Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Etude 2010 - Digital Economy Rankings


La France glisse de 5 places au classement mais préserve sa position dans le top 20 des nations numériques.




IBM et The Economist Intelligence Unit (Division études de l’hebdomadaire économique The Economist) dévoilent le classement 2010 de l’étude mondiale « Digital Economy Rankings ».

Publiée tous les ans depuis 2000, l’étude est un indicateur annuel qui permet de mesurer le dynamisme technologique d’une nation en étudiant son capital technologique, économique, politique et social puis en le comparant avec les autres pays. La « Digital Economy Rankings » porte sur 70 pays dans le monde dont 17 en Europe de l’Ouest.

Anciennement connue sous le nom « e-readiness », ce nouveau titre symbolise le glissement progressif des priorités numériques qui s’opère pour chaque nation, allant de la simple mise à disposition des technologies, à la maximisation de leur utilisation aujourd’hui à des fins économiques et sociales. Les résultats de l’édition 2010 révèlent que la plupart des pays évalués ont atteint le stade de « l’e-readiness ». De manière générale, on constate que l’accès aux services voix et données de plus en plus fiable, pratique est abordable continue d’être à la base de l’économie numérique. D’autre part, des améliorations dans l’éducation et l’innovation sont le moteur de l’augmentation de l’utilisation des TIC et les pays doivent maintenant apprendre utiliser au mieux les TIC pour en faire bénéficier leur économie.

Les résultats de l’étude donnent un aperçu du paysage numérique en France. Malgré les efforts mis en place, la France est devancée par des pays plus dynamiques et perd cette année 5 places dans le classement, puisqu’elle glisse à la 20ème place. L’étude apporte un éclairage global et pragmatique en s’appuyant sur des critères, déclinés selon 6 axes.

Voici donc le classement de la France pour chaque catégorie (comparé à sa position en 2009) :
- Connectivity & technology infrastructure : 21ème rang ; -2 places
- Business Environment: 20ème rang ; -2 places
- Social & cultural environment: 17ème rang, identique à l’an dernier
- Legal environment (ic ID issues): 25ème rang ; -1 place
- Government policy and vision: 17ème rang ; -10 places
- Consumer & business adoption: 14ème rang ; en hausse de 3 places)

Bilan positif : la France a progressé en ce qui concerne l’adoption par les consommateurs et les entreprises (même si la France reste en retard par rapport aux leaders régionaux et mondiaux)

Bilan négatif : Parmi les principales faiblesses de la France, on peut souligner :
- Le cadre juridique visant à mettre en place la carte d’identité électronique (Electronic ID)
- La connectivité (plus spécifiquement la Fibre optique et le réseau Mobile 4G)
- Le régime d’imposition

Certains pays ont bien compris ces nouveaux challenges et on assiste à l’excellence des pays Scandinaves dans les domaines numériques, puisque la la Suède arrive en tête, suivie du Danemark, de la Finlande (4ème) et de la Norvège (6ème) dans le classement mondial.

Les leaders numériques en Asie surperforment au niveau de la qualité. Taiwan, la Corée du Sud et le Japon ont tous progressé fortement dans le classement, en partie grâce à des scores élevés par rapport au reste du monde concernant les bandes passantes et la qualité des mobiles. La densité élevée de fibres témoigne de la capacité de ces pays à exécuter leurs programmes numériques.

Pour plus d’informations sur la méthodologie, un livre blanc est disponible en anglais sous format PDF à : graphics.eiu.com/pdf/E-readiness%20rankings.pdf

Source IBM

Mercredi 1 Septembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News