Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Coface : stagnation des défaillances depuis 2 ans et virage net à la baisse des créations.


Pour la deuxième année consécutive, les défaillances d’entreprises frôlent 60 000 cas et restent au-dessus du niveau d'avant-crise. Selon le bilan 2011 dressé par Coface, le nombre de défaillances s’est réduit de -2% environ par rapport à 2010. En revanche, le coût de ces défaillances pour les fournisseurs repart à la hausse.




Entamée en février dernier, la baisse du nombre de créations n’a cessé de se creuser pour atteindre -17% sur l'ensemble de l'année. Cette chute s’explique par une baisse importante des créations d’entreprises commerciales (dont les auto-entrepreneurs) représentant 84% de l’ensemble des créations.

"Si le nombre de défaillances tend à se stabiliser, le coût pour les fournisseurs est en forte hausse (+21% pour le seul mois de décembre), en raison de la faillite de plusieurs entreprises de taille importante. On constate aussi que la part des entreprises de plus de 20 ans représente près de 10% de l'ensemble des faillites, alors qu'elle n'était que de 6,7% il y a 3 ans. Ces chiffres prouvent que les entreprises, bien que mieux gérées et préparées qu'avant, continuent de subir les conséquences d’une crise qui s’éternise", commente Jean-Yves Bajon, Directeur général de Coface Services.

Nombre de défaillances en recul de -2% avec des disparités selon les régions et les secteurs
Sur l'ensemble de 2011, 59 535 entreprises ont été placées en redressement ou liquidation judiciaire. Ainsi, au niveau national, on enregistre une baisse du nombre de défaillances de -2% par rapport à 2010.
Le déséquilibre reste prononcé selon les régions. Alors que la Corse bénéficie d’une baisse de -2,5% du nombre de défaillances, suivie de la région Champagne-Ardenne, dix autres régions connaissent une hausse du nombre de leurs défaillances. Trois d'entre elles accusent même une hausse supérieure à 5%: la Picardie ( +9,8%), la Franche Comté (+7,3%) et le Centre (+7,2%).
Si 2/3 des secteurs d'activité terminent l'année dans le vert, comme en 2010, ce ne sont plus les mêmes. Après avoir connu une forte hausse des défaillances en 2010, la pharmacie connaît désormais une baisse d’environ -8%, tout comme le secteur de l'agriculture et de la pêche (-9,9%) et le secteur des biens d'équipement (-15%). Peu touché en 2010, le secteur des services financiers, quant à lui, fait face à une augmentation de +12,2% du nombre de défaillances.

Coface : stagnation des défaillances depuis 2 ans et virage net à la baisse des créations.

Coût des défaillances à la hausse
Le coût des défaillances pour les entreprises fournisseurs - celles qui avaient consenti un crédit à des sociétés en faillite - n'a pas suivi la tendance baissière annoncée en début d'année (-22% en 2010). Pour l'année 2011, il atteint 3 876 M€, en hausse de +2,7% en un an, subissant la forte hausse de +10,3% des défaillances des grandes entreprises.

Les fournisseurs continuent d’être les premiers créanciers des entreprises défaillantes : la part de la dette fournisseurs représente 26,6% dans le bilan de ces entreprises, de 10 points supérieure à celle de la dette bancaire. Pour comparaison, la part de la dette fournisseurs dans le bilan des entreprises en bonne santé est d’environ 9,6% et celle des banques environ 12,7%.

Légère amélioration pour l'emploi
Malgré la hausse des défaillances des grandes entreprises, l’impact social se stabilise peu à peu grâce à la diminution de la part des petites entreprises (-7% pour les TPE). Avec 186 025 emplois menacés en 2011, la baisse atteint -0,7% par rapport à 2010. La Corse est la région la moins touchée, avec une baisse du nombre d’emplois menacés d'environ -29%, alors que la Picardie détient la position la plus délicate subissant une augmentation de +55,4%, suivie par la Franche-Comté avec une hausse de +49,5%.

Nouvelle phase pour les créations en 2011: chute de -17%
En 2011, l’ensemble des créations* reculent de -17% avec environ 578 000 nouveaux établissements, soit 118 500 de moins qu’en 2010. Pour rappel, les créations augmentaient encore de +4% à fin 2010
et de +48% à fin 2009.
Toutes les régions sont impactées par la décrue des créations, avec en tête, la Franche-Comté et le Languedoc-Roussillon où la baisse dépasse -21%.

Les entreprises commerciales (sociétés commerciales et entreprises individuelles) représentent 84% de l’ensemble des établissements créés durant l’année. En 2011, leur nombre baisse de -19%. La grande majorité de ces entreprises sont des entreprises individuelles au sein desquelles se retrouvent les auto-entrepreneurs. Avec la mise en place de nouvelles mesures fiscales et réglementaires fin 2010, le statut d’auto-entrepreneur est désormais moins attractif ce qui fait que l'ensemble des entreprises individuelles accuse une chute de ses créations de -25%.

A propos de Coface
Le groupe Coface, un leader mondial de l'assurance-crédit, propose aux entreprises du monde entier des solutions pour gérer leurs créances commerciales. En 2010 le Groupe a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 1,6 milliard d’euros. 6 400 collaborateurs assurent un service de proximité dans 66 pays. Chaque trimestre, Coface publie son évaluation du risque pays dans 156 pays, en s'appuyant sur sa connaissance unique du comportement de paiement des entreprises et sur l'expertise de ses 250 arbitres. En France, le Groupe gère également des garanties publiques à l'exportation pour le compte de l'Etat.
Coface est filiale de Natixis dont les fonds propres (Tier 1) s'élèvent à fin décembre 2010 à 16,8 milliards d'euros.
www.coface.fr

* Il s’agit de l’ensemble des créations, catégorie regroupant toutes les entités juridiques quelle que soit leur forme (entreprises, sociétés civiles, associations…) ayant déclaré, soit reprendre leur activité, soit la créer complètement.

Jeudi 2 Février 2012
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs