Quotidien finance innovation, innovation financière journal
Financial Year with Finyear
 
 
 
 


              

Charles du Boullay, Président du Directoire de CDC CEE





Charles du Boullay
Charles du Boullay
CFO-news : Monsieur du Boullay, bonjour. Nommé Président du Directoire de CDC CEE, vous dirigez également CDC Arkhinéo depuis 5 ans. Au travers de cette expérience, quelle est votre vision du marché de la dématérialisation ?
Charles du Boullay :
Lorsque j’ai repris CDC ARKHINÉO en 2002, le marché de l’archivage électronique n’existait pas. Il a fallu " évangéliser ", accompagner nos clients et intégrateurs…
Aujourd’hui, nous sommes reconnus comme la référence des tiers de confiance Archiveurs sur le marché, avec près de 40 millions de documents archivés " natifs électroniques " (certains pour 30 ans et plus).
Concernant la dématérialisation des procédures administratives, nous travaillons déjà avec un grand nombre d’acteurs de la dématérialisation (marchés publics, comptabilité, contrôle de légalité) et connaissons, par eux, les chiffres de la dématérialisation. On a vu un réel décollage du marché en 2006. Le succès de la dématérialisation n’est plus technique ni juridique, il est dans l’usage et la confiance.

A propos de dématérialisation et de confiance, pouvez-vous nous parler des principales caractéristiques de l’offre FAST ?
FAST est une offre de Services développée depuis janvier 2006 par CDC Confiance Electronique Européenne, filiale de la Caisse des Dépôts tout comme CDC Arkhinéo. L’offre FAST, acronyme de Fournisseur d’Accès Sécurisé Transactionnel, a été conçue en étroite collaboration avec les services de l’Etat, les collectivités locales et les professionnels de l’informatique dédié aux collectivités locales (éditeurs de logiciels métiers). FAST est donc un tiers de confiance qui a vocation à dématérialiser les échanges ayant une forte valeur juridique ou financière.

Les Services métier FAST sont accessibles à partir d’une plate-forme informatique qui permet la transmission électronique, rapide et sécurisée, de tous types de documents administratifs. Cette plate-forme a d’ailleurs été entièrement rénovée et de nouvelles fonctionnalités facilitent son utilisation, la rendant plus ergonomique et plus rapide. Tout le monde peut accéder à nos Services métier puisque FAST est compatible avec toutes les configurations informatiques et tous les modes d’organisation administrative. FAST permet ainsi une dématérialisation universelle, évolutive, modulable, sécurisée et pérenne.

Outre la dématérialisation du contrôle de légalité (pour laquelle nous avons été les premiers à être homologués par le ministère de l’Intérieur), nous proposons également un Service en matière de comptabilité publique et une offre de Services concernant la gestion des prestations sociales, appelée Bouquet Social.

Quelles sont les prochaines étapes du développement de l’offre FAST ?
Nous poursuivrons notre développement sur notre cœur de marché (Contrôle de Légalité, Comptabilité Publique, Bouquet Social), en priorité dans les secteurs public, au service des collectivités, et parapublic pour permettre aux administrations d’échanger de manière sécurisée avec leurs interlocuteurs. Les dernières annonces du Garde des Sceaux et de la Ministre de l’Intérieur en matière de consultation de dossiers en ligne ou de dépôt de plainte en sont un exemple.

Le Bouquet Social a été lancé en mars dernier, qui pour le moment ne concerne que l’Allocation Personnalisée d’Autonomie (APA), mais d’autres développements sont prévus prochainement.

Plusieurs autres Services sont en cours d’expérimentation pour étendre nos domaines d’application auprès des collectivités locales, touchant notamment à l’état civil et à la convocation des élus.

La ville de Parthenay teste, par exemple, le Service " Etat Civil ", avec la Caisse d’Allocations Familiales et la Mutuelle Sociale Agricole des Deux-Sèvres. Ce service doit répondre à deux problèmes : la simplification des échanges d’informations relatives à l’état civil et d’autre part, la ville attend de la dématérialisation qu’elle participe à réduire la fraude, dont l’essentiel vient de la falsification des pièces d’état civil, présentées comme justificatifs.

Monsieur du Boullay, je vous remercie et vous donne rendez-vous pour un prochain échange.

Jeudi 18 Octobre 2007
Notez






Recevez la newsletter quotidienne


évènements


Lettres métiers


Livres Blancs