Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Du global au local : quels choix pour la relation sièges-filiales ?


Equilibre des puissances et courroies de transmission




BearingPoint, un des leaders mondiaux en business consulting publie en partenariat avec la Formation Continue de Sciences Po un Livre Blanc intitulé : « Du global au local : quels choix pour la relation sièges-filiales ?

BearingPoint en partenariat avec la Formation Continue de Sciences Po a réalisé une enquête inédite sur le thème de la relation siège-filiales. Cette étude est le fruit d’une enquête menée auprès de 300 groupes français.

Si pour la majorité des répondants de l’étude (79%), le siège doit en priorité répondre aux besoins des filiales en termes de stratégie à mettre en place et de soutien financier, il est tout aussi intéressant de constater que les filiales auraient besoin de plus de support et de conseils sur les sujets métiers, sectoriels et fonctionnels.

Le mode réseau plébiscité
Sur la base des trois modèles classiques (Top Down / Bottom up / en réseau), la comparaison des modes de fonctionnement actuel et désiré permet d’analyser les relations entre sièges et filiales. Actuellement, le mode de fonctionnement en Top Down est cité en priorité (40%) devant le fonctionnement en Bottom Up (32%) et le fonctionnement en réseau (28%). Ce dernier chiffre est intéressant car il montre que cette approche, même si elle est aujourd’hui minoritaire, est tout de même citée par plus du quart des entreprises alors qu’un grand nombre d’interlocuteurs la considèrent encore comme une utopie.

Ainsi, 44% des répondants sont satisfaits du mode Top Down. Les 56% qui voudraient un changement plébiscitent le mode en réseau qui est cité dans plus de deux cas sur trois. Pour un responsable qui souhaiterait passer en mode Top Down, ils sont trois à solliciter un mode Bottom Up et dix un mode en réseau. Ces résultats sont proches quel que soit le secteur d’activité. Naturellement, il apparaît que la demande pour un fonctionnement en réseau est d’autant plus forte que le nombre de filiales est élevé.
On note aussi que le succès de ce modèle en réseau n’est pas uniquement le fait des filiales. Le développement d’une logique multisièges favorise aussi ce succès.

Néanmoins, trois tendances de fond vont rendre de plus en plus complexe le jeu d’équilibre entre siège et filiales.

1ère tendance / L’entreprise multisièges
On observe d’une part, le développement d’une logique de multisièges où il s’avère qu’une filiale peut répondre à deux sièges avec des domaines d'attribution spécifiques (central vs métier, métier vs géographique, etc.).
Ce phénomène tend à s’accentuer tout en étant mal maîtrisé par beaucoup de groupes. La question de la valeur du siège, des sièges, prend ici tout son sens au sein d’une structure non plus organisée en étoile, mais en multiples « hubs ».

2e tendance /. Entre global et local : le régional
Par ailleurs, la couche intermédiaire qu’est la région est en soi davantage perçue comme un relais que comme un co siège) va devoir gérer les enjeux intermédiaires entre le siège global et les filiales. Entre autonomie et contrôle, le niveau intermédiaire de la région va de plus en plus devoir trouver sa place avec une problématique de double articulation siège-région et région-filiales.
3e tendance / Le modèle sans filiales
Enfin, les modèles sans filiales refont surface. Si cette notion paraît surprenante, elle recouvre une réalité avec des types d'organisations relativement différents : certains ressortent des vieilles recettes puisées dans le négoce et l’exportation, modèles sans filiales avec partenaires locaux, exportation, succursales, etc. D’autres sont des modèles sortant davantage des sentiers battus tel le partenariat stratégique, l’organisation virtuelle, la JV, mais aussi les alliances (comme il peut en exister dans le domaine aérien par exemple). Là encore, de nouvelles opportunités existent sous réserve de bien appliquer des méthodes de management classiques dans ces structures qui le sont moins.

A propos de BearingPoint
BearingPoint est un cabinet de conseil indépendant dont le coeur de métier est le Business Consulting. Il s’appuie sur la double compétence de ses consultants en management et en technologie. Animés par un véritable esprit entrepreneurial et collaboratif, nos 3200 consultants sont engagés à créer de la valeur et obtenir des résultats concrets, aux côtés de leurs clients. Ils interviennent de la définition de la stratégie jusqu’à la mise en oeuvre des projets de transformation. Nous faisons nôtres les priorités de nos clients, c’est pourquoi depuis plus de 10 ans, les deux tiers de l’Eurostoxx 50 et les plus grandes administrations nous font confiance.
To get there. Together.
www.bearingpointconsulting.com

A propos de la Formation Continue de Sciences Po
L’objectif de Sciences Po est de délivrer une formation pluridisciplinaire orientée vers l’action et la prise de responsabilité dans une perspective internationale. Pour servir cet objectif, son projet éducatif repose sur le courage intellectuel, la capacité à affronter les difficultés et à assumer la complexité.
La formation continue partage cet objectif et chaque année, plus de 6 000 cadres et dirigeants d'entreprises françaises et étrangères, d'institutions publiques et d'organisations internationales, font confiance à Sciences Po. Lieux d’innovation et de production intellectuelle par excellence, les centres de recherche et les chaires de Sciences Po enrichissent l’offre pédagogique. Ils permettent aux enseignements de formation continue de bénéficier directement des dernières avancées de la recherche en sciences sociales dans cinq grandes disciplines : l’économie, la science politique, la sociologie, l’histoire et le droit qui apportent un fondement scientifique et théorique au décryptage des organisations.
Animées par un réseau exceptionnel d’intervenants, experts, dirigeants et créateurs d’entreprises, hauts fonctionnaires, journalistes, consultants ou chercheurs, les formations proposées constituent un lieu unique d’échanges et d’expertise sur les pratiques professionnelles ou sectorielles. Aujourd'hui, la Formation continue à Sciences Po, ce sont 14 Executive masters, 150 séminaires courts, 280 formations sur mesure pour plus de 100 entreprises et organismes publics.
www.sciences-po.fr/spf

Mardi 3 Janvier 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs