Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Et ING devint une entreprise technologique…


Toutes les banques du monde parlent d'agilité et quelques-unes commencent même à prendre conscience qu'elles sont avant tout des entreprises technologiques. Pour le groupe ING, cette vision est désormais devenue une réalité, dont son DSI, Ron van Kemenade, aime à décrire le parcours, initié en 2010 et qu'il estime n'avoir pas de fin.




L'histoire de cette trajectoire commence avec l'ambition stratégique de délivrer une expérience client différenciante. Or, avant de viser cet objectif, une analyse objective de la situation existante dans le département informatique d'ING a révélé un certain nombre de handicaps : la croyance que la technologie est banalisée et qu'elle peut être maîtrisée par n'importe qui, la gestion de la qualité exclusivement par l'adhésion aux processus, l'adoption d'un rôle de fournisseur vis-à-vis des interlocuteurs métier (clients internes)…

À la lecture de la liste des défauts identifiés, la plupart des banques risquent de se reconnaître, encore en 2016 : la multiplication des partenaires et sous-traitants, jusqu'à ne plus savoir qui solliciter en cas d'incident, la séparation des responsabilités érigée en système, qui isole les acteurs les uns des autres (entre métier, développement, production…) et devient source d'inefficacités et de travail manuel, la perception de l'informatique comme un centre de coûts dont la seule priorité est de réduire le budget…

La réponse d'ING à ces défis a débuté par la reconnaissance de la valeur de la technologie pour son activité et par le développement d'une nouvelle culture de l'ingénierie logicielle, dont une des clés est le besoin d'une forte expertise interne. L'exemple a été d'abord donné avec la mise en place d'une équipe de développement mobile, placée au cœur du siège de la banque et opérant en mode « guérilla », de manière à stimuler une propagation organique du mouvement dans toute l'entreprise.

La transformation agile d'ING

Naturellement, la transformation n'a pas été sans soulever de graves questions. Très rapidement, le DSI d'ING a dû remettre en cause sa politique de recrutement et de formation (ainsi que les modèles d'externalisation) afin d'adapter les compétences disponibles à la vision proposée. Sur le plan technologique, les systèmes historiques représentent un challenge spécifique, en partant du principe qu'ils ne peuvent être écartés de la dynamique de changement : jusqu'à quel point peuvent-ils intégrer une approche agile et à quel moment faut-il impérativement envisager leur remplacement ?

Plus important encore, la réalisation de la nécessité d'une évolution parallèle du côté des métiers a des conséquences sur l'ensemble de l'organisation. Au-delà de la seule implication dans la conception des solutions logicielles, la perspective retenue est d'impliquer les (ex-)clients internes dans le cycle complet de distribution. C'est ainsi qu'une démarche dite « BizDevOps », inspirée par les méthodes en vigueur chez Spotify [PDF], maintient un lien direct entre tous les intervenants (techniques et humains) concernés par les projets, sur toute leur étendue, de la conception à la livraison.

Six ans après le début de l'aventure, la maturité a considérablement progressé. Aux Pays-Bas, ING est en plein déploiement de son approche « BizDevOps » (l'alignement « DevOps » entre développement et production y est déjà intégralement généralisé), tandis que, dans le reste du monde, la transition agile est finalisée à 70%. Sur le plan des ressources humaines, considéré comme le plus critique de la stratégie, plus de 500 nouveaux ingénieurs logiciels ont été recrutés. Mais, en dépit de ces avancées, le dernier message de Ron van Kemenade est qu'il reste toujours des améliorations possibles…

Patrice Bernard
Fondateur du blog “C’est pas mon idée”

fr.linkedin.com/in/patricebernard





Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 5 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief FinTech Officer
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Lundi 5 Septembre 2016
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs