Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Comptes annuels selon les normes comptables internationales IFRS : les entreprises suisses se montrent exemplaires...


Les entreprises suisses se montrent exemplaires dans l’application des International Financial Reporting Standards (IFRS) pour l’établissement de leurs comptes annuels.




C’est ce qui ressort d’une nouvelle étude du cabinet d’audit et de conseil Deloitte. L’« IFRS Survey 2010 » montre aussi que les dépréciations de goodwill dans les comptes annuels 2009 après la crise financière et économique se révèlent bien moins importantes qu’attendu. Selon l’étude, les entreprises en Suisse devront à l’avenir relever un certain nombre de défis en vue des nombreux changements réglementaires attendus.

L’analyse a porté sur les comptes annuels de 30 grands groupes industriels et commerciaux suisses cotés en bourse (SIX) totalisant une capitalisation de marché de CHF 572 milliards (soit 62% de la capitalisation boursière suisse). Dans un souci de cohérence de l’analyse, les sociétés financières, banques et assurances ont été exclues du panel étant donné les problématiques comptables qui leur sont propres.

Bien que les entreprises suisses aient été confrontées en 2009 à un certain nombre de nouveautés et modifications au niveau des normes IFRS, le délai moyen de publication est resté stable par rapport à l’an dernier soit 55 jours après la clôture. La situation en Suisse est ainsi comparable à celle de la France et de la Grande-Bretagne où des études similaires ont été réalisées. Le nombre de pages moyen est resté quasiment identique à celui de l’année précédente. « On voit que les processus internes pour l’établissement des comptes annuels fonctionnent bien dans la plupart des entreprises. Dans l’ensemble, nous avons pu constater que les comptes annuels des entreprises suisses sont détaillés, fiables et de haute qualité », affirme Fabien Bryois, Senior Manager Audit chez Deloitte et co-auteur de l’étude.

Pour Deloitte, la suppression de la méthode dite du corridor telle qu’annoncée dans le projet de révision de la norme IAS 19 Avantages au personnel, affectera très sensiblement les fonds propres des groupes faisant partie du panel. En effet, les deux tiers des groupes analysés devront reconnaître d’un seul coup l’intégralité de leurs engagements de retraites dans leurs fonds propres. Selon les estimations, ceux-ci diminueront en moyenne de 5%.

Les entreprises ayant appliqué une nouvelle norme de manière rétrospective ou ayant fait une reclassification dans leurs comptes ont dû pour la première fois présenter deux bilans comparatifs. Ainsi, au vu des évolutions attendues des IFRS, et à l’instar de 7 des groupes de notre panel, Deloitte estime que la présentation de trois bilans pourrait devenir la norme dans le futur.

Autres résultats de l’étude :

- Les dépréciations de goodwill attendues après la crise financière et économique se révèlent bien moins importantes qu’attendu – seules 4 des 30 entreprises sondées en ont enregistré dans leurs états financiers.
- Le reporting par segment selon la norme IFRS 8 entrée en vigueur en 2009 a entraîné moins de changements en termes de type et de nombre des segments que prévu. « Cela s’explique notamment par le fait que les entreprises suisses veillaient déjà par le passé à ce que le reporting externe corresponde au reporting interne, comme l’exige la nouvelle norme », déclare Fabien Bryois.
- Dans le cadre du reporting par segment, 69% des entreprises analysées privilégient les informations par secteurs d’activité, alors que 19% préfèrent se concentrer sur les zones géographiques.
- 60% des groupes analysés utilisent des indicateurs de performance tels que EBITDA ou EBIT ou font ressortir des soldes intermédiaires qui excluent les frais de restructuration, les pertes de valeur, les dépréciations des intangibles, par exemple. « Ces indicateurs n’étant pas normés par le référentiel IFRS, chaque entité peut avoir sa propre définition de la mesure de la performance et ainsi la comparabilité n’est plus possible. Il serait souhaitable que lors d’une future évolution des IFRS ces unités de mesure soient définies. » déclare Fabien Bryois.

Deloitte en quelques mots
Deloitte compte parmi les principales sociétés suisses fournissant des services professionnels dans les domaines de l’audit, de la fiscalité, du conseil en gestion et du Corporate Finance. Nous employons actuellement plus d’un millier de collaborateurs dans six villes : Bâle, Berne, Genève, Lausanne, Lugano et Zürich.

Mis à jour le mercredi 13 octobre 2010

Dimanche 7 Novembre 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News