Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Comment succéder à son manager ?


Enquête et conseils de Robert Half, leader mondial du recrutement spécialisé.




Comment succéder à son manager ?
Votre manager va-t-il céder sa place ? A qui ? Dans quelles conditions ?

Questionnement sur soi et préparation sont deux des conditions clés pour s’imposer selon la dernière étude de Robert Half Finance & Comptabilité, basé à Lyon pour la région Rhône-Alpes.
Un successeur qui reste encore à identifier…

A la question de savoir si les Directeurs Financiers pensent déjà avoir identifié leur remplaçant potentiel, 62,5% répondent par la négative.

La première raison évoquée, pour 36% des managers interrogés par Robert Half Finance & Comptabilité, est le manque de temps pour identifier et former cette personne. Vient ensuite, pour 24,5%, l’absence de talents en interne. Ces deux réponses doivent par conséquent inciter les talents à se faire remarquer.

Comment succéder à son manager ?

Comment succéder à son manager ?

Privilégier le potentiel interne, à condition qu’il se fasse connaître…

Si le recrutement externe de leur successeur est d’abord cité par les responsables interrogés (38%), la promotion interne demeure, à 62%, la ressource privilégiée (ressource locale pour 30%, ou internationale pour 32%). Le choix du canal interne invite, là encore, à savoir manifester ses qualités au sein de son entreprise.

Comment succéder à son manager ?

Les résultats présentés proviennent de l’enquête menée par un institut de sondage indépendant en janvier 2013 auprès de 200 Directeurs/Responsables Administratifs et Financiers français (échantillon représentatif d’entreprises).

Les 5 conseils d’Olivier Gélis, Directeur Général de Robert Half pour succéder à son manager…

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, un travail acharné et des connaissances techniques ne suffisent pas pour s’imposer comme successeur. Il est tout aussi nécessaire de développer une intelligence relationnelle, de renforcer le travail collaboratif avec son manager et ses subordonnés mais aussi avec ses pairs, de faire preuve de bon sens professionnel, et, enfin, d’avoir une vision à long terme pour l’entreprise, préconise Olivier Gélis :

1. Informez votre responsable – Discutez de vos objectifs professionnels et de votre envie de gravir les échelons hiérarchiques avec votre supérieur, en lui demandant de vous indiquer - avec franchise - quelles compétences vous devez acquérir ou développer, et quels enjeux vous devrez affronter.

Attendez-vous à être peut-être surpris par sa réaction : il se peut que votre manager pointe des faiblesses que vous ignoriez avoir, ou vous annonce que d’autres personnes sont susceptibles d’être promues avant vous...

2. Ne croyez pas que vous ferez mieux que lui – Il est tentant et facile de croire que l’on peut faire mieux que son responsable au même poste. Cependant, les responsabilités de ce supérieur sont certainement plus importantes et plus variées qu’en apparence. De plus, n’oubliez pas que votre manager a aussi des points forts et des points faibles : inspirez-vous de la manière dont il exploite ses points forts et gère ses points faibles. Et, surtout, gardez bien à l’esprit que votre patron est toujours celui qui dirige tant qu’il est à son poste. N’essayez pas de gravir les échelons à ses dépens : si sa confiance en vous s’érode, vous pourriez remettre en cause vos chances de lui succéder.

3. Collaborez étroitement – Devenir le bras droit de votre supérieur doit devenir votre objectif. Pour y parvenir, demandez à travailler avec lui sur certains projets, ou à l’aider sur certaines missions comme, par exemple, assurer l’interface sur un projet que votre manager s’inquiète de laisser en attente pendant ses vacances. Attention, votre responsable ne sera peut-être pas tout de suite à l’aise avec l’idée de déléguer. Mais si vous prouvez que vous êtes à la hauteur, il déléguera plus facilement la fois suivante. Durant cette période, observez les petits détails qui lui permettent de « marquer des points » : comment s’adresse-t-il à ses pairs des autres services quand il a besoin de leur aide ; comment encourage-t-il son équipe quand elle fait face à des délais très serrés ; comment gère-t-il les nombreuses requêtes qu’on lui soumet ?

Autre intérêt de cette collaboration ‘rapprochée’ : vous aider aussi à découvrir les tenants et aboutissants de son poste, et vous rassurer dans l’idée que vous êtes capable de relever le défi. De plus, vos collaborateurs et vos confrères commenceront à vous considérer comme un leader au sein du groupe.

4. Formez-vous – Pensez à développer dès maintenant les compétences nécessaires pour gravir les échelons. Soit en suivant des formations appropriées, soit en vous proposant pour des missions de perfectionnement. Vous serez peut-être alors encouragé(e) à prendre de nouvelles responsabilités, voire à changer de poste pour obtenir les compétences et l’expérience dont vous avez besoin. Vous pouvez aussi travailler avec un mentor, un supérieur hiérarchique, ou une personne dont l’évolution de carrière ressemble à la vôtre, qui pourra vous fournir de précieux conseils. Ce ‘mentor’ vous alertera aussi sur les écueils potentiels ou vous aidera à développer un réseau de soutien.

5. Choisissez votre propre remplaçant – Anticipez le fait qu’une promotion peut s’avérer plus difficile que prévue s’il n’y a personne pour assumer vos anciennes responsabilités. Commencez à réfléchir à la personne la mieux placée pour reprendre votre poste. Et s’il est sans doute bien trop tôt pour commencer à former officiellement votre successeur, vous pouvez néanmoins travailler avec votre supérieur pour l’identifier. Et n’oubliez pas que se positionner pour une promotion importante relève plus du marathon que du sprint, d’autant que la bonne opportunité ne se présentera peut-être pas avant plusieurs années. D’ici là, concentrez-vous sur les comportements et les tâches qui vous rapprocheront de votre objectif, en assurant un suivi régulier avec votre supérieur pour vérifier que vous êtes sur la bonne voie. Cela vous permettra d’être fin prêt(e) le moment venu.

Groupe Robert Half

Vendredi 28 Juin 2013
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs