Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Enjeux de la digitalisation dans l'assurance


Par Bruno Cambounet, VP Finance Services and Insurance industries global programs, Axway. Extrait du livre blanc « Innovation et transformation numérique de l'assurance » de Pôle FINANCE INNOVATION.




Bruno Cambounet
Bruno Cambounet
Digitalisation et flux d'information

Dans l'Assurance, le numérique peut améliorer l'expérience client en réduisant drastiquement le temps entre la prise de contact sous toutes ses formes et la souscription.

Cela induit une croissance sans précédent des transactions. Au niveau des paiements, la croissance annuelle des flux est à 2 chiffres mais c'est la partie visible de l'iceberg. En effet, le mobile est le canal d'accès aux offres pour les individus (clients ou employés). Or celles-ci sont le fruit de l'agrégation de services issus de différents systèmes d'informations de l'entreprise, de ses partenaires voire de ses co-opétiteurs, soit autant de flux de données. Et c'est sans compter l'impact du « BigData »...

L'internet des objets (IoT) apporte également de nouveaux champs de possibilités dans tous les domaines de l'assurance : se développent déjà les offres liées à la conduite de véhicules ou des applications dans la santé. Sur ce volet, les chiffres en termes d'échanges sont encore plus édifiants !

L'enjeu de la digitalisation c'est donc d'abord la capacité de l'entreprise à intégrer les flux de son écosystème. C'est également de savoir fonctionner en mode test/déploiement (test & learn), comme tester rapidement des concepts, abandonner ceux qui fonctionnent mal et déployer ceux qui décollent...

Cette agilité est clé dans le monde numérique !

Challenges et solutions

« L'agilité » suppose des liens entre les différents « ilots » de système internes et externes rapides, sûrs et pilotés.

Les échanges de fichiers de systèmes à systèmes sont surtout impactés par la variété des systèmes connectés. Ici on doit agir en apportant une visibilité au niveau des services servis plutôt qu'au niveau des systèmes traversés. Une gouvernance centralisée adresse ce besoin d'agilité.

Les échanges « temps réel » tant pour assurer l'accès des objets ou mobiles que pour permettre les transactions avec les partenaires et fournisseurs, nécessitent des points d'intégration de message courts et nombreux.

Ces points ouvrent le système d'information à l'écosystème à condition qu'ils soient :

- Rapides pour adresser le « temps réel », en particulier les translations protocolaires entre les mondes de la mobilité/IoT (ex JSON, REST) et les mondes des architectures orientées services (SOA, XML...). Sûrs : pour scruter les flux aux frontières de l'entreprise, authentifier les acteurs et les autoriser à utiliser les services qu'ils demandent. Cette problématique d'identité, déjà complexe entre les différents silos dans l'entreprise, l'est encore plus quand il s'agit de coordonner ces silos avec les interactions externes.

- Pilotés : c'est la base de la « monétisation » des modèles d'affaires. Seule la vision fine des données échangées permet à la fois d'offrir des niveaux de service octroyés de façon différenciés aux uns et aux autres que leurs valorisations.

Outre ces niveaux de service, il s'agit d'être « scalable » pour permettre une implémentation « test & learn ».

Enfin, l'exposition des systèmes d'information à l'extérieur décuplent différents risques dont la fraude. D'où de nouvelles réglementation et règles de contrôle interne. Ces risques sont impactant en général et particulièrement important dans l'Assurance avec la réglementation Solvency II. En l'occurrence au-delà de la qualité des données, le risque est dans la qualité des flux dans des contextes temps-réel...

- Gouvernance
La multiplication de la croissance des flux avec la complexité des règlementations et des règles de contrôles internes dépassent largement, à équipe constante, les capacités des approches classiques basées sur de nombreuses opérations de contrôles manuels.

En conséquence, des systèmes automatisés doivent contrôler et tracer les mouvements des informations aux points névralgiques de l'entreprise, en particulier au niveau des systèmes financiers pour des raisons évidentes de maîtrise des délais de clôture et de reporting réglementaire. Ainsi, les opérations manuelles peuvent-elles être focalisées sur les plus complexes.

Ce sujet est évidemment bien plus compliqué dans les entreprises qui, comme dans le secteur de l'assurance, sont le fruit de fusions-acquisitions s'appuyant sur une variété de systèmes d'information.

En conclusion, la digitalisation permet à chaque acteur de l'écosystème de l'Assurance de développer sa proposition de valeur dès lors qu'il est ouvert en temps-réel à son écosystème : aux objets, clients, partenaires, co-opétiteurs et fournisseurs. Chaque institution en tirera parti dès lors qu'elle saura simplement gérer et recomposer le paysage de ses interactions sur son écosystème, automatiser les contrôles et in fine apporter une visibilité sur les activités critiques comme : maîtriser les points d'intégration avec l'écosystème (IoT, clients, partenaires etc...), gérer le flux de données de bout en bout ou encore monitorer pour monétiser l'usage de ses données et services ouverts aux acteurs externes ; piloter le « fast closing » mensuel garantissant le respect des réglementations.

A propos de l'auteur
Bruno Cambounet occupe chez Axway la fonction de Vice President des programmes globaux de mise sur le marché de solutions pour les services financiers et assurance.
Fort de plus de 25 ans d'expérience tant dans des postes opérationnels que dans le « conseil », Bruno s'est impliqué dans le développement de solutions innovantes dans différents secteurs : services, télécommunications, santé, transport & logistique mais également de la banque et des services financiers.
Diplômé de l'Ecole Centrale Paris, Bruno Cambounet s'appuie sur des compétences dans différents domaines, autant techniques, marketing que dans le management et la conduite du changement, pour mener des projets d'envergure tirant partie des technologies de l'information et de l'émergence de standards. Bruno est régulièrement invité à partager sa vision lors d'événements internationaux.
www.axway.com

Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

La newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises de la finance d’entreprise et de la finance d'affaires.

Les 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- Le Capital Investisseur

Le magazine bimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour recevoir un avis de publication pour une ou plusieurs lettres

Mercredi 6 Mai 2015
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs