Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear


Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 17, 12 (5th update)

Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - Daily news & daily views by Finyear.

Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 17, 12 (5th update)

MARKETS, ECONOMY & STATISTICS - Commentaries of the day

Every day our commentaries keep you updated.

09:00 AM
MARKETS - Morning Call: European Markets Consolidate Gains; Weak Asian Session Weighs - Marcus Huber ETX Capital

European equity markets are starting the new trading week off on a somewhat weaker note pressured by lower markets in China on renewed growth worries, some moderate profit-taking after last week’s impressive gains and disappointment that the EU meeting in Cyprus didn’t yield any new steps in regard to combating the European financial crisis.
There seems to be increasingly concern that due to the recent stabilisation seen in financial markets and periphery yields having come down substantially from their highs just a few months ago that politicians might not quite feel such an urgency and are overall less willing to compromise when it comes to agreeing on and to push ahead with much needed new measure like the ‘banking union’. If this would be indeed the case, markets most likely would react very negatively to it similar to the time during the early days of the European financial crisis when politicians often conveyed the impression that they are not taking the entire matter surrounding Greece very seriously.
In regard to economic data in Europe while the calendar isn’t empty none of the figures being published today are considered top tier data instead main focus will be on German Chancellor Merkel holding her annual press conference in Berlin possibly answering questions concerning the European financial crisis and a possible rescue package for Spain.
Overall markets are expected to remain range-bound today with some further intra-day profit taking likely as markets continue to digest last week’s events.

09:00 AM

Euro area annual inflation up to 2.6%.
Le taux d’inflation annuel de la zone euro en hausse à 2,6%.
Jährliche Inflationsrate im Euroraum auf 2,6% gestiegen.

Employment stable in the euro area and up by 0.1% in the EU27.
L'emploi stable dans la zone euro et en hausse de 0,1% dans l'UE27.
Zahl der Erwerbstätigen blieb im Euroraum stabil und stieg in der EU27 um 0,1%.

09:15 AM
STATISTICS - GERMANY - Federal Statistical Office (Destatis)

July 2012: number of employees in manufacturing increasing by 2.5%
At the end of July 2012, 5.2 million people worked in local units of manufacturing with 50 or more persons employed in Germany. As reported by the Federal Statistical Office (Destatis) on the basis of provisional results, that was a rise by about 129,000 persons or 2.5% against July 2011. The number of hours worked in July 2012 increased 4.8% from a year earlier, reaching 660 million – here it has to be considered that there was one working day more than in July 2011.

Turnover in accommodation and food service activities in July 2012 in real terms: –2.4% to July 2011
According to results of the Federal Statistical Office (Destatis), turnover in the German accommodation and food service activities decreased in July 2012 by 0.7% in nominal terms and by 2.4% in real terms compared with the corresponding month in the previous year.

10:00 AM
STATISTICS - FRANCE: Prix du pétrole et des matières premières importées – Août 2012 (INSEE)

En août, le prix du pétrole en dollars a continué d’augmenter fortement (+9,9 % après +6,0 % en juillet). Il s’est établi à 112,4 $ le baril de Brent. À l’inverse, les prix en devises des matières premières hors énergie importées en France ont légèrement baissé (–0,5 % après +2,2 % en juillet).

Le prix du pétrole continue d’augmenter
En août, le prix en dollars du baril de pétrole de la mer du Nord (Brent) a de nouveau augmenté (+9,9 % après +6,0 %). En euros, la hausse du prix du baril est légèrement moins marquée (+8,8 % après +8,2 %), du fait d’une appréciation de la monnaie européenne vis-à-vis du dollar (+1,0 %).

Les prix des matières premières industrielles toujours en baisse
En août, les prix en devises des matières premières industrielles enregistrent une nouvelle baisse (–3,5 % après –1,0 % en juillet). D’une part, les prix des matières premières minérales poursuivent leur recul (–4,1 % après –1,1 %). En particulier, les cours des métaux non ferreux se sont repliés (–2,0 % après +0,0 %), notamment ceux du titane (–4,6 %), du nickel (–3,1 %), de l’aluminium (-1,9 %) et du zinc (-1,9 %). En revanche, les cours des métaux précieux se sont appréciés (+2,9 % après –1,2 %), principalement l’argent (+4,6 %), le palladium (+4,3 %) et l’or (+2,0 %).

D’autre part, les prix des matières premières agro-industrielles se replient plus fortement qu’en juillet (–1,9 % après –0,9 %), notamment ceux des bois sciés tropicaux (–12,7 %), du caoutchouc naturel (–11,4 %), et dans une moindre mesure ceux des fibres textiles naturelles (–0,9 %) du fait de la baisse du prix de la laine (–9,2 %).

La hausse des prix des matières premières alimentaires se poursuit
En août, les prix en devise des matières premières alimentaires ont de nouveau augmenté (+4,3 % après +7,7 % en juillet). En effet, les cours des denrées tropicales ont poursuivi leur hausse (+3,0 % après +4,9 %) du fait de l’augmentation des cours du cacao (+9,0 %) et du thé (+2,2 %). De même, les prix des oléagineux sont toujours en hausse (+7,3 % après +15,8 %), en particulier ceux de l’huile d’olive (+9,6 %) et du tourteau de soja (+9,5 %).

Les cours des céréales ont ralenti (+1,2 % après +5,6 %), sous l’effet de la hausse limitée du prix du maïs (+3,4 % après +28,9 %) et de la stabilité de celui du riz (–0,1 %). Les cours de la viande bovine se sont redressés (+3,9 %) alors que ceux du sucre se sont repliés (–9,8 % après +11,3 %) en raison de l’amélioration des perspectives de récoltes au Brésil et du recul de la demande des utilisateurs finaux.

12:30 PM
MARKETS - Mid-Morning Comment: Markets Grind Lower As Fed-Induced Rally Peters Out; Eyes On Spain - Ishaq Siddiqi, ETX Capital

Soft trading across European equities this morning with only Greece’s national index being the standout gainer on weekend reports the country may able to negotiate an extension of its austerity targets with euro zone governments. That however does mean additional funding for Greece which is likely to be met with some opposition.

On the whole today, trading volumes are light with no major economic data out – the US Empire State Manufacturing report where we are expected to see a slight improvement being the only highlight. For now, investors appear to be comfortable with taking some cash off the table after the Fed’s QE3-induced rally evaporates and attention turns to the drama in the euro zone, particularly the lack of meaning development on Spain’s stance in regards to tapping into the ECB’s latest bond-buying scheme.

The EcoFin meeting which was held over the weekend failed to yield any significant progress with ministers divided over banking union proposals and the timing to employ banking reforms. Euro ministers did however express approval of the German high court’s passing of the ESM and progress made by Ireland and Portugal on their austerity programmes. The attention is now squarely on Spain and its ministers to see if the country will indeed ask the ECB for help – however, with the country’s bond yields easing considerably over the past few sessions, there is a degree of uncertainty over the country’s next move. The real hurdle for Spain will come next month as it tests appetite for debt [around EUR20 billion of bonds].

Looking ahead to the US session, ETX Capital predicts a weak market open with the DOW 30 starting around 13 points lower while the S&P 500 lower by 3 points. Until the release of the manufacturing report from the US, stock indices look pretty directionless with the next major focus on tomorrow’s UK CPI and German ZEW releases.

02:00 PM
ECONOMY - Global Economic Weekly - Bank of America Merrill Lynch

- Global: cushioning the blows
Global financial conditions are easing on the back of forceful central bank action, as expected. But the persisting recession in Europe and the approaching fiscal cliff in the US are still likely to weigh on global growth.
- United States: Forceful Open-ended Monetary Commitment
Many commentators are treating the Fed’s new policy as just another quantitative easing—QE3. We disagree: this is QE3, QE4 and perhaps QE5 combined. We expect more than $2 trillion in asset buying over the next two years.
- Euro area: end of the end of the world; but no growth yet A number of key decisions have been made in Europe, removing a sizeable amount of financial tail risk. But the policy-mix remains unfavourable to growth and Greece fate remains to be determined.
- Japan: a test of BoJ's assessment of the economy
We believe the BoJ is most likely to ease at the 30 October meeting, when it might downgrade its growth forecast in its semiannual Outlook Report. But if the yen continues to rise, the BoJ might do so sooner.
- Emerging Asia: growth and stock markets in 2012
Some equity markets were more responsive to domestic growth than others, and will probably be more protected from global risks for the remainder of the year.
- Emerging EMEA: Russia - committed to inflation targeting
The surprise rate hike by the CBR will likely have implications for the real economy by deteriorating liquidity conditions in the banking system and creating considerable downside risk to growth in 2H.
- Latin America: Brazil - credit market to improve
After strong credit expansion in recent years, data this year show some accommodation in credit growth. We forecast credit markets to start reversing this deteriorating trend.
- UK: labor market defying gravity
The ongoing strength of employment contrasts starkly with the weakness of GDP. But cross-country evidence shows that such puzzles are by no means unique to the UK.
- Australia: GDP growth to slow
With Australian GDP figures released last week, this week we take the opportunity to refine our forecasts, with the expectation that growth will slow in coming quarters from what has been a surprisingly strong pace.

03:00 PM
ECONOMY - Braquage à l'américaine... à la FED ! - Tribune de Charles Sannat

Avertissement : Il n'y a aucune erreur dans les montants annoncés.

Le courage de quelques hommes
Alors que Ron Paul mène une bataille épique contre la FED, la banque centrale américaine, une première victoire a été obtenue par cet homme politique avec la divulgation, en juillet 2011, d'un rapport du GAO (Gouvernment Accountability Office) qui est l'organe d'Etat de vérification des comptes du Sénat.
En quelques mots, Ronald Ernest « Ron » Paul (né le 20 août 1935) est un homme politique américain, membre du Parti républicain, représentant du Texas à la Chambre des Représentants (de 1976 à 1985, et de nouveau depuis 1997).
Partisan du libertarianisme, il préconise un État fédéral au rôle limité, de faibles impôts, des marchés libres, une politique étrangère non interventionniste ainsi qu'un retour à des politiques monétaires basées sur des métaux (or, argent) pour étalon.
Il est parfois surnommé « Doctor No » au Congrès parce qu'il vote contre toutes les lois qui, selon lui, violent la constitution américaine ou qui augmentent les impôts ou les revenus des membres de la Chambre des Représentants.

Des montants phénoménaux
A titre d'étalon de comparaison, le PIB de la France, c'est-à-dire l'ensemble de la richesse produite en un an en France, s'élève à environ 2 000 milliards d'euros. Notre budget, en tout cas l'ensemble des recettes de l'Etat, est d'environ 350 milliards d'euros.
Le premier audit de la Réserve fédérale a permis de découvrir de nouveaux détails sur la façon dont les États-Unis ont fourni la modique somme de 16 000 milliards de prêts secrets pour renflouer les banques américaines et étrangères ainsi que les entreprises durant la pire crise économique depuis la Grande Dépression.
Il ne faut pas non plus oublier les (plus de) 10 000 milliards de dollars prêtés via des accords de swap aux autres banques centrales et dont la BCE, la banque centrale européenne, a été la première bénéficiaire avec plus de 8 000 milliards de dollars.
Il faut donc retenir que, sur une période allant de 2007 à fin 2008, les Etats-Unis ont injecté plus de 26 000 milliards de dollars dans le système financier international.
Phénoménal !
Vous comprenez pourquoi Ron Paul et quelques hommes politiques le plus souvent « marginaux » mènent une bataille épique contre la FED pour la forcer à se prêter à des audits indépendants et surtout réguliers. Car ces chiffres ne concernent qu'une période d'environ un an et demi. Et depuis?

Bernie Sanders US Senator For Vermont
Pour ce sénateur américain qui a dirigé cette mission d'étude, la situation est claire et sans ambiguïté.
« A la suite de cette vérification, nous savons maintenant que la Réserve fédérale a fourni plus de 16 000 milliards de dollars en aide financière totale aux plus grandes institutions financières et à de grandes sociétés aux États-Unis et dans le monde. »
« Il s'agit d'un cas évident de socialisme pour les riches et d'individualisme pour tout les autres. »
Pour le sénateur Sanders, « Aucune agence du gouvernement des États-Unis ne devrait être autorisée à procéder au renflouement d'une banque étrangère ou d'une société sans l'approbation directe du Congrès et du président. »
Pourtant c'est bien ce qui s'est pas passé dans la plus grande opacité et sans contrôle démocratique.

Des conflits d'intérêts évidents
L'organe d'enquête du Congrès a également déterminé que la FED ne dispose pas d'un système complet destiné à régler et prévenir les conflits d'intérêts, malgré le potentiel élevé d'abus.
En effet, toujours selon le rapport, la FED a fourni des « dérogations de conflit d'intérêts » aux employés et aux entrepreneurs privés afin qu'ils puissent maintenir leurs participations dans les mêmes institutions financières qui recevaient et qui donnaient les prêts d'urgence.
Il est notamment cité le Directeur Général de JP Morgan Chase, membre de la Réserve Fédérale de New York, alors que dans le même temps sa banque (JP Morgan) a reçu plus de 390 milliards de dollars en aide financière de la part de la FED.
On apprend également, et ce manière totalement officielle, que Morgan Stanley a reçu près de 108 millions de dollars de commissions pour aider la FED à gérer le plan de sauvetage notamment d'AIG.

Des banques françaises qui vont si bien
Ce rapport montre également que quelques grandes banques françaises ont bénéficié d'aides particulièrement importantes alors que l'on vous expliquait doctement que tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.
Ainsi BNP Paribas, à travers les programmes TSLF et TAF, a perçu plus de 105 milliards de dollars, tandis que la Société Générale (à qui je vous le rappelle l'affaire Kerviel aurait coûté 5 milliards d'euros) aurait perçu environ 124 milliards de dollars...
La palme revient à une banque américaine, Citigroup, avec la modique somme de 1 756 milliards de dollars. Mais à ces niveaux, on est plus à un ou deux milliards près...

Une triple conclusion s'impose.

1/ Il s'agit bien du plus grand hold-up jamais organisé dans l'histoire économique du monde.
Je pense qu'il fallait sauver le système ou, à tout le moins, lui permettre d'éviter un effondrement brutal qui aurait entraîné le monde dans un cataclysme majeur.
Mais ce n'est pas une raison pour faire n'importe quoi.

2/ Le système financier mondial continue à aller très mal. Les données récentes manquent pour avoir une vision claire de la situation. Ce qui est sûr, c'est que l'or a encore de beaux jours devant lui lorsque l'on voit les montants de « fausse » monnaie en jeu.

3/ Enfin, comme le dit le sénateur Sanders, « La Réserve fédérale doit être réformée pour répondre aux besoins des familles qui travaillent, et pas seulement des PDG de Wall Street. »
Mais cela devrait aussi s'appliquer à la banque centrale européenne qui d'ailleurs a annoncé, par la voie de son Gouverneur Mario Draghi, que les données des rachats illimitée d'obligations seraient rendues publiques pour certaines toutes les semaines et pour d'autres tous les mois.
C'est déjà un bon début.

L'auteur en quelques mots...
Charles SANNAT, diplômé de l'Ecole Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques, est Directeur des Etudes Economiques d'AuCOFFRE.com et rédige quotidiennement des articles sur l'actualité économique dans Le Contrarien Matin, journal gratuit accessible chaque jour sur le site d'AuCOFFRE.com.

QUOTATIONS, INDICES and RATES - Updated daily by Finyear.

Tableau de bord financier - Financial Dashboard

Cotations, indices et taux. Mise à jour quotidienne par Finyear.
Quotations, indices and rates. Updated daily by Finyear.

Link : http://www.finyear.com/Tableau-de-bord-financier-Financial-Dashboard_a15066.html

Lundi 17 Septembre 2012

Nouveau commentaire :

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez la newsletter quotidienne


Le Magazine

Lettres métiers

Livres Blancs