Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Evolution du recrutement des cadres dirigeants


Bien que la conjoncture actuelle laisse encore entrevoir peu d’opportunités concernant le marché du travail, les cabinets et études restent plutôt optimistes. Selon l’APEC , 2011 sera de manière générale une très bonne année pour le recrutement des cadres dirigeants. Ces évaluations estiment en effet qu’entre 2010 et 2015 une progression de près de 100 000 recrutements sera observée en France.




Le dernier indicateur de l’APEC (1) publié en juillet démontre que le nombre d’offres d’emploi a progressé de 70% sur un an, tiré par les services, avec en tête les fonctions informatique et la recherche et développement. Les cabinets de chasse ne peuvent que constater une intensification des recrutements.

Cependant, les cadres sont, pour leur part, peu optimistes quant à l’évolution des ressources humaines à court et moyen termes. Pour la majorité d’entre eux, la crise de 2008 n’est pas encore finie. En effet, seuls 13 % des cadres jugent que la crise économique de 2008 est tout à fait terminée ou en voie de l’être.

Une nette évolution du marché des cadres dirigeants en 2011
Pour les cabinets de chasse de têtes, le recrutement des cadres dirigeants est en progression significative et 2011 devrait se montrer plus positive que 2010. Ils perçoivent également une nette amélioration de la situation économique, tant au niveau macro-économique que dans les entreprises. Cette amélioration semble avoir des effets sur le nombre de recrutements « cadres » réalisés au cours des six derniers mois dans les entreprises.

Il est cependant difficile aujourd’hui pour les cabinets de recrutements et de chasse de têtes d’évaluer l’année en cours de manière précise et d’avoir une visibilité sur le marché de l’emploi à plus de trois mois. D’ailleurs les analyses et statistiques se basent davantage sur des périodes de trois à cinq ans.

La situation actuelle telle qu’elle est ressentie par les cabinets et entreprises peut en revanche être préoccupante pour les jeunes cadres qui arrivent sur le marché du travail. Si les chiffres pressentis s’avèrent exacts, la situation devient critique. En effet, face à l’augmentation de la population active et à la diminution avérée du recrutement des cadres ces dernières années, les jeunes cadres pourraient être recrutés à des niveaux bien inférieurs qu’auparavant.

Un marché qui résiste à l’actualité
Les mouvements de la bourse ces derniers mois ont totalement chamboulé le marché français. Cependant, leur impact sur le marché de l’emploi, s’il existe, ne se ressentira que début 2012, car les besoins qui étaient identifiés en juillet restent d’actualité à la rentrée indépendamment des mouvements de bourse.

Tous les grands groupes ont déjà anticipé leurs phases de recrutement. La seule conséquence que l’on pourrait constater serait un report des embauches prévues fin 2011 à début 2012, dans un souci de préserver des résultats positifs pour être en ligne avec les prévisions et garantir un cash flow suffisant pour fin 2011.

Les politiques de recrutement évoluent rapidement, avec une nécessité indiscutable de faire appel à des cabinets de chasse de têtes pour les postes de cadres-dirigeants. En effet, pour ces postes, les besoins et profils sont très ciblés et exigent un certain niveau de confidentialité. Aujourd’hui, en France, 15 à 20% des postes de cadre-dirigeants à pourvoir sont confiés aux cabinets de chasse de têtes.

(1) Baromètre APEC juillet 2011 http://presse.apec.fr/Presse/Communiques-de-l-Apec/Les-Etudes/Conjoncture-et-strategies-professionnelles-des-cadres2

Les véritables freins à l’emploi des cadres
Le ralentissement du recrutement des cadres observé ces dernières années est la conséquence de l’allongement de la durée du temps de travail de 60 ans à presque 65 ans pour certains. De plus, les postes libérés ne sont pas toujours remplacés. La gestion des heures supplémentaires des cadres est un autre frein au recrutement, comme en témoigne le débat sur le forfait-jour des cadres.

La politique de réduction des coûts suite à la crise a poussé les entreprises au licenciement et au non renouvèlement des postes de managers, notamment dans des secteurs comme le High Tech, durement touchés. Le changement de stratégie de certains grands acteurs comme HP, CISCO ou NOKIA qui se retirent ou se séparent de certaines activités et annoncent plusieurs milliers de suppressions de postes, en sont les plus visibles manifestations. D’autres marchés sont également très impactés, comme le montre HSBC qui va supprimer plus de 60 000 emplois…
Ces chiffres impactent grandement le baromètre de l’économie tant au niveau mondial qu’au niveau européen ou national où ils représentent des centaines de postes.

D’autre part, les processus de recrutement se rallongent du fait d’une faible mobilité des cadres (en 2010 seulement 7% des cadres ont changé d’entreprise) et d’une tendance accrue des politiques employeurs à offrir des promotions et des augmentations pour les retenir.
De plus, les cadres en postes sont aujourd’hui plus frileux et prudents depuis la crise, et quitteront moins facilement leur travail actuel
Paradoxalement ce sont plutôt les seniors qui ont plus de flexibilité. Tandis que les 35/40 ans n’ont jamais connu le chômage, les 40/50 ans ont traversé cette période d’inactivité qu’ils ne perçoivent plus comme une crainte ou un échec, mais plutôt comme une opportunité de rebondir.

Le marché de l’emploi des cadres dirigeants se porte donc mieux, même si certains freins peuvent encore ralentir cette reprise. Les candidats cadres doivent également faire face à une politique RH des entreprises qui reste frileuse vis-à-vis des remplacements de cadres à la retraite et joue la carte des économies salariales.
Dans ce contexte, les cabinets de chasse de têtes ont un rôle clé à jouer dans le conseil et l’accompagnement des cadres pour la gestion de leur évolution de carrière et seule la qualité d’un suivi personnalisé fera la différence.

Par S. Veillas, Directeur Développement
Executive Search BKRH – PIANA HR Group

A propos de BKRH
Pionnier de la chasse de tête en France et fondé en 1959, BKRH est un des leaders du Conseil en Ressources Humaines et du recrutement par approche directe de dirigeants et cadres. Cette expertise pérenne alliée à la compétence reconnue de ses équipes, en font le partenaire fidèle de clients français et internationaux réputés. BKRH est depuis plus de 50 ans, un acteur incontournable notamment dans les secteurs de la santé, de l’industrie, du luxe, de la grande consommation, du retail et de l’assurance.

A propos de PIANA HR Group
PIANA HR Group, présidé par Jean-Christophe Le Feuvre, est le leader français du recrutement et de la chasse de tête, pour tous les profils et dans tous les secteurs d’activité. Le groupe s’organise en 2 pôles d’activités avec 5 entités à ce jour :
- Executive Search : Bernard Krief Ressources Humaines, YMC et Jacques Scarinoff & Associés
- Recruitment : Agence Vitae Conseil et Norma Conseil RH
Avec une base de données de plus de 600 000 candidats évalués en 2010, PIANA HR Group a contribué au recrutement de plus de 5 000 personnes dont plus de 200 à des postes de direction en 2010. PIANA HR Group, tous les profils, tous les métiers, partout dans le monde !
Pour découvrir les différentes entités de PIANA HR Group, rendez-vous sur www.pianahrgroup.com

Mardi 15 Novembre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News