Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?


Un article est paru récemment sous le titre « Et si l’on parlait de traduction ? » sur le blog Reginfo le mardi 23 juin 2009. (reginfoleblog.com/my_weblog/2009/06/et-si-lon-parlait-de-traduction.html).




L’objet de ce document est de présenter, pour chacun des points de l’article précité, les apports de la technologie XBRL et notamment de la taxonomie XBRL IFRS qui standardise un modèle de contenu des comptes annuels strictement fondé sur les textes des normes et dont le contenu (et ses diverses traductions) est garanti par l’IASB. Les traductions de la taxonomie sont strictement équivalentes aux traductions des normes, sachant que la langue de base est l’anglais (version de la communauté européenne).

Une illustration des difficultés de comparaison d’états financiers est présentée sur la base d’un échantillon de 10 groupes.

XBRL en très peu de mots
XBRL est un langage standard et universel d’expression, de dématérialisation et de transmission électronique de données financières.
Il permet d’extraire des systèmes, de transporter et d’importer dans les systèmes toute donnée financière, pourvu qu’elle soit décrite dans une taxonomie qui, elle-même, est transportée avec la donnée.

Taxonomie XBRL IFRS
La taxonomie XBRL IFRS est la taxonomie qui structure les normes IFRS. Elle est émise par l’IASB qui émet également les normes. Elle est appelée à être la base de tous les rapports financiers préparés en conformité avec ces normes. Elle est utilisée et incluse dans les premières taxonomies étendues par certains pays pour leurs besoins nationaux.

IFRS translated
La taxonomie XBRL IFRS offre une traduction de ses quelques 2759 éléments en 12 langues. La traduction est réalisée ou supervisée par l’IASB et utilise strictement les mêmes termes que les traductions des normes elles-mêmes. Il n’y a donc pas, en principe, d’ambigüité sur la définition des termes dans chacune des langues de la taxonomie. Ainsi le même élément, dans chacune des langues, fait référence au même article de la norme.

Commentaires sur les points de l’article

Qui traduit ?
Le constat de Reginfo se résume comme suit :
Premier constat, 79% des sociétés du SBF 120 avaient publié un document de référence en anglais au 31 mai dernier.

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

XBRL et la traduction simultanée
L’utilisation de la taxonomie XBRL IFRS offre une traduction instantanée de tous les éléments de reporting inclus dans la taxonomie. Il s’agit au minimum de tous les postes de bilan, du compte de résultat, du tableau des flux et de tous les titres des notes annexes y compris du contenu standard des éléments de ces notes prévus par les IFRS.
Pour ce qui est du contenu textuel des notes, il reste bien sûr à effectuer la traduction. Mais le groupe est soulagé pour tous les autres postes puisque la traduction est assurée et garantie par l’IASB. Le « tagging » des éléments avec les libellés français de la taxonomie, implique une disponibilité automatique en anglais, qui est la même pour tous les utilisateurs de la taxonomie IFRS et rend ainsi automatiquement comparables soit des comptes établis à la base en français pour les sociétés françaises soit des comptes établis à la base dans l’une ou l’autre des langues européennes.

La traduction est-elle fidèle ?
Reginfo constate :
Distorsions dans les intitulés, ce qui ne facilite guère les recherches.

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Des documents sont similaires mais pas identiques
Cela signifie qu’un lecteur anglophone et un lecteur francophone ne pourront pas discuter du document en se référant aux mêmes pages.

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

La taxonomie IFRS et la comparabilité
L’adoption de la taxonomie XBRL IFRS permet l’utilisation des mêmes éléments strictement comparables dans toutes les langues dans lesquelles la taxonomie est traduite qui font, pour chacun d’eux, référence au texte de la norme. Les données sont strictement les mêmes puisqu’il n’existe qu’un seul fichier de données XBRL, peu importe la langue dans laquelle le lecteur va le lire ou l’utiliser.

La traduction est-elle fiable ?
Que pensent les émetteurs eux-mêmes de leur traduction ?

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Un travail long puisqu’il mobilise une personne durant 15 jours en moyenne pour les sociétés du CAC40 et 10 jours pour celles du SBF80.
Résultat des traductions

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Garanties de la traduction XBRL
La traduction limitée aux éléments textuels tout en utilisant les titres des notes de la taxonomie et les éléments textuels ou chiffrés de la taxonomie simplifie le travail de préparation des données XBRL grâce à la structuration des normes dans sa langue d’origine ou dans les langues de traduction.

Au fond, à quoi ça sert ?

Les entreprises estiment que 50% des utilisateurs se référent à la version française et 50% à la version anglaise. Un chiffre cohérent avec ce que l’on sait de la détention du capital des sociétés du CAC 40 par les investisseurs étrangers (proche de 50%) et, plus généralement, de l’internationalisation des marchés de capitaux.
Il est vrai que les comptes émis par les sociétés cotées sont lus par des lecteurs non français et introduits dans des programmes d’analyse permettant d’émettre des « ratings » et toutes sortes de recommandations sur les titres ou la gouvernance des groupes. Ces avis sont émis après analyse des comptes du groupe, mais aussi par comparaison avec des groupes ayant des activités ou une structure similaire ou même jugés complémentaires.
L’utilisation de XBRL et d’une taxonomie officielle telle que XBRL IFRS garantit la parfaite comparabilité des comptes automatisable sans ressaisie ni interprétation.

Eléments d’enquête complémentaire sur la traduction des comptes

Documents sélectionnés
Les sociétés suivantes ont été prises au hasard dans les listes des sociétés cotées à Paris, à Londres et à Francfort. L’échantillon se compose de 5 sociétés françaises, 2 sociétés anglaises et 3 sociétés allemandes.
L’échantillon confirme que la recherche nécessite de connaitre en France le terme officiel de Document de référence requis par l’AMF qui porte 4 noms différents dans notre échantillon de 5 sociétés, les anglais et les allemands utilisant le terme commun de Annual report :

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Les libellés des lignes utilisées par les groupes ont été rapprochés des éléments de la taxonomie XBRL IFRS 2009. Une comparaison stricte des libellés utilisés à été effectuée avec les libellés de la taxonomie. S’agissant d’une comparaison stricte, telle que celle qu’effectuerait un logiciel, aucune interprétation qui permettrait de considérer comme comparable des libellés utilisés suffisamment proches de ceux de la taxonomie n’a été effectuée. Ainsi, par exemple, « Gross profit » est considéré différent de « Gross margin ».

Notons que sans équivalence automatique des libellés, toute comparaison des éléments reportés des différentes sociétés nécessite une interprétation humaine qui est plus ou moins fiable selon que les libellés des éléments sont plus ou moins proches. Notons également qu’à équivalence de libellé, il n’y a pas de garantie que le contenu est équivalent puisque l’ensemble des libellés ne fait pas référence à une définition commune.

Compte de résultat
Seul Air France présente un compte de résultat par nature, tous les autres groupes présentent un résultat par fonction.
Le résumé suivant compare les libellés de lignes utilisés par les groupes et les éléments de la taxonomie XBRL IFRS.

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Le palmarès des éléments utilisés est le suivant :

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Ces trois lignes sont les seules pour lesquelles on retrouve l’équivalence exacte avec les éléments de la taxonomie. Seuls 6 groupes utilisent des éléments de la taxonomie.
Remarque : pour ne pas être trop sévère, il convient de reconnaitre que 2 groupes pourraient faire partie du palmarès pour avoir utilisé « Revenues » au pluriel.

Bilan
Pour le bilan, les équivalences sont un peu plus nombreuses :

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Le palmarès de l’utilisation des éléments de la taxonomie est le suivant :

Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Il semble qu’il y ait consensus pour les deux éléments les plus utilisés.
Notons cependant, que l’utilisation d’un même élément ne recouvre pas nécessairement la même notion dans la mesure où les autres éléments ne sont pas utilisés. Par exemple, l’utilisation de l’élément « Other financial liabilities » n’implique pas qu’il s’agit du même contenu que celui de la taxonomie lorsqu’on utilise par ailleurs une rubrique de dettes financières telle que « Borrowings and bank overdrafts » qui n’est pas présente dans la taxonomie.
Par contre, pour le Capital social, la ligne est renseignée par tous les groupes de l’échantillon, mais un seul utilise l’élément de la taxonomie « Issued capital ». Pour les intérêts minoritaires, tous les groupes utilisent la ligne « Minority interests » alors que l’élément de la taxonomie est libellé « Non-controlling interests ».
Pour l’ensemble du Bilan et du Compte de résultat, le palmarès des groupes utilisant les éléments exacts en anglais de la taxonomie XBRL IFRS est le suivant :


Et si l’on parlait de XBRL et de traductions ?

Parmi les groupes de l’échantillon, Diageo utilise 13 éléments de la taxonomie, Siemens et Volkswagen en utilisent 10.

Conclusion
Les efforts faits par l’IASB pour produire une taxonomie IFRS de qualité, strictement liée aux normes, devraient permettre aux groupes de s’y référer pour leurs traductions de leurs comptes.

Lorsqu’un groupe adopte la technologie XBRL, la taxonomie permet de travailler dans sa langue d’origine et de ne pas se préoccuper de la traduction qui est portée par la taxonomie. Ainsi, un lecteur pratiquant une autre des langues (de la communauté Européenne ou de tout autre pays) pourrait lire les comptes dans sa langue. Les analystes pratiquant des analyses comparatives ne devraient pas devoir interpréter la traduction faite des comptes et constamment faire référence au contexte (langue d’origine ou lecture des notes explicatives annexes) et auraient ainsi la possibilité de comparer des éléments strictement comparables.

Bien sûr, il reste à traduire le rapport de gestion et les notes textuelles annexes. Cependant, ce travail peut être facilité par l’adoption de la taxonomie qui contient, de manière structurée et également dans les diverses langues, toutes les exigences de contenu prévues par les normes. Il est donc également possible de standardiser le contenu de l’annexe pour faciliter les comparaisons automatiques et les recherches ciblées.

Dans un premier temps, dans le cas où le groupe n’est pas prêt à mettre en œuvre une démarche XBRL, il est toujours possible de faire référence à la taxonomie pour libeller précisément les éléments utilisés et pour utiliser la traduction de ces éléments dans la préparation de versions en anglais.
Nous ne sommes pas très loin de commencer à voir apparaître et même à voir utiliser des comptes de groupes « traduits » en taxonomie IFRS XBRL et en technologie XBRL par des tierces parties sans la participation des groupes émetteurs. Dans ce cas, les libellés non rigoureux peuvent donner libre cours à de nombreuses, et peut-être non souhaitables, interprétations.

[Référence de l’article Reginfo : Labrador livre ici en exclusivité les résultats de son enquête sur la traduction en anglais des documents de référence en 2008. Les équipes de Labrador et de REGinfo se sont penchées sur les processus de traduction des documents de référence. Elles ont analysé les versions françaises et leur traduction en anglais publiées par les sociétés du SBF 120 ainsi que celles du STOXX 50 à titre de comparaison. Soit un total de 235 documents. Dans le même temps, Labrador adressait un questionnaire à ces sociétés sur leurs pratiques en la matière. Le taux de réponse, de 23% pour les sociétés du SBF 120, permet de déterminer les process utilisés.]

Par Pierre Hamon
www.etxetera.com

Article publié sur http://phamon-xbrl.blogspot.com/
Auteur d’un ouvrage en français de sensibilisation à XBRL : « Comprendre XBRL et la taxonomie Comptes annuels »
Editions BoD :
www.bod.fr/index.php?id=1786&objk_id=151225

Lundi 28 Septembre 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News