Journal quotidien finance-innovation daily news
Financial Year Financial Year

Journal quotidien Finyear : finance-innovation all the year

 
 
 
 


              



Collaboration Banque-FinTech ? Chiche !


Revenues de leurs appréhensions initiales vis-à-vis des entrepreneurs qui affirmaient vouloir renverser leurs pratiques d'un autre âge, les institutions financières ne jurent plus désormais que par les opportunités de collaborer avec les startups de la FinTech. Beau programme, mais que proposent-elles exactement d'apporter dans la balance ?



Depuis plusieurs mois, les grands discours sont de sortie : point de salut pour la FinTech hors d'un rapprochement avec les banques ! Je l'ai déjà écrit (1), je ne crois pas que ce soit là le dernier mot de la disruption attendue. Toutefois, il est effectivement probable que cette approche se développe et devienne, à terme, une composante pérenne du paysage de la finance. Or, dans cette hypothèse, se pose la question de la valeur que retireront les nouveaux entrants d'un partenariat avec tel ou tel établissement.

En effet, si une relation étroite avec une jeune pousse est susceptible d'offrir des bénéfices clairement identifiés aux acteurs historiques (intégration accélérée de produits ou services innovants, apport d'une vision différente sur les métiers, introduction d'une culture d'agilité…), les termes du contrat peuvent se révéler plus difficiles à matérialiser dans le sens inverse. Promettre une expertise réglementaire, un socle de services de base, des processus rigoureux… est une chose, les délivrer en est une autre.

Imaginons, par exemple, le cas (hypothétique) d'une startup souhaitant développer une solution originale et ayant besoin, pour ce faire, de s'appuyer sur une infrastructure de compte courant existante (afin de ne pas dissiper toute son énergie à obtenir une licence et recréer un système sans valeur ajoutée pour son activité). Quelle banque est aujourd'hui capable de fournir ce service – clés-en-main, éprouvé et robuste, aisé et rapide à intégrer – à une entreprise tierce ? Je crains qu'il n'en existe que très peu.

Même dans le registre du partage d'expertise, il n'est pas certain que les spécialistes d'une grande banque soit toujours à même d'intégrer les paramètres spécifiques d'une petite structure, en pleine croissance, dans les conseils qu'ils prodigueront. En d'autres termes, miser sur la collaboration avec la FinTech ne s'improvise pas, il s'agit au contraire d'un choix stratégique, qui doit donc se préparer minutieusement (après en avoir d'abord défini les principes généraux et les objectifs visés).

À défaut, nous continuerons à voir les jeunes pousses multiplier les expérimentations et autres pilotes avec les grands groupes qui les courtisent sans relâche. Elles profiteront peut-être des programmes de mentorat, voire des aides financières qui accompagnent parfois les initiatives. Mais, au bout du compte, elles ne parviendront à mettre en place que des solutions « hors-sol » qui ne démontrent rien et ne débouchent jamais en production, parce que, quoi qu'il arrive, les fondations sont absentes.

Non seulement ces pseudo-collaborations sont-elles irrémédiablement vouées à l'échec, au préjudice de toutes les parties impliquées, mais elles constitueront aussi le terreau dans lequel la FinTech disruptive – la troisième vague (2) qui s'emparera d'une partie des marchés actuels de la banque – commencera à germer. En conséquence, il serait largement temps de créer, dans les institutions qui croient sincèrement à un rapprochement possible, les conditions d'un échange mutuellement fructueux...

(1) http://cestpasmonidee.blogspot.fr/2017/02/les-3-ages-de-la-fintech.html
(2) http://cestpasmonidee.blogspot.fr/2017/02/les-3-ages-de-la-fintech.html

Patrice Bernard
Fondateur du blog “C’est pas mon idée”

fr.linkedin.com/in/patricebernard





Les médias du groupe Finyear

Lisez gratuitement :

FINYEAR

Le quotidien Finyear :
- Finyear Quotidien

Sa newsletter quotidienne :
- Finyear Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Finyear, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Finance innovation & Digital transformation.

Ses 4 lettres mensuelles digitales :
- Le Directeur Financier
- Le Trésorier
- Le Credit Manager
- The Chief Digital Officer

Finyear magazine trimestriel digital :
- Finyear Magazine

Un seul formulaire d'abonnement pour choisir de recevoir un ou plusieurs médias Finyear

BLOCKCHAIN DAILY NEWS

Le quotidien Blockchain Daily News :
- Blockchain Daily News

Sa newsletter quotidienne :
- Blockchain Daily News Newsletter
Recevez chaque matin par mail la newsletter Blockchain daily News, une sélection quotidienne des meilleures infos et expertises en Blockchain révolution.

Sa lettre mensuelle digitale :
- The Chief Blockchain Officer

Mardi 30 Mai 2017
Notez


Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Recevez notre newsletter quotidienne comme plus de 40.000 professionnels de la gestion et de l'innovation financières



évènements


Lettres métiers


Livres Blancs



Blockchain Daily News