Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 20, 12 (6th update)


Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - Daily news & daily views by Finyear.




Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 20, 12 (6th update)






MARKETS, ECONOMY & STATISTICS - Commentaries of the day

Every day our commentaries keep you updated.

09:00 AM
MARKETS - Morning Call: European Financial Decline On Poor China Data; Eyes On EMU PMIs - Marcus Huber ETX Capital

European equity markets are trading lower this morning on the back of weaker markets across the board in Asia as yesterday’s surprise announcement by the BOJ that they will be extending their bond purchasing program has given quickly way to renewed worries about China where tensions with Japan over a group of disputed islands continue to grow, furthermore the widely watched HSBC Flash manufacturing index for China showed only a very modest improvement indicating that the recent slowdown might be intensifying in the months to come.
Early on focus will be on PMI data for the Euro-zone as a whole and individual Euro-zone countries expected to show a slight recovery from low levels reflecting to a certain degree the stability that has returned to financial markets since early August after ECB chief Draghi comments concerning supporting the Euro.
Mid morning all eyes will be on important Spanish bond auctions constituting a good measure just how worried investors are concerning Spain still not having agreed to a bail-out package. More data are on the agenda in the US this afternoon with the main focus being on the Philly index and Leading Indicators, while both sets of data are important, today they might not carry quite as much weight as usual as recent announcements and measures by the Fed and central banks around the world still need time to completely filter through to the economy.

09:30 AM
Ceci est un message à votre attention :

Dans le cadre de la poursuite de notre évolution éditoriale nous souhaiterions connaître votre profil professionnel...
Etes-vous CFO, trésorier, credit manager ? Envoyez-nous simplement un mail
Merci pour votre participation.
La rédaction.

10:30 AM
STATISTICS - EUROPA - Eurostat


La production dans le secteur de la construction en baisse de 0,3% dans la zone euro.
Production in construction down by 0.3% in euro area.
Produktion im Baugewerbe im Euroraum um 0,3% gefallen.

Euro banknotes in circulation:
Latest figures The circulation of euro banknotes decreased in August 2012, from €897.9 billion to €896.4 billion. This decrease was mainly due to the decrease in the net issuance of 500 euro notes (-€0.7 billion).
More: http://www.ecb.int/stats/euro/circulation/html/index.en.html

STATISTICS - FRANCE - INSEE

Au bout de trois ans, 90 % dégagent un revenu inférieur au Smic au titre de leur activité non salariée

En 2009, 328 000 personnes ont créé une auto-entreprise, dont la moitié exerce une activité économique effective. Ces auto-entrepreneurs actifs sont proches des créateurs d’entreprises « classiques » par leurs caractéristiques, mais ils tirent de leur activité un revenu très inférieur : en moyenne, 4 300 euros de revenu annualisé la première année, soit trois fois moins que les créateurs classiques. Ils exercent souvent en parallèle une activité salariée. Deux ans plus tard, fin 2011, 102 000 sont toujours actifs économiquement, mais seuls 79 000 ont pu dégager un revenu positif de façon continue sur les trois ans. En moyenne, le revenu qu’ils tirent de leur activité a progressé, mais pour neuf sur dix, il demeure inférieur au Smic. Si une petite moitié a pérennisé son activité en développant son chiffre d’affaires, moins d’un sur dix perçoit un revenu comparable à celui des autres non-salariés de son secteur. Peu ont quitté l’auto-entrepreneuriat pour rejoindre le régime non salarié classique.
PLUS : http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?ref_id=ip1414

11:00 AM
STATISTICS - CHINA - National Bureau of Statistics of China


China's Manufacturing Purchasing Managers Index (PMI) (2012.08)
MORE: http://www.stats.gov.cn/english/statisticaldata/monthlydata/t20120917_402836294.htm

STATISTICS - GERMANY - Federal Statistical Office (Destatis)

Producer prices in August 2012: +1.6% on August 2011
In August 2012 the index of producer prices for industrial products rose by 1.6% from the corresponding month of the preceding year. In June 2012 the annual rate of change was also +1.6%, in July 2012 it was +0.9%.

11:30 AM
MARKETS - Mid-Morning Comment: - Ishaq Siddiqi ETX Capital


European financial are posting modest losses this morning, whacked by global growth fears following poor Chinese economic data which showed another month of contraction, the 11th consecutive month this year. The data reinforced fears that the euro zone financial crisis continues to sap Chinese growth, fuelling hopes that the Chinese central bank may follow the likes of the BOJ, Fed and ECB and also fire stimulus measures our way. That said, the PMI data overnight, although below 50 level which is contraction zone – was not dire enough to perhaps kick Chinese central bankers into action just yet. Conditions in manufacturing activity haven’t deteriorated further since the previous reading and for that reason, it is difficult to envisage any immediate Chinese central bank action.

In Europe however, the feed through of a negative Asian session on the poor China data and the geopolitical tensions between China and Japan over sovereignty of islands has added significant pressure on price action. Your usual suspects are under the cosh, with resources, industrials, autos and energy sectors all posting moderate losses. The price-action is firmly risk-off, although we have climbed off initial opening lows following the release of the euro zone flash PMI’s report. Like the China data, the outcome was negative on the whole given that we are not seeing an improvement here but the decline in the final reading was not as bad as feared with German PMI’s in a little better. The data however does reinforce slowing global growth and that perhaps the ECB’s latest bond-buying programme if and when it is activated, will still be no panacea for Europe in the long term. The euro zone is firmly in a recession and we are unlikely to be pulled out any time soon.

On to Spain, the situation remains uncertain still, with another day of delaying by the government in regards to seeking a bailout. A smooth and relatively well received bond auction by Spain today played right into the hands of the government, stemming the rise of bond yields. The country managed to exceed its targeted amount at the bond auction, with demand for Spanish paper looking pretty solid. Although it is positive that appetite for Spanish debt remains firm [Tuesday’s bill auction was relatively decent too], financial markets are still not impressed with the country’s government delaying a move. The question now is how long can Spain retain this stance? If Spanish yields continue to edge lower, an activation of the ECB’s bond buying plan moves further into the distance.

In the UK, we hoped that the Olympic games would provide a meaningful boost to our economy, however that hasn’t been the case according to retail sales out today. The much hoped for Olympic-effect did not feed through onto the high street with retail sales falling by 0.2% last month. Looking ahead, we have US initial weekly jobless claims and a Philadelphia Fed survey.

11:30 AM
ECONOMY - 1929 ne peut pas se reproduire !! par Charles Sannat - Aucoffre.com


Telle est l'idée véhiculée notamment par le gouverneur de la banque centrale américaine, la FED. Ce dernier est d'ailleurs « joliment » surnommé « Ben l'hélicoptère ». Avant de devenir gouverneur, notre ami Uncle Ben (celui dont les billets ne collent jamais) avait effectué quelques menus travaux et recherches économiques sur la grande crise de 1929. Il avait résumé sa pensée en disant que, pour lutter contre la déflation, il était prêt à larguer autant de billets que nécessaire par hélicoptère au-dessus des foules en délire...

Il en avait tiré quelques conclusions qu'il s'évertue depuis à appliquer avec une constance totale.

Les banques tu sauveras
La première idée était que, lors de la crise de1929, l'Etat américain avait laissé s'effondrer les banques et que cela avait aggravé de manière considérable une récession qui trouvait ses origines fondamentales dans un surendettement massif des agents économiques et de surcapacités de production tout aussi grandes.
Conclusion : il faut soutenir les banques et le système financier.

Que fait la FED depuis 2007 : la FED a donc sauvé les banques et le système financier. Elle continue d'ailleurs à le faire, ce qui est le cas avec le QE3, qui est le tout dernier plan d'injection de billets tout neufs de 40 milliards de dollars par mois destiné... à racheter les actifs pourris desdites banques.

Pour quel résultat ?
Depuis le début de la crise, la FED a injecté 26 000 milliards de dollars... pour aucune croissance. Ha non ! me direz-vous, l'année dernière la croissance américaine a été de 1,9 % du PIB.

Je vous passe le raisonnement - pertinent quand même - qui consiste à dire que 2 % de croissance d'un PIB de 15 000 milliards de dollars représente une création de richesse d'environ 300 nouveaux milliards de dollars, par rapport à une création monétaire de 26 000 milliards... Dit comme ça, vous commencez à voir poindre comme un léger problème d'ordre mathématique.
Mais passons, c'est accessoire, puisque personne n'en parle et que la « crise est derrière nous ».

1,9 % de croissance, lorsque l'inflation est de 3 % (en réalité elle est de plus mais ce n'est pas grave non plus), cela veut dire que votre économie est en réalité en récession de 1,1 %...
On ne peut donc pas dire que cette politique soit un grand succès, eu égard aux tombereaux monumentaux de nouveaux billets (qui ne collent jamais) imprimés par Uncle Ben.

Des taux bas tu maintiendras
La deuxième idée était que le krach de 1929, point de départ qu'aura retenu l'histoire pour cette crise économique, avait été causé - ce qui est moins connu - par plusieurs relèvements successifs des taux d'intérêt par la banque centrale américaine. Tout le monde à l'époque spéculait sur les actions (qui monteraient pour l'éternité car cette fois-là c'était différent), les journaux financiers recevaient des sacs entiers de courriers de braves gens demandant comment on pouvait faire fortune rapidement. Une gamine avait même écrit une lettre qui avait ému l'Amérique toute entière à un canard boursier quelconque. Du coup, des lecteurs s'étaient cotisés pour permettre à la fillette d'acheter ses premières actions.
Il ne fallait pas être un grand devin pour voir qu'une folie spéculative s'était emparée des agents économiques à travers tout le pays... et au-delà d'ailleurs.

La FED monte les taux d'intérêt pour essayer de calmer la situation. Les appels de marge des banques auprès de leurs clients pour que ces derniers couvrent leurs crédits entraînent des ventes de titres à chaque hausse des taux d'intérêt... Jusqu'au krach final et dévastateur. A l'époque, toutes les actions sont achetées à crédit.

Conclusion : il faut maintenir les taux d'intérêt au plus bas pour éviter la défaillance massive des agents économiques, ce qui entraîne une déflation sans limites.

Que fait la FED depuis 2007 : la FED applique donc son idée de base, maintenir les taux au plus bas. Ils sont donc maintenus entre 0 et 0,25 %. Lors de sa dernière intervention, Ben Bernanke a précisé que se serait le cas jusqu'en 2015 au moins...
Lorsque l'on regarde les rendements des obligations d'Etats des pays les moins mauvais (pardon, jugés comme les plus solides par les investisseurs), les taux nets d'inflation sont même devenus négatifs.

Cela signifie qu'un épargnant avisé accepte de perdre de l'argent en prêtant son argent. Vous prêtez 100, on vous rendra 95 en pouvoir d'achat dans 10 ans ! Fabuleux n'est-ce pas?
Cela ne choque personne, mais économiquement parlant c'est gravissime.

Pour quel résultat ?
Les taux ne peuvent globalement pas être plus bas. Or, si les ménages continuent un peu à consommer, en réalité, ils ont surtout commencé à s'adapter à la crise. Logiquement, lorsque l'avenir devient incertain, que les impôts augmentent, que les prix ne cessent de grimper, que vous risquez de perdre votre emploi du jour au lendemain... Vous ne faites pas de nouveaux crédits. Vous allez tenter de vous désendetter et d'épargner. C'est exactement ce qu'il se passe. Les ménages se désendettent et les taux d'épargne partout à travers la planète reprennent le chemin de la hausse.
La politique des taux bas ne permet donc pas d'obtenir une relance réelle de la machine économique.

L'industrie et l'emploi tu relanceras
La troisième grande idée est que, si la déflation commence, il devient impossible de la stopper par la suite.
En1929, l'Etat américain n'a soutenu ni les banques, comme nous l'avons déjà dit, ni l'industrie, ni l'emploi.

Résultat : dans une crise d'endettement, la phase de désendettement, qui est l'étape suivante logique, entraîne une baisse significative de la consommation, puis de la production. Cela amène à des destructions d'emplois, qui entraînent à leur tour une nouvelle baisse de la consommation. Les prix finissent par s'effondrer, progressivement le système économique s'arrête. C'est la déflation. Une lente agonie douloureuse de l'économie.
Conclusion : il faut soutenir l'industrie, ne pas laisser le chômage s'installer et tout faire pour stimuler la demande.

Que fait la FED depuis 2007 : sur cet aspect-là, il n'y a pas que la FED qui intervienne, puisque le gouvernement fédéral US joue également un rôle important. Néanmoins, in fine, comme c'est la FED qui finance le déficit du Trésor américain, on peut conclure que globalement, là aussi, l'argent provient de la planche à billet d'Uncle Ben.

Prime à la casse pour les véhicules, aide à l'achat, programme de prolongement des indemnités chômage, ou encore aide au refinancement des crédits subprime pour que Mr et Mrs Smith puissent conserver leur home sweet home. Cela n'empêche pas l'effondrement de l'industrie américaine sauvée des eaux par des dizaines de milliards de dollars d'aides publiques, ni le chômage d'augmenter, ni les gens de perdre leurs maisons.
Hélas ! cela, pour le moment, ne rend ces mouvements que plus lents mais n'a pas inversé la situation.

Finalement, ce ne serait donc pas si différent qu'en 1929 ?
La réponse ne peut pas être manichéenne et vous imaginez que les choses sont complexes et d'ailleurs pas définitivement fixées, loin de là. Comme le disait un économiste, il est fort probable que l'on ne saura comprendre cette crise que dans 150 ans. Je suis plus optimiste que lui et je pense que, d'ici un gros siècle, le grand mamamouchi monétaire du futur saura nous expliquer doctement que nous étions un peu arriérés, que nous n'avions pas les modèles économétriques nécessaires, ou encore que, pour eux, évidemment, dans un siècle ce sera forcément... différent.

Pour le moment, cette politique de création monétaire a réussi globalement à nous éviter une déflation majeure... Sans pour autant réussir à stimuler suffisamment l'économie pour relancer une croissance saine.

En 1929, le potentiel de croissance était différent !!
Nous avions une population mondiale restreinte, des ressources naturelles très abondantes, aucun problème environnemental. Nous étions également dans le régime monétaire de l'étalon-or, qui ne permettait pas une politique économique d'impression de « fausse monnaie ». L'énergie n'était pas chère et pour longtemps encore permettant des sauts qualitatifs majeurs, nous partions de rien, que ce soit en consommation de masse ou en terme de confort.

Il ne s'agit pas de dire que c'est la fin du progrès, bien au contraire, il faudra simplement, dans le monde qui vient - comme l'a si bien résumé Stéphane Hessel dans son dernier ouvrage -, « choisir entre ce qui devra croître et ce qui devra décroître ».

La décroissance de la consommation de masse n'empêche nullement les progrès techniques. On peut même penser que l'imagination et la créativité humaine seront, pour grande partie, à l'origine des solutions pour sortir de cette crise qui, encore une fois, est une crise de changement de modèle économique.

En 1929, ce n'était qu'une crise économique passagère, aussi violente fut-elle. Il fallait, à cette époque-là, purger les excès de l'endettement. Il ne faut pas oublier le principe de la dette.

Le crédit, c'est dépenser tout de suite l'argent que l'on gagnera pendant les x prochaines années. C'est donc utiliser immédiatement l'ensemble de ses futurs revenus. Lorsque de nombreux ménages le font simultanément, cela entraîne un effet très positif sur la croissance... à court terme. A long terme vient la phase de remboursement.

Cette phase est relativement indolore, lorsqu'il y a inflation, progression des salaires (via l'indexation, et/ou le plein emploi) et que l'endettement a lieu à taux fixe. C'est la configuration que nous avons connue pendant les Trente Glorieuses.

Depuis, la situation a légèrement dérapé. Les salaires ne progressent plus, puisque les salariés partout dans le monde occidental peuvent être remplacés par un serveur Internet - regardez les banques en ligne -, par des automates - du distributeur de billets à la caisse automatique -, ou par quelques petits Chinois peu coûteux...

Contrairement à 1929, nous n'avons pas vécu une crise d'endettement pour acheter des actions à la bourse (on est très intelligent et on apprend de nos erreurs n'est-ce pas), non cette fois, c'est ... « très différent », puisque le monde entier s'est endetté pour acheter sur 40 ans des clapiers sans espace dans des villes saturées !!

Comme en 1929, il y a donc à la base une crise d'endettement. Mais cette fois-ci, c'est encore plus grave, puisque notre modèle de croissance basé sur la consommation de masse n'est plus tenable.

Et quand bien même, il y aurait de la croissance...
...Que cette dernière se fracasserait immédiatement sur le prix des matières premières, qui serait dès lors tirés vers le haut. Les prix de l'énergie exprimés à travers le principal indicateur qu'est le pétrole restent élevés alors que la croissance mondiale et donc la consommation sont en berne. Souvenez-vous du baril à 150 $ en 2007... à la vieille de la crise.

Si demain nous réussissions comme par magie à faire repartir notre sacro-sainte croissance, elle serait arrêtée net par la reprise de la flambée des matières premières en générale et de l'énergie en particulier.

Finalement c'est effectivement différent !
La croissance est devenue, pour certaines raisons évoquées ici et bien d'autres qu'il conviendrait de détailler, IMPOSSIBLE.
Or, le postulat de nos autorités monétaires pour combattre cette crise de type « 1929 » repose sur l'idée essentielle que l'utilisation de la planche à billets saura stimuler la croissance et que cette croissance permettra d'absorber progressivement les excès de monnaie.
Or, il n'y a pas et il n'y aura pas de croissance.

Nous allons donc nous retrouver avec un double problème.
D'une part, une déflation qui commence à arriver par l'Europe, puisque les États doivent éviter la faillite et donc sont obligés au bout de 5 ans de se résoudre à se lancer dans l'austérité après avoir tenté vainement de « relancer » l'économie. Mais cela concernera bientôt les États-Unis, où il y a un débat très vif actuellement sur le fiscal cliff (« le mur fiscal » en français) et les augmentations inéluctables des impôts après les élections présidentielles.
D'autre part, nous nous retrouvons avec une masse monétaire qui a explosé et qui fait peser un risque énorme d'inflation, voire d'hyperinflation, en cas de perte de confiance brutale des agents économiques.

Alors effectivement, je me suis trompé. Cette fois-ci, c'est différent. Ce n'est pas comme en 1929. En réalité, c'est beaucoup plus grave. Nous aurons la déflation et l'inflation. Une situation économique inédite.

03:00 PM
ECONOMY - L’intervention des banques centrales peut-elle continuer à relancer les marchés ? - Philippe Uzan, Edmond de Rothschild AM


Compte-rendu du déjeuner trimestriel organisé par Philippe Uzan, Directeur des Gestions de Edmond de Rothschild Asset Management, qui s’est déroulé ce jour en compagnie de Christophe Foliot, Responsable de la gestion actions internationales.

- Les décisions des grandes banques centrales ont permis aux marchés d’oublier une conjoncture économique qui demeure morose.
- Concernant plus spécifiquement les Etats-Unis, les élections présidentielles de novembre prochain auront un impact limité sur les marchés financiers, sauf à très court terme.
- A plus long terme, certains secteurs aux Etats-Unis recèlent des poches de croissance, comme l’immobilier ou encore l’automobile.

BANQUES CENTRALES A L’OEUVRE OU CROISSANCE EN BERNE : QUELLE FORCE VA L’EMPORTER ?

Tandis que l’économie mondiale poursuit sa croissance à un rythme plus faible qu’en 2011, la stagnation de l’activité, et sa baisse dans certains cas, va continuer en Europe en réponse aux plans de réduction des déficits publics. Dans le cas européen, la politique monétaire se révélera aussi décisive que la mise en place des institutions d’assistance destinées aux membres les plus vulnérables de la zone euro (MES).

Les dernières semaines ont d’ailleurs été marquées par des préannonces confirmées par de nouvelles initiatives des banques centrales. La BCE a annoncé des achats sous condition de titres de la dette des pays périphériques (OMT) tandis que la Réserve Fédérale a décidé d’une troisième opération de stimulation monétaire directe. La Banque du Japon a également décidé de prolonger sa politique en augmentant ses achats de titres de la dette publique.

Dans les pays développés, les indicateurs avancés sont médiocres en général et ils sont négatifs en Europe, la faiblesse étant concentrée sur le secteur industriel. Dans de nombreux pays émergents, la tendance reste toutefois largement positive (Amérique du Sud, Asie du sud-est) bien que son rythme ait ralenti (Chine, Brésil et Inde notamment) par rapport à 2011. De nouveaux efforts de relance sont encore attendus : Suède (budget) et Chine sans doute bien que le calendrier politique ne soit pas favorable à court terme.

L’incertitude cyclique à court terme est centrée sur les Etats-Unis où les élections, quel que soit leur résultat, rendent difficile une réponse rapide aux problèmes budgétaires qui se poseront dès le tout début de 2013. Néanmoins, alors que l’attention reste focalisée sur la désormais célèbre « falaise fiscale », des secteurs importants de l’économie tels que l’immobilier ou la construction automobile ont le potentiel pour contrebalancer une politique budgétaire plus restrictive.

Plus que jamais, l’implication des banques centrales est un élément clé de la consolidation de la sortie de crise et de la lutte contre les tendances déflationnistes à l’oeuvre en Europe. Par des voies différentes, BCE et Réserve fédérale poursuivent des objectifs communs. Pour la BCE, il s’agit d’accompagner les efforts de remise en ordre des finances publiques de pays comme l’Espagne et l’Italie en pesant sur les taux d’intérêt. Cette décision vise également à compléter les mesures de soutien aux banques. Celles-ci ont par ailleurs accompli depuis un an un travail de profonde restructuration de leurs bilans (cessions d’actifs).

Pour la Réserve fédérale, la reprise d’un programme d’achat d’obligations ayant un sous-jacent hypothécaire (40 milliards de dollars par mois) sans terme annoncé montre l’engagement des autorités monétaires après les chiffres de l’emploi. L’opération d’arbitrage de titres présents dans le portefeuille de la banque centrale au profit de titres ayant une échéance plus longue se poursuivra jusqu’à la fin de l’année. En choisissant ce type de titres, les autorités monétaires américaines mettent le financement du logement au coeur de leur politique.

Le résultat de toutes ces mesures est une nette amélioration des conditions financières qui s’est manifestée aux Etats-Unis et surtout en zone euro. L’atténuation des tensions sur la dette périphérique en Europe a des effets positifs sur les bilans des banques, particulièrement en Europe du Sud. Plus que la stimulation monétaire elle-même c’est la normalisation des conditions financières qui est un élément essentiel de l’environnement des économies. La transmission à l’économie réelle est la question centrale de l’efficacité d’un politique monétaire. La situation des banques commerciales est au coeur de cette transmission, à travers leurs conditions de financement et à travers la marge de manoeuvre en termes de prise de risque que leur laissent la qualité et le levier financier de leur bilan.

La question de l'efficacité de la stimulation monétaire comme celle du délai de réponse des économies sont donc centrales pour les mois qui viennent, la poursuite du désendettement (public et privé) continuera à être un frein mais elle sera facilitée par les politiques monétaires actuelles. Sur la dette privée, l'exemple américain montre que la politique monétaire, avec le temps, a eu les effets recherchés sur la réduction de la dette des ménages mais aussi sur la normalisation du marché immobilier. En zone euro, le rééquilibrage rapide des balances courantes de pays comme l’Espagne et l’Italie montre que la situation de la zone euro est sur la voie d’une amélioration de fond, un phénomène sous-estimé. Avec la cohérence et la constance des politiques budgétaires menées, c’est ce redressement que la Banque Centrale Européenne cherche à consolider tout en limitant ses aspects les plus négatifs. La réussite n’est pas assurée mais, après pratiquement 24 mois de crise financière de la zone euro, la dégradation semble enrayée.

Une très large majorité des actifs risqués a dans ces conditions connu un rallye estival très significatif tant au niveau des obligations d’entreprise, de la dette gouvernementale périphérique qu’à celui des marchés d’actions avec, à rebours des tendances des trimestres précédents, une nette surperformance des places de la zone Euro. Face au niveau très faible des taux courts pour des périodes de plus en plus longues dans la plupart des pays développés et aux taux réels (voire nominaux) négatifs atteints par la plupart des dettes gouvernementales les mieux notées, les investisseurs sont poussés à rechercher sur d’autres classes d’actifs les rendements dont ils ont besoin.

Les obligations privées à haut rendement ainsi que la dette émergente émise en dollars ou en euros restent donc à privilégier par rapport aux placements monétaires ou aux obligations gouvernementales AAA. La dette gouvernementale périphérique, en particulier pour les maturités courtes, voit son profil rendement/risque rehaussé par la probable activation prochaine du programme OMT de la BCE. Les obligations convertibles qui combinent une composante dette privée et une exposition convexe aux marchés d’actions ont notre préférence au sein de des produits de taux. Sur les marchés actions, les perspectives de dégradation des attentes bénéficiaires sur 2013 limitent le potentiel de hausse supplémentaire après la forte progression des 3 derniers mois. La modération des flux des investisseurs ainsi que le signal très fort envoyé par les Banques Centrales réduisent néanmoins le risque systémique. Notre positionnement est donc neutre sur les marchés développés. Nous maintenons un biais positif sur les actions émergentes avec une préférence pour l’Asie et l’Europe de l’Est. Leur parcours récent a été décevant au regard du rebond des actifs risqués alors que les perspectives bénéficiaires sont supérieures à celles des pays développés.

LES ELECTIONS AMERICAINES : ENJEUX ET IMPACT SUR L’ECONOMIE

Les élections présidentielles américaines de novembre prochain focalisent l’attention des médias. Sauf à très court terme, leur impact sera limité sur les marchés financiers, car les différences de programme sont relativement peu clivantes. Les deux candidats veulent alléger la fiscalité qui pèse sur les entreprises, actuellement de 35 %. Sur le plan réglementaire, le président Obama n’a pas encore mis en place toutes les modifications annoncées dans le Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act de 2010, et il est probable qu’il ira plus loin s’il est réélu. En matière budgétaire, le nouveau président devra poursuivre les économies, ce qui aura des conséquences pour le secteur de la santé et pour la défense. Celle-ci sera sans doute la branche qui souffrira le plus. Actuellement les dépenses atteignent 500 milliards de dollars par an, un niveau historiquement important. L’idée du prochain gouvernement serait de réaliser 50 milliards de dollars de coupe budgétaire, un peu plus sans doute si Obama est réélu.

Enfin, les fusions-acquisitions sont un autre aspect de l’activité économique qui pourrait évoluer en fonction du résultat des élections. Peu d’opérations financières ont été recensées au cours des dernières années, vendeurs et acheteurs ayant du mal à se mettre d’accord sur les prix. De surcroît, sous l’influence des Démocrates, la Federal Trade Commission a empêché systématiquement les grandes opérations qui auraient entraîné des licenciements en masse. Si les Républicains arrivaient au pouvoir, cela pourrait relancer les opérations de restructuration.

REPRISE DES SECTEURS IMMOBILIER ET AUTOMOBILE : QUELLES PERSPECTIVES POUR LES MARCHES AMERICAINS ?

À plus long terme, certains secteurs recèlent des poches de croissance. L’immobilier profite des politiques de « quantitative easing » de la Fed, qui provoque une baisse des taux d’emprunt. D’une manière très large, les valeurs d’entreprises de matériaux de construction, les services financiers (prêts, crédit hypothécaire…) et même certains titres de consommation générale seront à même de tirer parti de tout redémarrage de la construction. Le segment de l’automobile nous semble également porteur pour plusieurs raisons : d’une part les entreprises du secteur ont entrepris de profondes mutations qui leur permettent aujourd’hui d’afficher une forte rentabilité malgré des volumes modestes. D’autre part la demande actuelle, inférieure de 20% aux niveaux d’avant-crise, conjuguée à un vieillissement historique du parc automobile américain – avec une moyenne de 10 ans par véhicule – nous font penser que les ventes de véhicules restent sur une pente ascendante.


03:15 PM
Ceci est un message à votre attention :


Dans le cadre de la poursuite de notre évolution éditoriale nous souhaiterions connaître votre profil professionnel...
Etes-vous CFO, trésorier, credit manager ? Envoyez-nous simplement un mail
Merci pour votre participation.
La rédaction.

Les données chiffrées, commentaires et analyses ci-dessus à vocation informative, ne sont pas contractuels.
Les données chiffrées, commentaires et analyses figurant ci-dessus reflètent le sentiment de leur auteur et/ou de la société signataire sur les marchés, leur évolution, leur réglementation et leur fiscalité, compte tenu de leur expertise, des analyses économiques et des informations possédées à ce jour.
Les données chiffrées, commentaires et analyses ne sauraient toutefois constituer un quelconque engagement de l'auteur et/ou de la société signataire. Tout investissement comporte des risques. Tout investisseur potentiel doit se rapprocher de son prestataire ou conseiller, afin de se forger sa propre opinion sur les risques inhérents à chaque investissement indépendamment de l'auteur et/ou de la société signataire de l'article et sur leur adéquation avec sa situation patrimoniale et personnelle.







QUOTATIONS, INDICES and RATES - Updated daily by Finyear.

Tableau de bord financier - Financial Dashboard

Cotations, indices et taux. Mise à jour quotidienne par Finyear.
Quotations, indices and rates. Updated daily by Finyear.

Link : http://www.finyear.com/Tableau-de-bord-financier-Financial-Dashboard_a15066.html

Jeudi 20 Septembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News