis now may be behind us, thanks to the concerted actions by Member States – including Portugal – and EU institutions, but we cannot rest until sustainable growth is restored and unemployment is reduced from its current unacceptably high level."

"My main message is this: our economic models need to change. It is the only way to save our welfare systems, reduce inequality and guarantee more jobs and a brighter future to the younger generations. Europe should shape the 21st century instead of being shaped by it. On the economic front, Europe should evolve towards a new model where growth is driven by innovation. A growth model that is truly inclusive, taking the interest of the next generations into account and addressing inequality at its source."

"Employment can only be sustained by firms that are competitive, innovative and able to invest."

"As European Union, we clearly need to give a big boost to completing the internal market in products and services, as well as finalising in 2015 the digital single market – areas I have put a number of times on the agenda of leaders but where we must continue to push."

"Shifting taxes away from labour. This is potentially the single most important boost for jobs right now. Which is why the European Council and the Commission insist so repeatedly on it.
On average, the so-called "tax wedge on labour" is 11 points higher among eurozone countries than among non-euro EU countries, and much higher than in the US and Japan. If you want to explain why expanding companies do not hire more or faster, no need to search any further!"

"Ultimately, rising inequality could threaten not only social cohesion and the stability of democratic institutions, but also put a break on growth and prosperity. The key element here is to look at education and jobs."

"The combination of low growth and low inflation is a problem, and not just for those countries with high public debt levels."

"We need to act on both sides of the economy: stimulating supply and stimulating demand."

"The Stability and Growth Pact and the Fiscal Compact act as an anchor for confidence. We should not put our fiscal credibility at risk, especially when in some cases it was so painstakingly regained. Nevertheless, we need to use the flexibility that is built into the rules in the best possible way."

"The eurozone is more than the simple sum of its members. There is a collective dimension that needs to be better taken into account."

"The 300 billion euro of new private and public investment over three years, as proposed by incoming Commission President Juncker, is a good line of action. This plan should be given top priority."

"Member governments must put in place credible backstops to deal with the outcome of the stress tests that are being conducted right now."

"The eurozone needs closer coordination of structural economic policies. An alternative needs to be found to the idea of "contractual arrangements" that I put forward in my 2012 report – one can ignore a solution, one cannot ignore a problem. (...) One alternative could be to build a consensus on a number of fundamental principles that should guide structural policies – but only in those areas crucial for the smooth functioning of the EMU. Labour markets is one of these areas. The idea would be to set out a gradual and monitored process of structural convergence, ensuring all countries are well equipped to reap the full economic gain from their participation in the EMU – all in all, a bit like the fiscal converging process that preceded the establishment of the euro. Looking a little further into the future, those eurozone countries that successfully meet these criteria could more easily develop and join risk-sharing mechanisms, which would help further strengthen their resilience to macroeconomic fluctuations. Such mechanisms could take several forms, but they should be designed in a way that offers a real incentive for convergence while at the same time avoiding moral hazard."

Read the full speech here

#12 - 12H30

Fluctuating FTSE, Hang Seng Drops, Microsoft in Talks to Acquire Minecraft Creator

The FTSE has been fluctuating this morning, with recent polls suggesting that an independent Scotland is now a real possibility. With the nationalist and unionist campaigns neck and neck ahead of next week’s referendum, financial questions are being raised which are proving hard for the markets to side-step; what, for example, will happen to UK GDP growth forecasts should Scotland secede? How many Scottish-based firms will choose to move south of the (new) border? Questions such as these will be moot if the results of next Thursday’s poll keep Scotland in the Union, but until then the markets are in limbo, with the referendum too close to call. The FTSE was down by 0.4% earlier, but is currently trading up by 0.13%, buoyed slightly as the three main UK party leaders make a concentrated effort today to plead the case for the union with Scottish voters.

The Asian session saw the Hang Seng close lower this morning after a vicious economic news cycle dealt a triple blow to key stocks. A decline in Chinese homesales, Apple’s slump after last night’s product launch and reports of a fall in casino income in nearby Macau all hit companies in the Honk-Kong based index, leading it to close almost 2% down.

In stocks news, Lufthansa was hit heavily yesterday as pilots union Vereinigung Cockpit went on strike for the third time in two weeks. The airline has had to cancel over 100 flights out of Munich today, with shares closing down by 1.5% on Tuesday.

Meanwhile in the US Microsoft is joining the tech takeover frenzy, with reports that the US giant is discussing the possibility of purchasing Mojang AB, the Swedish firm behind the wildly successful Minecraft game. Microsoft shares were up by 0.62% yesterday, to a level of 46.76.

Daniel Sugarman
Market Strategist
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS

#11 - 12H10

Resserrement monétaire américain : chronique d’une correction annoncée

Par Xavier Leroy, Président de Quilvest Gestion.

La hausse des taux directeurs aux États-Unis risque de provoquer l’éclatement de bulles sur les marchés financiers, constituées par la profusion monétaire des cinq dernières années.

Le cap est donné. La Réserve Fédérale américaine s’apprête à entrer dans un cycle de resserrement monétaire dont le calendrier est plutôt explicite : la dernière étape de réduction d’achats d’actifs, qui clôturera une longue période d’assouplissement quantitatif aux États-Unis, est attendue pour le mois prochain. Janet Yellen a indiqué que le premier mouvement des taux directeurs interviendrait six mois après la fin du Quantitative Easing, ce qui permet de situer le point de départ du fameux relèvement à la fin du premier trimestre 2015. Et avec une remontée graduelle envisagée toutes les six semaines, les taux directeurs devraient atteindre 3% en milieu d’année 2016.

Voici pour les perspectives auxquelles il faut raisonnablement s’attendre. Pourtant, malgré ce « timing », les investisseurs ont encore bien des difficultés à apprécier l’imminence et l’envergure du resserrement à venir. Cela se traduit par des anomalies de marché importantes sur les emprunts d’État. C'est le cas du Treasury Bond américain, dont les échéances ‒ tant à court terme qu’à long terme ‒ sont trop peu rémunérées : le deux ans américain avoisine par exemple un niveau de 0,55%, quand il devrait plutôt s’établir autour de 1,15% au regard des fondamentaux macroéconomiques du pays, orientés positivement. La cherté des titres obligataires fait craindre l’explosion d’une bulle ou, plus précisément, de bulles.

Ce scénario est celui contre lequel le FMI, ou encore James Bullard, le président de la Fed de Saint-Louis, ont mis en garde récemment les marchés financiers. A juste titre. Car nous sommes dans une situation où l’ensemble des actifs financiers tiennent une bonne part de leur valorisation grâce au seul fait que le coût de l’argent a été extraordinairement faible ces dernières années. Les liquidités déversées par la banque centrale américaine ont encouragé la recherche de rendement, à l’origine d’une corrélation inédite entre la plupart des classes d’actifs.

C’est ainsi que les investisseurs ont privilégié les actifs « à risque », comme les actions américaines dont les niveaux de valorisation battent tous les records, la dette bancaire, les obligations convertibles ou les obligations d’entreprises high yield, pour la prime attractive qu’elles ont offerte par rapport aux taux souverains. Tous ces actifs très plébiscités sont désormais à des points hauts de leur cycle de valorisation. Du côté du secteur bancaire, le danger est de voir à nouveau les établissements intégrer dans leur bilan des actifs dont le risque est mal perçu, conséquence d’investissements rémunérateurs et de facilités de prêts bon marché, concédées à certaines entreprises à l’état de santé incertain. A l’échelle mondiale, le marché immobilier a lui aussi profité de la hausse du pouvoir d’achat insufflée par le dopage monétaire des grandes banques centrales. La hausse des prix avoisine 25% sur les deux dernières années, tandis que la flambée est particulièrement perceptible à Sydney ou à Londres. On commence à en constater les dégâts dans certaines villes chinoises où l’afflux de crédit est en train de faire vaciller les prix immobiliers.

Résultat, la hausse des taux directeurs de la Fed pourrait agir comme le détonateur d’une correction de tous ces excès, entre hausse des taux sur tous les pans de la courbe obligataire, synonyme de contreperformance, et positions vendeuses sur les actifs boursiers. L’hypothèse d’un retour brutal à un environnement monétaire « normalisé » impose quoi qu’il en soit une nouvelle approche de la gestion des risques. Dans un monde où les actifs évoluent de concert, il devient urgent pour les investisseurs de repenser la sacro-sainte diversification de leurs portefeuilles. Un effort souhaitable à la veille d’une potentielle séquence de turbulences.

À propos de Quilvest Gestion : Quilvest Gestion est la société de gestion de Quilvest Wealth Management, Groupe Quilvest. Dédiée aux investisseurs institutionnels, Quilvest Gestion dispose d’une forte expertise de gestion sur les taux obligataires depuis 1993, sous formes de mandats et d’OPCVM. Quilvest Gestion compte aujourd’hui près de 3 milliards d’euros d’actifs sous gestion.

#10 - 12H05

La France doit impérativement arrêter de dilapider inutilement l’argent public. Moins d’État mais mieux d’État.

Par Guillaume Cairou, Président du Club des Entrepreneurs.

Tout chef d’entreprise sait qu’il peut être utile de s’endetter pour investir et grandir. C’est le cercle vertueux de la croissance. Tout chef d’entreprise sait en revanche qu’il est dangereux de s’endetter pour payer les frais de fonctionnement de la structure. C’est alors le cercle vertueux de l’endettement sans fin. La France ne s’endette malheureusement pas pour investir.

La France est l’un des derniers pays de la zone euro qui n’a pas eu le courage de réformer son économie en réduisant ses dépenses publiques et son coût du travail.

Si on ne veut pas que notre pays soit en faillite, il faut réduire la dette publique en diminuant les dépenses de l'État. Il faut stopper sans délai l’embauche des fonctionnaires ou, au moins, s’engager sur un non remplacement de fonctionnaires partant à la retraite.

La France doit entamer de véritables réductions de la taille de son État qui ne peut pas tout et doit arrêter de se mêler de tout parce qu’il est tout simplement incapable de tout gérer.

Il faut bien comprendre ce qu’est le cœur de la compétitivité d’une économie : c'est l'innovation (on a tout fait en France pour l’entraver depuis 20 ans), la recherche (on a tout fait en France pour qu’elle se délocalise), le goût du risque (on a tout fait en France pour le dissuader). Comment dés lors s’étonner de notre endettement, de notre déficit et de notre manque de compétitivité ?

Non seulement, la France a pris un retard considérable depuis vingt ans sur les sujets liés à l’innovation mais en plus elle n’a sû ni relancer l’emploi ni assainir ses finances publiques.

L’État doit geler les prestations sociales et le point d'indice du salaire des fonctionnaires jusqu'en 2020.

Enfin, chaque chef d’entreprise sait combien son nombreuses les redondances et les interventions superflues et sans valeur ajoutée de l’État au quotidien. Il faut lancer une grande concertation pour que l’État se concentre sur ses missions essentielles afin de redevenir efficace comme la Suède, l'Australie et le Canada quand ils ont structurellement abaissé leurs dépenses publiques.

La France ne peut plus se permettre de vivre au-dessus de ses moyens. Il est temps d’alléger le fardeau fiscal et social qui pèse sur les entrepreneurs et nos salariés. Il est urgent d’agir ! C’est ainsi que nous retrouverons la capacité d’investir, d’innover et de prendre des risques !

À propos du Club des Entrepreneurs :
Il compte aujourd'hui plus de 18 500 membres.
Le Club des Entrepreneurs est un réseau de créateurs et dirigeants d'entreprises qui partagent une ambition commune : promouvoir l'esprit d'entreprise.
Consultez notre site www.clubdesentrepreneurs.org

A propos de Guillaume Cairou :
Président du Club des Entrepreneurs
PDG Fondateur du Groupe Didaxis, leader du portage salarial en France,
Mentor à la CCIP au sein de l'Institut du Mentorat Entrepreneurial de Paris (IME),
Membre de CroissancePlus,
Auteur du livre « Créer son entreprise » aux éditions Jacob-Duvernet.

#9 - 12H00

Flash Eco de l'Afep - Le sentiment des acteurs économiques à la mi-2014

Afin de compléter le panorama conjoncturel dressé la semaine dernière, le présent flash se penche sur le sentiment des acteurs économiques mesuré au travers des enquêtes de la Commission européenne. Il s’intéresse également aux indicateurs dits « de confiance ».

1. Europe : un retournement à partir de la mi-2014 ?

La Commission européenne conduit régulièrement des enquêtes auprès des différents acteurs économiques : industrie, secteur de la construction, consommateurs, secteurs du commerce de détail et des services, y compris financiers (pour plus de détails, voir le flash éco du 11 avril 2014). A partir des réponses données à un échantillon de 15 questions à la fois rétrospectives, présentes et prospectives (4 pour les consommateurs, 3 dans l’industrie, les services et le commerce de détail, 2 dans la construction) (1), elle construit un indicateur agrégé, l’ESI (« Economic sentiment indicator »). Comme pour les autres enquêtes de conjoncture, l’ESI est calculé de manière à obtenir une moyenne de long terme de 100 qui sert ainsi de valeur « pivot » : les valeurs inférieures à celle-ci indiquent un « sentiment économique » en-deçà de la moyenne et inversement.

Selon les derniers chiffres, l’ESI au niveau de la zone euro s’est replié de 1,5 point au mois d’août, interrompant une nette tendance à l’amélioration depuis avril 2013. Il se situe juste au-dessus de 100, la question étant désormais de savoir si le mouvement observé au mois d’août annonce un retournement conjoncturel défavorable après un début d’année de croissance modeste mais positive. L’ESI recouvre, en outre, des réalités très contrastées en fonction des secteurs : ainsi, alors que l’industrie, les consommateurs et le commerce de détail affichent encore des valeurs supérieures à la moyenne, les secteurs des services et, de façon plus prononcée encore, celui de la construction, sont en-deçà. Dans ce dernier secteur, l’activité reste contrainte à la fois par les ajustements sur plusieurs marchés du logement, les faibles perspectives de croissance et les contraintes de financement. A ces contrastes intersectoriels s’ajoutent des différences notables entre pays : l’ESI est ainsi à un niveau sensiblement élevé au Royaume-Uni (où l’indicateur relatif à la construction est, lui, largement au-dessus de sa moyenne de longue période, en lien avec l’évolution du marché immobilier outre-Manche), supérieur à la moyenne en Espagne et en Allemagne (avec toutefois des dynamiques différentes) et à un niveau moins favorable en Italie et en France. L’observation des résultats pour la France montre en effet que l’ESI y stagne depuis octobre 2013 et que la barre des 100 n’a pas été atteinte depuis trois ans (août 2011). De façon plus détaillée, les cinq indicateurs synthétiques ont des valeurs inférieures à leur moyenne historique et seul le secteur des services affiche une amélioration sur un an. Dans ce secteur, il faut noter la hausse de la demande passée (3 derniers mois) et anticipée (pour les 3 prochains mois), ainsi que les prévisions d’emploi pour le prochain trimestre. En revanche, les résultats sont moins bons dans les autres secteurs, notamment dans le bâtiment, où l’on note une forte dégradation des carnets de commande et des perspectives d’emploi. Dans l’industrie, le panorama semble mitigé, avec à la fois une amélioration des carnets de commande à l’export et des perspectives d’emploi par rapport à l’année dernière mais une baisse des anticipations de production. Le taux d’utilisation des capacités de production, qui demeure inférieur à sa moyenne de long terme, est resté stable au cours de l’année passée. C’est également le cas de l’indicateur relatif aux ménages, qui déclarent néanmoins une baisse (passée et future) de la tendance des prix.

2. Les indicateurs disponibles mesurent-ils réellement la « confiance » ?

D’un point de vue académique, l’école de l’économie comportementale (« Behavorial economics ») travaille sur les liens entre la psychologie des individus et leurs décisions économiques (2). En effet, dans les périodes de difficultés, le manque de confiance est un argument souvent employé pour expliquer la situation. « Restaurer la confiance » parmi les agents économiques devient dès lors une priorité des décideurs. Mais de quelle confiance parle-t-on ? Peut-elle se mesurer ? En définitive, « peut-on se fier à la confiance » (3) ? Du latin confidentia, le concept de confiance est polysémique avec à la fois une dimension personnelle (« action de s’en remettre à soi-même, hardiesse, courage, assurance ») et une autre, plus générale («sentiment d’assurance, de sécurité chez un peuple, dépendant de l’état des affaires, de la situation politique »). Cette dualité est importante car elle se retrouve souvent dans les enquêtes d’opinion auprès des ménages, où ces derniers jugent différemment leur situation personnelle et le panorama d’ensemble du pays (4). Les travaux conduits par les instituts statistiques ont l’avantage de poser des questions plus précises s’appuyant, pour celles relatives au passé, sur une base factuelle.

De ce point de vue, les indicateurs en question ne mesurent pas la confiance mais plutôt la performance récente. Ensuite, les indicateurs relatifs au présent font intervenir un jugement de type normatif indépendant de la « confiance » dont les répondants peuvent être habités. Enfin, s’agissant des questions relatives au futur, il convient de distinguer les enquêtes auprès des entreprises de celle menée auprès des ménages. En effet, les premières sont avant tout orientées sur les perspectives sectorielles des répondants alors que les secondes intègrent de nombreuses questions à vocation générale (évolution, au cours des 12 prochains mois, de la situation économique générale ou encore du nombre de chômeurs).

Dès lors, bien qu’obtenus en situation d’information imparfaite et d’incertitude par rapport à un évènement futur, les résultats relatifs aux entreprises refléteront davantage leur degré de « confiance particulière », car fondée sur la connaissance du secteur, alors que ceux relatifs aux ménages traduiront avant tout leur degré de « confiance générale », donc plus diffuse.


Selon la formule d’Eloi Laurent, « la confiance se signale par son absence et demeurerait insaisissable quand elle existe ». Bien qu’intemporelle, cette définition empirique semble parfaitement adaptée à l’époque actuelle. Si les indicateurs disponibles ne mesurent pas tant la « confiance » (concept dont le champ dépasse largement celui de l’économie), ils ont toutefois le mérite de formaliser le sentiment des acteurs dans ses trois dimensions (passé, présent, futur). Sur la période récente, les résultats de l’ESI font apparaître un risque de retournement en zone € en cohérence avec les autres indicateurs macroéconomiques.

(1) Quelques exemples : « Considérez-vous que compte tenu de la saison, votre carnet de commande (ou votre demande) est actuellement : supérieur à la normale, normal, inférieur à la normale » (industrie) ; « Evolution observée du chiffre d’affaires au cours des 3 derniers mois par rapport aux 3 mois précédents/évolution probable pour les trois prochains mois par rapport aux trois derniers mois : hausse, stabilité, baisse » (services) ; « Votre stock actuel est-il, pour cette période de l’année : supérieur à la normale, normal, inférieur à la normale » (commerce de détail).
(2) Elle cherche en cela à remédier aux défauts de l’économie néoclassique traditionnelle (mythe de l’Homo oeconomicus, individu rationnel qui « maximise son utilité »).
(3) On reprend ici le titre d’un article d’Eloi Laurent paru dans la revue de l’OFCE de janvier 2009.
(4) Autre exemple : selon une étude de juillet 2014 du cabinet Robert Half auprès de 200 DRH, 56 % se disaient « confiants » sur la croissance à venir de leur entreprise (et huit sur dix prévoyaient de recruter en CDI) quand, dans le même temps, 50 % se déclaraient « pas du tout confiants » quant aux perspectives de croissance de l’économie.

Afep - Association française des entreprises privées

#8 - 11H30

Too late Mario D….

Nuno Fernandes on the European Central Bank’s handling of Europe’s economic woes.

Last Thursday, the European Central Bank (ECB) President Mario Draghi announced the bank’s latest steps in an effort to boost Europe’s economy — it will start buying bonds that are backed by loans to companies or individuals. The details will only be known in October, but we don’t need to see them to know that this is not a panacea for Europe’s problems.

It is true that bank loans to corporations have been shrinking since 2008. But that is because the credit-worthiness of most corporates, particularly Small and Medium Sized-Enterprises (SMEs), has fallen significantly, and thus banks are not really eager to finance them, or if they are, they include the added risk to the prices charged. In addition, the finances of SMEs have fallen due to the recession we have faced in the last years. On the other hand, large European Union (EU) corporates have cash holdings at historical highs. This means they cannot find, in the current economic depressive environment, good investment opportunities and prefer to keep the money in their coffers.

Another problem with the recent ECB announcement is that, though well-intentioned, unfortunately this will not have much of an impact due to the limited size of the loan-backed bonds in Europe. Since the 2008 crisis, the securitization market in Europe is at very low levels, which is fundamental for the existence of these asset-backed bonds.

With the limited issuance of asset-backed bonds in Europe, the ECB plan will be slow to have any impact.

Instead, the ECB should have announced similar plans three or four years ago, which should have been extended to the purchases of government bonds. This was what the United States Federal Reserve (FED) did — commonly known as quantitative easing — buying trillions of dollars’ worth of bonds, in order to avoid being in the situation Europe is now: stagflation.

Purchases of Government bonds are clearly more complicated to implement in Europe than the US. Choosing which bonds to buy in Europe, since each country issues them separately with different risks, is not easy. What should the portfolio weights of the ECB be when buying sovereign bonds? Should it buy only southern European bonds? These are tough questions, but had the ECB acted three years ago, as the FED did, we could have avoided this European-wide stagnation that we currently face.

By not acting in time, due to all the political disagreements in the Euro area, the ECB missed its timing, and allowed interest rates to reach abnormally high levels in 2011-2012 as well as allowed the Euro to appreciate versus the USD. This hammered Euro exports, and ultimately led many European countries into recession due to austerity policies at a time when reforms were needed. Now, three years later, sovereign yields are at historical lows, and it is clear that the ECB has no longer any role to play here.

The current ECB plan will, however, allow banks to offload some of their loan-backed bonds to the ECB, and thus receive cash. Whether they lend that cash again to companies is a totally different story. They are not forced to. But in any case, the cash infusion will allow banks to meet capital targets in the upcoming stress tests giving them an easier time when the tests come. It should also help alleviate the pressure on the Euro, which is good for European exporters.

Overall, the leadership of Mario Draghi has been strong, but severely damaged by the political debacles that have paralyzed Europe for the last five years. Necessary reforms still need to be implemented. The common good of the EU must become a priority. But current politicians, unfortunately, have shown that they are not capable of making it such.

Even though the timing is off, Draghi is doing his share of the work. But he cannot end Europe’s woes all by himself.

Nuno Fernandes is Professor of Finance at IMD, where he directs the Strategic Finance program, and is the author of Finance for Executives: A Practical Guide for Managers.
Professor Fernandes’s profile

#7 - 11H15

Enquête de Conjoncture CGPME - été 2014

Pour cette nouvelle enquête, la CGPME a adressé début juin un questionnaire par voie électronique à ses adhérents. L’analyse porte sur les 845 premières réponses jugées complètes et fiables, reçues entre le 6 et 27 juin 2014.

Climat des affaires : pas d’amélioration en vue

En juin, 46 % des patrons de PME interrogés estiment que la situation de leur entreprise s’est détériorée. Le climat des affaires s’est particulièrement dégradé dans le commerce et le bâtiment pour, respectivement, 53 % et 65 % des entrepreneurs.

Le climat des affaires devrait demeurer inchangé : en moyenne, 89 % des chefs d’entreprise n’anticipent pas d’amélioration pour les prochains mois.

Lire la suite en pièce jointe via ce lien (PDF 2 pages)

#6 - 11H00

L’emploi marchand augmente légèrement au deuxième trimestre 2014 du fait de l’intérim

Emploi salarié – Résultats du deuxième trimestre 2014.

Hausse de l’emploi salarié dans les secteurs marchands
Au deuxième trimestre 2014, l’emploi dans les secteurs marchands non agricole augmente (+8 300 postes, soit +0,1 %, après -20 100 au premier trimestre 2014). Hors intérim, l’emploi marchand est quasiment stable (-5 600 postes ce trimestre après -4 800 au trimestre précédent). Sur un an, 12 600 postes ont été supprimés dans les secteurs principalement marchands (soit –0,1 %).
Poursuite de la baisse dans l’industrie comme dans la construction

Dans l’industrie, l’emploi baisse de 0,3 % (-8 100 postes) au deuxième trimestre. Sur un an, il recule de 39 500 postes (soit -1,2 %).

Au deuxième trimestre, l’emploi dans la construction diminue également (-8 800 postes, soit –0,6 %). Sur un an, ce secteur a perdu 26 800 postes (soit –1,9 %).

L’emploi tertiaire marchand augmente
Les effectifs intérimaires, comptabilisés dans le secteur tertiaire quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission, augmentent ce trimestre (+14 000 postes, soit +2,6 %, après -15 300 au premier trimestre 2014). L’emploi du secteur tertiaire marchand hors intérim augmente de nouveau au deuxième trimestre 2014 (+11 200 postes, soit +0,1 %, au même rythme qu’au trimestre précédent).

Au total, l’emploi dans le secteur tertiaire marchand augmente (+25 200 postes, soit +0,2 %, après -6 400 au premier trimestre 2014). Sur un an, l’intérim a progressé (24 600 postes, soit +4,8 %) et le secteur tertiaire dans son ensemble a créé 53 700 postes (soit +0,5 %).

Lire la suite

#5 - 10H40

France FM: Gov't Won't Meet 3.0% Deficit Target Until 2017

By Jack Duffy.

France's government said Wednesday that it won't be able to reduce its public deficit to the 3.0% of GDP level required by the Maastricht Treaty until 2017, two years later than it had pledged.

Finance Minister Michel Sapin told journalists in Paris that the latest deficit-target delay was due "exceptional" circumstances of weaker-than-expected economic growth and very low inflation.

He said he would not ask for any change in European Union budget rules but only for France's economic partners to take the current economic reality into account.

"This situation has worsened. It is necessary to say it," Sapin told a press conference.

Sapin said French growth this year would reach only 0.4%, less than half the government's original target of 1.0%. As a consequence, he said, the state's budget deficit will be 4.4% of GDP this year, well above its 3.8% target, and would only decline to 4.3% in 2015.

France's benchmark 10 year government bonds were quoted at a spread of around 36 basis points over comparable German bunds shortly after the statement, little changed on the session and close to the lowest levels seen since 2011.

MNI Paris Bureau
MNI London Bureau

#4 - 10H30

The night Apple became average

By Peter Garnry Head of Equity Strategy / Saxo Bank Denmark

- The new iPhone will keep Apple in motion, but it's no blockbuster
- A high price and a long delay make the Apple Watch a non-factor
- Apple has fundamentally outgrown its surging growth rates

It is now day one following Apple's biggest production introduction in recent years. Here are my thoughts, which build on my initial reaction from last night.

The iPhone company

Apple's introduction of the iPhone 6 was well-anticipated and the release of differently sized variants was also expected, so no major surprises here. The new phone came with better battery life and larger screen sizes which will likely appeal to more consumers, but it will not fundamentally change the pressure from Google, Samsung and Xiaomi.

Overall, these are good iterations on what is still the company's most successful product to date with $32.5 billion in sales in the fourth quarter of 2013. The iPhone represents about 52-57% of the company's total revenue depending on what quarter you look at. The new iPhone 6 will keep the motion going at Apple and sustain positive revenue growth, but it will likely not ignite double-digit growth rates again.

The release of the new phones also slashed the price of the iPhone 5C to zero (you will only pay for your mobile carrier, downloaded apps or other content from Apple) as a way to entice consumers at the lower end. The strategy is similar to what Volkswagen is doing with its Up! model — getting new customers into the brand without making any money on them and then hoping they will upgrade to more expensive models as their relationship to the company matures.

Apply Pay lacks market power

Apple also introduced a new service that briefly had the share price flying. The company introduced Apple Pay as an easy way to pay for products and services by using the fingerprint screener on the new iPhones (it was introduced on the iPhone 5). The company had already partnered with the banks JPMorgan Chase, Bank of America and Citigroup, as well as the Visa, MasterCard and American Express card networks .

It is a genius product and something the newly connected world has been screaming for, but few would-be providers have come with the right solution. This, however, might be it. The problem is that the iPhone is down to only a 15% market share, setting the bar fairly low in terms of how much of the payment market Apple can get.

I foresee Google copying the whole concept for Android and rolling it out to its customers, who now represent the dominant share of the smartphone-possessing population. That will make all the difference in this market segment, and it could potentially be a huge money machine for Google. Again, it seems Apple may have made a mistake by sacrificing market share for profit. The balancing act between those two forces is thin.

Apple Watch is irrelevant

Then came the big news that everyone had waited for: the Apple Watch. As I said on Saxo TV, I did not think they would introduce it as no photos had leaked (several photos of the iPhone 6 were leaked pre-release). So Apple somehow managed to keep it a secret. Impressive.

In my opinion, though, there is nothing the watch can do that the iPhone cannot, except giving you real-time data on your health. But is that enough for consumers to pay the price Apple wants? Here, I am very critical, and that reaction is only intensified by the fact that the product will not be available before sometime next year. By that time, most consumers will have forgotten about the watch (unless Apple goes all-in on its marketing).

Was Newton right?

My general view is that Apple's problem is the same as Apple's status: it is the most valuable company in the world and makes the largest profit. To move the needle in a meaningful way, and to avoid seeing negative revenue growth, its new products are constantly required to be world-changing blockbusters in order to grab enough sales. More importantly, the pricing power has to be high or positive revenue could easily translate into declining operating profits and a falling share price.

No company in the world's history has sustained a powerful market position for decades on end. Either the competition catches up, technology changes or something else occurs to upset the apple cart. I am not betting on Apple's decline right away, but I believe growth is settling in the range of 5-9% per year and I am concerned whether they can sustain their profit margins — especially with Xiaomi on the horizon.

Newton said that what goes up must come down, and this will likely happen to Apple. But the trip downwards can last for a long time. IBM is evidence of that, as a company can reinvent itself over and over again.

Apple is no longer a stock I would overweight. On the other hand, I would not short it either. It will just be an average company (due to its size) and it should occupy exactly such a place in one's portfolio. The strongest prospects for future growth lie in biotechnology, robotics and automation, big data, solutions to our pollution problems, and other things of this nature.

Apple is not likely to be the innovator in these areas.

Edited by Michael McKenna, Saxo Bank.

#3 - 10H15

France To Push 3.0% Deficit Target Back To 2017: Press

The French government intends to push back its 3.0% deficit target to 2017 from 2015, the business daily Les Echos reported on Wednesday.

The government will stick to its pledge to reduce public spending by E21 billion next year and by E50 billion from 2015 to 2017, the newspaper reported, but the rhythm of deficit reduction will be slowed because of the weaker-than-expected economy.

France's Finance Minister Michel Sapin will hold a press conference "on the economy and public finances" this morning at 8:45 CET, the ministry said in a statement.

MNI Paris Bureau

#2 - 10H00

[UBS daily roundup - Insecure investors?]b

Paul Donovan daily briefing.

- Tartan tracking - Bank of England governor Carney suggested that Scotland could not have a monetary union with sterling as an independent country. Concerns over separatism as a trend may have contributed to the underperformance of Spanish bonds yesterday.
- Some risk markets reacted to an academic paper from the San Francisco Federal Reserve suggesting that expectations of US rate increases were too conservative. While we agree with the sentiment, the fact that something like this could provoke a reaction suggests a significant degree of investor insecurity.
- Bank of Japan deputy governor Iwata has joined the "talk down the yen" strategy, suggesting a weaker yen would be good for Japan's economy. A weaker yen would be good for Japanese exporters' profits. The economy only benefits to the extent that those profits are put to work in Japan.
- The data calendar is relatively light. French and Spanish industrial production data is unlikely to offer a flattering contrast for France - investor concerns within the Euro area have shifted towards France in recent months. Portuguese and Greek inflation figures are also due.


#1 - 9H00

Les marchés consolident en l'absence de catalyseurs

Marchés actions
Sur les marchés actions, Wall Street a clôturé dans le rouge hier soir au milieu d’une séance faible en annonce et principalement tournée vers les nouveautés présentées par Apple. Le Dow Jones a perdu 0.57% à 17 013.87 points, le Nasdaq 0.87% à 4 552.29 points, et le S&P500 0.65% à 1 988.44 points. Les investisseurs, faute de publications macroéconomiques, se sont donc tournés vers la conférence de la marque à la pomme qui a terminé en baisse de 0.38% après avoir grimpé de près de 5% suite à la présentation de la montre connectée, ce qui a permis très brièvement au Nasdaq d’évoluer dans le vert pendant quelques instants. Fautes d’innovations majeures, les opérateurs de marché ont semblé déçu par cette conférence. Les autres grands du Nasdaq ont également souffert, comme Twitter qui a cédé 2.67% et Facebook en recul de 1.57%. Seul le concurrent direct d’Apple, Microsoft a progressé de 0.62%.

Wall Street a subi des prises de bénéfices après les récents records des indices. De plus le marché a également été victime d’une hausse des taux sur le marché obligataire alors que certains investisseurs spéculent sur un relèvement des taux directeurs par la FED.

Un peu plus tôt dans la journée, les principales bourses européennes avaient enchainé une nouvelle séance en territoire négatif dans un climat d’incertitude autour du conflit russo-ukrainien et du referendum sur l’indépendance de l’Ecosse.

Dans le sillage de Wall Street hier, les bourses européennes sont attendues dans le rouge ce matin à l’ouverture dans un contexte d’incertitude politique et faute de nouveaux catalyseurs aujourd’hui également. Selon les premières indications disponibles, le CAC 40 pourrait reculer de 0.09%, le Dax pourrait perdre 0.13% ce matin tandis que le FTSE pourrait céder de 0.02%.

De son côté la Bourse de Tokyo a fini en hausse il y a quelques minutes en se reprenant en fin de séance grâce notamment à un nouveau pic du billet vert face au yen ce qui, une fois de plus, favorise les valeurs exportatrices. L’indice Nikkei engrange 0.25% à 15 788.78 points.

Sur le marché des devises, la monnaie unique consolide face au dollar après les annonces de la BCE la semaine dernière.

L’euro s’échange aux encablures de $1,2940 ce matin. Hier, la paire a atteint son cours le plus bas depuis juillet 2013, franchissant le seuil des $1,2860 à 8 heures avant d’entamer son rebond.

En effet, hier, les taux d'emprunt en zone euro, se sont en effet repris rendant plus rémunératrice et attractive la monnaie unique. L'euro reste toutefois sous la pression des mesures d'assouplissement monétaire prises la semaine dernière par le directeur de l’institut monétaire Mario Draghi (baisse du taux directeur, rachats de dettes privées) et par les inquiétudes des investisseurs quant aux conséquences sur l'économie européenne des sanctions à l’encontre de la Russie.

Au Royaume-Uni, la devise britannique reste elle aussi, sous pression dans l’attente du référendum sur l’indépendance de l’Ecosse le 18 septembre prochain. Après la publication dimanche d'un sondage qui a affolé les milieux politiques et économiques en donnant pour la première fois gagnants les indépendantistes écossais, un nouveau sondage publié mardi montre que les deux camps sont au coude à coude. Mardi, le gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney, laissait entendre que la BoE pourrait commencer à relever son taux directeur à partir du printemps prochain. La livre britannique baissait face à l'euro, à £0,8033 pour un euro mais se stabilisait face au billet vert, à $1,6105 pour une livre.

Concernant le yen, la devise européenne continue de gagner du terrain face à la monnaie nippone, s’échangeant aux alentours des 137,70 yens. Le dollar progressait aussi face à la devise japonaise, à 106,38 yens. Le billet vert atteint des seuils qu’il n’avait plus atteint depuis 2008 face à la devise japonaise. Le dollar se maintenait ainsi au-dessus du seuil des 106 yens mardi, qu'il n'avait plus franchi depuis 2008, et a atteint en début de séance un nouveau sommet en 14 mois face à l'euro.

Du coté des devises mineures, la livre turque recule face à la grande majorité des devises internationales après l'adoption hier de nouvelles lois jugées restrictives pour les libertés individuelles. La devise turque s’affaiblit face à la monnaie unique à 2,8408 livres pour un euro. Le Parlement a décidé de renforcer le contrôle de l'Etat sur Internet, et a octroyé au gouvernement la possibilité d'accéder à l'historique de navigation des internautes et de fermer des sites ou bloquer des pages sans décision de justice préalable. Il justifie cette réglementation par le souci du maintien de la "sécurité nationale, de restauration de l'ordre public et de prévention des crimes".

Matières premières
Au chapitre des matières premières, le pétrole tentait de reprendre de la hauteur hier. Les investisseurs attendent le rapport du Département américain de l’Energie sur l’évolution des stocks aux Etats-Unis. Les analystes anticipent une nouvelle baisse des stocks de brut de l’ordre de 1,2 million de barils. Malgré ce répit, la tendance reste fragile sur l’or noir. Le renforcement du dollar se poursuit et maintient ainsi les cours sous pression. Par ailleurs, le Brent, de son côté, poursuit son mouvement de baisse. Le Brent souffre de la faiblesse de la demande en Europe alors que l’offre est toujours aussi abondante.

Dans ce contexte, sur le Nymex, le baril Light Sweet Crude évolue autour des 92,75 dollars. De son côté, le Brent de la Mer du Nord s’échange, ce matin, contre 99,2 dollars.

Sur le front des métaux précieux, la tendance reste déprimée sur l’or. Le métal jaune évolue proche de ses plus bas en trois mois. Le renforcement du dollar et la spéculation autour d’un relèvement des taux de la FED pèsent sur l’or. L’once d’or se traite ce matin autour des 1 257 dollars.

Saxo Banque (France)

9 septembre 2014

Oxford Economics - Les enquêtes mondiales sur les conditions de crédit au T3: un tableau mitigé

Oxford Economics vient de publier son dernier Research Brief sur les conditions de crédit au niveau mondial.

Par Adam Slater, Senior Economist, Oxford Economics.

« En mars dernier, les enquêtes menées par les banques centrales et autres organisations montraient des signaux généralement positifs sur l’orientation des conditions de crédit. Six mois plus tard, cela reste largement le cas – les dernières enquêtes pour les Etats-Unis, Japon, Royaume-Uni et la zone euro continuent toutes à montrer des normes de crédit en assouplissement.

L'indicateur mondial des conditions de crédit d’Oxford Economics (une moyenne pondérée du PIB des enquêtes US, zone euro, UK et Japon) continue de signaler l'assouplissement des conditions de crédits bancaires. En détails, les dernières enquêtes américaines suggèrent une reprise de la demande de crédit des ménages, ce qui devrait soutenir la consommation américaine. En zone euro, le desserrement des conditions de crédit pourrait suggérer que le ralentissement de la croissance au T2 en zone euro se révélera éphémère. Le tableau est moins positif dans les marchés émergents. Là, la mesure IIF des normes de prêt bancaire continue de montrer normes un resserrement du crédit, notamment en Asie. Il y a néanmoins quelques bonnes nouvelles, en ce que les conditions de financement des banques émergentes s'améliorent, mais la hausse des créances douteuses se poursuit dans ce contexte. Ceci induit un risque baissier sur la croissance émergente dans les trimestres à venir. »

Vous trouverez le document via ce lien, pour plus de détails (PDF de 5 pages en anglais).

Oxford Economics

Corporate Finance : commentaires du jour

L'actu Corporate Finance par FinActu:

- Bpifrance soutient le groupe Murgier dans une opération de croissance externe 09/09/2014
- Elis enregistre son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) 09/09/2014
- Parquest Capital cède le contrôle de FDI à Webhelp 09/09/2014
- Adista rachète l’activité professionnelle du Fournisseur d’Accès Internet France Cité Vision 09/09/2014
- Foncia annonce le rachat de la société EffiCity 09/09/2014
- ISAI et Keensight Capital entrent au capital du groupe Labelium 09/09/2014
- Qivivo réalise une levée de fonds de 450,000 € auprès de GO CAPITAL Amorçage 09/09/2014
- Publicis Groupe annonce l’acquisition de Turner Duckworth 09/09/2014
- Le Groupe Molitor accueille TA Associates au capital du Groupe CIPRÉS 09/09/2014
- Synercom France Alsace vient d’organiser la cession de la SA Euromonetic 09/09/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

8 septembre 2014

La Banque de France vous informe de la parution du stat info Crédits aux sociétés non financières - Juillet 2014

Poursuite de la hausse du crédit aux sociétés non financières.

La croissance du crédit aux sociétés non financières s'accélère en juillet (+1,8 %, après +1,3 % en juin). Cette hausse est portée à la fois par l'investissement (+3,2 % après +2,9 %) et la trésorerie, dont le taux de croissance redevient positif (+0,4 % après -1,7 %).

Le taux d'intérêt moyen des crédits nouveaux diminue en juillet : 2,75 %, après 2,82 % en juin, pour les crédits d'un montant inférieur à 1 million d'euros et 1,87 % après 1,96 %, pour les crédits de montants supérieurs

Consulter ce Stat Info :

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France


Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.


Les commentaires et avis d'experts figurant dans cette série d'articles publiés par Finyear sont émis à titre d’information et ne doivent pas être considérés comme un conseil d’investissement.

Plus particulièrement, les contenus figurant sur ce site Internet Finyear.com ne sauraient être interprétés comme des conseils fournis ou approuvés par tout membre du Groupe Finyear, ou comme une sollicitation ou une incitation à souscrire, vendre ou acheter un quelconque instrument financier.

Les analyses et opinions exprimées sont celles des sociétés et experts référencés dans chaque article à la date indiquée et sont susceptibles de changer à tout moment. Toutes projections économiques ou prévisions figurant dans ces articles document reflètent les hypothèses et jugements subjectifs des auteurs. Des événements imprévus peuvent se produire.
Ces commentaires et avis sont fournis uniquement à des fins d’information aux prestataires de services d’investissement ou aux autres professionnels ou investisseurs qualifiés.

Le site Internet Finyear.com ne contient aucun conseil financier, fiscal ou commercial, ni aucun conseil en investissement ou autre conseil proposé ou recommandé par le Groupe Finyear (et ne doit pas être interprété comme fournissant de tels conseils), et ne doit pas être considéré comme une liste des cours de placement, ni comme une offre, une incitation ou une sollicitation, en vue de la souscription, l'achat ou la vente de tout instrument financier.

Toute personne prenant une décision d'investissement en se fondant sur des informations disponibles sur Finyear.com agit à ses propres risques, et Finyear (y compris ses filiales) ne saurait en aucun cas être tenue responsable de toute perte subie de ce fait.

Tous les efforts ont été fournis afin de s’assurer de la justesse de l’information délivrée mais aucune assurance ou garantie ne peut être donnée.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 10 Septembre 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs