Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 
 


              

Communiqué zone euro du 4 mai 2006 (Euler Hermes SFAC)

2006 : la zone euro reste à la traîne derrière les Etats-Unis et l’Asie malgré un taux de croissance en léger progrès. L’Espagne moteur de croissance ; Léger rebond pour l’Allemagne ; L’Italie en difficulté.


Selon la société d’assurance-crédit Euler Hermes SFAC, la zone euro reste bien en-deçà de la croissance mondiale (3,2%), des Etats-Unis (2,8%) et de l’Asie (7,5%), malgré une croissance de 1,7% en 2006, un de ses meilleurs scores depuis six ans. L’Espagne semble pourtant en mesure de redynamiser temporairement l’économie continentale, alors que l’Italie peine à se relancer. L’Allemagne devrait connaître un léger mieux en 2006, qui resterait toutefois temporaire, note l’assureur-crédit.




Zone euro : en progrès en 2006, poursuite du ralentissement en 2007 ?
La zone euro devrait connaître un sursaut de croissance en 2006. Ce chiffre de 1,7% constituerait certes l’un de ses meilleurs résultats depuis 2000, mais resterait toujours très loin des performances d’ensemble des autres pays : 2,8 % pour les USA, 2,2% pour le Japon … Face à une croissance mondiale de 3,2%, la zone euro restera en queue de peloton pour la cinquième année consécutive. L’embellie ne sera en outre que temporaire avant une année 2007 plus délicate, marquée par une hausse de 3 points de la TVA en Allemagne et ses dégâts collatéraux. La croissance européenne devrait être ramenée à 1,5%.

La perte de compétitivité de l’Eurozone aggrave le déficit de sa balance courante.

La compétitivité de la zone euro (mesurée par l’évolution des coûts salariaux horaires) s’est profondément dégradée aux cours des dernières années vis-à-vis des nouveaux pays industrialisés, mais également face au Japon et aux Etats-Unis. Il n’est alors pas surprenant que la balance commerciale et, dans son sillage, la balance courante aient plongé toutes les deux dans le rouge : cette dernière est en effet passée de +46 milliards d’euros en 2004 à -21 milliards en 2005, et la situation devrait encore s’aggraver en 2006 (-45 milliards d’euros). Ce sont désormais des pans entiers de l’industrie européenne (comme le textile en France, en Espagne, en Italie ou au Portugal) qui sont en passe de disparaître. Le déficit de la balance courante s’approchera ainsi de 1% du PIB en 2007.

L’industrie devra compter sur l’investissement pour compenser une demande des ménages atone.

Le redressement significatif du moral des chefs d’entreprise (notamment outre-Rhin) tranche singulièrement avec la faiblesse persistante de l’activité un peu partout en Europe. L’appareil de production n’est pas trop durement sollicité et il peut répondre, au moins temporairement, à tout accroissement de la demande. Ce sont donc principalement des dépenses d’équipement de productivité, dont le rôle d’entraînement sur l’économie est moindre, qui seront engagées. Globalement, la croissance de l’investissement ne parviendra pas à passer à la vitesse supérieure d’ici 2007, et évoluera sur une base annuelle moyenne légèrement supérieure à 3%.
« Les entreprises ne pourront en effet guère s’appuyer sur une forte consommation des ménages européens, dont le moral est en berne. La légère amélioration de la consommation prévue fin 2006 ne devrait être que la conséquence des anticipations d’achats des consommateurs allemands à la veille de la majoration de la TVA de 3 points (1er janvier 2007). Les achats progresseront donc d’à peine 1% en 2006 comme en 2007 » conclut Philippe Brossard, Directeur de la Recherche d’Euler Hermes SFAC.


Contacts presse :
Euler Hermes SFAC - Anne-Laure Guignard
01 40 70 54 00
anne-laure.guignard@eulerhermes.com

Ogilvy - Anne-Laure Bellon
01 53 67 12 77
anne-laure.bellon@ogilvy.com

Dimanche 21 Mai 2006
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News