Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Dividendes : en mode récession ?


Les dividendes deviennent, de plus en plus, une part importante du return attendu d’un investissement en actions. Aujourd’hui, alors que le rendement du dividende est dans de nombreux pays équivalent, voire supérieur au rendement des obligations d’Etat, il est sage de reconsidérer les mérites de cette source de revenus.




L’histoire nous apprend que les stratégies d’investissement axées sur les entreprises distribuant des dividendes élevés tendent à bien performer en période de récession, certainement par rapport à d’autres types d’investissements en actions. Il y a toutefois un piège : dans la récession que nous traversons, nombre de sociétés devraient revoir leur dividende à la baisse eu égard au repli des bénéfices et à la multiplication des facteurs incitant à maintenir des liquidités au sein de l’entreprise, comme le resserrement des crédits bancaires et la déprime du marché des obligations d’entreprises.

Nous nous attendons à ce que les marchés d’actions atteignent leur plancher durant le trimestre en cours et estimons qu’en 2009, les actions seront plus ou moins stationnaires au sein d’une marge de fluctuation plutôt large. Les investisseurs resteront ainsi dans l’expectative jusqu’à ce qu’un « rallye » plus durable intervienne lorsque les bénéfices des entreprises auront atteint leur creux. Pendant cette attente, les dividendes peuvent constituer une source attrayante de revenus, à condition qu’ils ne soient pas amputés drastiquement. Par conséquent, il est plus important que jamais de connaître l’ampleur du repli causé par la récession.

Lors des précédentes récessions, les paiements de dividendes mondiaux se sont maintenus de façon exemplaire. Un recul des dividendes mondiaux agrégés n’a été enregistré qu’en 2002 et au milieu des années soixante-dix, et encore, il n’a même pas atteint 5%. Au cours de toutes les autres récessions, les dividendes ont continué à augmenter légèrement. Les sociétés sont en général très réticentes à l’idée de diminuer leur dividende, même lorsque leurs bénéfices se contractent, car une réduction de leur dividende implique un manque de confiance dans le futur, lequel est souvent pénalisé sévèrement pas les investisseurs. Les sociétés préfèrent alors distribuer temporairement une plus grande part de leurs bénéfices aux actionnaires. Bien que le taux de distribution ait été très faible aux cours de ces dernières années (35%), suggérant qu’une marge de manoeuvre importante existe, il semble toutefois que la baisse des paiements de dividendes sera cette fois plus prononcée que dans le passé. La raison est simple : cette fois ci, le secteur financier est au centre des problèmes. Or, ce secteur distribuait traditionnellement des dividendes élevés, lesquels ont représenté l’année passée un tiers du total des dividendes.

Nous nous attendons à ce que de nombreuses banques abaissent temporairement leur dividende, voire n’en distribuent pas, étant donné qu’elles sont contraintes de se recapitaliser alors qu’elles sont confrontées à la crise du crédit la plus importante depuis 1929. A l’échelle mondiale, nous estimons que le secteur financier (banques, compagnies d’assurances, immobilier) réduira ses dividendes d’environ 40%, amputant les paiements de dividendes mondiaux de 10 à 15%. Par ailleurs, les entreprises cycliques abaisseront également leur dividende, encouragée par le fait que cette fois, les investisseurs seront plus compréhensifs face à leur décision compte tenu des difficultés rencontrées par ces sociétés pour se financer sur les marchés des crédits. Pour l’industrie, les transports, la distribution, les médias, la construction et la chimie, nous tablons sur un recul moyen de 30%. Ceci aura pour résultat d’écorner les paiements de dividendes totaux de 6% supplémentaires.

Nous pensons que les dividendes des autres secteurs afficheront une plus grande résistance, bien que les compagnies pétrolières soient susceptibles de commencer à souffrir si les prix pétroliers venaient à descendre sous 50 dollars le baril. Les secteurs défensifs génèrent pratiquement la moitié des paiements de dividendes et ne devraient globalement pas être contraints à diminuer leurs dividendes. Au total, les dividendes mondiaux pourraient donc baisser de
15 à 20% durant la récession. Les dividendes européens, plus cycliques, pourraient se replier un peu plus. Toutefois, même après ces réductions, le rendement du dividende demeurera attrayant dans une perspective historique et en comparaison du taux d’intérêt sans risque.

En conclusion, nous pensons qu’investir dans des sociétés distribuant des dividendes élevés et durables continuera à être intéressant au cours des prochaines années, procurant une source de revenus stable et une évolution de cours plus avantageuse que le marché des actions pris dans son ensemble.

Point de vue sur les marchés
Novembre 2008

Par Ad van Tiggelen, Stratégiste Senior, ING Investment Management

Mention légale :
Les éléments contenus dans ce document ont été préparés dans un but exclusivement informatif et ne constituent pas une offre, ni un prospectus ou une invitation appelant à traiter, à acheter ou vendre un titre de placement quel qu’il soit ou à participer à une quelconque stratégie commerciale. Les investissements peuvent convenir à des investisseurs privés, à la condition qu'ils aient été recommandés par un conseiller reconnu, indépendant ou salarié, agissant pour le compte de l'investisseur, sur la base d'un contrat écrit. Si une attention particulière a été portée à la rédaction du présent document, son exactitude ou son exhaustivité ne peut faire l'objet d'aucune garantie ou déclaration, implicite ou explicite. Ni ING Investment Management, ni aucune autre compagnie ou entité appartenant au groupe ING, ni ses dirigeants, directeurs ou employés ne peuvent être tenus directement ou indirectement responsables des informations et/ou des recommandations, quelles qu'elles soient, contenues dans le présent document. L'information contenue dans le présent document ne devra jamais être considérée comme un conseil d'investissement individuel ou comme un avis juridique ou fiscal. Le présent document a été préparé, comme il se doit, avec toute l'attention et tous les soins requis. La présente information ne peut donner lieu à aucun droit. Pour l'obtention de conseils plus spécifiques, veuillez vous adresser à votre conseiller en placements. Aucune responsabilité, directe ou indirecte, n'est assumée relative à une perte éventuelle, subie ou encourue par des lecteurs ayant utilisé cette publication pour prendre des décisions. Les investissements sont soumis à des risques. Votre investissement peut augmenter ou diminuer et les résultats obtenus dans le passé ne sont pas indicatifs des résultats futurs et ne peuvent être, en aucun cas, considérés comme tels. Tous les produits et tous les titres de placement mentionnés dans le présent document comportent leurs propres risques et conditions générales, qui doivent être consultés individuellement par chaque investisseur, avant d'entamer une transaction quelconque. La présentation et les informations contenues dans ce document sont confidentielles et ne doivent pas être copiées, reproduites, distribuées ou transmises à qui que ce soit, sans l’approbation écrite préalable d’ING Investment Management France.

Mercredi 19 Novembre 2008
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs