Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

En 2009, les cessions d’actifs devraient dominer le marché des fusions acquisitions en Europe dans le secteur des services financiers


La crise financière a eu un impact déterminant sur les opérations de fusion-acquisition dans le secteur des services financiers en Europe en 2008, ce qui a eu pour conséquence une inversion des tendances observées au cours des dernières années en matière de transactions dans ce secteur.




En 2009, les cessions d’actifs devraient dominer le marché des fusions acquisitions en Europe dans le secteur des services financiers
Parmi les changements les plus significatifs, l’étude de PricewaterhouseCoopers intitulée "Back to the domestic future: where next for FS M&A in EMEA", souligne une forte chute de la valeur des opérations de fusion-acquisition impliquant des acteurs du secteur privé, le délaissement des marchés émergents au profit des marchés locaux et la recherche par les établissements financiers de la stabilité et de fonds propres élevés et ce au détriment de la croissance de l’activité.

2008 était "l'année zéro" des opérations de fusion-acquisition dans le secteur financier en Europe
Le nouveau rapport de PricewaterhouseCoopers sur les opérations de fusion-acquisition en 2008 en Europe dans le secteur financier indique que 61% des personnes interrogées estiment que, dans le secteur bancaire, l’intervention des états devrait limiter l'activité de fusion-acquisition dans ce secteur en 2009. Hervé Demoy, associé au sein du département transactions du pôle conseil de PricewaterhouseCoopers spécialisé dans le secteur financier explique: "La dynamique des transactions a considérablement changé, elle est maintenant dominée par la rapidité d’exécution, l'opportunisme et l’intervention des états. Ces derniers ont radicalement changé la donne de l'activité des fusions--acquisition en Europe en particulier au regard du type de transactions qui se sont déroulées dernièrement dans le secteur. Les opérations ne sont plus dominées par une course à la taille critique, une accélération de la croissance, l’accès à de nouveaux marchés et la création de champions nationaux."

2008 était "l'année zéro" des opérations de fusion-acquisition dans le secteur financier en Europe avec des niveaux d'activité en chute à travers tout le continent. La valeur totale des transactions dans le secteur des services financiers est passée de EUR 208Mds en 2007 à EUR 179Mds en 2008. La tendance croissante à la nationalisation et la prise de contrôle par les gouvernements d’actifs stratégiques dans les établissements financiers européens représentaient plus de 50% (12) des 20 plus importantes opérations. En excluant les opérations réalisées par les états afin de soutenir les établissements financiers le montant total des deals en 2008 à diminué de 65% par rapport à l’année précédente et s’affiche donc en-dessous du montant total des deals dans le secteur financier de 2005.

L’intervention des états a invité le marché à un repli sur les marchés domestiques
En 2008, l‘intervention des états dans les établissements financiers locaux a changé la donne en matière de fusions-acquisition dans le secteur financier qui avait vu une forte progression des opérations transfrontalières au cours des dernières années et ce au détriment des opérations domestiques.. En effet, la valeur totale des opérations domestiques était de EUR 137Mds en 2008, ce qui représente une hausse de 81% par rapport à l’année 2007 (EUR 76Mds). En 2008, les opérations transfrontalières ne représentaient plus que EUR 41Mds, soit une baisse de 69% par rapport aux EUR 132Mds totalisés en 2007. L'impact a été particulièrement important en Europe de l'Est où le niveau des opérations de fusion-acquisition est passé de EUR 11Mds en 2007 à EUR 6 Mds en 2008.

Le secteur bancaire a conservé sa position dominante
La baisse des activités de fusion-acquisition s’explique essentiellement par le recul du secteur de l’assurance et de la gestion d’actifs. Ainsi la valeur totale des transactions dans le secteur bancaire est passée de 140Mds EUR en 2007 à EUR 152Mds en 2008 dont 104 Mds EUR peuvent être attribués aux interventions réalisées par les états En revanche, la valeur des opérations dans les secteurs de l’assurance et de la gestion d’actifs est passée de EUR 45Mds en 2007 à EUR 11Mds en 2008 pour l’assurance et de EUR 13Mdsn en 2007 à EUR 5 Mds en 2008 pour la gestion d’actifs.

Hervé Demoy, associé au sein du département Transactions du pôle conseil de PricewaterhouseCoopers spécialisé dans le secteur financier commente: "La crise financière continuera à influencer les perspectives de l’activité de fusion acquisition dans le secteur financier sur le marché européen en 2009. Les effets des réglementations et de l'interventionnisme des états contribuent à l'incertitude générale, ce qui devrait avoir un effet durable sur l'activité jusqu’en 2010."

56% des personnes interrogées dans le cadre du rapport de PwC estiment que l’intervention des états dans le secteur bancaire aura comme impact une stagnation ou une diminution de l’activité de fusion-acquisition au cours de l’année 2009. La part grandissante de l’intervention des Etats est considérée par les personnes interrogées comme le point de départ d’une révision des priorités stratégiques dans le secteur. Il est probable que les états auront comme mot d’ordre pour l’année 2009: la restructuration du secteur bancaire sur les marchés domestiques.

Une plus forte implication des fonds souverains et des fonds de private equity est attendue en 2009
Les cessions d’actifs non stratégiques ont été les principaux moteurs de nombreuses transactions en 2008. Cette tendance est amenée à se poursuivre au cours de l'année 2009 ; en effet, 87% des personnes interrogées pensent que les institutions financières seront plus enclines à céder leurs actifs non stratégiques, leurs portefeuilles de créances ou de produits financiers ou certaines de leurs filiales spécialisées en 2009, qu’à acheter de nouvelles activités. Hervé Demoy, associé au sein du département transactions du pôle conseil de PricewaterhouseCoopers spécialisé dans le secteur financier, déclare: "Sécurité et stabilité seront les maîtres mots de l'année 2009. L'influence des états encouragera les conseils d’administration à viser la stabilité et la reconstitution de fonds propres importants et ce au détriment de la croissance externe. L’obligation de justification des cessions d’activité ou de nouvelles acquisitions auprès des contribuables et des états, constituera également un nouveau défi pour de nombreux établissements financiers."

66% des personnes interrogées s'attendent à une poursuite de la baisse du cours des actions des banques et des établissements financiers qui devrait conduire à une plus grande implication des fonds souverains et des fonds de private equity en qualité d'investisseurs dans le secteur des services financiers tout au long de l’année 2009. Certains secteurs des services financiers, comme les métiers de gestion des titres ou de gestion des opérations de paiement pourraient attirer certains établissements bancaires souhaitant consolider leurs positions dans ces métiers ou des fonds de private equity.

L’étude est téléchargeable sur le site www.pwc.fr

Source :
AGEFI Luxembourg
www.agefi.lu/mensuel/Article.asp?NumArticle=11413

Mercredi 27 Mai 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs