Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


FY Daily Briefings - 10 juillet 2014 (#11 - 17H00)

Économie, marchés, actions, devises, matières premières, deals du jour : Finyear, votre quotidien de l'exercice financier, vous offre, dès le matin et tout au long de la journée, des commentaires et des chiffres. A la suite vous trouverez également un tableau de bord financier avec cotations, indices et taux mis à jour en temps réel.

Marchés, actions, forex, matières premières : commentaires du jour

FY Daily Briefings - 10 juillet 2014 (#11 - 17H00)
#11 - 17H00

European Markets Affected As Portugal's Espirito Santo Totters

Equity markets in Europe dropped today amidst growing worries about the health of the Portuguese banking sector together with poor data releases out of France and Italy. The Stoxx Europe 600 index is off around 1.5% while the UK’s FTSE100 index dropped by nearly 1%. German and French markets also retreated, registering over 1.5% losses each. Southern Europe was the hardest hit with Italian, Spanish and Portuguese national markets recording heavy losses for the session so far. Portugal’s PSI index in Lisbon fell around 3% after the country’s biggest bank, Banco Espirito Santo, saw its shares and bonds suspended over concerns about its financial health, particularly the Espirito Santo Financial Group.

In response to this, the Portuguese 10-year bond yield climbed by around 13 basis point to stand at around 3.89%. Similarly, Italian and Spanish bond yields have crept higher due to worries that the crisis in Portugal’s banking sector may spread abroad, with fears of financial contagion and the possible implications of the collapse of a bank of Espirito Santo’s size. The situation in Portugal has the potential to place the whole euro zone banking system under further stress, especially as it heads into an era of increased scrutiny by EU regulators and the European Central Bank.

Besides stocks and bond yields that have reacted sharply to the Portuguese drama, we are also seeing a pressured Euro currency, which dipped 0.2% against the Dollar to 1.3612 – data from the region certainly didn’t help the mood. Italian industrial output slumped 1.2% month-on-month in May, the biggest monthly drop since November 2012, while French output plummeted by 1.7%, significantly worse than the forecast. With poor euro zone data and rumblings out of the Portuguese banking system, traders are shunning appetite for risk, instead booking profits or fleeing to traditional safe-havens such as German and UK government bonds or gold, which is currently higher by 1.4% on the day.

In the UK, the Bank of England left its benchmark interest rate and QE unchanged, as expected, though market participants have recently criticised the BOE for sending confusing signals on timings for increasing borrowing costs. Unlike the Federal Reserve, the ECB and the Bank of Japan, the BOE is facing a number of issues such as a booming economic recovery, slack in the real economy and a housing crisis which needs to be tamed before a bubble bursts.

Heading into the US session, stock futures are retreating on the damp sentiment in Europe on the Portuguese bank troubles, with focus on the weekly jobless claims report out of the US later in the session.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS


#10 - 12H00

US ABA: Consumers Better Able To Meet Financial Obligations

The American Bankers Association Thursday said bank card delinquencies fell in the first quarter of 2014, as an improving economy helped U.S. households do a better job of managing their debt burden.

Credit card delinquencies fell 16 basis points to 2.44%, and are "well below" their 15-year average.

Meanwhile the ABA's composite ratio, which tracks delinquencies in eight closed-end installment loan categories, rose fell four basis points to 1.63% of all accounts in the first quarter, but was still below the 15-year average of 2.33%.

The following is the full text of details provided by the ABA:

Bank card delinquencies declined significantly in the first quarter, falling 16 basis points to 2.44 percent of all accounts as consumers continue to improve their financial situations, according to results from the American Bankers Association's Consumer Credit Delinquency Bulletin. Delinquencies for bank cards are well below their 15-year average of 3.82 percent.

This news comes after ABA's Credit Card Market Monitor found that an increasing number of credit card users are using their cards as a transactional tool rather than as a form of debt.

"Bank card delinquencies remain at surprisingly low levels even as credit card spending increases," said James Chessen, ABA's chief economist. "More and more consumers are using their credit cards as a payment vehicle, paying off or paying down their balances each month."

Following two quarters of record lows, the composite ratio, which tracks delinquencies in eight closed-end installment loan categories, edged slightly higher in the first quarter, rising 4 basis points to 1.63 percent of all accounts - - well under the 15-year average of 2.33 percent. (See Historical Graphic.) The ABA report defines a delinquency as a late payment that is 30 days or more overdue.

Chessen noted that consumers continue to responsibly manage their finances, and are better able to manage their debt as the economy improves.

"Consumers have a greater capacity to meet their financial obligations due to an improving economy, low interest rates and the significant deleveraging they've done in recent years," said Chessen. "A disciplined approach to managing debt has helped people improve their financial positions, keeping delinquencies near historical lows."

While home equity loan delinquencies rose 9 basis points to 3.57 percent of all accounts, home equity line delinquencies continued their downward trend, falling another 10 basis points to 1.57 percent of all accounts in the first quarter.

"Home equity line delinquencies have fallen back to what they were five years ago," said Chessen. "This is a positive trend in light of the number of home equity lines that will move into the fully amortizing period over the next several years, raising the monthly payment obligations for some borrowers."

Chessen believes that while delinquencies may vary slightly in the months ahead, they are likely to remain near their current levels.

"In the wake of significant consumer deleveraging, delinquency rates have reached a cyclical low," Chessen said. "With an improving economy and continued consumer vigilance, we expect delinquency rates to fluctuate at this lower end of the range for the foreseeable future." (See Economic Charts.)

The first quarter 2014 composite ratio is made up of the following eight closed-end loans. All figures are seasonally adjusted based upon the number of accounts.

- Personal loan delinquencies rose from 1.70 percent to 1.73 percent.
- Direct auto loan delinquencies fell from 0.79 percent to 0.76 percent.
- Indirect auto loan delinquencies rose from 1.62 percent to 1.74 percent.
- Mobile home delinquencies fell from 3.75 percent to 3.37 percent.
- RV loan delinquencies rose from 1.10 percent to 1.14 percent.
- Marine loan delinquencies rose from 1.36 percent to 1.42 percent.
- Property improvement loan delinquencies fell from 1.07 percent to 1.00 percent.
- Home equity loan delinquencies rose from 3.48 percent to 3.57 percent.

In addition, ABA tracks three open-end loan categories:

- Bank card delinquencies fell from 2.60 percent to 2.44 percent
- Home equity lines of credit delinquencies fell from 1.67 percent to 1.57 percent.
- Non-card revolving loan delinquencies fell from 1.80 percent to 1.79 percent.

MNI Washington Bureau


#9 - 11H50

Éclairage sur le litige entre l’Argentine et les fonds spéculatifs

Par Christopher Dembik, analyste chez Saxo Banque.

- Le montant à payer par l’Argentine représente la moitié de ses réserves de change.
- Le pays essaie de gagner du temps mais le dénouement parait inévitable.
- La conséquence positive de ce litige pourrait être une normalisation des relations avec la finance internationale.

Le litige opposant l’Argentine aux fonds spéculatifs pourrait obliger le pays à payer près de 15 milliards de dollars à ses créanciers. Cette somme représente la moitié des réserves en devises de la banque centrale, mais seulement environ 3% du PIB argentin.

Le gouvernement argentin essaie par tous les moyens légaux, politiques et médiatiques de gagner du temps afin de rééquilibrer le rapport de force avant l’échéance cruciale du 30 juillet.

Cependant, le dénouement parait inévitable, puisqu’en vertu de la clause pari passu, l’Argentine ne peut pas avantager un groupe d’investisseurs sur un autre.

Le montant étant tel, le gouvernement ne pourra pas puiser dans les réserves de change, qui servent déjà au paiement des intérêts aux créanciers et à soutenir, à coup d’interventions sur le marché, le taux de change du peso.

Par conséquent, l’Argentine n’aura d’autre choix que de recourir de nouveau au marché des capitaux. Les conséquences positives seraient nombreuses puisque cela favoriserait une normalisation des relations avec la finance internationale, une réduction à terme des coûts d’emprunt une fois la confiance rétablie et permettrait d’attirer de nouveau les investissements étrangers dans les secteurs clés. En d’autres termes, cela conduirait à desserrer le carcan sur l’économie argentine qui l’a étouffé depuis le défaut de 2001 et qui a montré son inefficacité à sortir de la crise.

Toutefois, ce recours au marché aura un coût significatif à court terme. En effet, la prime payée aux investisseurs pour qu’ils détiennent de la dette argentine plutôt que des bons du Trésor américain est parmi la plus élevée des pays émergents, juste derrière l’autre mauvais élève d’Amérique latine, le Venezuela. C’est certainement le prix à payer pour solder la mauvaise gestion des dernières décennies.

Saxo Banque (France)


#8 - 11H45

Analysis: France Industry Output Plunge Highlights Q2 Weakness

By Jack Duffy.

- May Ind Output: -1.7% m/m; MFG Output: -2.3% m/m
- MNI Survey Median: Ind Output 0.3% m/m; -1.1% y/y

Forecast range -0.3% to 1.0% m/m

- Apri Ind Output Unrevised: 0.3%; Mar MFG Output Revised: 0.0% (0.3%)

France's industrial production fell sharply in May, mirroring the equally sharp fall in Germany and raising the chances that the Eurozone's second largest economy could report a fall in GDP in the second quarter.

Overall industry production fell by 1.7% in May, while manufacturing output plunged by 2.3%, the national statistics institute Insee said Thursday.

The May figures were much weaker than the 0.3% gain expected by analysts, and the 0.3% April increase in manufacturing was revised downward to unchanged

Insee said the May fall came from weakness across the board in all industries except "extractive" sectors like energy and water. Elsewhere, May output was down 1.0% in agriculture and food, 8.4% in refining, 2.9% in electronics and computers; 3.5% in transportation materials and 2.0% in other industrial products.

For the three months through May, output fell 0.9% in manufacturing and 1.0% for overall industry, Insee said.

MNI Paris Bureau


#7 - 11H40

Analysis: France Inflation Weaker Than Expected In June

By Jack Duffy.

June HICP: 0.0% m/m, 0.6% y/y June CPI: 0.0% m/m, 0.5% y/y June Core: -0.1% m/m, 0.1 y/y
MNI HICP Survey Median 0.2% M/M, 0.8% Y/Y Range 0.0% to 0.2 m/m
May HICP: 0.0% m/m, 0.8% y/y May CPI: 0.0% m/m, 0.7% y/y May Core: 0.0% m/m, 0.3% y/y

French consumer prices were unchanged for the third consecutive month in June, weaker than the 0.2% gain expected by most economists, the national statistics institute Insee said Thursday.

Prices were were unchanged on the month for both EU-harmonized HICP and national CPI, Insee said. The annual HICP inflation rate fell back to 0.6% in June form 0.8% in May, below the 0.8% level expected by analysts.

Core consumer prices, which exclude food, energy and other volatile items, fell by 0.1% in June, with the annual core inflation rate dropping to 0.1% from 0.3% in May, Insee said.

MNI Paris Bureau


#6 - 11H30

Market call Saxo Banque

Le compte-rendu de la FED hier a porté les cours mais le mouvement s’essouffle rapidement, manquant tout simplement de catalyseurs. L’arrêt prochain du programme de rachats d’obligations outre-Atlantique a été appréhendé par les investisseurs comme le signe du dynamisme de l’économie américaine. Cependant, cette nouvelle est insuffisante pour permettre de renouer avec une tendance haussière.

Le positionnement des investisseurs reste à la baisse, comme confirmé par l’analyse technique qui indique même un potentiel de consolidation encore plus important pour le CAC 40 en direction des 4315 points aujourd’hui.

En l’absence de nouvelles économiques significatives, la Bourse de Paris est à la merci des positionnements spéculatifs des investisseurs, juste avant le début réel de la saison des résultats aux Etats-Unis la semaine prochaine. Beaucoup d’investisseurs profitent du contexte pour prendre leurs bénéfices après plusieurs mois de hausse continue. Ce mouvement est salutaire et va permettre au marché de reprendre son souffle et à certains investisseurs, qui ont pu rater le rallye haussier du printemps, de revenir sur le CAC 40.

La semaine prochaine devrait vraisemblablement permettre à la bourse française de renouer avec une tendance plus solide.

Saxo Banque (France)


#5 - 11H15

Les attentes autour des nouvelles mesures de la BCE sont probablement trop optimistes

Par Christian Jimenez, Président de Diamant Bleu Gestion.

Benoît Coeuré, membre du directoire de la BCE s’est exprimé hier sur l’efficacité attendue des mesures annoncées par la banque centrale, le mois dernier. Il estime que le passage du taux de facilité de dépôt en territoire négatif et la mise en place de nouvelles opérations de refinancement des banques (T-LTRO) suffiront à relancer le crédit aux agents économiques. L’équipe de Diamant Bleu Gestion nuance ces anticipations.

Les mesures conventionnelles et non conventionnelles annoncées par la BCE sont, pour certaines d’entre elles, sans précédent en zone Euro. Pour Christian Jimenez, Président de Diamant Bleu Gestion, « ces dispositions sont louables, néanmoins il est bien difficile à ce stade d’évaluer leur succès présumé. La manipulation des taux ou encore les prêts ciblés à long terme (le fameux T-LTRO, Targeted Long Term Refinancing Operations) octroyés aux banques sous conditions, n’apportent pas de garantie absolue quant au réveil de l’économie européenne. Les établissements bancaires sont en plein cycle d’assainissement structurel de leur bilan pour répondre aux exigences de robustesse imposées par les instances de régulation. Avec de nouveaux stress-tests dans le cadre du fameux ‘Asset Quality Review’, le secteur bancaire reste confronté à deux forces contradictoires, d’un côté l’incitation à prêter davantage aux acteurs de l’économie, de l’autre la nécessité continue de renforcer leurs fonds propres ».

La portée réelle des deux nouvelles opérations de LTRO ciblé, en septembre et décembre prochain, est à relativiser puisque la BCE n’apportera pas nécessairement de liquidités fraîches : « le volume de financement proposé aux banques correspond peu ou prou au montant des remboursements des précédents LTRO, acquittés d’ici la fin de l’année. A l’opposé des autres grandes banques centrales qui ont mis en œuvre des politiques expansionnistes, la BCE opère ni plus ni moins un roulement de ses prêts et n’augmente donc pas son bilan » constate Christian Jimenez. Deux tranches de prêts de 200 milliards d’euros chacune seront déployées, tandis que des opérations de refinancement similaires pourront être répétées chaque trimestre entre mars 2015 et juin 2016. « Les prêts aux banques issus des deux premières tranches représenteront au maximum, 7% du stock de crédits aux entreprises établi dans le bilan des banques en question. Dans le cadre de ces deux opérations, la banque centrale refinancera de fait un volume de prêts existants, ce qui n’augmentera pas non plus le bilan des banques ».

De leur côté, les opérations trimestrielles seront capées en fonction des flux bruts de nouveaux crédits délivrés par les banques, dont rien ne garantit qu’ils dépasseront les tombées d’anciens crédit. « Il aurait mieux valu que la BCE raisonne sur des flux nets, c’est-à-dire sur l’accroissement du bilan des banques. Celles-ci pourront toutefois emprunter jusqu’à trois fois le montant des nouveaux prêts consentis aux entreprises sur le trimestre précédent, cet effet de levier est évidemment le bienvenu ».

Christian Jimenez juge les bienfaits de l’action de la BCE surestimés : « l’initiative de la BCE ne devrait pas suffire, à elle seule, à déverrouiller le redémarrage du marché du crédit et, in fine, de la croissance. Sa réussite est étroitement conditionnée à un choc psychologique chez l’ensemble des agents économiques. Assez technocratique, la méthodologie employée par la BCE risque au final d’avoir des effets assez marginaux et différés ».

À propos de Diamant Bleu Gestion :
Fondé en 2009 par Christian Jimenez et Hugues Le Maire, Diamant Bleu Gestion est une société de gestion spécialisée dans la gestion diversifiée flexible pilotée par les risques. Diamant Bleu Gestion bénéficie d’un partenariat historique avec La Française AM, actionnaire à hauteur de 15% de la société, via NextAM. Cet accompagnement stratégique comprend un support technique de premier plan et un support métier, La Française AM assurant les fonctions de middle-office et back-office. Cette collaboration permet à l’équipe d’investissement de Diamant Bleu Gestion de rester concentrée sur l’essentiel de son métier: la recherche de performance et la préservation du capital de ses fonds.
En 2012, Diamant Bleu Gestion a consolidé son offre de gestion en acquérant Orchidée Finance. Fin 2013, Diamant Bleu Gestion a créé Diamant Bleu Canada, sa filiale nord-américaine de gestion d’actifs.


#4 - 11H00

Japan Machinery Orders Fall 19.5% Year-on-Year, Brent Crude Prices Decline for 9th Day in a Row

European equity markets have inched higher so far on Thursday thanks to a better Wednesday finish on Wall Street and an upbeat session in Asia except for Japan. US Fed meeting minutes were in line with expectations, containing no major surprises other than offering a firmer date as to when the tapering of the bond-buying programme will come to an end; in October, providing the economy stays on track. On the whole, the minutes showed policy makers are concerned that investors are becoming too complacent over the economic outlook and as a result are taking risks. Nonetheless, US stock markets closed at record highs in the previous session.

Meanwhile, the MSCI Asia Pacific excluding Japan Index added 0.4% while US stock futures were broadly flat. Traders in Europe were focussed on two major events for markets during Thursday’s session; the policy meeting of the Bank of England and the US weekly jobless claims report.

The BOE’s policy meeting is not expected to signal any immediate changes, but markets are certainly looking for more concrete messages regarding interest rate hikes, especially since the BOE has sent mixed signals in recent weeks.

Over in Asia, data showed Chinese exports rose a less-than-forecast 7.2% in June, while the trade surplus narrowed from $35.9bn in May to $31.6bn in June. Though exports still fell slightly short of forecasts, export momentum in China does show a pickup in pace, which was seen as a big positive.

It was a different story in Japan where stocks declined overnight with the Topix index falling to 0.9%, extending its drop into a fourth day after a report showed orders of machinery in May fell by a staggeringly huge 19.5% from a year earlier. That was worse than expectations of 10.1% from a year earlier – the yen rose on the back of the poor data.

Over in Indonesia, the Jakarta Composite rose nearly 2% after markets reopened following Wednesday’s presidential elections. Both Joko Widodo, known as Jokowi, and his opponent Prabowo Subianto claimed victory in the presidential vote. Jokowi had about a five percentage point lead in the poll, according to unofficial counts from two survey companies that declared him the winner. Official results aren’t due for about two weeks.

In energy markets, oil prices continue to decline with WTI crude at around $101.80. Brent crude meanwhile further eased back 0.1% to $108.13 a barrel in its ninth day of declines, the longest consecutive retreat since 2010.

Ishaq Siddiqi
ETX Capital, One Broadgate, London EC2M 2QS


#3 - 10H30

UBS daily roundup - Tell us something we didn't know

Paul Donovan daily briefing.

• The Fed minutes confirmed October is the likely end date of quantitative policy. The news has not exactly surprised markets. The question is "what next?", to which the answer is "interest rate hikes". If we just knew the timing of those.

• The Bank of England concludes its policy meeting with no interest rate hikes yet. However, with the UK economy performing above trend there is a limit to how long real rates can stay this negative.

• Chinese export and import data disappointed the consensus but were broadly in line with our view (imports actually a little stronger). The recovery is on track to achieve 7% to 7.5% growth (as Xi wants), but is likely to have a more domestic flavour to it.

• The Euro area has the ECB monthly bulletin. Most ECB members now seem content to admit that the deflation scare was just that – a scare – but Portugal is likely to publish consumer price deflation today.



#2 - 10H15

Good Morning Finyear Readers!

European markets are trading lower this morning giving back their modest gains from the previous session on the back of slightly disappointing Chinese trade data and much weaker than expected Japanese core machine orders.
Last night’s release of the FOMC minutes turned out pretty much as expected confirming that the Fed is planning to end tapering and bond purchases in October.
Traders are continuing to be in profit-taking mood as for many the markets are still a bit too expensive considered that the global recovery seems to be progressing somewhat slower than previously hoped.
Consequently selling rallies is currently preferred to picking a bottom, however should intra-day losses accelerate dramatically some bargain hunting is to be expected towards the end of the trading session.
There are only a few economic and corporate figures out today, focus in Europe will be on the BOE decision with no change expected what interest rates and bond purchases are concerned at this stage.

Markus Huber | Senior Sales-Trader/Senior Analyst

Peregrine & Black


#1 - 10H00

Les marchés restent fébriles après la FED

Marchés Actions : Sur les marchés actions, la séance de mercredi a été marquée par le compte-rendu du Federal Open Market Committee (FOMC) des 17 et 18 juin. Les investisseurs ont ainsi appris que la Fed commençait à débattre des modalités de l'arrêt de ses achats d'actifs et des procédures d’une future remontée des taux d'intérêt. Si ces informations ont d’abord plombé les principaux indices de Wall Street, le marché a très vite réagi de façon positive en concluant que l'arrêt du programme d'achats d'obligations en octobre était synonyme d’une bonne reprise économique. En effet, l’activité de la première économie mondiale semble être remise au point de pouvoir se passer de l’aide de la Fed. Ainsi, le Dow Jones a gagné 78,99 points, soit 0,47%, à 16 985,61 points. Le Standard & Poor's-500, a pris 0,46% à 1 972,83 points, encouragé par le géant de l’aluminium Alcoa (+5,66%) qui a obtenu des profits records de 138 millions de dollars pour le deuxième trimestre. De son côté, le Nasdaq Composite, a progressé de 27,57 points à 4.419,03, ce qui constitue un gain de 0,63%.

Plus tôt, les bourses de la zone euro avaient anticipé un rapport du FOMC poussant à l’optimisme. En effet, le CAC 40 a repris 0,4% à 4.359,84 points, tandis que le DAX a rebondi de 0,36% à 9 808,20 points.

Ce matin, l'indice Nikkei a perdu 0,56% à 15 216,47 et le Topix a cédé 0,91% à 1 259,25, après une chute 19,5% des commandes industrielles.

Dans ce contexte, les principales bourses européennes sont attendues proches de l’équilibre à l’ouverture. D’après les dernières indications, le CAC 40 ouvrirait inchangé, tandis que le FTSE et le DAX pourraient prendre jusqu'à 0,1%.

Forex : L’EURUSD consolide autour des 1,3645$ en ce jeudi matin, après une belle journée de hausse, le cours étant hier à la même heure à 1,3615$. La paire reste hésitante après la publication des Minutes du FOMC. Les investisseurs attendant des signes de fermeté de la FED ont été déçus. L'institution américain a en revanche laissé entendre que le QE3 prendrait fin au mois d'Octobre et que la politique des taux restait à l'étude. Ce matin, les chiffres de la production industrielle française à -1,7% contre 0,3% précédemment et 0,1% attendus par le consensus, ont eu un effet négatif sur l'euro qui a lâché quelques pips face au dollar. A suivre également aujourd'hui, les chiffres des nouvelles demandes d’allocations-chômage aux Etats-Unis attendus sans changements à 14h30.

En Asie, les mauvais chiffres des commandes de machines au Japon, à -19,5% contre les +0,9% attendus et les -9,1% précédemment n’impactent que peu la devise, qui s’échange ce matin à 138,50 yens face à la monnaie unique, et qui consolide aux alentours des 101,52 yens face au billet vert.

La livre sterling évolue quant à elle, en légère hausse ce matin face à l’Euro, à 0,7958, anticipant notamment l’annonce de la Banque d’Angleterre concernant ses taux. Ayant récemment franchi une résistance à 0,7956, le cours pourrait s’appuyer sur ce niveau devenu support pour rallier les 0,7965.
Face au dollar, la livre gagne du terrain après une tendance baissière sur l’ensemble de la journée d’hier, s’échangeant ce matin à 1.7135.

A suivre donc aujourd’hui, les taux bancaires de la Banque d’Angleterre à 13h, ainsi que les nouvelles demandes d’allocations-chômage aux Etats-Unis à 14h30.

Matières premières : Au chapitre des matières premières, l’or noir continue sa série noire ce jeudi matin et pourrait bel et bien inscrire une troisième semaine consécutive de baisse. Dans l’attente des premières livraisons de pétrole libyens, les regards se sont tournés ce mercredi vers les publications des stock de brut aux Etats-Unis. Les autorités américaines ont en effet annoncé un recul des stocks de 2,4 millions de barils. Néanmoins c’est la progression de 600 000 barils des stocks d’essence qui ont eu raison des cours sur les derniers échanges, puisque le consensus prévoyait un repli de 300 000 barils. Ces résultats qui témoignent d’une demande faible se sont conjugués à la reprise des principaux terminaux libyens pour calmer les inquiétudes des principaux investisseurs sur l’offre. Pour rappel, la Libye qui est le principal producteur d’or noir en Afrique détient actuellement 10 millions de barils en réserve qui devraient bientôt se retrouver sur le marché. Un an après le début de la crise, cette prochaine affluence du pétrole pèse considérablement sur les cours des bruts de référence. Dans ce contexte, le WTI d’échéance août 2014 se repli sur les 101,80$, tandis que le Brent de la mer du Nord, livraison en août également, évolue aux encablures des 108,12$.

Du côté des métaux précieux, l’or et l’argent continuent de coter sur des plus hauts trimestriel. La hausse du métal jaune reste néanmoins pénalisée par la reprise du billet vert sur les dernières séances qui fait état de la reprise économique américaine. Dans un marché toujours atone et malgré le lancement de la saison des résultats d’entreprises, l’once d’or continue de naviguer autour de sa résistance des 1 330$ l’once. Nous retiendrons toutefois un élément majeur qui a été souligné à l’occasion des minutes de la Fed la veille : la fin du programme d’assouplissement monétaire pourrait intervenir dès octobre si l’activité américaine maintient son rebond actuel. Cette perspective peut amener rapidement une hausse des taux, ce qui à terme compromettrait les opportunités du marché aurifère. Suite à ces annonces, nous retrouvons ce jeudi matin le métal jaune sur les 1 328,20$ l’once et l’argent sur les 21,15$ l’once.

Saxo Banque (France)


9 juillet 2014

Emerging markets – control is the key to success

Partners Group Research Flash July 2014.

In the past decade, emerging markets have attracted a greater level of interest and capital from investors in search of higher returns regardless of the higher level of risk. Despite the strong growth resulting from the powerful long-term fundamentals in emerging markets during this time period, the returns generated by private equity firms have been largely disappointing. This is a consequence of too much capital inflow leading to excessive valuations and over-dependence on growth for returns. At the same time, many managers lacked the requisite skill set to steer companies through economic down cycles and create a sustainable growth trajectory.

Today, many institutional investors are questioning emerging markets. In contrast, Partners Group continues to believe the emerging markets story is a compelling one and that an allocation to emerging markets private equity is accretive to investment portfolios, given the sustainable and strong underlying fundamentals in these markets. Most of these economies continue to exhibit favorable tailwinds, including the attractive demographics in younger economies in Asia, Latin America and Sub-Saharan Africa. Governments in several larger economies, such as India and China, have also been introducing positive structural and regulatory reforms to create a more conducive investment environment for the private sector. These trends support our conviction that emerging markets will continue to experience higher growth relative to developed markets, while market opportunities requiring private capital will remain abundant.

However, the private equity landscape in emerging markets has evolved significantly in terms of scale, quality, and complexity. Partners Group has seen the emergence of more control-oriented transactions requiring active ownership and a different skill set to help drive change in companies and play a pivotal role in value creation. This compares to the previous prevalence of often rather passive, minority investments in fast-expanding, founder-led companies, driven by the need for expansion rather than transformational capital and requiring little expertise on the part of the manager. These deals were constrained firstly by the relatively new concept of private equity in many emerging markets and secondly by regulatory barriers restricting foreign ownership in certain sectors. While the arguments in favor of growth investing continue to hold true for newer markets such as Indonesia, Vietnam, or Colombia, Partners Group sees new themes emerging in the more mature developing economies such as China, India and Brazil, which lend themselves well to more control-oriented transactions.

As investment opportunities continue to evolve in size and complexity, the need for private equity firms to have sufficiently built-out resources, strong operational expertise and deep, local networks becomes all the more important if they are to implement the necessary value creation initiatives. Today, Partners Group still believes most managers in emerging markets do not have the requisite skill set to capitalize on these opportunities. In such an environment, investors themselves need to navigate carefully between those firms that are skilled enough to succeed and the firms that are not.

The complete research paper can be downloaded below (PDF 15 pages)

Partners Group
Passion for Private Markets
Zugerstrasse 57
6341 Baar-Zug

Corporate Finance : commentaires du jour

(NOUVEAU) L'actu Corporate Finance par FinActu :

- Cartamundi annonce l’acquisition du Groupe France Cartes 10/07/2014
- SPIE enregistre son document de base auprès de l’Autorité des marchés financiers (AMF) 09/07/2014
- Lassere repris par M+ Matériaux 09/07/2014
- Bpifrance entre au capital du groupe DFM en investissant 1,5 M€ 09/07/2014
- Numvision lève 500,000 € auprès de Veymont Participations et Bouygues Telecom Initiatives 09/07/2014
- Loxam renforce sa présence aux Pays Bas en acquérant la société Workx 09/07/2014
- Heineken en passe de céder la Brasserie Lorraine 09/07/2014
- Myriade et Eovi Mcd mutuelle fusionnent 09/07/2014
- Stehlin & Associés conseil des vendeurs dans le cadre de la cession d’Euopean Recycling Plateform SAS 09/07/2014
- Althéo accompagne la reprise de CPEA par Jean-Baptiste Tournier 09/07/2014

Plus d'informations sur : www.finactu.fr

FinActu est notre partenaire éditorial pour :
- la lettre mensuelle LE CAPITAL INVESTISSEUR
- et la rubrique News | Fusions-acquisitions, levées de fonds, LBO, MBO

Chiffres du jour : INSEE, EUROSTAT, Banque de France, OCDE, etc...

30 juin 2014

Le taux d’inflation annuel de la zone euro stable à 0,5% (Estimation rapide - juin 2014)

Le taux d'inflation annuel de la zone euro est estimé à 0,5% en juin 2014, stable par rapport au mois de mai, selon une estimation rapide publiée par Eurostat, l'office statistique de l'Union européenne.


9 juillet 2014

Enquête Mensuelle de Conjoncture Industrie et Services- Banque de France

La Banque de France vous informe de la parution de Conjoncture Industrie et Services et Bâtiment :
Période sous revue Juin 2014, et de son supplément trimestriel (Investissement, Marges et Situation de trésorerie dans l'Industrie, Travaux Publics et Commerce de gros), (2ème Trimestre 2014), disponibles sur son site internet .




La présentation de l'Enquête mensuelle de conjoncture a évolué pour s'adapter aux besoins diversifiés de ses lecteurs.
En deux pages, elle fournit désormais sous une forme plus synthétique les données essentielles de la conjoncture dans l'industrie et les services.

Pour les lecteurs intéressés par davantage de détails concernant les différents secteurs d'activités, un lien permet de retrouver instantanément les graphiques et tableaux correspondants :

Toutes ces séries sont également disponibles dans la base de données interactive Webstat.

Vous consultez les séries de conjoncture de la Banque de France sur son site internet ?

Vous trouverez vos séries favorites sur notre site Webstat :
- pour l'Industrie
- pour les Services Marchands
- pour le Bâtiment
- pour les Travaux Publics
- pour le Commerce de Gros

Banque de France

DEVISES : Cotations + Taux + Convertisseur

The Forex Quotes are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

ForexProsThe Exchange Rates are powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Currency Converter Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal

BOURSE : Indices + CAC40 + MP

Live World Indices are Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.

The Commodity Prices Powered by Forexpros - The Leading Financial Portal.


Le taux d'intérêt légal 2014 reste inchangé par rapport à 2013. Il demeure fixé à 0,04%.
Par Décret n° 2014-98 du 4 février 2014 (J.O. du 6 février) le taux de l'intérêt légal est fixé à 0,04 % pour l'année 2014.

Rappelons que :
- En 2013, il était de 0,04%
- En 2012, il était de 0,71%
- En 2011, il était de 0,38%
- En 2010, il était de 0,65%
- En 2009, il était de 3,79%
- En 2008, il était de 3,99%
- En 2007, il était de 2,95 %

Lisez notre article "Taux d'intérêt légal et taux interbancaires (définitions et historiques)" en suivant ce lien


Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Notes :

- Euro Overnight Index Average (EONIA) : taux calculé par la BCE et diffusé par la FBE (Fédération Bancaire de l'Union Européenne). Il résulte de la moyenne pondérée de toutes les transactions au jour le jour de prêts non garantis réalisées par les banques retenues pour le calcul de l'euribor.

- Euro Interbank Offered Rate (EURIBOR) : taux interbancaire offert entre banques de meilleures signatures pour la rémunération de dépôts dans la zone euro. Il est calculé en effectuant une moyenne quotidienne des taux prêteurs sur 13 échéances communiqués par un échantillon de 57 établissements bancaires les plus actifs de la zone Euro. Il est calculé sur la base de 360 jours et est diffusé à 11h le matin si au moins 50% des établissements constituant l'échantillon ont effectivement fourni une contribution. La moyenne est effectuée après élimination des 15% de cotation extrêmes (le nombre éliminé est toujours arrondi) et exprimée avec trois décimales.

Tableaux et historiques des TAUX D'INTERET DU MARCHE INTERBANCAIRE DE LA ZONE EURO édités par la Banque de France

Taux de référence des bons du Trésor et OAT

Taux quotidiens (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)
Moyennes mensuelles (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)
* Moyennes calculées avec le nombre de jours calendaires du mois

Tableaux et historiques des taux de référence des bons du Trésor et OAT édités par la Banque de France


Indices Quotidiens TEC-N (Mise à jour quotidienne, tableau fourni par la Banque de France)

Description : L’indice quotidien CNO-TEC n, Taux de l’Echéance Constante n ans, pour n variant de 1 à 30, est le taux de rendement actuariel d’une valeur du Trésor fictive dont la durée de vie serait à chaque instant égale à n années.

Ce taux est obtenu par interpolation linéaire entre les taux de rendement actuariels annuels des 2 valeurs du Trésor qui encadrent au plus proche la maturité n.

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices Hebdomadaires (Mise à jour hebdomadaire, tableau fourni par la Banque de France)

Notice : (description et calcul)
THO : Taux hebdomadaire du marché primaire des émissions à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
THE : Taux hebdomadaire des emprunts d'Etat ayant une échéance de plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FELT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat à plus de 7 ans (TEC 10 +0,05%)
FECT : Rendement secondaire des emprunts d'Etat entre 3 et 7 ans (TEC 5 +0,05%)
PRLT : Rendement secondaire des emprunts du secteur privé à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)
PUCT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public de 3 à 7 ans (TEC 5 +0,25%)
PULT : Rendement secondaire des emprunts du secteur public à plus de 7 ans (TEC 10 +0,25%)

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Indices mensuels (Mise à jour mensuelle, tableau fourni par la Banque de France)

Description :
TMO : Moyenne arithmétique des THO du mois
TMB : Moyenne arithmétique des THB du mois ( THB = Taux Hebdomadaire d'adjudication des Bons du trésor à 13 semaines)
TME : Moyenne arithmétique des THE du mois

Les historiques, réunis en un seul fichier, sont accessibles ici sur le site de la Banque de France.

Tableaux et historiques des INDICES OBLIGATAIRES édités par la Banque de France

Fusion Media would like to remind you that the data contained in this website is not necessarily real-time nor accurate. All CFDs (stocks, indexes, futures) and Forex prices are not provided by exchanges but rather by market makers, and so prices may not be accurate and may differ from the actual market price, meaning prices are indicative and not appropriate for trading purposes. Therefore Fusion Media doesn`t bear any responsibility for any trading losses you might incur as a result of using this data .

Fusion Media or anyone involved with Fusion Media will not accept any liability for loss or damage as a result of reliance on the information including data, quotes, charts and buy/sell signals contained within this website. Please be fully informed regarding the risks and costs associated with trading the financial markets, it is one of the riskiest investment forms possible.

Les médias du groupe Finyear

Chaque jour (5j/7) lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Chaque mois lisez gratuitement :

Le magazine digital :
- Finyear Magazine

Les 6 lettres digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur
- GRC Manager
- Le Contrôleur de Gestion (PROJET 2014)

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Jeudi 10 Juillet 2014

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Blockchain Daily News

Lettres métiers

Livres Blancs