Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Consommation des ménages (24 mars 2009)


C’est la première alerte sérieuse sur la consommation des ménages.




Nicolas Bouzou
Nicolas Bouzou
En effet, au mois de février, la consommation en biens manufacturés a décroché de 2% par rapport à janvier. Sur un an, les dépenses s’inscrivent également en recul de 2%. Il faut remonter à avril 2008 pour retrouver un niveau de consommation mensuelle aussi bas. Certes, février a succédé à un bon mois de janvier (+1,7%). Il n’empêche, en tendance, les dépenses des ménages n’augmentent plus, et elles pourraient même désormais baisser.

Consommation de produits manufacturés

Consommation des ménages (24 mars 2009)

Seules les dépenses d’automobiles ont résisté en février (+0,2%), aidées par la prime à la casse. En revanche, l’équipement du logement diminue (-1,2%), tiré vers le bas par la baisse du marché de l’immobilier. Quant au textile-cuir, il s’effondre de 8,7%, tombant à un plus bas depuis avril 2003 ! Ce secteur fait les frais de la volonté des ménages de repousser au maximum les achats non essentiels.

Plus globalement, le décrochage de la consommation en février s’explique de trois façons :
- Le recul du pouvoir d’achat des ménages qui s’explique lui-même essentiellement par la hausse très rapide du chômage ;
- Le niveau de confiance des ménages qui demeure extrêmement bas ;
- La chute de la production de crédits à la consommation (-16,9% en février sur 1 an d’après l’ASF) notamment liée au rationnement du crédit opéré par les prêteurs en raison de l’augmentation très forte du risque. Ce point est important dans la mesure où le crédit à la consommation ne joue pas, dans la crise actuelle, son rôle contracyclique. On ne peut qu’espérer que ce phénomène ne sera pas aggravé par certaines dispositions du projet de loi sur le crédit à la consommation, notamment concernant les taux d’usure.

Dans ce contexte délétère, le recul de l’inflation (passée de plus de 3,6% pendant l’été à moins de 1% aujourd’hui) ne peut même pas soutenir les dépenses. Ce qui renforce l’idée selon laquelle, dans ce contexte, les mesures de relance par la consommation sont inopérantes, alors que très coûteuses sur le plan des finances publiques. « On ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ».

Inflation

Consommation des ménages (24 mars 2009)

Asterès met en place des outils d’analyse et de prévisions économiques à destination des entreprises.
- La société réalise des tableaux de bord et des lettres de veille sur l’économie française et internationale.
- Asterès répond aux besoins d’études et de prévisions économiques préalables à une opération stratégique dans un marché émergent : implantation, partenariat, prospection commerciale…
- Asterès organise pour le compte de ses clients des séminaires et des formations intra-entreprises.

L’analyse économique au service des stratégies d’entreprise

Nicolas Bouzou - Gérant de ASTERES (Analyses et Prévisions Economiques)
 
 
Nicolas Bouzou est à votre service pour animer ou diriger vos conférences :
 
 
 


Vendredi 27 Mars 2009
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News