Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Christophe Bourjac Trésorier du Groupe Ponticelli





CFO-news : Christophe Bourjac bonjour, vous êtes un des premiers utilisateurs EBICS, quelles sont les raisons de ce choix ? Apres 4 mois quels en sont les premiers bénéfices ?

Christophe Bourjac
Christophe Bourjac
Christophe Bourjac : Nous nous sommes préoccupés tôt de la migration vers le nouveau protocole de communication bancaire. Nous ne voulions pas prendre de retard, disposer d’un accompagnement de qualité et surtout éviter la précipitation des prestataires à mesure que l’échéance approche. Nous disposions, en outre, du temps nécessaire à la réflexion et à la mise en œuvre du projet à ce moment-là, fin 2009.

Pour nous, le choix d’EBICS pour remplacer ETEBAC a été très naturel. D’une part c’est le format de transaction qui se rapproche le plus d’ETEBAC et qui change le moins les pratiques en interne pour les transactions en zone SEPA. D’autre part les filiales de Ponticelli installées à l’étranger disposent de comptes dans des banques françaises, qui servent de banque pivot pour toutes les transactions depuis et vers les pays qui n’ont pas adopté le SEPA. Comme de nombreuses entreprises françaises travaillant à l’international, nous avons une activité à l’étranger, mais peu de flux financiers à l’international. Enfin, les relations avec nos banques et l’éditeur Sage sont très bonnes et Ponticelli a déjà été un client pilote de Sage sur d’autres sujets ; aussi notre décision a été rapide.

Au bout de 4 mois, j’ai déjà perçu les premiers avantages : les contrats et factures détaillés sont visibles en un seul relevé bancaire EBICS contre une dizaine sur ETEBAC 3.


Comment s’est déroulé la migration, l’actualisation de vos contrats bancaire et la mise en œuvre de votre nouvelle version de logiciel ?

La migration a été évoquée dès le mois d’octobre 2009, au moment où les banques françaises ont indiqué que leurs serveurs étaient compatibles. Elle a ensuite été planifiée mi-décembre 2009. Sage a effectué une préparation en amont : paramétrage, test des serveurs de la Société Générale, formation des utilisateurs. La migration a eu lieu en 3 jours à peine et Sage 1000 FRP était déjà en production sur les nouveaux formats SEPA dès janvier 2010.

Nous avons choisi par prudence de conserver les deux protocoles pendant une ‘période tampon’ afin de nous assurer de la réception des relevés effective et efficace en émission comme en réception. Le fait que les solutions Sage proposent de conserver les deux protocoles fut d’ailleurs décisif dans notre décision de migrer ! Le Groupe basculera définitivement vers le format SEPA avant la fin de l’année 2010. Nous voulions être opérationnels immédiatement sur le SEPA en adoptant EBICS et en nous donnant le temps de nous familiariser, bien que ce ne soit pas encore une exigence de la part des clients de Ponticelli.

Quelles sont vos prochaines étapes, Signature, SEPA ?

Dans nos prochaines étapes, nous procèderons à la connexion avec les serveurs de nos autres banques et pourrons envisager l’abandon du doublon ETEBAC / EBICS. Le transfert de compétences est déjà en cours et nous sommes ravis d’être déjà prêts, car le temps est compté pour pareille migration qui concerne près de 100 000 entreprises en France. Il valait mieux l’effectuer dans de bonnes conditions.

Quant au SEPA, c’est un autre chantier qui implique de mettre à jour nos bases de données de 10.000 fournisseurs et 4.000 salariés. Pour la plupart, cela concerne des sommes sensibles, ce sera donc regardé de près. Des outils permettent de convertir les RIB en IBAN, ce qui devrait simplifier les choses et permettre une mise à jour rapide de nos bases de données. La mise en place contractuelle de ce nouveau format avec nos banques est en cours de finalisation. Il ne reste, en amont, qu’à valider les outils de comptabilité hors Sage qui génèrent des fichiers de virements domestiques.

Enfin, la dernière étape sera le passage à EBICS TS (la version 2 d’EBICS) qui doivent venir se substituer à ETEBAC 5. Dès que cette version sera disponible, en principe avant fin 2010, nous aurons alors finalisé ces projets.

Christophe Bourjac, je vous remercie et vous donne rendez-vous très prochainement dans un nouveau numéro de CFO-news.

© Copyright CFO-news. Propos recueillis par la rédaction de CFO-news


Mardi 25 Mai 2010
Notez




Nouveau commentaire :
Twitter

Your email address will not be published. Required fields are marked *
Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs