Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Conjoncture industrielle en France - Début de freinage


La conjoncture industrielle commence à freiner. Certes, la demande est restée assez soutenue au troisième trimestre, surtout dans le secteur des biens d’équipement. A l’inverse, la demande s’est fortement affaissée dans l’automobile, preuve que les constructeurs français ne semblent toujours pas les mieux placés pour répondre à un marché qui, pourtant, se reprend. Globalement, on voit également que la demande étrangère se dégrade plus vite que la demande interne, ce qui n’est pas surprenant dans la mesure où la croissance du troisième trimestre s’est probablement amoindrie aux Etats-Unis et en Europe occidentale.




Concernant les trois mois à venir, les industriels sont prudents et anticipent un nouveau tassement de la demande (en dehors de l’agro-alimentaire, aucun secteur n’attend d’amélioration). Les chefs d’entreprises ont intégré les risques qui pèsent sur la croissance mondiale ainsi que la folle appréciation de l’euro par rapport au dollar. Ce moindre optimisme risque de se répercuter sur leurs décisions d’investissements au quatrième trimestre.

Conséquence de la bonne tenue de la demande au troisième trimestre, le taux d’utilisation des capacités de production dans l’ensemble de l’industrie s’est élevé à 85,9%, un plus haut depuis le deuxième trimestre 2001. Il est toutefois difficile d’en tirer la conclusion que l’investissement va fortement repartir. Car, certes, l’appareil de production est très sollicité. Mais, en même temps, les industriels pensent qu’il le sera moins dans les mois qui viennent. Ainsi, si reprise de l’investissement il y a eu au troisième trimestre, elle s’est faite a minima.

L’enquête montre, de la même façon, que les destructions d’emplois dans l’industrie se sont atténuées au troisième trimestre. Les anticipations concernant la fin de l’année sont plutôt bonnes. Mais, dans un contexte d’incertitude maximum, les embauches seront très réduites. D’autant plus que, et c’est un mal très français, les industriels éprouvent, de toutes façons, de plus en plus de mal à trouver de la main d’œuvre (surtout des ouvriers qualifiés). Ce sont donc les heures supplémentaires qui serviront de variable d’ajustement dans les prochains mois, ce processus étant rendu plus facile par les récentes dispositions fiscales. D’ailleurs, l’enquête montre que la durée du travail reste très élevée, et que les industriels comptent l’allonger encore plus dans les mois qui viennent (surtout dans les biens d’équipement et l’automobile) ! En gros, tout vaut mieux qu’embaucher !

L’industrie est le premier secteur à capter l’ambiance de la conjoncture internationale. Les branches industrielles agissent comme courroie de transmission de la croissance mondiale vers la croissance française. Le scénario global qui ressort de l’enquête publiée ce matin apparaît clair : l’investissement et les exportations se sont certainement repris au troisième trimestre, avant de fléchir au quatrième trimestre. Sur l’ensemble de l’année 2007, la production industrielle aura crû de 1,1%, un chiffre compatible avec une augmentation du PIB de 1,8%.

Nicolas Bouzou

Nicolas Bouzou - Gérant de ASTERES (Analyses et Prévisions Economiques)
Nicolas Bouzou est à votre service pour animer ou diriger vos conférences :


Lundi 12 Novembre 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News