Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

En 2012, la fonction de l’audit interne sera centrée sur les processus de gestion des risques


L’étude de PricewaterhouseCoopers menée auprès de 250 directeurs de l’audit interne intitulée « L’audit interne en 2012 » dessine une profession centrée sur les processus de gestion des risques dans quatre ans. La mondialisation, l’innovation technologique, l’audit interne en temps réel, la recherche de nouveaux talents sont autant de traits qui caractériseront la fonction en 2012.




La profession de l’audit interne a fortement évolué au cours des dernières années. Sous la pression réglementaire notamment des lois SOX aux Etats-Unis et LSF en France, les entreprises ont intégré l’importance de mettre en place et d’évaluer le contrôle interne. Les organisations en général ont évolué, partant d’une évaluation ponctuelle à l’occasion d’une cartographie des risques vers une véritable gestion des risques, inscrite dans la durée.

La mondialisation de la fonction des auditeurs internes

La mondialisation et la montée en puissance de l’externalisation (des services et de la protection) impacte fortement la fonction des auditeurs internes. Ainsi, l’émergence et le développement de nouvelles économies (Brésil, Russie, Inde et Chine par exemple) comme zones de sous-traitance et marchés de consommation de masse auront pour près de 75% des répondants, un impact significatif sur les rôles et responsabilités de l’audit interne. Ainsi, il sera de plus en plus nécessaire de prendre en compte les moyens politiques et leur gestion par l’entreprise. La structure du département d’audit interne sera également affectée avec 54% des personnes interrogées qui estiment que la mise en place d’une équipe centrale et d’équipes locales en support sera la meilleure approche pour appréhender les contextes spécifiques locaux tout en assurant la meilleure prise en considération des valeurs de l’entreprise ;

L’innovation technologique, une influence déterminante sur l’audit interne

L’audit interne doit adapter son rôle à un environnement en constante évolution. Parmi les évolutions majeures de l’environnement économique, l’innovation technologique aura l’impact le plus fort sur la fonction d’auditeur interne. 95% des personnes interrogées considèrent qu’elle aura un impact modéré à très fort sur le rôle et la responsabilité de l’audit interne. Les nouvelles réglementations, les changements dans la gestion des risques, l’importance croissante de la gouvernance d’entreprise et les problématiques de déontologie et de conformité auront également une influence importante sur leurs fonctions.

Une gestion des risques en « temps réel »

Dans les quatre années à venir, l’évolution de la gestion des risques dans une dynamique en temps réel devrait fortement impacter la fonction audit interne. Plus de la moitié des répondants pensent que les ressources en matière de gestion des risques devraient impacter le champ d’intervention et le mode de fonctionnement de la fonction d’ici 2012. Ceci se traduirait par exemple par une vision plus dynamique du plan d’audit, modifié en cours d’année plus fréquemment sur la base de l’évolution d’indicateurs de risques.

Selon Jean-Pierre Hottin, associé spécialisé dans les services à l’audit interne du pôle conseil de PricewaterhouseCoopers : « L’audit interne doit s’adapter à la maturité croissante de la gestion des risques en évoluant vers une démarche d’audit « en continu ». La mise en place et le suivi d’indicateurs de risque devraient permettre à l’audit interne de se focaliser sur les risques de l’entreprise en étant en mesure de réorienter rapidement ses interventions en fonction des modifications du profil de risques de l’entreprise.»

Une difficile recherche de talents et de compétences

Les problématiques de gestion des compétences et d’organisation sont au cœur des préoccupations des professionnels interrogés. Les compétences traditionnelles en matière d’audit et de comptabilité devraient être complétées par d’autres aptitudes, plus adaptées à une démarche d’analyse par les risques, à l’analyse de données, aux évolutions technologiques notamment en matière de systèmes d’information et aux problématiques liées à la fraude, etc… Ainsi 63% des personnes interrogées projettent une augmentation du nombre d’auditeurs ayant des compétences dans le domaine IT, la gestion des risques, la détection des fraudes…

L’impact des outils et de la technologie

Les risques liés à l’évolution technologique vont augmenter pour 79% des personnes interrogées. Tous estiment que les outils technologiques, tant dans leur évolution que dans leur utilisation, prendront une part croissante dans le quotidien de l’audit interne d’ici 2012.

Jean-Pierre Hottin, associé responsable des services à l’audit interne du pôle conseil de PricewaterhouseCoopers : « Au cours des cinq prochaines années, ces grandes tendances vont vraisemblablement impacter de façon structurante de nombreux départements avec des effets différents en fonction du secteur d’activité, de la culture d’entreprise et des attentes des dirigeants. Néanmoins c’est aujourd’hui qu’il faut s’interroger sur ces grandes questions pour être en mesure de répondre aux enjeux de demain. »

L’étude est téléchargeable depuis le site www.pwc.fr

A propos de l’étude « Internal audit in 2012 »
Pour mener cette étude, un questionnaire sur les tendances et perspectives de la profession a été envoyé à plus de 250 directeurs d’audit interne parmi les entreprises du classement « Fortune ». Le traitement des réponses a également été complété par des entretiens auprès de directeurs d’audit interne de groupe internationaux ainsi qu’auprès de leaders d’opinion afin de donner une vision plus qualitative à l’étude.

A propos de PricewaterhouseCoopers et de son pôle Conseil
PricewaterhouseCoopers développe des missions d’audit et de conseil pour des entreprises de toutes tailles, publiques et privées, privilégiant des approches sectorielles et assurant confiance et valeur ajoutée pour ses clients et l’ensemble des parties prenantes.
Plus de 146 000 personnes travaillent en réseau dans 150 pays, partageant points de vue, expériences et solutions pour proposer des perspectives innovantes et des conseils adaptés à chaque problématique.
Le pôle conseil de PricewaterhouseCoopers, l'Advisory, propose une offre complète de compétences qui lui permet d’aider les entreprises et organisations à devenir durablement plus performantes en travaillant avec elles sur 4 leviers clés, tout en gérant risques et crises éventuelles : la gestion de leurs opérations de croissance, l’amélioration de leur organisation, la maîtrise de leurs coûts, la gestion et le management des hommes. La diversité des profils associée à la qualité des expériences de ses 750 professionnels en France, 8 700 en Europe et 22 500 dans le monde constitue sa principale force.

PricewaterhouseCoopers travaille en France avec Landwell, cabinet d'avocats membre du réseau PricewaterhouseCoopers.
www.pwc.fr

Mardi 22 Avril 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News