Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 11, 12 (5th update)


Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - Daily news & daily views by Finyear.




Economy, Markets, Ratings, Statistics and Rates - September 11, 12 (5th update)






















MARKETS & ECONOMY - Commentaries of the day

From the opening bell to close, our commentaries keep you updated with the latest market action.

08:30 AM

Morning Call: European Markets Trade Lower On Weak Overnight Leads; Eyes On Fed

European equity markets are trading slightly lower this morning on the back of a weak finish in the US with stocks selling off heavily into the close on resurfacing worries about Greece and lower markets across the board in Asia on renewed concern about the Chinese economy as recent stimulus measures seem to be insufficient so far in turning the economy around. With the data schedule being on the light side today, traders are expected to remain cautious and reluctant to establish new positions ahead tomorrow’s German constitutional court verdict concerning the legality of the ESM and Thursday FOMC meeting. With the outcome of the German constitutional court anything else than certain and similar as there are still doubts that Thursday’s FOMC meeting indeed will finally yield new stimulus measures, markets most likely will be confined to range-trading today with some profit taking to be expected as traders and investors alike are taking some money off the table.

Markus Huber - Head of German HNW Trading - ETX Capital

09:00 AM

Economy: European recession slowing global economy, says OECD

The global economy is slowing, with key European countries entering a recession that is now having an impact worldwide, the OECD said in its latest Interim Economic Assessment.

The Assessment, presented in Paris by Chief Economist Pier Carlo Padoan, says that the G7 economies are expected to grow at an annualised rate of just 0.3 percent in the third quarter of 2012 and 1.1 percent in the fourth. It warns that the continuing euro area crisis is dampening global confidence, weakening trade and employment and slowing economic growth for OECD and non-OECD countries alike (See the Chief Economist’s presentation).

“Our forecast shows that the economic outlook has weakened significantly since last spring,” Mr Padoan said. “The slowdown will persist if leaders fail to address the main cause of this deterioration, which is the continuing crisis in the euro area.”

The OECD projects that the euro area’s three largest economies – Germany, France and Italy – will shrink at an annualised rate of 1 percent on average during the third quarter and at 0.7 percent in the fourth.

Seen individually, the German economy is expected to contract at an annualized rate of 0.5 percent in the third quarter and at 0.8 percent in the fourth. The French outlook is slightly better, with contraction at an annualised rate of 0.4 percent in the third quarter followed by a slight pick up in growth at 0.2 percent in the fourth. In Italy, the deep recession will continue with contraction at an annualised rate of 2.9 percent in the third quarter and 1.4 percent in the fourth.

The weak growth outlook is expected to push unemployment beyond today’s already high levels. “Resolving the euro area’s banking, fiscal and competitiveness problems is still the key to recovery,” Mr Padoan said.

While the United States is affected by the euro area slowdown, growth is nonetheless projected at an annualised rate of 2 percent in the third quarter and a 2.4 percent pace in the fourth. Canada is set to grow at a rate of 1.3 percent during the third quarter and 1.9 percent during the fourth. The Japanese economy is projected to contract at an annualised rate of 2.3 percent during the third quarter and hover around a zero growth rate in the fourth.

“A number of downside risks threaten the outlook, including the potential for further increases to already high oil prices, excessive fiscal contraction, notably in the United States in 2013, and further declines in consumer confidence linked to persistent unemployment,” Mr Padoan said.

La récession européenne ralentit l’économie mondiale, selon l’OCDE

L’économie mondiale se ralentit, les pays européens entrant dans une récession dont les effets se font maintenant sentir à l’échelle mondiale, estime l’OCDE dans sa dernière Évaluation économique intermédiaire.

Selon l’Évaluation, présentée à Paris par le Chef économiste Pier Carlo Padoan, le taux de croissance annualisé des économies du G7 ne dépassera probablement pas 0.3 % au troisième trimestre de 2012 et 1.1 % au quatrième trimestre. La crise persistante de la Zone euro pèse sur la confiance au niveau mondial, affaiblissant le commerce et l’emploi et freinant l’expansion économique tant dans les pays de l’OCDE que dans les pays non membres de l’Organisation (voir la présentation du Chef économiste).

« Nos prévisions font apparaître une nette dégradation des perspectives économiques depuis le printemps dernier », a déclaré M. Padoan. « Le ralentissement continuera si les responsables ne parviennent pas à traiter la principale cause de cette détérioration, qui est la crise persistante de la Zone euro ».
L’OCDE prévoit, pour les trois plus grandes économies de la Zone euro – l’Allemagne, la France et l’Italie – un fléchissement moyen de 1 %, en rythme annuel, au troisième trimestre et de 0.7 % au quatrième.

Plus précisément, l’économie allemande pourrait se contracter de 0.5 % en taux annuel au troisième trimestre et de 0.8 % au quatrième. Les perspectives pour la France sont un peu meilleures, avec un fléchissement de 0.4 % en taux annuel au troisième trimestre, suivi d’un léger redressement de la croissance à 0.2 % au quatrième trimestre. En Italie, la profonde récession continuera, avec une contraction en rythme annuel de 2.9 % au troisième trimestre et de 1.4 % au quatrième.

Ces perspectives médiocres vont sans doute aggraver encore le chômage, déjà élevé. « Résoudre les problèmes bancaires, budgétaires et de compétitivité de la Zone euro reste la clé de la reprise », selon M. Padoan.

Même si les États-Unis ressentent le ralentissement dans la Zone euro, la croissance devrait néanmoins s’y établir à un taux annualisé de 2 % au troisième trimestre et de 2.4 % au quatrième. Au Canada, la croissance est attendue à 1.3 % au troisième trimestre et 1.9 % au quatrième. Au Japon, l’activité pourrait fléchir de 2.3 % en taux annuel au troisième trimestre, avant de connaître une croissance quasiment nulle au quatrième trimestre.

« Un certain nombre de risques pourrait contraindre à revoir les perspectives à la baisse, notamment l’éventualité de nouvelles hausses des prix déjà élevés du pétrole, une contraction budgétaire excessive, notamment aux États-Unis en 2013, et une érosion continue de la confiance des consommateurs, liée à un chômage persistant », a déclaré M. Padoan.

01:00 PM

Markets Under Pressure Before Key Events; Burberry Shares Knocked

European financial markets are under pressure today, as hesitation before the German constitutional court ruling tomorrow and the Fed’s policy meeting on Thursday continues to build.

Although market expectations are for a ruling in favour of the ESM by the German court and more stimulus by the Fed, investors are still uncertain of both outcomes given the mixed messages from Germany and its Bundesbank and worries that the Fed may again delay a response at Thursday’s meeting given that we have the US elections in November.

Throwing in further worries, Spain’s PM has so far refused to request an official bailout, delaying help from the ECB – the PM says the government there is analysing the ECB’s latest bond buying plan but investors are clearly losing their patience with the country, especially as it has around EUR20 billion worth of bonds to sell next month.

With no major economic data due today, the attention is squarely on tomorrow and Thursday to inject some life into market activity. In stocks, UK fashion retailer Burberry shares have been smacked after the group reported a warning on profits - as such, the pan-European retail sector is under pressure with LVMH in France shedding losses.

Looking ahead, nothing major out on the economic diary with only US trade balance data due. Markets on Wall Street are tipped to open a little higher after yesterday’s losses, however are likely to see similar hesitation by traders heading into the Fed’s meeting this Thursday. ETX Capital currently sees the DJIA up around 23 points and the S&P 500 up around two points.

Ishaq Siddiqi - Market Strategist - ETX Capital

02:00

Le programme OMT (Outright Monetary Transactions) de la BCE fait encore gagner du temps à la zone euro

Selon Léon Cornélissen, économiste en chef chez Robeco « le programme d’achat d’obligations de Mario Draghi semble, pour le moment, avoir mis un frein à la crise de la zone euro.» Si Léon Cornelissen applaudit cette décision il reste inquiet concernant les perspectives à moyen terme. Explications…

Points clés
- Le nouveau programme OMT fait gagner du temps à la zone euro
- En prévision : achat illimité d’obligations périphériques à court terme
- Une conditionnalité stricte sera appliquée
- La BCE ne modifie pas les taux et revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 et 2013

La nouvelle politique d’achat d’obligations sur le marché secondaire de la BCE – dénommée Outright Monetary Transactions (OMT) – a encore fait gagner du temps à la zone euro. Selon nous, la proposition de la banque centrale d’acheter en illimité des titres périphériques devrait mettre un frein à la crise dans les six prochains mois, même si la Grèce sort de la zone euro. Une crise aiguë de liquidité a été évitée et ce n’est plus un souci. Mais la solvabilité de l’Espagne et de l’Italie reste un problème bien ancré. Cette mesure de relance est à court terme et elle sera insuffisante pour que l’Espagne retrouve une base solide.

Mario Draghi a tenu ses engagements
Pour résumer, le président de la BCE Mario Draghi a tenu ses engagements. Les enjeux étaient de taille et sa position “réussir à tout prix” mettait sa crédibilité en jeu.
En prévision de cette réunion de la BCE, nous avions déclaré il y a quelques jours que des mesures trop modérées, comme de limiter la taille de l’intervention, seraient catastrophiques pour l’image de la BCE. Elle devrait en effet se montrer prête à user de sommes importantes.
Et c’est exactement ce que Mario Draghi a fait. Le programme OMT est illimité. Selon Monsieur Draghi, il est donc “adapté pour nous aider à atteindre nos objectifs”. Il a déclaré vouloir que l’OMT soit perçu comme “une protection pleinement efficace contre le risque extrême en zone euro“.

Renforcer les titres à court terme
Un autre point clé du programme est que la BCE se concentre sur les titres de maturité allant de un à trois ans. En limitant ainsi ses achats aux maturités courtes, Mario Draghi a pu décrire sa stratégie comme une politique monétaire classique, en accord avec les principales attributions de la BCE. En effet, l’OMT est estimée être “un ensemble de caractéristiques techniques” sur les marchés obligataires secondaires visant à “protéger une transmission appropriée de la politique monétaire”.
Ce point était important pour Mario Draghi afin de minimiser l’opposition de la Bundesbank. La difficulté pour le président de la BCE consistait à mettre en équilibre une solide défense de l'euro et la nécessité de rester dans les limites du mandat de la Banque centrale. Il semble avoir réussi.
Il ne s’agit pas seulement d’une question de taille, cependant. Une conditionnalité stricte et efficace sera aussi mise en place : les pays devront demander officiellement de l’aide à la zone euro afin que l’achat d’obligations commence, ils devront suivre en retour les stricts programmes de réforme économique et la BCE devra arrêter d’acheter leurs titres s’ils n’arrivent pas à respecter les conditions de subvention.
Cela a des implications pour l’Espagne, qui hésite à formuler une demande d’aide officielle face à de telles conditions. La balle est donc maintenant dans le camp espagnol.
Les autres conditions de l’OMT sont que la BCE sera traitée de la même manière que n’importe quel acheteur d’obligations (et non comme le premier créancier), tandis que les liquidités seront entièrement gelées. Ceci signifie que la BCE ne créera pas davantage d’argent pour payer ses achats d’obligations. Au lieu de cela, elle prendra la somme équivalente dans d’autres sections du système. L’idée est de s’assurer qu’il n’y ait pas d’inflation de l’offre monétaire.

Pas de surprise
Les propositions de la BCE n’ont pas été surprenantes. Elles reflètent la capacité de Mario Draghi à suivre ces dernières semaines l'évolution de ses propositions grâce à une série de fuites, de discours (en particulier de Jörg Asmussen, le membre allemand du comité exécutif de la BCE) et de remarques au Parlement européen.

« Une décision quasi unanime du conseil d'administration »
Malgré tout, les opérations ne se sont pas déroulées sans encombre. Reconnaissant que la nouvelle politique n'a pas été votée à l'unanimité, Mario Draghi a admis qu'il y a eu au moins un avis contestataire lors de la réunion. S’il a refusé de nommer la personne concernée, comment ne pas penser à Jens Weidmann de la Bundesbank ?
Jens Weidmann a été évité, rejeté, « mis sur la touche » par Mario Draghi. A contrario la chancelière allemande Angela Merkel a apporté un soutien politique à la nouvelle structure par ses commentaires positifs peu après l’annonce.

Les problèmes ont été repoussés à moyen terme
Malgré tout, bien que la température de la crise de la zone euro ait diminué, elle est loin d’être revenue à la normale. Les questions ont simplement été repoussées. Les pays tiendront-ils leurs engagements? La bonne volonté politique de l’Italie et de l’Espagne sera essentielle. Et la BCE, s’en prendra-t-elle aux pays qui ne tiendront pas ces engagements ? Une troisième question en suspens concerne la taille insuffisante de l’ESM/EFSF, les fonds de subvention de la zone euro.

La BCE ne modifie pas les taux et revoit à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 et 2013
La BCE a maintenu son taux de référence à 0,75 %. Mario Draghi a indiqué qu’une baisse avait été suggérée lors de la réunion du 6 septembre, mais il a été décidé que le moment n’était pas bon. Il a ajouté que la dernière baisse avait été effectuée en anticipation du prochain ralentissement économique.
Ce manque d’action n’est pas une surprise. Selon nous, cela n'aurait été d’aucune utilité à ce stade. Le niveau du taux refinancement n’est pas très important économiquement et le programme était déjà très chargé avec le lancement de l’OMT et l’annonce des détails de la hausse de l’inflation.
En effet, l’inflation HICP annuelle de la zone euro a atteint 2,6 % en août selon les estimations d’Eurostat, contre 2,4 % en juillet. En outre, la BCE doit garder des réserves en cas d’évolution négative, comme une sortie de la Grèce.
Nous envisageons malgré tout une nouvelle action d’ici la fin de l’année, prévoyant une baisse de 25 points de base du taux refinancement au dernier trimestre 2012, alors que le taux de dépôt restera à 0 %. D’après ce que nous observons, ce sera tout pour les mesures sur les taux.

Révision à la baisse des prévisions macroéconomiques de la BCE
Alors que la situation macroéconomique est vraiment morose partout ailleurs, avec une confirmation de la baisse de 0,2 % du PIB de la zone euro au deuxième trimestre, avec la baisse des prévisions de croissance de l’OCDE pour 2012 et avec le nouveau point haut atteint par le chômage grec, à 24,4 %, la BCE a rejoint le club en révisant à la baisse ses prévisions de croissance pour 2012 et 2013.
Elle prévoit désormais une croissance de l’ordre de -0,6 % à -0,2 % pour 2012 et de -0,4 % à 1,4 % pour 2013.
Mario Draghi a déclaré que « la croissance économique dans la zone euro devrait rester faible en raison des tensions continues sur les marchés financiers et de l’incertitude croissante qui pèse sur la confiance et le climat. Un renforcement des tensions sur les marchés financiers pourra peser sur les risques, à la fois pour la croissance et l'inflation. »
La révision à la baisse des prévisions de croissance de la BCE était à prévoir. Les perspectives de croissance pour la zone euro se sont dégradées.

Texte rédigé le 6 septembre 2012, traduit de l’anglais.

04:00 PM

Market Wrap: European Equities Make A Mild Recovery Thanks To Solid US Session

European financial markets staged a mild recovery in the latter half of today’s session, with traders hopeful the German constitutional court will rule in favour of the ESM tomorrow and not delay the vote, as previously feared. Germany’s high court today confirmed that tomorrow’s ruling on the legality of the ESM will take place, raising optimism over a positive outcome. The ESM is expected to get a ‘yes’ vote, however it should be noted that any passage by Germany may mean tough conditions for euro zone countries who need the ESM in order to limit Germany’s future liabilities. Also tomorrow, we see the Netherlands going to the polls together with debt auctions in Italy and Germany, all of which are event-risks, so expect cautious trade and plenty of volatility.

Back to today, although economic data from Europe was rather thin on the ground, regional indices jumped up following a strong rise on Wall Street. Stocks across the pond gained after data showed optimism among small-business owners rose and the US trade deficit showed a slimmer gap than forecast. Despite the decent US data however, investors feel there is enough reason to warrant another round of stimulus by the US Fed this Thursday given the sluggish growth in the US jobs market.

This Thursday’s meeting is the key event for the week with expectations that the Fed is about to turn on the liquidity taps as the main driver behind the stronger price-action across global equities. That said, some market participants are worried that investors are getting ahead of themselves as the upcoming US elections could push the Fed to hold back from spurring growth just yet. Aside from German court ruling and some high profile bond auctions, we have UK jobs data and a euro zone industrial production report.

Ishaq Siddiqi - Market Strategist - ETX Capital


STATISTICS of the day

09:00 AM

GERMANY - Federal Statistical Office (Destatis)

Wholesale prices in August 2012: +3.1% on August 2011
Index of selling prices on wholesale trade

The index of selling prices in wholesale trade was up 3.1% in August 2012 on August 2011, as reported by the Federal Statistical Office (Destatis). Compared with July 2012, the index of wholesale prices rose by 1.1% in August 2012.

USA - US Census Bureau

Quarterly Financial Report - Manufacturing, Mining, Wholesale Trade, and Selected Service Industries

Manufacturing, Mining, Wholesale Trade, and Selected Service Industries CHART XML RSS Feed Get email alerts when this indicator is updated
Manufacturing corporations' seasonally adjusted after-tax profits were $149.0 billion for the second quarter of 2012, up $0.7 (+/- 0.4) billion from first quarter of 2012.

EUROPA - European Central Bank (ECB)

10 September 2012 - Payment Statistics for 2011

The European Central Bank (ECB) has today published the 2011 statistics on non-cash payments, which comprise indicators on access to and use of payment instruments and terminals by the public, as well as volumes and values of transactions processed through payment systems. Statistics are published for each EU Member State, in addition to EU and euro area aggregates and comparative data.

Payment instruments
The total number of non-cash payments in the EU, using all types of instruments, increased by 4.6% to 90.6 billion in 2011 compared with the previous year. Card payments accounted for 41% of all transactions, while credit transfers accounted for 27% and direct debits for 24%.
The number of credit transfers within the EU increased in 2011 by 4.4% to 24.9 billion. The importance of paper-based transactions continued to decrease, with the ratio of paper-based transactions to non-paper-based transactions standing at around one to five.
The number of cards with a payment function in the EU remained stable at 727 million (identical to the figure in 2010). This represented around 1.44 payment cards per EU inhabitant. The number of card transactions rose by 8.7% to 37.2 billion, with a total value of €1.9 trillion. This corresponds to an average value of around €52 per card transaction. Chart 1 below shows the use of the main payment instruments from 2000 to 2011.
The relative importance of each of the main payment instruments continued to vary widely across EU countries in 2011 (see Annex).
In 2011, the total number of automatic teller machines (ATMs) in the EU increased by 0.9% to 0.44 million, while the number of points of sale (POS) terminals increased by 3.2% to 8.8 million.

MORE: http://www.ecb.int/press/pr/date/2012/html/pr120910.en.html

10:00 AM

FRANCE - INSEE

Emploi salarié – Résultats du deuxième trimestre 2012

Le nombre de salariés en emploi dans les secteurs marchands diminue au deuxième trimestre 2012
L’emploi dans les secteurs marchands est en baisse au deuxième trimestre 2012 : -22 400 postes après +22 800 le trimestre précédent. Hors intérim, les destructions d’emploi marchand atteignent 3 500 postes ce trimestre. Sur un an, les secteurs principalement marchands détruisent 39 500 postes (soit une baisse de 0,2 %).

L’emploi en baisse dans l’industrie et dans la construction
Dans l’industrie, le recul est du même ordre que le trimestre précédent : -7 700 postes au premier trimestre 2012 après -6 200 le trimestre précédent. L’emploi dans la construction est en baisse au deuxième trimestre (-6 800 postes, soit -0,5 %) après un premier trimestre en hausse.
Sur un an, l’emploi dans industrie et construction est en repli, avec respectivement -21 700 et -11 600 postes.

L’emploi tertiaire marchand recule, l’intérim chute
Les effectifs dans l’intérim décroissent fortement (-18 900 postes, soit -3,3 %). La baisse de l’intérim atteint -54 800 sur un an. Les intérimaires sont comptabilisés dans le secteur tertiaire, quel que soit le secteur dans lequel ils effectuent leur mission.
Le secteur tertiaire hors intérim crée moins d’emplois au deuxième trimestre 2012 que le trimestre précédent (+11 000 après +26 100). Au total, l’emploi dans le secteur tertiaire décroît ce trimestre après avoir augmenté le trimestre précédent : -7 900 après +25 900 au premier trimestre 2012.

Plus: http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=30&date=20120911


RATES

Tableau de bord financier - Financial Dashboard

Cotations, indices et taux. Mise à jour quotidienne par Finyear.
Quotations, indices and rates. Updated daily by Finyear.

Link : http://www.finyear.com/Tableau-de-bord-financier-Financial-Dashboard_a15066.html

Mardi 11 Septembre 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs