Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Crise de la dette : le cas espagnol valide la théorie des dominos


Les bourses européennes restent sous pression. Le plan de soutien européen proposé le week-end dernier à l’Espagne pour assainir la liquidité de son système bancaire, n’occulte pas la réalité des difficultés.




Crise de la dette : le cas espagnol valide la théorie des dominos
Ce nouvel acte offre une bouffée d’oxygène aux banques espagnoles, écartant le risque d’une crise financière systémique. Mais il symbolise aussi le scénario tant redouté depuis près de deux ans par tout l’écosystème financier : la théorie des « dominos » est bel et bien en œuvre dans la crise de la dette européenne. Après l’Irlande, la Grèce ou le Portugal, c’est désormais au tour de l’Espagne, quatrième économie de la zone euro, d’accepter le soutien financier des institutions internationales (UE / BCE / FMI) pour refinancer son secteur financier et in fine, assurer la solvabilité de l’Etat. Concrètement, le prêt accordé par les pays de la zone euro serait fixé à 3 % et pourrait atteindre 100 milliards. Il serait versé par le MES et/ou le FESF au fonds public espagnol d’aide au secteur bancaire (Frob), lequel le redistribuera aux banques ibériques dont les bilans sont les plus en dégradés. Revers de la médaille, ce soutien financier d’urgence augmentera à terme le poids la dette espagnole, dont le coût est actuellement difficilement supportable. En effet, le taux d’emprunt espagnol à dix ans a flambé ces derniers jours à 7%, un niveau inédit depuis 1997.

La suite logique d’un tel effet de contagion, pourrait être la flambée des prochains « dominos » : les dettes italienne et française. L’Italie renoue avec la hausse tangible de son coût de financement, désormais à 6.21 % (taux à dix ans), en dépit des mesures d’austérité budgétaires et des réformes structurelles qui rassuraient les investisseurs en début d’année. La dette du pays a atteint un niveau record à 1.95 milliards d’euros en avril, soit plus de 120% du PIB.

Dans ce contexte, les indices européens soufflent le chaud et le froid, sans capituler pour autant. Le Cac 40 tente tant bien que mal de s’arrimer autour d’une ligne de flottaison à 3.000 points. La volatilité demeure élevée et l’aversion au risque des investisseurs prédominante. Ces derniers vont rester prudemment sur leur position, attendant le résultat des législatives grecques, seule véritable réponse sur le maintien du pays dans la zone euro.

Ce commentaire est signé Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France

A propos de CMC Markets : Fondé en 1989 par Peter Cruddas, CMC Markets est l’un des principaux courtiers en CFD dans le monde. A l’origine spécialisé sur le marché des devises (Forex), CMC Markets s’est rapidement positionné sur les CFD (Contract for Difference), avant de lancer en 1996 la première plate-forme globale de trading en temps réel sur le Forex. Désormais parmi les leaders mondiaux, CMC Markets est aujourd’hui présent dans 17 pays et compte plus de 75 000 clients actifs dans le monde. Présent en France depuis fin 2010, CMC Markets est enregistré auprès de l’Autorité des Marchés Financiers (AMF) et de l’Autorité de Contrôle Prudentiel (ACP). Plus d’info sur www.cmcmarkets.fr.

Lundi 25 Juin 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs