Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Coface : bilan du 3ème trimestre 2011


Défaillances : Stagnation à un niveau proche du début de la crise en vue. Créations : Résultats impactés par la chute de 25% d’entreprises commerciales




Selon l’Observatoire des défaillances et créations de Coface, au 3ème trimestre 2011, le nombre de défaillances continue de diminuer. Les deux autres indicateurs – le coût pour les fournisseurs et les emplois menacés par les faillites – s’améliorent également. Toutefois, malgré ces signes encourageants, la sinistralité reste plus élevée qu’avant la crise et le nombre et le coût des défaillances ne redescendent pas en dessous du niveau du troisième trimestre 2008.

Les créations restent en net recul avec une baisse de 24% comparé à la même période 2010
« Le repli des défaillances continue mais le rythme de la baisse s’avère insuffisant pour revenir rapidement aux niveaux de l’avant-crise. La stagnation à un niveau équivalent à celui du 3ème trimestre 2008, au tout début de la crise, pourrait persister, conséquence de la croissance molle en France et de sa répercussion sur la solidité des entreprises. Ainsi, pour 2011, nous tablons sur un nombre total autour de 60 000 cas », explique Jean-Yves Bajon, directeur général de Coface Services. « Quant aux créations, leur chute est à relativiser : les Français continuent à se lancer dans les créations d’entreprises mais moins qu’avant, sous l’effet du moindre intérêt des créateurs pour le statut d’auto-entreprise »

Baisse des défaillances dans la majorité des régions et des secteurs d’activités
Avec 11 800 redressements et liquidations judiciaires au 3ème trimestre 2011, contre 12 785 l’an passé, les défaillances d’entreprises poursuivent leur recul atteignant même un nouveau record de – 7,7%. Cette bonne performance s’explique, en grande partie, par un recul de 13% enregistré en septembre, après la légère hausse du mois d’août.
Cependant, pour le moment, les défaillances peinent à renouer avec leur niveau d’avant-crise.
Certains secteurs d’activité s’en sortent mieux que les autres, tel est le cas pour les produits minéraux et chimie (-33,3%), les télécommunications (-23,4%) ou encore les services collectifs (-20,9%). 1/3 des secteurs - dont l’énergie et la pharmacie – ne suivent pas la tendance baissière.
La grande majorité des régions a connu un recul des défaillances au 3ème trimestre. Seules 3 régions sur 22 surveillées ont subi une augmentation, qui toutefois, ne dépasse pas 8% : la Picardie (+8%), la Franche-Comté (+5%) et l’Alsace (+2,6%).
Le coût des défaillances pour les fournisseurs s’établit à 760 M€ pour le 3ème trimestre. Il recule de 7,9% par rapport à la même période en 2010.

Impact social amélioré mais sous menace de fragilité accrue des grandes entreprises
Avec 37 333 emplois menacés par les faillites d’entreprises, le 3ème trimestre 2011 enregistre une baisse de -4,4% par rapport à la même période l’an passé. Dans ce contexte de baisse généralisée, le niveau de défaillances des grandes entreprises, toujours élevé, est à surveiller car elles peuvent engendrer des pertes d’emplois. En effet, le placement en redressement ou liquidation judicaire en 2011 de quelques grandes entreprises comme Anovo (bien d’équipement) ou Moncigale (agroalimentaire) reste très significatif de la fragilité actuelle de certaines activités.

Cinquième trimestre consécutif de net recul des créations : - 24%
Entre juillet et septembre 2011, les créations* ont chuté de 24%, comparé à la même période en 2010. C’est le cinquième trimestre consécutif de net recul des créations qui s’explique par une baisse importante des créations d’entreprises commerciales** (dont les auto-entrepreneurs) représentant 86% de l’ensemble des créations.

FOCUS : Les entreprises individuelles face aux évolutions du statut d’auto-entrepreneur
Au troisième trimestre 2011, avec l’arrivée sur le marché de 94 917 nouvelles entreprises commerciales, la catégorie est en recul de 25% par rapport au troisième trimestre 2010. Elle suit donc la même évolution que l’ensemble des créations. La grande majorité de ces entreprises sont des entreprises individuelles. Depuis janvier 2009, date à laquelle le statut d’auto-entrepreneur est entré en vigueur, chaque catégorie d’entrepreneurs a connu des évolutions différentes :
- Les créations dans la catégorie Autre personne physique ont été fortement boostées par la mode de l’auto-entreprenariat. Suite aux nouvelles mesures concernant le statut d’auto-entrepreneur, depuis février 2011, la tendance est toute autre. La baisse s’est accentuée au fil des mois pour atteindre au 3ème trimestre – 27%.
- Pour les professions libérales, le nombre de créations n’a jamais cessé de chuter depuis janvier 2009. Cette baisse représente 17% au 3ème trimestre.
- De leurs côtés, les commerçants et artisans ont connu des tendances contrastées. Ainsi, le statut d’artisan est le seul à avoir connu une hausse de ses créations depuis janvier 2009. Après un pic de +12% enregistré en mai 2011, le nombre de nouveaux artisans baisse fortement de 46% en 3ème trimestre. Le statut de commerçant quant à lui ne rencontre plus le succès depuis octobre 2008 et voit le volume des créations reculer de 8%.

* Il s’agit de l’ensemble des créations, catégorie regroupant toutes les entités juridiques quelle que soit leur forme (entreprises, sociétés civiles, associations…) ayant déclaré, soit reprendre leur activité, soit la créer complètement.
** Sont considérées comme « Entreprises » celles enregistrées sous le statut de société commerciale ou d’entreprise individuelle.

COFACE

Vendredi 28 Octobre 2011
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs




Blockchain Daily News